Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mercredi 27 décembre 2017 à 23h45min

C’est un air de campagne qui a soufflé sur Diapaga le 19 décembre 2017 à l’occasion du lancement des travaux de bitumage de la route Kantchari-Diapaga-Tansarga-frontière du Bénin. Le ministre des infrastructures, Eric Bougouma, a eu un discours aux allures de campagne électorale. En deux ans, le gouvernement aurait fait mieux que ce qui a été réalisé 10 années auparavant, clame-t-il. Les utilisateurs des réseaux sociaux et ceux qui publient dans les "torchons" (journaux), en ont pris pour leurs grades.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

C’est après avoir égrené de grands projets du gouvernement dans le domaine des infrastructures que le ministre Eric Bougouma est arrivé à la conclusion qu’en deux ans, il y a eu de grandes enjambées.

« Nous sommes au deuxième anniversaire de votre accession à la tête de notre pays, mais nous ne devons pas craindre de dire que ce qui a été fait en ces deux années est beaucoup plus important que ce qui a été fait dix années auparavant ».
Pour cette raison, le ministre s’est donné le droit de remonter les bretelles aux pourfendeurs du gouvernement qui l’estiment mou. « Sur les réseaux sociaux, un peu partout dans les journaux, des torchons dirais-je, on raconte beaucoup de choses », dira-t-il.

Le ministre des infrastructures Eric Bougouma en avait particulièrement gros le coeur contre certains utilisateurs des réseaux sociaux. Pour lui, « nous vivons des temps médiatisés sur le mode sensationnel de l’alerte permanente. La dramatisation est devenue un procédé pour accrocher la clientèle des réseaux sociaux ».

Dès lors, il tire sa conclusion et informe le président du Faso en face. « Vos concitoyens sollicités pour exprimer leurs peurs et leurs colères, vivent dans un climat d’angoisse généralisée. Notre société est en train de devenir une société du soupçon, de la peur, de la délation pour rien... », a poursuivi le ministre qui visiblement attendait cette occasion pour régler ses comptes avec ses contempteurs qu’il ne cite pas, mais apparemment, doivent se connaitre.


Lire aussi : Route Kantchari-Diapaga-Tansarga-frontière du Bénin : Le président du Faso a lancé les travaux


Dans ses envoilées lyriques, il finira par rassurer le président du Faso qu’à la fin de son mandat, le peuple burkinabè se mobilisera à nouveau pour lui donner sa confiance. « 2020 est déjà dans la poche », lâchera-t-il avant de vite se reprendre : « mais nous ne sommes pas en campagne ».

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 28 décembre 2017 à 01:29, par soungalo ouattara
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

    Eric Bougouma se comporte en cousin du Président du Faso. Il croit être à une réunion familiale. Son arrogance est à la hauteur de ses relations familiales avec le Président du Faso. Son cousin poursuit les programmes d’investissement de ses prédécesseurs et il trouve qu’en deux ans, son cousin Rock a fait plus que ce que certains ont fait en dix. Eric et son cousin de Président sont très mal placés pour apprécier ce qui a été mal fait avant le règne de Rock : qui était au pouvoir avant Rock ? Qui dit CDP, dit MPP y compris l’arrogant Bougouma. Son discours fait penser à celui de Nestorine Sangaré. Une forme de démence s’empare toujours des proches parents des responsables politiques au pouvoir

  • Le 28 décembre 2017 à 03:26, par Pataarbé
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

    Voyez-vous, ce sont ce genres d’arrogance qui vont précipiter les choses dans ce pays et ce ministre est en réalité un des pires poisons pour le pouvoir en place. J’espère seulement que les gens (journalistes ) des touchons (journaux) comme il les qualifient sauront trouver une réponse à ces injures ! Comme on le dit : quand l’âne veut te terrasser tu ne vois pas ses oreilles.

  • Le 28 décembre 2017 à 03:47, par L’insurgé
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

    De tels propos ne sont pas étonnants quand on voit comment certains ministres grossissent comme des ... dans le gouvernement. Ça veut tout dire en réalité.

  • Le 28 décembre 2017 à 06:13, par Origine
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

    Ça me rappelle les "nestorinades" de Nestorine Sangaré.

    • Le 28 décembre 2017 à 10:09, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

      - Origine, donc tu veux dire que dans ce cas, ce sont des BougouNIAISERIES ?

      Par Kôrô Yamyélé

      • Le 29 décembre 2017 à 09:16, par kwiliga
        En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

        Bien vue celle-ci !
        Mais on pourrait aussi y voir des Bougoumaladresses.
        " ce qui a été fait en ces deux années est beaucoup plus important que ce qui a été fait dix années auparavant"
        Peut-être, mais sans chiffres à l’appui, ça reste de la rhétorique politicienne.
        Du coup, moi je peux me permettre d’affirmer qu’on a surtout beaucoup plus d’attentats, plus de délinquance, plus d’exactions commises par les koglwéogo,.....
        Du fait, comment s’étonner que : « Vos concitoyens sollicités pour exprimer leurs peurs et leurs colères, vivent dans un climat d’angoisse généralisée. Notre société est en train de devenir une société du soupçon, de la peur, de la délation pour rien... »
        Pour rien, Monsieur le Ministre ? On n’a pas tous un "Tranquillos" pour nous protéger à domicile.
        Il faut vraiment une vision égocentrée du pays, pour ce permettre ce genre de commentaires en ce moment.
        Salif (que je détestais) était un renard. Avec son décès, ce gouvernement a perdu 80% de son QI.

      • Le 29 décembre 2017 à 09:25, par Zemosse
        En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

        Le pouvoir enivre et révèle l’homme dans sa laideur. Le cas Bougouma n’echappe’pas’à cette règle, c’est une loi de la politique. Je préfère donc le,terme Bougoumanerie, car un homme politique posé, ne flatte pas bêtement ,contrairement au politicien qui flatte le roi pour préserver son poste politique.

  • Le 28 décembre 2017 à 07:03, par Fasolibre
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Un responsable de ce niveau devrait étayer ses affirmations comparatives avec des chiffres à l’appui. Autrement, il court le risque de tomber dans ce qu’il croit dénoncer, la délation.
    Nous ne sommes qu’au lancement officiel des travaux de construction de la route, que dira donc ce monsieur lors de son inauguration ? Modestie et humilité, où êtes vous ?

  • Le 28 décembre 2017 à 07:08, par LE VILAIN
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    En il ne faut s’en prendre au Ministre analphabète qui croit qu’il peut hériter le défunt Docteur Salifou DIALLO dans ses déclarations mais c’est cet journaliste militant MPP qui a occasionné cette polémique. C’est le journaliste qui a posé la question :« Nous sommes au deuxième anniversaire de votre accession à la tête de notre pays, mais nous ne devons pas craindre de dire que ce qui a été fait en ces deux années est beaucoup plus important que ce qui a été fait dix années auparavant ».alors il est content quand un idiot te prend comme un superman.

    • Le 28 décembre 2017 à 09:30, par konyag
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

      Ce ministre l’ouvre un peu trop, il manque sans doute de modestie.
      On espère qu’il sera en mesure de justifier la bonne gouvernance de son ministère.
      surtout quand l’argent venant de l’extérieur (compagnie d’assurance) pour la construction d’une oeuvre nationale.
      Ce ministre doit se rappeler d’un certain "KOUANDA" du régime précédent.
      Les grandes gueulles finissent par se faire avoir !!!

  • Le 28 décembre 2017 à 07:10, par Ton yame ne zirinbedan
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Laissez les se chatouiller, vous ne deciderez pas à la place du peuple burkinabe. Vos pratiques sont moyenâgeuses. Favoritisme, régionalisme clientélisme paternalisme la marchandisation de l’administration, l’arrogance, le populisme, la démagogie. La centrale solaire inaugurée à grande pompe n’n’est pas votre réalisation. Les routes Kongoussi Djibo, Tougan-ouahigouya et bien d’autres sont l’oeuvre de vos prédécesseurs. Il faut être plus humble, c’est peu chrétien ce que vous faites. Vos déclarations permettent aussi d’évaluer votre quotient intellectuel et surtout de mesurer votre niveau de croyance. Dites, le PPP n’est-il pas une source d’enrichissement illicite ? DIEU vous voit et vous suit dans vos mensonges et autre arrogance sans commune mesure.

  • Le 28 décembre 2017 à 07:40, par LY
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    M. Le Ministre,
    Quel est votre rôle ? Un ministère des infrastructures c’est pas pour dire le droit ou philosopher ! Son rôle est de construire et dans le cas précis "des routes". Qu’il y a t il à se vanter de réaliser des routes ? S’il ne construit pas des routes sa raison d’être n’existe pas et on doit fermer le ministère.
    Merci aux internautes qui m’ont précédé de mettre en garde le Ministre contre ce type de discours "va-t-en guerre" contre productif pour le Président Rock, qu’il croit servir ! Je demande au gouvernement de se consacrer au présent mandat et non d’ouvrir une campagne électorale avant l’heure.
    Blaise COMPAORE au lieu de se concentrer sur sa fin de mandat était plus préoccupé par l’après 2015. Vous savez ce qu’il a récolté.
    A bon entendeur salut !

  • Le 28 décembre 2017 à 07:48, par Tinga de sawadogo
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

    Si c est vrai qu’ ils ont fait en 2 ans ce que Blaise a fait au cours de ses dernieres 10 annees, il faut laisser ce sinistre faire son malin. je regrette qu’ il ne donne pas cette information avec chiffres à l appui.

  • Le 28 décembre 2017 à 07:53, par raogo
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

    Sougalo, reste objectif quand tu résonnes. Si nous voulons construire ce pays évitons les histoires de parent, de famille dans nos propos. Si dans ta famille il n ’y a pas de cadre c’est la faute à personne et surtout n’oublie pas aussi que ton parent pouvait prendre aussi la carte du MPP, mais si l’a pas fait ce n’est la faute de personne. Pour le reste tu peux dire tout ce que tu veux.

  • Le 28 décembre 2017 à 07:58, par Papa
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Encore les memes arrogances continuent, les Burkinabe sont habitues’ aux betises de nos hommes politiques. On nous avait dejas servi les memes salades dans le passe’ avec les meme plats de Nestorinades et Salianades et qu’appellera-t-on celui de Bougouma ( BOUGOUMANADE ?? ) Continuez seulement vous serez surpris..

  • Le 28 décembre 2017 à 08:04, par Kpièrou
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Avant de se faire ses propres éloges, il devrait reconnaître les multiples faux rendez-vous qu’il a donné par voix de presse pour ces travaux de route. On attend toujours pour la route du Niger...
    Il faut être humble et reconnaître aussi les manquements avant de brandir les exploits si exploits il y a.

  • Le 28 décembre 2017 à 08:12, par tapseureula
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Décidément, tous les Bougouma se suivent et se ressemblent. Pourquoi ils ne s’inspirent jamais des erreurs de leurs prédécesseurs ?

  • Le 28 décembre 2017 à 08:15, par Akiengué
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Houra on te soutient Bougma. A la prochaine session du BNP du parti, n’oublie pas de refaire la gueule à au chat bébé holandais

  • Le 28 décembre 2017 à 08:36, par Développement local
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Monsieur le Ministre, il y a l’axe BOROMO-DEDOUGOU longue de 110 km. Nous souhaiterions vous voir aussi pour lancement de bitumage de cette voie tant attendu. Nous pensons qu’il fait parti de votre agenda pour le bien être de ces populations. Cette voie fera de Boromo une grande plateforme d’échanges commerciaux. Merci de mettre votre équipe technique à la réflexion pour une meilleure proposition. Bon vent

  • Le 28 décembre 2017 à 08:48, par Palazzi1er
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Je partage le point de vue du ministre et ce que ce gouvernement a fait en 2 ans est fort appréciable

    • Le 28 décembre 2017 à 09:57, par Compatner
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

      Bonjour M. Le Ministre,
      A la CAN de 1998 il était prévu le bitumage du prolongement de l’avenue de l’Unité à Bobo pour déboucher sur hippodrome où se tenait les entrainements des équipes hôte. Cette rue qui avait un bitume du temps colonial est actuellement impraticable.... SVP M. Le Ministre de la Jeunesse, fils de Bobo, en concertation avec votre collègue des infrastructures penser à revêtir cette route. Nous comptons sur la force et les arguments de vous deux pour donner de l’importance à hippodrome. Pour rendre service au sport surtout que Bobo a toujours été la pépinière des footballeur du Burkina.... Vive aux braves Étalon...Sans oublier leur Capitaine Charles KABORE et les frères TRAORE.
      Merci par avance

  • Le 28 décembre 2017 à 09:25, par laafibala
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Le gouvernement se doit de travailler et éviter des comparaisons qui ne tiennent pas du tout la route ! De toutes les façons et pour un seul exemple illustratif, il y a dix ans soit en 1997, le président Roch que vous tentez de seduire mais insultez en réalité, était aux affaires, comme premier vice président de l’Assemblée Nationale avant d’être en 2002 (toujours dans vos 10 ans) président de l’Assemblée nationale. A t il donc dormi à l’assemblée avec toute sa législature pendant ce temps pour ce qu’entre 2015 et 2017 vous fassiez mieux ????
    Ce que le CNT a fait en une année, n’est ce pas en partie cela qui vous permet de travailler aujourd’hui dans une certaine serenité ? Le média que vous qualifiez de torchon, si vous en parlez c’est que vous les lisez et donc vous n’êtes pas mieux qu’eux puisqu’ils vous informent ! Soyons serieux M. Le minsitre !
    Vous qui vous reclamez chrétien pratiquant devez connaitre bien et mettre en pratique ce texte "L’arrogance précède la ruine, Et l’orgueil précède la chute. Mieux vaut être humble avec les humbles Que de partager le butin avec les orgueilleux.…" Proverbes 16:18-19. Attention donc !!!!

  • Le 28 décembre 2017 à 09:30, par konyag
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Ce ministre l’ouvre un peu trop, il manque sans doute de modestie.
    On espère qu’il sera en mesure de justifier la bonne gouvernance de son ministère.
    surtout quand l’argent venant de l’extérieur (compagnie d’assurance) pour la construction d’une oeuvre nationale.
    Ce ministre doit se rappeler d’un certain "KOUANDA" du régime précédent.
    Les grandes gueulles finissent par se faire avoir !!!

  • Le 28 décembre 2017 à 09:51, par Ka
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Monsieur Bougouma, le temp de Maurice Yaméogo avec ses cousins qui prenaient le Burkina pour leur natte qu’ils peuvent la plier et déplier, est résolu. Soyez humble comme le président Roch Kaboré qui ne parle pas, mais travaille en sous-marin pour sauver la face. Oui il y a des actions faites qui sont louables durant ces deux ans du régime de Roch Kaboré : ’’’’Mais quelle honte d’accuser les autres de vos propres bêtises, car vous étiez parmi l’équipe durant les dix ans qui n’ont rien fait.’’’’
    Le peuple est muri avec les mêmes réseaux sociaux et journaux dont vous dites des torchons : Ce sont ces torchons avec leur part de vérité qui ont fait la différence et décapité votre ancien régime dont l’arrogance de François Compaoré, Kouanda et autres avaient les mêmes tons comme vous de nos jours.

    On peut toujours se gargariser de grandes déclarations et se couvrir d’auto-éloges et d’autosatisfactions, tôt ou tard la vérité finit par transparaître sous le vernis. En ce moment le régime Roch Kaboré n’a pas besoin des déclarations comme les vôtres, laissez le peuple vous apprécier a votre juste valeur. Sans des déclarations arrogantes comme les vôtres, 45% de la population sont satisfaits des actions de leur président en deux ans selon un sondage, et pour atteindre les 60% dans les deux ans a venir, restez dans l’ombre comme votre patron et travailler.
    Monsieur Bougouma, dans un pays ou les crimes gratuits, la corruption à ciel ouvert, étaient le plat quotidien durant plus de 27 ans, 45% des bonnes actions du président Roch Kaboré ne trouveront grâce aux yeux du peuple, même si vous prenez cela pour une fatalité, c’est vous qui étiez avec l’équipe de l’ancien régime qui ont créer cette fatalité. A présent il faut travailler plus et dans l’ombre comme fait votre patron pour satisfaire un peuple meurtri, au lieu des sorties de feu comme au temps de François Compaoré et compagnie.

    Le peuple Burkinabé de 2017 a besoin des dirigeants professionnels, de culture et de grandeur d’esprit, et non des arrogants. Avec un peuple mûri comme celui du Burkina qui se rebelle depuis la nuit des temps pour ses droits naturels, un homme politique comme vous doit tourner sept fois sa langue dans la bouche avant de parler : Mais je vous comprends, vous qui croyez avoir tout le pouvoir dans vos mains, vous êtes de ces personnes qui expriment leur opposition que pour se faire remarquer. Ils préfèrent critiquer les qualités des autres, plutôt que d’observer le silence et la discrétion, parce qu’ils ne supportent pas de passer inaperçus. Nombreux sont ceux qui recourent à l’hypocrisie pour se faire valoir comme vous. Arrêtez vos charabias et travailler plus pour un pays assoiffé de l’émergence.

    • Le 28 décembre 2017 à 11:51, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

      - Belle réplique à ce type, mon ami et promo KA. Merci pour cette réplique et j’espère qu’il va la lire ou il en sera informé et va se ranger. Les burkinabè sont fatigués des arrogants et des déclarations arrogantes qui énervent. C’est comme ce MENA de Jean-Martin, un type arrogant qui refuse de parler aux syndicats et qui, certainement va mentir au PM PKT pour se donner le beau rôle alors que sous son magistère le ministère a complètement et totalement échoué. Il faut choisir les bonnes personnes et les nommer et non les nommer pour le fait d’être des beaux parleurs et des racontars.

      Par Kôrô Yamyélé

      • Le 28 décembre 2017 à 13:27, par Ka
        En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

        Mon ami et promo Kôrô Yamyélé, depuis plusieurs années sur les réseaux sociaux de notre pays, toi et moi et tant d’autres internautes de bonne foi, ont toujours défendu l’injustice et l’inégalité de nos décideurs. Et crois-moi que nos messages sont lu a Kossyam comme dans tous les ministères à commencer par les conseillers allant jusqu’au président comme au ministre. Quand a Jean Martin, je suis de ton avis, mais croit moi, s’il ne fait pas un pas en arriéré pour mieux écouter les syndicats, il sait que ça y va de sa perte qui peut aussi être celui de son patron Roch Kaboré.

        Toi et moi nous savons que toute lutte de classe est une lutte politique : Et la lutte des classes au Burkina depuis la nuit des temps constitue la force motrice de développement de la société divisée en classe antagonistes. C’est pourquoi le Burkina est cité en exemple dans toute l’Afrique pour sa vitalité de son syndicalisme qui est l’avant-garde de la lutte de classe qui n’est rien d’autre qu’une lutte politique. Et Jean Martin se trompe, car les syndicalistes sont des féroces politiciens plus que lui qui est considéré comme un bleu, me disait l’autre jour un vieux fin syndicaliste devenu un politicien a part entière. Il faut que des personnes comme Jean Martin sachent que tout syndicat a pour but de défendre les intérêts de ses membres en se battant contre le patronat, et le patronat n’est d’autre qu’un pouvoir politique. Et Jean Martin doit mettre dans son petit crane qu’au Burkina beaucoup de pouvoir politique se sont plier devant les syndicats qui défendent les droits naturels du peuple : Et ce ne sont pas Maurice Yameogo et ses cousins le 3 Janvier 1966, Sangoulé Lamizana avec la grève historique des 17 et 18 décembre 1975, et d’autres de nos dirigeants de pacotille chassés par des soulèvements populaires qui me diront le contraire. Heureux de te lire cher ami et promo Kôrô Yamyélé, merci à toi et kiriki de me lire.

        • Le 29 décembre 2017 à 09:38, par kwiliga
          En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

          Ka, vos propos sont très souvent d’une grande pertinence et j’y retrouve la plupart du temps mes valeurs idéologiques.
          Néanmoins, quand on parle aujourd’hui de lutte des classes, il faut également le faire en pleine conscience de la réalité de notre monde et de notre époque.
          Cette réalité, c’est le milliardaire américain Warren Buffet qui nous la rappelle, non sans un certain cynisme : "il existe bel et bien une guerre des classes mais c’est ma classe, la classe des riches qui fait la guerre et c’est nous qui gagnons".

          • Le 29 décembre 2017 à 13:57, par Ka
            En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

            Oui Kwiliga je confirme : D’ailleurs Warren Buffet l’arrogant milliardaire ne se cachait pas d’être contre l’idéologue Karl Marx dont son idéal était de lutter aux cotés des opprimés qui restent du poison pour les bourgeois. C’est vrai, la lutte des classes doit suivre les évolutions du 21e siècle. C’est pourquoi, même au pays des hommes intègres très réputé pour la vitalité de son syndicalisme qui est l’avant-garde de la lutte de classe, il arrive que la lutte des classes ne soit plus vive comme au temps de la bande a Soumane dit Moustique qualifié par les étudiants CDR de la maison des étudiant Fessart a Paris : Pourtant en 1975 les syndicats Burkinabé avec les même Soumane le moustique, ont montré leur vrai visage de vitalité avec la grève des 17 et 18 Décembre.

            En 2017, les exploités se défendent comme ils peuvent contre les puissants riches, et cette lutte n’est plus très vive. Pour que cette lutte devienne vive, la classe ou les classes exploitées doivent prendre conscience de leur exploitation et se donnent la volonté politique de mettre fin à cette exploitation en s’organisant pour lutter : C’est ce qui se passe avec la crise du système éducatif dont plusieurs organismes syndicaux et des partis politiques de l’opposition s’unissent avec les syndicats de l’éducation pour défendre leurs droits. Pour lutter efficacement contre cette classe bourgeoise dont tu évoques, il nous faut une classe prolétarienne pour faire réfléchir la classe dite bourgeoise qui exploite et opprime tout sur son passage. Merci de me lire.

  • Le 28 décembre 2017 à 09:57, par Compatner
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Bonjour M. Le Ministre,
    A la CAN de 1998 il était prévu le bitumage du prolongement de l’avenue de l’Unité à Bobo pour déboucher sur hippodrome où se tenait les entrainements des équipes hôte. Cette rue qui avait un bitume du temps colonial est actuellement impraticable.... SVP M. Le Ministre de la Jeunesse, fils de Bobo, en concertation avec votre collègue des infrastructures penser à revêtir cette route. Nous comptons sur la force et les arguments de vous deux pour donner de l’importance à hippodrome. Pour rendre service au sport surtout que Bobo a toujours été la pépinière des footballeur du Burkina.... Vive aux braves Étalon...Sans oublier leur Capitaine Charles KABORE et les frères TRAORE.
    Merci par avance

  • Le 28 décembre 2017 à 10:09, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

    - Origine, donc tu veux dire que dans ce cas, ce sont des BougouNIAISERIES ?

    Par Kôrô Yamyélé

    • Le 29 décembre 2017 à 09:16, par kwiliga
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

      Bien vue celle-ci !
      Mais on pourrait aussi y voir des Bougoumaladresses.
      " ce qui a été fait en ces deux années est beaucoup plus important que ce qui a été fait dix années auparavant"
      Peut-être, mais sans chiffres à l’appui, ça reste de la rhétorique politicienne.
      Du coup, moi je peux me permettre d’affirmer qu’on a surtout beaucoup plus d’attentats, plus de délinquance, plus d’exactions commises par les koglwéogo,.....
      Du fait, comment s’étonner que : « Vos concitoyens sollicités pour exprimer leurs peurs et leurs colères, vivent dans un climat d’angoisse généralisée. Notre société est en train de devenir une société du soupçon, de la peur, de la délation pour rien... »
      Pour rien, Monsieur le Ministre ? On n’a pas tous un "Tranquillos" pour nous protéger à domicile.
      Il faut vraiment une vision égocentrée du pays, pour ce permettre ce genre de commentaires en ce moment.
      Salif (que je détestais) était un renard. Avec son décès, ce gouvernement a perdu 80% de son QI.

    • Le 29 décembre 2017 à 09:25, par Zemosse
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

      Le pouvoir enivre et révèle l’homme dans sa laideur. Le cas Bougouma n’echappe’pas’à cette règle, c’est une loi de la politique. Je préfère donc le,terme Bougoumanerie, car un homme politique posé, ne flatte pas bêtement ,contrairement au politicien qui flatte le roi pour préserver son poste politique.

  • Le 28 décembre 2017 à 10:10, par souobou boalidi
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    internaute n°14, tu n’as pas autre choix que d’apprécier parce que tu bouffe dans leur assiette !

  • Le 28 décembre 2017 à 10:19, par KOASSA
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

    Monsieur le Ministre est libre de parler comme il veut . Etre Ministre ne veut pas dire se murer et ne pas donner ses propres opinions.la liberté de pensée est reconnue à tous.Monsieur le Ministre la victoire est assurée au 8è de tour. point barre .

  • Le 28 décembre 2017 à 10:26, par Bangrenoma
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Qu’en est de la route de Fada, du boulevard circulaire, de la route de Kongoussi, il attend toujours les jours de lancement pour se défouler mais une fois le lancement terminé il faut attendre plusieurs mois avant le démarrage. Des éléments aux oreilles du PF

  • Le 28 décembre 2017 à 11:02, par kiriki
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Merci Grand KA,
    Mr Tassouma (bougouma) …. Encore lui
    Faut préparer ta plaidoirie pour lorsque tu ne seras plus ministre Monsieur Tassouma, puisque tu sais que ton ancien fétiche ASSIMI KOUANDA, ton père spirituel à l’époque, et son puissant mentor BLAISE ont fini par débarrasser le plancher. Toi Bougouma, serais-tu en quoi différent d’un produit pur CDP ? Ho oui c’est vrai les gens sont jaloux. Eric me rappelle un certain Maître KERE, 1, 2, 3, DIEU
    Pourtant on vous fait l’évangile sur les torchons. Ha ! c’est pas facile

  • Le 28 décembre 2017 à 11:35, par BRAVO
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Bravo au ministre Bougouma qui travaille bien pour le désenclavement routier du Burkina.Ce progrès se voit et se constate,n’en déplaise aux oiseaux de mauvais augures.Le PM THIEBA a même déclaré qu’Eric Bougouma était l’un de ses meilleurs ministres.Peu importe ses liens de parenté avec le Chef de l’Etat.Ce qui compte le plus,c’est son ardeur au travail productif de résultats positifs.

    • Le 28 décembre 2017 à 11:49, par kiriki
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

      poudre aux yeux.... Bonne suite Monsieur Tassouma. Trop préssé n’est pas Burkinabé

    • Le 28 décembre 2017 à 12:17, par Ka
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

      ’’’A Bravo :’’’ Je soutiens ton auto critique fondée mais j’estime qu’il ne va pas assez loin. Ce n’est pas qu’on n’est félicité par son patron qu’on peut sortir publiquement avec des grandes déclarations et se couvrir d’auto-éloges et d’autosatisfactions, surtout jeter la pierre aux autres comme fait le sieur Bougouma dans cette analyse. Ce que je déteste des ministres de Blaise Compaoré comme maintenant de Roch Kaboré, c’’est toujours la même chose, quand il s’agit de faire des déclarations ou prendre des résolutions grandioses et généreuses, notamment devant le peuple ou les médiats, tout le monde est là et y va de sa petite phrase choc. Mais quand il est question de mettre les moyens, il n’y a plus personne. En définitive, ces ministre arrogants sont des coquilles vides sans des objectifs concrets qui vont au peuple ni au vrai développement du pays, que d’avoir le pouvoir pour mieux piller les caisses de l’état a leur guise.

      • Le 28 décembre 2017 à 15:23, par warzat
        En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

        Vrai, il me plait souvent de dire que nous ne sommes pas plus intelligents que les anciens. Cependant, il faut que les syndicats en particuliers de l’enseignement trouvent une stratégie autre pour défendre leurs intérêts. Avant le nombre d’écoles de lycées et de collèges publics était supérieur à celui du privé. Un enseignant gréviste m’a dit que le public ne représente plus que 17%. Cela veut dire que le peu veut entrainer l’ensemble des écoles dans leurs revendications. Alors que dans le privé,les parents ont pris des prêts pour honorer les frais de scolarité. Il est alors compréhensible que ça grogne au niveau de la majorité des parents d’élèves. Nous savons tous aussi,au regard de l’histoire de notre pays que nous avions intérêt à ce que nos syndicats soient puissants. L’ancienne formule fera peut être plié le gouvernement, mais les enseignants se mettront à dos les parents d’élèves. Donc il faut que les syndicats trouvent une autre stratégie...rien que ce matin, je lisais que la CGT française que les nôtres copient a perdu en l’espace d’une année 1/3 de ses militants. Pour une fois que les nôtres anticipent. Pour ce qui concerne les dires de ce premier ministre des infrastructures de ce gouvernement( il ne le sera sans doute pas tout au long du pouvoir MPP), il me revient un proverbe de la Bible’’ au début la nourriture volée est délicieuse, mais quand la bouche est pleine, ce sont des cailloux’’. Avec la démocratie, la presse est devenue réellement le quatrième pouvoir et désormais tous les jours que Dieu accordera à la presse d’investigation, elle lui fera voir de toutes les couleurs et il l’aura cherché dans cette savane où tout se voit et se sait.

    • Le 28 décembre 2017 à 14:26, par yelmingaan blaan saa hien
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

      BRAVO !"souviens toi de qui t a fait roi"et pourquoi donc pas de son cousin ! que vaut l appréciation du premier ministre (controversé) d un président que 55% des personnes ayant fait l objet d un sondage récent trouve peu efficace ,au bon petit du président ? :+pao-par+= ??

  • Le 28 décembre 2017 à 11:49, par kiriki
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    poudre aux yeux.... Bonne suite Monsieur Tassouma. Trop préssé n’est pas Burkinabé

  • Le 28 décembre 2017 à 11:51, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    - Belle réplique à ce type, mon ami et promo KA. Merci pour cette réplique et j’espère qu’il va la lire ou il en sera informé et va se ranger. Les burkinabè sont fatigués des arrogants et des déclarations arrogantes qui énervent. C’est comme ce MENA de Jean-Martin, un type arrogant qui refuse de parler aux syndicats et qui, certainement va mentir au PM PKT pour se donner le beau rôle alors que sous son magistère le ministère a complètement et totalement échoué. Il faut choisir les bonnes personnes et les nommer et non les nommer pour le fait d’être des beaux parleurs et des racontars.

    Par Kôrô Yamyélé

    • Le 28 décembre 2017 à 13:27, par Ka
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

      Mon ami et promo Kôrô Yamyélé, depuis plusieurs années sur les réseaux sociaux de notre pays, toi et moi et tant d’autres internautes de bonne foi, ont toujours défendu l’injustice et l’inégalité de nos décideurs. Et crois-moi que nos messages sont lu a Kossyam comme dans tous les ministères à commencer par les conseillers allant jusqu’au président comme au ministre. Quand a Jean Martin, je suis de ton avis, mais croit moi, s’il ne fait pas un pas en arriéré pour mieux écouter les syndicats, il sait que ça y va de sa perte qui peut aussi être celui de son patron Roch Kaboré.

      Toi et moi nous savons que toute lutte de classe est une lutte politique : Et la lutte des classes au Burkina depuis la nuit des temps constitue la force motrice de développement de la société divisée en classe antagonistes. C’est pourquoi le Burkina est cité en exemple dans toute l’Afrique pour sa vitalité de son syndicalisme qui est l’avant-garde de la lutte de classe qui n’est rien d’autre qu’une lutte politique. Et Jean Martin se trompe, car les syndicalistes sont des féroces politiciens plus que lui qui est considéré comme un bleu, me disait l’autre jour un vieux fin syndicaliste devenu un politicien a part entière. Il faut que des personnes comme Jean Martin sachent que tout syndicat a pour but de défendre les intérêts de ses membres en se battant contre le patronat, et le patronat n’est d’autre qu’un pouvoir politique. Et Jean Martin doit mettre dans son petit crane qu’au Burkina beaucoup de pouvoir politique se sont plier devant les syndicats qui défendent les droits naturels du peuple : Et ce ne sont pas Maurice Yameogo et ses cousins le 3 Janvier 1966, Sangoulé Lamizana avec la grève historique des 17 et 18 décembre 1975, et d’autres de nos dirigeants de pacotille chassés par des soulèvements populaires qui me diront le contraire. Heureux de te lire cher ami et promo Kôrô Yamyélé, merci à toi et kiriki de me lire.

      • Le 29 décembre 2017 à 09:38, par kwiliga
        En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

        Ka, vos propos sont très souvent d’une grande pertinence et j’y retrouve la plupart du temps mes valeurs idéologiques.
        Néanmoins, quand on parle aujourd’hui de lutte des classes, il faut également le faire en pleine conscience de la réalité de notre monde et de notre époque.
        Cette réalité, c’est le milliardaire américain Warren Buffet qui nous la rappelle, non sans un certain cynisme : "il existe bel et bien une guerre des classes mais c’est ma classe, la classe des riches qui fait la guerre et c’est nous qui gagnons".

        • Le 29 décembre 2017 à 13:57, par Ka
          En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

          Oui Kwiliga je confirme : D’ailleurs Warren Buffet l’arrogant milliardaire ne se cachait pas d’être contre l’idéologue Karl Marx dont son idéal était de lutter aux cotés des opprimés qui restent du poison pour les bourgeois. C’est vrai, la lutte des classes doit suivre les évolutions du 21e siècle. C’est pourquoi, même au pays des hommes intègres très réputé pour la vitalité de son syndicalisme qui est l’avant-garde de la lutte de classe, il arrive que la lutte des classes ne soit plus vive comme au temps de la bande a Soumane dit Moustique qualifié par les étudiants CDR de la maison des étudiant Fessart a Paris : Pourtant en 1975 les syndicats Burkinabé avec les même Soumane le moustique, ont montré leur vrai visage de vitalité avec la grève des 17 et 18 Décembre.

          En 2017, les exploités se défendent comme ils peuvent contre les puissants riches, et cette lutte n’est plus très vive. Pour que cette lutte devienne vive, la classe ou les classes exploitées doivent prendre conscience de leur exploitation et se donnent la volonté politique de mettre fin à cette exploitation en s’organisant pour lutter : C’est ce qui se passe avec la crise du système éducatif dont plusieurs organismes syndicaux et des partis politiques de l’opposition s’unissent avec les syndicats de l’éducation pour défendre leurs droits. Pour lutter efficacement contre cette classe bourgeoise dont tu évoques, il nous faut une classe prolétarienne pour faire réfléchir la classe dite bourgeoise qui exploite et opprime tout sur son passage. Merci de me lire.

  • Le 28 décembre 2017 à 12:17, par Ka
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    ’’’A Bravo :’’’ Je soutiens ton auto critique fondée mais j’estime qu’il ne va pas assez loin. Ce n’est pas qu’on n’est félicité par son patron qu’on peut sortir publiquement avec des grandes déclarations et se couvrir d’auto-éloges et d’autosatisfactions, surtout jeter la pierre aux autres comme fait le sieur Bougouma dans cette analyse. Ce que je déteste des ministres de Blaise Compaoré comme maintenant de Roch Kaboré, c’’est toujours la même chose, quand il s’agit de faire des déclarations ou prendre des résolutions grandioses et généreuses, notamment devant le peuple ou les médiats, tout le monde est là et y va de sa petite phrase choc. Mais quand il est question de mettre les moyens, il n’y a plus personne. En définitive, ces ministre arrogants sont des coquilles vides sans des objectifs concrets qui vont au peuple ni au vrai développement du pays, que d’avoir le pouvoir pour mieux piller les caisses de l’état a leur guise.

    • Le 28 décembre 2017 à 15:23, par warzat
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

      Vrai, il me plait souvent de dire que nous ne sommes pas plus intelligents que les anciens. Cependant, il faut que les syndicats en particuliers de l’enseignement trouvent une stratégie autre pour défendre leurs intérêts. Avant le nombre d’écoles de lycées et de collèges publics était supérieur à celui du privé. Un enseignant gréviste m’a dit que le public ne représente plus que 17%. Cela veut dire que le peu veut entrainer l’ensemble des écoles dans leurs revendications. Alors que dans le privé,les parents ont pris des prêts pour honorer les frais de scolarité. Il est alors compréhensible que ça grogne au niveau de la majorité des parents d’élèves. Nous savons tous aussi,au regard de l’histoire de notre pays que nous avions intérêt à ce que nos syndicats soient puissants. L’ancienne formule fera peut être plié le gouvernement, mais les enseignants se mettront à dos les parents d’élèves. Donc il faut que les syndicats trouvent une autre stratégie...rien que ce matin, je lisais que la CGT française que les nôtres copient a perdu en l’espace d’une année 1/3 de ses militants. Pour une fois que les nôtres anticipent. Pour ce qui concerne les dires de ce premier ministre des infrastructures de ce gouvernement( il ne le sera sans doute pas tout au long du pouvoir MPP), il me revient un proverbe de la Bible’’ au début la nourriture volée est délicieuse, mais quand la bouche est pleine, ce sont des cailloux’’. Avec la démocratie, la presse est devenue réellement le quatrième pouvoir et désormais tous les jours que Dieu accordera à la presse d’investigation, elle lui fera voir de toutes les couleurs et il l’aura cherché dans cette savane où tout se voit et se sait.

  • Le 28 décembre 2017 à 12:20, par Mimtiri
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    je ne savais pas que Rock était déja candidat pour 2020

  • Le 28 décembre 2017 à 12:22, par Tapsoba R(de H)
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Quand on dit que RMCK s est fait mal entouré,voilà la preuve.Pfffff
    En tant qu un élu,c est mieux de se méfier des « yes men » .BC l a appris à ses dépens et lui n en a pas tiré les leçons apparemment.

  • Le 28 décembre 2017 à 12:34, par freddy le loup
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Merci forumiste raogo, tu m’enlèves les mots de la bouche. Le ministre a dit ce que d’autres ont dit avant lui, que ce soient les ministres de l’ex CDP ou de ceux du MPP d’aujourd’hui et peut etre de UPC demain !!!!!!! ils sont et seront toujours pareil, le ministre ne peut faire un discours sans parler de ces réalisations, pour ma part je suis UN PEU d’accord avec lui, aujourd’hui il n’y a que le négatif qui fait sensation, et même quand c’est bon on y trouvera toujours à redire. nos points de convergences s’arrêtent là. le reste on s’y attendait. il a le droit de dire ce qu’il pense s’il en est conscient et qu’il a des preuves de ce qu’il avance. toutefois si des gens ne sont pas d’accord, ils ont le droit d’écrire au journal pour l’interpeller et lui demander de fournir plus d’éléments pour étayer ses affirmations. faites votre propre analyse et éviter de verser dans la délation que vous reprochez au ministre. les uns et les autres profitent pour lancer des appels au ministre pour le bitumage des routes, c’est super bien. monsieur le Ministre, c’est certes un but marqué mais le match est loin d’être gagné. concluez rapidement les dossiers de bitumage pendants et autres, assainissez votre département, réduisez le train de vie et à l’heure du bilan, votre honneur sera sauf.

  • Le 28 décembre 2017 à 13:27, par Ka
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Mon ami et promo Kôrô Yamyélé, depuis plusieurs années sur les réseaux sociaux de notre pays, toi et moi et tant d’autres internautes de bonne foi, ont toujours défendu l’injustice et l’inégalité de nos décideurs. Et crois-moi que nos messages sont lu a Kossyam comme dans tous les ministères à commencer par les conseillers allant jusqu’au président comme au ministre. Quand a Jean Martin, je suis de ton avis, mais croit moi, s’il ne fait pas un pas en arriéré pour mieux écouter les syndicats, il sait que ça y va de sa perte qui peut aussi être celui de son patron Roch Kaboré.

    Toi et moi nous savons que toute lutte de classe est une lutte politique : Et la lutte des classes au Burkina depuis la nuit des temps constitue la force motrice de développement de la société divisée en classe antagonistes. C’est pourquoi le Burkina est cité en exemple dans toute l’Afrique pour sa vitalité de son syndicalisme qui est l’avant-garde de la lutte de classe qui n’est rien d’autre qu’une lutte politique. Et Jean Martin se trompe, car les syndicalistes sont des féroces politiciens plus que lui qui est considéré comme un bleu, me disait l’autre jour un vieux fin syndicaliste devenu un politicien a part entière. Il faut que des personnes comme Jean Martin sachent que tout syndicat a pour but de défendre les intérêts de ses membres en se battant contre le patronat, et le patronat n’est d’autre qu’un pouvoir politique. Et Jean Martin doit mettre dans son petit crane qu’au Burkina beaucoup de pouvoir politique se sont plier devant les syndicats qui défendent les droits naturels du peuple : Et ce ne sont pas Maurice Yameogo et ses cousins le 3 Janvier 1966, Sangoulé Lamizana avec la grève historique des 17 et 18 décembre 1975, et d’autres de nos dirigeants de pacotille chassés par des soulèvements populaires qui me diront le contraire. Heureux de te lire cher ami et promo Kôrô Yamyélé, merci à toi et kiriki de me lire.

    • Le 29 décembre 2017 à 09:38, par kwiliga
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

      Ka, vos propos sont très souvent d’une grande pertinence et j’y retrouve la plupart du temps mes valeurs idéologiques.
      Néanmoins, quand on parle aujourd’hui de lutte des classes, il faut également le faire en pleine conscience de la réalité de notre monde et de notre époque.
      Cette réalité, c’est le milliardaire américain Warren Buffet qui nous la rappelle, non sans un certain cynisme : "il existe bel et bien une guerre des classes mais c’est ma classe, la classe des riches qui fait la guerre et c’est nous qui gagnons".

      • Le 29 décembre 2017 à 13:57, par Ka
        En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

        Oui Kwiliga je confirme : D’ailleurs Warren Buffet l’arrogant milliardaire ne se cachait pas d’être contre l’idéologue Karl Marx dont son idéal était de lutter aux cotés des opprimés qui restent du poison pour les bourgeois. C’est vrai, la lutte des classes doit suivre les évolutions du 21e siècle. C’est pourquoi, même au pays des hommes intègres très réputé pour la vitalité de son syndicalisme qui est l’avant-garde de la lutte de classe, il arrive que la lutte des classes ne soit plus vive comme au temps de la bande a Soumane dit Moustique qualifié par les étudiants CDR de la maison des étudiant Fessart a Paris : Pourtant en 1975 les syndicats Burkinabé avec les même Soumane le moustique, ont montré leur vrai visage de vitalité avec la grève des 17 et 18 Décembre.

        En 2017, les exploités se défendent comme ils peuvent contre les puissants riches, et cette lutte n’est plus très vive. Pour que cette lutte devienne vive, la classe ou les classes exploitées doivent prendre conscience de leur exploitation et se donnent la volonté politique de mettre fin à cette exploitation en s’organisant pour lutter : C’est ce qui se passe avec la crise du système éducatif dont plusieurs organismes syndicaux et des partis politiques de l’opposition s’unissent avec les syndicats de l’éducation pour défendre leurs droits. Pour lutter efficacement contre cette classe bourgeoise dont tu évoques, il nous faut une classe prolétarienne pour faire réfléchir la classe dite bourgeoise qui exploite et opprime tout sur son passage. Merci de me lire.

  • Le 28 décembre 2017 à 13:43, par Anta
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Supposons que ce que dit ce monsieur soit vrai ; qu’en 2 ans ils ont fait plus qu’ils n’ont fait en dix ans(puisqu’ils étaient aux commandes pendant les 10 ans en question), supposons, dis-je que ces rodomontades soient avérées, mais, monsieur Bougouma, il n’y a pas de quoi pavoiser : vous ne faites que réparer ce que vous avez gâter ! Cela est, j’en conviens, une chose extraordinaire pour vous que d’arranger, vous qui vous êtes spécialisés dans la destruction, mais de grâce, ne volez pas nos voix avant la publication des résultats de 2020 par la CENI ! Vous êtes ministre des infrastructures, ou bien "Chef charlatan" ? Soit, c’est un ministre du CDP-MPP, c’est-à-dire un bourgeon de l’Engeance et comme je l’ai répété à souhait, l’Engeance se reproduit par scissiparité comme les amibes, c’est pourquoi, elle reste dangereuse ! Extirpons l’ENGEANCE !

    • Le 28 décembre 2017 à 14:45, par Ka
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

      Anta heureux de te lire : Je confirme, Il faut que Bougouma et autres cessent de prendre les Burkinabé pour des idiots et des aveugles. Avec cette sortie tout est claire, ‘’’’ce sont les pyromanes d’hier qui se prétendent aujourd’hui des pompiers, et comme je l’ai déjà dit : ‘’’’Quelle honte d’accuser les autres de vos propres bêtises.’’’ Ceux qui ne se rappellent pas du passé comme Bougouma sont condamnés à le répéter. Et c’est ce qui se passe exactement dans notre pays avec des ministres comme Bougouma et Jean Martin. Nous vivons dans un éternel recommencement, malgré tout ce que nous avions vécu dans le passè, nos décideurs du jour font toujours les mêmes erreurs comme si ces problèmes n’avaient jamais existés

      Lorsqu’on se rappelle ce que ces gens ont fait à notre pays avec le régime Compaoré sur la base de mensonges et paradigmes foncièrement imaginaires pour leurs intérêts personnels, la seule conclusion qui s’impose est que tout ce qui arrive maintenant n’est que la récolte naturelle des semences d’hier. A part le premier ministre Kaba, qui peut parmi Roch et son équipe accuser et jeter la pierre à l’ancien régime qui était leur régime ?

  • Le 28 décembre 2017 à 13:50, par yelmingaan blaan saa hien
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

    eh oui mon frère,bien souvent le fou du roi est plus salutaire que celui qui rend(par la flatterie)fou le roi !

  • Le 28 décembre 2017 à 14:26, par yelmingaan blaan saa hien
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    BRAVO !"souviens toi de qui t a fait roi"et pourquoi donc pas de son cousin ! que vaut l appréciation du premier ministre (controversé) d un président que 55% des personnes ayant fait l objet d un sondage récent trouve peu efficace ,au bon petit du président ? :+pao-par+= ??

  • Le 28 décembre 2017 à 14:45, par Ka
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Anta heureux de te lire : Je confirme, Il faut que Bougouma et autres cessent de prendre les Burkinabé pour des idiots et des aveugles. Avec cette sortie tout est claire, ‘’’’ce sont les pyromanes d’hier qui se prétendent aujourd’hui des pompiers, et comme je l’ai déjà dit : ‘’’’Quelle honte d’accuser les autres de vos propres bêtises.’’’ Ceux qui ne se rappellent pas du passé comme Bougouma sont condamnés à le répéter. Et c’est ce qui se passe exactement dans notre pays avec des ministres comme Bougouma et Jean Martin. Nous vivons dans un éternel recommencement, malgré tout ce que nous avions vécu dans le passè, nos décideurs du jour font toujours les mêmes erreurs comme si ces problèmes n’avaient jamais existés

    Lorsqu’on se rappelle ce que ces gens ont fait à notre pays avec le régime Compaoré sur la base de mensonges et paradigmes foncièrement imaginaires pour leurs intérêts personnels, la seule conclusion qui s’impose est que tout ce qui arrive maintenant n’est que la récolte naturelle des semences d’hier. A part le premier ministre Kaba, qui peut parmi Roch et son équipe accuser et jeter la pierre à l’ancien régime qui était leur régime ?

  • Le 28 décembre 2017 à 15:23, par warzat
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Vrai, il me plait souvent de dire que nous ne sommes pas plus intelligents que les anciens. Cependant, il faut que les syndicats en particuliers de l’enseignement trouvent une stratégie autre pour défendre leurs intérêts. Avant le nombre d’écoles de lycées et de collèges publics était supérieur à celui du privé. Un enseignant gréviste m’a dit que le public ne représente plus que 17%. Cela veut dire que le peu veut entrainer l’ensemble des écoles dans leurs revendications. Alors que dans le privé,les parents ont pris des prêts pour honorer les frais de scolarité. Il est alors compréhensible que ça grogne au niveau de la majorité des parents d’élèves. Nous savons tous aussi,au regard de l’histoire de notre pays que nous avions intérêt à ce que nos syndicats soient puissants. L’ancienne formule fera peut être plié le gouvernement, mais les enseignants se mettront à dos les parents d’élèves. Donc il faut que les syndicats trouvent une autre stratégie...rien que ce matin, je lisais que la CGT française que les nôtres copient a perdu en l’espace d’une année 1/3 de ses militants. Pour une fois que les nôtres anticipent. Pour ce qui concerne les dires de ce premier ministre des infrastructures de ce gouvernement( il ne le sera sans doute pas tout au long du pouvoir MPP), il me revient un proverbe de la Bible’’ au début la nourriture volée est délicieuse, mais quand la bouche est pleine, ce sont des cailloux’’. Avec la démocratie, la presse est devenue réellement le quatrième pouvoir et désormais tous les jours que Dieu accordera à la presse d’investigation, elle lui fera voir de toutes les couleurs et il l’aura cherché dans cette savane où tout se voit et se sait.

  • Le 28 décembre 2017 à 15:30, par FasoLibre
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

    Effectivement, il peut dire ce qu’il veut mais quand il parle à son nom, en tant qu’Eric Bougouma. En tant que ministre, il a un devoir de réserve. C’est ça aussi être responsable.

  • Le 28 décembre 2017 à 16:18, par ah bas zambo du mpp
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Fhoummm est ce que ya palabre à faire ici qu’il soit en campagne ou pas son cousin rock sera candidat à sa succession à zorgho tchrrrrrr vous croyez que le pays là c’est pour vous seuls non tchrrrrrrrrr

  • Le 28 décembre 2017 à 17:23, par jeunedame seret
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Bougmansonge dans le complexe ! Le ministre se reproche quelque chose ; voilà pourquoi il se précipite à célébrer sa victoire avant la fin du combat. Nos ministres croient que l’application de leurs politiques de mandat est juste un service qu’ils rendent à la population dont ils réclament reconnaissance. Alors que c’est un devoir. Et ils chantent trop les projets ou réalisations pour se faire grand. Quelle bassesse ! Juste pour utiliser la publicité ou vantardise pour cacher leurs préjudices de responsabilité, d’honnêteté et de dignité. M’ma yéééé !!!!

  • Le 28 décembre 2017 à 17:34, par ousmane Cissé
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Bjr à quand le butimage de la route dori_gorom ,dori_djibo ? Mersi pour votre compréhension !

  • Le 28 décembre 2017 à 17:37, par fc
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    C’est avec de tels propos que certains ont quitté Kossyam en plein jour. Attention, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Demandez aux gens de Fada qui usent des amortisseurs et leurs vies sur la route rafistolée depuis la chute de Blaise. Alors, tu fanfaronnes à Diapaga, tâches de passer inaperçu à Fada lors de ton retour car les fadalais pourraient te prendre en otage pour leur 31 ! A bon entendeur, salut ! Un autre Bougouma était aussi arrogant, il rase les murs. A qui le tour ?

  • Le 28 décembre 2017 à 19:30, par Africa
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    J’imagine la gène du President du Faso à entendre ces déclarations à l’emporte-pièce de son jeune ministre des infrastructures. Les journaux burkinabè dont certains titres sont des références de la presse internationale, ce qui nous rend fiers en tant que patriotes, sont tout bonnement qualifiés de torchon en même temps que les internautes qui symbolisent pourtant les nouveaux espaces de liberté d’expression à l’heure de la société de l’information et de la communication. Comment peut-on se sentir à l’aise entendant un ministre fustiger de la sorte ces nouveaux centres de pouvoirs du XXIème siècle ?
    En ce qui concerne son domaine de compétence ministérielle, le ministre ne fait pas preuve de consistance et de maîtrise du sujet en essayant de comparer les réalisations des deux ans du President du Faso à celles des dix ans passés ? Après deux ans à la tête de cet important ministère, n’a -t-il pas compris qu’entre la formulation d’un grand projet d’infrastructures et sa réalisation, il peut s’écouler des années, voire des decennies ?
    Hé bien ! Pour rappel, que monsieur le ministre sache à titre d’exemple, que ce chantier que le President du Faso a lancé à Diapaga est un projet identifié depuis le début des années 1970, sous la deuxième République, dans le cadre du désenclavement du territoire du Liptako Gourma. C’était dans le même cadre que la route du poisson (Ouaga-Ouhigouya-Tiou-Koro-Bankas-Mopti) et l’axe inter-états Ouaga-kaya-Dori-Tera-Niamey.

    Les présidents suivants et leurs gouvernements y ont contribué d’une manière ou d’une autre : Sangoulé Lamizana et son premier ministre Gérard Kango Ouedraoge, Seye Zerbo et son CMRPN, Jean-Baptiste Ouedraogo et ses CSP1&2, Thomas Sankara et son Conseil National de la Révolution, Blaise Compaoré et son Front Populaire et premiers ministres dont un certain Rock Marc Christian Kaboré, Michel Kafando et son PM Isaac Zida, et maintenant Rock Marc Christian Kaboré et son PM Paul Kaba Thiéba qui auront sans doute le privilège de voir cette autre ambition nationale vieille de plus de 42 ans se réaliser. Ils sont combien de burkinabè qui n’étaient pas nés ? Et pourtant le désir et l’ambition de réaliser ce projet sont restés intacts, entretenus jusqu’à maintenant.

    La construction des infrastructures d’un pays est une œuvre de longue haleine. C’est une ambition nationale qui unit le peuple dans sa diversité, dans son désir de vivre ensemble et de bâtît pour la prostérité une grande nation. Il serait donc souhaitable que le ministre abandonne toute démarche politicienne pour s’atteler à ce qui est essentiel. En règle générale, nous sommes habitués à des ministres "grand commis de l’Etat" à la tête de ce important département, même s’ils appartiennent à une chapelle politique. Que le ministre aide le President du Faso à traduire sa vision en nouveaux projets d’infrastructures qui font rêver le peuple ; qu’il achèvera ou non, il aura défini de nouveaux horizons. Son où se successeurs parachèveront et le pays sera reconnaissant à tous. Si le ministre se contente de surfer sur le stock de projets qu’il a trouvés tout en occultant leur l’histoire, il nous aura fait perdre de précieuses années.

  • Le 28 décembre 2017 à 21:49, par Me Paul Kéré, Avocat au Barreau de Nancy et de Ouagadougou
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Lire ma réponse au Ministre BOUGOUMA à paraître sur le fasonet

    Monsieur Le Ministre et Bien Cher Frère,

    J’aurai souhaité vous rencontrer personnellement en audience à votre Cabinet ou lors de votre passage à Paris. Hélas, cet exercice est souvent difficile car, justement, je me suis personnellement déplacé à la Mairie de Ouagadougou lors de mon dernier séjour à Ouagadougou pour solliciter un rendez-vous avec le Maire de Ouagadougou. Son protocole a pris mes coordonnées depuis plus d’un mois et j’attends encore le coup de fil pour une audience concernant le désenclavement de la ville de Ouagadougou. En vain !..."

  • Le 29 décembre 2017 à 08:56, par Marie LAURE
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Mr le Ministre a quand le lancement de bitumage du tronçon GUIBA -GARANGO reporter a plusieurs reprises

  • Le 29 décembre 2017 à 09:16, par kwiliga
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

    Bien vue celle-ci !
    Mais on pourrait aussi y voir des Bougoumaladresses.
    " ce qui a été fait en ces deux années est beaucoup plus important que ce qui a été fait dix années auparavant"
    Peut-être, mais sans chiffres à l’appui, ça reste de la rhétorique politicienne.
    Du coup, moi je peux me permettre d’affirmer qu’on a surtout beaucoup plus d’attentats, plus de délinquance, plus d’exactions commises par les koglwéogo,.....
    Du fait, comment s’étonner que : « Vos concitoyens sollicités pour exprimer leurs peurs et leurs colères, vivent dans un climat d’angoisse généralisée. Notre société est en train de devenir une société du soupçon, de la peur, de la délation pour rien... »
    Pour rien, Monsieur le Ministre ? On n’a pas tous un "Tranquillos" pour nous protéger à domicile.
    Il faut vraiment une vision égocentrée du pays, pour ce permettre ce genre de commentaires en ce moment.
    Salif (que je détestais) était un renard. Avec son décès, ce gouvernement a perdu 80% de son QI.

  • Le 29 décembre 2017 à 09:25, par Zemosse
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche » (Vidéo)

    Le pouvoir enivre et révèle l’homme dans sa laideur. Le cas Bougouma n’echappe’pas’à cette règle, c’est une loi de la politique. Je préfère donc le,terme Bougoumanerie, car un homme politique posé, ne flatte pas bêtement ,contrairement au politicien qui flatte le roi pour préserver son poste politique.

  • Le 29 décembre 2017 à 09:38, par kwiliga
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Ka, vos propos sont très souvent d’une grande pertinence et j’y retrouve la plupart du temps mes valeurs idéologiques.
    Néanmoins, quand on parle aujourd’hui de lutte des classes, il faut également le faire en pleine conscience de la réalité de notre monde et de notre époque.
    Cette réalité, c’est le milliardaire américain Warren Buffet qui nous la rappelle, non sans un certain cynisme : "il existe bel et bien une guerre des classes mais c’est ma classe, la classe des riches qui fait la guerre et c’est nous qui gagnons".

    • Le 29 décembre 2017 à 13:57, par Ka
      En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

      Oui Kwiliga je confirme : D’ailleurs Warren Buffet l’arrogant milliardaire ne se cachait pas d’être contre l’idéologue Karl Marx dont son idéal était de lutter aux cotés des opprimés qui restent du poison pour les bourgeois. C’est vrai, la lutte des classes doit suivre les évolutions du 21e siècle. C’est pourquoi, même au pays des hommes intègres très réputé pour la vitalité de son syndicalisme qui est l’avant-garde de la lutte de classe, il arrive que la lutte des classes ne soit plus vive comme au temps de la bande a Soumane dit Moustique qualifié par les étudiants CDR de la maison des étudiant Fessart a Paris : Pourtant en 1975 les syndicats Burkinabé avec les même Soumane le moustique, ont montré leur vrai visage de vitalité avec la grève des 17 et 18 Décembre.

      En 2017, les exploités se défendent comme ils peuvent contre les puissants riches, et cette lutte n’est plus très vive. Pour que cette lutte devienne vive, la classe ou les classes exploitées doivent prendre conscience de leur exploitation et se donnent la volonté politique de mettre fin à cette exploitation en s’organisant pour lutter : C’est ce qui se passe avec la crise du système éducatif dont plusieurs organismes syndicaux et des partis politiques de l’opposition s’unissent avec les syndicats de l’éducation pour défendre leurs droits. Pour lutter efficacement contre cette classe bourgeoise dont tu évoques, il nous faut une classe prolétarienne pour faire réfléchir la classe dite bourgeoise qui exploite et opprime tout sur son passage. Merci de me lire.

  • Le 29 décembre 2017 à 10:12, par natatéka
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    je vous en prie laisser le ministre cousin du président se tromper.quant on veut jouer au griot on fait l’effort d’’être bon ;les griots de son genre(les piètres)ne peuvent que desservir le roi.Monsieur Eric le spécialiste des gré à gré des marchés dont les études et les négociations auprès des bailleurs de fonds ne sont que les œuvres de ses prédécesseurs doit apprendre à se taire ;Monsieur le Ministre vous savez vous même que n’eut été vos liens de famille avec le président vous ne serez pas ministre car vous n’avez pas le bagage nécessaire pour diriger ce ministère.
    Sachez que vous êtes le dernier des Ministres que le ministère est connu car incapable de convaincre les bailleurs de Fonds pour le financement de nouveaux projet.Dites s’il vous plaît au peuple ce que vous avez pu faire dans ce sens en deux ans.

    François 2 vous irez tôt ou tard négocier une nationalité

  • Le 29 décembre 2017 à 13:57, par Ka
    En réponse à : Eric Bougouma, ministre des infrastructures : « 2020 est dans la poche »

    Oui Kwiliga je confirme : D’ailleurs Warren Buffet l’arrogant milliardaire ne se cachait pas d’être contre l’idéologue Karl Marx dont son idéal était de lutter aux cotés des opprimés qui restent du poison pour les bourgeois. C’est vrai, la lutte des classes doit suivre les évolutions du 21e siècle. C’est pourquoi, même au pays des hommes intègres très réputé pour la vitalité de son syndicalisme qui est l’avant-garde de la lutte de classe, il arrive que la lutte des classes ne soit plus vive comme au temps de la bande a Soumane dit Moustique qualifié par les étudiants CDR de la maison des étudiant Fessart a Paris : Pourtant en 1975 les syndicats Burkinabé avec les même Soumane le moustique, ont montré leur vrai visage de vitalité avec la grève des 17 et 18 Décembre.

    En 2017, les exploités se défendent comme ils peuvent contre les puissants riches, et cette lutte n’est plus très vive. Pour que cette lutte devienne vive, la classe ou les classes exploitées doivent prendre conscience de leur exploitation et se donnent la volonté politique de mettre fin à cette exploitation en s’organisant pour lutter : C’est ce qui se passe avec la crise du système éducatif dont plusieurs organismes syndicaux et des partis politiques de l’opposition s’unissent avec les syndicats de l’éducation pour défendre leurs droits. Pour lutter efficacement contre cette classe bourgeoise dont tu évoques, il nous faut une classe prolétarienne pour faire réfléchir la classe dite bourgeoise qui exploite et opprime tout sur son passage. Merci de me lire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés