Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

« Le délibéré « mouta mouta » de la Chambre de Contrôle du Tribunal Militaire de Ouagadougou ou la posture d’imposture d’un Parquet militaire ? » (Me Paul Keré)

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • Cette tribune est signée par Me Paul Keré. • jeudi 4 janvier 2018 à 00h37min
« Le délibéré « mouta mouta » de la Chambre de Contrôle du Tribunal Militaire de Ouagadougou ou la posture d’imposture d’un Parquet militaire ? » (Me Paul Keré)

Cette tribune est signée par Me Paul Keré. Il propose son analyse sur le récent délibéré du parquet militaire concernant le dossier du coup d’État de septembre 2015.

Le 29 décembre à 10h00 était prévu le prononcé du délibéré de la Chambre de Contrôle de l’instruction du Tribunal Militaire de Ouagadougou concernant la confirmation ou l’infirmation des charges ou non-lieu, initialement édictés par le juge d’instruction du cabinet n°1, Monsieur François YAMEOGO.

Même si on peut légitimement avoir des velléités de critique objective sur la procédure d’instruction de premier degré dans le dossier du coup d’Etat manqué du 16 Septembre 2015, on doit tout de même reconnaître au Commandant François YAMEOGO, d’avoir abattu un travail énorme indéniable lors de l’instruction de ce dossier où, s’agissant par exemple du Général Djibrill BASSOLE, une seule incrimination avait été finalement retenue, à savoir la trahison. On se demande encore à la date de ce jour, par quels actes de commission ou d’omission, une trahison aurait été commise par cet officier supérieur.

Contre toute attente, ce sont d’autres incriminations pénales, là encore, non avérées, notamment, la complicité d’atteinte à la sûreté de l’Etat et deux autres infractions qui ont finalement été mises à la charge de BASSOLE qui continue de les réfuter formellement….

En tout cas, à la grande stupéfaction générale, sur les 107 inculpés initiaux ayant bénéficié ou non d’une ordonnance de non-lieu, finalement, seules trois personnes ont été « blanchies ». Il s’agit du Président du CDP, Monsieur Eddie KOMBOÏGO, du Colonel Yacouba OUEDRAOGO, ancien président du parti dont il a démissionné « Le Burkina Nouveau » et la journaliste Caroline YODA.

Passé le stade de l’instruction, chaque avocat pourrait désormais communiquer librement sur ce dossier qui n’est d’ailleurs plus, au stade actuel, couvert par le secret de l’instruction, indépendamment du fait que toute décision judiciaire pourrait, le cas échéant, faire l’objet d’un commentaire pédagogique, soit par des étudiants en cas pratique dans le cadre de leur formation universitaire, soit par des doctrinaires en qualité d’avocat et/ou de professeurs de droit.

De ce point de vue, personne ne peut s’arroger le droit de donner interdiction à un doctrinaire de commenter ce délibéré « mouta mouta » frappé de pourvoi devant la Cour de Cassation juridiction suprême. L’avocat que je suis a donc quelque chose à reprocher juridiquement à cet arrêt, d’autant plus que le crime contre l’humanité a été définitivement abandonné dans cette procédure par la Chambre de contrôle de l’Instruction. Dont acte !

Mais au-delà de la simple exégèse de l’arrêt du 29 décembre 2017 de la Chambre de Contrôle du Tribunal Militaire, cette décision de renvoi et de prise de corps des 104 inculpés devant le Tribunal Militaire, c’est la manière « mouta mouta » (pour n’emprunter là que cette très bonne expression du Président du Faso pour traduire le caractère occulte d’une situation) et le retard pris par rapport à l’horaire initialement prévu pour le prononcé de ce délibéré (10h) qui intrigue plus d’un patriote citoyen aimant le droit, nonobstant l’insoutenable attente des inculpés dans la salle d’audience sans qu’aucune information ne fuse pour expliquer ce long délai d’attente avant le prononcé du délibéré à 11h20.

Que s’est-il réellement passé entre temps ? Mystère et boule de gomme, justice militaire « mouta mouta » ? L’histoire nous le contera et ceux qui auraient pris l’initiative d’une telle décision assumeront pleinement, le cas échéant, en temps opportun, la plénitude de leurs responsabilités. Le temps de Dieu n’est pas le temps des Hommes avec Grand « H » (ce qui inclue aussi nos braves dames dans cette sentence divine).

En effet, il semblerait que le Parquet Militaire, et ce, contrairement à la pratique judiciaire habituelle en matière pénale, aurait exigé d’abord que le délibéré de la Chambre de Contrôle lui soit connu avant sa lecture dans la salle d’audience devant tous les inculpés présents.

Or, à ce stade de la procédure, en principe, le Parquet Militaire et les inculpés devraient être placés au même niveau d’information au même moment pour prendre connaissance de la teneur du délibéré pendant l’audience y consacrée.
On peut imaginer que la lecture de la quintessence dudit délibéré (résultant nécessairement des débats secrets entre les trois hauts magistrats) ne convenant pas à l’autorité de poursuite, ce retard du prononcé du délibéré aurait donc été mis à profit pour remodeler un arrêt qui ne pouvait, dès lors, en aucun cas, refléter rigoureusement la réalité des débats au cours du délibéré entre les Conseillers.
Hélas ! Citoyennes et citoyennes burkinabè, si tel aurait été le cas, force sera de reconnaître que, finalement, la justice militaire burkinabè serait véritablement aux ordres… et que l’indépendance des magistrats, vaillamment arrachée de longue lutte et consacrée par le nouveau statut du CSM, n’aurait servi à rien, en bafouant ainsi l’autorité du Juge…

D’ailleurs, le Conseil Supérieur de la Magistrature devrait s’autosaisir de cette difficulté car le Tribunal Militaire n’est pas en dehors de l’ordonnancement judiciaire….et chercher à savoir ce qui s’est réellement passé.

En effet, d’une part, si, le cas échéant, l’information était établie que c’est le Parquet Militaire qui ait incité les Conseillers à la modification « manu militari » de la teneur et de la quintessence initiale du délibéré qui serait désormais, fatalement contraire au délibéré prononcé (qui ne blanchit finalement que trois personnes sur les 107 inculpés), il y a lieu de s’interroger sur l’indépendance de la chambre de contrôle de l’instruction dans cette affaire et, de manière générale, le courage nécessaire que tout Magistrat devrait faire preuve dans le prononcé des décisions judiciaires.

D’autre part, si le cas échéant, cette imposture du Parquet Militaire se révélait exact, il est clair que la Cour de Cassation, saisit de nombreux pourvois diligentés par les différents Conseils des inculpés ne pourra que casser, à bon droit, l’arrêt de la Chambre de Contrôle de l’instruction du 29 Décembre 2017 qui se serait laissé abusée par une autorité de poursuite aux ordres en raison d’ailleurs de la chape de plomb qui a déjà été évoqué dans le fonctionnement d’un Tribunal Militaire, lui-même aux ordres de la hiérarchie militaire.

Cette affaire rappellerait une autre histoire judiciaire burkinabè avérée où un magistrat « courageux » « indépendant » et « probe » a, en face de la réticence de ses assesseurs, vidé, de manière solitaire son délibéré. Il est vrai que son fils a été retrouvé mort quelques jours après par la suite sans qu’on ne puisse expliquer une telle mort suspecte ou même rattacher ce décès à la décision de ce Juge.
On peut cependant s’interroger sur la question de savoir si l’on s’achemine désormais vers un système judiciaire Mpp où la justice burkinabè serait à géométrie variable et aux ordres de l’exécutif ? Cette interrogation a, au moins, le mérite d’être…légitime…
Dans l’attente de l’intervention de la Cour de Cassation, juridiction suprême qui retoquera indéniablement l’arrêt de la Chambre de Contrôle et de l’Instruction du Tribunal Militaire de Ouagadougou du 29 Décembre 2017, sur l’application stricte du droit (et où certains principes juridiques élémentaires ont été écornés), pour notre part, il convient de préférer courageusement ne plus avoir de clientèle au Burkina Faso plutôt que de jouer aux figurants d’une justice aux ordres devant les juridictions burkinabè...

C’est donc un choix facile en conscience que j’assumerai personnellement et en accord, non seulement en conformité de mon serment d’avocat, mais également, par application des dispositions de l’article 8 de la Constitution du 3 juin 1991 qui prescrit que « Les libertés d’opinion, de presse et le droit à l’information sont garantis. Toute personne a le droit d’exprimer et de diffuser ses opinions dans le cadre des lois et règlements en vigueur ».

Nous souhaitions continuellement exercer, ce droit fondamental, tellement la manière dont le retard mis pour prononcer le délibéré du 29 Décembre 2017 par la Chambre de Contrôle de l’Instruction est choquant non seulement pour certains inculpés au premier chef, qui continuent de clamer leur innocence, mais également pour tous burkinabè, épris d’une justice équitable.

Paul KERE,
Docteur en Droit
Avocat à la Cour.

Messages

  • Encore une démonstration magistrale de maître sur cette justice aux ordres une justice de magistrats soumis à un pouvoir aux aboies merci maître kere

    • Je me pose la question suivante : et si les juges ne veulent pas de leur independance ? Car en ma connaissance le mpp n a pas recruter de nouveaux juges et ce sont les mêmes juges avec les mêmespratiques.

  • Kéré, c’est comme cela qu’il fallait réagir au tout début, dans le calme, en argumentant sur des points de droit, de justice , de morale, de vertu. je ne peux pas juger de la valeur/ pertinence de vos points mais globalement je ne vois pas d’attaques personnelles (c’est à ton honneur) tu m’as / nous a peut-être écouté, alors continues dans le "droit" chemin ...

  • Me Paul Kéré parle suffisamment mal la langue de Molière pour être un avocat percutant. Je vais juste relever quelques coquilles ainsi que de vraies fautes dues a la faiblesse de la langue et qui ne font pas honneur au grand avocat pour lequel il est le seul a se prendre : " Le temps de Dieu n’est pas le temps des Hommes avec Grand « H » (ce qui inclue aussi nos braves dames dans cette sentence divine)." Temps des Hommes avec Grand H, qu’est-ce que cela veut dire ? Ensuite, vous ne savez pas conjuguer le verbe "inclure" encore ? ce n’est pas un verbe du premier groupe "....Non seulement en conformité de mon sermon..."[en conformité avec ou en conformité de ?]. Grammaire bancale avec deux conditionnels dans la meme phrase. Propotion principale et subordonnee se bouculent et se télescopent. Concordance des temps lamentable indigne d’ un bon enfant du CM : "Hélas ! Citoyennes et citoyennes burkinabè, si tel aurait été le cas, force sera de reconnaître que, finalement, la justice militaire burkinabè serait véritablement aux ordres". Un peu de CaMême, toi aussi ! Ponctuation mal respectée " Nous souhaitions continuellement exercer, ce droit fondamental, tellement la manière..." Je ne continue plus. C’est bon.La forme tient le fond en l’ état. Ce texte est un vrai verbiage caractéristique de l’ homme exubérant mais vide comme une bonne barrique sans contenu.

    Yougo Ahmadou, Instituteur Principal, Circonscription N0 7 de Ouagadougou

    • Monsieur Yougo. Votre critique sans sens m’oblise à vous dire que vous un esclave qui ne mérite pas que l’on s’ apitoie sur votre sort. D’abord j’ai une question à vous poser. Le français est il votre langue ? Êtes vous français ? Honte à vous d’être fier de la langue de votre oppresseur au détriment de la vôtre. Le français ne vaut rien et ce n’est qu’en Afrique que les esclaves du 21ème siècle comme vous l’accepte comme encore comme une langue qui donne une vie opulente. Le gros Français aujourd’hui n’a pas d’importance. Le plus important c’est de parler au moins 5 à 6 langues internationales de manière à se faire comprendre. Anglais Espagnol Portugais Chinois Japonais.......
      Le vrai problème de l’afrcain est qu’il ne regarde que dans une seule direction et ne cherche a comprendre qu’une seule chose jusqu’à dans les petites détails pour pouvoir se venter de sa connaissance sur cette chose qu’il n’est ni le propriétaire encore moins ni le plus doué.
      La personne la plus forte en langue c’eT la personne qui peut s’exprimer moyennement en 5 6 7 langues.
      S’exprimer e. Gros Français et si on te dis お名前何ですか ? tu tourne le dos n’est une vraie compétence en langue. L’ africain doit changer. Même dans votre langue maternelle vous commentez fautes d’orthographe. Même les Français font des fautes en français. Le Dr Kéré a au moins Dr devant son nom. Qu’il fait des fautes en français ou en anglais au moins il metrise son domaine. Les langues c’est une autre chose. L’essentiel il s’exprime très bien.

    • Aïe, vous avez certainement raison, Monsieur YOUGO Ahmadou ! Mais, éclairez ma lanterne, je vous prie : doit-on écrire "..fautes dues a la..." ? ou "fautes dues à la..." ; " a se rendre" ou "à se rendre..." Souffrez que je vous cite, vous y relèverez certaines coquilles :"Propotion principale et subordonnee se bouculent et se télescopent !" Dans ce cas, il serait plus sage d’être un peu indulgent avec les autres, non ? Pardon, je ne faisais que passer !

    • Ligne 7 : "Propotion principale et subordonnee se bouculent et se télescopent..." C’est du nouveau dans la langue de Molière ? Aidez-nous à vous comprendre aussi, frère Yougo Ahmadou.

    • L’enseignant la est fache deh. Ko le Docteur a aligner 2 conditionnels dans la meme phrase, que les proposition subordonnee et principale ce bousculent, que la concordance des temps est lamentable, que le grammaire est bancale donc lui il n’est pas daccord. Il a decortique le text du docteur la comme sa. Mon frere, cest un Docteur heinnnn. Je suis trop enjailler meme de l’enseignant la koi. Comme koi nos enfant sont tjrs dans de bonnes mains ! lol

    • Mr Yougo, après vous avoir lu, je suis convaincu que l’avocat vous surpasse dans la maîtrise de l’expression écrite. C’est facile d’amender un texte ou d’y relever des coquilles. Proposer le vôtre et on appréciera ; déjà avec le peu que j’ai lu, je me permets de douter du niveau auquel vous prétendez. Je ne défends pas l’avocat qui sait du reste bien le faire, je partage rarement ses idées pro Blaise Compaore et j’j’apprécie en plus très peu son inclination à vouloir faire de toute personne s’ opposant à ses idées un MMPiste. Mais vous aussi, qu’est ce qui peut bien amener un IP à vouloir corriger un docteur, en l’occurence un spécialiste du droit ?. C’est possible mais quand miêêêmmme ! Certes, me kere n’est pas l’homme le plus humble qu’il m’est donné à voir mais vous aussi, vous êtes un peu gonflé dés.

    • Humm !!! lorsque l’on se fait fort d’oter la poutre de l’oeil d’autrui, il vaut mieux au prealable s’assurer de ne pas avoir une paille dans la sienne. Relisez-vous, Monsieur Yougo...

    • "Yougo Ahmadou, Instituteur Principal, Circonscription N0 7 de Ouagadougou" je comprends maintenant pourquoi le niveau de nos élèves est si bas. Comme le français est la langue de ta mère, essaie de laisser les instituteurs honnêtes à leur place car eux au moins il font du bon boulot pour essayer de rattraper vos perles. Essaie d’aligner deux phrases dans un article, tu verras la difficulté de la tâche.

    • Mr Yougo Ahmadou toutes mes felicitations pour ce cours de Francais gratuit a Mr connait tout.Je l entend deja dire que ce n est pas sa langue maternelle.Autant ecrire dans cette derniere.Et ca se dit le plus brillant de sa generation.Rediculos Oui.

    • "Propotion principale et subordonnee se bouculent et se télescopent". Tu t’es relu vraiment avant de poster ton message ? Pauvre con "mouta mouta". C’est connu et reconnu : observez toujours internautes bienveillants : les donneurs de leçons de toutes sortes sont très souvent, ceux qui les appliquent le moins. Tu veux corriger mon article et tu exposes tes "couilles". L’idéal pour toi, c’est d’écrire un article complet sans la moindre faute d’inattention ou la simple coquille sans te faire relire par un journaliste. Petit morveux, va te moucher...maintenant que tu t’es baissé pour regarder mon pantalon troué en n’oubliant que le tien était déchiré. Moralité, ne faisons pas aux autres ce que vous ne voulez pas qu’on vous fasse car le châtiment c’est d’abord sur cette terre avant le châtiment suprême devant Dieu. Là, il n’y aura pas de "mouta mouta" possible. Tu verras ta fin.

    • "Me Paul Kéré parle suffisamment mal la langue de Molière pour être un avocat percutant". Comme Jésus, je réponds par parabole : C’est toi qui parles de percussion, c’est sorti au moins de ta plume sur ce forum. Ceux qui ont l’intelligence de la foi en Dieu ont compris...cette parabole.

    • Monsieur Yougo
      Je ne sais pas de quel ethnie vous êtes mais si vous étiez prompte à défendre votre langue maternelle que celle du colon, vous sortirez grandi de ce débat. Pauvre esprit de subordonné invertébré et de pédant, toujours à croire que le français vous amènera loin, alors que le français tend à abandonner sa langue pour l’anglais. En quoi parler le français comme Molière permet de nos jours d’être un bon avocat. L’essentiel c’est de convaincre et de se faire comprendre.
      Chercher à évoluer d’Instituteur Principal à Inspecteur et continuer à corriger les fautes des gens si cela vous nourrira. Tchrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr
      Amicalement

    • Merci "Silowé". Je n’en dirai pas plus sur ce forum. « Rien ne réussira à qui n’a ces trois choses : La patience pour supporter les sots ; La crainte de Dieu, pour éviter les vices ; Le calme d’esprit, pour persuader les hommes. » Proverbe arabe dont j’adopte les motifs.

    • Merci à tous pour les leçons de tolérances que vous avez administrée à ce Yougo qui veut gâter le nom des instituteurs en se prenant pour un .

    • Sawadogo ton raisonnement est proportionnel a ton niveau.Oui pcq Dr est devant son nom donc on ne peut pas l excuser.Toi tu as alligne des mots sans sens reel et personne ne te condamne pcq c est ton tout.

    • hai keletigui toi aussi meme si le francais n’est pas ta langue maternelle ,de la a ecrire "vous etiez PROMPT(E) a defendre...."wai Bien a toi koi.Mon clavier ne connait pas accent tu voudras m’en excuser.

  • Les juges sont ils obligés de subir ? ils peuvent démissionner s’ils pensent qu’ils ne sont pas libres de mener à bien leur travail, je pense ? Le bouc a dit qu’on prut lui mettre la corde au cou et l’entrainer au marché ou l’abattoir, mais on ne peut pas l’obliger à suivre volontairement en ligne droite son persécuteur.

    • Gangloboh, franchement tu m’as fait rire avec ton histoire de Bouc. Tu ne peux pas m’obliger à te suivre ou à suivre ton opinion et vis-versa. Cette réponse vaut également pour le "grammarien" de service qui tente péniblement de me corriger avec autant de fautes de syntaxe que lui-même commet en autocrate impénitent. Mais on va faire comment dans la mesure où le français que j’ai commencé à apprendre à 7 ans n’est pas notre langue maternelle. Le malheur c’est que je ne sais pas écrire en mooré (langue de ma mère) ou en bissa (langue de mon père). En tout cas dans mes conclusions, certains juges sont épatés qu’un africain ait pu maîtriser avec autant de subtilité la langue française. Savez-vous que le mooré dan sa splendeur est plus complexe que le français ? Demandez à zougnazagmda... De même la litote usitée dans mes articles plaît à certains lecteurs. Lisez bien le texte, j’utilise le conditionnel en tirant, le cas échéant les conséquence de ce conditionnel s’il était avéré. Là où j’ai un respect sincère vis-à-vis des internautes, ils ne tolèrent pas qu’une virgule ou aucune faute soit commise par moi. Ce qui pousse à l’excellence. Mais malgré tout, je reste faillible par exemple au lieu d’écrire Citoyennes et citoyens, la coquille est passée en deux fois citoyennes comme si le Burkina n’était peuplé que de femmes. ça c’est mon faile par les femmes. Même les journalistes qui relisent l’article n’ont pas vu la coquille. Ce qui prouve que nul n’est infaillible. Je ne demanderai jamais pardon pour ces coquilles car chacun peut se tromper et je suis tolérant pour des fautes de grammaire, d’orthographe, de syntaxe et de concordance de temps que les autres commettent. Je vous demande d’observer la même tolérance sinon, je m’en fout. Un prince ne se trompe jamais et ne demande jamais pardon dans le royaume de Zoungra’n tenga parce qu’un prince ne se trompe jamais dans notre tradition. Alors respectez mon titre princier car même le Mogho Naaba enlève son chapeau devant le Roi de Tenkodogo. Maintenant c’est fini la rigolade
      Enfin, vous rigolez avec ce dossier : Tous les inculpés risquent 20 ans de prison et des blessures et ruptures familiales. Par conséquent, c’est un dossier avec lequel il ne faut pas rigoler sur les foras.

  • A force de voir le MPP partout comme le fantôme de votre père (qui vous poursuit pour vos fautes à vous), vous finirez par en perdre la boule mon cher Maitre ! Vous ne voyez pas que vous ne faites plus rire personne finalement avec votre cirque ? Vous savez au moins ce qu’est un pédant ?

    • FGH, ce n’est pas pour te faire rire, mais pour te faire revenir à la raison. Depuis que le mpp est là il y a deux ans, qu’est ce que ton père a eu puisqu’il faut parler de nos pères respectif. Le mien repose en paix dans mon village natal. Connais-tu le tien avant de venir déblatérer tes obscénités dans le forum impunément ? L’article 8 de la constitution donne le droit à n’importe quel citoyen burkinabè d’exprimer son opinion que cela te plaise dans ta folie "dépressionnelle" morose. On vous demande de contribuer positivement au développement du pays, vous parlez des pères des gens. On vous demande de faire des actions de développement, vous parlez de ceux qui ont fui le Burkina. C’est cette dérobade continuelle qui va vous jouer des tours en 2020. Continuez à rigoler en parlant de mon père. Il vous voit, actuellement assis à la droite de Dieu le Père aux cieux. Il me protégera contre les internautes "mouta mouta" comme vous, FGH quel que soit votre strapontin ministériel ou votre banc de cireur de pompe.

  • Maitre ! Vous n’avez rien dit. Vous avez bien dit "contraire à une pratique judiciaire" et non à la loi. Une pratique reste une pratique et loi reste la loi.

    • Ha si c’est contraire aux pratiques judiciaires c’est contraire à la loi ou bien ? Parce que les pratiques de la justice doivent respecter la loi sinon c’est grave !
      Ha notre pays va mal, il faut que les mauvaises pratiques cessent. La justice doit protéger les citoyens sinon on ne peut pas vivre en paix les uns avec les autres mais elle doit être impartiale ça c’est très important. S’il y a un problème avec notre pouvoir judicaire, il y en a aussi avec le pouvoir législatif, exécutif etc. C’est comme une gangrène....

  • Pitié. Donc c est le retard pour délibérer qui est juridiquement choquant. Un retard d une heure 20. Ah bah maitre

    • "L’ancêtre", c’est plus grave que ça. Les inculpés risquent 20 ans de prison. Leur vie peut basculer avec ce procès alors qu’ils sont innocents. Vous avez compris que ce n’est pas 1h20 qui ne pèse pas grand chose dans la vie d’un être humain, même agonisant derrière son clavier de merde comme vous ?

    • Salut l’ancetre ! Me Kere s’indigne du retard en hargant qu’il aurait pu etre mis a profit pour tripatouiller le delibere. Voici ce qu’il dit : « ...ce retard du prononcé du délibéré aurait donc été mis à profit pour remodeler un arrêt qui ne pouvait, dès lors, en aucun cas, refléter rigoureusement la réalité des débats au cours du délibéré entre les Conseillers. ».
      Cela n’engage que lui.

    • Entre nous si ce n’est que le retard dans le délibéré, cela n’est pas choquant. Souvenez vous dans votre carrière d’avocat il y a eu de nombreux délibérés qui ont simplement été prorogés laissant les inculpés dans le doute.
      Moi je pensais que vous alliez relever un vice de procédure, mais rien de tout ça, donc je ne vois pas le sens de votre cris de coeur pour un délibéré retardé.
      Concernant le parquet militaire vous même utilisez le conditionnel, personne n’est sûr que le retard lui soit imputable.

    • Donc pourquoi y a eu ce retard ? Pourquoi la chambre de contrôle ajoute 3 infractions à Guibril BASSOLÉ alors que l’accudation n’a pas fait appel de la seule infraction de trahison retenue par le juge d’instruction. Qui a donné cette instruction ? Qui a fait cette pression si le risque de tripatouillage du délibéré n’engahé que me Kéré.

    • Le maitre devient vulgaire et c’est triste surtout qu’il a la pretention de prendre de la hauteur pour donner du sens à ses interventions . La vulgarité ,c’est l’arme de ceux qui n’ont plus d’argument . C’est triste et pathétique à la fois .

  • Vous avez indiqué votre desir de renter dans la politique Burkinabe a travers vos ecrits. J’ai un conseil pour vous : relisez tous les articles que vous avez eu a publier de maniere chronologique (incluant les commentaires des internautes) . Vous comprendrez que personne n’a le temps pour vous qui vous croyez important.

    • "Vous comprendrez que personne n’a le temps pour vous qui vous croyez important". C’est vous qui le dites. A la question d’un pharisien à Jésus : Êtes-vous le fils de Dieu ? Jésus répond : "C’est vous qui l’avez dit". A quelques deux mille dix huit ans près l’histoire se répète. Je n’ai pas plus souffert que Jésus, donc poursuivez la persécution qui n’atteindra jamais la souffrance suprême du Christ même si ma carapace est fragile. Vous avez dû vous rendre compte.
      Cependant, un internaute a dit par parabole que je n’avais plus de dossier. Il a parfaitement raison car le temps que je consacre à écrire les articles et surtout à répondre aux internautes correspond aux dossiers qui sont en souffrance. ça, je suis obligé de le reconnaître même si malgré tout j’arrive à concilier les deux et à payer mes charges....Le Burkina est une passion pour moi au cas où vous ne l’aurez pas compris encore. Alors, sa vie mérite que je consacre quelques temps pour la vie de mon pays que cela plaise ou ne plaise pas.... mais cet internaute a parfaitement raison parce que mon cabinet est mon gagne pain quand même. A ce rythme-là, je vais demander une cotisation des internautes pour ma boîte rouge de garibou afin de continuer à satisfaire mes lecteurs bienveillants ou malveillants.

    • Me on ne repond pas a ces petits fascios du web.Quant a notre ami IP,il s’agit d’instituteur precipite (instituteur revolutionnaire) en 1983 venu dans l’enseignement a la faveur des degagements massifs de nos braves maitres,ce qui explique sa preference pour la forme et non sur le fond.

    • Vous parlez trop au conditionnel. On aurait souhaité des affirmations avec preuves.

    • Reveillez vous au lieu de vous comparer a Jesus qui n’a jamais insulté quelqu’un malgré la persecution que vous faites bien de mentionner. Revoyez dans ce forum combien d’internautes vous avez insulté. Ce comportement n’est pas digne d’un homme de votre titre. Je ne sais pas pourquoi vous ne voyez pas ça comme un problem. Continuez ainsi et l’avenir nous dira mieu. Longue vie à nous tous, on se verra au Pays un jour. Grow up !

  • je crois que le Maitre n’a plus de dossiers , même ceux concernant les divorces et les petits cleptomanes se font si rares ,sinon vous ne passerez pas autant de temps sur la toile , surtout que vous ne faites pas de politique. D’ailleurs votre conception de la politique est partielle et partiale.

    • "Nabayouga", dommage que le modérateur n’ait pas posté mon post précédent à ton intention. Tu en aurais appris un peu d’un coin de voile de mon état d’esprit... Hélas, ce sera pour une prochaine fois. Me Kéré.

  • Merci pour votre texte qui nous aide à comprendre un peu plus ce qui se passe dans notre Faso. Félicitations à vous, Me KERE.

    • Merci Silowé, tant que je peux contribuer par ma réflexion dans mon domaine à faire évoluer la compréhension de mes concitoyens je n’hésiterai pas un seul instant. Dans cette affaire, le Parquet Militaire m’a clairement indiqué qu’il n’était jamais intervenu pour faire quoi que ce soit. Dont Acte. Mais que s’est-il réellement passé ? Personne, je dis bien personne ne peut empêcher cette interrogation légitime. Et les inculpés ont le droit de savoir ce qui s’est passé pour que des charges, non demandées par le Parquet Militaire figurent maintenant dans l’arrêtre de renvoi. Si cela n’est pas une justice aux ordres, elle y ressemble fortement. Les peines s encourues sont de 20 ans et c’est inacceptable pour les innocents. Il y a vraiment des gens qui ne veulent pas entendre parler de la réconciliation nationale. Ils en auront pour leurs récompenses terrestres et divines.

  • Honte à mr yougo, lui qui se prend pour un érudit. Quel vantard ! Votre esprit synchrétique vous empêche de comprendre le langue du juriste.Vous ne parlez même pas le même langage.Quand on démontre une équation mathématique et vous avez les yeux et l’esprit résolument fixés sur les coquilles de la langue, soyez sûr que vous ne comprendrez rien de la logique. Bref revenons à vous-même votre écrit. Car avant de prétendre balayer chez le voisin, il est plus raisonnable de débarrasser sa case des tas d’immondices dont la senteur font fuir même les animaux.Les fautes que vous-même avez commises en voulant corriger vous rend encore plus ridicule et indigne d’un IP.J’espère que vous n’êtes pas directeur d’école.
    1.lequel est le seul a se prendre. Qu’est-ce que le verbe avoir cherche ici ? Revoyez vos cours de CE1.
    2.la meme phrase ! De quel meme il s’agit ici ? Ou bien c’est du nouveau dans la langue française.vous qui ssemblez connaître tout du FRANCAIS !
    3.propotion subordonnee !!! Ça fait mal aux yeux. L’Académie française doit vous poursuivre pour atteinte à la sûreté de la langue.
    4.
    5.
    Vous avez raison d’arrêter. Mais en attendant de vous familiariser avec la notion de l’humilité, revoyez les règles élémentaires de lorthographe enseignées depuis le cours élémentaire. Salut l’érudit.

    • « @ l’oiseau rare » je suis presque gêné que vous ayez remis cet individu à sa place. Votre style me dit que vous êtes un grand intellectuel. Merci pour cet enseignement magistral. Me Kéré.

  • Avec tout le respect que je lui dois, je pense de cet avocat a encore un effort à faire dans la rédaction de ses publications. Ceux qui insultent Monsieur Yougo ont tort. On est en droit d’attendre mieux d’un avocat...
    Ave Magister !!!

  • Pathétique Me KERE,
    j’ai crû qu’il defendrait le prestige qu’on reconnait generalement aux avocats en se comportant en intellectuel et en prenant de la hauteur dans ses écrits mais je constate amèrement qu’il est piètre avocat qui ignore toujours sa décadence progressive ! Vous faites honte à la profession cher Monsieur ! Sachez d’ailleurs que vos écrits imbibés de prétentions n’ebranlent personnes ici ; et lorsque vous écrivez ne perdez jamais à l’esprit que d’autres personnes plus érudits que vous vous lisent !! C’est une honte pour le barreau que vous vous retrouvez sur le net à insulter de façon flagrante des personnes par ce que tout simplement elles ont osé vous contredire ! Mais finalement vous vous prenez pour quoi, pardon pour qui ?? Par ce que vous pensez qu’au Burkina c’est juste des tarés qui l’habitent sauf vous ou quoi ?? Décidément hein !!

    • merci Mano pour ton point,
      Je pense que Kéré est un incorrigible qui n’accepte pas
      la contradiction et très vite il insulte, fait des attaques personnelles en se dégradant toujours d’avantage.
      je ne vois pas comment il peut être bon avocat dans ces conditions.
      J’espère seulement pour lui, qu’il n’insulte pas lorsqu’il plaide devant un juge en France (si il le fait...), car il peut être radié de l’ordre des avocats.

    • - Cher frère Mano, loin de moi le désir, la volonté, la prétention,... d’interférer dans vos propos inquiétants, à l’endroit de Me KERE. (Il est assez coriace et se défend bien.)
      Si vous le permettez, je vais porter à votre connaissance, ce qu’une étudiante me disait encore il n’y a pas très longtemps : "... Monsieur, Monsieur,... il paraît que pendant la Colonisation chez les africains,... pour punir un "nègre", il fallait simplement dire à un autre "nègre" de le faire à la place d’un blanc... Mais comment ils pouvaient alors battre les blancs, en se bagarrant inutilement...?"

      - Il y a des frères internautes ici, qui ont le mérite de poser des questions de fond ou de lever le lièvre. Chacun de nous ayant son style, sa personnalité, ses habitudes langagières,... pourquoi aux uns de laisser la proie pour l’ombre ?

      Avez-vous une idée de la pression injuste, de l’injustice, de la discrimination, de la charge émotionnelle artificielle, des peaux de bananes,... dont sont victimes les africains surtout noirs, qui recourent à l’intellect pour se faire une place en Occident ?

      Dans la seconde moitié des années 1990, j’ai eu la chance d’assister à une conférence dans une université française à l’est du pays. J’ai eu accès à des statistiques des DEA/DESS qui couraient de 1969 à 1995. Le constat par rapport aux succès des étudiants par promotion m’a renversé. En effet, de 1969 à 1995 le dernier étudiant caucasien était devant le premier arabe (Maghreb + Machrek). Le dernier arabe était devant le premier malgache. Venait ensuite les étudiants noirs d’Afrique et des Caraïbes. Pensez-vous que cela soit possible en termes de capacités intellectuelles de tous ces milliers d’étudiants noirs qui sont passés dans ledit laboratoire de recherches ? Non..., c’est du racisme pure, à l’état primaire. Et nous sommes dans le pays des "Lumières".

      - Quand on contribue par la critique (objective ou pas,... c’est selon qu’on appartient à la cour du roi ou au vulgus), on se fait injurier ou rabrouer. Quand on se tait, on se fait jeter la pierre dessus par d’autres pécheurs. Que faire ? Dire toujours et encore ce que l’autre veut entendre ? N’est-ce pas sage de distinguer le citoyen-compatriote de l’internaute, dont les propos ne sont pas forcément neutres ?

      - Je ne fais que passer moi-aussi. Fraternellement à vous.

  • mon frère donc le conseil des accusés ne peut pas démontrer tout ce que tu as écrit et c’est toi qui ne fais pas parti du conseil qui leur apprends.
    la justice burkinabê a toujours été une justice à géométrie variable dans toutes ses composantes. souviens toi des dossiers NOBERT ZONGO et de THOMAS SANKARA aucun brillant avocat n’as pu faire sortir des théories bidons pour dénoncer cette géométrie variable de la justice.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
“J’ai failli (...). J’ai été trahi”, soupire le Colonel Major Boureima Kiéré sous les assauts de Maitres Somé et Farama
Procès du putsch de 2015 : Ces déclarations qui ne sont pas passées inaperçues
Procès du coup d’Etat : Le colonel-major Boureima Kiéré et les 160 millions de Diendéré
« Je n’avais aucun grief contre la Transition, mon souci c’était la survie du RSP », tempère le Colonel-major Boureima Kiéré
Arrivée de Yacouba Isaac Zida au pouvoir : Le colonel-major Boureima Kiéré explique le scénario
Procès du coup d’Etat : Les confessions du colonel-major Boureima Kiéré
Procès du coup d’Etat : Le commandant Korogo maintient qu’il n’était qu’un médiateur
Procès du putsch manqué : Le Commandant Abdoul Aziz Korogo dans la position de la « galette »
Putsch manqué : « Si on était dans l’optique de l’affrontement, on n’aurait pas eu besoin de mercenaires pour ça » (Abdoul Aziz Korogo)
Procès du putsch manqué : « Dans ces genres de situation, il ne faut pas jouer au Rambo, sinon… », Commandant Abdoul Aziz Korogo
Putsch manqué : "Le RSP n’est pas une milice ; il a été créé par décret présidentiel. Dans une république, le président ne créé pas de milice" (Abdoul Aziz Korogo)
Procès du putsch manqué : « La seule façon pour nous de nous en sortir est de rester militaire », Commandant Abdoul Aziz Koro
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés