Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

Opinion • jeudi 21 décembre 2017 à 00h29min

Interpelé en France, suite à un mandat d’arrêt international, pour son implication présumée dans l’affa Norbert Zongo, François Compaoré doit comparaître le 7 mars 2018 pour savoir s’il sera extradé ou pas. En attendant, le débat fait rage entre les spécialistes du droit sur la question. Me Paul Kéré qui pronostique la non-extradition de M. Compaoré, répond ici à son confrère Yves Kinda, qui défend le contraire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

Droit de réponse à Mon Excellentissime Confrère Yves KINDA, Docteur en Droit, Avocat.

Mon Cher Confrère,

Il fallait juste exposer votre argumentaire sans remettre en cause ma probité et mon honnêteté intellectuelle. Laissez cette sale besogne aux internautes de mauvais augure ! C’est une erreur gravissime, néanmoins réparable, compte tenu de l’excellence de nos relations amicales et confraternelle mais dans une fermeté et une franchise inaltérables.

Pour la seconde fois consécutive je me vois dans l’obligation de répondre, par voie de presse interposée, à un Confrère. C’est sans doute un échec de la confraternité.... et j’ai beaucoup hésité à répondre à mon Confrère qui n’a eu que presque quelques (4) années d’âge au barreau de paris qu’il a d’ailleurs dû brutalement quitter pour la fonction publique burkinabè, choix que je respecte au plus haut degré, tellement j’en serai incapable.

La première fois que j’ai été confronté à ce problème de confraternité par voie de presse fut celle de ma réponse à mon Excellent Confrère Guy Hervé KAM qui s’était fourvoyé sans doute involontairement sur la participation de la diaspora à la vie politique burkinabè. L’histoire de la vie politique burkinabè m’a entièrement donné raison puisqu’à la date de ce jour, la diaspora burkinabè a toujours été tenue à l’écart de la vie politique de notre pays alors que notre apport aux débats socio-politique, financier et intellectuel est gigantesque et ce, contrairement aux dispositions de l’article 12 de la Constitution du 3 juin 1991 qui stipule que « tous les burkinabè sans distinction aucune ont le droit de participer à la gestion des affaires de l’État et de la société et à ce titre, ils sont électeurs et éligibles.... »

On se demande même si la diaspora burkinabè sera présente aux prochaines élections présidentielles et législatives ?

Au lieu de mener ce combat, c’est plutôt un combat d’arrière-garde que mène un des nôtres pourtant assis au Mpp.

En effet, j’avais espéré qu’au regard de l’implication énorme de mon Confrère et Ami avec Grand « A », Me Yves KINDA dans la campagne politique agressive du Mpp à Paris, cette bataille victorieuse ferait de lui, notre Ministre des Burkinabè de l’étranger même si je n’ai rien contre le titulaire du portefeuille actuel.

Cependant, lorsque j’ai appris par des parisiens, sa base électorale de prédilection, que son émargement au budget de la fonction publique burkinabè, notamment au poste de celui qui doit s’occuper de l’assurance-maladie des Burkinabè et que certains caciques du Mpp (dont je tairai volontairement les noms, tranquillos) ont trouvé que mon ami et Confrère n’était qu’un arrogant et un imposteur, j’ai trouvé que ce jugement était très sévère à son encontre

J’avais donc de la compassion pour lui, d’autant qu’il a abandonné femme et enfant à Paris pour aller se consacrer à la vie politique burkinabè, ce dont j’en serai incapable et pour lequel je suis admiratif de mon Confrère KINDA.

Mais cette admiration fut de courte durée pour plusieurs raisons dont les plus importantes sont :

D’une part, au-delà de son argumentaire qui ne constitue en réalité qu’une relativisation des arguments inaliénables et « inaltérables » que j’avais développés sur le sujet de l’impossibilité d’extradition par les juridictions françaises au Burkina Faso de notre frère burkinabè, Monsieur Paul François COMPAORE et, d’autre part, surtout, au-delà de la saine critique, le déni d’honnêteté intellectuelle dont Yves KINDA m’a gratifié en dépit de son amitié et de sa confraternité sont inadmissibles.

Cela m’a conforté dans mon idée que j’avais bien fait de refuser d’adhérer à la section Mpp de paris, lorsque le même Yves KINDA, actuellement omis du Barreau de paris (et qui continue néanmoins, par abus d’écriture d’arborer fièrement cette appartenance au Barreau de Paris dans un écrit public) me le proposait avec ses amis Mpp de Paris.

C’est le lieu de préciser que lorsqu’on émarge au budget de l’État burkinabè, de quelque sorte, on ne doit plus se prévaloir de la qualité d’appartenance à un barreau bien que l’on demeure Avocat et Maître. Sur ce plan, notre Bâtonnier burkinabè doit se montrer intransigeant avec les avocats burkinabè qui cumulent l’exercice de la profession avec des postes payés par la fonction publique burkinabè ou autres dérivés d’ONG et institutions para étatiques. Les avocats ne doivent pas prendre la place des autres dans la fonction publique ou dans les institutions para étatiques en cumul avec l’exercice de leur profession d’avocat, parce que ces places sont chères....pour nos compatriotes. Cela est formellement prohibé afin de garantir l’indépendance de notre profession. Dès la prise d’une autre fonction, l’Avocat doit se faire omettre de son barreau. C’est une règle fondamentale !

C’est le lieu de rappeler que l’exercice de la profession d’avocat est incompatible avec toutes autres professions, sauf celle d’enseigner.

Je comprends donc parfaitement que mon ami et Confrère, devenu fonctionnaire de l’État Mpp se croit obligé de rétorquer (en les relativisant simplement) aux arguments juridiques pertinents, dirimants et infranchissables précédemment exposés concernant l’impossibilité absolue (je persiste donc et je signe) d’extrader Monsieur Paul François COMPAORE vers le Burkina Faso, fut-il son pays d’origine.

Un adage moaga nous enseigne que « la bouche ne peut pas manger et déblatérer ensuite le mal, sinon, c’est l’anus qui vaut mieux que cette bouche ».

Mon Cher Ami le Kôrô Yamyélé ne me dira pas le contraire. Dont Acte. Félicitations au passage à ce vrai Ami (Invisible pour le moment), décoré unanimement de l’ordre de Commandeur dans l’ordre national et international du mérite avec agrafe « internaute bienveillant ». Cette décoration est une invite à la persévérance dans la droiture et l’honnêteté intellectuelle même sur les fora.

Mon Cher Confrère et Ami Yves, même si tu « manges » « grassement » au Mpp, il convient de conserver un minimum d’intégrité et de dignité sinon, la faim peut finir mais pas la honte.

Pour en venir à ton argumentaire, sa publication ne fait que reprendre, comme chacun le constatera mon argumentaire pour, finalement, créer une confusion regrettable en se contentant de relativiser cette argumentation puisque ta conclusion consiste à faire dépendre la décision d’extradition des juridictions françaises à la nature de la qualité des relations diplomatiques entre la France et le Burkina Faso.

Que nenni ! Les juridictions françaises ne s’embarrasseront certainement pas de ces relations diplomatiques pour asseoir leur décision de refus d’extrader M. Paul François COMPAORE et tu le verras de ton vivant….

Et comme désormais, il faut faire dans le subjectivisme, constatons simplement que, d’une part, la « vandalisassion » émotionnelle et épidermique du domicile personnel de Monsieur Paul François COMPAORE par ton « vulgum pecus » et, d’autre part, l’exfiltration de ce que tu as appelé peu gentiment et de manière partisane le « petit Président » et j’ajoute du Grand Président par l’armée française m’obligent à croire dur comme fer que leur vie respective était en danger de mort immédiate, toutes choses concourant aux bonnes relations entre nos deux pays.

Vous ne pouvez donc pas affirmer qu’en « matière de risque d’exécution », il vous semble que le « Burkina est d’ailleurs à des années lumières de la pratique constatée aux Etats-Unis…. ». C’est pire au Burkina ! on vous brûle vif sans jugement même à l’occasion d’un simple accident de la circulation même si vous avez raison. Imaginez-vous encore un tant soit peu que notre Confrère Maître Gilbert Ouédraogo et sa famille se trouvassent à l’intérieur de leurs maisons respectives qui ont brûlé. Et d’ailleurs, notre Confrère et mon Ami de trente ans Gilbert Noël OUEDRAOGO et sa famille ne sont pas les seuls à avoir eu leurs maisons incendiés par des commanditaires de je ne sais quel parti, gavant de "Thramazol" certains jeunes éberlués qui ont accompli de sales besognes au nom d’un idéal insurrectionnel…. C’est connu et reconnu, Cher Confrère, ces menaces par voie de presse interposée entre le Cdp et le Mpp avant le passage à l’acte incendiaire des maisons. Sans me mêler de ces luttes fratricides absurdes de fous furieux haineux et, afin de couper court à toute polémique stérile entre deux Confrères amis, contrairement à tes arguties de jeune confrère, "La Cour européenne des droits de l’homme, a une jurisprudence très innovante en matière d’extradition. Elle refuse d’extrader un individu sous la juridiction d’un État membre, si celui-ci est condamnable à la peine de mort dans son pays d’origine. Elle le justifie en déclarant que les conditions entourant la peine de mort (« syndrome du couloir de la mort », angoisse, délai d’attente…) constituent un traitement inhumain et dégradant (La Cour opérant des degrés dans la qualification des faits), ce qui est contraire à l’article 3 de la Convention Européenne des droits de l’homme. (Arrêt Soering c/ Royaume-Uni, 7 juillet 1989). Depuis, la jurisprudence a évolué et la peine de mort est de plus en plus autonomisée. Elle devient un acte de torture en soi, que la Cour peut directement condamner. Grâce à la CEDH, on opère une « protection par ricochet » des étrangers contre les mesures de leur pays d’origine. Le refus d’extrader par un pays n’appliquant pas la peine de mort vers un pays l’appliquant est un des six principes inaltérables gérant toutes les demandes d’extradition (source : site officiel d’Interpol)".

Ta référence à un référendum qui abolirait la peine de mort n’est pas d’actualité et tu le sais bien. Il en est de même de ma participation à la commission constitutionnelle.

En attendant, la peine de mort fait partie de notre arsenal malgré les moratoires cités par mon Confrère. Qui est donc, de nous deux, (dans cette querelle byzantine juridique d’Avocats que tu m’imposes), plus honnête, intellectuellement que l’autre, indépendamment des "frasques sexuelles" sur fond de mensonges éhontés, outre les escapades nocturnes burkinabè des uns et des autres ? Les mossis disent que « le secret ou la parole est dans le ventre et la maison est bien gardée ». « Gom bé Puug, in bé neere ».

Mais si vous voulez me pousser dans mes retranchements, je serai obligé de mettre tout sur la table en attendant même la vérification de mes arguments juridiques sur la non-extradition de Monsieur Paul François COMPAORE vers notre pays par les juridictions françaises. Ne dites pas que c’est de la seule volonté de la France, mais aussi et surtout de l’application du droit par des magistrats indépendants français.

Enfin, pour couper encore court à toute polémique inutilement vexatoire et en guise de conclusion partielle, je recommanderais gentiment à ce jeune confrère de se garder de la politique et de ses politiciens qui sont capables de vous retourner comme une « galette » dans un fournil par l’argent et tout le faste factuel éphémère mondain. C’est pourquoi je n’ai pas voulu vous suivre dans votre aventure Mpp.

Sinon, comment comprendre qu’un jeune Confrère, aussi brillant en Droit des Affaires et qui n’a jamais failli aux relations amicales et confraternelles à mon égard peut s’autoriser, de go, à remettre en doute l’honnêteté intellectuelle d’un aîné de plus de 15 ans d’âge dans la profession sur des arguties juridiques qui consistent simplement à relativiser les arguments pertinents exposés, juste pour faire plaisir à ses chefs, toutes choses contraires à l’indépendance et à la noblesse de notre profession d’avocat. Un avocat demeure un avocat même nommé Ministre ! Avec le respect de notre serment : « Je jure comme avocat d’exercer ma fonction avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité ».

Ce qui est sûr, c’est que je ne t’en tiendrai aucune rigueur pour la simple raison que ce n’est pas toi qui ait « pondu » ce papier de dénégation de mon honnêteté intellectuelle de ta propre initiative, non pas que tu n’en sois pas capable mais parce que la politique est aussi l’art de « boxer » en-dessous de la ceinture même un Confrère et un Ami, pour ne pas dire sa mère ou son père.

C’est pourquoi je refuse de descendre avec toi dans le caniveau pour danser la politique au risque de sortir un peu sale. Je ne remettrai jamais en cause ton honnêteté intellectuelle même si je ne partage pas tes arguments. N’oublies jamais les termes de ton serment d’avocat quel que soit ce qui t’est imposé dans le Mpp car c’est en confrontant constamment ce serment que tu réussiras la mission qui t’est confiée pour la santé des burkinabè. Je te souhaite en tout cas, de t’épanouir pleinement dans le Mpp, de réussir surtout ta mission en espérant qu’après l’audience de la Chambre de l’Instruction de la Cour d’Appel de Paris du 7 mars 2018, chacun de nous deux sera fixé sur la solidité de ses arguments.

Mais de grâce, respecte l’indépendance des juges français qui ne subordonneront certainement pas leur décision dans le dossier de Monsieur Paul François COMPAORE à l’excellence certaine des relations bilatérales entre la Douce France et le pays des hommes intègres, le Burkina Faso.

Avec mon Excellente et parfaite considération confraternelle et amicale et l’expression de toute l’estime en laquelle je te tiens.

Paul KÉRÉ
Docteur en droit de L’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne
Avocat inscrit au Barreau du Burkina Faso et de Nancy.


Lire aussi : Affaire Norbert Zongo : Pour Yves Kinda, François Compaoré pourrait bel et bien être extradé vers le Burkina Faso


Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 décembre 2017 à 22:23, par Saksida
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Cest pathetique de voir comment nos sois disant intellectuels se bagarrent comme des pedales au lieu d’aider le pays à avancer et connaitre enfin la voie du développement. Maitre Kere tu as bouffe avec le cdp alors quest ce qui te fait mal aujourdhui de savoir que lun de tes confreres "bouffe" avec le mpp ? . Mets bien dans ta petite tête que ton idole compaore sera jugé quelqu en soit la décision des juges francais, mets aussi dans ta petite cervelle que meme si PFC nest pas extradé vers le burkina cela nempechera aucun burkinabè de vivre .tu sembles vouloir montrer aux lecteurs que tu es un avocat hors pair alors pourquoi PFC ne ta pas choisit pour le defendre sachant que tu es l avocat le plus parisien de tous les burkinabè ?faut quitter dans la mediocrite tu as compris ?

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 07:08, par Me Kere
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Toi « Saksida » ou Zirisoaba tu es sûr que j’ai « bouffé » avec le Cdp ? Une telle affirmation, sans aucune preuve justificative à l’appui a fini de me convaincre que tu es un vrai rigolo. Tu fais parti de la race de ceux que mon ami Kôrô Yamyélé appelle les « zigotots ». Qu’est-ce toi tu attends, comme tu es un intellectuel accompli pour développer le Burkina Faso, notre bien commun, au lieu de venir raconter tes niaiseries.Je te mets au défi de démontrer que le Président Blaise COMPAORE est mon idole. Mon idole c’est Dieu et lui seul. Quand ton ignorance étalée sur la toile tente vainement de nous emmerder. Me Kéré.

      Répondre à ce message

      • Le 21 décembre 2017 à 16:08, par idi
        En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

        Franchement, tu n’as pas grouillé. où sont tes contre-arguments ? rien que des ragots. A ton âge, mieux valait se taire que nous servir cette vomissure ! Je supplies à Yves KINDA de ne pas lui répliquer, car dit-on si tu donnes un coup de pied à l’âne en guise de réplique, tu deviens comme lui !
        Toi tu es comme ça non ? C’est quelle folie de grandeur ça ? Toi tu vaut mieux que Yves KINDA, c’est ça que tu veux nous faire voir, mais on sait désormais qu’il vaut mieux que toi, car il ne t’as pas du tout attaqué et toi tu l’accables, l’insulte, le rabaisse .... Tu as donné l’effet inverse. Stp, ne fais pas comme ça !
        je te demande de donner tes contre-arguments et cesser de répondre aux injures.
        Amitié.

        Répondre à ce message

      • Le 22 décembre 2017 à 10:36, par Mafoi
        En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

        Mon pauvre docteur en droit-avocat,tu es la parfaite illustration qu’un intellectuel sans éducation peut s’avérer être un danger public,une arme de destruction massive pour l’humanité.A bon entendeur,salut !

        Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 09:58, par remember-last-summer
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      c’est vous qui liez le destin du Burkina à une condamnation de François (si bien que vos étudiants ont pensé que son extradition est la principale chose qu’il fallait demander au petit macron). ceux qui savent, savent que François a été piégé dans cette affaire et que le meurtre de Henri Sebgo aurait été commandité pour lui faire porter le chapeau et l’écarter de la succession de Blaise. certains craignaient que les malversations dans leur ministère ne soient revelées et les clés du vehicule de Henri Sebgo auraient été remises à certains après son assassinat.
      les français profiteront soutirer quelques millions à François et obtenir aussi la suppression de la peine de mort

      Répondre à ce message

      • Le 21 décembre 2017 à 14:31, par Nina Poukame
        En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

        @@remember-last-summer, vous dites bien que, je vous cite : "Ceux qui savent savent que François a été piégé dans cette affaire et que le meurtre de Henri Sebgo aurait été commandité pour lui faire porter le chapeau et l’écarter de la succession de Blaise."
        Ainsi donc, il faudra chercher les commanditaires parmi ceux, en dehors de Francois, qui pouvaient donner des ordre et fournir les moyens necessaires aux elements du RSP pour aller tuer bruler Norbert Zongo et ses compagnons ? Il faudra alors que Blaise Compaore lui-meme et Diendere soient entendus dans cette affaire. Car, si ce n’est pas l’un c’est donc l’autre. A mois que ce ne soit toi-meme. Montre toi a visage decouvert qu’on te cite a comparaitre.

        Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 13:49, par tata
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Je me découvre une nouvelle vocation ("la lecture") ha que c’est hallucinant !!!, j’attends l’autre droit de réponse.

      Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 16:34, par Bobo
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Me Paul Kéré ,vous avez le soutien inconditionnel et sans failles du Grand Ouest et du sud -ouest .

      Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2017 à 06:52, par Alidou Sanfo
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Est-ce que Paul est un intellectuel ? il fait beaucoup de bruit mais c’ est précisément parce qu’ il sait qu’ il ne pèse pas lourd. Papiers de blanc, il a eu , oui, mais intellectuel ? Paul,il en faut plus pour que je sois situé. La faim va finir, pas la honte. C’est la meilleure phrase que vous ayez dite. Elle s’ applique tellement bien pour votre modeste personne.

      Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2017 à 22:26, par verité no1
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Me Kere, pas d’attaques personnelles sur votre confrere !!!!!
    Un proverbe moaga dit que ce n’est pas celui qui est age qui connait l’elephant mais plutot celui qui a fait la brousse qui connait l’elephant !
    Acceptez votre defaite et on va organiser la mediation car on vous aime tous !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2017 à 22:33, par TINDANO
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Kéré, un aîné ne s’exprime pas comme ça. Visiblement il y a un problème de personne entre vous et Kinda. Franchement je suis très déçu en lisant un intellectuel de votre trempe et de votre âge qui utilise un langage de la rue que même des adolescents n’ont pas droit d’utiliser. J’aimais tellement vous lire parce que vous écrivez bien. Votre réponse est pleine de haine et ce n’est pas bien. On dirait que vous souffrez de voir Me Kinda au mpp. Vous êtes plus étalé sur sa vie privée que sur ses arguments. C’est là qu’on vous attendait. Et il y a beaucoup d’orgueil dans votre texte. Ne faites plus ça Me. Vous décevrez vos lecteurs.

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 14:00, par Madjer
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Tindano tu n’es pas obligé de lire Me Kéré si tu veux d’ailleurs ne le lis plus et tu verras s’il va arrêter d’écrire. Même toi si quelqu’un s’attaque à toi pour mettre en cause ton honnêteté intellectuelle et ta probité tu vas répliquer. Est ce que toi même tu comprends français pour dire que Me Kéré parle comme un homme de la rue. Ou bien c’est parce qu’il a évoquer l’appartenance de votre faux avocat Yve au MPP qui t’a fait mal ? Si c’est cela qui te mal alors fais ce que tu peux faire !!! il a dis pian !!!!

      Répondre à ce message

      • Le 21 décembre 2017 à 18:07, par Trankilos
        En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

        Ça suffit, tu n’as rien lu de l’écrit de monsieur KINDA. Avec honnêteté, va relire, et trouve une seule attaque contre qui que soit. Relis celui (aussi de KERE, si si) et tu ne trouveras rien de règle de droit ou d’enseignement.
        Quant on saute des titres à son clavier, c’est toujours le ridicule qui délecte les lecteurs.

        Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 14:30, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      - Hey ! Toi TINDANO, on ne parle pas des Koglweogos, ni des croques-morts ici, et on ne parle pas la langue gulmacema ici non plus ! Pourquoi tu racontes des choses qui énervent mon ami Madjer ?! Casse toi, t’a rien à faire ici dans un débat d’intellectuels !! Rejoint ton Koala derrière le bas-fonds de Manni et qui est innaccessible en saison des pluies !!

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2017 à 22:49, par Burkinabè
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    - "(...) j’ai beaucoup hésité à répondre à mon Confrère qui n’a eu que presque quelques (4) années d’âge au barreau de paris qu’il a d’ailleurs dû brutalement quitter pour la fonction publique burkinabè (...)"

    J’ai lu, avec une très grande joie, la réponse de Me KINDA à votre (Me KERE) écrit. Me KINDA a brillamment exposé comment M. Paul François COMPAORE pourrait être extradé au Burkina Faso. Me KERE, vous dites que Me KINDA n’a passé que 4 années au barreau de Paris ? Alors dans ce cas, il faut admettre que Me KINDA est d’une très grande intelligence car il n’aura pas eu besoin d’y passer plus de temps pour pouvoir prouver plus tard l’"extradabilité" (si un tel mot existe) de M. Paul François COMPAORE, chose que d’autres avocats sont incapables de faire, même étant inscrit au barreau après plusieurs années (plus de 4 ans certainement) ! Chapeau Me KINDA ! Continuez ainsi car le Burkina Faso a besoin des fils comme vous, que vous démissionniez "brutalement" ou non du barreau ou que vous intégriez ou non la fonction publique burkinabè !

    - "Au lieu de mener ce combat, c’est plutôt un combat d’arrière-garde que mène un des nôtres pourtant assis au Mpp."

    Cette affirmation vaut son pesant d’or, venant de votre part ! En effet, vous reconnaissez, sans ambiguïté, que vos confrères sont incapables de mener des combats que vous trouvez nobles. Alors pourquoi attaquer le MPP ? Ce n’est pas le MPP qui occupe le poste de votre confrère et qui travaille à sa place. Le MPP a appelé votre confrère pour qu’il fasse valoir ses compétences. S’il (ledit confrère) est incapable de mener vos combats, laissez, s’il vous plaît, le MPP en dehors de tout cela. Attaquez plutôt votre confrère !

    - "Il fallait juste exposer votre argumentaire sans remettre en cause ma probité et mon honnêteté intellectuelle"

    J’ai lu la réponse de Me KINDA mais je ne l’ai pas trouvé insultant à votre égard. L’article de Me KINDA n’a aucunement remis "en cause (votre) probité et (votre) honnêteté intellectuelle".
    Mais lorsque vous dites "mon ami et Confrère n’était qu’un arrogant et un imposteur", je trouve que c’est insultant et blessant. Chez les mossés (et non "mossis" comme vous avez écrit), on dit souvent que nab tuud la yèta. Même si ce ne sont pas vos propos, le fait de les reprendre ici, dans votre article, est comme si vous les tenez vous-même (vous cautionnez les propos utilisés). Pour quelqu’un qui ne vous a pas insulté, lui répondre en l’insultant témoigne de votre "honnêteté intellectuelle".
    Même "arrogant"" et "imposteur", Me KINDA a su trouver les mots justes qui prouvent que M. Paul François COMPAORE peut bel et bien être extradé. C’est là le noeud même de vos écrits : vous deux écrivez pour informer l’opinion publique si oui ou non M. Paul François COMPAORE peut être extradé ; il n’est nullement question d’exposer la vie de quelqu’un ou d’insulter qui que ce soit ; qu’on reste donc dans la force des arguments car l’argument de la force est le langage même des faibles.

    - "Cela m’a conforté dans mon idée que j’avais bien fait de refuser d’adhérer à la section Mpp de paris, lorsque le même Yves KINDA (...) me le proposait avec ses amis Mpp de Paris."

    C’est là tout le problème du Burkina Faso : la majeur partie (sinon la totalité) de nos intellectuels s’engagent en politique alors que la "politique" telle que menée au Burkina Faso ne peut rien apporter comme développement aux Burkinabè. Chacun devrait s’en tenir à son premier rôle et oublier la politique (c’est ainsi que cette dernière mourra de sa belle mort) et on verra si on ne va pas se développer.

    - "Les avocats ne doivent pas prendre la place des autres dans la fonction publique ou dans les institutions para étatiques en cumul avec l’exercice de leur profession d’avocat"

    Là vous avez entièrement raison. Pendant que certains cumulent plus d’un poste, d’autres n’en ont aucun !

    - "Mon Cher Ami le Kôrô Yamyélé ne me dira pas le contraire"

    Le Kôrô Yamyélé est irréprochable. Bien qu’étant docteur en droit (et j’insiste sur le petit "d"), je crois que vous avez des leçons à apprendre avec le Kôrô Yamyélé.

    - "Mon Cher Confrère et Ami Yves, même si tu « manges » « grassement » au Mpp"

    Ah ! Me KERE, du respect pour les autres. Dans votre premier article, vous insultiez aussi les avocats choisis par l’Etat burkinabè pour défendre son dossier à Paris. Ici encore vous insultez votre "Ami" à travers l’usage de termes extrêmement péjoratifs. Mais c’est, à n’en point douter, le signe d’une nervosité de votre part. Et quand on commence à s’énerver, c’est qu’on est à court d’idées. Dommage pour les clients de ce "avocat" (que je mangerai bien en crudités) !
    En tout cas, Me KINDA, continuez à manger car la faim peut pousser parfois certains à tenir des propos discourtois !

    - "vandalisassion"

    Oui, c’est une faute (je dirai une coquille) de la part de Me KINDA. Ces genres de coquilles sont inhérentes aux longs écrits. N’oubliez pas (dans les commentaires) qu’un enseignant (certainement de Français) vous a corrigé en disant que c’était une faute (là c’en est bien une et non une coquille !) d’utiliser le subjonctif sur le mot "sollicitasse"

    - "Sinon, comment comprendre qu’un jeune Confrère, aussi brillant en Droit des Affaires (...) peut s’autoriser, de go, à remettre en doute l’honnêteté intellectuelle d’un aîné de plus de 15 ans d’âge (...)"

    Comment comprendre ? La réponse est dans votre question même ! C’est parce qu’il est plus "brillant" que vous apparemment !!! Il n’a pas besoin d’avoir tel nombre d’années de plus que vous pour vous répondre. Il est plus brillant que vous, c’est tout simplement un génie ! Ne dit-on pas qu’"aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années" ?

    - "Mais de grâce, respecte l’indépendance des juges français (...) la Douce France et le pays des hommes intègres, le Burkina Faso."

    Ecoutez Me KERE, si vous n’êtes pas fier du Burkina Faso ou d’être Burkinabè, vous pouvez vous lever, aller à Ouaga 2000 (à dos d’âne si vous le voulez), remettre votre certificat de nationalité. On n’oblige personne à aimer ce pays-là malgré ses défauts (tous les pays en ont et je crois que ceux du Burkina Faso sont moins graves par rapport à certains "doux" pays) !

    - "(...) la fonction publique burkinabè (...)"

    Me KERE, là, je vous tire mon chapeau aussi ! Vous avez écrit "burkinabè" et non "burkinabé" comme lors de votre article précédent. Cela prouve que vous savez reconnaitre quand vous êtes en tord et c’est une qualité des grands hommes.

    Au plaisir de lire votre réponse !

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 14:31, par Madjer
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Burkinabé Me Kéré a autre chose à faire que de s’occuper des ln1 comme vous autres. En mathématique ln1 =0 Donc comprenez aisément ce que je veux dire. Votre écrit n’est qu’une litanie de platitude. Par conséquent je t’invite à relire la réplique de son excellence Me Kéré même si cela peut tu tuer, pour comprendre comment votre minable de Yve KINDA s’est livré cadeau. Si celui qui sait ne dit rien à priori , celui qui ne sait pas doit se taire à fortiori. Un proverbe sénoufo dit ceci : un homme édenté ne doit pas être impliqué dans une bagarre de cure-dent. ça veut dire que, si tu n’as pas de dent, ne rentre pas dans une bagarre avec des gens qui ont leurs dents. Toi Yve petit avocat tu veux te comparer à des monstres juridiques comme son excellence Me Kéré ? Mon ami burkinabé vraiment accepte et reconnaît la valeur incontestable et incontournable de son excellence Me Kéré, et Dieu va te grandir. Accepte mes conseils mon ami et tu verra, car Dieu même a dit de respecter les grands. Si tu ne peux pas respecter son excellence Me Kéré, donc tu ne pourra même pas respecter Dieu. Me Kéré au burkina est un don de Dieu ; ça il faut le reconnaître

      Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 15:36, par Me KERE
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Merci "Burkinabè" En fait c’est mon clavier qui me jouait des tours sinon, j’ai participé avec Monsieur L’abbé de Gounghin Robert à la conception du nom burkinabè. Tapez burkinabè sur votre clavier. Il vous donne sur Google burkinabé. Mais je suis heureux que vous soyez revenu à de meilleure fortune. OK pour les critiques saines, mais non aux injures et aux dénigrements infondés. Me KERE

      Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 16:45, par Jubal
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Mon ami Burkinabè, vous savez ce qui vous fait mal ? C’est le fait que Me Kéré a révélé que Me Kinda occupe bel et bien un poste politique sous la banière du MPP. En quoi un tel type va être objectif ? Vous croyez qu’il a fuit Paris pour rien ? Mon oeil !
      Ensuite, Me Kinda a été bel et bien été très imprudent car, habillé de la blouse du MPP et le ventre plein, il n’avait pas à remettre en cause l’honneteté intellectuelle de Me Kéré.
      Mais dans tout ça, au lieu que nos autorités politiques (dont Me Kinda) s’occupent des vrais problèmes des Burkinabè, ils passent leur temps à répandre la haine et à s’en prendre aux proches de Blaise Compaoré. Ca fait pitié !

      Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2017 à 22:52, par Yamasoaba
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    En lisant ce texte, j’ai ressenti beaucoup de peine pour vous Maître Kere... La meilleure réponse a donner a ce texte par Maître Kinda est un silence d’or. Face a la bêtise humaine, le silence est plus parlant...

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2017 à 23:17, par Sawadogo baradey
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Désolé maître kere, ou vous n’avez pas lu me Kinda ou vous êtes un pitoyable arrogant que la société burkinabé vomit. D’habitude, je suis mesuré dans mes propos mais cette fois, je suis hors de moi même, vu la violence des mots que vous utilisez. Nulle part dans son ecrit, me kinda ne vous a manqué du respect, nulle part !. Vous êtes Dieu pour qu’on ne vous critique pas ?
    Un intellectuel de votre rang qui choisit volontairement de s’ attaquer, toute honte bue à un confrère, de façon gratuite, est pauvre d’esprit, fut il docteur. Vous pouvez exposer votre point de vue, qu’on est libre d’accepter ou réfuter, dans le respect de l’autre.
    Arretez de faire le lien entre le MPP et le sort de François compaore. la plupart des gens qui s’ expriment sur le sujet, n’ont rien à voir avec la politique et c’est bien mon cas. Je croyais que les études rendaient les gens meilleures mais avec vous, je suis désespéré.
    Vous manquez d’education !

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2017 à 23:33, par Raoa
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Me Kinda ne reponder pas à ce miserable Kéré. Me Kéré tu es vraiment tomber si bas en repondant par des injures.On sent que tu as pris des VLOP de PFC. Que pfc soit extradé ou pas c’est déjà une victoire pour le peuple Burkinabè.Ce montre ne poura plus jamais venir au BF et commettre ses sales besognes comme l’assassinant de Norbert. On sent en toi un partisan farouche de la cause des compaoré. Mais tu souffrira comme eux, car comme disait le Pr Ki-Zerbo, on ne peut pas échapper à tous les tribunaux notamment celui de Dieu. Ce tribunal condamnera ton champion PFC. Dieu essuiera les larmes de la famille Zongo.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2017 à 23:47, par Abcd
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Avec des soi disant intellectuels comme ça comment on vas avancer . Parler en longueur de journée. En tant qu’ ingénieur ça me fait très mal de voir que la majorité de nos intellectuels ne savent que parler. Rien d’autre.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2017 à 23:56, par WALAYE
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Vous là même oh, c’est devant quel tribunal vous êtes ? Si personne ne demande à vous connaitre, laissez les gens tranquille. WALAYE ;

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 00:08, par Jerkilo
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    C’est malheureux et malséant que des confrères avocats descendent à ce niveau de bassesse morale dans des attaques personnelles. Surtout Me Kéré qui se prétend grand frère ou doyen de Me Kinda. D’autant plus que dans son droit de réponse, son argumentaire n’est pas plus approfondi.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 00:08, par Sidpasata-Veritas
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Je vous le redis : le jour où Me Paul KÉRÉ va manifester un signe d’humilité, il ne sera plus lui-même et ne vivra plus longtemps. Il est toujours comme ça : plein de lui-même et de rien d’autre. On y peut rien !

    Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 19:32, par Jean-Louis Bognini
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Pourtant, il a redoublé la 1ere Année de Droit. Et aujourd’ hui il joue le connaisseur meilleur avocat. Naturellement, tout le monde peut se prendre pour le meilleur. le rêve est permis.Depuis qu’ il est aprti faire le doctorat, il a eu un tel regain de fierté et d’ arrogance.Alors que tout le monde sait qu’ il écrit tellement mal !

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 00:44, par Vilazoi
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Kere,

    Il fallait juste exposer ton argumentaire sans faire etalage de politique ni remettre en cause la probité et l’honnêteté intellectuelle de Me Kinda. Tu n’as rien dit de bon dans ton droit de reponse sinon que vouloir salir Me Kinda et le peindre comme un monsieur ala solde de la politique. A quoi bon ? Donne ton argument et laisse le politique. Me Kinda n’a pas dit que FC sera extradie, il dit qu’il pourra compte tenu de...........
    Arrete donc de nous pomper l’air et de te croire intelligent. Ce n’est pas parce que tu as plus de 15 ans que Me. Kinda que tu es plus sage ou plus intelligent. Yen a marre des vieux cons !
    En plus, enleve ta photo la, c’est vilain

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 01:09, par Gayendé
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Maître KERE a tellement horreur d’être contredit (par un moins expérimenté de surcroit) que le grondement de sa colère étouffe la cohérence de son argumentation. En tout cas, plus que son jeune confrère qui a réussi à rester sur le terrain juridique, ce sont ses écrits à lui qui manifestent clairement ses motivation et engagement politiques. J’avoue tout de suite que je fais partie de ceux qui croient salutaire pour notre pays l’engagement en politique de nos vrais intellectuels. Mais je souhaite, pour permettre aux profanes de les suivre, que ceux-ci sachent mener les débats purement techniques sans y engager leurs ferveurs et leurs passions politiques. Les occasions politiques ne manquent pas qui sont plus appropriées aux joutes verbales.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 01:38, par Jerkilo
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    REPONSE DE Me KERE à Me KINDA
    C’est regrettable que des confrères ou collègues utilisent des attaques personnelles comme argument de défense ou de réponse. Il était souhaitable que Me Kéré reste dans le cadre de l’argumentaire dans sa réponse à Me Kinda. Sinon descendre dans des attaques personnelles à caractère moral et politique, c’est malsain et peu honorable pour un confrère qui se prétend grand frère ou doyen de son collègue.
    Il ne faut pas voir la politique comme quelque chose de mauvais. Si la politique est l’art de gérer, de donner son opinion ou de participer à la gestion d’un pays, d’un Etat ou d’une nation, alors elle concerne tout citoyen engagé ou non dans un parti politique. Car, outre les partis politiques, les associations, syndicats et autres OSC, même les leaders et membres des religions font de la politique (ex : opinions sur la modification de l’article 37, etc.). A partir du moment où un individu a une opinion sur la gestion de la « cité », il fait de la politique et c’est son droit sinon son devoir le plus absolu. La constitution burkinabè reconnait à tous les citoyens le droit de participation aux affaires ou à la gestion de l’Etat. Au niveau des partis, il y a les militants qui sont ouvertement engagés et les sympathisants qui ne se manifestent pas ouvertement mais qui peuvent être aussi ou plus efficaces. De par le monde (en Afrique, Amérique, Asie et Europe, etc.), on trouve des avocats qui ont été ou qui sont de grands hommes politiques : je pense qu’il n’y a pas incompatibilité entre être avocat et faire de la politique, il suffit de savoir faire la part des choses selon les circonstances.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 02:07, par M.Kouka
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    C’est fou ce culte de personnalite ! Quelle hysterie cette masturbation intellectuelle en publique qui n’a d’interet pour personne puisque ca ne nous avance pas. Nos intellectuels doivent savoir qu’on les juge par leur contenu bien plus que par leur titre.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 02:55, par Henry
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Voici une lecture biaisée, subjective, digne d’un docteur formé à la Sorbonne. Je rappelle à ce Monsieur que comparer les textes juridiques (juridiquement) français et Burkinabé en affirmant que l’extradition de Paul François Compoaré est impossible sans tenir compte des incertitudes revient à comparer les tirs d’une flèche avec les tirs d’un bazooka, sans faire la distinction entre les deux. Et d’ailleurs les textes juridiques entre les deux pays ne seront pas figés dans le temps. 

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 03:28, par Herman kiendrebeogo
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Si je doit vous corriger les 2.maitre kéré à 0.5/20 puisse qu’il répond en hors sujet et inutile. Et l’autre à 15.5/20 parce qu’il parle que du droit appuyer par des exemples. Donc l’âge n’a rien à voir avec l’intelligence. Peut être la sagesse que tu a même raté ici. On dirait que tu es l’avocat de françois .sil t’avait choisi sa peine allait doubler. Ton collègue ta répondu juridiquement et toi tu attaques sa personne. N’oublie pas que c’est pas interdit que l’élève soit plus intelligent que son maître demain. C’est pas professionnel de ta part. Si tu a fini de manger pour toi laisse lui le faire à son tour. cest ça qu’on veut même. La roue est fait pour tourner. Et quand ça tourne ça avance. Tu es trop arrogant dans ta réponse. J’espère que tu n’enseigne pas à ouaga ici. Car c’est avec les vous autres que le niveau de nos étudiants baisse. Répond aussi dans le droit et laisse nous.

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 15:05, par Madjer
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      herman kiendrebeogo. ; Si tu était un enseignant et que tu devais corriger nos enfants, c’était un suicide national. Dieu connaît le cœur de l’âne qu’il a refusé de lui donner des cornes. Tu sais, c’est cette haine et cette terrible méchanceté qui t’a mit en retard ; Tu vois tu n’arrives toujours pas à te retrouver. Et pire, de façon générale la platitude et la petitesse de vos esprits ne vous permet de comprendre certaine chose. Vous voulez seulement entendre ce qui vous plait, alors que la vie est faite de succès et d’échec. Tu ne me dira pas le contraire. Ton Yve Kinda que tu trouves meilleurs à son excellence et l’inégalable Me Kéré, C’est ce Yve qui va t’infligé une crise cardiaque. Ouvre bien ta bouche et t’assoir ils vont t’emmener François Compaoré. Ne cherche pas à faire quelque chose, le soleil va tomber te laisser ici.

      Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 15:08, par kzl
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Herman kiendrebeogo, je partage entièrement ton point de vue sauf que je te trouve trop large en note. Une note objective au bla bla bla de Me KERE c’est 00/20. Carissa ! Ridicule, pitoyable, lamentable.

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 05:29, par Pagomziri
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Me KINDA n’a fait que dire la vérité et le peuple burkinabè assoiffé de justice sur les crimes du clan Compaoré le soutient totalement. Les verbiages creux de Me Paul Kéré on n’en a cure.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 05:55, par Freedom is a state of mind
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Pour vous là c’est aigreure. Même si je reconnais que vous faite un point important, il reste que vous n’arrivez pas a vous contenir et les sentiments apatrides se font lire en vous. Vive ceux qui mettent l’interet superieure du Burkina Faso en priorité par rapport aux attitudes gabegiques.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 06:14, par Papa
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Vraiment cet avocat Kere’ m’a dechu, non seulement il est imbu de sa personne mais aussi anime’ d’une agressivite’ inouie. Qui etes-vous pour imposer la pensee unique aux gens ? Il s’est auto-proclame’ doyen du forum pourtant son comportement ne reflete en rien la sagesse qu’il s’attribue. Franchement ce Mr en fait trop.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 06:37, par le bobo
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Mieux vaut écouter des intellectuels comme les Me Kere qui analysent les situation sans complaisance !!! Qui donnent une lecture honnête des choses que d écouter des faux intellectuels qui veulent juste des postes politique qui sont prêt a dire du faux ! On n a vu commen nous avons perdu a la cour de justice de la CEDEAO parce que de faux disant intellectuels voulaient juste pour des intérêt egoistes mentir que de dire la vérité !!! On Véra encore ces mêmes faux intellectuels politiques nous développer de faux argument politique quand l extradition aura echouer !!!!!! Félicitation a Me kere un vrai intellectuel qui reflechit

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 06:54, par Me Kere
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Eh ! vérité no zéro, mes ancêtres ne t’ont pas encore anéanti ? « « Pas d’attaques personnelles... » C’est toi qui dit ça ? Voilà l’hôpital qui se moque de la charité. C’est connu et reconnu les donneurs de leçons sont ceux qui les appliquent le moins. Tout le mal que chacun de nous fait sur cette terre sera inéluctablement sanctionné sur cette terre avant la sanction divine. Je n’ai fait que donner un avis juridique sans parti pris. Et toi, tu m’a traité de tous les noms d’oiseau. C’est Dieu qui est mon bouclier et combattra pour moi. Tu verras ton sort. Mon estime pour Yves est intacte, pas pour toi. C’est une forme de conseil que je lui prodigue afin qu’il se méfier des politiciens qui risquent de le manipuler, vu sa jeunesse. Quant à toi, l’idée même de payer pour écrire des âneries est sortie tout droit de ton cerveau mongolien et par voie de conséquence de tes écrits malveillants. J’en conclus que tu ne peux pas être objectif obéissant aveuglément à celui qui t’a payé pour faire le mercenaire de la plume sur le net. Je ne suis pas dans ce registre-là et tu peux me croire petit morveux. Si tu as encore un peu de dignité et moins de lâcheté écrit un article avec ta photo et ton identité. Tu auras la réponse qui sied. Je préfère cette forme du débat avec Yves que celle qui consiste à brûler la maison de l’autre parce qu’on est pas d’accord avec ses idées. C’est cela une importante contribution démocratique à notre pays. Me Kéré.

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 08:59, par verité no1
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Non Me, je suis toujours la et je compte aller faire des achats a Arlington avec ma nouvelle copine dominicaine !!!!!
      On compte faire la nouvelle annee en Republique dominicaine !!!!!!!!

      Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 18:31, par Trankilos
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      "Tu auras la réponse qui sied. Je préfère cette forme du débat avec Yves que celle qui consiste à brûler la maison de l’autre parce qu’on est pas d’accord avec ses idées."

      Ah oui ! Vraiment ? Tu m’étonnes KERE, qui a plus de compassion pour des maisons brûlées que l’incinération des êtres humains ??? Pendant qu’il est justement question du traitement judiciaire approprié pour le commanditaire présumé ?
      Norbert ZONGO et sa mère, qui vient de quitter cette terre libre du Burkina Faso débordent déjà de reconnaissance pour " ta droiture, ta justesse pour....."
      "Le pire n’est pas ......... Mais le silence .........." Et tu peux bien compléter Paul.

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 06:59, par Gabriel
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Je connais bien Yves Kinda pour avoir fait le petit séminaire avec lui, un peu moins Paul Kéré, mais je m’offusque foncièrement de voir de telles publications. Pour ce qui paraissait de simples échanges d’arguments on est tombé très bas avec des attaques personnelles et très privées. Departissons nous de cela car en rien, nous ne sommes gagnants. Véritablement !

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 07:19, par vla
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Vous n’êtes pas intellectuel. Vous avancez masqué mais malheureusement le masque est tombé. L’intellectuel maitrise sa plume et n’insulte pas. Ho si je pouvais avoir l’occasion de mener ce debat avec vous sur un média ! Politicien caché masqué et mendiant.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 07:26, par Oumarou
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    C’est pathétique ! J’avais trop de respect pour ce monsieur

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 07:37, par L’Ogust
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Me Kéré, j’avais eu la faiblesse de penser que vous alliez répondre à votre confrère
    dans le cadre d’argumentaires juridiques sur la question de l’extradition de François
    COMPAORE. Hélas !!! Toute honte bue, vous vous acharner à boxer en dessous de
    la ceinture et ce, hors du ring de boxe.
    En quoi est-ce que la très nauséabonde diarrhée écrite que vous nous livrez a t-elle
    à voir avec la question de l’extradition ?
    Plus que jamais, j’ai la conviction qu’il y’ a au Burkina un grand pourcentage d’intellectuels
    dont le sens éthique et moral foisonne epsilon.
    Recevez mon profond dégout.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 07:48, par kwiliga
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    "et j’ai beaucoup hésité à répondre à mon Confrère qui n’a eu que presque quelques (4) années d’âge au barreau de paris qu’il a d’ailleurs dû brutalement quitter pour la fonction publique burkinabè, choix que je respecte au plus haut degré, tellement j’en serai incapable".
    Pathétique, minable, mesquin,... les adjectifs viennent à manquer devant la bassesse de telles attaques. Quand au départ il s’agissait de mettre en lumière les différents éléments relatifs à la possibilité ou à l’impossibilité de l’extradition de François, par des argumentaires clairs et documentés, votre rivalité pouvait intéresser les citoyens de ce pays.
    Mais il s’agit maintenant d’apparaitre plus brillant que "l’excellentissime confrère".
    Si vous avez des problèmes d’égo à résoudre, allez donc chez le psy, et évitez d’encombrer les pages du Faso.net, ou la jalousie et la compétition malsaine l’emportent sur l’intelligence.
    Sinon "qui n’a eu que presque quelques années" fait se retourner Senghor dans sa tombe, et Paris, c’est comme Nancy, il faut mettre une majuscule !

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 07:56, par wakatatisera
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Une grande déception, lorsque j’ai lu cet article...tellement plein de rage, de haine, de rancoeur....que dis je encore ?
    Franchement, j’invite les hommes en robe svp, de vous départir de la politique politicienne et de vous investir dans le développement du pays...

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 07:57, par Hola
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Hola. Ça devient violent là. Calmons-nous. Pas d’injures et d’attaques Personnelles svp

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 08:02, par Burkindbila
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Bonjour Me kéré,
    Vous semblez être un avocat, si c’est le cas, que pensez-vous de PFC ? doit-il être jugé ou pas ?
    Si oui, que veulent dire vos écrits ?
    Si non pourquoi ? est-il plus Burkinabè que Norbert ZONGO ? ou parce qu’il est en plus ivoirien ?
    Vos écrits n’embrouillent que des esprits limités, ceux qui ont le complexe d’infériorité par rapport à ceux qui se disent plus intellectuels parce que qu’ayant fait des études hors de leur pays et/ou travaillent hors de leur pays oubliant que l’intelligence, l’intégrité, la probité ne se mesurent pas à travers les diplômes, ni la capacité de parler et/ou écrire mais le sens de la raison, l’amour pour son pays, sa patrie, ses parents.
    Les français aiment la France et sont prêts à juger des français quel que soit leur statut et/ou rang occupé et défendront vaille que vaille leur patrie, et à travers vos écrits et ceux des autres les vrais Burkinabè savent de qui vous êtes.
    Aussi, émerveillez ceux qui ne savent pas faire la différence entre la graine et l’ivraie car comme le dit Simone de Beauvoir "On ne nait pas femme mais on le devient" je vous dirais " on ne nait pas avocat mais on le devient" évitons de nous singulariser.
    Bonne et heureuse année 2018

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 08:03, par vrai
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    aaaiiii Me KERE. fallait plutot vous taire que de descendre si bas. Me Yves KINDA a été plus objectif et concis que vous dans son argumentaire. votre etalage grossié le prouve puisque vous n’avez rien rien apporter de nouveau sauf monter aux gens votre complexe, rancune, haine, jalousie à l’egard de votre confrère. c’est mediocre et vraiment dommage. le noir est ainsi !!! quand il pense que le peu de sou dans sa poche lui suffit il pert tout humilité et devient surtout arogant et autun.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 08:07, par judibri
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    tchiiiéééé la guerre des avocats.......................wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 08:11, par Vrai Kéré
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    LAISSER LES PANTINS DU PANTHEON.....................................................................................................................................................................

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 08:24, par Burkinbila
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Merci aux Me (KERE et KINDA) de nous permettre de comprendre encore plus quelques détailles juridictionnel aussi bien national qu’international, on voie que le potentiel y ai pour tous. cependant pour ma modeste personne,je pense que le débat doit toujours rester sur le champs argument contre argument et non prendre le caractère de l’insolence et par moment évoqué la vie privé des autres.

    Vive le pays des hommes intègres
    vive la liberté d’expression dans le respect des uns et des autres

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 08:43, par Wadal
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Bonjour à tous, en lisant cet écrit, je me pose finalement la question fondamentale qui est celle-ci : Pourquoi les hommes de droit ne sont-ils pas droits ? Et je comprends à la fin que ce sont ceux qui vendent bien leurs produits à travers l’argumentaire sorti ne sais où dans leur milieu qui ont raison et amassent assez de sous. Jusqu’à présent, je me demande si la morale existe dans ce milieu-là ! Le philosophe Karl Max disait je cite : les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde, l’essentiel c’est de le transformer fin de citation. A l’allure où le monde va, n’Est-ce pas de la corruption que de défendre des criminels qui ont fait de basses besognes en se disant que l’histoire ne les rattrapera jamais ? En conclusion, les avocats sont des chercheurs d’argents. De là, la fin ne justifie-t-elle pas les moyens ? En revenant au sujet de Paul François Compaoré, pourquoi, les avocats n émettraient-ils pas comme argumentaire selon lequel avant qu’il ne soit ivoirien, l’infraction dont il semble inculpé est très antérieure à sa prise de nationalité ivoirienne ! Il faut un monde juste, convivial sinon où allons-nous ? Nous sommes dans un monde de dupes et je dis si on n’y prend garde, notre monde va chavirer par la faute de certains juristes, financiers qui veulent rendre notre monde unipolaire.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 08:44, par verité no1
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Mon troisieme carton rouge a Me Kere en moins de 24 h ! Point barre !

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 08:47, par Me Kéré
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Je ne répondrai sur ce forum qu’à ceux qui méritent une réponse. Mon Confrère et Ami Yves Kinda lui, méritait une réponse sans complaisance. Je l’ai fait et je l’assume pleinement. Tenez-vous pour dit. Me Kéré

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 08:50, par sandokan
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    A vous lire l’un et l’autre, même si la tonalité est différente, on ne peut qu’être édifié sur la nature de l’Amitié !!! qui vous lie. On peut même vous envier cette "amitiéreté" Mais Maître KERE, sans prendre parti dans votre "bagarre" à vous lire on ne peut qu’être admiratif de votre grand savoir en matière de droit, de la langue de Molière et de la rhétorique. Ne pouvez-vous pas cependant faire preuve d’humilité et user de plus de souplesse dans vos propos ? Dans tous vos écrits transparaissent toujours des litotes, pour ceux qui les comprennent, qui font plus mal que si vous aviez insulté directement votre interlocuteur.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 08:55, par bz
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Un lion attaquer se défend comme il peut, Réponse du Berger à la bergère ?
    Quoi d’anormal

    Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 20:57, par Koro Lamine
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Est-ce que c’est un lion attaqué ? Il ne vaut meme pas un lezard. Et c’est lui qui attaque. C’est evant moi que tu as serre les cols d’ un burkinabe apres une discussion a l’ ambasade. Tu l’ as bousculeé et il a trebuche sur un obstacle. mais quand il s’ est relevé, tu te rappelles combien de sutures ont été cousues sur toi ? Tres violent en plus, ce gamin. Heureusement qu’ il n’a pas la force.Viens démentir ici on va voir.

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 09:17, par Socrate de Tougan
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Mr Kéré,
    La diffamation, l’injure, le dénigrement et la rhétorique violente sont l’apanage des piètres intellectuels, la marque des médiocres penseurs et l’étendard du commun des mortels disposant d’une mentalité de bas niveau.
    La vie privée de Mr Kinda, nous en avons cure ; ses ambitions personnelles et politiques n’engagent que lui ; vos allégations sur son parcours académico-professionnel ne nous intéressent nullement ; l’étalage de sa situation familiale n’est qu’un verbiage vain et inutile.
    Le débat se focalise sur l’extradition de Monsieur François Compaoré, et à ce sujet, à la lumière de vos écrits puérils et de votre esprit d’enfant revanchard blessé dans son orgueil, au regard de la petitesse de vos arguments et la platitude de votre dialectique, votre petit frère de 15 ans vous a lessivé, lavé à l’eau de javel, pilonné, et matraqué copieusement. Allez vous consoler au pays de la Lagune Ebrié, auprès de votre parrain et père spirituel déchu.
    Honte à l’intellectuel que vous êtes.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 09:20, par yabore
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Il est que la loi définit les sanctions encourues pour chaque type d’infractions.
    Il est dit que le juge dit la loi et l’avocat fait sa promotion.
    L’ordonnancement juridique burkinabè prévoit effectivement la peine de mort pour certains actes criminels.
    Actuellement, François COMPAORE est « soupçonné d’incitation à assassinat ».
    Maintenant, la question est de savoir si « l’incitation à assassinat » est un action passible de la peine de mort.
    Avocats à vos marques, l’opinion vous sera reconnaissante de votre éclairage à accepter toute décision judiciaire notamment française sur cette question. C’est plus sur le terrain de la contribution à la motivation de la décision du juge et l’éveille de la conscience populaire à accepter les décisions des juges que l’on vous attend et non ailleurs où le subjectivisme prévaut.
    De tout de même merci à Me KERE de la délation des pratiques contraires non seulement à la règle générale de la fonction publique qui nous enseigne d’éviter les conflits d’intérêts entre l’état et les autres acteurs de la société mais surtout au domaine d’action de la fonction d’avocat de Me KINDA

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 09:22, par Alexio
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Mr Kere, votre droit napoleonne est faite et a ete pour la juridisprudence francaise. Les internautes de mauvais augures que vous attaquez ici ne vous doit rien , mais entant que Burkinabe vous leur devez pour vos etudes financees par les comtribuables burkinabe dont ils sont intimement lies.

    La justice francaise est l escroc et le macro( qui protege des gens de calibres) par ceux Francois et son grand freres ont ete infiltres par la France sous Hollande ? Hollande n est plus au pouvoir. Les services rendus a ce dernier n ont plus d actualite si on doit se referer a Macron. Demander l Asile alors que l on est sous les orbites de la POLICE INTERNATIONALE INTERPOLE ?

    La preuve est que des demandeurs d Asile sous la genocide du Rwanda ont ete ramene devant les faits. Pourquoi donc cette double standards pour un criminel comme Francois Compaore ? Le droit francais est-il vraiment un droit de justice, quand celui est confronte par l Afrique ?

    Chez nous chacun doit repondre devant la loi du pays, quand on ait accuser d un crime.

    La presomption existe aussi, sans l influence du politique. Alors si Francois croit qu il est poursuivit par motif politique, il doit relire son chef d accusation. Pourquoi cette demande d Asile, si s il n etait pas ou se sentait coupable ?

    Est-ce l Etat burkinabe pouvait refuser d extrader un criminel francais a la demande France ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 09:23, par kiriki
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    HAAAAABAAAAAA Maître KERE, vous êtes hors sujetTTTTTTTTTT !!!!! Ok Objection votre honneur !
    L’avocat de la défense……… Objection accordée ! Maitre KERE veuillez bien rester sur le vif du sujet !
    He maître kere, Vous faites vos déclarations lapidaires, quelqu’un se montre tout juste aussi inspiré que vous et houla ! Vous voulez le vilipender ???? HA quand mième là.
    Maitre KERE, sabari, il faut revenir sur terre. On parle de l’extradition de ton Porc au four cramé (PFC) . Maître KERE, votre confrère est libre de choisir d’être le genre d’ami qu’il veut. Il n’est pas obligé de vous applaudir chaque fois que vous rentrez en brousse. D’accord ?
    Le Barreau de Paris est devenu votre propriété privée ? C’est vous l’imposteur.
    Maître KERE, laissez les Burkinabé régler leur compte avec le MPP. On ne vous a rien demandé. Porc au Four cramé viendra pignan devant le juge burkinabé.
    « Pour en venir à ton argumentaire, sa publication ne fait que reprendre, comme chacun le constatera mon argumentaire pour, finalement, créer une confusion regrettable en se contentant de relativiser cette argumentation puisque ta conclusion consiste à faire dépendre la décision d’extradition des juridictions françaises à la nature de la qualité des relations diplomatiques entre la France et le Burkina Faso ».
    Maître KERE, c’est faut ce que vous dites ! Et j’espère que le juge français se refusera d’entendre ton bruit. C’est toi seul qui as interprété son argumentaire dans le sens où tu as envie de comprendre. Il faut nous laisser en tirer les conclusions telles que nous le comprenons.
    Maître KERE, vous dites que le domicile de porc au four cramé a été vandalisé ? On voit bien que vous êtes dans les nuages. C’est surprenant pour un africain. Laissez-moi vous dire que des ossements humains ont été retrouvés et filmés dans le domicile dont vous parlez. Vous ne savez pas que même les âmes de ces personnes dont les ossements y étaient peuvent travailler à se rendre justice ???? Vous vous allez avoir plus honte que votre confrère que vous attaquez.
    Maitre KERE, c’est cela le droit. Ce n’est pas parce que l’argumentaire de Maître KINDA ne vient pas de vous qu’il faut l’éclabousser de vos vomissures. NON vous n’êtes pas le détenteur du monopole de la vérité.
    Ce qui est pathétique, c’est que tu fulmines parce qu’il a sorti des arguments juridiques pour prendre le contrepied de tes déclaration lapidaires. Mais là où tu te trompes aussi, la mère de Norbert, sa famille, les parents de tous ceux qui se trouvaient dans le véhicule, n’ont pas eu droit au luxe de venir un seul jour réconforter leur égo comme toi maître kere dit le prédicateur le fait ici.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 09:31, par sylas
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Il est intellectuel mais il a un problème. J’étudiais en 1988 en 3ème avec un groupe et on était bloqué dans un exo de mathématiques. Tenez vous bien, un fou crasseux qui était assis à côté est venu prendre notre bâton de craie et s’est mis à nous expliquer les formules pouvant aboutir aux solutions. Depuis ce jour je compris que l’homme ce n’est pas l’intellect mais ....plus que cela.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 09:40, par sapience
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Maître Kéré ne répondez aux militants du MPP de la toile. Wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 09:42, par le sage
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Je ne suis pas surpris de voir cet écrit venant de ce monsieur !
    En novembre passé j ’ai pris le même vol à destination du Maroc avec ce monsieur que je ne connaissais que de par la presse. J’ai été conforté de ’idée que j’avais de ce monsieur au regard de son attitude et de son comportement avant le décollage et même dans l’avion : la vantardise et l’arrogance ! Regardez la photo et sa posture !

    Répondre à ce message

    • Le 22 décembre 2017 à 17:05, par Me KERE
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Ah ouaih, "le sage", le lâche oui, tu n’as pas vu que j’ai pris la place du pilote pour conduire l’avion aussi. Effectivement j’avais vu que tes yeux de couard et de lâche qui était silencieux dans son coin attendait l’écran occulte du Fasonet pour se venger. C’est peine perdu. Si tu a goutté au sein de ta mère, écris un article pour combattre mes arguments et là, je te répondrai. Pas la peine de se cacher derrière l’écran de ton ordinateur de merde pour débiter des aneries. Parce que tu n’as pas eu le courage de me reprocher ce que tu viens soutenir sous anonymat a fini de me convaincre que tu es une pédale douce. Histoire de dire que tu n’es pas un homme de conviction. Au prochain voyage !!!! J’espère que tu auras les couille de ramener ta gueule enfarinée. Je me demande si tu es un vrai burkinabè ? Me Kéré

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 09:58, par Maix
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Bonjour Me Kéré

    A la lecture de votre droit de réponse, j’ai relu votre article puis celui de Yves Kinda pour voir ce qui avait pu m’échapper...
    Je n’ai rien trouvé dans son article emprunt de cordialité à votre égard qui puisse justifier la tonalité particulièrement virulente et inamicale de votre droit de réponse.
    Parmi vos attaques ad hominem contre votre jeune confrère, celui qui me choque le plus, surtout venant de vous, c’est celui qui consiste à lui reprocher en filigrane d’avoir tout lâché en France pour rentrer servir son pays... Ainsi donc, on peut reprocher à la diaspora de ne pas rentrer servir le pays, et lorsqu’elle le fait, d’être rentrée enlever le pain de la bouche de ceux qui sont restés au pays... Etant entendu bien évidemment qu’on ne peut entrer dans la haute fonction publique que pour "manger"...
    Me Kéré, votre réponse à une lettre ouverte de CSBE contre votre présence en leur nom dans la commission de réforme constitutionnelle m’avait déjà interloqué. Je vous la replace ici pour mémoire :
    "8 juin 2016, 12:16, par Paul KERE.

    Chers amis et frères internautes, est-ce que vous avez déjà vu une seule nomination dans notre pays qui a fait l’unanimité et l’accord de tout le monde ? Il y a toujours des gens qui vont trouver que la grand’mère du neveu du père de la soeur du grand’père est un sorcier ou un diable. Alors, comme l’adage le dit, critiquez, critiquez,critiquez, il en restera toujours quelque chose. Mais je vous dis une bonne fois pour toute : "même si la vérité prend l’escalier et le mensonge l’ascenseur (Koffi OLOMIDE), quelle que soit la longueur de la nuit noire, le jour finit toujours par se lever et la vérité finit toujours par apparaître au grand jour. C’est une loi naturelle. Il y a des informations qu’il faut porter à la connaissance des internautes afin qu’ils se fassent leur religion et leur idée après.
    Le bureau de la coordination CSBE de France est composé de trois personnes :

    1. Coordonateur : M. Nabaloum Sibiri, qui travaille dans une cantine scolaire à la ville de Paris pour faire manger les enfants de la maternelle.
    2. Antoine Yougbaré, Cinéaste (quelqu’un qui fait des films)
    3. Le Docteur en Pédiatrie Philippe TRAORE. (Médecin d’une exceptionnelle générosité...)
    Quant est-ce que ce bureau s’est réuni pour "pondre" nuitamment cette lettre qui est dans la presse alors que le Ministre BARRY ne l’a pas encore reçue puisque la voie hiérarchique suppose que cette lettre passe par l’ambassade ?
    Le Docteur Philippe TRAORE a d’ailleurs fait savoir par courrier interne qu’il se désolidarisait totalement ce cette démarche inappropriée et de ce courrier, et préférait une rencontre avec les autorités de l’ambassade et du consulat pour une meilleure concertation entre les délégués CSBE et les autorités diplomatiques et consulaires de France.
    Chers internautes, si ce n’est pas au Burkina Faso, je n’ai jamais vu un journaliste contester publiquement face à face la compétence et la nomination d’un Ministre de la sécurité pourtant nommé en Conseil de Ministre.
    Alors cette nomination à la commission institutionnelle, chacun doit le savoir que ce n’est rien qu’une simple charge de réflexions et de propositions pour une démocratie apaisée.
    Je rappelle enfin pour le principe que la décision de nomination est un acte unilatéral de l’autorité et je n’ai jamais vu la nomination de ministres par le Président sur proposition du Premier Ministre soumise à une concertation populaire préalable ou de délégués CSBE, soient-ils de France ou des USA. Que veut finalement notre diaspora ?
    A fortiori, la nomination des membres de la commission n’a pas à être soumise à des consultations préalables de quiconque, si tel est le choix du Conseil des Ministres Présidé par le Président du Faso himself. Critiquez sur des arguments sérieux et non pas les qualités intrinsèques de ma personne. Je suis loin d’être parfait et que celui qui incarne cette perfection le prouve aux internautes. La perfection n’est malheureusement pas de ce bas-monde où la boxe est permise en dessous de la ceinture et, surtout, bien caché derrière son ordinateur avec ou sans pseudo. Voyez vous-même ?"

    Très étonné, je m’étais alors dit qu’il y’avait certainement un historique du CSBE qui devait permettre aux initiés de comprendre. C’est en tout cas ce que j’avais répondu à tous ceux qui m’interrogeaient.
    Cette fois-ci, je suis sans voix.

    Maixent SOME

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 10:12, par Le Haut niveau
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Ressaisissez-vous Maitre KERE, on ne s’énerve pas..... C’est un débat d’idées. Pas d’injures ! "Le petit frère" a battu en brèche tous tes arguments. Ta honte allait être des moindre si tu n’avais pas répondu à l’article de Me KINDA.

    D’ailleurs dans ta réponse je n’ai vu aucun argument solide. Tu as passé tout ton temps à t’attaquer à la personne de ton confère rien de plus. Alors que c’est toi le grand frère, le koro comme on le dit. Il Faut quitter dans ça.

    Accepte humblement ta défaite et la vie continue. Ton confrère a fait seulement 4 ans au barreau mais son raisonnement est plus clair et objectif par rapport au tien.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 10:18, par Ka
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Quel règlement de compte enfantin. Vraiment le Burkina est pauvre, surtout de ses hommes juridique dits des intellectuels dont l’ambition se ramène à leurs besoins narcissiques de berner tout le monde. Je comprends pourquoi Djibril Bassolé et Diendéré Gilbert ont fait un coup d’état à la maternelle avec des conseillers juridiques…… Quand on analyse profondément cette analyse dite ‘’’réponse à un confrère’’’ faite tantôt à des accusations, tantôt du respect au non de l’amitié qui se tourne en peau de caméléon, et panaché de la philosophie de maquis, tout cela s’apparente à du bavardage où tout est mélangé. Conclusion cette réponse qui devait être celle de connaissance en matière du droit profond, on utilise les ruses et les mensonges qui sont le socle de quelques avocats futés et rusés, qui les utilise pour sauver les assassins, et piétiner les autres. Que Dieu nous vienne en aide.

    S’il te plait Paul Kéré, oublie les querelles politico politiciennes, et répond au jeune Kinda avec des réponses proprement juridique comme il l’a fait, afin d’éclairer au peuple Burkinabé l’extradition de François Compaoré, car tu en sais beaucoup sur cette affaire que tout autre avocat comme tu le confirme.

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 15:41, par kzl
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Cher Ka, tu es ami avec le Koro Yamyélé n’est-ce pas ? Si tu oses t’attaquer à Me Kéré, tu risques de froisser ta relation avec la honte Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 22 décembre 2017 à 06:15, par Ka
        En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

        Kzl : Qui que tu soit, il faut savoir qu’avoir de l’amitié pour quelqu’un n’est pas une obligation, surtout si cette personne commence à perdre les pédales. Personne, je dis personne ne peut dévier Ka dans sa lutte pour la vérité, ’’’’’même pas son ami Kôrô Yamyélé.’’’’ Paul Kéré n’a aucune humilité, et mérite d’être traité comme tel : Il suffit de parcourir les 99% des interventions des internautes de bonne foi sur analyse a son égard. Merci de me lire.

        Répondre à ce message

        • Le 22 décembre 2017 à 17:15, par AK
          En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

          M. KA, sais-tu le nombre de personnes qui lisent mais qui n’interviennent pas sur le forum et qui approuvent les arguments de Me Kéré ?
          Cette minorité excitée sur les fora, ne doit pas faire oublier qu’une grande majorité silencieuse lit et approuve les arguments de Me Kéré et déteste toutes les bêtises surtout celle de M. Ka qui n’a aucun niveau d’instruction. AK .

          Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 11:06, par saw
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    J’ai lu les écrits des deux "Maitres". Mais j’estime que Mr KERE doit revoir sa copie et j’ajouterai que Mr KERE est allé trop loin. Pourquoi préciser que la famille (femme et enfants) de Mr KINDA est seule à Paris. Est ce que c’est une information qu’on doit rendre publique ? Et si ils leurs arrivent quelque chose après la divulgation de cette information ?

    J’ai retenu cette phrase "Je te souhaite en tout cas, de t’épanouir pleinement dans le MPP, de réussir surtout ta mission en espérant qu’après l’audience de la Chambre de l’Instruction de la Cour d’Appel de Paris du 7 mars 2018, chacun de nous deux sera fixé sur la solidité de ses arguments."
    Mr KINDA a basé son écrit par des argumentations et des exemples. J’ai relu son écrit. Il n’a pas dit que PFC sera extradé à 100%. donc la date du 7 mars 2018 vous concerne car si on extrade PFC un jour, vous devez purement et simplement changer de métier.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 11:10, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    - Je rentre dans le débat pian !! Quand je dis de bien lire les écrits de mon ami et frère Me Paul KERE, mais surtout entre les lignes, vous pensez que je mens ! Quelle leçon un MPPiste a à nous donner sur l’extradition de François Compaoré si ce n’est nous induire en erreur ?! Voilà que mon ami Me Pau KERE nous fait découvrir ce que nous ignorions jusque-là : un avocat fonctionnaire dans la FP burkinabè membre du Barreau de Paris ! Elle est bien bonne celle-là ! Merci mon cher ami !

    Quant aux incendies, je suis totalement d’accord avec Me KERE. Refuser de reconnaitre cette réalité, c’est de la malhonnêteté ! Combien de fois des voyous ont brûlé des motos et surtout des véhicules d’honnêtes citoyens dans ce pays ?! Il y a chez ces voyous comme une règle qui veut que toute personne roulant dans un véhicule pimpant ou tout simplement dans un véhicule, l’a acquise suite à un détournement de deniers publiques ! On est où là ? Des vagabonds qui ne peuvent même pas s’acheter un caleçon propre en dehors des friperies, incendient les véhicules que des gens ont payés à des millions, pour se fondre ensuite dans des quartiers périphériques non lotis !! Où avez vu pareilles cônneries si ce n’est après l’insurrection et la Transition et avec le ‘’mouta-moutaïsme’’ ? Et je suis encore d’accord avec Me KERE quand il dit que ces voyous sont sous l’effet de Tramazol, et j’ajouterai aussi le CHIVA, le canabis et les alcools liqueurs frelatés ‘’Tchrr-Tchrr’’

    CONCLUSION :

    1/- Yves KINDA, ne réveille pas le chat qui dort en mon ami Me Paul KERE !
    2/- Yves KINDA, si toi tu t’abreuves dans l’étang (MPP) où est mort le chien, sache que ce n’est pas le cas de mon ami Me Paul KERE
    3/- Yves KINDA, si le courant de la rivière est trop fort, il faut parfois renoncer à l’affronter (ne soit pas obligé d’être l’aiguillon des sorciers du MPP pour piquer ton confrère car ils vont t’abandonner quand tu auras des problèmes)
    4/- Yves KINDA, c’est ceux qui ont un peu de larmes qui pleurent vite le défunt (Ne te précipite pas pour attaquer mon ami qui est ton confrère)
    5/- Yves KINDA, chaque marigot a son crocodile (reste dans ton MPP là-bas et ne t’attaque pas aux autres)
    6/- Yves KINDA, sache que le chien a beau avoir quatre pattes, il ne peut emprunter deux chemins à la fois (Fait un choix entre rester dans la fonction publique burkinabè ou de retourner au Barreau de Paris)
    7/- Yves KINDA, la mort englouti l’homme mais elle n’engloutit pas son nom, sa réputation (Mon ami Me Paul KERE a une réputation qui ne va pas s’effacer même s’il fait l’objet d’écrits sordides)
    8/- Yves KINDA, la Terre n’a qu’un soleil (Et il se lève aussi pour Me KERE mêe s’il n’est pas du MPP)

    A mon ami Me Paul KERE : ‘’Si tu vois une chèvre dans le repère d’un lion, aie peur d’elle’’. Laisse donc ce monsieur dans ses errements et ne le répond plus car sachant qu’il est dans le MPP, c’est sûr qu’ils ont dû le former en intrigues.

    Yves KINDA, tu es de Kinkiali (Secteur de Réo) ? Si oui, sache que toi aussi je te porte dans mon cœur puisque j’ai des amis sincères qui viennent de ce coin et auxquels je rends visite pour les ‘’21 de Réo’’, et alors je te donne un conseil : L’argent est bien, mas l’homme est meilleur parce qu’il répond quand on l’appelle. Alors doucement avec ton confrère Me Paul KERE.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 13:02, par Jean MOULIN
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Bonjour Kôrô Yamyélé !

      Avec tout le respect dû à votre rang, vous devriez dire à votre ami Me KERE d’être humble.

      A 2h du matin, j’ai tenté en vain de répondre à son écrit mais hélas.

      Me KERE ne sarait-il pas à l’image de 90% d’intellectuels burkinabe ? C’est à dire orgueilleux, médisants, arrogants, hypocrites et "félons". J’ai mis le dernier mot entre griffes car selon le contexte, la félonie peut être vue comme une valeur.

      De grâce, Kôrô Yamyélé dites à Me KERE de présenter publiquement ses excuses à Me KINDA car contrairement à Me KERE, Me KINDA n’a pas usé d’injures.

      Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 13:10, par Maix
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Kôrô Yamyélé,
      La pyromanie n’a pas commencé au Burkina "après l’insurrection en la transition" comme vous le dites. C’était déjà le cas à Ouaga dès 2013 au moins en ce qu’il concerne les incendies de véhicules en cas d’accident de la circulation.
      Petit rappel :
      - Le 13 décembre 1998 : Norbert Zongo est tué et brûlé en compagnie de 3 autres personnes.

      Rappelons nous 2011, où nous avons assisté à 100 jours de tueries, de terreur et de destruction. Car on l’oublie mais en 2011, le Burkina Faso a connu la pire période d’instabilité de son histoire.
      Tout a commencé par la mort le 20 février 2011 du lycéen Justin Zongo suite à son passage dans les locaux de la police.
      Rapidement les rues de la ville de Koudougou sont en flammes, barrées à l’aide de troncs d’arbres, de barres de fer, de grosses pierres le gouvernorat, le commissariat de police, les locaux de la CRS, les pourtours du marché central et le centre ville sont aux mains des manifestants.

      - Le 11 mars 2011 l’ANEB organise une marche-meeting en direction de la Direction nationale de la Police nationale à Ouagadougou. Cette manifestation s’est rapidement transformée en course-poursuite dans les artères de la capitale.

      - Dans la nuit du 22 au 23 mars 2011, des tirs de sommation ont débuté d’abord au camp Sangoulé Lamizana de Gounghin puis au camp Guillaume Ouédraogo pour ensuite s’étendre à d’autres quartiers de Ouagadougou. Ce mouvement est parti du verdict d’un jugement rendu contre 5 militaires reconnus coupables de coups et blessures volontaires sur un civil.

      - Le 29 mars 2011 une roquette est tirée sur le palais de justice de la ville de Fada N’Gourma. Les responsables sont des militaires en colère qui tentaient de libérer de la prison civile l’un des leurs accusé du viol d’une jeune fille. Ils ont ensuite bloqué les accès à la ville avec des chars.

      - Le 15 avril 2011, une mutinerie éclate au sein du RSP à Ouagadougou. Blaise Compaoré s’enfuit de son palais pendant quelques heures.

      - Le 16 avril 2011, des centaines de commerçants mécontents des pillages ont incendié le siège du CDP et d’autres bâtiments publics.

      - Le 17 avril 2011, le mouvement de mutinerie gagne le camp de Kaya et la garnison de Pô où des pillages ont lieu dans la ville, faisant deux blessés.

      - Le 18 avril 2011, violente manifestation d’étudiants et de lycéens à Koudougou ; le siège du CDP a été incendié ainsi qu’une résidence de l’ex-premier ministre Tertius Zongo.

      - Le 27 avril 2011, nombreuses manifestations dans tout le pays faisant au moins 6 morts, des blessés et de nombreux pillages et dégâts matériels. À Koudougou, une manifestation des commerçants et des jeunes dégénère et plusieurs bâtiments ont été incendiés et pillés.

      - Le 28 avril 2011, des policiers ont commencé à se mutiner à Ouagadougou et dans plusieurs autres villes.

      - Le 29 avril 2011, le ministre de la Santé Adama Traoré indique que 6 personnes ont été tuées accidentellement et 10 autres blessées à Ouagadougou depuis le début des mutineries de soldats et de policiers.

      - Du 29 au 30 mai, les militaires de Kaya, Tenkodogo et Dori, rejoints par ceux de Dédougou et Koupéla et les gendarmes de Tenkodogo, Bagré et Garango entrent dans la danse occasionnant quatre nouveaux blessés.

      - Du 31 mai au 3 juin, à Bobo Dioulasso, révolte des militaires du camp Ouezzin Coulibaly qui tirent au canon, pillent des commerces et blessent plusieurs personnes ce qui provoque une manifestation des commerçants qui saccagent la mairie. Le 2 juin. Le RSP, le RPC de Dédougou et des éléments de la Gendarmerie nationale interviennent pour mater la mutinerie.

      Jérôme Bougouma, ministre de la Sécurité et de l’Administration territoriale, précisera par la suite que six soldats avaient été tués à l’intérieur du camp. Une jeune fille a également succombé, atteinte par une balle à l’extérieur du complexe militaire. Les combats ont aussi fait 25 blessés dans la population civile et huit parmi les militaires.

      Répondre à ce message

      • Le 21 décembre 2017 à 14:53, par Kôrô Yamyélé
        En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

        - Jean MOULIN, OK mais orgueilleux, peut-être un peu et tout homme à un certain orgueil en lui, même toi, sinon laisse toi insulter en plein marché et exige des excuses le jour de marché suivant et tu verras que ceux qui ont entendu l’injure ne seront pas forcément présents ce jour. Toutefois médisant, arrogant, hypocrite et félon, je m’inscris en faux contre ces assertions de ta part. Ces caractères sont plutôt de votre Yves KINDA qui a voulu chercher le nom croyant descendre en flammes les arguments de mon ami Me KERE.

        - Maix, je suis de ton avis que la pyromanie n’a pas commencé aujourd’hui mais est-ce autant s’accommoder avec la pyromanie ? Non ! Je te dirai même que c’est avant 1998 comme tu sembles l’insinuer. Pour moi c’est depuis un certain 15 octobre 1987 ! Et souvient-toi que les mêmes qui sont là aujourd’hui étaient aussi là en cette date. Comment veux-tu donc que la pyromanie ne soit pas une arme de combat pour la plupart d’entre eux ? Ils ont fini par l’utiliser encore contre leurs propres amis d’hier pour diriger.

        Par Kôrô Yamyélé

        Répondre à ce message

      • Le 21 décembre 2017 à 15:38, par remember-last-summer
        En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

        Henri Sebgo n’a t-il pas été brulé grâce à ceux qui ont commandité l’insurrection ? Aussitôt la basse besogne accomplie, le coupable a vite été designé et leur reseau dans l’opposition de l’époque et dans la société civile ont été mis sur orbite pour faire vaciller le régime de Blaise. Bien qu’ils étaient dans le pouvoir ils (il) guettaient le fauteuil présidentiel. 2011 à 2014 a été dans la même continuité que ce qui a été ourdi en 98. si les actes actes pyromanes n’ont pas commencé avec l’insurrection, ils ont atteint leur paroxysme et "legalisés" à l’insurrection et surtout ont toujours eu le même reseau de commanditaires depuis 98. c’est la "legalisation" de ces actes avec l’insurrection qui est fondamentale. a chaque fois ce sont les élèves et étudiants qui sont utilisés comme moutons de sacrifice. depuis 98 le système éducatif du Burkina est dans la désolation au grand plaisir des officines obscures du monde arrogant qui incitent certaines OSC et syndicats à pourrir les écoles et universités africaines de sorte à maintenir nos pays à un certain niveau

        Répondre à ce message

      • Le 21 décembre 2017 à 17:46, par Jean MOULIN
        En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

        M.SOME, merci pour ce rappel.

        Je suis heureux de vous trouver sur le Faso . net car j’ai quitté Facebook.

        Toujours constant avec un raisonnement scientifique et objectif contrairement à ceux qui changent au gré des vents.

        Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 14:04, par Freedom is a state of mind
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Aidez nous a vous (vous et votre ami kere) comprendre. Où est passé le sens de l’humilité ?

      Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 17:29, par Nina Poukame
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Koro Yamyele, vous nous decevez de plus en plus. Est-ce a cause de ses mots plus que flatteurs a votre egard que vous vous pliez en mille pour adorer Me Kere, votre inspirateur ? En effet, il a, dans un paragraphe, et avec braucoup d’ironie que seuls les togo-gninis de votre espece ne percoivent pas comme telle, essaye d’avoir votre soutien dans sa vaine tentative de redorer son blazon apres l’avis contraire au sien, emis par Me Kinda. Je rappele ci-dessous ledit element :
      "Mon Cher Ami le Kôrô Yamyélé ne me dira pas le contraire. Dont Acte. Félicitations au passage à ce vrai Ami (Invisible pour le moment), décoré unanimement de l’ordre de Commandeur dans l’ordre national et international du mérite avec agrafe « internaute bienveillant ». Cette décoration est une invite à la persévérance dans la droiture et l’honnêteté intellectuelle même sur les fora."
      Allez vous presenter a Me Kere, peut-etre en tirerez vous quelques avantages qui vous permettre d’organiser la bamboula a l’occasion des fetes de fins d’annee ? Me Kere doit avoir recu v’lop d’un envoye de Francois Compaore, votre amis commun.
      Je constate que comme Me Kere, vous sortez du sujet du debat pour vous acharner honteusement sur Me Kinda que vous voulez trainer dans la boue. C’est peine perdue, puisque vos injures et celles de Me Kere a l’encontre de Me Kinda ont fini par nous faire voir la face hideuse que vous cachez respectivement derriere des pseudonyms et titres flatteurs et ronflants tells que Koro et Me (docteur en droit, certainement a titre etranger comme les universities francaises ont coutume de delivrer aux africain).
      Nous serions heureux si Me Paul Kere et vous, pouviez developper des arguments, plus pertinents et moins injurieux contre ceux de Me Yves Kinda. De tels arguments seraient autrement plus dignes d’hommes de sagesse et des sommites dans le domaine des sciences juridiques, dont vous vous reclamez.

      Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 22:20, par ben
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Merci mon koro tu es un homme digne
      la vérité est une arme fatale pour ceux qui veulent pas l attendre
      encore merci

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 11:35, par TIENFO
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    LE NOMBRE DES ANNEES ». Barack OBAMA et Emmanuel MACRON ne seraient jamais président de leur pays si tel était le cas. La sagesse commence par la maîtrise de soi et le respect de la vie privée de l’autre. Même dans le « rakiéré » (la parenté à plaisanterie) on ne s’attaque pas aux défauts physiques ou apparents du parent à plaisanterie.
    Ton jeune confrère de 15 ans ne vous a jamais attaqué dans un domaine autre que celui de la justice. Vous par contre, vous quittez le domaine objet du débat pour servir du ridicule aux internautes. Sans honte vous faites des insinuations sans tête ni queue. Quelle arrogance et bassesse de la part de quelqu’un qui se dit intellectuel éclairé. Ce qui saute à l’œil c’est que Me Paul KERE est un personnage qui manque de maîtrise de soi et qui n’aime pas la contradiction. En voilà un féodal : « … à remettre en doute l’honnêteté intellectuelle d’un aîné de plus de 15 ans d’âge… ». Pour rejoindre l’internaute n° 2 « Vérité n°1 » en paraphrasant l’adage « LA VALEUR N’ATTEND POINT LE NOMBRE DES ANNEES », vous n’êtes pas censé mieux outillé que Me Yves KINDA pour défendre un dossier. Vous cherchez des alliés de certains « forumistes actifs » comme Kôrô Yamyélé pour vous soutenir dans vos argumentaires. J’espère que Kôrô Yamyélé vous donnera des conseils dans les coulisses du forum.
    Pour nous burkinabé, la question n’est pas de savoir si François sera obligatoirement extradé ou pas. C’est de savoir si tout se fera dans la transparence judiciaire. Quand on va à une bataille il y a deux éventualités : perdre ou gagner.
    Me Paul KERE, souffrez que vous n’ayez pas à défendre ce fameux dossier. Attendez une autre opportunité. Offrez vos services à Me Olivier SUR mais en cachette, c’est votre droit. Cessez de narguer le peuple, ton peuple.
    Peut-être que d’autres vous l’ont déjà signifié : il faut cultiver en vous la maîtrise de soi et accepter la contradiction même de la part de quelqu’un qui peut être votre enfant.
    Pour rejoindre l’internaute 41 « le haut niveau » : quittez dans ça et le plus vite sera le mieux.

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 15:04, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      - TIENFO, espèce de gros menteur de Ngalo ba fô la  ! i farignan fô  ! Mon ami Me KERE est bien grand pour se défendre tout seul sans le soutien de Kôrô Yamyélé et c’est pourquoi il est avocat et défend certainement des cancres de la pire espèce devant des juridictions. Ceci étant, Yves KINDA croyait descendre en flammes les arguments de Me KERE. Eh bien non ! Il y a un certain Kôrô Yamyélé par-là qui ne surfe pas sur le mensonge, tout comme Madjer et bien d’autres. Paul F. Compaoré ne sera pas extradé tant que le feu reste maître dans les règlements de compte dans ce pays. N’a-t-on pas incendié la mairie de Saponé dans cette même semaine ? Laissez les gens tranquilles !

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 12:16, par Yamkoul
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Bonjour Maître KERE. Vous êtes en train d’insulter l’intelligentsia burkinabè. Le vrai intellectuel n’agit pas de la sorte. Que dites vous quand François Compaoré refuse de se présenter devant les Juridictions burkinabè ? Que dites vous quand il prend la nationalité ivoirienne après l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 ? Croyez vous que c’est être burkinabè intègre ? Que François Compaoré revienne au Burkina Faso s’il est patriote sincère, innocent, intègre. Vous, Monsieur KERE, votre titre = 0. Ne trompez pas l’intelligence des Burkinabè intègres. Un proverbe peulh dit : " Quand la Justice tarde à venir, c’est qu’elle est allée au loin chercher de bâton bien vert pour mieux châtier le coupable". Que François Compaoré soit extradé ou pas, la vérité va jaillir un jour.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 12:27, par Rachid
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    1/Me Kéré, vous avez raté une occasion de vous de vous taire, car votre écrit ne peut en rien réfuter l’argumentation juridique de Me Kinda. Oui, il est plus jeune ou plus petit que vous, mais il a intellectuellement raison, en quoi cela doit être un problème pour vous pour ne pas accepter vous faire instruire par lui pour ce cours magistral qu’il vous offre gratuitement, au lieu que vous nous fatiguiez avec l’arrêt Soering qui justement n’empêche pas les extraditions de la France vers les USA. Me Keré, sortez de cette mentalité de certains Burkinabè qui consiste à refuser de s’instruire de l’intelligence de quelqu’un moins âgé que vous, cela ne vous mene nulle part sinon que dans l’ignorance comme le demontre votre écrit juridiquement nul ;

    2/ Vous parlez de serment d’avocat, vous Me Keré, vous le gardez devat vous quand vous faites la politique auprès de François, Blaise, Bassolé, etc., en polluant LeFaso.net avec des écrits qui n’ont aucun fondement en droit sinon que de la politique

    3/La décision des juges français le 7 mars n’est pas une preuve ou pas de ce que vous ou Kinda a raison. On sait bien que la France ne va jamais extrader François. Mais précisément, c’est pour des raisons de domination politique de la France sur le Burkina. Ce n’est pas pour des raisons de droit. Et donc Kinda a raison, vous Keré n’avait rien dit de bon dans votre écrit sur le point de droit. Vous parlez politique, en vous basant sur la Françafrique de non-extradition de François pour croire que c’est ça le droit. Pourquoi la France extrade vers les USA qui ont la peine de mort et pas au Burkina ? C’est parce que le Burkina est faible. C’est pas l’arrêt Soering. Revoyez votre droit, et surtout le droit international. Merci de commencer à être humble pour grandir plus intellectuellement. Sinon vous allez vous enfermez dans l’obscurité de l’ignorance du droit. Je vous respecte bien. C’est pourquoi pour votre bien je vous demande ça. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 13:18, par L’Ogust
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Kôrô Yamyélé est dans une déliquescence morale et intellectuelle programmée et
    irréversible !

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 15:44, par Sawadogo baradey
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Le Kôro est tombé dans le piège de me kere qui le voulait comme allié dans ses bêtises. Comprends le ; en son for intérieur, Kôro sait que ce avocat au nanisme moral a pris le vecteur brousse et a besoin de thérapie pour guerir de sa folie des grandeurs. Il le sait, il veut simplement honorer l’amitié.
      On dit que la jeunesse est sans repère, comment en pouvait-il être autrement avec de tels doyens qui sont prêts à marchander leur honneur ?

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 13:23, par Yamkoul
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Bonjour Maître KERE. Vous êtes en train d’insulter l’intelligentsia burkinabè. Le vrai intellectuel n’agit pas de la sorte. Que dites vous quand François Compaoré refuse de se présenter devant les Juridictions burkinabè ? Que dites vous quand il prend la nationalité ivoirienne après l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 ? Croyez vous que c’est être burkinabè intègre ? Que François Compaoré revienne au Burkina Faso s’il est patriote sincère, innocent, intègre. Vous, Monsieur KERE, votre titre = 0. Ne trompez pas l’intelligence des Burkinabè intègres. Un proverbe peulh dit : " Quand la Justice tarde à venir, c’est qu’elle est allée au loin chercher de bâton bien vert pour mieux châtier le coupable". Que François Compaoré soit extradé ou pas, la vérité va jaillir un jour.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 13:31, par SIDPAKANDE
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Cher Maître KERE
    Très courtoisement je voudrais vous suggérer de demander a un proche (psychologue) qui vous aime bien de vous relire attentivement y compris vos réponses aux messages. Il y a un début de problème. Vous êtes un produit de la Sorbonne donc « traiter un sujet et rien que le sujet » devrait être a votre porté. Vous n’avez certainement pas toujours été ainsi. Merci

    Répondre à ce message

    • Le 22 décembre 2017 à 03:10, par Kande
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Sidpakande, que diriez vous si un de vos collègues disait ceci de vous et de votre professionalisme- Avouez que Kinda a taper fort :

      "Maitre Kéré le sait bien, lui qui a représenté le Conseil supérieur des Burkinabè de l’extérieur (CSBE) aux travaux de ladite commission.
      En somme, l’honnêteté intellectuelle oblige à reconnaître que l’évocation de l’existence de la peine de mort dans l’arsenal juridique burkinabè n’est qu’un épouvantail agité à des fins de manipulation du vulgum pecus non initié, tant il est facile aujourd’hui d’amener le Burkinabè moyen à se satisfaire de la moindre polémique jetée sur la place publique, serait-elle vide de tout contenu. J’ai la faiblesse de croire que mon confrère Kéré se laisse abuser."

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 13:37, par Moumouni
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Me Keré est dans l’herbe depuis mais il s’entête à ne pas reconnaitre ses limites dans la maitrise du droit sur cette affaire d’extradition. Me Kinda a bien argumenté en droit. Aussi je demande à Me Kinda de ne rien dire de plus, car Me Keré change de débat maintenant en ne restant plus sur le droit, mais aborde des questions d’appartenance politique, de moeurs, etc. C’est ça le caniveau. Me Kinda, laissez-le barboter dans de telles eaux.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 13:58, par xankyee@yahoo.fr
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Me KERE, êtes allez trop loin dans votre réplique ! Les mots et experssions que vous avez utilisés sont démesurément disproportionnés par rapport à l’écrit de Me KINDA, pas que je milite forcément pour ce qu’il a écrit. Même s’il vous a vexé en parlant de "malhonnêté intellectuelle", je ne me rappelle pas vraiment s’il a utilisé une telle "expression", vous auriez pu répondre d’une manière et d’un ton professionnels ; cela vous aurait fait "grandir" aux yeux des lecteurs qui sont sont sans partis pris.

    Franchement une telle "argne" ne vous honore pas "professionnellement". Je ne suis pas certain non plus que vos autres confrères avocats au sein de votre barreau en France, qui sont sans attachement quelconque ni avec le Burkina, ni avec François Compaoré, ni le CDP ni le MPP, apprécieraient "professionnellement" votre écrit.

    Vu votre longueur d’âge et expérience comparéet à Me KINDA, vous auriez pu gagner votre "bataille" d’écrits par presses inerposées de manière plus posée et avec sagesse reconnue aux anciens. Comme vous aimez les proverbes en Mooré, je suppose que vous n’êtes pas sans ignorer l’adage en Mooré qui dit "Goomé n luub needa yiida wĩn luubi (vaincre un adversaire par l’argumentaire lui fait plus mal que le vaincre en lui ascenant des coups).

    Je n’ai rien à vous apprendre (vous devez avoir aumoins 20 ans de plus que moi) mais vous auriez pu faire appel à ce qu’on appel la "gestion de soi" en maîtrisant votre "colère" que la lecture de l’écrit de Me KINDA a dû provoquer en vous. Au besoin, sortir faire activité sportive ou bavarder avec des amis ; puis au retour ; prendre tout votre temps et votre calme et répondre à Me KINDA ; là je suis sûr que alliez vaincre votre confrère par l’art oratoire bien reconnu aux avocats dont vous êtes un des éminents (même si je ne vous connais pas).

    Le language, le style et le registre que vous avez utilisés dans cet écrit sont loin d’honorer votre profession, votre titre, votre rang social. Je ne vous connais pas (encore moins Me KINDA) mais rien que par votre profession, vous êtes tous des gens "nobles". Ne ’gâchez’ pas cette noblesse en vous avec un tel ton.

    Encore une fois je suis "petit" pour vous apprendre quoi que ce soit, mais à mon humble avis, vous gagneriez en republiant un autre écrit, pour reconnaître que vous êtes allé un peu loin dans vos mots ; je ne vous demande pas de le faire pour Me KINDA, mais pour vos lecteurs. Cet écrit, vous pourrez préciser dans son contenu que vous vous adresser à vos lecteurs seulement. Il n’est pas trop tard pour rétablir votre grandeur et votre noblesse, que je trouve écorchées à travers le présent écrit que vous venez de publier..

    ’Impartialement’ vôtre !

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 17:03, par zimm
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      xankyee, OUI, Kéré me doit des excuses pour cet écrit
      qui n’est rien d’autre que des attaques personnelles et ordurières sur Kinda.

      De nouveau à Kéré : "L’invective ne déshonore que son auteur"

      ps : Je ne connais ni Kinda , ni Kéré, tant mieux...

      Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2017 à 18:13, par ATTENTION
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      "En somme, l’honnêteté intellectuelle oblige à reconnaître que l’évocation de l’existence de la peine de mort dans l’arsenal juridique burkinabè n’est qu’un épouvantail agité à des fins de manipulation du vulgum pecus non initié, tant il est facile aujourd’hui d’amener le Burkinabè moyen à se satisfaire de la moindre polémique jetée sur la place publique, serait-elle vide de tout contenu. J’ai la faiblesse de croire que mon confrère Kéré se laisse abuser."

      que pensez vous de ce passage ?

      Répondre à ce message

    • Le 22 décembre 2017 à 03:12, par Kande
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Non la replique est à la hauteur de l’attaque. Voyez ce que Me Kinda dit de Me Kéré :

      Maitre Kéré le sait bien, lui qui a représenté le Conseil supérieur des Burkinabè de l’extérieur (CSBE) aux travaux de ladite commission.
      En somme, l’honnêteté intellectuelle oblige à reconnaître que l’évocation de l’existence de la peine de mort dans l’arsenal juridique burkinabè n’est qu’un épouvantail agité à des fins de manipulation du vulgum pecus non initié, tant il est facile aujourd’hui d’amener le Burkinabè moyen à se satisfaire de la moindre polémique jetée sur la place publique, serait-elle vide de tout contenu. J’ai la faiblesse de croire que mon confrère Kéré se laisse abuser.

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 14:03, par verité no1
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Un avocat qui se comporte comme un chauffeur de woro-woro !!!!!!!
    C’est triste !!!!!! Soit il est fou, soit il ne connait rien !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 14:37, par Yamkoul
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Bonjour Maître KERE. Vous êtes en train d’insulter l’intelligentsia burkinabè. Le vrai intellectuel n’agit pas de la sorte. Que dites vous quand François Compaoré refuse de se présenter devant les Juridictions burkinabè ? Que dites vous quand il prend la nationalité ivoirienne après l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 ? Croyez vous que c’est être burkinabè intègre ? Que François Compaoré revienne au Burkina Faso s’il est patriote sincère, innocent, intègre. Vous, Monsieur KERE, votre titre = 0. Ne trompez pas l’intelligence des Burkinabè intègres. Un proverbe peulh dit : " Quand la Justice tarde à venir, c’est qu’elle est allée au loin chercher de bâton bien vert pour mieux châtier le coupable". Que François Compaoré soit extradé ou pas, la vérité va jaillir un jour.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 15:08, par souklosso
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Chers internautes, cet avocat nous rappelle in certain Franklin ; de nationalité camerounaise. Rappelez-vous au temps fort du débat sur la révision de l’article 37 de notre constitution. Mais depuis l’insurrection avez-vous encore entendu parler de lui ? Laissons cet avocat jouer le nègre de maison. il aime le maître plus que ce dernier ne s’aime lui-même.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 15:28, par Malam
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    1/ Vivement que Me Kinda ne réponde aucun mot à l’orgueil sans mesure de Me Keré qui fulmine devant sa défaite intellectuelle malgré les sacs d’argent que François a pu lui donner ou promettre si la Françafrique (et non Le Droit !) marche dans son affaire tordue !

    2/ En droit, et je répète en soutient à Me Kinda, François peut être extradé vers le Burkina. Si la France refuse le 7 mars, ce n’est pas que le droit s’y oppose, c’est simplement que la Françafrique se poursuit. De toute façon dans sa relation avec certains pays africains, la France ne suit jamais le droit : comme ça elle s’est permise de venir avec des armes sur notre territoire exfiltrer Blaise et François. La France n’a pas ce culot là devant les USA, pas même devant la Russie ou la Chine ou l’Angleterre.

    3/ La France ne va pas extrader François le 7 mars à cause de la Françafrique, mais à vrai dire le plus important pour nous ce n ’est pas ce que la France fait comme politique en Afrique qui nous intéresse mais ce que ce que cela permet à notre peuple de comprendre depuis longtemps.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 15:50, par TAPSOBA DESIRE
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    M Kéré
    Pourquoi éprouvez- toujours ce besoin maladif d’être condescendant avant avec vos contradicteurs comme si avant vous le droit n’existait pas ! Pensez que cela vous valorise ou donne une force à votre argumentation de mettre en doute au détour d’une phrase tordue et malhonnête les compétences de ceux qui ne partagent pas vos opinions ! Vous manquez décidément de hauteur ! Il ne suffit d’être bardé de diplômes ou de titres honorifiques pour se croire à infaillible ! Chacun détient une part de vérité qu’il peut exposer sans arrogance ou suffisance. Lorsqu’on lit votre réplique et d’entrée vous annoncez la couleur, on est consterné par la légèreté des arguments qui, en réalité, ne sont qu’une pure dénonciation pour ne pas dire une attaque personnelle. Quand on se baisse pour regarder le derrière d’autrui, on expose le sien aussi à la vue des autres ! Votre talent à vous faire passer pour une personne convoitée est un grand ! Mais le Burkina est un pays désertique ou on perçoit le moindre bruit de l’opportuniste qui se précipite vers le lieu où se tient un festin ! Et ceux qui s’invitent à tous les festins, ceux que j’appelle " les mange partout" sont facilement identifiables ! Alors, un peu de modestie M Kéré ! Un poste de ministre de la justice, vous seriez dithyrambique à l’égard du MPP que vous décriez aujourd’hui.

    Répondre à ce message

    • Le 22 décembre 2017 à 16:22, par Me KERE
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      TAPSOBA, pendant longtemps, j’ai eu l’occasion, et ce, dans le cadre de nos activités CSBE (dont je tarde à m’en décharger puisqu’il y a eu des élections partout sauf à Paris) de te rappeler fermement à l’ordre. Mais, vu ton arrogance actuelle une fois de plus sur ce forum, une piqûre thérapeutique psychiatrique de rappel s’impose vu que la répétition est souvent pédagogique en face des impies et des asociaux. Toi qui me connais un peu plus que Me Yves KINDA (pour avoir déjà reçu ta part concrète de "correction" exemplaire) dans le cadre de nos activités et débats au CSBE.... Je pense que ta réaction négative (qui n’a d’ailleurs rien à voir avec le droit de l’extradition) sur le forum en porte encore les stigmates de cette correction pédagogique. Entre nous, honnêtement, crois-tu qu’un poste de Ministre de la Justice sous le Mpp suffirait-il à aliéner ma probité et mon honnêteté intellectuelle ? En tout état de cause, si je dois accepter ce poste ou tout autre poste, ça ne le serait que dans l’intérêt général et parce que les autorités de mon pays m’auront jugé digne et compétent à ce poste, mais certainement par pour un intérêt partisan et pour tes beaux yeux, même si toi tu es visiblement incompétent à un quelconque poste. Je suis surpris que tu parles de ce poste de Ministre de la Justice car en réalité, dans ton subconscient de gars haineux, tu dois en être jaloux de ce "rêve". C’est comme Jésus qui répond à ses détracteurs sous forme de parabole en ces termes : A la question du pharisien, "Es-tu le fils de Dieu ?" Jésus lui répond : "C’est toi qui le dit". Effectivement, Jésus est le fils du Dieu Vivant. Effectivement que je me sens apte à ce poste de Ministre de la Justice, ne t’en déplaise ! Je te rappelle que l’actuel Garde des Sceaux du Burkina a 20 ans de moins que moi en promotion. Bref, mais à cette énième provocation de ta part sur le forum, je serai conforme à ma tradition à ton égard : Comme tu es naturellement mauvais dans le vrai sens de ce terme, en te laissant "mourir" de ton propre poison nocif et mortel. Je n’en dirai pas plus de peur de me lasser. Me KERE.

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 15:53, par savabrah
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Pourquoi voulez vous qu’on attende le 7 mars alors que vous-mêmes, vous vous donnez en spectacle. Me KERE doit suivre les conseils que lui-même donne. S’il est convaincu de ses propos (les premiers), qu’il attende après le 7 mars pour faire remarquer qu’il a eu raison. Il nous sert là des arguments qui indiquent qu’il est plutôt vantard. Être l’ainé de 15 ans d’âge dans la fonction, patati patata, n’est-ce pas là aussi une autre forme de boxer sous la ceinture ? Nous ne sommes pas de juristes, s’ils veulent nous éclairer les lanternes, tant mieux. Mais comme je l’ai toujours dit, dans la courtoisie, l’élégance. On en sortirait tous grandi, quelque que soit le verdict du 7 mars.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 15:58, par Me KERE
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Toi tu es quoi ? RIEN. Napoléon disait qu’on parle en bien ou en mal de vous, c’est bien. C’est que vous existez. Toi Vérité n° 1, qui parle de toi en bien ou en mal, qui te connaît en bien ou en mal, c’est toute la différence entre toi (chauffeur de Woro Woro) et moi, Avocat. Mais en fait, je vous aime bien parce que vous amusez bien la galerie. Mon écrit sans un commentaire désobligeant de "vérité n° 1" y a pas de piquant. Mais des gens comme les Ka, Gayendé, Kouka, salade, choux, carotte, machin chouette je ne leur répond même pas parce que dès que je vois leur pseudonyme, je ne lis même pas. Donc tu vois, en attendant que nos ancêtres te règlent ton compte puisque ta grand’mère est DABONE, je vais continuer à te répondre. Si tu n’écris plus je saurais que ton destin t’a emporté je ne sais où ? Tu verras. Tu as intérêt à demander pardon avant que ton sort ne bascule. Me KERE

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 16:18, par Cequevouvoulez entendre
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Comme c’est ce que vous voulez entendre voici ce que Macron m’a chargé de vous dire : Demain à 10 heures, François COMPAORE sera à l’aéroport international de Ouagadougou. Vous pouvez vous y rendre et le cueillir et faire ce que vous en voulez. Voici la bonne nouvelle. Me Kéré et Kôrô Yamyélé laissez les !

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 16:30, par Depuis Berlin
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    A chacun de faire sa “lecture”, la passion et l’émotion n’ont pas forcément d’influences sur le droit "bien dit”. Les deux principaux interessés comprendront... Je ne suis pas docteur en droit, mais je suis prêt à ouvrir un débat (privé) fondé sur l’argumentaire juridique avec eux.

    Tiré d’un pourvoi :
    „[…,] en vertu de l’article 2 de la Convention européenne des droits de l’homme, l’extradition doit être refusée lorsqu’il existe un risque d’atteinte à la vie de la personne réclamée dans l’Etat requis ; qu’en vertu de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme, l’extradition doit être refusée lorsque la personne risque de subir un traitement inhumain et dégradant dans l’Etat requérant, du fait des risques d’attentat à sa vie ; que ces dispositions sont d’ordre public ; qu’en vertu de la réserve de la France à la Convention européenne d’extradition, l ’extradition pourra être refusée si la remise est susceptible d’avoir des conséquences d’une gravité exceptionnelle pour la personne réclamée ou si la garantie des droits fondamentaux et des droits de la défense n’est pas assurée „[…]

    Autres informations :
    Article 696-4
    L’extradition n’est pas accordée :
    1° Lorsque la personne réclamée a la nationalité française, cette dernière étant appréciée à l’époque de l’infraction pour laquelle l’extradition est requise ;
    2° Lorsque le crime ou le délit à un caractère politique ou lorsqu’il résulte des circonstances que l’extradition est demandée dans un but politique ;
    3° Lorsque les crimes ou délits ont été commis sur le territoire de la République ;
    4° Lorsque les crimes ou délits, quoique commis hors du territoire de la République, y ont été poursuivis et jugés définitivement ;
    5° Lorsque, d’après la loi de l’Etat requérant ou la loi française, la prescription de l’action s’est trouvée acquise antérieurement à la demande d’extradition, ou la prescription de la peine antérieurement à l’arrestation de la personne réclamée et d’une façon générale toutes les fois que l’action publique de l’Etat requérant est éteinte ;
    6° Lorsque le fait à raison duquel l’extradition a été demandée est puni par la législation de l’Etat requérant d’une peine ou d’une mesure de sûreté contraire à l’ordre public français ;
    7° Lorsque la personne réclamée serait jugée dans l’Etat requérant par un tribunal n’assurant pas les garanties fondamentales de procédure et de protection des droits de la défense ;
    8° Lorsque le crime ou le délit constitue une infraction militaire prévue par le livre III du code de justice militaire.

    Article 696-6
    Sous réserve des exceptions prévues à l’article 696-34, l’extradition n’est accordée qu’à la condition que la personne extradée ne sera ni poursuivie, ni condamnée pour une infraction autre que celle ayant motivé l’extradition et antérieure à la remise.

    Répondre à ce message

    • Le 22 décembre 2017 à 15:53, par Me KERE
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      "Depuis BERLIN", voilà la vérité judiciaire que vous avez bien exposée. Merci beaucoup d’avoir su vous limiter aux textes et à la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. On voit bien 2 aspects :
      1. Que la Maison d’habitation de François COMPAORE a été vandalisée par le "Vulgum Pecus" de Me Yves KINDA pour ne reprendre que son vocabulaire, c’est-à-dire les insurgés.
      2. Que l’Etat Français lui-même a envoyé un hélicoptère militaire pour héliporter M. François COMPAORE et son frère, le Président Blaise COMPAORE jusqu’à Fada N’Gourma. Et de Fada N’gourma, un avion C 135 de l’armée de l’Air Française a ramené le Président Blaise COMPAORE et sa famille à YAMOUSSOKRO.

      Conclusion : Je vois mal, dès lors, les juridictions françaises extrader Monsieur François COMPAORE vers le Burkina Faso.
      Mais comme je l’ai dit et je le répète, je ne polémiquerai désormais plus avec quiconque sauf si je suis provoqué par un provocateur dans l’attente de l’audience du 7 mars 2018. Me Paul KERE, Avocat inscrit au Barreau de Nancy et du Burkina Faso.

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 17:16, par Moui kalgo
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Je veux savoir si l’extradition n’a rien à voir avec ce pourquoi la personne est poursuivie. Es ce que incitation à l’assassinat est passible de la peine de mort au Burkina ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 17:23, par Djibril NIKIEMA
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Me KERE, je suis profondément déçu, je pensais avoir à faire à un forum d’intellectuel où chacun venait apporter sa pierre à la construction de notre chère patrie, que nenni, après avoir lu la réaction de Me KINDA suite à votre écrit, je m’impatientai de vous relire, convaincu que vs allez battre en brèche tout ce qu’il a développé au lieu de cela vous vous êtes acharné sur sa personne (vie privée) . que c’est inamical et vraiment regrettable pour un intellectuel de votre trempe, vous ne méritez certainement pas les invectives des internautes, mais sans les dédouaner, j’avoue que vous avez prêter un peu le flanc. Restez toujours dans votre logique intellectuelle pour le bonheur de nous autres, citoyen lamda. très amicalement.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 17:30, par Ka
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    En lisant ces derniers temps mon ami et promo Kôrô Yamyélé, quand un intrus lui fait appelle, ou des partisans irresponsables qui veulent mettre le feu au pays lui flattent avec des galons et des notes pour internaute, il se laisse aller à ce jeu de dupe, que je résume que ce n’est pas le même Kôrô que je connais.

    Que ça soit lui ou un autre qui écrit a sa place comme dans cette analyse, je lui demande qu’il ne faille pas refaire et travestir l’histoire de l’insurrection. ‘’’Qui a tiré sur les maisons de Salif Diallo et de Roch Kaboré au moment de l’insurrection ? Si vraiment c’est mon ami et promo Kôrô Yamyélé celui qui tirait à bout portant avec ses critiques fondées suivis des argumentations solides sur Blaise Compaoré et son régime pour une alternance politique saine, et qui pond aujourd’hui ces salades, je comprends pourquoi l’Afrique continue à être le continent de toutes les calamités quand le niveau de réflexions de ses intellectuels est aussi fade et de base envolée.

    Si c’est le vrai Kôrô nationale qui commence à patiner et endormir le peuple Burkinabé, il est temps qu’il se réveille et relise toutes ses critiques sur les historiques des sites des réseaux sociaux avant l’insurrection, des critiques contre la mal gouvernance de Blaise Compaoré et son équipe, il se rendra compte qu’il commence à s’effriter. Moi aussi je suis contre la lenteur du programme présidentiel de Roch Kaboré : Mais qu’il soit Roch Kaboré, Zepherin Diabré, Gilbert Ouédraogo, Achille Tapsoba, Djibril Bassolé, si cette personne est élu par le peuple, nous devions s’y faire avec démocratiquement en corrigeant ses imparfaits. Car dans une démocratie, le pouvoir ne se donne pas, il s’arrache dans la légalité des urnes et dans la non-violence, et Roch Kaboré a été élu démocratiquement par le peuple souverain, et nous devons avec humilité corriger avec nos critiques fondées sur les imparfaits, au lieu de tout rejeter en bloc même ce qu’il a fait du bien.
    A lire les critiques de Kôrô yamyélé dans ces derniers temps, même si Blaise Compaoré dont il préfère comme Paul Kéré son retour au pouvoir, même si ce dernier revienne au pouvoir, quoiqu’il fasse pour son pays, aucune de ses bonnes actions ne trouveront grâce aux yeux de Kôrô Yamyélé du 21 Décembre 2017.

    Cher ami et promo Kôrô Yamyélé, je n’ai aucun conseil a te donner, mais exister véritablement comme être humain, c’est vivre pour son idéal et se dévouer à cet idéal comme nous l’avons fait depuis longtemps en défendant ce qui est juste avec nos critiques fondées sur la vérité, car la vérité reste une caution de l’humilité, et de la dignité de l’homme.
    Revenant a ce que Paul Kéré mentionne les malheurs de son ami Gilbert Diendéré, et toi Kôrô Yamyélé se plonge dans les mêmes ténèbres, je vous demande de revenir aux heures chaudes et cyniques de notre histoire récente qui est l’insurrection du 31 Octobre 2014 dont Gilbert Diendéré a soutenu le tripatouillage de l’article 37, posons la question qui a tiré sur nos enfants ?

    Nous devons quitter ce face a face pour construire le nouveau Burkina au lieu de remuer des plaies douloureuses, car les Burkinabé sont fatigué. Ayons le courage de dire la vérité, surtout n’ayons pas la mémoire courte. En analysant cette réponse faite par Paul Kéré a son jeune confrère yves Kinda, je me dit qu’il y a bien des gens qui souhaiteraient couper la branche sur laquelle ils sont (trop) confortablement assis !
    En servant la vie privé dde Kinda en lieu et place de raisonnement rationnel, on sent que Paul Kéré a trouvé en face de lui un jeune avec des qualités humaine et professionnelles plus que lui. On peut conclure qu’un fou, à toujours peur d’un autre fou plus fou que lui. Sans rancune mon ami Kôrô Yamyalé.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 17:46, par Poete
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Me Kéré, ne perdez votre temps á répondre á ces "ignares" d’internaute du MPP . Ils payés pour écrire.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 17:51, par Reke 3
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Je pense qu’il faut vérifier les diplômes de ce soit disant Kere là car visiblement il a un problème de culture personnelle. Même quelqu’un qui a le bac ne réagirait pas de la sorte. ça dépasse l’entendement.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 20:47, par Harouna
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Me Kéré , merci pour la réplique . Ne vous fatiguez plus pour répondre aux secrétaires du MPP . Ils reçoivent de l’ argent pour ça. Franchement je suis fière de votre réplique qui a démasqué ce MPP de Kinda. Merci .

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2017 à 22:16, par mobutu
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    il faut laisser ce KOSWEOGO de KERE, qui au lieu de revenir au pays pour apporter sa contribution à la patrie ce monsieur se prélasse dans les palaces de PARIS en dépensant l’argent volé par la famille COMPAORE. A la limite,ce KERE a du mépris pour ce pays qui a pourtant payer ses études. quelle félonie !!! de toute façon, le PETIT PRESIDENT est attendu à Ouagadougou et il viendra, sinon le peuple a un plan "B".

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2017 à 01:05, par IVO
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Je m’en voudrais de ne pas répondre à Me Kéré,parce que vous aviez une manière très drôle de vouloir défendre vos intérêts, votre bord politique ou amitié avec la famille de l’ancien régime et votre incohérence. Sinon :
    1- Pourquoi parler de la famille de Me KINDA et de sa vie privée ?
    Vous devriez encourager et féliciter Me KINDA qui après de longues études à l’extérieur est rentré pour servir son pays. Sinon que mon camarade Thomas Sankara parle de ’’petite bourgeoisie’’, ’’de l’impérialisme’’ tous ceux qui refuse de rentrer après leur étude dans les universités européennes même souvent ayant bénéficié de bourses payé par le contribuable de Garango, Zabré et que sais-je encore ?
    2- Pourquoi vous vous acharné sur le MPP ? Alors que c’est Me KINDA qui vous parle et non Ives KINDA, fonctionnaire et militant d’un parti. Sans vous donner une lecon, une fois que vous politisez le débat. C’est comme des élèves de Saponé qui demande au conseil des ministres d’annuler la dissolution de leur conseil municipal. Sa donne l’impression que vous êtes ou proche d’un parti opposé au MPP. Que vous ayez refuser d’adhérer ou non au MPP sa n’engage que vous.
    3-Avant de terminer , il s’agit là d’un débat d’idée entre intellectuelle, surtout des avocats et non d’une causerie de quartier surtout venant d’un kôrô de 15ans d’avance . M’bon les dôgô (petit frère) vont fête comment ?
    4-Enfin, vous traiter les insurgés, une grande partie du Peuple surtout sa franche jeune ayant conduit l’insurrection d’avoir été gavé de tramazol. Hummm, pourquoi et quels éléments de preuves aviez vous pour affirmer avec certitude. Donc vous êtes de ceux qui pensent qu’il s’agit belle et bien de drogués qui ont fais l’insurrection ?
    Sincèrement vous avez passé à côté du débat.
    Me KERE, vous êtes libre mais votre liberté se limite ou commence celle des autres. Arrêter de nous traiter de tramazolé.
    Bonne réception et courage en France.

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2017 à 09:58, par de rien
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    on a connu demba fofana, mahama sawadogo, franklin nyamsi...à présent on connaît paul kéré.

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2017 à 10:56, par Jean MOULIN
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Je comprends maintenant le problème. C’est un problème d’interprétation qui se pose ici.

    Dire "l’honnêteté intellectuelle voudrait. .." Bonnes gens, vous qui aviez été à bonne école dites moi où est l’injure et de quelle injure il s’agit ?

    N’est-il pas dit qu’en matière judiciaire il faut s’en tenir aux faits et actes ?

    Dire que "Me KERE ne serait-il pas. ..", dites moi ou est l’injure ? Sauf si vous me dites que j’ai insulté 90% des intellectuels burkinabe. Oui cela je l’ai dit et j’assume.

    Je ne connais ni de près ni de loin Me KINDA donc ce n’est pas mon type.

    Me KERE je le suis à travers les médias et sa dernière intervention que j’ai suivie, c’était à l’émission Tribunal de l’actualité sur WATT FM et l’émission portait sur la liberté provisoire accordée au Gal BASSOLE. Bien que j’étais d’accord avec son argumentation, j’ai déploré sa communication. Le présentateur était obligé d’interrompre l’émission 2 ou 3 fois car ça partait dans tous les sens avec les autres invités.

    "Respectez autrui, c’est respecter l’humanité qui est en soi " E . KANT

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2017 à 13:35, par niande
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    ce piètre petit avocat de 1m52 nous pompe l air , analphabete polilique il est : un concentré de complexes ,orgueillleux,narcissique,apatride il n a jamais été major de sa promotion ESD 1984 . Sa bourse du 3è cycle a été la magouiIlle .

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2017 à 14:57, par Henry
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Voici une lecture biaisée, subjective, digne d’un docteur formé à la Sorbone. Je rappelle à ce Monsieur que comparer les textes juridiques (juridiquement) français et Burkinabé en affirmant que l’extradition de Paul François Compoaré est impossible sans tenir compte des incertitudes revient à comparer les tirs d’une flèche avec les tirs d’un bazooka, sans faire la distinction entre les deux. Et d’ailleurs les textes juridiques entre les deux pays ne seront pas figés dans le temps.

    Les Burkinabé ne sont pas naïfs, nous avons observés les manoeuvres de l’armée française pour extraire l’autocrate Blaise pendant l’insurrection d’octobre. Et les Burkinabé savent aussi que c’est grâce à leur mobilisation que le cas François va se régler. Et cela permettra à l’opinion publique burkinabé de voir la faiblesse des textes qui protègent des criminels en puissance, incapables d’assumer leurs actes.
    AHK

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2017 à 15:00, par niande
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    IL A FAIT L’ECOLE avec l’ acte naissance de son petit frère paul son vrai nom c’est Dieudonné kere l’ etat civil de tenko peut nous situer j’ ai fais les bancs avec lui .

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2017 à 16:43, par bougoum
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    heeey ,Dieudonné, tes doubles contorsions intelectuelement malhonnêtes et ton argumentation juridique lapidaire et laconique permettent de douter ta thèse . le diplome est une présomption de compétence mon ami kere .je m ’appretais à demonter tes arguities juridiques quand un autre éminent juriste en occurence me Y.KINDA te fit comprendre que dans le cas d ’espèce la jurisprudence est abondante et variée. le droit internationnel n’est pas figé comme tu veux le faire croire. Cette forme de coopération s’analyse à l’aune des rapports entre les etats et en fonction de la qualites des rapports que leurs gouvernants entretiennent.

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2017 à 18:21, par yelmion
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Je trouve que les deux Avocats font une querelle de clocher. Leurs arguments réciproques sont plutôt complémentaires.

    Maître KERE a justement rappelé l’important arrêt Soering c. Royaume-Uni du 7 juillet 1989 rendu par la Cour européenne des droits de l’homme au moment où dans la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales la peine de mort n’était pas encore considérée comme contraire aux normes internationales. S’était alors posée la question de savoir si, en dépit de la validation explicite de la peine de mort par l’article 2 de la Convention (il sera évidemment amendé ultérieurement par les Protocoles n° 6 et 13 qui abolissent cette peine), il pourrait être soutenu que la mise en oeuvre de la peine de mort devrait être considérée comme interdite par l’article 3 qui prohibait la torture et les peines et traitements inhumains ou dégradants.

    Appréciant la décision prise par le Royaume-Uni d’extrader le sieur Soering vers les Etats-Unis, pays dans lequel il risquait d’être condamné à la peine capitale, la Cour européenne a considéré que dans l’attente de son exécution, cette personne passerait des années de tension extrême et de traumatismes psychologiques dans le « couloir de la mort », ce qui serait, selon elle, un traitement inhumain et dégradant interdit par l’article 3 de la Convention. Elle a donc, par ce moyen, refusé son extradition.

    Cette jurisprudence considérée comme une protection "par ricochet" contre la peine de mort a été consacrée par de nombreux traités d’extradition qui prévoient que si la peine de mort n’est pas appliquée dans l’Etat requis, ce dernier peut exiger qu’elle ne soit pas appliquée dans l’Etat requérant. Mais depuis que les Protocoles n° 6 et n° 13 apportés à la Convention européenne de protection des droits de l’homme interdisent fermement et sans réserves la peine de mort, la Cour européenne suivie par les juridictions françaises, ne s’appuie plus sur l’article 3 de cette Convention comme l’a fait l’arrêt Soering : l’article 2 doit être désormais interprété comme interdisant d’extrader une personne risquant la peine de mort « Article 2 of the Convention prohibits the extradition or deportation of an individual to another State where substantial grounds have been shown for believing that he or she would face a real risk of being subjected to the death penalty there ». (arrêt Öcalan c. Turquie du 12 mai 2005, arrêt Kaboulov c. Ukraine du 19 novembre 2009 et surtout arrêt Al Nashiri c. Pologne du 24 juillet 2014). Les exigences de plus en plus fermes que véhiculent les instruments de protection des droits de l’homme obligent au refus d’extradition en cas de peine de mort encourue par la personne à extrader. En cela, on peut dire que Me KERE a raison.

    Mais, il est vrai aussi que depuis quelque temps, la jurisprudence française, notamment lorsqu’il s’agit de demande d’extradition vers les USA, tout en maintenant le principe du refus d’extrader, autorise cependant l’extradition lorsque l’Etat requérant offre des assurances sérieuses que la personne concernée ne se verra pas appliquer la peine de mort ou que celle-ci ne sera pas exécutée. C’est en substance ce que Me KINDA a soutenu, également avec raison, même si nombre d’observateurs des droits humains se sont toujours demandés ce que sont exactement ces "assurances sérieuses".

    Comme on peut le voir, les thèses des deux Avocats se complètent et ont toutes les deux pour souci : la protection du premier des droits humains, à savoir, le droit à la vie.

    Pourquoi alors se bagarrer alors même que l’existence ou l’application de la peine de mort dans l’Etat requérant n’est pas la seule condition qui sera examinée à l’audience de la Cour d’Appel. Y seront également et sûrement examinées celles relative à la nationalité, au procès équitable (respect du contradictoire, garantie des droits de la défense, impartialité des juridictions nationales du Burkina Faso, etc), au caractère politique de l’infraction poursuivie, au mobile politique de la demande d’extradition, au risque d’aggravation, en cas d’extradition, de la situation de Mr François COMPAORE, en raison notamment de son action ou de ses opinions politiques, liées au contexte socio politique du Burkina Faso, etc...
    La complexité de la procédure (Mr François COMPAORE n’ayant pas consenti à son extradition), laquelle est pour partie administrative et pour partie judiciaire, et l’existence de voies de recours suspensifs (devant la Cour de Cassation et/ou devant le Conseil d’Etat) feront qu’inévitablement le traitement de la demande du Burkina Faso prendra un temps relativement long. Alors, sachons raison garder et prenons notre mal en patience !

    Répondre à ce message

    • Le 22 décembre 2017 à 19:06, par kiriki
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Yelmion, merci,
      Je sais déjà que vous êtes un juriste confirmé. A c’est un constat. Tu n’as pas besoin d’afficher Maître ou …..
      Maître KERE, tu vois, c’est comme ça démontre une affirmation. La prochaine fois, faut faire gaffe, les burkinabés veulent surtout comprendre. Donc il faut expliquer ce que nous ne comprenons pas. Pas question d’injurier qui que ce soit, toi-même tu as vu dèèèè

      Répondre à ce message

    • Le 22 décembre 2017 à 19:59, par Ka
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Je confirme : Car je l’ai précisé dans mon premier message à l’analyse d’Yves Kinda, et aussi à la première analyse de Paul Kéré. Les deux amis n’avaient pas besoins de laver leurs linges sales en public, surtout Paul Kéré devait s’abstenir de rentrer dans la vie privée de son ami et politisé aussi le débat. Et comme je l’ai souvent répété, avec tout ce que nous avons comme problèmes au Burkina avec les libertés provisoires distribué comme des petits pains aux amis et famille, et d’autres libertés provisoires qui empoisonnent tout le pays comme celle de Djibril Bassolé, il préférable que l’ex-petit président François Compaoré reste là ou il est pour le moment. Je souhaites a toutes et tous les internautes de bonne foi, ainsi que le Dr. C. Paré et son équipe ’’’Joyeux Noël.’’’

      Répondre à ce message

    • Le 22 décembre 2017 à 23:54, par Me Kéré
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      "Yelmion" Très Bonne analyse jurisprudentielle ! En revanche, croyez-vous qu’un jugement impartial, respectueux du droit à la vie sera appliquée dans ce dossier qui déchaîne les passions ? Aujourd’hui au Burkina Faso, si vous causez un accident de la circulation, vous pouvez être lynché à mort ou votre véhicule brûlé. J’ai fini par prendre clairement position contre l’extradition de PFC au Burkina Faso en raison de ce déchaînement haineux de la violence dans mon pays. Me Kéré.

      Répondre à ce message

    • Le 24 décembre 2017 à 16:42, par Henry
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Le vieux Yelmion tente de calmer les uns des autres et ce sur ce plan, je suis avec lui. Cependant, je pense tout en faisant ce travail il faut rester critique par rapport au comportement d’une certaine opinion qui prétend utiliser la science pour justifier et défendre des criminels. Cela relève tout simple du dogmatisme, théorie scientifique qui présente et considère la science comme des vérités irréfutables et surtout comme "une photographie aérienne du territoire occupé par la réalité". Cette conception dogmatique, souvent transmise par l’éducation, est largement répandue dans le grand publique, donne aux sciences des allures de foi religieuse à laquelle on adhère avec ferveur ou de laquelle on s’éloigne avec crainte et mépris. Relisez les commentaires Paul KERE et vous vous rendrez compte de cette empreinte du dogmatisme scientifique. J’imagine que ce Monsieur a dans sa bibliothèque les oeuvres de certains philosophes comme Platon et Descartes et qui les considère les plus éminents. Malheureusement, pour lui, il ignore complètement le contexte dans lequel notre pays se trouve : les burkinabè veulent un état dans lequel on respecte la vie humaine tout court. Et ce il ne feront aucun cadeau aux criminels lâches, incapables de s’assumer.

      Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2017 à 06:50, par TAPSOBA DESIRE
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    " Extrait de la réponse de Kéré En tout état de cause, si je dois accepter ce poste ou tout autre poste, ça ne le serait que dans l’intérêt général et parce que les autorités de mon pays m’auront jugé digne et compétent à ce poste, mais certainement par pour un intérêt partisan et pour tes beaux yeux"

    .............Jugez vous même ! Il n’exclut pas l’éventualité ......au nom de l’intérêt national ! Oh, grand juriste qui n’a jamais pris de la hauteur, on sent que vous louchez des deux yeux car vous regardez de tous les côtés .....dans l’espoir que .......! La justice française examinera ce dossier sans passion, ni émotion. Elle se prononcera librement au regard du droit et uniquement sur ce critère que vous n’avez nullement besoin de rappeler !

    Répondre à ce message

    • Le 6 janvier à 20:22, par dualC- naeJ
      En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

      Dieudonne, aka Paul Kere, toi qui menace de poursuivre tout le monde, Desire tapsoba vous a nommement designe comme un homme sans honneur qui n’ a jamais pris de la hauteur ? Vous n’ allez pas l’ amenez enfermez en france la- bas comme vous etes un excellentissimeiste avocat ?Tu nous fatigues mainetnenat avec ton droit que tu mal appris meme -la.

      Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2017 à 15:24, par Auguste- Marie Gervais Sawadogo
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    "Il fallait juste exposer votre argumentaire sans remettre en cause ma probité et mon honnêteté intellectuelle". Vous vous avez de l’ honnêteté intellectuelle ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2017 à 23:50, par Me Kéré, diaspora française.
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Quelles compétences juridiques toi Désiré as pour apprécier quoi que soit ? Le pouvoir est donné par Dieu et repris par Dieu, tu n’es ni Dieu ni messie et tu verras un jour la gloire de Dieu pour moi... Me Kéré.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 23:38, par DPK
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Dieudonne Kere, redonne- moi mon nom maintenant. Joue pas trop au faussaire-la. Tu etais bon dernier a Tenko. Aujourd’ hui tu veux faire croire que tu est intelligent. Heureusement que on ne voit pas cela dans tes analyses terre par terre. DPK, comme DSK, l’ hommes aux mille scandales.Un faussaire qui veut defendre d’ autres faussaires.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 22:18, par Kéréose
    En réponse à : Extradition de Francois Compaoré : Me Paul Kéré répond à Me Yves Kinda

    Kéré croit qu’ on en veut à sa naine personne. Trop riducule. Et il aime les coups de poings on dirait comme un chiffonier. Il est atteint de la Kéréose. Il raisonne comme un enfant et il veut qu’ on avale. Lui, pour diriger qui ?.Il se comporte comme un petit voyou. Or c’est lui qui n’a pas la force. Pas de surprise. Tous les insignifiants physiquement, intellectuellement et moralement qui veulent s’ affirmer, c’est toujours comme cela.Partout il passe, il nous aspire l’ air. Il faut qu’ il le fasse savoir qu’ il est avocat. Alors que avoccats, c’est versé partout partout waaaaa comme ouagadougou aujourd’ hui, hein !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés