Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Mine d’or d’Essakane : Plus de 700 millions de FCFA d’investissement communautaire en 2017

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • vendredi 1er décembre 2017 à 19h59min
Mine d’or d’Essakane : Plus de 700 millions de FCFA d’investissement communautaire en 2017

La 12e session du Comité de communication de la mine d’or d’Essakane (CCME) s’est tenue, le jeudi 30 novembre 2017 dans la ville de Dori. Placée sous la présidence de Vincent Sawadogo, Secrétaire général de la région du Sahel, les travaux se sont déroulés à cœurs ouverts, en présence du directeur général de la mine d’Essakane, Bruno Lemelin.

Cadre d’un dialogue social franc, sans faux fuyant, constructif et transparent, entre la mine et les communautés impactées par ses activités, le CCME a été une fois de plus l’occasion pour la mine d’or Essakane et les communes de discuter du développement des ressources humaines, des engagements et des investissements communautaires mais aussi de l’état d’avancement des projets contenus dans les plans communaux de développement (PCD) et le plan régional de développement (PRD).

Bruno Lemelin, directeur général de la mine d’Essakane

« Les paroles créent l’espoir et les actes, la confiance », foi du directeur général de la mine d’Essakane, Bruno Lemelin. Afin donc de faire bénéficier à ses « voisins » les fruits de sa richesse, la mine a posé un certain nombre d’actions au profit des communes de Dori, Gorom-Gorom, Falangoutou et Markoye. Ce partenariat gagnant-gagnant, selon M. Lemelin, se traduit par un appui de plus d’un milliard huit cent millions de francs CFA aux PCD de 2014 à 2017. Au début, ce soutien est allé en dent de scie avant d’évoluer crescendo : 440 millions en 2014, 240 millions en 2015, 448 millions en 2016 et 789 millions en 2017.

Contrats locaux en hausse

Les participants n’ont pas été avares en questions

Pour ce qui est des achats locaux, le directeur général de la mine note que d’année en année, la mine octroie de plus en plus de contrats aux fournisseurs de Dori, Gorom ou Falangoutou. « Cette année, confie-t-il, nous allons pratiquement battre le record en terme d’octroi de contrats locaux qui va atteindre trois milliards de francs CFA en 2017 ». Notons que le chiffre d’affaires des marchés a également évolué passant de 1,623 milliard en 2014 à 2,717 milliards en 2016. Même si il estime que la mine d’Essakane peut faire plus, Bruno Lemelin s’est réjoui de ce point positif.

Le plan de développement du territoire, la vision 2017-2019 de la mine}

Présentation du Plan de développement du territoire par Malick Gnankambary

Au cours de cette session, la mine d’Essakane a dévoilé sa vision du développement durable et de la valeur partagée, exprimée à travers son Plan de développement du territoire (PDT). De la présentation de ce référentiel faite par Malick Gnankambary, surintendant relations et développement communautaires de la mine, l’on retiendra que sur un effectif de 2202 employés 859 sont issus du Sahel sans oublier les 23 stagiaires de la région sur un total de 100 au Burkina. Pour ce qui est du « Fonds Fer », 48 projets ont été retenus pour bénéficier d’un financement sur les 112 projets présentés. Dans le domaine de l’agriculture, le projet riz pluvial a été initié au profit du groupement d’Essakane site et a permis d’octroyer des intrants aux membres. Côté élevage, la mine a construit et équipé des banques à aliments pour bétail (BAB) à Goulgountou et à Gosey village.

Soucieuse de préserver l’environnement, la mine a entamé son projet de construction d’une centrale solaire de 15 Mégawatt-crête. Considérée comme la plus grande centrale hybride solaire/diesel du monde, ce projet vert permettra de réduire d’environ 18 500 tonnes les émissions annuelles de CO2 de la mine. Outre cela, IAMGOLD Essakane a initié un projet pilote de réalisation de deux biodigesteurs à Marganta et Goulgountou.

Sur la gestion des plaintes

Le maire de Falangoutou, Saidou Maïga a fait des recommandations au CCME

Toute activité minière engendre des « ouf » de soulagement mais aussi des plaintes. La mine d’Essakane a enregistré, de janvier à octobre 2017, 76 plaintes dont 36 ont été résolues. Selon Malick Gnankambary, les plaintes portaient essentiellement sur les champs, le dynamitage, les achats et services, la poussière, les emplois, etc. Pour ce qui est de la poussière, Madame Gwennael Guillen, directrice Santé-Sécurité et Développement durable soutient que la problématique tient à cœur de la mine qui a mis en place un programme environnemental de suivi des poussières à travers l’arrosage des routes sur lesquelles transitent les camions. Elle a également noté que la mine est à jour de ses cotisations au niveau du fonds de réhabilitation et que les premiers responsables ont déjà mis en place une politique de réhabilitation progressive afin de préparer la fermeture de la mine.

Les recommandations du maire de Falangoutou

Signature de la convention entre IAMGOLD Essakane et l’ANPE

L’Edile de la Commune de Falangoutou, ancien ministre de d’environnement et des ressources halieutiques du gouvernement de la Transition, a formulé quelques recommandations à l’endroit du comité de communication. Il a recommandé le bitumage de la route qui va de Dori à la barrière de la mine, et de la barrière à Gorom-Gorom, Markoye et Falangoutou. Pour ce qui concerne les achats auprès des fournisseurs locaux, M. Saidou Maïga suggère que la mine prenne une résolution « forte » en donnant 10, 20 ou 25% des contrats en 2018 aux commerçants locaux. Quant à l’employabilité des jeunes, M. Maïga est convaincu que le Sahel dispose de toutes les compétences et il estime que la mine devrait recruter des jeunes de la région en remplacement de tous les employés de la mine dont les contrats à durée déterminée arrivent à échéance et qui ne sont pas du Sahel. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Portfolio

Messages

  • Regardez moi un ancien ministre de la transition devenu maire de Falagountou qui raconte des stupidités. L’or d’essakane appartient à toit le pays.comment on peut laisser dire qu’il faut chasser un employé burkinabe pour le remplacer par un autre parcequil vient du Sahel. Où allons nous dans ce.pays ??? Dangerous

    • Vraiment décevant comme développement d’un responsable de commune de surcroît un ex ministre
      Quant es cette misère d’idées ou cette etroitesse de pensées va finir dans ce pays.
      On a tjrs du job pour ensevelir ces soit disant intellectuels birkinabe.
      Merci à Iamgold pour ces occasions d’échanges avec les collectivités locales

  • Soutien à l’internaute Bamogo, un ancien ministre devrait éviter de faire des recommandations à caractère discriminatoire, régionaliste, ethnique, même s’il cherche une popularité facile auprès de ses électeurs. Il sait que c’est contraire à notre constitution.
    En outre le bitumage des routes nationales relève, non de la responsabilité d’une entreprise privée, même si c’est une riche société minière, mais de la compétence de l’Etat

    • Il est vraiment triste d’entendre ce genre de commentaires ou requisitions qui frisent le regionalisme primaire. S’il est juste qu’une partie des retombees de la mine aillent aux communautes riveraines de la mine, il est important de souligner que tous les enfants du Burkina doivent aussi beneficier des benefices et emplois crees au niveau des mines, la terre et le sous sol du Faso appartiennent a tous les Burkina. Ceci est valide aussi bien pour les emplois que pour les achats locaux et nationaux
      Mr le Maire, quand il n’y avait pas de mine d’Essakane, ce sont les autres regions et communes du Faso qui ont contribue aux investissments a Fala et le reste du Sahel.
      Arretons donc ces revendications regionalistes et pensons en Burkinabe.

      Merci

  • Monsieur le maire de Falagountou, cela s’appelle du régionalisme ! Le soutenir, en tant qu’ancien ministre, ne vous honore pas du tout.

  • C’est bien, mais cela quel pourcentage de l’exploitation...!?!?
    Le pourcentage nous permet de mieux apprécier. Le reste c’est de la poudre aux yeux...

    • Merci Le citoyen d’avoir coupé les mots à ma bouche. Pourraient-ils nous dire ce que cela représente en termes de pourcentage de la valeur de l’or extrait au cours de l’année 2017 ? C’est cela qui nous intéresse !

  • Ne plus reconduire le contract des burkinabé travaillant dans la mine qui ne sont pas ressortissant du sahel ?ça veut dire quoi ça ?et les ressortissants du sahel qui travail des les mines qui se trouve dans les autres régions ?on iras les virés ou-bien ? Soyons un peu sérieux .ces genres d’idée ne peuvent que mettre a mal l’unité national et merci a I’m gold de me pas en tenir compte.Continuer sur cette lancé c’est très bien

  • Ne plus reconduire le contract des burkinabé travaillant dans la mine qui ne sont pas ressortissant du sahel ?ça veut dire quoi ça ?et les ressortissants du sahel qui travail des les mines qui se trouve dans les autres régions ?on iras les virés ou-bien ? Soyons un peu sérieux .ces genres d’idée ne peuvent que mettre a mal l’unité national et merci a I’m gold de me pas en tenir compte.Continuer sur cette lancé c’est très bien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mils d’or 2018 : Karim Namaono remporte le premier prix
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés