SOFITEX : Paiements partiels des producteurs de coton avec des billets neufs et craquants

LEFASO.NET | Par Haoua Touré • dimanche 3 décembre 2017 à 06h30min

Après une bonne récolte, c’est avec beaucoup de joie que les producteurs de coton ont savouré le moment de paiement. Ecobank, partenaire de la SOFITEX et des producteurs, était au rendez-vous avec des billets neufs, craquants et des espèces bien sonnantes et trébuchantes. Les paiements se sont déroulés le jeudi 23 à Houndé et le vendredi 24 Novembre 2017 à Oronkua dans la région de Diebougou.

SOFITEX : Paiements partiels des producteurs de coton avec des billets neufs et craquants

A Houndé première étape, le directeur général de la SOFITEX et celui d’Ecobank ont tenu à s’assurer de l’effectivité de ces paiements partiels. Après les entrées de revenus du coton réalisées d’une valeur de 44 millions, les producteurs se sont concertés pour un paiement partiel. Cette opération a concerné 180,200 tonnes de coton écoulées pour un paiement de près de 16 millions à 4 Groupements de Producteurs Coton (GPC). Ces bénéficiaires ont été payés dans la plus grande discrétion.

Wilfried Yameogo DG de la SOFITEX

Selon le Directeur Général de la SOFITEX, Wilfried Yaméogo, la valeur de production attendue à Houndé est de 120 000 tonnes pour un montant de 44 milliards. 16 milliards sera injecté dans le circuit économique via Ecobank afin de rembourser un crédit de 13 milliards accordés aux producteurs. Il s’est adressé aux producteurs en ces termes : « Nous exhortons les producteurs à poursuivre la récolte, apporter le produit au niveau du marché coton pour peser, charger et l’acheminer dans les usines Sofitex. Nous les invitons également à améliorer les productions et à introduire les demandes de paiement après les pesées, Sofitex étant disposé à faire ces paiements.

Des dispositions ont été prises avec les partenaires financiers (13 banques) avec le chef de file, Ecobank. Pour la campagne 2017-2018, 70 milliards sera mobilisé et une signature de convention est prévue pour le 8 décembre. L’engagement a été pris avec les banques pour avoir des billets neufs, à défaut ce serait des billets potables lors des paiements … »

Ces nouvelles conditions sont diversement appréciées par le Directeur Général d’Ecobank Cheick Travaly qui a procédé au paiement : « J’ai tenu à venir personnellement pour rassurer les producteurs sur les paiements diligents, rapides et dans les meilleures conditions de sécurité pour cette campagne. Les mesures prises incluent à la fourniture des billets en bon état à la demande de la Sofitex et des groupements. Ecobank est depuis longtemps un partenaire de la filière coton en dehors de la Sofitex mais aussi des groupements de producteurs de coton que nous accompagnons permanemment et nous injectons directement auprès de ces producteurs 44 milliards ».

Le Directeur Général de la SOFITEX a également visité l’usine de Bobo 3.

L’innovation majeure à bobo 3 est le passage de l’attachement des balles avec 8 liens métalliques à celui du kit de cerclage automatique à feuillard en polyester décrit par le Directeur industriel Vincent de Paul Segda. Selon ses propos, les liens métalliques coutaient 275 F l’unité soit 2250 F les 8, tandis que le feuillard en polyester coûte 250 F soit 1500 F le tout. Ce qui fait une économie de 750 F par balle, soit 75 millions d’économie par an avec ce nouveau système avec 100 00 000 balles pour 50.000T de production et 750 millions sur 1 million de balles pour 500 000 T dans les 15 usines par campagne. En plus d’être économique, ce kit est de qualité et ne se casse pas même en cas de chute. Une démonstration a été faite par un employé qui a fait chuter une balle sur 12 m qui est restée intacte.

A Diebougou, 4 GPC ont également été payés avec des billets craquants sur un total de 5 millions 566 331 F sous la supervision du conseiller technique du Directeur Général de la SOFITEX Joël Tankoano.

Selon Roger Somé, vice-président de l’union départemental des producteurs d’Oronkua, c’est un sentiment de joie qui les anime. « Nous sommes prêts pour récolter le coton et les producteurs sont impatients d’être payés. Nous demandons à la banque d’accélérer. L’année prochaine, si la pluviométrie est bonne, nous ferons encore plus précocement la récolte en septembre au lieu d’octobre comme cette année. Nous félicitons Ecobank d’avoir été au rendez-vous. Nous voulons toujours des billets craquants pour payer fièrement la scolarité des enfants ».

Travaly dg ECOBANK

Une visite a également été effectuée à l’usine de Diebougou. L’innovation porte sur le tapis module qui achemine le coton. Avant, c’était un télescope qui aspirait le coton sous la commande de l’homme et celui-ci pouvait se fatiguer par moment. Ce tapis renforcera les performances d’égrenage pour être en phase avec la production cotonnière afin produire le coton dans un délai raisonnable.

Selon Ibrahim Bayo, chef de région cotonnière de Diebougou, on note une nette avancée avec 41 000 T d’une valeur de 5 milliards attendues à Diebougou, et plus de 6000 T pour 1 milliard attendu à Oronkua. La saison passée, Diébougou enregistrait 360000 T et Oronkua 4000 T.

Haoua Touré
Lefaso.net

Messages

  • Est ce que la Sofitex respecte les lois en vigueur de payer en espèces les producteurs de coton alors que les montants dépassent largement les centaines de mille de F CFA ?

    • mon ami c’est de la poudre aux yeux, c’est une publicité inutile car les producteurs refusent de récolter le coton tant que cette histoire de faux intrants qui leur a été servi ne soit pas tirer au claire. Qui est fou ? Moi je vais engager des dépenses pour récolter mon coton alors la recette issue de cette vente ne couvre même pas la moitié du crédit que je dois à sofitex. Cela fait plus de 30 ans que je cultive le coton mais je n’ai jamais vu une telle qualité d’engrais et de pesticides. Moi je ne vais pas me tuer pour donner à des imbéciles. De toutes les façons moi j’ai mon coton au champ et je ne suis pas pressé.

    • Bonjour chers du forum ; je pense que mon cher Cheikna a bien compri la supercherie que l’on nous vend.
      Cela étant, le coton au champ est le fruit de notre labeur ; nous devons achevé ce dur tres dur labeur et nous ne sommes nullement tenu de le vendre à la sofitex pour payer une quelconque dette contractée pour les intrants.
      Une sage attitude est de recolter notre coton que nous allons consommé localement. Dans les jours et dirais-je campagnes à venir, il est très simple de diminuer nos superficies de coton au profit d’autres speculations.
      C’est mon point de vue et une des stragtégie qui vaille.

    • Hum ! je me demande jusqu’à quand nos autorités continuerons de faire croire au yeux du monde que la décision du retour à 180° au coton conventionnel nous est profitable.Le constat est là dans les champs,mais on continue de crier haut et fort à qui veut l’entendre que "la situation n’est pas alarmante".Jusqu’à quand vont-ils avoir le courage de dire la vérité ? Quand ils seront à baisse plus de 50% de la production attendue ?

  • Pourquoi expose les producteur en direct sur la tele aux voleurs et brigrands de grand chemin.on devrait pas payer les gens de la sorte avec les moyens modernes de paiment.Dommage et triste pour l.administration sofitex qui fait sa publicite en exposant les beneficiaires au vol

  • Quel misère en exposant les pauvres producteur.nont ils pas de compte en Banque ou airtel money ? Cest quand meme irreflechi tout ce scenario.

  • Chers amis, n´oublions pas que la production du coton ne pourra pas continiuer à ce rythme, si nous voulons que la terre nourrissent les générations à venir. Partout oú l´on plante le coton, la terre se dégrade et elle se met en grève après quelques années. En plus, nous ne maîtrisons pas le marché du coton. Protégeons nos sols, c´est le gain le plus évident ! Nos paysans font la récolte à la main. Les américains utilisent des grosses machines qui permettent à une seule personne de faire le travail de 300 hommes et femmes. Entrainons nos paysans à la culture de ce qui nous apportera l´autosuffisance alimentaire. Les recettes issues du coton ne suffisent pas pour importer le riz dont nous avons besoin ! Sans rancune...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés