Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Sécurité au Nord et au Sahel : L’UFC-Dori prêche la Coopération civilo-militaire

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Yann Nikièma • dimanche 10 décembre 2017 à 23h45min
Sécurité au Nord et au Sahel : L’UFC-Dori prêche la Coopération civilo-militaire

L’Union Fraternelle des Croyants de Dori (UFC-Dori), en collaboration avec l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Burkina Faso, a organisé un symposium sur la sécurité. Cinquante participants issus d’organisations de la société civile et des forces de défense et de sécurité (FDS) ont échangé sur la coopération civilo-militaire du 4 au 6 décembre 2017 à Ouahigouya. La clôture des travaux a connu la présence effective de la conseillère technique Maïmouna Thiombiano représentant le ministre en charge de la sécurité et de son excellence Andrew Young ambassadeur des USA.

L’UFC-Dori, association multiconfessionnelle fait la promotion du dialogue inter-religieux et culturel pour la paix son cheval de bataille. En organisant ce symposium l’UFC-Dori reste fidèle à ses convictions et voudrait jouer sa partition en mobilisant acteurs militaires et civils à participer activement à l’avènement d’une plus grande confiance entre les communautés locales et les FDS. Dans l’optique d’une meilleure sécurisation dans la zone du Sahel, c’est donc sous le thème « Améliorer la coopération civilo-militaire pour mieux lutter contre les problèmes sécuritaires au Burkina Faso » que la réflexion sur la problématique a été menée à travers des communications, travaux de groupes et échanges en plénière.

Des communications pour une meilleure compréhension de la problématique

Afin de permettre aux participants d’être au même niveau d’information, trois communications orientées vers le thème central ont été livrées. « Que revêt la notion de coopération civilo-militaire ? » « Quelles sont les dynamiques qui influencent les relations communautaires avec les groupes terroristes et avec les forces de défense et de sécurité ? », « Quels rôles peuvent jouer les organisations de la société civile et les leaders communautaires et religieux dans la promotion de la coexistence pacifique dans un environnement mieux sécurisé ? » sont les thématiques qui ont été abordées. L’honneur est revenu respectivement à Marie Laurence ILBOUDO/MARSHALL, Députée à l’Assemblée Nationale et membre de la Commission Défense et Sécurité, au Colonel Gilles BATIONO, Commandant de la 1ère région militaire et enfin à Prudence Julie NIGNAN/SOMDA, ancienne Ministre en charge des droits humains d’animer les différentes communications.

Des échanges l’on retiendra en substance entre autres que la victoire contre toutes les formes de menaces à la sécurité, ne peut s’obtenir que par une approche intégrée impliquant tout un chacun. Les échanges ont laissé apercevoir que c’est au sein des populations que s’organisent les actes d’insécurité et elles ont vraisemblablement les moyens de les prévenir, de les détecter et de contribuer à leur réduction, d’où cette nécessité du renforcement de la coopération civilo-militaire au Burkina Faso.

Le satisfécit des autorités

Au cours de la cérémonie de clôture la conseillère technique Maïmouna Thiombiano au nom du ministre de la sécurité a félicité pour l’initiative et la mobilisation des acteurs pour parler de terrorisme et de ses conséquences.

Madame Thiombiano s’est réjouie de la tenue du symposium qui est pour elle la concrétisation d’une des recommandations du forum national sur la sécurité à savoir la nécessité de la coopération, de collaboration franche entre civils et militaires dans la lutte contre le terrorisme. « Les conclusions du symposium seront prises en compte dans le cadre des engagements du forum national sur la sécurité dont la mise en œuvre est en cours » a rassuré la représentante du ministre Simon Compaoré.

Dans la même lancée son excellence Andrew Young ambassadeur des USA au Burkina a félicité aussi les participants et l’UFC-Dori pour la tenue des journées de réflexion pour contrer la diffusion de l’extrémisme violent.

François Paul Ramdé coordonnateur de l’UFC-Dori s’est naturellement dit très comblé par l’intérêt que les autorités ont accordé à l’initiative de sa structure. « Au nom de l’UFC-Dori, je remercie tous les acteurs qui se sont associés à ce symposium pour leur engagement, accompagnement et leurs contributions précieuses à l’atteinte des objectifs de l’UFC-Dori » a indiqué M. Ramdé. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Yann NIKIEMA
Lefaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Université de Ouagadougou : Les étudiants des années 1995-2000 ne veulent pas être en marge de l’évolution sociopolitique du Burkina
PADEL : Des promoteurs de micro-projets reçoivent du matériel et des chèques
Mariage d’enfants au Burkina : Il faut intensifier la lutte
Consommation des drogues par injection : Des journalistes outillés sur la réduction des risques
Centre hospitalier universitaire de Ouahigouya : Une journée de salubrité pour des soins de qualité
1re édition de la foire agro-sylvo-pastorale de Diabo : La commune valorise ses potentialités
Boucle du Mouhoun : Le projet PROMIRIAN dote sept communes de matériel pour la mise en place de services sociaux
Coordination nationale des associations d’enfants et de jeunes travailleurs du Burkina : Le bilan des activités de 2018 passé à la loupe
Journées Entreprises 2018 de 2iE : Faire de l’entreprenariat une stratégie d’insertion professionnelle
Province du Bam : L’ONG World Agroforesty Centre visite ses réalisations
Ecole nationale de police : Les élèves de la 48e promotion effectuent une sortie d’études dans les Hauts-Bassins
Revue annuelle du programme de coopération 2018-2020 entre le gouvernement du Burkina Faso et l’UNICEF : jauger le niveau de progrès réalisé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés