Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

LEFASO.NET | Moussa DIALLO • mercredi 13 décembre 2017 à 23h50min

Au cours d’une séance plénière tenue le 13 décembre 2017, la Commission d’enquête parlementaire sur le système de santé au Burkina a présenté les résultats de ses travaux. Durant trois mois, les commissaires parlementaires ont sillonné les treize régions du pays, visité des structures sanitaires et auditionné plusieurs personnes. L’insuffisance de financement et la gestion peu efficiente constitue un véritable goulot d’étranglement du système de santé au Burkina, selon la commission qui a formulé des recommandations pour combler les insuffisances et combattre les tares. Parlant de tares, il y en a de tous ordres et à tous les niveaux.

Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

En 90 jours d’investigations, la commission d’enquête parlementaire a visité 111 structures sanitaires, auditionné plusieurs centaines de personnes et produit un rapport d’environ 900 pages. 15 thématiques ont été analysées. Et la commission est parvenue à la conclusion selon laquelle, notre système de santé a mal à sa gouvernance. Ce document présenté ce 13 décembre 2017 révèle des insuffisances et irrégularités criardes au niveau des : infrastructures, des équipements et de la logistique, des ressources humaines, de la formation et la recherche dans le domaine de la santé, de la gestion des déchets biomédicaux, des structures privées de soins, de la politique pharmaceutique, de la mesure de gratuité des soins de santé et de la promotion de la santé…

Les commissaires parlementaires ont décelé, entre autres : une situation non conforme en matière de recrutement des élèves dans les écoles privées de santé (un élève en IDE 2e année en 2017 a obtenu son BEPC en 2015) ; des formateurs qui enseignent de manière expéditive des matières de 7 à 12 heures le même jour. Aussi, ont-ils constaté que les directions régionales de la santé et l’inspection technique n’assurent pas de manière adéquate le contrôle des activités privées de santé ; ce qui entraine des pratiques non conformes qui influencent négativement la qualité de la formation des élèves.

Aussi, les effectifs du personnel médical et para médical du secteur public de la santé présentent les insuffisances aussi bien sur le plan qualitatif que quantitatif. A cette insuffisance se greffe une disparité notoire dans la répartition géographique du personnel. Pire, aucun Centre hospitalier universitaire (CHU) ne respecte les normes en matière de gestion du personnel médical et paramédical. Seulement 12% des Centres hospitaliers régionaux (CHR) respectent ces normes contre 27% des Centres médicaux avec antenne chirurgicale (CMA).

« C’est toute la chaîne qui est pourrie »

Par ailleurs, un fournisseur d’équipements a été particulièrement indexé dans ce rapport. Il s’agit de la SOGEMAB qui fournit fréquemment des appareils inadaptés aux besoins des services, souvent dans des délais de livraison largement décalés, à des coûts exorbitants. Aussi, dans ce domaine, on note la livraison d’équipements non conformes aux spécifications, des coûts qui varient d’un CHU à un autre, des interventions à répétition, une disproportion entre le coût des pièces et de la main d’œuvre, des surfacturations, des équipements dits neufs livrés mais défectueux, soit hors d’usage à peine après une année de fonctionnement.

« Tout notre système repose sur les actions et les activités de la SOGEMAB. La question de la SOGEMAB est donc un goulot d’étranglement de notre système de santé », a précisé Julien Kouldiati, le président de la commission d’enquête parlementaire. D’ailleurs, dans les recommandations, les commissaires parlementaires demandent un audit de cette société, afin que les responsabilités soient situées sur toute la chaine, mais aussi que des sanctions soient prises. Car, « c’est toute la chaine qui est pourrie », selon la plupart des intervenants. « Nous avons affaire à des mafieux », martèle le député Bindi Ouoba, qui est un professionnel de la santé.

Un couplage cancérigène entre mal gouvernance et sous-développement

Pour le député Mathieu B. Ouédraogo, cette gouvernance désastreuse de notre système de santé n’est que la conséquence d’un « couplage cancérigène entre la mal gouvernance et le sous-développement ». Et, il y a lieu d’agir avant qu’il ne soit trop tard.

« Le matériel commandé, tantôt de mauvaise qualité, tantôt surfacturé, tantôt non demandé, à ce niveau, il y a une complicité entre les fournisseurs, l’Etat et ceux qui commandent. Nous devons sanctionner. La justice même peut s’autosaisir et envoyer des gens au gnouf. Les fournisseurs qui s’enrichissent sur le dos de l’Etat au détriment du peuple, il faut les rayer des effectifs des fournisseurs parce qu’ils ne sont pas les seuls. Chacun profite de cette situation de bordel installé. Notre rôle est d’interpeler et à partir de maintenant, il n’est plus question de dénoncer et d’en rester là, nous allons suivre parce que nous sommes payés avec l’argent du contribuable et donc nous devons défendre les intérêts du contribuable. L’ASCE est à l’écoute. Et elle doit commanditer un audit sur la SOGEMAB. Pour ce qui est du personnel hospitalo-universitaire, il y a des brebis galeuses dans l’enclos », a lancé Alassane Bala Sakandé, Président de l’Assemblée nationale.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Lire le rapport de synthèse ici : http://www.assembleenationale.bf/IM...

Vos commentaires

  • Le 14 décembre 2017 à 00:29, par le pays va mieux En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Beau travail messieurs les députés ! Il suffit que l’exécutif vous suive. Cependant, beaucoup reste à faire. Et l’affairisme des agents de santé ? Et l’Analgine vous n’en avez pas rencontré ? C’est désolant quand tu te rend dans un service de santé surtout hospitalier. Ça fait vraiment peur si la situation ne change pas. La conscience professionnelle a foutu son camp. La prise en charge est faite en fonction de la poche du malade. Aussi, l’ASCE/LC doit auditer pour voir ce qui se passe au PROFOS. Dans ce soit disant projet gérant les bourses d’études, il y a des choses pas trop catholiques.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 06:51, par Okapi En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Le diagnostique est fait, nous attendons les mesures correctrices maintenant. Surtout faut pas en rester la comme d ’habitude.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 07:48, par Yamskn En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Beau travail, mais c’est la suite qui va décevoir. J’espère que Cette commission va pouvoir se constituer parti civil au cas ou la justice ne va pas s’auto saisir.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 08:10, par Donmozoun En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Enfin, le géant se réveille et veux secouer le cocotier. Espérons que tous les fruits murs et pourris tomberont afin que l’arbre puisse souffler un peu et reprendre du sang neuf.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 08:34, par TIENTIGUI "un élève en IDE 2e année en 2017 a obtenu son BEPC en 2015" En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Très très grave. Mais a qui la faute ? imaginez un instant cet élève après sa formation on l’affecte dans ton village ? je pense qu’il est temps de passer urgemment à recruter les IDE niveau BAC !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 10:01, par Dr Wé En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Un très bon travail que celui-là de la commission santé de l’Assemblée Nationale. Maintenant la balle est dans le camp du président Rock Marc Christian Kaboré qui doit prendre immédiatement un décret supprimant la SOGEMAB et envoyant tous ses dirigeants au Gnouf et sans tarder. Depuis longtemps des cris d’alarmes sont lancées sur la SOGEMAB et personne n’a écouté. Cette structure est pleine de gens totalement incompétents qui sont là pour se servir uniquement et rien d’autre. Cette structure a été créée de toutes pièces par François Compaoré et est toujours de nos jours au service de ce dernier. Personne au ministère de la santé ne peut contester cela. Il n’y avait aucune raison de maintenir cette structure en place après l’insurrection qui a fait fuir son géniteur. Pire cette structure a fait couler l’expertise biomédicale du pays des hommes intègres le Burkina Faso en coulant la DIEM pour son propre compte. Des agents ont leurs société au sein de la SOGEMAB et les marchés leur sont octroyées gré à gré et généralement du matériel non nécessaires et même dangereux pour la santé. A titre d’exemple la SOGEMAB a installé des sèches mains non conformes sur les lavabos aseptiques dans les salles d’opérations de nos hôpitaux pour sécher les mains avant d’entrer en salle d’opération. Tous ceux qui ont fait les aéroports ou les toilettes publiques européens connaissent ces sèches mains qui soufflent du chaud dans votre main et y drainent des poussières dans ces mains. Donc si vous vous lavez votre main à l’eau aseptisée sous rayons UV les mains sont propres et ensuite vous les passez dans cette appareil vous chargez votre main de saletés et de poussières avant d’entrée en salle croyant que vous êtes propres alors que c’est le contraire qui vous est arrivé. Ça c’est un petit exemple parmi tant d’autres plus graves. L’Assemblée Nationale ne doit pas badiner avec le travail qu’elle a réalisé, elle doit suivre cette affaire au jour le jour au niveau du gouvernement pour envoyer tous les médiocres au gnouf et faire supprimer toutes les sociétés complices de ces forfaitures. L’autre problème c’est les commerçants véreux qui se sont transformés en fournisseurs de matériels biomédicaux dont ils ne connaissent rien du tout du principe tout court. Pour eux c’est l’argent qui compte et tant pis pour le reste. Tous ces problèmes ont été possibles du fait de la suppression de la DIEM au sein du ministère de la santé et il avait été clairement dit que la DIEM empêchant de bouffer en rond les sous des contribuables burkinabé parce que quelqu’un qui s’y connait dans son métier ne se laissera pas abuser par des commerçants véreux dans la livraison des matériels. Donc action et rien d’autre.

    Répondre à ce message

    • Le 14 décembre 2017 à 13:21, par MILLA En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

      Bonjour aux honettes citoyens.. Je ne sais pas si vous êtes vraiment docteur mais je ne descendrai pas si bas dans votre platitude intellectuelle pour raisonner puisque vous ne dites que du mensonge, Ce qui démontre déjà que votre analyse sur la DIEM et la SOGEMAB est vraiment un chiffons. Pour ton information ma SOGEMAB n’a jamais livré les équipements dont tu parles dans aucune structures donc il faut rechercher t’es fournisseurs véreux dont tu parles. Je sais que tu es un aigri qui penses que la SOGEMAB à enlever une cuillère de la bouche donc tu peux dire ce que tu veux.

      Répondre à ce message

    • Le 14 décembre 2017 à 13:39, par jeanarnaud En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

      A vous lire cher Dr, on a l’impression que le sous développement nous sied bien. Les gens avancent, si vous avez les preuves concrètes de vos allégations, pas besoin de se masquer derrière ce canal. La SOGEMAB attend aussi l’audit sans doute avec ses réponses. Il faut dépassionner les débats, le plus important étant de mettre les équipements en disponibilité permanente dans les formations sanitaires. Ceux qui ont écouté ou lu le rapport comme vous, même au sein de l’hémicycle n’ont pas la même analyse et chacun a son esprit critique. Le système de santé repose sur plusieurs piliers, les équipements et infrastructures faisant partie. Tout ne repose pas sur la SOGEMAB comme vous l’avez pris à la lettre. Ceux qui sont à l’origine des différents changements d’organigramme du ministère sont là encore Dieu merci et peuvent donner des réponses sur ce qui les a conduit à opérer leur choix. Ce n’est pas la création de cette structure qui est à l’origine de la disparition de la DIEM. Au contraire, leur complémentarité avec des missions précises auraient pu faire améliorer les choses. Plusieurs structures, projets et programme fournissent des équipements dans les formations sanitaires avec des marques et qualités diverses. Plusieurs équipements viendront dans les mois à venir (avec sous sans marque) renforcer les plateaux techniques. La SOGEMAB existe depuis 5 ans et a les compétences pour une bonne gestion des équipements. Est ce qu’on lui a donné seulement les moyens ? Elle connait à ce jour les limites de ses prestations (CHU, CHR, EPE, EPS) et cela est connu de tous. Tout le reste, l’audit le révélera sans doute à tous si l’on veut prendre point par point vos propos et ce qui est dit ou écrit. Il serait intéressant que cet audit s’intéresse à ce que les autres structures livrent et situer qui fait quoi. La SOGEMAB est accusée aujourd’hui à tord ou à raison. A situation technique, réponses techniques. En attendant cher Dr, j’apprécie la conclusion du PAN, le voile étant levé, on attend tous la suite pour voir, pas seulement pour cette structure, mais l’ensemble du système de santé. Ce sera pour le bonheur de tous !

       ;

      Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 10:02, par Le Roi En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Félicitation aux membres de cette commission d’enquête pour le travail abattu . Il s’agit d’un travail consensuel avec la participation active de députés de tous les bords politiques . Il n’y a donc pas de tergiversation qui tienne pour ceux ou celles qui sont épinglés dans le présent rapport ; à moins que cela ne se fasse devant une instance judiciaire , on est fatigué des contestations oiseuses et contre-productives après chaque publication de rapports qui ne sont en fait que la traduction de réflexes primitifs de mauvais perdants .
    Je trouve nécessaire d’insister sur deux constats relevés par la commission :
    - La non conformité au niveau des écoles privées de santé : Ce constat est réel , même si nous sommes d’accord que la commision enfonce une porte déjà ouverte : en effet , tout Ouaga connaît l’ampleur de la collusion qui existe entre fondateurs des dits établissements et les autorités politiques /administratives . Résultats : le système de suivi de ces écoles est inefficace avec comme corollaire des élèves à très faible niveau ne leur permettant pas d’assimiler les cours dispensés , des enseignants permanents à 100% retraités (donc sans pratique ) , des cours bâclés pour des soucis d’ordre économique .
    - La supposée gratuité des soins du président Kaboré : Les députés ont eu le bons sens de rencontrer les acteurs réels sur le terrain et je suis convaincu que c’est le seul endroit , je dit bien le seul endroit qu’on statuer sur la réalité de cette mesure (et non à la Radio et sur les plateaux télé avec des menteurs professionnels ) .
    Conclusion : la gratuité des soins n’est pas réelle .

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 12:14, par gohoga En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    c’est pour cette raison que toute la mafia de la santé s’est coalisé contre le Ministre Ismaîla OUEDRAOGO. qui voulait seulement assainir la maison santé.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 12:39, par Anonyme En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Tout le monde s’acharne contre la SOGEMAB en oubliant la responsabilité du ministère de la santé dans la commande des mauvais équipements pour les hôpitaux publics .Rappelons des commandes sur l’enveloppe spéciale de 600 000 000 de FCFA octroyée par l’ancien premier Ministre Luc Adolphe TIAO de sa visite au CHU-YO en juin 2011 .Le ministère a directement géré cette enveloppe en demandant aux hôpitaux d’envoyer seulement une liste de besoins .Tout ce qui a été commandé par le ministère de la santé avec cette enveloppe est un vrai scandale et il suffit d’aller vérifier part du CHUSS de BOBO pour s’en convaincre .Il en est de même du matériel commandé pour l’actuel hôpital de district de BOGODOGO qui devait être une annexe de YALGADO .C’est le ministère de la santé qui a commandé directement ces équipements pour près de 6 milliards de francs CFA dont la plupart est rapidement tombée en obsolescence et hors garantie avant même leur réception et l’ouverture de l’hôpital et non la SOGEMAB .Près de 500 000 000 FCFA de réactifs commandés par la même occasion ont été envoyés à la poubelle et le fournisseur a même assigné le ministère de la santé en justice en demandant 700 000 000 F CFA de dommage et intérêt .Que l’ASCE-LC aille aussi fouiller dans tous ces deux dossiers et l’opinion nationale sera édifiée des scandales qu’ils couvrent .

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 12:57, par agent de santé En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Honorables députés comme on dit ,c’est bien mais c’est pas arrivé. Avant de livrer les responsables des différentes structures sanitaires à la vindicte populaire et au lynchage médiatique ,en parlant comme d’habitude dans toutes les enquêtes parlementaires, avez-vous chercher à situer la responsabilité de l’Etat dans les difficultés que rencontrent nos hôpitaux ? .Par exemple l’Etat burkinabè donne-t-il des moyens financiers suffisants pour permettre un bon fonctionnement des hôpitaux proportionnellement à ce qu’on attend d’eux ?La santé a un coup, même si c’est un domaine social .Il n’y a jamais eu une volonté politique réelle de faire de nos hôpitaux nationaux de vrais centre d’excellence de soins puisque nos dirigeants et leurs familles se soignent à l’étranger ou dans les meilleures cliniques privées de la place .Et chaque c’est fois, la porte de sortie des autorités face à leurs responsabilités dans les difficultés de notre système de santé , c’est de jeter systématiquement les agents de santé ou les directeurs des hôpitaux en pâture à l’opinion nationale .Alors, oui à l’audit de la SOGEMAB et toutes autres structures de santé, mais il faut aller au delà pour trouver et les vraies causes et les vraies solutions efficaces et durables aux vrais maux de notre système de santé .

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 15:35, par Ayanflè En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Le Burkina Faso ne veut pas de structure travailleuse et dynamique. Quand on veut abattre son chien on l’accuse de rare. La SOGEMAB a relevé au moins des défis ! ? Pourquoi on n’en parle pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 15:37, par A votre attention En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    J’ai eu mal lorsque j’ai écouté la CEP santé hier et j’ai longtemps pensé à ce que je vais dire car mon éducation ne me permet pas de manquer de respect à des personnes n’en parlons pas à ceux qu’on appelle honorable mais je ne sais pas si je pourrai me contenir. J’ai mal après avoir écouté ses GROSSIERS MENSONGES D’UN PERE DE FAMILLE qui se dit député et défenseur de tout le peuple.
    Pour commencer et c’est la question que plusieurs députés ont posé, la commission n’a jamais rencontré la SOGEMAB sur ces griefs proférés contre lui pour avoir les preuves des faits, je dis bien pour ce qui concerne les griefs proférés par certaines personnes et structures. Voyant que ce qu’ils appellent rapport peut être rejeté car les députés comprendrons que c’est des faits savamment orchestrés pour rayé la SOGEMAB des structures existantes, il a préféré mentir honteusement pour sauver sa peau. Si non comment comprendre qu’il confonde même le Plan spécial d’équipement et contrat plan qui sont deux choses très différentes ?
    A la page 44 du rapport de synthèse, on a réduit plus de 4 mille équipements et petit matériel livrés par la SOGEMAB à moins d’une centaine d’équipements pour faire des analyses et on dit que c’est la réalité du terrain.
    De la page 45 jusqu’à la page 49 on analyse les objectifs du contrat plan comme les missions de la SOGEMAB et c’est la SOGEMAB qui n’a pas atteint les objectifs. La SOGEMAB a travailler à exécuter ce contrat plan mais depuis sa signature en 2015, l’Etat n’a pas donné 1 F à la SOGEMAB pour cela et vous voulez qu’elle travaille. Dites moi chers députés, si à la mise en place de votre commission, l’AN ne vous avait pas donné de budget vous alliez faire ce travail que vous présentez aujourd’hui ???
    A la page 50 on parle de l’homogénéisation comme si c’est la SOGEMAB qui a acquis les équipements depuis la mise en place des hôpitaux. Pour éclairer votre carence intellectuelle, sachez que l’AGEMAB en 2012 a fin l’inventaire des EBM dans les hopitaux et sur près de 10 milles équipements, il y’avait environs 1180 marques. Les acquisitions faites par la SOGEMAB pour les plus de 4 milles équipements et petit matériel ont juste 75 marques. Les preuves sont là si vous les voulez. Il aurait fallu humblement les demander à la SOGEMAB et vous n’allez pas raconter des choses de ce genre sur l’homogénéisation devant notre auguste assemblée.
    Concernant les techniciens, à la page 50, vous donner les propositions que la SOGEMAB a fait à tous les techniciens lors d’une rencontre en février 2017 dernier à Koudougou si le contrat plan est financé et le rapport de ce atelier existe. Ce ne sont donc pas des propositions que vous ou quiconque a faites.
    Pour vos analyses des couts à partir de la page 51, je ne descendrai pas à votre niveau car vous connaissez mais comme c’est fait à desseins, je crois qu’un de vos collègues député vous a bien répondu en faisant l’analyse dépassionné et technique et je vois que vous ignorez totalement la différence entre le prix et le coût du matériel. Exemple : ne voyez vous pas des téléphones de même marque, de même modèle et de même type mais avec des couts très différents ??? Je parle de téléphone car c’est ce que nous pouvons tous comprendre. Vous serez aller demander la décomposition des coût sur les factures à la SOGEMAB, votre analyse sur les factures de maintenance allait être pertinente mais vous avez préférer donner le discrédit au lieu de la réalité.
    Dans votre intervention vous accusez la SOGEMAB de demander à Yalgado d’adapter un équipement de 300 millions à un scialytique de 6 millions ; j’aimerais connaitre de quel type d’équipement il s’agit car le scialytique dans un bloc opératoire jour le rôle de votre lampe torche que tout le monde connais.
    Il y a encore beaucoup à dire mais je ne veux pas être trop long. Les informations que je veux donner pour que tout le monde comprennent beaucoup d’autres choses et sache que ce rapport est fait pour supprimer la SOGEMAB, en témoigne l’insistance du président même lorsque les autres députés demandaient d’abord un audit :
    la SOGEMAB n’a jamais livré d’équipements dans les CMA au Burkina Faso sauf une machine à laver de marque MIELE au CMA de Pissy, vous pouvez vérifier si elle fonctionne. malgré cela on l’accuse de tous les maux du système de santé même dans les CSPS ;
    la SOGEMAB utilisent les mêmes procédures de marché publics que tout le monde dit lentes, longues, complexes et vous même l’avez reconnu, inadaptées pour les équipements médico-techniques ;
    le contrat plan n’a jamais été financé par l’Etat et même que les interventions dans 39 des 46 CMA en 2015 et 2016 au titre de ce contrat plan n’ont jamais été payées.
    La SOGEMAB, en tant que société d’Etat ne reçois aucune subvention de l’Etat pour fonctionner si non sa rémunération de MOD que tout le monde connais au Burkina (5% pour la plupart). En passant, on voit à la page 52 que pour la table télécommandée de Yalgado, 22 millions est devenu 18% de 413 millions selon les calculs très justes de notre vaillante commission, preuve aussi que le mensonge fait commettre des erreurs.

    En résumé, je dirais qu’il aurait fallu que la commission rencontre la SOGEMAB pour demander la documentation et les données sur tout ce qu’elle veut et elle allait éviter à notre assemblée des mensonges aussi grossiers. De toutes les façons, l’audit que tout le monde demande de même que la SOGEMAB permettra de situer les responsabilités car il révèlera des insuffisances certainement comme tout audit et surtout pour une jeune société de 5 ans, unique en son genre en Afrique pratiquement, mais à coup sur, révélera la grande honte de ce rapport. On dit chez nous que lorsque tu veux manger ton chien, tu le traite d’enragé mais lorsque Dieu fait ton juste combat, même le diable travaille pour toi.

    Mes excuses si j’ai été long et si je touche des sensibilité mais juste restituer certaines vérités.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 15:58, par Bakary . A En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    En ce qui concerne les équipements non conformes qu’on met sur le dos de la SOGEMAB, je pense qu’un audit permettrait de mieux situé les décideurs. Par ailleurs côté maintenance cette société a fait ses preuves depuis sa création. Pour un cas concret la SOGEMAB est actuellement en tournée de maintenance dans les CMA. Les témoignages de satisfaction des Médecins chefs des districts et des utilisateurs ne manquent pas pour confirmer cela.je penses que les gens devraient mettre de côté les rancœurs et avoir des propos qui pourront nous aider à améliorer les choses.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 16:31, par DAO En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    encore un scandale ! que des scandales ! c’est la honte pour le pays dit des hommes intègres !
    j’ai toujours pensé et que je continue de penser que le problème dans nos pays sous developpés en general et au BF en particulier est tout simplement une question de gouvernance !!! si ce problème important est reglé ce serait un grand pas de franchi vers le developpement !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 16:49, par Clairevoyant En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Félicitations Honorables !
    Le Ministre Smaïla OUEDRAOGO ne pouvait pas s’en sortir alors.
    A bas les suceurs de sang ! Qu’ils soient traduits en justice !
    Vive un Burkina Faso assaini !

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 18:41, par Sanou En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Il faut purement et simplement dissoudre la sogemab avant de commencer à réfléchir à la suite à donner.

    Répondre à ce message

    • Le 14 décembre 2017 à 20:49, par Bakary . A En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

      Il est évident que vous n’avez pas une vision pour améliorer les choses .vous demanez d’agir avant de réfléchir, où allons nous ? C’est déplorable que dans un pays qui autant de defis a relevé pour survivre des gens puisse avoir de tels propos . J’espère que vous n’avez pas une responsabilité dans ce pays ça sera fatal pour le Faso.

      Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2017 à 11:28, par jeanarnaud En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    il faut rappeler aussi que l’hémicycle est un lieu par excellence de débats d’idées et de propositions idoines pour le développement de notre pays et non celui d’un langage de peu de courtoisie et de manque d’élégance, et ce, au regard de la haute responsabilité de nos honorables comme certains l’affectionnent sans mérite pour la plupart. Nous en appelons donc ceux qui profèrent des injures dans cette enceinte à se respecter d’abord, ils prétendent de par leur profession avoir une maîtrise de tout du système de santé, il fallait y rester pour faire booster les choses si les compétences étaient avérées, car vous desservez les système par vos propos en ce lieu.Les casseroles, il yen a partout dans la gouvernance de ce pays, même la presse en a fait cas de ces voyages multiples sans raison valables et non justifiées par des honorables. Comment appelle t on ces pratiques chers Messieurs ? Votre rapport à ce stade n’est pas une vérité universelle. Respectons nous dans ce pays pour une vraie paix et réconciliation véritables. A bon entendeur, Dieu sauve notre Patrie bénie et bien aimée !

     :

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2017 à 12:28, par Les godeurs En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Ce rapport a certainement été rédigé dans un bar et à partir de ragots de bar.

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2017 à 15:28, par Les godeurs En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Ce rapport a certainement été rédigé dans un bar et à partir de ragots de bar.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2017 à 23:48, par Le CHE En réponse à : Système de santé au Burkina : Des insuffisances et irrégularités criardes

    Nos politiques en veulent à la SOGEMAB parce qu’elle les empêche de passer librement les marchés format PPP au niveau des acquisitions médico-technique

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés