Affaire Norbert Zongo : Pour Yves Kinda, François Compaoré pourrait bel et bien être extradé vers le Burkina Faso

Par Yves Kinda Docteur en droit Avocat au barreau de Paris • mercredi 20 décembre 2017 à 00h25min

Me Paul Kéré défendait la thèse selon laquelle François Compaoré ne pouvait pas être extradé dans le dossier Norbert Zongo, comme l’avait demandé le Gouvernement burkinabè. Dans la tribune ci- après, Yves Kinda dit le contraire et il s’explique.

Affaire Norbert Zongo : Pour Yves Kinda, François Compaoré pourrait bel et bien être extradé vers le Burkina Faso

Par une prolifique tribune en date du 17 décembre 2017 et publiée sur différents e-media (notamment Burkina 24, lefaso.net et l’Actualité du Burkina), mon confrère, Me Paul Kéré (qui n’est plus à présenter !)met en avant des raisons qui, selon lui, mettront en échec la demande d’extradition du justiciable Paul François Compaoré (PFC), sous contrôle judiciaire en France, lancée contre lui par l’État burkinabè.

Je lui emboîte le pas, mais pour lui apporter une réplique car j’ai plutôt une inclination à relativiser la certitude avec laquelle il n’y aurait aucune possibilité juridique que PFC soit extradé vers le Burkina Faso. Avant d’aller plus avant dans mon raisonnement, je précise que Me Paul Kéré, en plus d’être un confrère, est un ami et que la présente réponse s’inscrit uniquement dans le cadre d’une relation de respect et de confraternité mutuels que ne sauraient contester en rien nos contradictions intellectuelles.

L’argument majeur qui a été présenté par mon cher confrère, et qualifié par lui-même d’ « infranchissable » et d’ « obstacle dirimant », serait l’existence dans l’arsenal juridique burkinabè de la peine de mort. Toutefois, un regard croisé sur la jurisprudence comparée en France laisse penser que cet obstacle n’est pas si infranchissable que cela. Certes, il existe des cas de jurisprudence où le traitement qui attend le condamné a conduit les chambres d’instruction à conclure à la contrariété à l’ordre public français : à titre d’exemples, ce cas de risques sérieux de torture (15-02-1999, à propos de la demande d’extradition d’un ressortissant Turc) et celui d’un diabétique qui avait besoin de soins réguliers, rendant impossible toute détention en prison (13-10-2000, à propos de la demande d’extradition d’un ressortissant russe).

Mais en pratique, c’est au vu des assurances qui sont données par l’État étranger que les juges français décident assez souvent si l’extradition peut avoir lieu ou pas. Illustration parfaite de cette coutume juridictionnelle : les relations franco-américaines, chaque fois qu’il est question pour les juridictions françaises d’autoriser l’extradition d’un national américain vers les États-Unis, pays dans lequel certains États pratiquent la peine capitale. Il est de coutume pour les juges français de demander, entre autres conditions, que les procureurs généraux américains donnent « l’assurance que la peine capitale ne sera pas infligée ou si elle est prononcée, qu’elle ne sera pas exécutée » (cf. article 7 du traité d’extradition entre la France et les USA, 23 avril 1996).

En matière de risque d’exécution, il me semble que le Burkina Faso est d’ailleurs à des années lumière de la pratique constatée aux États-Unis (35 exécutions en 2014, 28 en 2015, 20 en 2016, selon Amnesty international. On attend la macabre comptabilité de 2017 mais on sait déjà qu’il y en eu au Texas, en Alabama, en Floride, dans l’Arkansas, en Géorgie ou encore dans le Missouri. Au Burkina, la dernière exécution date de 1988). Pourtant, il y a des extraditions de la France vers les Etats-Unis.

Dans ce sens, l’argument de Me Kéré devrait être relativisé, surtout que le Burkina Faso a régulièrement voté et appliqué plusieurs moratoires des Nations Unies sur les exécutions en vue de l’abolition de la peine de mort (62/149 du 18 décembre 2007, 63/168 du 18 décembre 2008, 65/206 du 21 décembre 2010, 67/176 du 20 décembre 2012, 69/186 du 18 décembre 2014, résolutions 71/187 du 19 décembre 2016). Ironie de l’histoire : l’initiative de ces résolutions a quelques fois été prise par la France et les États-Unis ne les ont jamais votées. Ce qui ne semble pourtant pas être un « obstacle infranchissable » à l’application de la convention d’extradition précitée, signée entre la France et les Etats-Unis le 23 avril 1996 et toujours en vigueur !

D’ailleurs, et c’est un secret de polichinelle, depuis que la commission constitutionnelle a remis son avant-projet de constitution au Président du Faso, l’existence de la peine de mort au Burkina Faso est de nos jours de pure forme et la nouvelle constitution bientôt soumise à référendum envisage sa suppression pure et simple. Maitre Kéré le sait bien, lui qui a représenté le Conseil supérieur des Burkinabè de l’extérieur (CSBE) aux travaux de ladite commission.

En somme, l’honnêteté intellectuelle oblige à reconnaître que l’évocation de l’existence de la peine de mort dans l’arsenal juridique burkinabè n’est qu’un épouvantail agité à des fins de manipulation du vulgum pecus non initié, tant il est facile aujourd’hui d’amener le Burkinabè moyen à se satisfaire de la moindre polémique jetée sur la place publique, serait-elle vide de tout contenu. J’ai la faiblesse de croire que mon confrère Kéré se laisse abuser.

Venons-en aux autres arguments de la prescription des faits reprochés à PFC et à l’existence d’une décision précédente de non-lieu, même si, rappelle fort justement mon ami Paul Kéré, la procédure a été rouverte à la suite de témoignages nouveaux apportés dans le dossier. D’ailleurs, il faut l’affirmer, honnêteté oblige, on entend par ci par là qu’il ne s’agit que de règlements de comptes politiques entre le régime au pouvoir et le régime déchu et que PFC ne serait que le souffre douleur du régime MPP, à défaut de pouvoir atteindre l’ancien Président « himself ». L’annonce officielle de la réouverture du dossier a été faite par Joséphine Ouédraogo, alors Ministre de la justice, le 23 décembre 2014, donc sous la transition politique dirigée par le Président Michel Kafando. Il n’était pas encore question de « pouvoir MPP ».

Cette petite précision faite, et pour que le lecteur comprenne bien de quoi l’on parle, le délai de prescription désigne dans le langage juridique, le délai à l’expiration duquel on ne peut plus attraire l’auteur d’une contravention, d’un délit ou d’un crime en justice. Par exemple, passé un délai de dix ans à compter de la date de commission d’un crime, l’auteur ne peut être poursuivi. Mais pour examiner cet argument, il faudrait alors que les juges français déterminent ledit délai avant d’en tirer une quelconque conséquence.

Et c’est là où l’argumentaire est fragilisé. Au risque de rebuter le lecteur non avisé de la procédure et de la terminologie juridictionnelle, l’instance extraditionnelle, en d’autres termes, celle qui se cantonne en France à analyser la légalité de la demande d’extradition exprimée par le Burkina Faso, n’est pas une instance pénale. Le rôle d’un juge extraditionnel n’est ni d’examiner la réalité des faits, ni le sérieux de leur imputabilité à la personne réclamée, ni a fortiori la culpabilité de cette dernière. C’est le rôle du juge national, même si certaines conventions d’extradition le prévoient par dérogation. En tout état de cause, la jurisprudence française, et même celle européenne, sont loin d’être définitivement figées. C’est d’ailleurs pour cette raison que la Cour européenne des droits de l’Homme a pu juger que le procès extraditionnel n’entre pas dans le champ d’application de l’article 6 § 1er de la Convention européenne des droits des l’Homme : en d’autres termes, le juge de l’extradition n’a pas à juger du « du bien fondé d’une accusation en matière pénale ». L’État requis (dans notre cas, il s’agit de la France) n’a pas à avoir le moindre grief pénal à l’encontre de la personne réclamée avant d’autoriser son extradition. Ce n’est nullement un obstacle « dirimant ».

S’agissant de la prescription supposée des actes reprochés à l’accusé, mon confrère Kéré rappelle ici aussi fort justement les différents délais applicables au Burkina Faso et en tire justification qu’il y aurait prescription dans l’affaire Norbert Zongo, ce qui empêcherait donc son extradition au regard du droit français. D’ores et déjà, je m’étonne d’une partie du raisonnement laissant entendre qu’un témoignage aurait permis de rouvrir le dossier malgré un non-lieu précédent et que, repris de justice, le témoin n’en serait que moins crédible. Restons sur le terrain juridique : la loi burkinabè permet-elle la réouverture d’un dossier dans de telles circonstances ou pas ? Si c’est le cas, alors, que ce soit arguments contre arguments devant le juge compétent et s’il s’avère que le témoin est animé d’intentions de calomnie, qu’il soit pénalement condamné et qu’enfin le justiciable PFC soit définitivement blanchi. Si, de même, les avocats de ce dernier l’estiment victime d’un acharnement, des procédures existent aussi bien au niveau national que communautaire pour y mettre un terme, et l’État burkinabè pourrait être lourdement condamné dans ce cadre. Évacuons donc rapidement ce point mais revenons à la question du non-lieu déjà prononcé dans le dossier Norbert Zongo et raisonnons de façon casuistique.

J’ai à l’esprit un exemple de jurisprudence où l’Italie réclamait à la France l’extradition d’une personne condamnée par un jugement espagnol devenu définitif : la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel d’Aix rendit un avis défavorable au motif que les faits avaient déjà donné lieu à condamnation (24-11-1999) ; mais la Chambre criminelle de la Cour de cassation censura cette décision. D’autres exemples de décisions de Chambres d’accusation accordant l’extradition en dépit de la prescription acquise au regard du droit français existent à foison. Tout ceci pour dire qu’en la matière, la position de la jurisprudence française est loin d’être définitivement acquise.

Enfin, pour finir sur le droit pour PFC d’obtenir l’asile politique en France, je ne serais pas aussi catégorique que mon confrère. Une personne qui sollicite l’asile en France peut obtenir l’une ou l’autre des deux formes de protection suivantes : le statut de réfugié et la protection subsidiaire. Pour la première possibilité, on imagine aisément que ce ne sera pas l’option qui serait prise par PFC. Concernant la formule alternative de la protection subsidiaire, elle est octroyée à la personne qui établit « qu’elle est exposée dans son pays à la peine de mort, à la torture ou à des peines ou traitements inhumains ou dégradants, ou, s’agissant d’un civil, à une menace grave, directe et individuelle contre sa vie ou sa personne en raison d’une violence généralisée résultant d’une situation de conflit armé interne ou international » (article L.712-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile). Or, l’ancien « petit président » est devenu citoyen ivoirien et la Côte d’Ivoire n’a engagé aucune poursuite contre lui. Il n’y encourt donc aucun risque de peine de mort, de torture ou tous autres traitements inhumains pouvant appuyer une demande d’asile politique. Et c’est là qu’une naturalisation censée initialement mettre à l’abri peut en réalité devenir un obstacle plus qu’un parapluie.

Quelle conclusion tirer de tout ceci ? L’éventualité de l’extradition de PFC déchaîne les passions et évidemment il est certain que plusieurs chancelleries, pas seulement burkinabè, mais aussi françaises, ivoiriennes (pays d’ « adoption » de l’accusé) ou autres encore se parlent et/ou s’opposent en ce moment même en fonction des affinités réciproques dans le dossier. Je laisse le lecteur imaginer le nombre de coups de fils traités chaque semaine par Paris dans cette affaire, surtout venant d’éventuels États « amis », soutiens personnels intéressés et autres groupes de pression ! Tout ceci pour dire que le résultat de l’affaire de la demande d’extradition du frère cadet de Blaise Compaoré sera à l’image des relations de coopération que veulent bâtir les autorités françaises avec leurs homologues burkinabè : franches, directes, ou bien alors teintées d’hypocrisie et de faux semblants comme on a pu le voir par le passé.

Comme le dit le Professeur Dany Cohen, agrégé de droit international, « comment, au demeurant, faire abstraction de la dimension politique, comme de la dimension de relations internationales, que comporte l’extradition ? La pratique observée en France laissait, et laisse encore, bien des fois, l’impression que les questions de droit, et plus précisément les obstacles juridiques auxquels peut se heurter une demande d’extradition, sont d’un poids médiocre face au souci de coopération entre États » (in Aspects récents du droit de l’extradition, Pedone).

Donc, oui, le justiciable Paul François Compaoré pourra bien être extradé vers le Burkina Faso ! Enfin… si la France le veut bien sûr !

So, let’s wait and see !

Yves Kinda
Docteur en droit
Avocat au barreau de Paris

Messages

  • Je vous tire mon chapeau M. Kinda, car en lisant Me Kéré, j’avais le projet de lui faire la réfutation, mais je manque vraiment de temps actuellement pour rédiger le papier et l’envoyer à Lefaso.net. Dans le fond je suis tout à fait d’accord avec la proposition principale que vous défendez.
    La France peut refuser d’extrader le Monsieur, mais alors c’est une politique qu’elle mène, ce n’est pas du droit. Puisque même la France (comme beaucoup d’Etats d’ailleurs) refuse souvent de faire certaines choses pour ses propres citoyens ainsi abusés dans leurs propres droits. Mais alors c’est de la force, ce n’est pas du droit. Force ne fait pas droit.

    • Pour emboîter ton pas et aussi l’auteur de cet excellentissime exposé et pour être terre à terre,c’est là qu’on saura qui de RMCK et de ADO pèse lourd aux yeux de la France.A la question,99,9% des internautes répondront qu’il y a pas match,c’est ADO mais c’est aussi une belle occasion de juger de la sincérité de Macron lorsqu’il était de passage à Ouagadougou.J’espère qu’il n’était pas venu nous faire un bras d’honneur car nous voulons notre paquet cadeau PFC.En clair comme l’a si bien exposé notre excellentissime avocat en des termes polis,courtois contrairement à cet avocat à la petite semaine qui aurait passé son temps à injurier les internautes avec ses certitudes débiles,le problème de l’extradition du colis PFC est plus une affaire politique que juridique.

    • Mon Ami, il n’y a même pas affaire de politique dans ça.

      Ne nous faisons pas d’illusion. Dans le contexte socio-politique actuel du Burkina, François Compaoré ne peut pas bénéficier d’une justice équitable. Car aux yeux de tout le monde il est coupable et on l’attend juste pour le condamner et pour lui régler aussi d’autres comptes que l’affaire Norbert Zongo.

      En plus le Burkina a déjà montré ses limites dans l’application des règlements internationaux dans l’affaire Djibril Bassolé, dans les balbutiements du procès des membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré ou il est criard aux yeux de tous qu’il y a des abus du point de vue des libertés individuelles et que l’influence du contexte socio-politique et actuel n’est pas favorable à des procès équitables des membres de l’ancien régime.

      Mon ami, le Monsieur comme tu le désignes, ne sera pas extrader. En tout cas pas pour l’instant. Nous pouvons espérer peut-être dans 10 ans au mieux.

      C’est triste mais c’est ça. laissons François avec Dieu, parce qu’aucune condamnation, aucune sanction contre lui ne pourra nous soulager des coups qu’il nous a donnés.

  • Analyse honnête et coherente aux antipodes du griotisme d’un certain maitre Kere. Chapeau

    • - Yamasoaba, c’est toi le griot ! Ce Yves Kinda ne connait plus la réalité des pouvoirs africains ! La france peut extrader F. Compaoré sur la base de promesses mielleuses et dès qu’il met pieds ici il pourrait être trucidé. Il y a plein de cas dans les pays africains et le Burkina ne fera pas exception. Il y a des cas du Tchad, du Congo RDC sous Mobutu avec la pendaison de Pantecôte, etc.

      Par Kôrô Yamyélé

    • Cela me rappelle la période pré-insurrectionnelle au cours de laquelle on a assisté à de belles passe d’armes entre philosophes et idéologues de tout d’abord, partisans de la modification ou non de l’article 37 (qui coûta le pouvoir à son Excellence Blaise Compaoré), et mêmes ceux allaités au sein du pouvoir, et qui contre toute logique, s’évertuaient à justifier l’injustifiable.
      La plaidoirie est ouverte. Me Kéré, à vous la parole ! Mais de grâce de la courtoisie à l’exemple de Me Kinda ! De la simplicité aussi car nous voulons comprendre sans avoir à nous triturer les ménages car je ne crois pas que 99% des burkinabé aient la licence.
      On va bien se régaler de belles tirades, en espérant à la fin que notre frère, qui honteusement renia sa patrie, nous sera ramené, afin qu’on lava le linge sale en famille.

    • Koro Yamyélé ! Vous êtes sérieux ? Si vous vivez au Burkina, pensez-vous qu’on puisse encore dans ce pays fusiller ou pendre quelqu’un suite à un procès ? En dehors des décisions des pouvoirs du CNR et de la Rectification et leurs juridictions d’exception, donnez-moi un seul exemple dans ce pays, où un condamné à mort a été exécuté sous un régime démocratique. Mieux qui le soutiendrait dans ce pays en 2017 ? Donc comme ça on peut gérer un pays un jour et le lendemain avec armes et bagages on franchit les frontières et on ne se reconnaît plus ni de son pays ni de ses responsabilités ? Ca m’inquiète parce que le Président RMK est marié à une togolaise et donc pourrait bénéficier lui et tous ses frères de la même double nationalité burkinabé et togolaise ? Donc on courrait le même risque ? Vous y pensez !
      Dieu nous pardonne et nous garde.

    • Mr Kôrô Yam-Yélé,
      Souffrez que votre désire ne soit pas exaucé car je pense qu’il serait mieux pour vous de cultiver votre champ et jouir des fruits de votre sueur que d’attendre toujours que François Compaoré vous donne toujours à manger.
      A vous lire, je pense que vous devrez capable de vous débrouiller seul que d’attendre toujours de quelqu’un.
      Même si vous n’aimez pas Sankara, je vous demande de faire sien quand il dit : "l’aide et/ou don doit servir à assassiner l’aide"
      J’imagine que tu (vous) est Burkinabè et l’intégrité se mesure aussi par le comportement
      Alpha disait que "seuls les imbéciles ne changent pas" et je pense que tu (vous) n’êtes pas
      Burkindbila

    • Kôrô Yamyélé, le griot c’est toi ! Quand tu dis de Me Kinda qu’il ne connait pas la réalité des pouvoirs africains,on peut te retorquer que Me Kéré est dans la même situation. Mais Me Kéré a dit qu’il t’attendait à une station à Ouaga. Sans doute pour remplir ton réservoir. On comprend maintenant pourquoi tu le défends bec et ongles en toutes circonstances.

      Pour ce qui de Mobutu et autres vieux dictateurs, il te souviendras qu’il se sont emparé du pouvoir par la violence et qu’ils en ont fait ce qu’ils voulaient. Le MPP (dont je ne suis pas et que je ne défends pas) ne peut pas se permettre cela ici, au Burkina Faso de l’après insurrection. Tous veillent désormais à ce que ce genre de choses ne puissent plus se produire (Presse, Syndicats, OSC, Partis politiques d’Opposition, Femmes, Jeunes, etc.). Si jamais les animateurs du MPP étaient tenté par des veleités d’assassinat de François Compaoré, ils n’auraientt même pas le loisir de fuir comme l’a fait François. Mais s’ils abandonnaient cette quête de justice que le pays poursuit, c’est en plein jour qu’on leur retirera le pouvoir qu’on leur a confié.

      François doit être entendu. Le juge prendra la décision qui sied. Sans zèle ni laxisme. Voilà notre aspiration. N’en déplaise à toi ou à Me Kéré.

    • Tu es complètement à côté de la plaque.Bien sûr je comprends ta déception parcequ’un honnête citoyen,fusse-t-il est loin des réalités africaines a battu en brèche les certitudes politiciennes de ton ami mendiant.Je ne pouvais pas m’imaginer que tu sois aussi corruptible à ce point.En effet,il a suffit que ce petit avocat à la petite semaine te fasse manger,boire une seule fois que tu perdes la raison en devenant son plus grand défenseur.Tu es pathétique

    • - Vous tous qui vous en prenez à moi, souffrez également que je ne sois as du tout de votre avis ni de votre côté ! Même si je n’aime pas trop F. Compaoré, je le considère avant tout comme un humain qui a des droits comme vous les injurieux et les intolérants. Et en plus il n’a pas été accusé d’assassinat comme vous semblez le croire, mais d’incitation à assassinat. Même le rappor du Collège des Sages ne l’a pas directement condamné car dedans c’est aussi écrit ’’Fortes suspicions’’ et que ’’il pourrait être à l’origine’’ : c’est du conditionnel Ne le condamnez pas avant le juge, messieurs les jurés à la sauce gombo gluante et au tô de petit-mil ! Vous ne comprenez rien et vous passez le temps à déranger les gens avec des opinions saugrenues !!

      Par Kôrô Yamyélé

    • Et c’est la le probleme, le droit n’est pas aussi simple pour etre explique aussi simplement.... Moi tout ce que je dis c’est quue FC ne sera jamais extrader donc arretons de depenser l’argent du contribuable a faire des conneries ( a defaut de faire ces preuves par la gestion des affaire on invective la haine et les accusations stupides) Vous etiez ensemble non demandez juste a ceux qui sont au pouvoir la maintenant la si il sont au courant de ca si eux meme ils ne savent pas pour fait qui est le responsable de ca ce n’est pas la peine d’aller fatiguer le tresor public en payant les frais d’avocat en l’air.... Si vous etes sures que c’est lui juger le par contumas et avancons.... Aussi j’espere que cela apprendra au Burkinabe ce que c’est que l’humilite, apres avoir passe ls 3 dernieres annee a baffouer nos engagements internationaux en matiere de droit, refuser d’ecouter et appliquer les decisions de cours supra nationales, pour faire plaisir a la rue qui ne comprend rien au droit, ben dans ce meme esprit de juriprudence nous avons fait nos preuves que nous sommes un etat voyou en matiere de droit..... Sorry ca fait 3 ans les gens sont partis laisser les et developons le pays la maintenant on vit pour le futur pas pour le passe

    • Le Kéré National lui aussi s’ est flanqué d’ une grosse blanche car il se voyait un destin national et pourrait filer à Pulnoy en cas de cas. mais on dirait que la destinée tarde à se réaliser et le monsieur impatient et gourmand commence à perdre espoir et patience. Donc il mord partout. Il est ADF mais grouille pour avoir des batch CDP pour participer au congrès CDP en france. Individu sans la moindre moralité.

    • Le soit- disant Kôrô Yamyélé est une misére humaine, tout comme Kéré Il parait qu’ il est avocat en france ? Je vais vérifier. Trop d’ imposteurs de nos jours. On vit les moments de l’ Antéchrist. Dieudonné Kéré dans Tenko devient Paul Kéré dans Ouaga. affaire de sebre, ce n’est pas seulement en france !.Paiper va nous tuer.

  • Mon dieu, ces juristes !
    L’art de vous faire accepter que la robe des avocats est blanche et leur écharpe de couleur noire. Le jour suivant, ils vous font gober le contraire.
    Finalemnt, le droit n’est que l’art de la rhétorique.
    Enfin, au regard de la hauteur des raisonnements et démonstrations, l’expression « NUL N’EST CENSÉ IGNORER LA LOI » au burkina me fait rire jaune.

  • Voici au moins une lecture teintée d’objectivité. Je rappelle à Paul Kere que comparer les textes juridiques français et Burkinabé en affirmant que l’extradition de PFC est impossible sans tenir compte des incertitudes revient à comparer les tirs d’une flèche et les tirs d’un bazooka, sans faire la distinction entre les deux. Et d’ailleurs les textes juridiques entre les deux pays ne seront pas figés dans le temps.
    Paul Kere doit donc garder ses énergies pour la défense des François devenus ivoiriens pour fuir la colère du peuple burkinabé, devant le juge Burkinabé.

    AHK

  • Voila un intelectuel honnete ! Tout est clair et limpide !
    Merci une fois de plus !
    Je demande aux intelectuels qui sont a l’exterieur, d’apporter souvent leur contribution pour eclairer la population. Quand un peuple n’est pas plonge dans le noir, on ne peut pas le dribler !
    Merci encore ! Voila un Burkindi !!!!!!!!!!

  • ahiwa
    tôle c’est pas tôle
    n’gaw....................................................

  • Mr Yves KINDA est le genre d’intellectuel dont notre pays a besoin. Il se fait respecter, écouter et comprendre parce qu’il diffuse son savoir de manière constructive avec professionnalisme et courtoisie. Je n’y entends pas grand’chose en droit mais j’ai bien l’impression que son argumentaire est plus solide que celui qu’il réfute.

  • M. Kinda, belle analyse qui éclaire avec un langage compréhensible pour beaucoup de citoyen. Je suis plus d’avis qu’au delà de la rhétorique judiciaire, il revient à PFC de se montrer comme un homme innocent, digne et de se présenter librement devant les tribunaux en victime et non-coupable d’un crime quelconque. La justice locale et internationale seront à son écoute. Ceci sera aussi un test important pour la justice du Burkina. Mais puisqu’il choisit d’exploiter les failles des juridictions internationales et nationales pour s’innocenter (prescription d’appel de jugement, citoyen de pays étranger, peine de mort et risque réel de tortures au Burkina), il peut continuer ses divagations seulement dans les pays qui tiennent à le protéger. Pour le Burkina actuellement, il y a un bon côté à cette situation de PFC si on la prend avec philosophie et sagesse. Ce ex-demi-Dieu du Burkina est bien puni à errer dans quelques rares pays qui acceptent de le protéger à court terme, si on ne peut pas l’emprisonner d’ailleurs dans du luxe et à des coûts souvent très élevés. Les journalistes et organisations internationales des droits de la personne surveilleront à ses conditions de vie de détenu et à ses revendications, s"il était condamné. Alors il pourrait même se convertir en victime, lui qui a toujours été le bourreau et l’agresseur intouchable pendant 27 ans. La seule chose que le peuple lui a refusé, c’est de devenir président par acclamation. Pour moi, s’il ne veut pas répondre volontairement de ses actes devant des tribunaux indépendants et impartiaux, ce n’est pas la fin du monde. L’économie des frais de son jugement et incarcération peuvent servir mieux à construire un bon lycée pour nos enfants. Il ne rentrera pas autrement au Burkina sur ses deux jambes.

    • Merci ! C’est la pure des punitions : Errer ! On est jamais tout à fait heureux chez les autres ! Les honneurs et le statut de dieu humain perdus, ça fait terriblement mal

  • Argumentaire fouillé, étayé, convainquant, sans esprit partisan et très professionnel d’un jeune avocat, qui finirait par me réconcilier avec la profession.
    Puisse-t-il déteindre sur son condescendant ami. En plus d’être compétent, il est d’une finesse dont ne peut se prévaloir son cher extravagant ami qui ne risquerait point d’être étranglé par sa modestie.
    Chapeau bas, MONSIEUR KINDA.

  • Quand Me Kéré insulte le Burkina qui serait une république bananière, que dire de la France qui entre en armes sur notre territoire sans permission pour exfiltrer François et Blaise ? C’est ça une république bananière. Me Kéré, quand vous allez lire M. Kinda, lisez aussi mon post.
    Et les François et consorts, franchement si c’est pas parce qu’ils n’ont pas honte, pourquoi gérer un pays pendant des siècles et après renié la nationalité pour devenir franco-ivoiriens ?
    Et les Djibril aussi, vraiment tous ces gens je suis dépassé par leur comportement françafricain. Djibril dit carrément à son avocat de voir Macron. Macron est qui ici au Burkina Faso ? Qu’il vienne, on l’attend. On a marre maintenant des valets locaux de la France.

  • Une tres bonne analyse que doivent lirer les instances Buirkinabe et Francaises afin de comprendre que ce dossier n’est qu’une question de respect et de reciprocite. La France ne peut plus se cacher derriere aucune raison pour refuser d’extrader M. Compaore. Et a la justice Burkinabe de faire appel a de telles personnes resources qui peuvent faire face a n’importe quelle personne qui voudrait defendre ce dossier. Qui peut ignorer les precedents cites par Me Kinda ?

    Si Me Kere est l’avocat de M. Compaore, que le Burkina Faso retienne Me Kinda !

  • Article digne d’intérêt certes... Mais : En terme de droit (justice), vous ne pouvez pas comparez le BF notre pays aux USA ou à la Turquie qui sont des puissances. Pour être terre à terre, quelles représailles pour la France en cas de refus ? Le BF s’est négativement illustré sur la scène internationale (Etat voyou qui ne respecte pas ses engagements internationaux) sur le cas BASSOLE. En plus, la transition bien que étant soutenue par la communauté internationale jusqu’à sa fin à été dirigée par des délinquants politiques donc pas très crédibles. L’issue de ce procès se passera en dehors des palais de justice et vous le savez bien. Donc épargnez nous de vos argumentaires mal inspirés pour intellectuels compromis.

  • Je suis fier d’être Burkinabè et surtout de savoir qu’il y’a de grands hommes comme M. KINDA dans ce pays. M. KINDA, VOUS FAITES LA FIERTÉ DE LA NATION.

    • Ben, en fait, si vous lisez bien, il n’y sont pas dans le pays.
      Les grands hommes burkinabé, interviennent sur le Faso.net, relativement aux problèmes du Faso, mais ils le font depuis l’étranger !

    • Tout simplement parce que le pays ne leur donne pas la possibilté de rentrer et de s’exprimer. Les récentes déclarations de ceux qui sont venus postuler à des emplois d’enseignants à l’université sont là pour le prouver. Il y a à la tête de nos institutions de vieux requins qui se battent pour que les alevins ne vivent pas.

  • Merci Me KINDA d’éclairer les burkinabè avec un argumentaire posé, sans fanfaronnade ni affirmations catégoriques, solide à base de références à des textes juridiques nationaux et internationaux permettant de se faire une opinion claire sur l’affaire. Même si M. François Compaoré appelé comme témoin n’est pas extradé, nous savons que c’est du domaine du possible. Il peut y avoir des raisons autres que juridiques qui amènent sa non-extradition au Burkina.

  • Me Kéré prompt à répondre aux internautes n a pas encore réagi à cet écrit limpide publié depuis ?

    • Me Kere ne va jamais planer ici ! Je savais qu’il induisait le vieux Yamyele en erreur mais comme un enfant ne peut pas conseiller un vieux, eh bien, on le laisse tomber a la renverse !!!!!!
      Fo pas facher Koro, nous samizer !!!!!!!!

    • Pour info, on arrive pas à s’abonner depuis le site du courrier confidentiel. Faut essayer de régler cela mon type

  • Je ne connait pas le langage fantaisiste des juristes mais après avoir lus les deux avis sur l’ extradition de PFC, je conclue qu’ il y a un qui a mal étudier son droit mais il s’ exhibe sur un terain que il ne maîtrise pas. Finalement, il nous pompe l’ air. Me Kinda, continuer à nous informer sainement

  • Merci Me Kinda. Bonne analyse et bonne réplique à votre confrère et ami Me Kéré dont je doute parfois des compétences professionnelles en tant que juriste et en tant qu’avocat.
    Pour un juriste, les écrits de Me Kéré me paraissent trop opportunistes et souvent dénués de sens. Qu’est-ce qui se cache derrière la toge d’avocat de cet individu, pour ma part, trop "griot" pour être un avocat crédible. L’incompétence ou les calculs intéressés, voire les deux ?
    Pour ce qui concerne votre analyse, vous avez raison de souligner le fait que dans ce dossier de demande d’extradition de François Compaoré, le poids du politique pèsera énormément même si au regard du droit, l’extradition de cette personne est envisageable et faisable si la France veut bien y mettre un peu de bonne volonté. Surtout, si la France veut bien s’écarter un tant soit peu des imbroglios de sa Françafrique comme a semblé le promettre le président Macron lors de sa visite en terre africaine. La fin de la Françafrique, je n’y crois pas et je ne pense pas être la seule. Mais pour ce qui concerne l’extradition de François Compaoré vers le Burkina dans l’affaire Norbert Zongo, comme vous le dites, wait and see.

  • Voila, que des larbins du genre Yamyele et autres parlent maintenant. C’est des techniciens du droit qui nous donnent leur lecture. Comme le dit quelqu’un, TOLE c’est pas TOLE.

  • Maitre kere est plus credible en argument que mr kinda.La france dans sa coherence ne lache jamais ses anciens amis qu’elle a aidee a exfiltrer mais surtout ce qui se passe avec bassole montre que francois subira la vengeance et des traitfements degradants.il sera simplement relache pour demande non motivee et reouverture legere du dossier penal sur base de temoignage verbal non solidifie.Ici encore le pays va boire la honte tout en radicalisant francois qui pourrait perturber serieusement notre tranquilos.Il faut engager une vrai reconciliation nationale juste et honnete ou les actuels tenant du pouvoir pourront venir demander leurs parts de pardon sur la periode 1988_2014.Tout ce beau monde de tiukguileurs ont leur part de faute

  • Rien à ajouter.
    Dans tous les cas les dossiers de “biens mal acquis” pourraient bien concerner PFC. Vivement que des OSC du Burkina accélèrent ce dossier. Beaucoup de nos propriétaires de “biens mal acquis” pourraient bien préférer être au Burkina que de fuir. Dans ce dossier de “biens mal acquis” qu’on se penchent franchement sur les nombreux Hommes d’Affaires et Politiques pas blanc comme neige

  • Droit contre droit, parole contre parole, analyse contre analyse merci aux hommes de droit

  • Me Kinda j’ai rarement eu autant de frissons de plaisirs a la lecture d’un écrit comme
    ce fut le cas à vous lire. Je salue en vous l’homme, l’intellectuel et le grand juriste.
    J’ ai produit un post pour contredire Me Kéré mais malheureusement cela n’a pas été
    publié. Entre autres éléments évoqués contre la position de Me Kéré, je disais ceci a
    propos de la question de la peine de mort : "la notion d’obsolescence existe en droit ; une
    loi peut être dite frappée d’obsolescence". En français facile pour les Kôrô Yamyélé, la
    loi existe mais n’est pas appliquée et c’est comme si elle n’existait pas. C’est le cas
    de la loi sur la peine de mort au Burkina.
    Encore bravossimo Me Kinda !!!

  • Dans ce monde, nul n’à le monopole, de la vérité. Maître Kere dans son écrit affirme mordicus que la France n’extradera jamais PFC au vu de tralala....Et voilà que Yve lui prouve le contraire avec des arguments convaincants. Alors, qui croire ? Moi je crois fermement à Yves. Attendons le 7 mars.

  • - Yves Kinda, tu perds ton temps ! Ce monsieur ne sera pas extradé et même s’il l’est, et qu’on le juge, il ne sera pas condamné. Tous ceux qui s’agitent autour de ce dossier auront tort. Et aucun ne comprend comment interpréter les termes du droit et vous vous agitez pour rien, ignorant royalement que François Compaoré n’a même pas été accusé d’assassinat, mais simplement de ‘’Incitation à commettre un assassinat’’. Ce qui est loin de l’envoyer systématiquement en tôle !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    • Mr Kôrô Yam-Yélé,
      Vous avez le kilo de dire à Maitre Kinda qu’il perd son temps et que dites-vous de Mr Kéré ?
      J’imagine que tu (vous) savez qu’ils sont tous Burkinabè et exercent tous en France et que vous, eux et nous (moi) avons tous fait la même école française et avons les mêmes qualités (étant humains) d’apprentissage, de compréhension et d’interpretation
      Alors, je pense qu’il sera temps que vous fassiez profil bas et jouer balle à terre car un adage Burkinabè nous dit : " si tu n’as pas de conseiller, il faut se conseiller"
      Burkindbil

    • Kôrô Yamyélé je ne sais pas entre nous 2 qui est le plus âgé mais je te demande de ne plus réagir face aux injures de certains internautes. Ne t’expose pas à des gens qui ne peuvent même pas payer leurs caleçon. Le mois de mars n’est pas loin et il ne faut même pas t’adresser à ce fameux Yve KINDA que les burkinabé rechercherons pour le tabasser pour leur avoir menti. S’il te plaît, si tu écoutes mes conseils cela me fera énormément plaisir.

      Madjer

    • Toi Kôrô Yamyélé, je ne te comprends pas. Hormis toi, personne ne veut d’une condamnation bête et brutale de François. Nous voulons juste savoir s’il a joué un rôle dans la mort de Norbert Zongo,et si oui lequel. S’il n’a rien à se reprocher, qu’il vienne nous le dire. Et la page sera tournée.

      Pour ta gouverne, Luc Adolphe Tiao, dont je salue l’intégrité, est revenu de lui même. On l’accuse d’avoir signé un ordre permettant de tirer sur les manifestants. Et des manifestants sont morts de balles lors de l’insurrection. Il est quand même rentré chez lui, décidé à en répondre. On ne l’a pas fusillé. Mieux il est actuellement en liberté. Et il se prononce sur des faits de la société, dans la presse. Comme tout citoyen a le droit de faire.

      Arrêtes donc de brandir une épée au dessus de la tête de François. Car au finish le bourreau c’est toi.

    • - Burkindbila, on ne dit pas ’’Vous avez le kilo...’’ mais ’’Vous avez le culot’’, mot venant de ’’culotté’’ comme toi qui est culotté en t’adressant ainsi au Kôrô Yamyélé qui ne soutient pas l’avis de ton parent avocat venant du village de Kindi dans le Boulkiendé.

      Par Kôrô Yamyélé

    • - Merci cher Madjer pour ce conseil. Je ne réagirai plus à ces trouffions qui, en effet ne peuvent même pas s’acheter un caleçon propre. La plupart même sont des petits chômeurs et une bande rats manipulés par le MPP pour un billet de 1.000 fcfa en passant !!

      Il y a plein d’internautes qui ignorent que Kôrô Yamyélé a fréquenté la même université que Feu Son Excellement Arba Diallo et que j’ai travaillé aux USA, en France pour me faire un peu d’argent. Puis je suis revenu au burkina. J’ai milité à l’ODP/MT dont je suis un membre fondateur, puis dans le CDP, et ensuite ayant refusé de calomnier des gens et de mentir, j’ai été jetté par dessus-bord du navire CDP qui lui-même a finit par couler !! Ensuite le Kôrô Yamyélé est allé demander la terre dans un village que des gens biens m’ont accordé et je cultive bonnement mes champs aujourd’hui et élève mon bétail aisément !

      Mille fois merci Madjer.

      Par Kôrô Yamyélé

    • Koro Yamyélé, parce qu’on n’a aucune certitude de pouvoir juger François donc on laisse tomber et on le laisse en paix se promener et raconter n’importe quoi dans les journaux ? Quand je pense que des hommes sans armes et pas dangereux ont été tués par balles et brulés dans leurs véhicules, quand je pense aux familles de ces personnes, je suis prêt à payer de mes poches m contribution pour qu’on essaie tout. Je suis heureux pour les victimes de l’imaginer inquiet, répondant au juge qu’il était aussi ivoirien et qu’il ne veut pas venir dans son pays. Peu importe ses explications pour convaincre le juge français de ne pas l’extrader, il nous démontrera encore une fois sa lâcheté et ne répètera plus qu’il n’a aucun problème avec la justice. On doit penser aux victimes, ceux qu’on a brûlés et à leurs familles en premier avant de penser à la politique. Tout n’est pas question de droit, de victoire dans un tribunal. On est des africains et la morale doit continuer à compter. Donc je ne peux pas comprendre que maitre Kéré, (même s’il a un doctorat en droit, même s’il est devenu français et vit en France) veuille nous convaincre qu’on a tort à vouloir espérer une extradition et un jugement de M. François Compaoré.

    • Ouf ! j’ai enfin vu un koro qui manque cruellement de sagesse. Je croyais que c’était seulement au niveau de la jeunesse que l’on voyait cela.

    • Vous avez peut être fait les mèmes écoles que Arba Diallo mais lui fut un grand homme et vous n’arrivez pas à sa cheville.
      C’est vraiment sage de ne plus répondre si non vous continuerai de vous ridiculiser.

    • Là ! vraiment là !
      Kôrô Yamyélé, tu as brisé tout mon respect pour toi. Faute d’arguments, tu te résigne à corriger des fautes de français dans un commentaire.

    • Ou est l’écrit de Tenga il faut laissez tous passer même si c’est pertinent.

  • Je dirai seulement aux pessimiste qui pense que la France ne lâche pas tomber ses anciens amis, que la France de Sarko, de Hollande est différente de la France de Macron ou la gestion de la France Afrique connait présentement une autre façon de faire. même si l’on dit que la France n’a pas d’amis mais des intérêts avec les états ? Et si tel était le cas je pense que la France a plus d’intérêt ave la nation Burkinabe que l’individu Paul François Compaoré. Donc j’ai fois que PFC pourrait être extradé vers le BF

    • Ahahahaha comme le Burkina de RRS l’est de celui de BC.... Loool, il n’y a que au Burkina et en un peu en afrique que l’etat n’est pas une continueter ou on detruit tout pour tou recommencer ce qui fait qu’on fait du sur place ou meme on recul, les nation developee ce developpe a cause de la continueter danc croyez moi si c’est francois vous attendez la comme on le dit chez nous vous va longtemps ici..... Vous n’avez meme pas besoin du ga pour le juger si il y a les preuves faites le proces sinon une charge d’incitation a l’assasinat ce mmn’est meme pas commenditation ou complicite c’est incitation ahhhh ca je ne sais pas comment vous allez convaincre les francais que c’est quelque chose de serieu si ils voient sur toute nos chaine de television et facebook des personnes inciter a la haine et a la discrimination qui menace ou font bruler des edifice public et privee rien ne leur arrive ou meme cette affaire de Kolgweogo la et maintenant c’est ce qui est dans la tete de quelqu’un plus compliquer a prouver que vous voulez qu’on extrade vraiment quoi quand la vengeance nous tiens.... Bref je n’en veux a personne ce n’est pas leur argent il prennent pour faire sinon que au pays labas on sait comment ca ce passe si c’etait leur argent eux meme a l’heure la ils allaient “je laisse pour moi a Dieu” mais comme c’est l’argent du contribuable ils peuvent utiliser ca pour leur agenda politique qui est au fond de detruire toute legacy BC autait pu laisser....

  • Ce qui me plaît chez Yves, c’est son style empreint de respect ,de courtoisie, contrairement au "m’as tu vu" , à ,l’arrogance ,à la suffisance et à la pensée unique chez certains.

  • Je demanderai à Me Kéré de relire mon commentaire quand il a posté son article et de faire la différence entre les deux articles. J’espère que son niveau intéllectuel lui permettra d’apprécier.
    Il a posté un article qui me semblait quelque partisan avec un langage qui n’était pas à sa hauteur. Me KINDA a corrigé le tir. Ma connaissance du droit ne me permettait pas fondamentalement d’avoir une opinion véritable sur le sujet et j’étais demandeur d’éclairages. Mais, comme beaucoup de forumistes, j’étais sorti assez frustré après avoir lu l’analyse de Me Kéré. Il a également pris le soin de répondre du tac au tac aux forumistes en abaissant le débat encore plus.
    En tant qu’intellectuel, la sortie de Me KINDA permet de faire quelques recherches si l’on veut et apporte une ouverture de vue et nous enferme pas dans un carcan.

  • Thèse et antithèse !
    Ah que c’est bon d’éclairer le peuple.
    Il faut maintenant terminer le travail d’éclairage .... nous attendons un autre expert juriste burkinabe pour faire la synthèse.

  • Après avoir lu les deux propos, je tire la conclusion que Me KERE se contente d’être "un technicien du Droit" tandis que Me KINDA a fait la preuve qu’il est un véritable Juriste !
    Me KINDA, merci de toujours éclairer nos lanternes...

  • Voilà un patriote connaisseur, expert, humble et respectueux que je respecte.
    Je comprends pourquoi Me Paul KERE n’a pas daigné répondre à la question de savoir « que ferait-il (lui Me KERE) s’il était choisi en lieu et place des avocats français pour défendre le dossier Norbert ZONGO ». Donnons-nous la main bâtir notre cher pays au lieu de passer le temps à faire des critiques stériles en se faisant passer pour expert. Il faut toujours primer les propositions de solutions aux critiques de dénigrement. Comme le président RMCK l’a si bien dit à Gaoua, personne ne viendra construire le Burkina à notre place.
    C’était la première fois que je vois quelqu’un faire un post et s’’aventurer à contre réagir aux réactions des internautes. Scandaleux.
    Comprenons qu’on peut être utile à tout niveau. Tous nos services rendus ne sont automatiquement susceptibles d’être monnayés.
    Maître Paul KERE, comme vous avez l’art de réagir, on attend impatiemment votre réaction suite à l’écrit de votre ami et collègue Yves KINDA.

  • Dans tout ça qui dit la vérité. Ils sont tous 2 des Maîtres. Le lecteur apprécie ces 2 écrits en fonction de ce qu’il veut que ses oreilles entendent. De toutes les façons c’est eux qui mangent dedans. Qu’est ce que nous on gagne ? Prenons le cas de Thom Sank, combien de Me mangent dedans. Ils ont mangé jusqu’àààààà leurs barbiches luisent. Pourquoi nos docteurs en droit du Burkina ne disent rien ou bien tôle c’est pas tôle ? Ces maîtres là ils nous embrouillent et Dieu les voit.

  • Désolé Kôrô Yamyélé pour une fois. On a vu de simples témoins cités à la barre et qui sont devenus des accusés et inculpés par la suite. Ce qu’on reproche à PFC peut changer suivant l’évolution de la procédure. Les crimes économiques ne sont pas à exclure à la longue.

  • HOMMAGE A NOS MARTYRS du 30, 31 Octobre 2014 et 16,17 Septembre 2015

    Merci et bravo cher Me Yves KINDA. Soyez très béni au NOM du SEIGNEUR pour votre langage de vérité. Excellent travail (18/20). Merci encore pour ce cours magistral. Votre analyse est très bien convaincante avec des exemples concrets. Vous êtes un bon avocat qui maitrise très bien son sujet sans tergiverser. il y a des griots des temps modernes qui veulent nous enseigner le droit sur du faux.

    Effectivement,les coups de fil venant d’Abidjan seront plus nombreux car ADO est le roi de l’impunité. C’est le retour de l’ascenseur d’ ADO à Blaise le "grand médiateur hors pair". Comme on le dit :"Tu m’as sauvé, je te sauve en retour".

    LA VÉRITÉ TRIOMPHERA SUR LE MAL OU L’IMPUNITÉ(le mensonge) UN JOUR

    A NOS MARTYRS QU’ILS SE REPOSENT EN PAIX. QUE JUSTICE LEUR SOIT RENDUE RAPIDEMENT

    JUSTICE POUR NORBERT ZONGO
    JUSTICE POUR THOMAS SANKARA
    JUSTICE POUR SALIFOU NEBIE
    JUSTICE POUR DAVID OUEDRAOGO
    JUSTICE POUR DABO BOUKARY

    VICTOIRE TOUJOURS AU BRAVE PEUPLE
    VIVE LA DÉMOCRATIE AU FASO
    VIVE LE BRAVE PEUPLE BURKINABÉ

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS . AMEN

    ACHILLE DE TAPSOBA LE BOBOLAIS

  • Sincèrement les burkinabés ne finissent pas de me surprendre avec un comportement d’enfant de 3 à 4 ans qu’on flatte avec de belle parole. Je ne suis pas un homme de droit et d’ailleurs je ne m’y connais pas dans cette discipline fantaisiste qu’est le droit, mais en lisant les 2 docteurs en droit, sans partie prit avec une objectivité absolue au regard du contexte actuel et de la gouvernance actuelle je parie que Me Kéré sortira vainqueur dans ce défi que lui lance son confrère Kinda qui veut réellement infligé une crise cardiaque à cette portion de la population qui sont totalement dépourvu de toute analyse intelligente dans ce dossier. Monsieur Kinda est vraiment méchant et jaloux de son collègue Me Kéré, sinon lui même sait qu’en toute âme et conscience que cette bataille juridique est une cause perdu d’office pour le burkina faso. Mais monsieur Kinda s’en tête à caresser sa propre population dans le sens des poils pour mieux les tuer, dans le seul but de se faire aimé juste pour quelques mois par nos autorités et les petits esprits qui ne comprennent rien et qui suivent aveuglement. Monsieur Kinda si François Compaoré n’est pas extradé que diras tu aux burkinabés ? DOUSSOUKASSI SONDJAAAA !!!!!!!!!!!!!!!!!!! EH ALLAH !!!! FASODEN DJOUGOU !!!!!!!!

    • HUUUUUU !!!!!!!! Mr Madjer
      Seriez-vous prêt à relire votre poste ? si oui, faites le et tirez les conséquences car il semble qu’il y a des forumistes qui par manque de réflexion et/ou manque d’analyse d’une situation développent une diarrhée de mots dans un désert d’idées
      Evitons ce comportement quelque soit le côté où on est même si la pauvreté doit couper la tête évitons de tomber dans l’ignomnie

    • Monsieur burkindbila tu me demandes de relire mon poste je veux savoir où se trouve le problème dans mon écrit. Tu sais il faut vraiment te réveillé car tu n’as pas encore compris que les politiciens sont entrain de laver leur mains dans ton eau à boire, et tu seras inéluctablement contaminé par les microbes qui seront à l’origine de ta mort. Tu es déjà perdu je ne sais plus comment faire pour te récupérer. Tu me fais sincèrement pitié, car je vois là que tu es vraiment pris au piège par des piètres politiciens. Tu sais le menteur vit au dépend de celui qui l’écoute. Tu connaitra la réalité dans 3 mois

    • Madjer, relisez bien l’article de Dr Yves Kinda sans passion. vous verrez qu’il n’affirme pas que Francois compaoré sera extradé mais apporte seulement son analyse de la situation dans le respect et la courtoisie. Il conclu que son extradition ou non sera plus politique que juridique. Ce n’est pas dans ce comportement que vous et koro yamyellé allez aider votre ami François.

    • Comprenons-nous bien : Je ne crois pas qu’on reproche à Maître KERE la position qu’il défend. En tant que burkinabè il a le droit d’avoir ses opinions sur la vie nationale et en tant qu’avocat il est supposé pouvoir défendre toutes les positions. Ce que je lui reproche c’est de prendre ce ton méprisant et ces airs doctes pour avancer des arguments triviaux. Et en plus avec un raisonnement que le sens commun permet à n’importe quel burkinabè un minimum avisé de faire. Franchement qu’y a-t-il de sorcier à connaître les délais de prescription ou de savoir que la peine de mort peut être un obstacle à une extradition ? On n’a pas besoin d’être un avocat pour savoir ça. Maître KERE en parle comme d’une grande subtilité ou perspicacité juridique et se base même sur ça pour prophétiser et parier. Alors qu’on attendait de lui de sortir des arguments juridiques solides pour étayer ses affirmations, comme vient de le faire Maître Yves KINDA. Le but n’étant pas de parier aveuglément et de jubiler après avoir gagner. Autrement on ferait mieux de demander l’avis des pronostiqueurs et parieurs de la LONAB.

  • Le juge : Monsieur Kinda, à la barre ! Avez-vous construit une école dans votre village ?

    M. Kinda : pas encore, mais le projet est en vue.

    Le juge : avez-vous une ferme ?

    M. Kinda : Oui, d’environ 3000 m2.

    Le juge : Combien de forages dans la ferme ?

    M. Kinda : un forage.

    Le juge : un seul forage ? Un seul ? Eh bien vous n’avez plus droit à la parole. Pour parler ici vous devez avoir au moins trois forages dans votre ferme. Que je ne vous reprenne plus à réagir à des articles de personnes qui disposent de plus de trois forages dans leur ferme. Suivant !

  • J’ai deja offert un carton rouge a Me Kere !
    J’ai envi d’ajouter un autre carton rouge, je ne sais pas si c’est faisable ou pas !
    2 cartons rouges pendant un seul match !!!!!!!

  • Voilà quelqu’un qui fait honneur à sa profession par une analyse claire et sans bavure. La vérité fait grandir, mais le mensonge conduit tôt ou tard au déshonneur et à la déchéance. Merci à vous Monsieur KINDA, pour cet éclairage qui permet de mettre en déroute les fossoyeurs qui jouent des pieds et des mains pour brouiller le chemin qui mène à la vérité. Le mensonge à beau courir, la vérité fini par le rattraper un jour ou l’autre. Dans le pays des hommes intègres, il y aura toujours des hommes d’honneur pour faire barrage au fossoyeurs de la vérité qui tentent par tous les moyens de cacher le soleil avec la main. Au rendez-vous de l’histoire, la nation retiendra toujours les noms de ses vaillants fils qui auront refusé la compromission et consenti le sacrifice parfois jusqu’au péril de leur vie, pour défendre les causes justes.

  • Maitre Kinda vous parlez de l’extradition de François Compaoré, tout sa c’est pour nous faire rêvez. Je pense que vos arguments ne sont pas très solide ...
    Bon bref faites nous le bilan de l’assurance maladie universelle dont vous êtes "le coordonnateur de projet". L’ASCE N’oubliait pas de faire un tour pour nous donner le bilan de cette structure.
    Merci !

  • merci mon grand pour avoir nous donner espoir de voir ce criminel extradé

  • « Internaute » "Madjer". Non, ce n’est pas une question de victoire ou d’infantilisme loin de là. On est sur un forum d’échange d’idées. L’apport de Me KINDA n’est pas parole d’évangile, mais elle est plus ouverte. A son actif, il suggère que la procédure d’extradition n’est pas le jugement de l’affaire. Si cela est vérifié, un des arguments de Me Kéré peut être discuté. Un pays demande qu’on lui renvoie un citoyen et on délibère sur les règles de droit régissent extradition. D’ou l’appel à des professionnels de ce sujet. Si l’on veut le juger, c’est qu’il est présumé innocent. Egalement le point sur la peine de mort tel que suggéré par Me Kéré n’est pas aussi enfermé que cela. L’un des piliers de la défense des avocats chevronnés est la jurisprudence qui permet mettre en parallèle des situations passées et la conséquence qu’en a tiré le tribunal. Alors que Me Kéré reste strict, son homologue demande d’aller plus loin, de plonger plus dans les méandres du droit.
    Mais nous devons tous être conscients que ce n’est pas aussi simple et que les forces en présence sont puissantes. En outre, personne ne peut également préjuger de la décision du juge français qui ont également leurs compétence à priori. Cela qui ne prend pas cela en compte sera effectivement taxé d’enfant de 3-4 ans. Je suis personnellement sceptique sur l’issue, mais attendons de voir le résultat.

  • Double Félicitations Monsieur KINDA pour le ton et la courtoisie de votre contribution qui tranche avec l’agressivité et la malcause de la plupart des internautes sur lefaso, et pour le fond parce que vous nous gratifiez d’une réflexion argumentée qui donne du plaisir à lire ce qui n’a rien à voir avec les insultes et les attaques personnelles qui polluent le forum.

    Votre raisonnement sauf mauvaise compréhension de ma part se résume comme suit : in fine l’extradition ne se traite pas uniquement avec des instruments juridiques mais également politique et diplomatique et dans ce cas tout est possible.

    A mon humble avis si on s’écarte du volet juridique pour traiter un dossier à caractère judiciaire on glisse forcément vers de la spéculation car ce n’est plus le droit qui sera dit mais les intérêts d’état à Etat qui seront marchandés

    Je remarque que sur l’argumentaire de la peine de mort vous n’êtes pas en contradiction avec Maître KÉRÉ quand vous évoquez le traitement des extraditions de la France vers les USA vous affirmez bien que la France par précaution,s’assure que la peine de mort ne sera pas appliquée par les autorités judiciaires américaines avant d’ extrader le cas échéant .

    S’agissant de l’ouverture du dossier par le pouvoir de la transition et non du MPP il est de notoriété publique que KAFANDO était un pion du MPP ( il a eu l’inélégalance de se mettre dans la posture d’un avocat du MPP en défendant dans les médias la validité de la candidature de RMCK avant que ce dernier ne dépose sa candidature ur) et le CNT n’était qu’un faire valoir de Salif DIALLO qui donnait des instructions à Chérif SY son protégé et frère du Yatenga . La Transition était belle et bien de fait un pouvoir MPP avant l’élection le corollaire a été le code électoral cinique taillé sur mesure pour éviter un second tour périlleux pour RMCK.
    Sur la dimension politique et diplomatique que revêtirait l’extradition de PFC, le caractère Ivoiro-Burkinabè de l’intéressé pourrait faire peser le poids des deux pays sur la balance et sur ce registre la Côte d ivoire c’est trois fois le Burkina et vu du prisme français le Faso n’est qu’un appendice de la Côte d’Ivoire n’en déplaise à notre amour propre. En d’autres termes la France préférerait ne pas extrader l’ivoirien PFC vers le Burkina au nom de ses bonnes relations avec la locomotive Côte d’Ivoire que d’extrader le Burkinabé PFC vers le Burkina au nom de ses relations avec le Burkina qui n’est qu’un wagon de la locomotive

    • Merci merci, tres lucide et pose comme raisonement

    • Votre histoire de wagon et de locomotive fait tres mal !
      Ah wai ! Madame sait ou frapper et faire mal !
      J’espere que vous n’allez pas boxer les tes..... de votre mari !!!!!!

    • Maria de Ziniaré les mots me manque pour te dire merci et mille fois merci pour cette objectivité dans la vision de cette affaire. Les gens veulent entendre seulement ce qui plait à leurs oreilles. Or dans ce cas précis c’est une question de rapport de force. C’est pourquoi j’ai dis que ce Yve KINDA va infligé une crise cardiaque aux burkinabés qui sont dépourvu de toute analyse sur cette affaire. Ce n’est pas une question muscles mais plutôt d’influence. On dirait que quand tu dis la vérité à cette génération de burkinabé on t’insulte ! vraiment c’est dure hein !!! Regarder votre gouvernement qui est influent ici ? Dite moi. Sur qui vous compter pour qu’on extrade François Compaoré ? Revenez sur terre je sent les gens commence à rentrer dans l’herbe. Depuis quand la nuit est tombée et que la mains se trompe de la bouche ?

    • Bonjour Maria pour votre contribution

      « le ton et la courtoisie de votre contribution qui tranche avec l’agressivité et la malcause de la plupart des internautes sur lefaso »

      Evidemment il y a certains commentaires agressifs. Mais franchement, j’ai parcouru les posts de la dernière fois et ce qui m’a choqué le plus c’est surtout les insultes de Me KERE. J’ai vu certaines questions simples posées par des forumistes et comme réponse, c’était une série d’insultes.

    • Donc Maria de Ziniaré est maintenant convaincu que PFC est bel et bien complice de l’assassinat de NZ. Evidemment que comme on vivait du pouvoir de BC, et que les avantages se sont évaporés, on ne peut plus avoir la lucidité nécessaire pour reconnaître les faits. Mais Dieu le tout puissant rendra justice aux opprimés. En attendant la justice divine, PFC sera juger par contumance et le fait qu’il refuse de répondre à la justice est une preuve suffisante de sa culpabilité ou complicité

  • il ya lieu de préciser qu’on ne peut pas parler de prescription dans ce dossier pénal. En effet il s’agit en l’espèce d’un crime dont l’action publique a été mise en mouvement par le ministère public qui a aboutit à un non lieu le 18 juillet 2006. De ce fait la mise en mouvement de l’action publique a entrainé une interruption de l’action qui a commencé à courir pour un nouveau délai après ce non lieu et réouverture pour charges nouvelles en 2014 donc avant l’expiration du délai nouveau. La réouverture sur charges nouvelle a été rendu possible par le fait que l’action publique avait été mise en mouvement initialement par le ministère public

  • Me KINDA, c’est toi un vrai professionnel du Droit. Ton confrère est plutôt passionné à défendre ses anciens amis du régime COMPAORE. Je ressentais de la passion et de la subjectivité dans tous ces propos.

    Pour ceux qui ne connaissent pas Me Paul KERE, c’est un ami fidèle de François COMPAORE. Comprenez donc pourquoi il s’excite de la sorte. Il faut faire tomber les masques.

  • Maître Kinda : Je partage entièrement votre article, même j’ajouterais que c’est un article bien pensé et bien écrit, une réflexion juridique simple et limpide. Merci maître pour vos éclaircissements suivis des exemples qui peuvent aussi se produire avec le dossier d’extradition de François Compaoré. L’alternance politique du Burkina voulu par une jeunesse assoiffée de démocratie et une justice saine pour faire avancer le pays que nous aimons tous, a besoin des juristes neutres comme vous.

    Dans un débat comme celui du dossier de l’extradions de Paul François Compaoré dont plusieurs personnes s’expriment leurs avis, s’il n’y a pas des différences, il sera impossible de trouver la solution : Votre collègue maître Paul Kéré a exposer ce qu’il pense avec une raison en béton concernant la peine de mort qui n’est pas aboli dans notre pays même si cette raison semble une couche de nuage dans un pays qui n’applique plus des exécutions depuis plusieurs années, le raisonnement de votre collègue doit être pris en compte, comme les vôtres aussi. Par contre votre analyse s’est faite avec philosophie sans parti pris et je vous dis chapeau maître Kinda.

    Malheureusement Lefaso.net perd ses internautes de bonne foi sur des analyses aussi importantes comme celle-là. En parcourant quelques interventions, je dis qu’une des raisons du malaise humain est précisément le fait que les hommes aveuglés par leurs ambitions, s’adonnent à la fausse-apparence et que la sincérité et la pureté ont disparues de leur vie.

    Quand je compare des internautes de bonne foi avant l’insurrection qui se battaient avec sincérité pour le changement, et qui avec des critiques fondées sur la vérité envers ceux qui tuaient qui ils veulent, là où ils veulent, et aujourd’hui comme dans cette analyse, leur déviation morale a atteint le point de non-retour jusqu’à être aigri avec ce qui est réelle, ’’’ça me fait vomir.’’’ Pourtant ces internautes savent donner d’eux-mêmes, avec une maîtrise incroyable quand ils ont une critique fondée qui va pour le peuple.

    Je conclu que ces internautes de haut niveau il y a trois ans avec des critiques fondées qui vont au peuple se laissent manipuler par certaines personnes mal intentionnées exprimant leur opposition pour se faire remarquer. Ils préfèrent critiquer les qualités des autres, plutôt que d’observer le silence et la discrétion, parce qu’ils ne supportent pas de passer inaperçus.

    Je voudrai ici demander a mes amis internautes de longue date qui se devient de leur idéal, de quitter un monde où il faut seulement apprendre à gagner sans avoir raison, et retrouver leur ideal d’apporter des critiques fondées avec des argumentations solides et du vécus qui vont pour avancer le Burkina. Ceux qui vous manipulent sont ceux qui ont pris la fâcheuse habitude de violer le droit et les valeurs fondamentales de notre société voilà plus de 27 ans. Cette situation a conduit à la banalisation du mal, à la déresponsabilisation, à la criminalité politique, à l’impunité et la déliquescence des mœurs.

    • Merci mon cher ami KA et sois très fort dans ta lutte contre l’impunité. Ensemble,nous bâtirons un BURKINA NOUVEAU où il n’y aura pas de Burkinabés faibles(Le BRAVE PEUPLE) et "forts"(Saint Blaise, Saint François, Saint Gilbert,"ange" Djibril) et que chaque Burkinabé profitera de la croissance économique pas comme aux temps des frères Compaoré.Les grands criminels de sang et économiques sseront traqués dans leurs derniers retranchements pour être traduits devant les juges. Ainsi,la loi s’appliquera à tous sans passion nous veillerons à ce que ce travail soit entièrement fait.

      Merci mon frère KA et sois béni au NOM de notre PÈRE tout Puissant .

      Achille De TAPSOBA le Bobolais.

    • Mes remerciements au vieux Ka !
      Continuez d’encourager la jeunesse !
      Les imperialistes ont peur de nous a cause de notre integrite !
      Depuis la fuite de Blaise, ils respectent le Burkina !

    • Monsieur Ka sincèrement les mots me manque pour te qualifier. Je pense que jusque là les gens à qui tu t’adresses indirectement ne t’on jamais manqué du respect à ma connaissance. Et ces gens là ne sont pas des enfants car ils savent très bien que tu les attaques. Bref ; Défends ce régime comme bon te semble fais les louanges et le griot de ce régime n’engage que toi. Personne ne t’oblige à regarder dans la même direction que lui. S’il y a vraiment manipulé dans ce contexte actuel je parie très fort que c’est bien et bel toi Ka. je n’ai plus envie de te lire car tu me donnes la nausée à chaque fois que je lis ton poste. Evite de sombrer dans l’ignominie. J’ai du mal à accepter qu’un intellectuel de ton niveau soit totalement aveugle et refuse la réalité pour cause d’aigreur et de vengeance. Et si François Compaoré n’est pas extradé tu vas faire quoi ? Tu sais très bien que ce dossier est perdu d’office par le burkina qui n’a d’ailleurs pas un homme influent pour peser dans la balance. Vous êtes des rêveurs, vous qui passez votre temps à insulter les plus éclairés. je pense que le mois de mars n’est plus loin donc attendons ; internaute de bonne foi internaute de bonne foi, tu veux dire quoi ? Moi je t’ai remarqué l’autre jour tu as intervenu sur l’article de deux(2) ans du MPP, et tu as même dis que le bilan des deux (2) ans est positif avant d’ajouter que même dans ta ville de bobo que ce régime travail. Tu sais depuis ce jour je suis entièrement déçu de toi. Moi je suis un bobolais, peut être que toi tu ne vis pas à bobo sinon si les vrais bobolais entendent ça de ta bouche, tu sera chassé de bobo car tu es un vrai ennemi de la ville de bobo. Revenons à notre sujet. Je sais que tu veux te faire plaire par nos gouvernants actuel dans le seul but d’avoir des miettes de leur part, sinon tu sais très bien que fameux Yve Kinda va vous donner des crises cardiaque seulement. Vous allez dire quoi au peuple si François n’est pas extradé ? Mesure un peu les conséquence ; Ou bien pour vous soulager vous allez encore brûler le domicile des gens ? Comme c’est ça votre force donc tu peux dire ce que tu veux.

    • Ce ka me surprend de plus en plus, il est fantastique ! Il a un sens élevé de la justice que je salue. François Compaore pourrait ne jamais être extradé mais vivrait le restant de sa vie à être traqué par les Burkinabe, dans tous les sens du mot.
      Nous ne souhaitons que la justice, la véritable justice, à laquelle, quoi qu’il fasse, il ne pourrait se soustraire.
      Ka reste toi même et évite de faire comme certains qui changent au gré du vent.
      Merci.

  • Les supposés forages de KERE sont-ils dans sa ferme ou pour la communauté ? Combien de réalisations compte PFC dans notre pays et au bénéfice de qui ? Réfléchissons, réagissons aux réflexions pour éclairer la lanterne des populations plutôt que de nous insulter et dire du n’importe quoi !!!
    Rappelez vous des différents tribunaux répertoriés par le Prof KY-ZERBO pour vos rendre compte que nous payerons tous (y compris PFC) devant l’un de ces tribunaux dont le dernier pallier est le tribunal divin. Et alors, on verra si on s’occupera de l’autre pendant que notre propre sort est en jeu !!!

  • Nous ne sommes pas spécialiste du droit mais de notre compréhension de profane, il est à remarquer le parti pris manifeste de Maître Kéré dans ses analyses qui vise à décourager les acteurs de justice œuvrant pour l’extradition de François Compaoré. Nous ajouterons aux argument de Dr Kinda le fait que le crime de sapouy avait été rendu imprescriptible par nos juridictions à moins que les documents aient là encore été tripatouillés pour dénaturer la décision.

  • Bien Bien , quand je li tout le monde je me rend compte de certaines choses, de un personne n’est pret a ecouter ce qu’il ne ve pas entendre, pour chacun lorsque l’on ne va pas dans son sens c’est que on a parti pris, mais voyez la chose vous meme le fait d’avoir un debat insinue l’existence de position differentes donc de partie pris.... Bref le 7 Mars il y aura un avocat pour FC et un autre pour le BFA donc deux version differents comme ce que nous venons de voir donc apprennons a accepter le contradictoire....
    Concernant cette affaire d’extradiction, le simple fait que ce dossier necessite l’extradiction de sieur PF montre qu’il est bancale si vous le chercher pour incitation au meutre c’est que vous avez les executant du meutres si vous les avez, ben jugez les et vous jugez l’incitateur par contumas vu que vous savez qu’il ne sera jamais extrade au vu des bourdes judiciares et du manque de respects des decisions d’insitution supra nationales et de la situation meme sociale, donc vraiment passont a autre chose ou aller porter plainte contre FC directement en France labas....

  • Bien Bien , quand je li tout le monde je me rend compte de certaines choses, de un personne n’est pret a ecouter ce qu’il ne ve pas entendre, pour chacun lorsque l’on ne va pas dans son sens c’est que on a parti pris, mais voyez la chose vous meme le fait d’avoir un debat insinue l’existence de position differentes donc de partie pris.... Bref le 7 Mars il y aura un avocat pour FC et un autre pour le BFA donc deux version differents comme ce que nous venons de voir donc apprennons a accepter le contradictoire....
    Concernant cette affaire d’extradiction, le simple fait que ce dossier necessite l’extradiction de sieur PF montre qu’il est bancale si vous le chercher pour incitation au meutre c’est que vous avez les executant du meutres si vous les avez, ben jugez les et vous jugez l’incitateur par contumas vu que vous savez qu’il ne sera jamais extrade au vu des bourdes judiciares et du manque de respects des decisions d’insitution supra nationales et de la situation meme sociale, donc vraiment passont a autre chose ou aller porter plainte contre FC directement en France labas....

  • " La vérité est apparue et le mensonge s’est dissipé comme une vapeur légère". Mao
    Tsé Soung.
    Pourquoi Me Kéré n’a toujours pas répondu à Me Kinda ? Surement que Me Kéré est parti
    à la fac de droit ou est sur le net pour des recherches. Les ténèbres qui veulent
    éclairer la lumière !!!!

  • Comment peut on expliquer le cas de ces deux frères Compaoré qui sont impitoyablement cruels et sanguinaires ? Pendant que l’un tue froidement d’un côté, l’autre fait autant de l’autre côté. Les deux se retrouvent dans le même pays à l’exterieur pour prendre la nationalité de ce pays. On imagine leur enfance pleine de souffrance au point d’infliger des atrocités à leurs compatriotes comme s’ils étaient à l’origine de leur souffrance infantile.
    Dire que nous avions été gouvernés et dirigés par ces deux frères pendant 27 ans dans ce système cruel ; Dieu est vraiment très très fort. On aurait pu devenir comme eux, vu les souffrances endurées. Mais fort heureusement ce ne fut pas le cas sinon de vengeance à vengeance on allait finir par brûler notre Cher Faso. Grand merci à toi, notre Dieu Sauveur.
    Boucher a peur de couteau !

  • Moi je ne comprends pas le juridisme de ces hommes de droit, surtout les avocats ; je crois qu’il y a en droit ce qu’on appelle juger quelqu’un par contumance. Que la justice française refuse d’extrader François COMPAORE , ne devrait poser un problème : cela ne fera que conforter le peuple burkinabé qui se bat depuis l’ignominie de Sapouy de l’entière culpabilité ou du moins sa complicité de François Compaoré dans cette abomination. On comprend que ceux qui ont perdu tous les avantages avec le départ de Blaise COMPAORE se battent bec et ongle pour blanchir les Djibril BASSOLE, les FC et autres. Une seule personne se fera énormément de sous dans cette affaire : Me Olivier SUR. Les autres Me s’en tireront avec quelques miettes. Gloire illimitée à Norbert ZONGO

  • Monsieur Madjer semble être dépassé par les évènements, nous avons besoin de critiques constructives empreintes d’objectivité, Me KINDA, tout en reconnait le mérite professionnel de son collègue, lui a opposé des arguments à même de nuancer fortement son argumentaire sur l’impossibilité d’extrader monsieur François COMPAORE. Vous avez donc le droit de réagir de façon courtoise et intellectuelle afin d’enrichir le débat. Votre contribution est la bienvenue car vous le savez bien , en matière de justice c’est argument contre argument et le plus souvent la chose qui parait à l’évidence improbable arrive à triompher. Wait and see.

  • Ce Me KINDA Yves semble vraiment IMPARTIAL et Tres Bon Avocat.
    Chapeau Bas à vous Me KINDA Yves

  • Hum !
    Me KINDA merci infiniment. Me KERE n’aurait pas pu trouver mieux inspiré, tellement il avait réussi à braquer les gens sur ses déclarations lapidaires.
    Au fait Maître Kere, ce n’est pas que ce que vous avez affirmé est juridiquement faux. Votre problème, c’est que vous êtes allez jusqu’à vouloir faire comprendre à l’opinion qu’il n’existe aucune option juridique possible pour faire extrader votre PFC (Porc au four cramé), parce que la législation française verrouille toute extradition liée à ton Porc au Four Cramé. Il aurait juste fallu le dire avec réserve. Parce que vous saviez très bien qu’en droit, et ce dans l’immense majorité des cas, il y a toujours une ou des règles qui prennent le contrepied d’une première avancée. Oui presque toujours. Et s’il vous plaît vous n’êtes pas le seul praticien à le savoir.
    Me KERE, lorsque vous avez fait vos déclarations lapidaires, à combien de réactions avez-vous dû répondre en trébuchant ? Répondez s’il vous plaît Maître KERE
    C’est tout juste vous dire que vous avez estimé qu’il fallait répondre vaille que vaille à toutes ses personnes qui se sont senties insultées dans une douleur commune, dans un souci commun, dans une aspiration indéfectible de voir la justice se rendre pour Norbert ZONGO et tous ceux qui se trouvaient dans le véhicule, le jour de leur assassinat. Vous Maître, vous vous défendez juste pour réconforter votre égo.
    La mère de Norbert récemment décédée, elle, elle ne sait même pas c’est quoi on appelle égo.
    Vous voyez donc maintenant ? Comme l’a déjà dit quelqu’un avant, Il y a droit. Il y a justice.
    Sachez que le fait d’être avocat au barreau de Nancy ne fera pas de vous pour autant un illuminatis. Le fait d’avoir épousé une française ne fait pas de vous un super homme ou vous faire changer de couleur. On en connaît qui en ont pris même plusieurs, mais qui reviennent rôder ici sous le soleil. Et même si vous, vous êtes le caïman qui n’est plus le même caïman que les autres, parce qu’il faut qu’on tienne compte du fait que vous avez séjourné longtemps dans l’eau, Maitre, sachez que le problème de l’extradition de Porc au four cramé vous dépasse, vous et votre avis juridique. Aillez pitié de vous-même. On verra également jusqu’où la France tiendra une position aussi inopportune vis-à-vis de l’Etat Burkinabé.

  • Je voudrai ici, remercier des internautes de bonne foi aux premières heures des réseaux sociaux de notre pays, Achille de Tapsoba, Verité No 1, le vrais citoyen, Anta, Kôrô yamyélé, SOME et d’autres qui ne sont plus là dont je retienne leur bonne foi : Tous, nous avons commencer par les forums de ‘’Le pays,’’ ‘’l’Evenement,’’ ‘’B24,’’ des sites qui ont bloqués leurs forums a cause des internautes de mauvaise foi. Aujourd’hui, prions Dieu tout puissant capable de tout, de bénir le Dr. C. Paré l’homme a la plume d’or et son équipe qui persévèrent avec courage et dignité pour que nous puissions défouler nos critiques fondées ou stériles. Alors ayons le courage de venir sur le forum de Lefaso.net avec des critiques fondées qui vont pour l’avancer de notre pays et notre peuple. Ne nous cachons pas derrière nos pseudos avec des mensonges et des ruses pour priver le bonheur des autres.Comme l’internaute SOME disait a un intervenant, vous pouviez nous trouver, et il a raison, car les anciens internautes de bonne foi, nous sommes venus sur les sites il y a plus de dix ans avec nos propres identité. Enrichissons le forum avec des critiques et des autos critiques fondées sur des argumentations solides sortis de la vérité. Je profite remercier l’internaute Sawadogo Baradey pour sa compréhension et de me lire.

    Quant aux critiques stériles sans des solutions d’un internaute avec des multiples pseudos pour saboter mes critiques fondées sur la vérité après l’insurrection de 2014, cette personne peut aboyer a mort sur mes critiques comme celles d’aujourdh’ui, il ne mérite plus aucune de mes autos critique.

    Arrêtez les enfantillages et soyons sérieux, car j’ai vu sur ce forum de la qualification et galon qu’on donne et incite à un internaute pour le dévier de son idéal et qui devienne de plus en plus aigri envers tout le monde confondu. Quittons ce face à face mortel, pour explorer d’autres critiques fondées profitables aux citoyens et non aux individus enfermés dans leur égoïsme. Apportons malgré nos différences qui font la richesse des débats, des critiques fondées sur nos connaissances. En voyant qu’on incite à quelques internautes d’être aigris, ces internautes partisans et irresponsables souhaitent ou préparent une nouvelle insurrection au Burkina pour barrer la route a l’alternance politique voulu par le peuple et sa jeunesse. Ces gens doivent comprendre que les enjeux sont devenus tels que ceux qui ont lourdement investi dans le changement et l’"émergence" du pays ne se laisseront pas faire.

    En lisant quelques interventions sur cette excellente analyse du maître Kinda, je remarque encore des dénigrements, surtout des attaques gratuites et aux injures hors sujets. Il est temps que ça cesse, et que chacun reprenne son esprit. Ka farouche partisan de l’alternance politique du Burkina avec sa jeunesse.

  • Cher Kinda, arrétes d’embrouiller les gens avec tes tirades ronflantes truffées de lacunes : 1. quel risque y a t il à extrader un citoyen américain passible de la peine de mort vers un état américain, comme New York, où cette peine de mort n’existe pas ? Et combien de criminels américains trouve t il refuges en France ?

    2. Comparaison n’est pas raison, pourquoi compares tu une justice américaine, véritablement INDEPENDANTE à une justice burkinabè dont l’indépendance et la transparence sont souvent sujettes à caution, par ordre politique ou par appât du gain ? tu veux un exemple ? Eh bien, si la justice Burkinabè était indépendante, les Henri Zongo seraient aujourd’hui en vie, pas passés par les armes par suite d’un procès expéditif. Et dans le cas d’espèce, tu sais bien que la pression populaire gronde, quelle sérénité aura le juge burkinabè dans un climat de population criant vengeance, pas justice ?

    3. Même suite à une assurance donnée par le parquet burkinabè au juge français, quelle certitude y a t il, une fois de retour au pays que l’esprit de vendetta prévalant dans le pays pour ce cas ne l’emportera pas sur la parole donnée à une France, face à un électorat réclamant la tête de PFC comme tu l’appelles ?

    La sérenité requise pour un procès équitable n’est donc pas réunie.

  • Je m’ attendais à une replique du MPP à Me Kéré. Et c’ est fait à travers Me Kinda . Ce Me Kinda est un pion du MPP . Si la France savait que le procès va se fairait sans passion , elle va extrader François Compaoré . Mais comme il est déjà condamné avant le procès par certains, elle ne va pas être complice des dérives d’ un pouvoir populiste .

  • Excellent exercice de vulgarisation. Bravo Yves Kinda.
    Toutes les spéculations sont permises car comme tu le rappelles, "Comme le dit le Professeur Dany Cohen, agrégé de droit international, « comment, au demeurant, faire abstraction de la dimension politique, comme de la dimension de relations internationales, que comporte l’extradition ? La pratique observée en France laissait, et laisse encore, bien des fois, l’impression que les questions de droit, et plus précisément les obstacles juridiques auxquels peut se heurter une demande d’extradition, sont d’un poids médiocre face au souci de coopération entre États » (in Aspects récents du droit de l’extradition, Pedone).
    C’est aussi simple que cela.
    On verra bien si au final c’est le droit ou la politique et les relations internationales qui l’emporteront dans ce dossier...
    Personnellement, je pense que ce dossier va tellement durer en longueur que les plus passionnés, qui sont souvent aussi les moins endurants, auront cessé de s’y intéresser bien avant son terme...

  • Je voudrai ici, remercier des internautes de bonne foi aux premières heures des réseaux sociaux de notre pays, Achille de Tapsoba, Verité No 1, le vrais citoyen, Anta, Kôrô yamyélé, SOME et d’autres qui ne sont plus là dont je retienne leur bonne foi : Tous, nous avons commencer par les forums de ‘’Le pays,’’ ‘’l’Evenement,’’ ‘’B24,’’ des sites dont les forums ont ralentis de cadence. Aujourd’hui, prions Dieu tout puissant capable de tout, de bénir le Dr. C. Paré l’homme a la plume d’or et son équipe qui persévèrent avec courage et dignité pour que nous puissions défouler nos critiques fondées ou stériles. Alors ayons le courage de venir sur le forum de Lefaso.net avec des critiques fondées qui vont pour l’avancer de notre pays et notre peuple. Ne nous cachons pas derrière nos pseudos avec des mensonges et des ruses pour priver le bonheur des autres.Comme l’internaute SOME disait a un intervenant, vous pouviez nous trouver, et il a raison, car les anciens internautes de bonne foi, nous sommes venus sur les sites il y a plus de dix ans avec nos propres identité. Enrichissons le forum avec des critiques et des autos critiques fondées sur des argumentations solides sortis de la vérité. Je profite remercier l’internaute Sawadogo Baradey pour sa compréhension et de me lire.

    Quant aux critiques stériles sans des solutions d’un internaute avec des multiples pseudos pour saboter mes critiques fondées sur la vérité après l’insurrection de 2014, cette personne peut aboyer sur mes critiques comme celle d’aujourdh’ui, il ne mérite plus aucune de mes autos critique.

    Arrêtez les enfantillages et soyons sérieux, car j’ai vu sur ce forum de la qualification et galon qu’on donne et incite à un internaute pour le dévier de son idéal et qui devienne de plus en plus aigri envers tout le monde confondu. Quittons ce face à face mortel, pour explorer d’autres critiques fondées profitables aux citoyens et non aux individus enfermés dans leur égoïsme. Apportons malgré nos différences qui font la richesse des débats, des critiques fondées sur nos connaissances. En voyant qu’on incite à quelques internautes d’être aigris, ces internautes partisans et irresponsables souhaitent ou préparent une nouvelle insurrection au Burkina pour barrer la route a l’alternance politique voulu par le peuple et sa jeunesse. Ces gens doivent comprendre que les enjeux sont devenus tels que ceux qui ont lourdement investi dans le changement et l’"émergence" du pays ne se laisseront pas faire.

    En lisant quelques interventions sur cette excellente analyse du maître Kinda, je remarque encore des dénigrements, surtout des attaques gratuites et aux injures hors sujets. Il est temps que ça cesse, et que chacun reprenne son esprit. Ka farouche partisan de l’alternance politique du Burkina avec sa jeunesse.

  • Errer comme un chien galeux, cest la meilleure punition de F. Compaore. Triste fin d’ un Putois. C’est son nom quand on vivait encore au Juvenat de Saaba. Il sait pourquoi.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés