Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

mercredi 29 novembre 2017 à 08h12min

C’est fait ! Le président français, Emmanuel Macron, a livré son discours de politique tant attendu. C’était à l’université Pr Joseph Ki-Zerbo Ouaga I, ce mardi, 28 novembre 2017. Pendant plus de deux heures, plusieurs sujets ont été abordés dans une université aux encablures mouvementées par des manifestations hostiles à « l’impérialisme ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

« Je suis, comme vous, d’une génération qui n’a jamais connu l’Afrique comme un continent colonisé. Je suis d’une génération, dont l’un des plus beaux souvenirs politiques est la victoire de Nelson Mandela et son combat contre l’apartheid… (...).

C’est cela, l’histoire de notre génération. Aussi, je me refuse à toujours revenir sur les mêmes représentations d’hier, il y a eu des combats, il y a eu des fautes et des crimes, il y a eu de grandes choses et des histoires heureuses et j’ai une conviction profonde : notre responsabilité n’est pas de rester dans ce passé, mais de vivre l’aventure pleine et entière de cette génération. Je suis d’une génération de Français pour qui, les crimes de la colonisation sont incontestables et font partie de notre histoire.

Je suis d’une génération qui a été impressionnée par la détermination de la jeunesse burkinabè à défendre, les acquis de la démocratie et de l’Etat de droit. Je suis d’une génération qui ne vient pas dire à l’Afrique ce qu’elle doit faire. Je suis d’une génération qui observe que la jeunesse attend de participer à la construction de son pays, et à sa modernisation. Je suis d’une génération qui n’a jamais connu l’Afrique comme d’un continent colonisé ».

C’est en ces termes que le président français, Emmanuel Macron, a fait son entrée dans son discours de Ouagadougou. Devant des centaines d’étudiants comme interlocuteurs directs, le président Macron a également, dès ses premiers propos, rendu un vibrant hommage au président Thomas Sankara. Puis, il va axer son intervention sur plusieurs points dont l’éducation des jeunes filles, la démographie, la menace terroriste.

Avant l’arrivée des deux présidents au temple du savoir, ce sont des « anti-impérialistes » qui ont tenu à exprimer leur désapprobation à la « politique africaine de la France ». Cet étudiant de l’UFR/SDS (Science de la santé) proteste d’abord contre l’interdiction d’accès au campus aux étudiants, alors même qu’il est là depuis 6 heures du matin afin de pouvoir participer à la rencontre avec le président français.

Pour ces étudiants postés devant l’entrée sud de l’université, c’est l’avenir même de l’Afrique est en cause avec la France. « Nous ne sommes pas contre la venue de Macron, nous voulons simplement avoir accès à notre campus, parce que même les jours fériés, nous avons accès au campus. Nous avons reçu des présidents africains ici, mais on n’a pas arrêté les activités : IBK (Ibrahim Boubakar Keïta), Patrice Talon, le président nigérien… (…). Cela fait deux ans que le président Roch Kaboré est élu, mais il a fallu l’annonce de la venue de Macron pour que notre président vienne à l’Université. C’est déplorable », se sont-ils insurgés.

Pour des manifestants, le président français vient simplement « pour s’assurer que son pré-carré se porte bien, il vient se rassurer que les entreprises françaises se portent très bien. C’est tout ! »

Pour Assana Tiono du mouvement « Deux Heures pour Kamita », c’est révoltant que l’on ferme les écoles, de la maternelle au supérieur en passant par le secondaire pour cela. « Nous disons et le répétons, si Roch (Kaboré) pense que le développement du Burkina proviendra de la France, qui peine d’ailleurs à se retrouver, c’est que c’est un chaos moral », a-t-il lâché. Ce dernier se réjouit que le boulevard Charles De Gaule « porte désormais » le nom de « Boulevard Thomas Sankara ».

« C’est la première étape, on va obliger les dirigeants à venir faire ça de façon officielle. La devise de l’université doit être : naan Laara, an sara ! On va changer le contenu de notre éducation », a soutenu Assane Tiono.

Cette matinée du discours du président a également été marquée par de échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre.

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 29 novembre à 06:56, par Le Democrate
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Grand MERCI au Président Emmanuel Macron. C’est un vrai démocrate. Mr le Président soyez beni. Que Dieu vous bénisse et vous donne un second mandat.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 07:06, par Bingo
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Les vrais étudiants étaient dans la salle et les voyous dans la rue pour brûler des pneus. Ils gâtent la route. C’est nous amener en arrière. Ces voyous ne méritent pas d’être là où étaient les deux présidents.

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 09:37, par Derviche
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Ne serait-ce que le niveau d’expériences de ces étudiants morvés dans la salle, Mr Bingo, où était le charmant prince de L’impérialisme, le Burkina Faso n’a pas d’université digne de son nom, mais plus tôt des écoles d’encadrement môche... Même toi tu as intêret à revoir ton niveau de leader ship si tu l’es, car celui qui apprécie ces interventions n’a pas compris ce qui a été dit ou ce que ces élèves superieurs, pardon ces étudiants voulaient faire ressortir.

      Répondre à ce message

      • Le 29 novembre à 11:32, par Bingo
        En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

        Mr Derviche votre argument manque de hauteur. Dites-moi comment appelez-vous un dernier de classe ? est-il un élève oui ou non ? Il est en de même dans nos universités. Si les questions ont moins intelligentes ça n’enlève en rien le titre étudiant ä leurs auteurs. Quand je dis vrais étudiants je fais allusion à la discipline dans ces circonstances particulières. Toute université doit être bruyante par la confrontation des débats mais pas devant des autorités de hauts niveaux en voulant brûler des pneus pour saboter la conférence. Du reste, le niveau actuel des étudiants est imputable à tout système éducatif d’aujourd’hui. Je vous assure qu’il y a des professeurs des lycées et collèges qui est ne peuvent pas une bonne phrase en français. Ces professeurs peuvent-ils produire de bons étudiants maîtrisant la langue de Molière ? Étudiant ne veut pas dire génie bien je suis n’encourage pas la médiocrité.

        Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 09:49, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      - BINGO, en effet tu as raison ! Les ‘’vrais’’ étudiants étaient dans la salle, et c’est pourquoi trop de questions bêtes et idiotes ont été posées dans la salle.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 21:34, par jeunedame seret
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Bingo !! Vrais ou voyous, ces étudiants sont tous issus du même système d’éducation. Pouvaient-ils être tous dans la même salle ? Ils sont victimes de violence dans leurs lieux d’apprentissages et ils ont le courage de publier leurs émotions sans hypocrisie.

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 07:18, par sidpawetta
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Le commando qui a tué SANKARA, on le connait. certains sont à la MACA. les chefs hiérarchiques de ce commando, on les connait , c’est Hyacinthe, Gilbert ; Blaise. ils seront jugés et condamnés et après.S’ils sont pendus et après. ça ne va pas résoudre le problème de faim, de l’éducation, de la santé, du chômage.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 07:23, par Aga
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Prestation réussie Mr le Président de la république française. Coup de chapeau à vous. Merci pour votre esprit démocratique !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 07:27, par martial HLPGD
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    J’encourage les étudiants à s’investir dans les études. Leur avenir dépend du sérieux et de la clairvoyance avec lesquels il considèrent leur existence à cette étape.
    Ces tergiversations ne font que leur causer un grand tort.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 07:55, par Ka
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Merci à la direction de l’Université pour la meilleur organisation et l’accueille des invités parmi lesquels ceux qui soutiennent la jeunesse. Malgré les 2 heures et demie qui étaient comme éternité pour les invités dans cette salle, je félicite ce jeune Français qui est venu donner des leçons à nos chefs d’états qui n’ont jamais eu un temps pour répondre quoi que ça soit à notre jeunesse. Quand je regarde ce jeune dynamique planqué devant son micro avec toutes les réponses, et Roch Kaboré à coté, qui devait être à sa place tous les six mois devant une jeunesse assoiffée de connaître vraiment celui dont ils ont élu, j’avais honte et pitié pour notre pays. Et je me permets au nom de cette jeunesse, dire Bravo à ce jeune Français qui a pris son avion, sans repos et pendant 2 heures et demie donner des leçons à nos décideurs qui se réfugient dans leurs bureaux climatisés sans penser suffisamment a sa jeunesse. Quand j’ai écouté quelques questions des étudiants qui sont à la portée de notre président Roch Kaboré, c’était une honte pour toute la nation Burkinabé. Qu’est-ce que Macron avait à voir avec la question de la formation professionnelle de notre pays ? et le PNDES ? Merci son excellence Macron, et j’espère que notre président retiendra la léçon et se donner rendez-vous-même une fois par année avec sa jeunesse pour éviter des questions comme Mouta-Mouta, Touma- Touma. Même si ce jeune président Français a failli frôler un désaccord diplomatique, il a montré que cette jeunesse est en manque de l’approche de leur président à cause des questions élémentaires sorties dans la salle. Merci a l’étudiante Salimata Traoré pour son intervention intelligente avec une réponse prometteuse de la part de son excellence Macron. ‘’’’Je encore dis Bravo a son excellence Macron.’’’’

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 11:26, par LUSTRE
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Quelle HONTE ! c’est le seul mot que je prononce depuis hier soir. Mais la pire des choses serait de fermer les yeux sur cette face hideuse de notre système éducatif que le président Macron vient de nous forcer à regarder. Nous sommes tous interpellés :
      - Les familles,
      - Les enseignents,
      - Le gouvernement,
      - Les politiciens,
      - Les élèves et étudiants.

      Répondre à ce message

      • Le 29 novembre à 12:24, par Ka
        En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

        Oui LUSTRE : Ayons le courage de le dire que ces questions élémentaires comme ‘’’l’électricité, le PNDES, ou les hésitations d’autres étudiants qui ne savaient plus leurs questions, ne devaient pas être à un rendez ou le jeune président Français est venu au Burkina réécrire l’histoire des relations entre la France et l’Afrique indépendante. Quelle honte pour ces questions élémentaires destinées à son excellence Roch Kaboré, si ce dernier avait eu le courage de s’approcher a une jeunesse en manque de mieux connaitre leur président, ou de lui poser des questions. Mais pour un jeune président Français qui est venu à Ouagadougou pour donner des leçons élémentaires aux dirigeants Africains, ‘’’qu’ils doivent faire mieux et prendre leurs responsabilités pour une Afrique gérer par des incompétents,’’’ le jeune Macron a réussi son coup aux yeux du monde entier comme le jeune Thomas Sankara, et mérite d’être porté dans l’histoire par les voies réservées aux chevaliers de la liberté et aux hommes de progrès. Merci de me lire.

        Répondre à ce message

      • Le 29 novembre à 13:35, par ABK
        En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

        La situation actuelle reflète effectivement un recul à tous les niveaux.
        Pour les gouvernants, d’abord : je me souviens que Thomas Sankara venait très souvent échanger avec nous (élèves du Zinda) sur le Plateau. La révérence et la qualité des réponses de cette autorité étaient de loin supérieures à ce que nous avons vu.
        Pour les étudiants, ensuite : j’affirme que le niveau de conscience et la teneur des questions (pour moi qui était élève de terminale à l’époque) était sans égal.
        J’invite les gouvernants à être plus proche de la jeunesse. Les étudiants devraient pour leur part redoubler d’efforts dans leurs domaines de compétence et travailler leur développement personnel.
        Sans quoi, j’ai des doutes sur l’avenir du pays. Je ne souhaite pas m’inscrire dans une transition jusqu’à ce que les petits de l’école Lagmtaba (qui étaient à la hauteur) soit la génération active.

        Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 08:14, par Malga
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    M. Tiono, ne parles pas de ce qui te dépasse, ce que tu es né trouver, et surtout n’oublie pas hier. Si les Charles-De-Gaule n’avait pas colonisé le Burkina, Sankara, n’allait pas connaitre l’école militaire, et il n’aurait pas eut l’occasion d’entendre parler des Ché Djévara, Patrice Lumumba, peut-être Kwamé-N’Krumah comme le Ghana est à côté. Par quel moyen de communication il allait entendre parler d’eux. S’il se lavait avec les savon parfumé mais pas de kamoaga et zinm, peignait sa tête, a porter sa tenue militaire pas en cotonnade, béret au front pas de saponé, porter des rongeasses pas de la bata d’issouka, entrer dans Jeep pas de tête de remorque de Dapelgo (âne) et Kalach en main pas soukasoukaboum, utiliser micro pas galia, pour pouvoir parler haut et fort, c’est grâce à l’impérialiste. Aller doucement car votre avenir vous n’en savez rien d’abort. Tu pourra vouloir aller continuer tes études chez l’impérialiste.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 08:18, par kwiliga
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    "On va changer le contenu de notre éducation" oui, et aussi les conditions d’enseignement, les affectations inutiles, la motivation de nos enseignants,....
    Rappelons que, s’il est "révoltant que l’on ferme les écoles, de la maternelle au supérieur en passant par le secondaire", une grande partie d’entre elles l’auraient été de toute façon, pour cause de grève.
    Gueuler contre l’impérialisme (qui rappelons le n’est pas français, mais capitaliste et universel), c’est une bonne chose, s’acharner sur des détails, ça nous égare et nous enferme dans l’hostilité vis à vis de l’autre, sans qu’on accepte de regarder les travers de notre propre "démocratie".

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 08:31, par lefaso
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Moi je voudrais parler de ceux qui étaient dans la salle. On nous a dit au début qu’ils ont été sélectionnés et donc on s’attendait à des choses sérieuses. Mais bon Dieu c’est ça nos étudiants ? une bande de NULS pas du tout cultivés et incapables de parler correctement ? Voilà ce qui arrive quand les recrutements se font de manière opaque pour prendre les "bons petits". J’ai eu la honte de ma vie hier. Et le pire est que c’était en direct partout donc le monde entier a vu. Y a pas de fac de science politique au Burkina ?

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 09:27, par trobeau
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      voila même ce qui m’a impressionné.une mamie qui a quitter l’école en CE2 m’a même dit pourquoi les étudiants n’ont même pas aborder la question du FONER ?selection par intérêt de nos dirigeant qui ne veulent nullement se pencher vers la question de la jeunesse estudiantine qui,pourtant est le socle du développement du pays.certains sont la 12 mois sans soutient FONER, ufr svt,sea,meme calvaire,et ils ne sont pas salarié.pour 7ans pour avoir la licence et foner 4ans...que faire des autres années ?mandier ?cette selevtion de ufr sds,et autre qui n’ont rien vu des la réalité quotidienne de cettains ne peut que conduire a cela.et de plus,quamd est ce que ROCH va venir nous renvontrer a LUO pour s’enquérir de nos véritable problèmes ?

      Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 10:04, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      - Lefaso, je comprends ta douleur. Moi aussi j’ai eu honte à tel point que je n’ai pu dormir qu’au petit matin aujourd’hui vers 4 heures. J’ai surtout eu honte pour Rock et sa bande qu’un jeune est venu bousculer jusque chez eux. J’ai vraiment eu honte quand des étudiants demandent à Macron des questions sur le PNDES qui est typiquement burkinabè, ou quand des étudiants demandent pourquoi en Génie Civil, on se réfère aux normes françaises et non burkinabè comme si en matière de Génie Civil 90° en France est différent de 90° au Burkina Faso. J’ai eu une grande honte pour ceux et celles qui enseignent ces étudiants. J’ai eu honte de ces étudiants impolis et ignards qui riaient à grandes gueules de leur président Rock dès que ce petit gaullois de Macron lui lance des piques. Quelle honte de ma vie ! J’aurais préféré que cet évènement soit survenu après mort !

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 29 novembre à 11:16, par Jean Jacques
        En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

        Kôrô,

        J’ai effectivement eu honte de ces étudiants qui ne savent pas faire la différence avec des questions à poser à un Président étranger et des questions du domaine local ! PNDES, Climatisation, les normes, l’or burkinabè etc ! Je me suis même posé la question si ces étudiants ont vraiment un niveau universitaire ! Il faut relever vraiment le niveau de nos étudiants. C’est la honte nationale. Par contre félicitation, à la fille qui a posé la 3ème question avec une aisance remarquable et mélanger avec de l’humour. Kôro, dort cas même ce soir à cause de cette jeune fille !

        E.Macron s’est vraiment moqué d’eux mais en général de NOUS. Quand il demandait quelle filière l’étudiant ou quand il conseille à l’étudiant de bosser fort avant la fin de l’année. Quelle honte ? Quelle gâchis ? Je postais la dernière fois sur ce forum qu’être intelligent c’est de reconnaitre ses faiblesses et bosser fort pour devenir grand ! C’est ce que Macron est venu faire. L’Europe se rend compte des retards considérables qu’elle a accumulé sur la Chine en Afrique et Macron vient cas même s’humilier devant des jeunes étudiants. Lui il a compris. Et nous avec nos soient disant syndicalistes, étudiants ignares, nous sommes dans les revendications sans fin, les sottises du genre impérialisme ! Cela ne marche plus au 21ème siècle bon sens !

        Moi je tire chapeau à Macron. Félicitations mais prochainement, il gagnerait en évitant de "Je veux" "Je veux". Cela aussi ne marche plus. Ce sont des expressions d’un autre époque. Le temps des monarques absolus.

        Répondre à ce message

      • Le 29 novembre à 14:37, par Ka
        En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

        Heureux de te lire mon ami et promo Kôrô Yamyélé : Merci pour tes interventions pertinentes sur ce qui s’est passé entre les étudiants et le jeune Macron. En voyant ce qui s’est passé avec Roch Kaboré assied aux côtés d’un jeune président fougueux qui réponds des questions qui lui sont destinées ne te rappelle rien ? ’’’’’’’ça nous rappelle du valeureux et jeune fougueux président Thomas Sankara debout a côté de Mitterrand et le massacrant a haute voix sur la domination de l’impérialisme qui doivent êtres abolies, je revois un Mitterrand assied aux coté de Thomas Sankara sans voie comme Roch Kaboré hier au côté de jeune Macron aussi sans voie mais dans la honte.’’’’’’ Cette histoire est de rendre a César ce qui est à César, et on est quitte. Malheureusement Macron ne risque rien avec Roch Kaboré, mais Thomas est passé par les armes de Blaise Compaoré téléguidé par Mitterrand.

        Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 08:53, par O. Daoud
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Bonjour chers compatriotes

    En tant citoyen d’un Etat de droit, qu’il me soit permis de donner mon point de vue sur le séjour du Président MACRON à Ouagadougou, surtout autour de son adresse aux étudiants.

    Je voudrais m’adresser aux étudiants et à l’ensemble de la jeunesse en ces termes :

    1- Aux étudiants ayant assisté au discours d’Emmanuel MACRON
    En écoutant certaines de vos questions, elles ne sont pas du tout pertinentes. En effet, des sujets de souveraineté nationale comme le PNDES, l’électrification de l’Université ne sauraient être portés par une autre nation en dehors du Burkina Faso.

    Ce niveau d’intervention de certains étudiants montre clairement que notre élite de demain végète dans une ignorance totale de l’articulation générale de fonctionnement d’un état dit indépendant. Cette situation révèle une fois de plus le faible niveau de l’enseignement au Burkina Faso et est à l’image même de nos universités publiques. Je propose donc cours des modules généraux soient dispensés aux étudiants dans tous les Instituts et UFR.
    Il pourrait s’agir des modules en lien avec les grandes grandes politiques et orientations stratégiques de développement du Burkina, quelques heures de cours de SCIENCES PO (les institutions de la République et leurs rôles), la citoyenneté.....

    2- Aux manifestants anti-MACRON
    Oui, le Burkina Faso est un Etat de droit et la liberté de manifester est consacré. Se faisant, chaque citoyen peut donner son point de vue sur la gestion de la gestion.

    Cependant, il y a lieu de se rappeler aussi que chaque citoyen a un devoir vis-à-vis de son pays. Oui, les termes colonialisme, impérialisme relèvent d’un discours moyenâgeux. En effet, les vrais impérialistes, les anti-développement sont ceux qui brûlent nos bitumes construites à des coûts élevés de prêts et à la sueur du contribuable burkinabé. Comment peut-on construire durablement notre pays s’il y a toujours des gens qui sont là pour détruire ? Construire assumer notre développement si on n’a pas une bonne vision de ce qu’on veut ?.

    - L’Afrique noire est mal partie (Réné DUMOND - 1960)
    - A quand l’Afrique ? (Pr. Joseph KI-SERBO).

    O. Daoud

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 14:27, par Minute
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Bien dit, mon frère. Ce qui est incompréhensible, c’est qu’il y a en qui ne voulait pas qu’on reçoive le président français avec amitié. Pourtant, dans notre culture, nous avons le sens de l’amitié et du respect de l’étranger. Refuser de recevoir Macron , c’est être aux antipodes des us et de la culture burkinabé. Macron est un jeune dynamique, intelligent qui veut donner une autre vision à la politique française. Le bon sens voudrait qu’on l’accueil avec courtoisie et de gentillesse, écouter son discours à nous livrer et, à partir de là, on peut donner son point de vue. Soit l’accepter ou le rejeter. Non ! Les anti Macron se sont illustré négativement avec des comportements infantilisants dignes d’un autre âge. Et, on se dit "jeune" sur qui le pays doit compter. A l’image de cette rencontre avec les étudiants qui, soit dit en passant est une première dans nos relations bilatérales (généralement les présidents vont à l’assemblé nationale pour s’adresser au peuple). Je demande à nos frères jeune étudiants de se départir de cette instrumentalisation par des politiciens véreux qui, ne savant plus où aller croient que c’est de cette façon qu’il faut régler les divergences avec l’adversaire en face. La France est un pays quoi qu’on dise ami. Même adversité il y en avait, Macron n’est pas l’instigateur. Je pense que Macron est venu symboliser une dynamique dont les jeunes devraient s’inspirer pour orienter leur vision future. Au lieu de cela, notre jeunesse (frondeur) a laissé voir à la face du monde que nous ne sommes pas mature et que l’insurrection dont chacun se prévaut n’est rien d’autre que l’expression intelligente de quelques leaders éclairés qui ne peuvent pas d’abord prendre le risque de laisser notre peuple à la responsabilité de cette jeunesse qui croit être mure pour gérer le pays. Il nous faut attendre et apprendre de nos anciens qui ont su garder le flambeau laissé par les devanciers. Et y a eu des gens qui disent que la forte délégation et la sécurité qui accompagne le président français montre que Macron se soucie peu de la souffrance des burkinabé. Ils oublient avant tout que la France reste la 5eme puissance mondiale. A ce titre, elle a les moyens et l’obligation d’assurer qu’on atteigne à l’état physique de celui qui symbolise la nation française, n’en déplaise à cette partie de burkinabé qui se réjouiront de toute forme de mépris porté contre notre président. Voyez les États Unis ! Même si le président n’est pas de ton parti, il est le président de tous les américains et considéré comme tel. Le président se déplace avec toute une foule impressionnante de gens (journalistes comme agent de sécurité). Et parlant d’agents de sécurité, ils peuvent venir près d’un à deux mois de l’arrivée du président. C’est ça le nationalisme, la responsabilité et la grandeur d’esprit. Macron se déplace avec quelques individus et des esprits tordus se plaignent. De toutes les façons, les français ne vont jamais tergiverser avec la sécurité de leur président. Ne pas vouloir qu’on accueille dignement notre étranger relève d’esprits surannés. De notre culture, l’étranger est le bienvenu. Dans la ferveur révolutionnaire, Thomas Sankara a accueilli François Mitterrand avec tous les honneurs dûs à son rang. Cela ne l’a pas empêché de dire ce qu’il ressent au président français. Aujourd’hui, nous sommes au 21ème siècle ; Donc, les esprits devraient encore plus évolué dans le sens plus positif. Vraiment, notre insurrection a tellement ouvert les yeux de certains burkinabé au point même de les rendre nocif et dangereux pour nous et à l’Afrique toute entière. Et c’est ça le dommage.

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 09:21, par Toutdemême
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Discours complet, brillant, convivial. Ouverture au dialogue. Opportunités à saisir. Malheureusement, point d’interlocuteur ; seule consolation : une étudiante venue de Bobo. Pourtant, il était connu que Macron s’adresserait à la jeunesse africaine. Etait-il impossible de lui trouver de dignes porte-paroles ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 09:24, par YAAM SOBA
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    La colère des étudiants qui manifestaient était légitime. Pourquoi empêche-t-on les étudiants d’accéder au campus ? Macron est venu pour rendre visite aux étudiants. Sur ce coup le gouvernement a mal organisé cet évènement.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 09:28, par Nikiema
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Ah !!! chers dirigeants !!! Vous avez vu comment les étudiants se sont mobilisés ? Ca veut dire ce que ca veut dire. Si vous ne quittez pas dans le "mouta-mouta" pour rentrer dans le "touma-touma", les jeunes là vont vous bouffer comme des brochettes, d’après Pr. Bado. A bon entendeur salut...

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 09:30, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    - Une fois de plus Kôrô Yamyélé s’adresse à son président, Son Excellence RMCK.

    - Excellence Monsieur Rock Marc Christian KABORÉ, Monsieur MACRON est venu à Ouaga ! J’ai suivi comme beaucoup de burkinabè le discours de votre homologue Macron et des questions et réponses. Monsieur le Président, laissez-moi vous dire tout de suite que je suis resté pantois et parfois très déçu ! Je ne vais pas être long et je vais axer sur deux points précis :

    1/- Des questions  : Mr le Président, la plupart des questions étaient plates et traduisent de ce fait le niveau de nos étudiants et surtout la qualité des enseignements qu’ils reçoivent, voire la qualité des enseignants. Si on exclut la qualité des enseignants, alors on mettra en doute le respect de leur assiduité aux cours. Je rappelle qu’il y a trop d’enseignants absentéistes dont l’un a été nommé ministre par vous ! Allez-y comprendre ! Je dirai aussi que nos étudiants ne lisent pas, se cultivent peu et ne savent que tenir des débats de maquis tchrr tchrr et de grains de thé. Macron a même envoyé un étudiant à ses cahiers au risque d’échouer en fin d’année. A ce dernier il a enseigné la politique chinoise de ‘’Une femme, un enfant’’. Il lui a cloué le bec ! Un autre soi-disant Master 1 en Travaux publics qui demande la possibilité d’utiliser les normes burkinabè en génie civil au lieu des normes françaises, comme si 90° au Burkina était différent de 90° en France ! Quelle déception ! Excellence la rumeur de Ouagadougou dit que les questions ont été sélectionnées à l’avance. Si ceci est vrai, je suis désolé mais les pratiques anciennes dans l’ancien CDP sous Blaise Compaoré & Cies dont vous étiez partie prenante ne peuvent pas prospérer aujourd’hui, et désolé de dire que ceux qui ont sélectionnées ces questions sont aussi nuls que les étudiants qui titubaient dans leurs expressions. Il est temps que vous tapez dans la fourmilière pour ramener l’ordre sinon le pays est entrain de vous échapper. Concernant la climatisation, vous avez vu comment Macron vous a donné aux étudiants qui ont bêtement éclaté de rire sur leur Président ? Et d’abord pourquoi vous sortez en ce moment précis ? Pour aller donner des instructions sur la climatisation ? Si c’est cela, permettez que je dise que ce n’est pas votre rôle. Sans oublier qu’en sortant, Macron vous a indexé quand vous passiez en disant : ‘’Il sort hein !?’’. Voyez sur la question de la Libye ! Macron a dit de lui montrer un seul français, belge ou allemand qui est passeur, et il ne s’est même pas trouvé un seul courageux pour lui dire que la France et l’Europe ont déstabilisé la Libye et tué son Président, ce qui a déstabilisé ce pays qui a aujourd’hui deux gouvernements. Personne ne lui a rappelé que la France a sous-traité la migration avec le Mali, le Niger et la Libye pour retenir les migrants dans des zones tampons chez eux. Voilà justement là ou se lit la bassesse de plusieurs dirigeants africains. Excellence monsieur le Président, Macron vous a donné ici l’occasion et les arguments pour mater ceux et celles qui font des affaires dans les réseaux des migrations vers les pays du Maghreb, du Golfe, etc. car il y en a au Burkina Faso. Il faut démanteler tous leurs réseaux car Macron vous en a donné des raisons. Monsieur le Président RMCK, je pense aussi que nous n’avons plus d’université nationale digne de ce nom. Et que dire de ces étudiants étrangers qui pensent que c’est l’occasion pour eux de jouer aux syndicats pour leurs pays tel celui-là qui demande si la maison des jeunes promise par Macron le sera dans d’autres capitales africaines ?! Je demanderai simplement à ce dernier pourquoi vient-il étudier ici au lieu de le faire chez lui !? Et que fait-il de l’intégration africaine tant chantée ? En conclusion de ce point, Kôrô Yamyélé que je suis est complètement désemparé et déçu, finalement je dois déduire que le burkinabè ne connait pas communiquer !

    2/- Du discours  : Deux points ont retenu mon attention Monsieur le Président :

    - Premièrement : Macron a été clair ! Il dit être venu s’adresser aux jeunes, et lui-même est jeune. Pour moi, il n’est donc pas venu s’adresser ni à vous ni à aucun membre de votre gouvernement sauf un Dandjinou par exemple (mais là aussi je doute vu ses derniers actes posés !?), ni à 98% des députés de l’AN, ni à la Chambre de commerce (je lisais récemment un écrit d’un groupe de commerçants qui se plaignait de la passivité des dirigeants de cette chambre). La raison est simple : vous êtes tous vieux et vieilles ! Vous êtes donc indirectement interpellés : laissez enfin la place à plus jeunes que vous et appelez les intellectuels de la diaspora s’il le faut, et soyez de bons conseillers et de bon encadreurs pour eux. Vous êtes aux affaires pour la plupart d’entre vous depuis la Révolution, donc il y a plus de 27 ans. Tout pour vous et rien pour les autres ! Trop c’est trop et il faut arrêter parce qu’on dirait que vous n’avez plus rien à proposer encore, ni rien à démontrer et vous préférez la routine ! Ceci étant il appartient aux jeunes d’être mordants pour prendre démocratiquement les places au lieu de perdre leur temps dans les maquis de tchrr tchrr et autour de petits fourneaux de thé.

    - Deuxièmement  : Les manifestations des étudiants au dehors qui, même si elles traduisent la liberté, montre tout de même un certain manque de discernement ailleurs. Autrement dit pourquoi les forces de l’ordre ont rendu la vie difficile aux manifestants et même à ceux qui circulaient tout simplement. Il est temps que la civilisation entre dans leurs rangs parce qu’on ne peut pas continuer à violenter chaque fois car c’est de là que naissent les confrontations, les défis et finalement l’incivisme. Pourquoi voulez-vous par exemple que je reste insensible quand un policier me brutalise alors que je ne suis qu’un simple passant ? Non, monsieur le Président RMCK nous ne sommes pas un pays de barbares, de gladiateurs ou de tartares pour qu’à chaque fois on envoi des gros policiers munis de matraques et de gaz pour bander leurs muscles face aux citoyens désarmés, alors qu’il y a aujourd’hui des endroits où on a urgemment besoin de ces gros muscles pectoraux et biceps : au Sahel face aux terroristes ! Pour terminer sur ce point, moi je félicite ceux qui manifestaient car ils ont montré un autre visage de la jeunesse burkinabè à Macron. Ce visage qui sait dire non quand il le faut !

    CONCLUSION GÉNÉRALE  : J’aurais préféré un face-à-face entre Macron et Bassolma BAZIÉ  ! Et même si je n’étais pas un grand admirateur de la Révolution, il y a des moments où je regrette le Président Thomas SANKARA. Cette arrivée de Monsieur Macron à Ouagadougou fait partie de ces moments-là.

    Bonne journée à vous Excellence Monsieur le Président.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 11:21, par BARRO
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Vraiment je ne vous reconnais plus. Toutes les actions de ce gouvernement sont négatives pour vous. De fois réfléchissons avant d’écrire

      Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 14:59, par madjer
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Super kôrô yamyélé. Sincèrement les mots me manque pour te dire merci pour la pertinence et l’aisance avec laquelle tu apportes ta contribution chaque jour que Dieu fait pour le bonheur de ce pays. Mon conseil à toi kôrô yamyélé n’écoute jamais ces personnes qui pourraient t’adresser des propos injurieux sur ce site et je t’en prie ne te décourage jamais pour dire que tu quittes sur ce site à cause de certains écrits contradictoire. Tu apportes énormément au régime de Rock. Je sais très bien ce que je dis. Toutes les bonnes personnes honnêtes qui sont proches de Rock lui conseillerons de te lire fréquemment. Les esprits minables penserons que tu es contre ce régime alors qu’en t’écoutant tu leur apporte énormément du bien. S’agissant de l’écrit de notre ami et votre ami Ka je ne veux pas qu’il y ai de la frustration entre vous car vous deux sur ce site à vous lire sincèrement on apprend beaucoup. Je suis trop fier de vous avoir toi et ton ami Ka comme des frères. Sincèrement je te tire mon chapeau. Que Dieu vous donne longue vie à toi et ton promo Ka ;
      Par madjer le bobolais ou bobovillois.

      Répondre à ce message

      • Le 29 novembre à 19:28, par Ka
        En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

        Madjer : Avec mon ami et promo Kôrô Yamyélé, il n’y a aucun problème : Si nous avons souvent des différences c’est ça aussi qui fait la richesse du forum et de notre force. Si on n’avait pas des différences ou sera la vérité pour faire avancer notre pays avec des critiques fondées sur des argumentions solides avec du vécu, du présent et l’avenir ? Beaucoup d’internautes ne nous comprennent pas, mais nos critiques fondées qui vont à la majorité ou à l’opposition, et même le Burkinabé lambda, nous comprennent, car ces critiques sont décortiquées dans les Bureaux, dans les foyers, et à travers le monde, sans oublié les locataires de Kossyam. Si je dis qu’entre mon ami Kôrô et moi nous nous connaissons et nous nous comprenons, c’est que dans nos critiques et dans nos autocritiques, tous sont fondées sur des argumentations solides de nos vécus, notre présent, et non des mensonges et des ruses comme beaucoup d’intellectuels de pacotille de notre société sont tentés de le faire quand leurs idées rusé a détruire le pays ne sont pas écoutées par un peuple averti par des crimes gratuits, l’injustice, et la corruption à ciel ouvert. Quand a nos pensées, Kôrô Yamyélé reste Kôrô Yamyélé, et Ka reste Ka. Madjer : Au nom de mon ami et promo Kôrô Yamyélé et moi, nous te remercions de nous lire et de nous encourager a apporter des critiques fondées pour faire avancer le pays que nous aimons tous.

        Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 17:16, par guiguemde
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Mon cher KORO,
      qui vous dit que c’était des étudiants. C’est petits malins sélectionnés pour être dociles dans une salle acquise. Malheureusement ils sont tellement inintelligents qu’ils n’ont meme pas pu retenir ce qu’on leur a dit de dire. Faites une enquête et vous verrez

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 09:32, par warzat
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Des étudiants incultes, toute une humiliation pour notre peuple. Mais, il parait que c’est toute une génération qui a passé son temps à grever, à contester l’autorité, des notes sexuellement transmissibles etc.... Malgré les avertissements, eux et leurs maitres penseurs arcboutés dans leur vision passéiste nous ont humilié.
    1. Dans un écrit, certains dont ma modeste personne vous ont dit que ce président n’est pas comme ceux qui l’ont précédés. Il vous dira que l’esclavage en Libye est l’œuvre d’Africains sur des Africains. C’est l’Italie et sa mafia qui a passé un accord avec les milices libyennes. Cette info, on l’a officiellement depuis la révélation.
    2. Une question concernant votre vision passéiste : accepterons nous que les actes posés il y a quelques années par Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire, au Liberia, en Sierra Leone....Angola etc...soient reprochés à un de nos enfants devenus responsables ?
    3.Un exemple : aujourd’hui les enseignants grèvent parce que entre autres, certains n’ont pas été mandatés depuis 2 ans. Cela veut dire que des gens n’ont pas fait leur job. Et que fait-on de ces gens qui n’ont pas fait leur travail ? Mota -mota comme disait Macron hier, personne ne sera punie. Punir et remplacer par qui ? La plupart a été recruté sous Jubal donc avec très peu d’intérêt pour la chose publique et donc de la fonction.
    Du reste, on ne pouvait pas s’attendre à mieux pour des gens qui depuis décembre 1998 n’ont pas fait un premier trimestre complet et une fois la liberté retrouvée, grèvent tous les jours que Dieu fait. Voilà que maintenant le dossier est sur de bons rails et vous que serez vous dans ce monde globalisé où seules les compétences comptent, avec votre niveau d’instruction ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 09:40, par OULE
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Ces manifestants ne sont que des inconscients. C’est çà qui me fait regretter le régime de Blaise COMPAORE, des années avant 2010 !!!!!!! Et ce sont les mêmes qui veulent aller en France ; Qui veulent que la France construise des amphithéâtres pour eux. Malheureusement, leur niveau ne leur permet pas non plus de comprendre le discours de Son Excellence Monsieur Macron. Que Dieu sauve le Burkina, avec des gens qui confondent liberté et incivisme, voyoucratie, impolitesse, etc....

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 10:04, par Jerkilo
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Toute cette agitation montre à quel point nous sommes descendus bas politiquement, idéologiquement, intellectuellement et même moralement au Burkina Faso, aussi bien du côté pouvoir que du côté des opposants à la venue du président Français. Pour un passage "éclair" d’un hôte de marque étranger, on ferme des écoles déjà fermés pour fait de grève, on s’agite dans les média et dans la rue comme si cette visite allait grand’chose dans notre sort présent et notre avenir. On se demande si l’on mérite réellement l’appellation de Burkinabè : en toute chose restons dignes et cherchons à avancer.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 10:57, par Yamakazi
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Je suis choqué j’étais obligé de prendre des somnifères pour dormir un peu et oublier cette débâcle, ces étudiants là nous ont foutu la honte et ils ont pris tous une raclé de la part de Macron...des gars qui se disent étudiants en des années avancées d’études qui se comportent comme des villageois !!! On dirait même des animaux totalement déphasés du discours des questions bêtes et idiotes sans fondement...franchement ils font honte ses gens...!!! Un président qui se lève et sort comme si c’était dans une sale de théâtre...heee burkanbè !!! Quand t’est ce que vous allez arrêtés de vous traîner dans la boue...de grandir de mûrir et avoir un comportement vraiment responsable ??? J’ai vraiment mal au coeur je le jure...
    On aurait du laisser Macron aller au lycée Zinda au Marien ou au Nelson serait été mieux ces enfants du secondaire auraient pu défendre le BF que ces imbéciles d’étudiants macabres...qui ne comprennent pas français ne savent pas conjuguer un verbe ni placer le complement encore moins le sujet de sucroit impolis !!!
    Pour des gens qui se disent des héritiers de Thomas SANKARA...a l’heure la SANKARA est entrain de se retourner dans sa tombe au cause de la honte qu’on l’a infligé...hier !!!
    Et si c’est comme cela ils se disent être les garants et les futures intellectuels du pays je crois vraiment que c’est mieux de fermer l’université de Ouagadougou !!!
    Je n’aimerai pas que ces gens là dans l’avenir enseignement nos enfants...
    Sinon que bravo au président Macron chapeau lui au moins il a défendu sa nation !!!

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 11:49, par lefaso
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Mon frère je ne sais pas si tu es à Ouaga mais je te dis MERCI pour ton raisonnement : ça circule tous les jours pour se revendiquer Sankaristes et ça n’a rien dans le cerveau. Que des petits branleurs qui ne lisent pas et qui n’ont aucun niveau. Mon frere SANKARA ne s’est pas simplement retourner dans sa tombe hein, il s’est poignardé et a pleuré dedans

      Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 14:39, par madjer
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Mon frère yamakazi tu vas me tuer de rire j’ai tellement ris jusqu’à je coule des larme pour ton écris. sincèrement tu as raison. Mon conseil pour que tu puisses oublier cette défaite nationale, il faut tout faire pour voir le kôrô yamyélé qui pourra te remonter le moral. Regarde la pertinence et l’aisance avec laquelle il s’est adressé au président Rock Marc Christian KABORE. Voilà des dignes fils du Faso. Bon ce soir je t’offre une bière bien fraîche accompagnée de brochettes et on discute de foot pour te faire oublier le choc.

      Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 21:07, par Kali
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Effectivement , les choses auraient dues se dérouler autrement , de manière plus structurée , quel amateurisme ! C est une chance de pouvoir converser directement avec le president Macron, avoir la possibilité de passer un message , c est assez nouveau !! ce rendez-vous a été un peu gâché, je crois ! Ce sentiment anti français, nourri par beaucoup , à figé , ce rendez vous qui aurait pu , être, un grand moment pour l image du grand peuple burkinabé, à travers le monde entier . Il n y a qu’ à voir la baisse significative , du tourisme étranger et en particulier français , en visite chez nous et les conséquences dramatiques sur notre économie nationale et tous ceux qui en vivent et souffrent aujourd hui de cet état de fait , les français ne sont pas dupes , ils savent que le racisme à leur encontre est très présent au Burkina présentement ! Il faudrait peu être mettre un peu d eau dans notre vin !

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 10:58, par Aemed
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Quand donc comprendrons nous que nous sommes seuls responsables de nos actes en ce qui concerne notre développement ?
    Nous ne pouvions pas nous ancrer seul sur le passé oubliant de batir un futur meilleur.
    Pourquoi continuer de faire le ridicul à chaque fois ?
    Il est temps que la Jeunesse comprenne cela.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 11:00, par Aemed
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Quand donc comprendrons nous que nous sommes seuls responsables de nos actes en ce qui concerne notre développement ?
    Nous ne pouvions pas nous ancrer seul sur le passé oubliant de batir un futur meilleur.
    Pourquoi continuer de faire le ridicul à chaque fois ?
    Il est temps que la Jeunesse comprenne cela.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 11:01, par KOUTOU
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Il faut que nous soyons de vrais Hommes intègres.
    Il aurait fallu quelqu’un qui se fasse bête pour être choisi aussi pour assister dans la salle, se faire très bête aussi pour que l’on le laisse serrer la main de macron. A ce moment, il redevient INTEGRE et GIFLE macron.
    Ce n’est pas pour gifler seulement, c’est pour que tous sans exception se rendent compte que si ils continuent à brimer nos peuples, on peut les frapper. Il viennent piller notre continent, Ils laissent les ’’multinationales’’ travaillant pour enrichir l’occident venir nous piller ; donc c’est pour leurs compte. Ainsi eux aussi ont une part de responsabilité dans les pillages du continent, doc doivent avoir droit de regard dans beaucoup de contrats.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 11:13, par kabalmo
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Il ne faut pas encourager les combats de rue. On le fait par contrainte. Un jeune président vient au Faso et il prétend s’entretenir avec la jeunesse. Avant de l’écouter les gens sont hostiles avec des propos d’une autre époque. En Afrique on dit que quant quelqu’un t’appelle pour parler, c’est au retour que tu peux l’insulter. Le combat de la jeunesse estudiantine doit être pour les bonnes conditions d’études avec beaucoup de bourses, de salles de classe, de bibliothèques, de connexions haut débit, etc. Les débat sur le franc CFA, l’impérialiste, la colonisation, le patriotisme, le civisme le justice, le PNDES, etc. doivent se tenir ici au Faso. Macron n’a rien à voir avec ces réalités qui nous concernent d’abord. Comme SANKARA l’a dit, Ne cherchez pas l’impérialisme plus loin , c’est dans vos plats ce que vous mangez , ce que vous portez, ce que vous pensez. Osons inventer l’avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 11:14, par Karissa
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Oh rage, oh désespoir, oh inculte jeunesse !
    A ainsi nous humilier à cette grand-messe !
    Pourtant bien célébrée par un grand Maître
    Hélas devant un ramassis traître !

    A travers le monde ainsi répandue
    L’image d’un pays mal défendue
    Par une pincée de fainéants
    Abusivement appelés étudiants.

    Reprenez cahiers et stylos,
    Que l’on vous voie au boulot,
    Et non à sécher et brûler.
    Ainsi serez-vous sauvés.

    Quant aux sélectionneurs,
    Dites-nous et sur l’heure,
    Et ce n’est pas une prière,
    Quels furent vos critères.

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 13:39, par Silam
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Toutes mes felicitations, Karissa.
      Si vous etiez etudiant, c’est des gens comme vous qui devriez etre dans l’amphitheatre pour poser des questions a Monsieur Macron.
      Beau poeme, quelle inspiration !
      Avec un systeme bancal, je ne suis pas surpris par ce qui nous a ete servi par nos etudiants. Pour preuve, rappellez vous du dernier recrutement des Assistants des Universites et Attaches de Recherche. Qu’est ce qui s’est passe ?
      On a prefere recrute des mediocres que les meilleurs pour devenir des Enseignants et Chercheurs de nos temples du savoir.
      Je ne suis pas un enseignant, mais il faut appeler un chat, un chat. Tout, je dis bien tout, development ne peut se concevoir en dehors d’un systeme educatif performant. Les mentalites se modelent dans ce systeme.
      Rappelez vous au moment de la Revolution de Thomas Sankara, sur tous les tableaux de toutes les classes, etait ecrit ceci : L’apartheid est un crime contre l’humanite. Croyez vous que c’etait du hasard ? Je dis non.
      La Revolution avait une vision de ce que le citoyen Burkinabe devrait etre, c’est a dire integre, patriote, humaniste, luttant contre l’injustice, etc. La Revolution aussi encourageait l’excellence et exaltait la saine concurrence a travers les "pionniers de la revolution".
      Bref, je vais m’arreter la pour ne pas que certains me taxent de nostalgique de la Revolution d’Aout 1983.
      Actuellement, il n’ya aucune vision et cela sur tous les plans, politiques, economiques et socio-culturels. On se sait meme pas ce que l’on veut que le citoyen Burkinabe soit. On navigue a vue.
      La sortie de l’ex-ministre de la culture en dit quelque chose. Comment peut-on dormir au milieu d’un feu de brousse ?
      Encore bravo, Karissa.

      Burkinabe depuis Washington, DC.

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 11:28, par Dignité
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Le problème des étudiants, c’est le manque d’humilité ! Ils pensent tout connaitre, tout savoir ! Lorsqu’on essaie d’attirer leur attention sur leurs insuffisances, ce sont des injures et des railleries ! Comment peuvent-ils se remettre en cause dans ces conditions ! Cherchez un jour et faites un tour au campus, dans un amphi et observez comment le cours se déroule ! Aucun respect pour l’enseignant qu’ils ont devant eux ! Regardez les conférences de presse des organisations estudiantines, aucun respect vis-à-vis de leurs contradicteurs si ce ne sont en général des injures.
    Je pense que à quelque chose malheur est bon ! Pour peu qu’ils essaient de se remettre en cause et se cultiver et se former.
    Ici moi j’accuse en particulier l’ANEB ! Ils ont mené le mauvais combat. Comment peuvent-ils penser que c’est en empêchant Macron de venir qu’ils chassent l’impérialisme ? Au lieu de se battre pour avoir une plage de temps lors de ce type de situation rares et s’exprimer, mettre en avant ses idées, ils passent le temps à verser dans la violence inutile (verbale comme physique).
    On peut ne pas être d’accord avec une personne ou un système, le combattre mais dans la dignité et le respect mutuel. Les invectives, les injures et autres violences n’apporterons aucune solution, aucun changement !
    Bref, tirons les bonnes leçons de ce rendez-vous inexploité !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 11:37, par J’aime mon pays
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Tout est dit. Merci frere.
    Oh rage, oh désespoir, oh inculte jeunesse !
    A ainsi nous humilier à cette grand-messe !
    Pourtant bien célébrée par un grand Maître
    Hélas devant un ramassis traître !

    A travers le monde ainsi répandue
    L’image d’un pays mal défendue
    Par une pincée de fainéants
    Abusivement appelés étudiants.

    Reprenez cahiers et stylos,
    Que l’on vous voie au boulot,
    Et non à sécher et brûler.
    Ainsi serez-vous sauvés.

    Quant aux sélectionneurs,
    Dites-nous et sur l’heure,
    Et ce n’est pas une prière,
    Quels furent vos critère

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 17:25, par Badégnan
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Toi qui aime ton pays là, il fallait rester objectif. Que dis tu du comportement des militants de l’ANEB ? Ont ils pensé à l’image de notre pays ? Il fallait tout simplement dans de telles circonstances ne pas donner de mot d’ordre ! Libre cours à qui veut participer d’y aller ! Mais on a préféré aller brûler les pneus. Ils auraient dû aller poser des questions qui allaient causer des maux de tête à Macron, là j’allais applaudir ! Au pays, on dit quoi ? On dit : "on ne jette pas sa Patrie avec cailloux". On est pas d’accord avec le MPP, mais le pays n’appartient pas au MPP, quand l’enjeux demande notre patriotisme, il faut y aller sans calcul. Quand les ETALONS jouent, pourquoi il n’y a pas de divergence ? Aujourd’hui, c’est l’image glorieux et tant appréciée de l’UO (UO, ce nom mythique) qui a été écorchée. SANKARA avait des discours anti impérialisme, mais lui, il travaillait, et il était intègre ! Donc allons doucement ! Combien d’entre nous sommes capables d’appliquer rien que la moitié de l’intégrité et du travail de SANKARA. La grande majorité de notre jeunesse c’est Facebook, maquis, boîte de nuit, drogue ......Les bandes de bandits arrêtées, combien de fois , il y a des universitaires ? Notre vrai combat, c’est le travail et la maîtrise de la Science et la Technologie. Je n’ai pas peur des réactions nationalistes, c’est le débat, et c’est ma vision des choses

      Répondre à ce message

    • Le 29 novembre à 17:44, par Gazelle
      En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

      Bravo Monsieur,
      A travers ce magnifique poème tout est dit !
      Une Burkinabè de Genève

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 12:05, par Shalom
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Bonjour,

    Je suis tout aussi effondré que vous après avoir suivi en direct hier cette honte nationale. J’espère seulement que notre Président en tirera toutes les conséquences. Macron n’a pas eu de contradicteurs hier. En réalité, ce sont les militants de l’ANEB qui sont les plus cultivés mais qui malheureusement n’étaient pas dans la salle hier. Leur contradiction nous aurait épargné cette honte nationale !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 13:02, par Pousbila
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Merci Mr Macron d’avoir permis au monde entier le vrai caractère de la majorité de nos étudiants. Cela a "enfin !!!" permis à Rock de subir ce que les braves enseignants de nos universités subissent depuis ces dernières années. L’éducation des enfants ne revient pas aux seuls "mangeurs de craie" ! Arrêtez d’accuser les enseignants svp. Personnellement dans mes classes du CP1 jusqu’en Terminale D notre effectif n’a jamais dépassé 44 élèves dans les années 70-80. Comptez les effectifs actuels et dites moi quelles sont les établissements qui comptent moins de 100 élèves par classe. A l’Universités c’est encore pires !! des effectifs de plus de 3 000 étudiants par "classe" sont récurrents ! N’oubliez pas que nos Universités reçoivent -en plus des bacheliers made in Burkina" des milliers d’autres compatriotes venant de Côte d’Ivoire. Alors arrêtez d’accuser les enseignants !!! C’est faire comme Macron l’a si bien dit : "utiliser des arguments simplistes pour justifier des situations complexes". Au moment où je suis en train d’écrire ces lignes un syndicat d’étudiants vient d’appeler à une grève de 24 h pour demain -après une première grève de 48 h la semaine passée (pour une question de discipline). Alors ajoutez à cela les 48 h de suspension décrétées par les autorités, et tout cela en deux semaines et demandez aux enseignants de rattraper l’année !!! D’autant plus cette situation est fréquente dans nos Universités. Alors pour terminer :
    1- éduquer bien vos enfants avant de nous envoyer !
    2- donner nous les moyens de les former correctement car avec les moyens actuels, nous accomplissons presque des miracles chaque jour !
    3- MERCI Macron ! Rock ne pourra plus dire maintenant qu’il n’est pas courant !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 14:59, par M.S.
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Hum ! Par où faut-il commencer ? Peut-il faut-il souhaiter que chacun de nous ait le courage de se regarder dans la glace, et d’accepter l’image qu’elle nous renvoie. Ce que le miroir nous renvoie comme image, est nous-même et personne d’autre. Mon ami Masta le photographe disait à un Samo qui n’était pas très beau et qui refusait de reconnaître sa propre image ceci : " Mon flère, photo c’est pas magie oh, si su est beau, ça sort beau ; si tu es boubou (singe) ça sort boubou". La qualité de nos élèves/étudiant ou la qualité de notre système éducatif ? Face à un péril national, peut-être conviendrait-il se poser plus de questions pouvant conduire à la remise en cause de soi, que de toujours charger les autres, ou de toujours trouver en eux les causes de ses malheurs. L’échec de nos enfants en général et celui de nos élèves / étudiants en particulier n’est-il pas (ne pourrait-il pas être) la conséquence de notre propre échec ? NOUS PARENTS, NOUS ENSEIGNANT(E)S, NOUS ENCADREURS ... Comme il serait intéressant et instructif pour chacun de nous, en parcourant les quotidiens de la place, des articles de professionnels de la presse (en papier comme en ligne), en écoutant nos hauts responsables sur les chaînes de télévision ou sur les antennes, de prêter une attention particulière à la forme, au-delà du fond. On en lira et on en entendra qui ne soit pas si différent de la performance de nos étudiants face au président Macron à l’UO 1 Pr Joseh Ki-Zerbo le 28 novembre 2017. Le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur notre système éducatif produit récemment (quand bien même il ne contient pas grand-chose de si nouveau), pourrait nous aider à nous rappeler nos différentes responsabilités et susciter des réflexions dans le sens d’amener chacun/e à jouer sa partition pour des résultats à la hauteur des défis mondiaux et de nos ambitions.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 15:38, par TIENFO
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    J ’espère que le président RMCK et son équipe ont bien compris les différents messages dans ces contours. Il faut savoir en tirer les des leçons. Car pour des leçons, les conseillers doivent se mettre rapidement au travail pour la concrétisation du PNDES.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 15:40, par TIENFO
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    J ’espère que le président RMCK et son équipe ont bien compris les différents messages dans des différents acteurs. Il faut savoir en tirer les des leçons. Car pour des leçons, les conseillers ont du pain sur la place. Ils doivent se mettre rapidement au travail pour décortiquer "les discours - questions - réponses". Tout ce qui s’est passé ces deux jours doit êtes capitalisé. Conseiller à vos marque. L’essentiel n’est pas de tomber mais de se relever.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 15:43, par NANA
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    je pense qu’au delà de la platitude comportementale et intellectuelle, que nos étudiants (ANEB surtout) ont étalé c’est nous tous burkinabé qui devons reconnaître que nous sommes devenus médiocres : intellectuellement, juridiquement, professionnellement, sportivement et partout. nous sommes engoncés dans une naïve fierté d’intégrité pendant que les autres pays avancent. Nous sommes devenus minables dans tous et surtout tricheurs. Je pense nous sommes depuis longtemps la honte de l’Afrique. Nous sommes les donneurs de leçon alors que nous ne connaissons plus rien, nous ne valons plus rien. C’est dommage car notre jeunesse nous a montré ce qu’elle sera demain ; minable, tricheur, voyou et menteur. Tous ces gueulards de l’université tous confondus nous ont montré la réalité cruelle de ce qu’ils sont. Il est temps qu’on dissolve l’ANEB car c’est maintenant un concentré de voyous. Celui que vous prenez comme idole a bien accueilli l’impérialiste Mitterand et lui dire sa pensée après. Vous avez préféré faire le voyou, et prétendre que vous êtes meilleurs que ceux qui étaient dans la salle. Vous avez été lamentables et ceux qui vous ont soutenu comme la CGTB et autres associations ont exposé votre nullité à la face du monde

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 15:52, par BONJOUR
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Des idiots qui n’ont rien à faire. Le mot impérialisme n’a aucun sens de nos jours.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 16:23, par Tèga
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Il faut qu’on nomme aussi un maquis PNDS et faire sortir une musique PNDS, vous les jeunes d’aujourd’hui qui se moquent des adultes, voilà votre tour.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 18:02, par Africa
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Nous ne devons pas prendre à la légère la terrible humiliation nationale que nous ont fait subir, sous les yeux de notre Président et devant les caméras du monde entier, une poignée d’étudiants triés sur le volet pour représenter l’élite intellectuelle du Burkina de demain dont on rêve. Hélas, soit ils ont été sélectionnés sur la base des relations ( du mouta mouta) sans égard avec la performance académique et donc le mérite, soit ils n’ont pas pris conscience des enjeux de représentation du pays et surtout le privilège de pouvoir interpeller un dirigeant de ce niveau. Non seulement, ils ont étalé leur manque de culture générale et leur trop faible niveau académique (espérons qu’ils ne sont pas sélectionnés sur la base du mérite académique, donc non représentatifs du niveau de nos étudiants), mais aussi la désinvolture dans la tenue et les comportements.
    Seule Melle Salimata Nah Traoré de l’université Aube Nouvelle de Bobo a rendu au Burkina sa fierté de pouvoir compter sur une génération de relève responsable et courtoise, dégageant du savoir et du savoir-vivre. Félicitation à elle pour avoir sauvé l’honneur du pays et surtout de sa communauté universitaire.
    lorsque le President du Faso s’est retiré momentanément, j’ai interprété le geste comme un dépit de regarder à assourdi, cet étalage de médiocrité de sa jeunesse devant les télévisions du monde. Le President Macron se moquait de lui face aux inepties de ses étudiants. Contrairement à ceux qui croient que cela s’adressait à son homologue burkinabè, c’est bien à nos médiocres étudiants sélectionnés pour la tâche. Et pourtant ils s’éclatent de rires et même applaudissent leurs propres carences ; ils ont achevé de montrer qu’ils n’ont pas une haute idée d’eux-mêmes. Comment peuvent-ils avoir cette haute idée pour le pays ?
    Nous devons sérieusement analyser les causes de cet effondrement du niveau de culture générale de nos étudiants des universités et grandes écoles publiques d’ingénieurs et autres. Car le naufrage intellectuel a été surtout patent de ce côté que chez les deux étudiantes de Aube Nouvelles et Thomas Daquin. Certes, on rejètera tout sur le manque de moyens ; mais, la culture générale et le savoir-être, ne s’enseignement pas à l’université. Ils s’acquièrent par des efforts personnels en lisant, en s’informant ou en participant à des cercles de réflexion. Le mot d’ordre de l’Union Générale des Étudiants Voltaïques (UGEV) de l’époque, affiliée à la FEANF, était le suivant : "Former des cadres techniquement compétents et politiquement conscients". Où en sommes-nous ?
    .

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 20:14, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    Ah le jeune Macron, grosso modo, dans ses elans, il dit ceci aux Africains : "Pardonnez et Oubliez". Nous pourrions pardonner mais jamais oublier. En Mooré on dit que "la sorcière a vite fait d’oublier mais jamais le mère de l’enfant". Et nous n’appluadirons pas les soldats francais : bravo à l’auditoire pour sa clameur d’indignation. Dans tous les cas, le jeune Macron a eu une bonne prestation : la balle est dans notre camp Africain de rester intelligent et non bête pour comprendre à sa juste valeur cette campagne de reconquête de l’Afrique. La France sait qu’elle a beaucoup sinon tout à perdre face aux changements planetaires à venir. Aussi se voit-elle obligé de commencer à jouer un certain franc jeu. C’est à nous de le comprendre au lieu de croire naivement à ce confessionat version ère numerique. Que la France le veuille ou non, Dieu le Salaud a preparé un temps de prosperité pour l’Afrique. Il y a plus grand que Pharaon qui arrive. La France le sait et commence dejà à nous faire la cours. President Macron, nous sommes si meurtris qu’il faudra apprendre à nous consoler et non à baillonner notre aigreur historique avec vos nouvelles predications : notre aigreur est un droit .
    A bas Dieu l’Imbecile et vive l’Universalité d’esprit.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre à 23:41, par BOUDA
    En réponse à : Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » aussi

    SOYONS UN PEU MAGNANIME AVEC NOS ÉTUDIANTS CAR LEUR PRESTATION EST RÉVÉLATRICE DE LA DÉRIVE AVEC LAQUELLE NOUS APPROCHONS SOUVENT NOS PROBLÈMES. EN EFFET JE SUIS Persuadé QUE MÊME SI C’ ÉTÉ DES TRAVAILLEURS DE NOTRE ADMINISTRATION QUI AVAIENT RENCONTRER MACRON ON ALLAIT ENTENDRE DES REVENDICATIONS COMME :L’ÉQUITÉ DANS LA RÉPARTITION DES FONDS COMMUNS, ENTRE AUTRES ET POURQUOI PAS LA SATISFACTION DE PLATEFORMES REVENDICATIVES PARTICULIÈRE .
    NOUS NE SAVONS PLUS RIEN FAIRE D’AUTRE QUE REVENDIQUER. C EST POUR CELA QUE JE DISAIS A UN MONSIEUR QUE LA JEUNESSE ACTUELLE QUI SE REVENDIQUE DE SANKARA NE PEUT MÊME PAS SUPPORTER SANKARA POUR TROIS MOIS. JE ME RAPPELLE QU’AU LENDEMAIN DE SON ASSASSINAT IL S’EN ÉTAIT Trouvé POUR JUBILER RIEN QUE PARCE QUE LE FRONT POPULAIRE AVAIT Augmenté LES SALAIRES. OR SI ON ANALYSE UN PEU LES CHOSES NOUS NE NOUS SOMMES PAS Améliorés MAIS PLUTÔT SOMBRES DANS DES INCLINATIONS CHARNELLES INACCEPTABLES.
    ON DIT EN MOORE QUE : BOANG PAS JOET TA BIG KEOSS Yé.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés