Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Droits de l’enfant : Le Burkina Faso organise avec l’industrie minière en Afrique la première formation sur les droits de l’enfant

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • Communiqué de presse • mercredi 29 novembre 2017 à 13h02min
Droits de l’enfant : Le Burkina Faso organise avec l’industrie minière en Afrique la première formation sur les droits de l’enfant

Ouagadougou, 28 Novembre, 2017 — Les opérations minières se déroulent souvent dans les zones les plus défavorisées du monde, occasionnant des impacts importants et diversifiés sur les enfants qui constituent la couche de la population la plus vulnérable. La recherche menée par l’UNICEF au niveau global en 2013-2014 a montré que le secteur minier peut avoir à la fois des effets négatifs et positifs sur les enfants, en particulier ceux entre 0 et 5 ans.

Selon la même étude, en général l’ampleur des conséquences sur les enfants n’est pas encore bien perçue par l’industrie minière. Par conséquent, elle n’est pas gérée de façon optimale, à l’exception du travail des enfants, qui représente moins de risques pour l’exploitation minière industrielle elle-même mais plus pour la gestion de la chaîne d’approvisionnement.

Afin de combler ces lacunes en matière de connaissances et de gestion, l’UNICEF au niveau global a développé « la Boîte à Outils sur les Droits de l’Enfant et l’Exploitation Minière : Meilleures pratiques pour prendre en compte les problèmes des enfants dans l’exploitation minière à grande échelle »[1] en février 2017.

C’est dans ce contexte que le Forum multipartite pour la Responsabilité Sociale des Entreprises (Forum RSE) au Burkina Faso avec l’appui financier et technique de l’UNICEF-Burkina Faso a organisé une formation sur cette boite à outils du 28 au 30 novembre 2017 à l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) à Ouagadougou. Pour la première fois, la formation offrira une opportunité pour le renforcement de capacités des sociétés minières et leurs partenaires, notamment le gouvernement, associations et Organisations de la Société Civile qui travaillent en collaboration avec le secteur minier, universités au Burkina Faso et de quelques pays francophones de la sous-région.

Six sur les 10 outils de cette publication qui ont été identifiés comme « prioritaires » et seront abordés au cours de cette formation notamment : la réinstallation, l’immigration, la consultation des parties prenantes, les impacts environnementaux, et les conditions de travail. Selon Dr. Anne Vincent, Représentante de l’UNICEF Burkina : « La boite à outils offre aux entreprises minières des mesures clés et des indicateurs pratiques afin d’assurer l’intégration de tous les aspects des droits de l’enfant dans différentes phases d’opérations minières. »

Cette formation est issue du plan de travail 2017-2018 du Forum RSE, financée et mise en œuvre par les membres du Forum et l’UNICEF Burkina Faso, en partenariat avec le gouvernement burkinabè. Cette activité constitue également une première action conjointe entre le Forum RSE et de l’UNICEF, afin de promouvoir la vision commune pour la réalisation des droits de l’enfant. Selon M. Kobo Maurice Ouedraogo, Président du Forum RSE : « La formation offre un moyen de renforcement des capacités de nos acteurs en matière des droits de l’enfant, et sera un tremplin pour que ceux-ci jouent mieux leurs rôles, et avec plus d’ouverture pour d’autres partenaires. »
Durant la cérémonie d’ouverture, M. Oumarou Idani, Ministre des mines et des carrières au Burkina Faso a déclaré : « Notre réflexion se poursuit pour rendre meilleure la contribution d’industrie minière afin que les enfants et les femmes puissent bénéficier des fruits de la rente minière. Pour y arriver, les droits des enfants doivent être promus et respectés dans chaque étape d’opérations minières et leur investissement social, comme un levier du développement. »

En plus du renforcement de capacité d’industries minières et leurs partenaires, la formation constitue une excellente opportunité pour le partage des expériences entre participants. A la fin de formation, chaque société minière avec l’appui des partenaires développera un plan d’action pour une meilleure incorporation des droits de l’enfant dans leur opération et investissement sociale. Les plans d’action identifieront les opportunités pour le Forum RSE et l’UNICEF de continuer son engagement et collaboration avec les industries minières afin de poursuivre le partenariat innovant pour les droits de l’enfant.


A propos du Forum RSE : Le Forum RSE a été fondé en 2013 par quelques sociétés minières majeures et les ONGs notamment Plan international, pour promouvoir le dialogue sur les questions de développement durable et la responsabilité sociale des entreprises. Le forum actuellement réunit plus de 15 membres, notamment les sociétés minières, les organisations de la société civile, les institutions de formation. Le Forum compte également sur l’appui des organismes « partenaires », notamment la Chambre des mines, Ministère des mines, l’ambassade du Canada et l’UNICEF Burkina Faso.

A propos de l’UNICEF : Depuis 70 ans, l’UNICEF travaille dans 190 pays et territoires du monde, avec le but de défendre et de réaliser les droits de l’enfant. La vision globale de l’UNICEF pour l’industrie minière poursuit : 1) une industrie qui reconnait les vulnérabilités spécifiques des enfants et qui prend des mesures pour atténuer son impact sur les enfants ; 2) une industrie qui utilise sa présence dans la communauté comme une force positive pour le développement des enfants ; et 3) une industrie qui utilise sa position pour s’engager dans les actions de plaidoyer sur les droits des enfants. Afin de contribuer à cette vision, l’UNICEF Burkina Faso est devenue un des partenaires officiels du Forum RSE au Burkina Faso en 2017.

Messages

  • Quelle honte de voir des enfants fauches de leur enfance et le tout le minimum du droit universel qu est le droit a son enfance, a l education pour se preparer de rentrer dans l adolescence avec les memes armes de combats de sa generation.

    Les activites minieres ne creent des emplois a long-terme. Car le metal jaune est assujetti et expose au cours de la hausse et de la baisse dans les bourses europeenes et americaines. Donc nous metrisons pas les prix de cette richesse artificielle qui nous ofre rien en realite un developpment durable.

    Notre capital humain er notre vraie richesse, si celle ci est protegee et canalisee dans une eduction pour tous. Et la meme chance pour tous les enfants burkinabe qui exposent leurs vies dans les mines d or sans education.

    Un pays malgorganise n a pas droit a un developpement durable. Une politique rougoureuse et pragmatique est bienvenue pour donner de l espoir ases laisser pour compte.

  • Bonjour je voudrai me renseigner sur les critères de désignation des acteurs qui participent à cette activité.Le travail des enfants et des jeunes dans les sites miniers m’intéresse beaucoup ainsi que leur droit.Je souhaiterai avoir de façon permanente des informations relatives à ce phénomène.Merci pour votre compréhension et votre volonté de coopérer.

  • Bonjour je voudrai me renseigner sur les critères de désignation des acteurs qui participent à cette activité.Le travail des enfants et des jeunes dans les sites miniers m’intéresse beaucoup ainsi que leur droit.Je souhaiterai avoir de façon permanente des informations relatives à ce phénomène.Merci pour votre compréhension et votre volonté de coopérer.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mines : Les nouveaux membres de la Commission consultative du travail renforcent leurs connaissances sur le secteur
Mils d’or 2018 : Karim Namaono remporte le premier prix
Transparence dans l’exploitation de l’or : Namissguima prend connaissance du rapport 2016 de l’ITIE-BF
Exploitation de l’or : À Yalgo, les inquiétudes et incompréhensions du maire
Iamgold Essakane SA : Une décennie « dorée », ça se fête !
3e édition de la SAMAO : Pour faire du secteur minier un moteur de croissance et de développement durable en Afrique
Transparence dans les industries extractives : Matinée de redevabilité à Gogo, dans le Zoundwéogo
Énergie : BioTherm Energy et Canopy aux commandes de deux projets photovoltaïques au Burkina
Transparence dans l’extraction minière : La population de Mogtédo voit désormais clair
Lettre ouverte au ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani : « Nous défendrons notre colline sacrée coûte que coûte »
SAMAO 2018 : À la recherche de stratégies pour faire du secteur minier un moteur de croissance
Insécurité : Un car de la SEMAFO tombe dans un braquage sur la route de Bobo-Dioulasso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés