Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

LEFASO.NET | Par Moussa DIALLO • vendredi 8 décembre 2017 à 00h19min

La Commission d’enquête parlementaire sur la réalisation d’infrastructures publiques et l’acquisition d’équipements par les maîtrises d’ouvrage délégués a présenté les résultats de ses travaux, le 07 décembre 2017, au cours d’une séance plénière. Dans le cadre de son enquête, la commission a auditionné 598 personnes représentant 109 structures. Elle a également visité 166 ouvrages dans les treize régions du Burkina Faso. Et « la situation qui prévaut dans le domaine de la MOD au Burkina Faso est très alarmante », concluent les commissaires parlementaires. La commission a formulé une vingtaine de recommandations à l’endroit des différents acteurs du domaine.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

Depuis 2006, le mécanisme de la maîtrise d’ouvrage déléguée (MOD) a été adopté comme une solution alternative pour réaliser des infrastructures, pour acquérir des équipements de qualité et pour améliorer le taux d’absorption des crédits budgétaires et d’exécution des investissements au Burkina Faso. Mais, après une décennie de pratique, le dispositif est loin d’avoir répondu aux préoccupations des citoyens.

La célérité et l’efficacité recherchée sont rarement au rendez-vous. Au regard de ce constat peu reluisant, l’opposition parlementaire a initié une proposition de résolution portant création d’une commission d’enquête parlementaire sur la réalisation d’infrastructures publiques et l’acquisition d’équipements par les maitrises d’ouvrage déléguées (MOD) au Burkina Faso. Ladite commission d’enquête a été effectivement installée le 26 mai 2017, avec Moussa Tindano de l’Union pour le progrès et le changement comme président.

Au cours de leurs investigations, les membres de la commission ont auditionné 598 personnes représentant 109 structures. A la fin des auditions qui ont permis aux commissaires de se faire une idée théorique des insuffisances et des différents cas de violation de la règlementation en matière de maîtrise d’ouvrage déléguée, la deuxième phase a consisté en des constatations physiques des réalisations sur le terrain du 16 juillet au 11 août 2017. Au cours de cette deuxième phase, la CEP-MOD s’est rendu dans les treize régions du Burkina Faso et a pu visiter cent soixante-six (166) infrastructures et équipements.

Des chantiers abandonnés ou suspendus, certains n’ayant pas connu de début après plusieurs années de signature de la convention, des réalisations présentant de graves malfaçons avant même la réception définitive, des ouvrages écroulés en moins d’une année de réalisation, des équipements défectueux ou non utiles livrés à plusieurs établissements scolaires et sanitaires, etc. Les constats faits par la commission d’enquête font révoltants. Pire, on y dénombre 502 chantiers en souffrance, à en croire les chiffres communiqués à la commission par les différents ministères.

JPEG - 74.9 ko
beaucoup de députés absents à cette plénière

Et, le manque à gagner pour l’Etat se chiffre à plusieurs dizaines de milliards. « La commission constate que cette situation dramatique est imputable à l’ensemble des acteurs du domaine de la MOD que sont les maitres d’ouvrage, les maitres d’ouvrage délégués, les entreprises, les bureaux de contrôle et parfois aux populations bénéficiaires », peut-on lire dans le rapport de synthèse.

C’est pourquoi, elle fait une vingtaine de recommandations pour assainir ce domaine. Et dans ce cadre, les commissaires parlementaires proposent de faire des réformes pertinentes dans ce domaine d’activité. Mais, en attendant, « il est impératif que des décisions urgentes soient prises par le gouvernement pour sauver ces innombrables chantiers en souffrance dans notre pays. En outre, il est nécessaire de réviser la règlementation sur les MOD afin de prendre en compte les insuffisances y relatives », a martelé Moussa Tindano, le président de la commission.

JPEG - 57.1 ko
Moussa Tindano, président de la commission

Situation financière des conventions signées entre l’Etat et les MOD de 2010 à 2016 fait ressortir un montant total prévu de 450 964 828 972 pour un montant total effectivement décaissé de 349 927 861 831 ; soit un écart de 101 036 967 141F CFA pour un total de 281 conventions.

Des recommandations ont été faites à l’endroit de chaque acteur. Ainsi, les membres de la commission d’enquête parlementaire disent espérer que des mesures fortes et fermes seront prises par le gouvernement afin de les mettre en œuvre dans les meilleurs délais.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Voir la synthèse du rapport d’enquête ici : http://www.assembleenationale.bf/IMG/pdf/rapport_de_synthese.pdf

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 décembre à 05:17, par JMK
    En réponse à : Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

    Pauvre Burkina !!!!!
    Des enquêtes toujours des enquêtes et seulement des enquêtes. Rien que des enquêtes....

    Enquête sur les permis d’exploitatiin de l’or
    Ènquête sur le foncier
    Enquête sur le MOD
    Enquête sur.........

    Et depuis pas d’actions concretes visibles (sauf si pas de communication) et on prepare encore d’autres enquêtes.

    Le Burkina est riche et si les ressources mises en place par l’Etat était utilisées seulement à 50% on aurait vu le chemin du developpement.

    On pile tout on detourne tout et Circuler ya rien à signaler.

    Un Politicien, un responsable, un leader ca prend des decisions sur les resultats des enquêtes et ca s’assure de leurs applications...
    La lutte contre l’incivisme commence par là d’abord.

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre à 05:47, par Gangobloh
    En réponse à : Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

    À qui la faute si les travaux sont mal exécutés ou non exécutés même ??? À l’ordonnateur des marchés qui devrait suivre les travaux et décaisser selon le niveau d’exécution . Mais que constatons nous, avec à des moûta moûta, personne n’ose dénoncer le coupable même quand le travail est mal car toute la chaîne a été huilée. Et le plus souvent les marchés sont attribués à des nons spécialistes et inexpérimentés, à des amis (es). L’impunité est la devise et seule l’honnête citoyen (le contribuable) continue de payer. Macron a raison de nous enfantiliser

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre à 05:49, par Bangrenoma
    En réponse à : Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

    Y a t il un Ministre des Infrastructures quelque part ? Ce n’est pas étonnant. Les hommes qu’il fait à la place qu’il faut. Ce n’est pas la mer à boire. Aucune infrastructures valables rien que des lancements de travaux pompeux, doucement mon gars.

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre à 07:26, par ollo
    En réponse à : Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

    Que ce travail soit complété par l’organisation de forums régionaux et un forum national. Si ce travail est bien fait vous comprendrez pourquoi beaucoup sont devenus politiciens, la politique étant pour eux le temple de l’impunité. J’ai participé il n’ y a pas longtemps à une mission de supervision de projet PAFASP, Ministère de l’Agriculture et des Aménagements Hydrauliques : les comptoirs de fruits et légumes réalisés à Ouahigouya, Bobo et Banfora sont inachevés et la patrone de la société attributaire du marché est actuellement député à l’Assemblée Nationale, et y a rien. Attaquez-vous au problème de Marchés Publiques et le Burkina connaitra en moins de cinq ans une croissance à deux chiffres.

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre à 07:27, par El_monstro
    En réponse à : Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

    Sacrés burkinabè. Tout le monde sait, les MOD c’est ce que l’on appelle vulgairement les "coksairs" modernes (coach). Par eux la corruption a été décuplée. La qualité des ouvrages ? mon œil. Ils s’en moquent. A parler sérieusement, ces MOD en tant que tels n’ont pas besoin d’honoraires puisqu’ils rançonnent à la source. Honnêtement demandez à n’importe quelle entreprise ou bureau d’études s’il ne verse pas d’énormes commissions aux MOD, vous aurez 100% de réponses affirmatives.

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre à 09:06, par welore
    En réponse à : Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

    Felicitation a la commission pour le travail abattu. Mais votre recommandation numero pourrait poser probleme notament le terme "collusion". Si vous observez vous verrez bien que parmi ces entreprises incriminees si je puis m’exprimer ainsi certaines sont generalement proches des durs ou simplement des prete-nom. C’est pourquoi j’ai aime le terme "enquete plus poussee" afin de situer les responsabilites et disculper les entreprises incriminees du fait de l’administration. Il faut insister aussi sur la mise en place d’un dispositif de suivi evaluation interministeriel le plus deconcentre possible qui integre les riverains avec des rapports mensuels sur l’evolution des chantiers publiques. Il faut en outre abandonner l’idee de realisation des objectifs dans la consommation des credits alloues et endosser ces objectifs a la realisation physique des travaux.
    En fin sanctionner ceux qui transmettent de faux rapports aux premiers responsables pour conserver leur caverne d’ali baba radier a vie les entreprises qui se seraient rendues coupables de mauvaises execution de contrats.
    Dans ce pays il y a eu des bitumes dont la duree de vie n’a pas depasse les 3 ans. Et on fait quoi ? Je pense que rien si c’est un prete nom ou si il y a effectivement collusion
    ENCORE FELICITATION A LA COMMISSION ET A L’ASSEMBLEE NATIONALE
    Vivent les deputes soucieux de nous !

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre à 09:29, par fraoco
    En réponse à : Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

    ceia international de l’honorable Député Rasmané Daniel SAWADOGO du CDP ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre à 09:35, par fraoco
    En réponse à : Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

    Vérifier en profondeur le cas de CEIA INTERNATIONAL et vous découvrirez bien des choses très grave sur cette structure dite de maitrise d’ouvrage déléguée.

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre à 10:08, par le choco
    En réponse à : Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

    Les véritables problèmes du Burkina Faso sont connus : Depuis le DAO on pense déjà à quelqu’un qui pourra gérer et au pourcentage. Ensuite on biaise la concurrence au niveau du MOD pour donner le travail à des cousins,(il y des maçons du village qui ont eu des marchés de plusieurs centaines de millions) c’est le fiasco assuré. ces gens là même sont assit au parlement et se jouent les sérieux maintenant. On sait qui est qui la bas.Le problème autour du moins disant doit être sérieusement revu . Il y a des gens qui font des facturation fantaisistes qu’on ne peut pas écarter parce-qu’il est moins disant et tous le monde sait qu’un travail de qualité ne peut pas se faire à ce prix. Ensuite on guette une révision des prix ou des avenant ou sinon on abandonne le chantier après avoir encaissé impunément les sous de l’état et "il y aura rien". Comme nous sommes dans le pays du mouta mouta ou tous est pire qu’avant, personne n’est inquiété, les pires comportement se font voir au grands jour et aucun gros cul n’est au gnouf..La justice est corrompus, les agents publics le sont et toutes la chaines également de la passation des marchés au lieu de ça on joue à l’autruche. Si rien ne bouge les burkinabé ne doivent pas déplacer le problème. Si ce ne sont pas des oiseaux qui gouvernent alors il faut de la fermeté et un vrai suivi. au besoin il faut sanctionné tous ceux qui sont fautif avec l’extrême rigueur.. Si rien n’est fait, ce gouvernement enfantin, râleur et pleurnichard risque de nous servir en fin d’exercice les même jeremiades inutiles "de c’est à cause de l’autre que nous n’avons pas fait" pour justifier son incompétence et son incapacité à être ferme et efficace dans la résolution de nos problèmes. NOUS VOULONS LA FIN DE LA RECRÉATION ET DE LA COMPLAISANCE NOUS EXIGEONS DES SANCTIONS DE LA LA FERMETTE ET LA PERFORMANCE DANS LA RÉALISATION DES ACTIVITÉS : POUR CA IL FAUT DES MENACES ET DES SANCTIONS EXEMPLAIRES.! OLALA REVEILLEZ VOUS MR PRÉSIDENT..

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre à 12:00, par Substance Grise
    En réponse à : Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

    Difficile pour ce pays d’avancer tant que ce sont les hommes politiques qui seront toujours hommes d’affaires en même.
    Juste deux exemples :
    Qui est numero 2 de Bolloré au Burkina ?(quelle est son affinité l’une des autorités dirigentes ?)
    Qui construit le comissariat de Sabcé(quelle est l’affinité parentale avec le ministre de l’interieur ?)
    Ce qui a été fait sur près de trois décennies continue.
    C’est pas une question d’etre du parti X ou Y.
    On a fait la promotion de l’idiotie au Burkina pendant longtemps. Et voici les consequences.
    Maleureusement ceux peuvent corriger tout cela n’ont aucune chance de gouverner car cette fausse democratie depuis les années 90 ne donnera aucune chance car C’est ce que veulent les occidentaux pour mieux nous exploiter par nos propres frères et soeurs.
    We have a long way to go.

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre à 13:55, par Mafoi
    En réponse à : Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

    Aux dirigeants,aux webmasters du site,êtes-vous exempts de tout reproche ?Dans une moindre mesure,vous êtes comptables de toutes ces turpitudes car il est trop facile de nous servir un article alors que dans le même temps,vous passez votre temps à censurer les idées qui vous déplaisent,qui vous dérangent.De quoi avez-vous peur ?
    Continuez donc à vous chatouiller.
    A bon entendeur,salut !

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre à 18:38, par yaa yah boin
    En réponse à : Maîtrises d’ouvrage déléguées au Burkina : 502 ouvrages en souffrance

    Ya même des ouvrages du 11 décembre de gaoua qui sont déjà dégradés avant même la réception.
    Honte à nous les burkinabé

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés