Énergie et éclairage : 3 434 lampes LED distribuées à 1 134 ménages de Fada

jeudi 4 janvier 2018 à 04h30min

Le ministre de l’Energie, Alpha Oumar Dissa a tenu un point de presse ce 28 décembre 2017 à Fada N’Gourma sur le projet d’installation de 1,5 million de lampes LED dans les ménages et bâtiments de l’administration publique au Burkina Faso.

Énergie et éclairage : 3 434 lampes LED distribuées à 1 134 ménages de Fada

Face aux hommes des médias, le ministre Dissa dans sa déclaration liminaire, a indiqué que son département est plus que jamais engagé dans une volonté d’améliorer la disponibilité de l’électricité et de mieux satisfaire la demande par la promotion de son utilisation rationnelle. A cet effet, a-t-il dit, le ministère a lancé une vaste opération de distribution et d’installation gratuite de 1 500 000 lampes à diode électroluminescente (LED) pour remplacer les lampes fluorescentes. Il poursuit que ce projet est un premier du genre au Burkina Faso afin de permettre de réduire la puissance demandée de 20 MW avec un investissement différé pour le renforcement de la capacité de production de la SONABEL de l’ordre de 19,9 milliards de F CFA.

Pour le ministre, cette opération qui va toucher 500 000 ménages abonnés du réseau de la SONABEL et une partie des bâtiments de l’administration publique, va débuter dans l’immédiat à Fada au niveau de la Direction régionale du centre-Est (découpage géographique de la SONABEL). Ainsi, dans cette région que compose la ville de Fada et 33 autres localités, sur 100 000 lampes à installer sur la période du projet (2017-2019), 26 252 lampes seront installées au titre de la première phase de l’opération. Ce marché été attribué à l’entreprise « Martin Pêcheur ». Selon ses premiers responsables, le point de cette opération dans la ville de Fada, à la date du 28 décembre 2017, fait état de 3 434 lampes LED distribuées à 1 134 ménages.

Il a expliqué que le choix porté sur cette opération s’explique d’une part, par le passage à un éclairage plus efficace et d’autre part, la réduction des charges de pointe du soir fortement influencées par l’éclairage des ménages dans notre pays. L’opération permettra aussi de limiter les délestages car les rapports d’activité de la SONBEL font état d’un taux de coupures allant de 20 à 45% dues aux délestages. Il a précisé également que les lampes à diode électroluminescente (LED), garantissent jusqu’à 50% d’économie d’énergie par rapport aux lampes fluorescentes ordinaires qui représentent 93% du marché.

De plus, a précisé M. Dissa, les lampes LED ont une durée d’utilisation minimale de 30 000 heures contre 8 000 heures pour les lampes fluorescentes et demandent deux fois moins de puissance pour le même niveau de luminosité. Elles durent également jusqu’à 5 fois plus longtemps, dégagent moins de chaleur et réduisent les émissions de gaz à effet de serre, foi du ministre de l’Energie. Il a par ailleurs expliqué que l’utilisation des lampes LED à la place des lampes fluorescentes par les ménages se répercute sur leurs dépenses en faisant baisser la facture d’électricité et au terme de la première phase du projet, 39 4301 lampes seront installées sur l’ensemble du territoire national.

Alpha Oumar DISSA a souligné lors de cette conférence de presse, qu’en plus de la réduction des délestages, cette opération va engendrer un investissement différé pour le renforcement de la capacité de production de la SONABEL. Au-delà des lampes LED, a indiqué le ministre, des mesures d’efficacité énergétique vont également toucher, notamment l’éclairage public à travers l’installation en vue de 15 000 lampadaires LED dans plusieurs villes du Burkina en plus de ceux déjà installés à Ouaga. A cela s’ajoute la réduction de la consommation liée à la climatisation à travers une installation de films réfléchissants et des climatiseurs à haut rendement énergétique dans les bâtiments publics.

L’objectif visé par l’ensemble de ces mesures, selon le ministre de l’Energie est de maitriser la consommation au plan national au même moment où plusieurs projets en cours d’exécution dans le cadre du plan national de développement économique et social (PNDES) permettront à terme, d’accroitre le taux de couverture nationale en énergie électrique avec en ligne de mire l’atteinte du taux de couverture à 80% à l’horizon 2020. Le tout, a-t-il conclu, en vue de l’augmentation de la puissance installée à 1000 MW tout en réduisant les coûts de production à travers l’utilisation des énergies renouvelables, notamment le solaire dans le bouquet énergétique.

Soumaila SANA

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés