Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Le Centre Frontalier d’Information de Niangoloko désormais fonctionnel

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Haoua Touré • vendredi 8 décembre 2017 à 17h00min
Le Centre Frontalier d’Information de Niangoloko désormais fonctionnel

L’Alliance Borderless a procédé à l’ouverture officielle du Centre Frontalier d’Information de Niangoloko le mardi 05 décembre 2017 à Niangoloko (frontière burkinabè avec la Côte d’Ivoire) avec l’appui financier de la Banque Africaine de Développement (BAD).

Le Centre Frontalier d’Information de Niangoloko a été inauguré le mardi 05 décembre 2017 à Niangoloko par l’Alliance Borderless en présence d’autorités politiques, administratives, militaires et des acteurs du transport des deux pays (Burkina et Côte d’Ivoire).

Initiées en 2012, les Centres Frontaliers d’Information (CFI) sont des moyens mis en place par l’Alliance Borderless et ses partenaires pour contribuer à la facilitation du commerce et des transports en Afrique de l’ouest et les rendre plus compétitifs. L’Alliance Borderless basée au Ghana est une association privée créée en 2012 qui catalyse les efforts du secteur privé, des structures d’appui au secteur privé, des gouvernements, des Communautés Economiques (CEDEAO et UEMOA), des médias et des partenaires au développement pour promouvoir et faciliter le commerce en Afrique de l’Ouest. La mission de l’alliance Borderless à travers ces centres frontaliers d’informations consiste donc à contribuer à réduire les délais et les coûts de passage des camions le long des corridors et aux frontières par la suppression des obstacles et des tracasseries dans le commerce transfrontalier en Afrique de l’ouest.

Le Centre Frontalier d’Information de Niangoloko est le premier sur une série de trois nouveaux centres que l’Alliance Borderless a prévu d’installer avec l’appui de la Banque Africaine de Développement (BAD). En effet, après un constat du succès du travail des CFI existantes, la BAD a décidé d’appuyer l’Alliance Borderless pour l’installation de trois nouveaux CFI à Kidira (frontière du Sénégal), Diboli (frontière du Mali) et Niangoloko (frontière du Burkina Faso). Ce qui portera le nombre des CFI à 10 : Noé (Côte d’Ivoire), Elubo et Aflao (Ghana), Kraké(Bénin), Semé (Nigéria), Dakola (Burkina Faso), au Port de Dakar.

Le secrétaire exécutif de l’Alliance Borderless Justin Bayili, a salué la prompte réactivité de collaboration des autorités des ministères compétents du Burkina avec l’Alliance Borderless qui a permis cette rapide concrétisation, chose qui honore le pays au niveau régional.

Les CFI ont pour objectif la diffusion d’informations sur les différents textes /protocoles régissant le commerce et le transport régional auprès des utilisateurs (transporteurs, associations professionnelles et acteurs de la frontière), la fourniture d’une assistance technique pratique aux importateurs-exportateurs transitaires et camionneurs. Par ailleurs, les CFI forment et sensibilisent les acteurs de la communauté frontalière pour la mise en œuvre effective des textes communautaires, et assurent enfin le suivi et l’évaluation du temps de passage à la frontière.

Ces centres sont animés par des conseillers au commerce qui sont très souvent des agents des douanes à la retraite. Ces agents ont pour rôle de servir d’interface entre les acteurs privés et publics au niveau de la frontière à travers une assistance technique pratique aux importateurs, exportateurs, transitaires et camionneurs qui ont des difficultés dans la traversée de la frontière. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 4 janvier à 17:48, par Devictor Ouedraogo En réponse à : Le Centre Frontalier d’Information de Niangoloko désormais fonctionnel

    CONTROLET LA LICENSE ET L’ ASURANCE DES CHAUFFER, PLUS LEUR COMPANY ( VEHICLE ).

    " La mission de l’alliance Borderless à travers ces centres frontaliers d’informations consiste donc à contribuer à réduire les délais et les coûts de passage des camions le long des corridors et aux frontières par la suppression des obstacles et des tracasseries dans le commerce transfrontalier en Afrique de l’ouest ".

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Evaluation des politiques et institutions en Afrique : Au Burkina, le poids de la masse salariale évince les investissements publics
Fonds commun : Le Syndicat national des agents du ministère en charge de l’économie et des finances (SYNAMEF) dénonce une injustice dans la répartition
Ouagadougou : L’UEMOA rencontre ses partenaires techniques et financiers
Financement de l’agriculture familiale au Burkina : L’ONG SOS Faim prône l’inclusion financière agricole
Accès à l’eau potable au Burkina : Un coup de pouce venu de la Belgique
Projet d’urgence pour les dépenses récurrentes (PUFDR) : La Banque mondiale apporte plus de 57 milliards de francs CFA au Burkina
Ministère de l’Economie : Le bilan de 2018 passé à la loupe
Coris Bank international : « La Banque autrement » lance Coris Money, un nouveau porte-monnaie électronique
Commerce hors-UEMOA : Des opérateurs économiques sensibilisés sur les procédures règlementaires
Commercialisation du sésame : Comment tirer le meilleur profit de la filière ?
Salon de l’élevage du Burkina (SABEL) : Un cadre pour promouvoir la compétitivité du secteur
Projet de recensement fiscal : Les agents recenseurs ne sont pas d’accord avec la rémunération fixée
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés