Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

De la part d’un jeune docteur burkinabè depuis la France • mercredi 22 novembre 2017 à 00h24min

Dans la tribune ci-après, un jeune docteur burkinabè mène une critique sur les récents recrutements d’enseignants et de chercheurs au profit des universités et des centres de recherche.

Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

Après trois années d’attente pour postuler au recrutement des assistants et attachés pour le compte du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, une session de recrutement a été enfin ouverte en juin 2017. La dernière date de 2014.

Etant jeune docteur depuis l’extérieur, pouvoir postuler à ce concours, être parmi les admis et contribuer au rayonnement du Burkina Faso à travers la recherche scientifique était vraiment l’accomplissement d’un rêve. Mais voilà !

Je me dois de réagir pour l’histoire face aux graves manquements observés depuis juin 2017.

1. Le communiqué de lancement du concours indique clairement que les admis prendront service le 1er novembre 2017. Et jusqu’à ce jour, aucun communiqué officiel sur l’état de traitement des dossiers. Comment peut-on oser traiter des intellectuels, de jeunes docteurs ainsi, et espérer de ces derniers l’éthique et le travail bien fait ?

2. Depuis l’ouverture du concours en juin, il a fallu attendre mi-octobre pour constater l’affichage du programme de passage pour les entretiens, qui finalement ont consisté à : « quel est votre nom et prénom ? » ; « présentez-vous en 5 mn »… Cela sans réellement aborder les points relatifs à la qualité scientifique du candidat qui est nul doute le plus important. L’entretien donnait l’air que les admis étaient déjà sélectionnés, et qu’il s’agissait tout simplement d’une scène de comédie.

3. De par le passé, chaque institution (CNRST, UO, IDS, …) recrutait ses assistants et attachés de recherche ; il est aisé de remarquer que ces recrutements étaient moins tachés d’irrégularités. D’ailleurs les résultats étaient disponibles avant la date de prise de service. Pourquoi tout centraliser au ministère si vous n’êtes pas prêts à mieux faire ? S’agit-il d’une sorte de grand pont pour mieux « pousser » des camarades et amis ?

4. Un point très particulier du recrutement cette année est la possibilité pour toute personne, même déjà fonctionnaire, de postuler à ce recrutement. Est-ce un concours professionnel ? Non évidemment ! Pourquoi ne pas se focaliser sur les jeunes docteurs sans emploi, si vraisemblablement un des objectifs de ce gouvernement était de promouvoir une jeunesse consciente ? Une liste d’admis non signés, affiché au ministère de l’enseignement supérieur laisse voir qu’il y a plus de fonctionnaires sélectionnés que de jeunes docteurs étant à la recherche d’emploi. Pourquoi ?

5. Pour être assistant d’université ou attaché de recherche, il faut être titulaire d’un doctorat, d’un PhD. Cette condition est également exigée par le CAMES (Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur). Comment se fait-il que des ingénieurs (niveau bac +5) ou des docteurs d’état (niveau bac +6 ou 7) soient autorisés à postuler au concours de niveau PhD (bac + 9) ? Rappelons ici que le doctorat d’état en science de la santé équivaut en réalité à un niveau bac +5, donc ingénieur. Au Burkina Faso, ce diplôme est obtenu après 7 années d’études. En Côte d’Ivoire, 6 ans suffisent pour l’obtenir. Un docteur d’état en santé ne peut être directement recruté comme attaché de recherche ou assistant d’université.

Ce cas d’irrégularité est observé pour le recrutement d’attachés de recherche pour le compte de l’IRSS. Un « bras long » du ministère cherche-t-il à frauder ? Pour preuve, voir la liste affichée au ministère.

Je lance ainsi un appel à nos autorités, et plus particulièrement à ceux du ministère en charge de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique à observer un minimum de considération à l’endroit des jeunes intellectuels qui n’ont qu’un seul rêve : travailler et contribuer au rayonnement du Burkina Faso, à travers la recherche scientifique et l’enseignement supérieur de qualité.

J’ai également été désagréablement surpris de constater que cette situation n’a fait l’objet d’attention d’aucun organe de presse, ni de structure de la société civile. Il faudrait que cette situation change.

La modeste proposition que je fais, c’est de confier tout simplement aux différentes structures bénéficiaires, comme c’était ainsi de par le passé, le processus de recrutement dans l’enseignement supérieur et dans la recherche scientifique. L’expérience de cette année porte à croire que les structures du ministère sont incapables d’assurer dans le respect cette tâche, contrairement aux universités et centres de recherche qui faisaient mieux.

Si cette situation demeure, il ne faudrait pas être surpris de constater que face à ces types d’injustice subis, de jeunes enseignants et chercheurs quittent les amphis et salles de laboratoire pour faire de la politique.

Au regard de tous les points soulevés, il est aisé de sentir une forte odeur de corruption qui ne dit pas son nom, dans ce processus de recrutement.
Jusqu’à ce jour, on ignore quand les résultats définitifs sortiront. On ignore également quand les admis seront appelés à prendre effectivement service, chose qui était prévue pour le 1er novembre passé. Ce qui implique aucun sérieux de la part du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans ce processus de recrutement.

De la part d’un jeune docteur burkinabè depuis la France,
Paris, le 18 novembre 2017

Vos commentaires

  • Le 21 novembre 2017 à 17:08, par etudiant En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    la procédure de recrutement ne permettait pas vraiment aux expatriés de postuler, et pourtant certaines spécialistes recherchés ne se trouvent pas au pays. ça pue le mouta mouta

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 17:10, par Mino En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Hé mon frère ;
    C’est comme ça on souffre ici au Faso ho !
    Bon courage

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 17:18, par - En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    " Comment se fait-il que des ingénieurs (niveau bac +5) ou des docteurs d’état (niveau bac +6 ou 7) soient autorisés à postuler au concours de niveau PhD (bac + 9) ? Rappelons ici que le doctorat d’état en science de la santé équivaut en réalité à un niveau bac +5, donc ingénieur. Au Burkina Faso, ce diplôme est obtenu après 7 années d’études. En Côte d’Ivoire, 6 ans suffisent pour l’obtenir. Un docteur d’état en santé ne peut être directement recruté comme attaché de recherche ou assistant d’université."

    Le fond de votre tribune est peut-être justifié mais vous faites, me semble-t-il, une petite confusion entre le Doctorat de 3è cycle et le Doctorat d’Etat.
    Merci de rectifier.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 18:14, par Koutou En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Mon cher frère. Je comprends votre déception mais je dois vous dire que vous avez justement tout faux en suggérant de "confier tout simplement aux différentes structures bénéficiaires, comme c’était ainsi de par le passé, le processus de recrutement dans l’enseignement supérieur et dans la recherche scientifique". C’était justement la porte ouverte aux placements des amis et parents. Avec cette nouvelle procédure vous ne savez même pas qui instruit votre dossier. Or dans le passé, c’est des comités internes qui se réunissaient et qui transmettaient un PV de sélection que l’Université valide tout simplement. Il suffisait que vous ayez des appuis dans ces comités internes. De plus, le fait de permettre à tout le monde de postuler renforce la concurrence et permet de ne retenir que les meilleurs. Je suis sûr que le MESRI va vous répondre. Bon courage.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 18:15, par un citoyen En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Bonsoir « jeune docteur burkinabè depuis la France »,

    Il faut savoir - et je ne suis pas fier de le dire, personne ne devrait être fier de cette situation - que le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche est devenu un fond de commerce ! Aujourd’hui, les gens deviennent chercheur ou enseignant-chercheur pour avoir un gros salaire à la fin de chaque mois et profiter des autres avantages. Les "chercheurs" au Burkina ne font de la recherche que de nom. Les "enseignant-chercheur" ne cherchent rien du tout - ou du moins, ils cherchent à publier des articles ’alimentaires’ pour avancer en grade et augmenter ainsi leur salaire - et passent leur temps à dégrader la qualité de l’éducation supérieure (ils bâclent les cours théoriques, ne varient pas les exercices de travaux-dirigés, les devoirs sont devenus des QCM pour pouvoir corriger très rapidement et se faire de l’argent aussi dans les corrections).

    Compatriote, le monde supérieur au Faso est devenu un vrai fond de commerce ! Ce n’est donc pas une surprise si les recrutements se font dans la magouille ! Les enseignants vivent sur le dos des pauvres étudiants et n’ont que faire de ces derniers. Qui aurait pu croire que la pauvreté profite à certaines personnes dans ce petit pays qu’on appelle Burkina Faso ?

    Si nous ne rectifions pas le tir dès à présent, « ça va arriver à l’argent de tout un chacun » !

    Répondre à ce message

    • Le 21 novembre 2017 à 23:20, par Savadogo En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      Pour ce qui est de la production des chercheurs, je pense que tu fais erreur ; nos chercheurs produisent bien. Ce que nous déplorons ces derniers temps surtout dans la recherche en santé c’est plutôt ces vautours nouveaux colons de la recherche venus de la nébuleuse franco-québécoise. Ils sont là pour exploiter la situation avec peu de souhait de développement pour les chercheurs nationaux. Cela est fait avec la complicité de structures de la coopération bilatérale et multilatérale comme la coopération Luxembourgeoise, Française, et de l’OMS. Parfois il faut des blancs pour venir faire ce que nous faisons mieux. Ils viennent inventer des résultats qui relèvent parfois plus de la fabrication que de la recherche ou ils exploitent sans honte pour leur production le travail fait par des chercheurs locaux rétribués maigrement.

      Répondre à ce message

    • Le 21 novembre 2017 à 23:44, par safes En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      J’ai fait mon doctorat au Canada et même des examens de statistiques sont faits en QCM par les meilleurs professeurs. Alors ne parle pas trop de méthode. Ce qui est plutôt déplorable dans notre Université est que des notes de misère sont servies aux étudiants sans aucune raison. Je dois avouer que je ne sais pas trop ce qu’il en est de nos jours mais quand j’étais étudiant c’était le cas.

      Répondre à ce message

      • Le 22 novembre 2017 à 08:27, par Sage En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

        Cher ami, je suis chercheur et je te comprend parfaitement dans ton analyse. Le problème au Burkina Faso, c’est que certaines priorités de la recherche telles que la production de semences de bonne qualité, le développement des variétés résistantes ou productives, la culture in vitro ne sont pas financées par l’Etat burkinabè. Ces axes de recherche devraient contribués considérablement à la sécurité alimentaire.

        Malheureusement, les chercheurs sont obligés de s’orienter vers les autres financements (FAO, IRD, BM, ) venant d’ailleurs qui ne sont pas le plus souvent centrés vers les priorités de recherche. ces expatriés viennent piller nos matières premières pour aller faire des thèses chez eux et devenir des spécialistes du Burkina Faso comme vous entendez souvent dans certaines télévisions (TV5, France 24, et autres).

        Je pense qu’il faut un sursaut patriotique et une volonté manifeste accompagné d’un esprit sacrifice et d’intégrité de tous acteurs pour une université dynamique et une recherche au service de la nation.

        Répondre à ce message

    • Le 22 novembre 2017 à 13:40, par Retraite En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      Vois avez vu tout juste. L’excellence n’est plus un critère de distinction mais un handicap. Dans ce pays il faut avoir le pognon et connaitre des gens et toutes les portes s’ouvrent !! C’est triste !!

      Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 19:02, par V En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Votre écrit est empreint de condescendance et de contrevérités.
    1. Si vous n’êtes pas jaloux, vous ne pouvez pas dire que le Doctorat d’État correspond à un Master. Je vous renvoie à lire sur Google, les différents types de doctorats, j’aurai été d’accord avec vous si disiez que ce n’est pas un Doctorat de recherche, mais plutôt, un doctorat professionnel. Ne confondez pas les choses.
    2. Le PhD correspond à un Bac+8 non à un Bac+9. À moins d’avoir eu une année sup.
    Aussi, j’estime que les fonctionnaires devraient aussi avoir les mêmes chances de virer à la Recherche et à l’enseignement pour enseigner et leurs connaissances théoriques et leurs expériences dans la pratique. C’est d’ailleurs comme cela en France où vous êtes. Dans tous les cas, on recrutera les meilleurs pour avoir une éducation et une recherche de qualité.
    En plus, vous n’avez pas eu le courage de signer votre note, c’est de la lâcheté. Quand on ne s’assume pas, on se tait ! Fasonet devrait éviter de publier des écrits anonymes.
    Sans passion, je dirai que ceux qui ont étudié à l’extérieur se croient toujours meilleurs à ceux qui sont restés et pensent qu’on devrait leur dérouler le tapis rouge quand ils rentrent (très souvent parce qu’ils n’ont pas eu mieux). Encore le complexe d’infériorité !
    Ceci étant dit, je suis d’accord avec vous qu’il y a eu un manque de sérieux dans l’organisation de ce recrutement. Et il semble, que les admis sont connus d’avance, ceux sont les poulains des patrons. C’est vraiment triste toutes ces parodies à la Burkinabè.
    Cordialement

    Répondre à ce message

    • Le 21 novembre 2017 à 21:14, par Ok En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      Et où est votre courage Mr (nom) ?

      Pour quelqu’un qui denonce une injustice au plus haut niveau, c’est un Dr !!!, il n’est pas fou pour se devoiler.

      En plus, votre raisonnement suggere qu’il est preferable de consulter un vieux infirmier à la place d’un jeune médecin spécialiste. Savez vous les nouvelles techniques qui se developpent chaque 3 mois dans le domaine de la recherche ?
      Il est tout à fait inefficient et injuste de ne pas recruter les jeunes. Vous faites quoi du forum de la jeunesse ?

      1) l’esperance de vie au BF ? As ton besion de relève au BF ?
      2) Sans le PhD, ils seront tôt où tard bloqués au niveau du CAMES
      3) Combien entameront un programme de PhD à 40 ans ?
      4) Ils ont preferé chercher l’argent dans un autre domaine (Et maintenant, une toute nouvelle vocation naît ?)
      5) Ils seront forcement redevable à un collegue de la même fonction publique

      Répondre à ce message

      • Le 22 novembre 2017 à 12:33, par GET En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

        Bonjour,
        moi je pense que nous faisons fausse route en parlant de niveau d’étude. le parcours (concours du CAMES) au niveau de l’enseignement supérieur est connu et il faut pour ce parcours travailler et travailler dur.
        Les postes vacants dans nos universités sont nombreux et comment ces universités font pour faire face à ce déficit. Elles recrutent des vacataires qui assurent souvent des cours magistraux, des TD ET TP avec les niveaux qui sont les leurs et sont rémunérés comme tels.
        Ces docteurs qui pensent qu’ils peuvent intégrer l’enseignement supérieur doivent commencer par se souvenir qu’ils doivent aimer leur pays, sa population (surtout sa jeunesse) et faire preuve d’humilité afin d’apporter leur contribution à l’essor du pays. Pendant longtemps, ici au Faso, on a rechercher (je pense que l’on recherche encore) des fils et filles pour assurer des cours, TD et TP mais la difficulté a toujours été la rémunération. Combien de nos compatriotes sont restés à l’extérieur (partis avec des bourses du pays) après le doctorat, juste parce qu’ils ne veulent pas rentrer enseigner et gagner des miettes ? Alors je pense qu’il faut relativiser cette situation et faire des propositions pour améliorer la situation en contribuant au rayonnement de l’enseignement supérieur du FASO.

        Répondre à ce message

    • Le 22 novembre 2017 à 13:53, par TK En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      V, faites attention vous aussi a ne pas ecrire des contre verities. Le PhD ne correspond pas forcement a un Bac + 8. cela depend de vore programme et du pays dans lequel vous le fait. Vous avez des programmes de PhDqui requierent 6 ans. Alors que vous y entrez avec le Master qui correspond a un bac + 5 minimum. Faites le calcul = Bac plus 11.
      Ne generalisz surtout pas !

      Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 19:05, par Lol En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Tout à fait d’accord avec vous. Le ministère en complicité avec les autorités universitaires de Ouaga 1 et ouaga 2 ont out simplement voulu dealer et se faire des sous.

    1) Sinon, comment comprendre que le traitement des dossiers de recrutement quitte cette année les départements et UFR pour aller à la DRH du ministère dont les agents ne connaissent absolument rien dans le traitement de dossier de recrutement d’assistants et loin de là non qualifiés pour cela.

    2) Comment comprendre qu’une commission sont nommée par décret du ministre et comprend : le ministre, son SG et son staff technique, les autorités universitaires et les copains et amis de rang A. Cette commission est grassement payée par les fonds du PNADES (Programme National de Développement de l’Enseignement Supérieur).

    Alors que l’instruction (traitement des dossiers de candidature) qui était faite par les départements et UFR était gratuite.

    3) Pourquoi, coopté des copains pour le recrutement d’assistants aux profits d’IES pour lesquels ils ne connaissent les besoins, ni les profils.

    Honte au ministère, car c’est tout simplement ridicule. Rien que des stratagies pour se faire des sous et dealer pour recruter leurs protégés.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 19:27, par Brava En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Bravo et merci d’avoir pris ta plume pour dire haut ce qui se dit en coulisses. Merci de porter sur la place publique la question des recrutements aux sein des universités publiques.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 19:39, par Triste En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Vous comprendrai le manque de volonté pour faire avancer le pays mais pour des intérêts personnels. Triste

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 19:43, par Vérité En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Merci mon frère pour cet écrit. J’espère qu’une enquête sera ouverte pour situer les responsabilités. C’est vraiment décevant ce qui se passe. Il ressort que les résultats publiés dans certaines spécialités ne sont pas ceux transmis par le jury. J’espère que les différents présidents de Jury auront l’abnégation de réclamer au ministre la publication des vrais résultats.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 19:46, par Lui En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    "Pour être assistant d’université ou attaché de recherche, il faut être titulaire d’un doctorat, d’un PhD. Cette condition est également exigée par le CAMES (Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur). Comment se fait-il que des ingénieurs (niveau bac +5) .... soient autorisés à postuler au concours de niveau PhD (bac + 9) ?"

    Mon ami, il faut d’abord comparer ce qui est comparable ! En prenant comme référence le système français sur lequel est calqué le système burkinabè le cycle d’Ingénieur est un cycle particulier qui n’a rien avoir avec les autres cycles.
    En France, devenir "un vrai" Ingénieur après le BAC est beaucoup plus compliqué que devenir Docteur dans toutes les autres disciplines (mathématiques, physique, chimie, biologie, histoire, lettres modernes, sociologie, ....) pour lequel on va juste s’inscrire dans les facultés de l’université et on évolue. On ne forme pas des Ingénieurs en fac dans les universités mais plutôt dans des écoles ou instituts spéciaux avec un autre esprit avec une entrée très sélective ; et là-bas on n’y rentre parce qu’on veut faire des études !

    En plus ce ne sont pas le nombre d’années d’études passées qui importent mais plutôt ce qui a été fait pendant ces années et ce qu’on peut faire après ces années. C’est pour cela que dans le système anglo-saxon avec le vrai système LMD, des étudiants peuvent passer des nombres différents d’années (4 , 5, 6, 7 , 8 ,9) pour avoir le même diplôme ! Vous l’avez vous même dit en comparant le docteur en médecine au Burkina et en cote d’ivoire !

    La plupart des Ingénieurs qui poursuivent les études dans les universités après l’ingéniorat pour obtenir un doctorat sont des gens qui ont échoué dans la vie professionnelle. Les bons ingénieurs intègrent directement l’industrie ou les centres de recherche après leur ingéniorat où les talents intellectuels sont recherchés !

    En plus que voulez-vous trouver de concret et utile dans un centre de recherches techniques sans Ingénieurs comme attachés de recherche ? Une chose est d’écrire une équation différentielle kilométrique pour embrouiller les gens, une autre chose (la plus dure) est de réaliser pratiquement et concrètement l’équation différentielle pour que ça soit utile pour les gens. Ce ne sont pas les équations théoriques qui développent un pays mais plutôt leurs réalisations pratiques !

    D’ailleurs aujourd’hui on a suffisamment d’équations et de concepts théoriques qui ont été trouvés ou développés mais qui ne sont pas encore exploitées. Ce qui est important de nos jours c’est l’application de ses équations et concepts théoriques surtout pour les pays pauvres comme le Burkina.
    Donc en français facile, on a plus besoin d’ingénieurs que de docteurs (BAC+100) comme attachés de recherche dans les centres de recherche surtout dans les pays sous-développés On veut du concret !

    Répondre à ce message

    • Le 21 novembre 2017 à 21:31, par Eh ! En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      M. Lui

      Vous êtes restés au bas niveau en faisant des comparaisons stériles. C’est visiblement de l’ignorance.

      Vous avez besoin d’une culture par la lecture.

      Juste vous informez que ce sont les docteurs et les maîtres de recherche qui forment les ingénieurs, donc vous ne gagnez rien à les isoler et les opposer.

      Répondre à ce message

    • Le 21 novembre 2017 à 23:57, par Layilaa En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      Un diplomé Bac+X veut dire qu’il faut au minimum X années pour l’obtenir. Ok ! Autrement tu peux faire 100 ans mais le diplôme restera Bac+X.
      Votre pensée est désolante car vous n’avez pas la notion de progrès et de development.

      Juste une question, quand les "meilleurs" seront dans l’industrie (où au BF) ou dans les centres de recherche (BF ?), qui va enseigner vos enfants dans les universités pour qu’ils puissent devenir ingenieurs plus tard ? À moins que vous ne les retirez de l’école soi-disant que c’est suffisant pour être"pratique" dans la vie.

      Répondre à ce message

    • Le 22 novembre 2017 à 06:39, par Han ? En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      M. Lui, si tu avais entamé de faire le doctorat tu aurais pu éviter de venir étaler tes inepties sur la toile. 1) quelqu’un qui a un Dea, Dess, Master qui travaille dans les centres de recherche comme CNRST, INERA, on les appelle ingénieur de recherche. ce n’est pas seulement les étudiants au 2ie qu’on appelle ingénieur. Ta monnaie est restée à l’école, il faut aller récupérer.
      2) Donc vous êtes mieux formés que vos enseignants docteurs ? ah ! là ! nous sommes foutus. Si l’élève est mieux que l’enseignant, il faut fermer cette école, parce que l’aveugle ne peut pas montrer la route au borgne, il y a un problème.
      3)Revenant à l’écrit de l’auteur, ce que vous dénoncer je ne vois pas le problème que vous soulevez. Peut être c’est ce qui justifie que votre dossier n’a pas été retenu. Si tu es convaincu que votre dossier vaut mieux que les autres candidats alors dépose une plainte.

      Répondre à ce message

    • Le 22 novembre 2017 à 09:35, par Hussein En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      Lui, tout ce que vous dites est vrai et réflète la réalité. Mais c’est du temps perdu, ces gens ne vous comprennent pas parce qu’ils sont ignorants. Veuillez bien les pardonner car ils manquent vraiment des références solides. L’auteur de l’article nous parle d’un jeune docteur mais ne nous dit pas dans quoi il est docteur. Qu’il regarde là où il a été formé, s’il était vraiment bon on l’aurait pris là-bas n’est-ce pas, car il y’a un vaste champ d’activité pour ceux qui sont vraiment bons et utiles. A vos marques- prêts ? - partez ! Faire un n’importe quoi en France dans des programmes adaptés aux besoins des africain et croire que si vous rentrer ceux qui sont au pays vont vous dérouler le tapis rouge est une grave Illusion.

      Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 19:49, par Sansissue En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Et oui triste réalité, la corruption gangrène notre systeme pour ma part je connais une dame qui n’a jamais enseigné de sa vie avec un master qui a ete recrute et qui a même celebrer son recrutement bien avant les résultats. Ainsi va le BF, Mr vous avez raison mais.......

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 20:02, par Wennasongsida AMEEN En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Courage mon docteur. C’est parce que tu n’est pas admis que tu parles au hasard ! C’était une compétition et les meilleurs ont été retenus. Tu pensais être le meilleur parce que tu as soutenu en France ? Erreur !! La qualité dont tu parles, ça été apprécié a travers le dossier que tu as donné. Tes publications, ta thèse et autres documents. je pense que les questions visaient a voir comment toi, futur enseignant chercheur, t’exprimes. Tu sais, avant, il n y avait pas autant de docteurs et donc la place était presque garantie pour celui qui arrive à soutenir sa thèse. Mais maintenant, ce n’est plus cas et il faut être parmi les meilleurs ! Et malheureusement, ne crois pas qu’il suffit de faire une thèse en Europe pour être le meilleur !
    Bonne chance, la prochaine fois !

    Répondre à ce message

    • Le 21 novembre 2017 à 23:28, par Aabaa En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      A t il evoqué le fait qu’il ait obtenu son diplome en Europe, contrairement aux autres ? Trop triste.

      Honnêtement, combien de diplomé niveau PhD cherchent à revenir au pays et surtout pour travailler dans la fonction publique ?

      Je comprends que c’est une opportunuité pour certaines personnes de penser qu’ils sont mieux qu’un docteur qui vit en France. N’oubliez pas que dans les autres pays l’education des enfants, la santé et la sécurité sont quasiment assurées pour tous. C’est un sacrifice que de vouloir retourner dans un pays où tout peut arriver.

      Répondre à ce message

      • Le 22 novembre 2017 à 10:20, par Millogo En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

        Effectivement partir de Paris pour aller enseigner à Koudougou, Dédougou ou même Ouagadougou surtout quand on a un enfant et qu’on ne veut pas être une maman ou un papa toujours de passage , c’est pas facile. Mais sans mentir, moi j’aime dix fois Ouagadougou et Bobo à Paris. Parce que mes souvenirs des odeurs de riz de mes Tabaski et mes bringues de Noël d’enfant et d’étudiant, c’est là-bas. Enseigner à Genève, à Paris, à Lyon, à Montréal ou à Bruxelles ne me donne aucune joie. C’est pour payer des factures et la retraite de vieux d’ici qui ne t’aimeront jamais. Que ceux qui ont été retenus le savourent bien et qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes pour améliorer l’enseignement dans notre pays. Le Ministère doit aussi faire sa part pour ne pas laisser trainer des soupçons de favoritisme. Cependant, ce n’est pas le diplôme qui fait l’enseignant ; c’est plus la méthode et il faut améliorer à ce niveau et éviter d’avoir des étudiants assis en classe tout le temps. Certains médecins ne voient de malades ni de services de santé que vers la fin de leur formation. finalement, ils finissent leur formation de 7 ans et soignent 3 à 5 ans et c’est fini, ils sont dans l’administration, les ONG, la recherche, l’enseignement, la politique et c’est fini. Pendant que dans nos formations sanitaires on manque de médecins.

        Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 20:03, par Dougoutigui En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Mon ami, le doctorat est toujours Bac+7, ton histoire de PhD (Bac+9) ne tiens pas la route. Ph.D est terme anglo saxon (venant du latin) pour dire Doctorat, donc ne nous embrouille pas. Je comprends pourquoi tu n’est pas admis la. Tu te crois plus intelligent aux autres. ceux qui viennent de l’extérieur sont toujours comme ça (se faisant les connaisseurs et pourtant les locaux aussi sont très bon.
    Maintenant venir traiter nos medecins d’ingénieur, c’est du n’importe quoi. En France, les medecins font Bac + 9, ton fameux Ph.D parce qu’ils sortent directement spécialisés dans un domaine précis, ce qui n’est pas le cas chez nous, tout le monde sort généraliste avant de faire une spécialisation. Prochainement ne joue pas trop au connaisseur et tu seras retenu. Sinon retourne travailler ou tu as fait ton doctorat, pardon ton Ph.D. Si eux ne t’ont pas pris, c,est pas la faute à mes frères du pays.

    Répondre à ce message

    • Le 21 novembre 2017 à 21:17, par Noogwaya En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      Mon cher Dougoutigui,

      C’est toi qui est ignorant. Ph.D a un equivalent dans le système français et ça s’appelle Doctorat d’Etat où on doit faire de la recherche pendant 3 à 5 ans, publier des articles, avant de soutenir une these pour l’avoir. Le doctorat de médecine est un simple diplome de fin d’études equivalent à un diplome d’ingénieur. Tous les métiers sont nobles et personnellement, je pense que n’importe qui a a démontré ses capacités de recherche par des publications peut être recruté comme professeur. En revanche, pour ceux sans expérience, médecin, ingénieur c’est différent de Doctorat d’Etat. Ils n’ont simplement pas vécu une expérience de recherche qui leur permette de devenir chercheurs. Quant à l’aigreur contre ceux qui ont fait l’extérieur, c’est ridicule. Tous ceux qui sont aller à l’extérieur ne sont pas bons, mais la plupart des bons sont aller à l’extérieur. Pour que le pays avance, il faut recruter les meilleurs au lieu des gens parce qu’is sont restés au pays et connaissent des gens. Pourquoi aux Etalons on n’aligne pas des joueurs du quartier sous prétexte que c’est eux qui sont restés au pays ?

      Répondre à ce message

    • Le 21 novembre 2017 à 21:29, par Ok En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      Çà fait pitié. Ta critique se trouve dans ton texte. Bien sûr, qu’il parle des médecins du Burkina. Ce n’est pas parce qu’on est médecin qu’on a un niveau PhD ! Pour ta gouverne, on peut devenir medecin en 5 au USA au lieu de 8 au BF ou 9 en France. C’est même médecins làa ! Mais le niveau est DIFFERANT.

      Trop d’aigueur, je suis médecin mais je reconnait la pertinence de l’écrit.

      Il a bien dit qu’il est en France et qu’il a attendu !!3 ans !! pour postuler donc s’il voulait un emploi de misère et de paresse (comme le tien) serait rentré depuis longtemps.

      Apprenons à nous respecter pour que les autres nations ou races en fassent autant

      Répondre à ce message

      • Le 22 novembre 2017 à 03:18, par Diugoutigui En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

        Ok, d’il Te plaît arrête d’etaler Ton ignorance ici. Médecin en 05 ans aux USA ? Dans quelle université ? Ne ment pas ici. C’est impossible eiu si tu veux, aux USA avant d’entrer en fac de médecine, ça prend un bachelier d’bord, donc 03 ans de déjà consommer. Bref. Pour le reste, si le Docteur était si bon qu’en ça il se sera trouver un job en France ou ca ne manque pas pour ceux qui sont bon. Cultive toi juste un peu, sinon concerne tes 500F de mega pour autres choses.

        Répondre à ce message

        • Le 22 novembre 2017 à 12:37, par Ok En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

          Lol.

          Donc tu penses qu’il a pris l’avion aller-retour, venir prendre part au coucours parcequ’il crève la faim en France quoi ? Ou parcequ’il est chômeur ? Au moins dans ta reponse, tu reconnais que, ne vit pas en Europe qui veut mais qui peut !

          Je ne suis pas le seul à relever ton aigueur, ce qui en dit long. Bref. Si ton enfant a la chance d’atteindre son niveau, tu comprendras. On n’est pas tous guidé par la recherche de l’argent et des deals dans la fonction publique tu sais. Peut être que le jeune veut juste enseigner dans son pays et être proche de sa famille.

          Pour les 500 fcfa d’internet,… çà fait des années que jai le wifi gratuit partout en ville et chez moi sans parler de la couverture sanitaire universelle. Aah oui, c’est pas le BF. Quand un pays a de la vision, il n’exclut personne et surtout pas ses propres enfants ! S’il le fait ses enfants seront durement traitées à l’exterieur (esclavagiser vu que c’est à la mode lol ou pire execution sans procès).

          Bonne chance ami (e) et très certainement compatriote burkinabè.

          Battons nous uniquement pour que TOUS les enfants du BF puissent lever fièrement la tête partout dans le monde !

          Répondre à ce message

      • Le 22 novembre 2017 à 07:34, par Yaa maam En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

        Merci pour votre écrit. Je réagis pour donner ma contribution. Le système de formation universitaire burkinabe est calqué jadis sur celui français. Avec le baccalauréat burkinabe on peut s’inscrire à l’université en France. Pour ce qui me pousse à écrire c’est cette attitude que l’auteur de l’article a eu. Le peu que j’ai lu a suscité une réflexion. Je sais que le cursus de formation de médecins (titulaire de doctorat d’Etat en médecine ) au Burkina est structuré en trois cycles :
        - PCEM1 et PCEM2 : première et deuxième année du Premier Cycle d’Etudes Médicales= 2 années à valider . Enseignements théorique et pratique à partir de la deuxième année

        - DCEM 1,2,3,4 : Deuxième Cycle d’Etudes Médicales (première, deuxième, troisième, quatrième année du Deuxième Cycle d’Etudes Médicales )= 4 ans à valider. Enseignements théorique et pratique.
        - TCEM = Troisième Cycle d’Etudes Médicales = stage interné = enseignement pratique et recherche pour la dite thèse qu’on doit soutenir après la validation des sessions cliniques. Jusqu ’en 2000 c’était le premier contact médical dans les services d’urgence des hôpitaux universitaires (Yalgado et Sanon Sourou ).
        Soutenance de Thèse qu’on prépare entre temps avec un directeur de thèse de rangA .
        NB : La préparation de la thèse qui est un document de recherche prend le temps que ça prend (disponibilité surtout des maitres)
        Au total il faut 7 ans (c’est ce qui est compté ). Naturellement dans certaines facultés de médecine la thèse n’est pas obligatoire.
        De ce cursus on est prêt pour l’emploi.
        Juste pour éclairer ne sera ce que partiellement le forum.

        Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 20:05, par Rationalité limitée En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    C’est vrai que le recrutement organisé par le ministère peut être qualifié de GRAND N’IMPORTE QUOI. Néanmoins, les points 4 et 5 ne sont pas des arguments solides.
    Pour le point 4. même dans l’encienne méthode de recrutement les fonctionnaires étaient autorisés à postuler. Et il est faux d’affirmer que la majorité des recrues sont des fonctionnaires (ex : pour le cas des économistes il n’y a à a ma connaissance aucun fonctionnaire).
    Pour le point 5, les diplômés que tu cites n’ont pas postulé pour le poste d’assistant mais pour celui d’ingénieur de recherche. On a pas besoin de thèse pour ces postes.
    Mais dans tous les cas, c’était du copinage. Le ministre et ses amis ont recruté leurs potes , leurs frères et soeurs et pie, leurs maîtresses.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 20:42, par Le Citoyen En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    M. le jeune docteur de Paris.

    Je suis d’accord avec vous pour votre point 3. Le point 4 est aussi discutable. Cependant, le point 5. vous n’êtes pas du tout convaincant. Qu’est ce que tu proposes à ce niveau ? Vous ne pouvez pas généraliser pour les comparer aux autres domaines avec ceux doctorat d’état en science de la santé. Pourquoi ? Les fonctions sont différentes. Je crois que les recrutements se font en fonctions des besoins du moment et vous l’avez complètement ignorer et vous trouvez que ce sont des irrégularités ? Non.

    C’est parce que notre pays est désorganisé sinon l’État doit obligatoirement former en tenant compte de ces besoins et je ne dis pas que le pays n’a pas besoin de vous (il n’y a rien de personnel). Est ce qu’en recrutant une autre discipline de niveau bac+5 autre que les bac+7 de doctorat d’État que vous semblez minimiser, l’État résout-il ses problèmes ?

    Sinon, vous avez raison par rapport à la lenteur administrative et le mode de recrutement qui ne prennent pas en compte la qualité scientifique des jeunes chercheurs. Cette situation n’est pas aussi sorcier, il suffit pour s’en convaincre de consulter la loi de Parkinson concernant l’administration publique. Cette loi stipule que "le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement" et la lenteur ou la rapidité administrative "est inversement proportionnelle à la somme allouée pour effectuer la tache". Selon à Parkinson cela est dû à deux forces :
    1. "un fonctionnaire entend multiplier ses subordonnées, pas ses rivaux" sans augmenter de rendement
    2."les fonctionnaires se créent mutuellement du travail."

    Le drame pour notre pays, cette situation est exacerbée dans un contexte d’impunité, de corruption et d’injustice.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 21:03, par Noogwaya En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Maintenant il y a entretien au moins. Avant il n’y en avait même pas, on peut en théorie recruter quelqu’un et se rendre compte qu’il est muet le jour de sa prise de service. En pratique, ils connaissent déjà les personnes qu’ils recrutent. Les postes mêmes sont taillés sur mesure en exigeant des spécialités qui ne correspondent pas aux besoins mais plutôt celles de leurs poulains. Contrairement à l’auteur, je ne crois pas que les universités sont moins corrompues. Le ministère peut veiller au grain tout en impliquant les universités au moins dans les entrevues. Seuls les professeurs peuvent évaluer les candidats. Si pour chaque poste, on réunit un comité de professeurs avec chacun une fiche de notation, on reduira la corruption.

    Avant, quand on depose un dossier, on ne reçoit même pas une attestation de dépôt. On n’affiche pas la liste des candidats. De la secrétaire jusqu’au ministère, n’importe qui peut égarer le dossier d’un candidat sans la moindre imputabilite.

    Il faut aussi élaborer un formulaire de candidature au lieu des lettres de demande ridicules dont personne ne connaît le contenu requis.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 21:05, par danian En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Après trois ans sans recrutement véritable (depuis 2014), le gouvernement pouvait faire mieux pour éviter les frustrations que connaissent nos chers docteurs chômeurs

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 21:18, par Amedh zida En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Ah oui. C’est plutôt vrai mais lefaso.net ne devrait pas laisser des gens publier sans mettre leurs nom et prénoms. Chacun doit assumer son opinion. Pour un docteur, je trouve malheureux de publier sans indiquer son identité et assumer

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 21:31, par Abdoul En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Bonjour, je suis un jeune docteur burkinabé à paris. Ma candidature n’a pas non plus été retenue. Ce qu’il dit est plutôt vrai mais il aurait dû signer le texte de son nom, son prénom et de sa discipline. Assumez votre écrit cher docteur

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 21:35, par verite En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    J ai lu avec interet votre ecrit.Bon nombre de personnes aimeront etre á votre place mais helas ils n ont pas eu la meme chance de faire leur etude en France comme toi.Certainnement vous etre issu d une famille aisée ou vous avez obtenu une bourse que l on ignore la maniere dont vous l avez obtenu.Par bras long ? Par merite ou competence ?Seul Dieu le sait.Contrairement à votre condition d etude l enfant d un citoyen lamda est obligé de se contenter de son bon Dieu en se dirigeant dans les universites publiques .Là aussi c est la misere total qui sevit dans laquelle ils croupissent,le chevauchement des années,les retards,etc.Bon nombres d en eux sont obligés de faire les concours de la fonction pubique .Ce n est qu ils sont incompetents ,mais c est pour des raisons que vous meme vous connaissez.Et que peut tes proches ont cela aux pauves etudiants du Burkina en les empechant d evoluer et vous envoyant à l exterieur pour venir les remplacer.Dans l optique que ces places soient reservées á une categorie de personnes .Dans ce cas la regle est deja connu .Tu est pauvre ta place est connu.Les autre c est pour nous autres ,les fils à papa.Ce n est pas permis aux autres de s approcher.Ce n est que justice rendu en pronant l egalité des chances à cette couche sociale (fontionnaire) de participer á ce recrutement .Etant donné que c est un concours c est la competence qui devrait pronnée et non la segregation.Si tu es fontionnaire et que tu es competent que tu gagnes.C est les meilleurs qui sont recherchés et non une couche sociale donnée.Nul part il n est demontré que que tu est competent á ces poste que ceux dont tu pensent qu ils ne devrait competir et tu seras utile à la societe Burkinabe en occupant ces posts.Ils n est pas exclus pour toi de faire les concours directs comme les autres.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 22:21, par Abdoul En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Bonjour, je suis un jeune docteur burkinabé à paris. Ma candidature n’a pas non plus été retenue. Ce qu’il dit est plutôt vrai mais il aurait dû signer le texte de son nom, son prénom et de sa discipline. Assumez votre écrit cher docteur

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 22:35, par zimm En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    - J’aurais aimé que le jeune Docteur signe nous donne sa spécialité pour plus de crédibilité.

    - Indirectement le jeune parle de non-transparence alors que lui même il n’est pas aussi transparent que ça...

    - Par ailleurs tous mes souhaits pour que vous puissiez trouvé une situation quelque part, au Burkina ou bien ailleurs " la patrie d’un homme c’est à là ou on peut trouver à manger" d’après joseph Ki-Zerbo ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 23:03, par kk-Ali En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Recrutement mouta mouta, sans vision, sans plan, sans strategie, avec des Pr qui mangent le system sans aucune contribution.

    Au lieu d’encourger les ingénieurs a retourner au pays on impose des conditions a la con sans reflexion. Vous pensez que si c’est pas l’amour du pays, qui va venir resté dans les universités qui n’ont mm pas encore de salle et un systeme dont tous les Pr sont tous devenu politicien et passe leur temps a profiter du systeme sans apporter une contribution pour faire briller la qualité de l’enseignement. Vraiment, le president Rock mm avec toute sa volonté echouera a faire des universités du burkina des réferences, parce que le millieu est assiégé par des Pr qui ne vont aucune contribution digne, strategique et visionnaire , tous veulent preparer leur retraite le reste on s’enfou..

    Regardé les resultats, Nean Nean dans les discipline strategique de l’ingenieur, vous devez encourage au lieu de decourager avec les conditions ban de con.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 23:06, par Yaabi En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Jeune docteur depuis la France, un travail de sélection a été fait et l’honnêteté intellectuelle commande que vous demandez les critères de sélection avant de jeter le discrédit sur le travail des commissions. Vous avancez des choses donnez-nous un cas concret de quelqu’un qui est retenu et qui ne devrait pas l’être par rapport à votre dossier. L’amertume de l’échec ne doit pas vous aveugler car en tant que scientifique l’acceptation de ses limites commencent par là.
    Vous parlez de corruption, de favoritisme, népotisme, parrainage.... aujourd’hui pas besoin d’être un devin sur le net tout y est. Le Ministère à fait un premier essai certes non pas parfait mais évitons de jeter le bébé avec l’eau du bain.
    Demandez les critères avant de parler. Bonne chance jeune docteur en France

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2017 à 23:28, par MERSI En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Pour ma part, je dirai que je trouve que la limitation d’âge était handicapante pour beaucoup de chercheurs qui trouvent que c’est aussi injuste. Pour aller faire un doctorat il faut avoir une bourse qui n’est pas donnée à tous alors on cherche comme on peut. Le doctorat lui aussi prend du temps et on finit son doctorat quand on peut. Alors pour moi pour la recherche et l’enseignement au supérieur, on ne devait pas mettre une limite d’âge.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 01:16, par Ben En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Merci de bien lire tes textes sur la fonction d’attache de recherche. Un docteur en Médecine, un Docteur en Pharmacie ou un docteur vétérinaire titulaire d’un Master recherche est classé comme attache de recherche.
    merci

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 02:16, par Mugabe En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Mon frère, je compatis à ta douleur. Mais reconnaît que “tu as joué, tu as perdu, c’est la règle du jeu, la vie continue.” Sois humble. Ne remets en cause ni l’âge, ni le contingentement des postes, ni le retard des 3 ans dans le recrutement, ni la compétence du jury. Es-tu sûr que les admis ne méritent pas leurs postes. Le scientifique affirme toujours avec des preuves à l’appui. Où étais-tu aux premiers instants du recrutement ? Tu aurais dû réclamer davantage de postes vue le nombre de jeunes docteurs sans emploi. Hélas, Personne n’a protesté le nouveau mode de recrutement. Chacun est allé « yada yada » déposer son dossier. Acta fabula est (Le sort est jeté). Bas-toi pour le prochain recrutement. « Aux âmes bien nées la valeur n’attend pas le nombre des années ».
    Les directeurs de thèses devraient trouver des débouchés pour leurs rejetons. Ils sont responsables du devenir et de l’avenir des doctorants. Combien de doctorants, la seule école doctorale Sciences et technologies de l’université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo compte-elle actuellement ? 300 peut-être ? Toujours est-il que l’encadrement de la majorité d’entre eux laisse à désirer. Combien de directeurs de thèse connaissent réellement leurs étudiants ? Combien d’étudiants font des thèses en ligne pour ne pas dire s’auto-encadrent ? Chaque candidat devrait se poser la question : « Suis-je intellectuellement sûr et moralement mûr pour mener la recherche ou l’enseignement supérieur ?
    La déontologie n’est plus au rendez-vous dans la fonction publique, surtout dans nos université et nos centres de recherche : Peu de résultats utiles au peuple Burkinabé, plus de résultats utiles à l’intéressé (pour passer au Cames et assouvir sa soif de pouvoir et d’argent). Oh mon Dieu, l’étrange peine !

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 06:07, par Mon doctorat est plus puissant que le tien bla bla bla En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Et hop ! le débat du "mon doctorat est plus puissant que le tien qui est plus faible que le mien qui est plus puissant que le tien bla bla bla..." recommence. Moi j’ai un MD et un PhD. En fac, mon boss était un PhD pur, et son boss à lui est un MD pur. Mon boss ne publie jamais un seul article sans consulter son boss à lui. Il y’a des programmes de PhD où on ne t’exige pas de publier un seul article avant de soutenir (vrai, même aux States là bas). A l’opposé il y’a beaucoup de MD purs qui publient régulièrement dans Nature, Lancet etc. Au fait, la plupart des journaux médicaux prestigieux sont tenus par qui ? Donc au fond, en matière de recherche, qui est plus puissant que qui à la fin ? Je n’en sais rien ! Tout ce que je sais au contraire, c’est que meme sans un PhD, un médecin peut faire de la recherche de qualité (Il aura peut être de la peine à convaincre les argentiers, lol !). A l’opposé, si un PhD sans background médical prescrit de l’aspirine à un patient, il ira en prison. Moralité, tous autant que nous sommes, restons humble et faisons de la bonne recherche pour le bien de l’humanité. Shalom !

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 06:54, par Eric En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Des vérités au milieu de peccadille !
    On a vu dans la santé des enfants de Prof médecins en situation irrégulière, ne répondant pas aux critères de recrutement d’assistant ; se faire coapter au détriment d’autres personnes qui remplissent mieux les critères. !!! Des administratifs revenir se faire recruter Assistant ! Tout ça pour les aspects pecuniers ! Pendant que des jeunes sont là avec de bons profils beaucoup de publication ! Honte à ces hommes ! En santé il y’a le concours d’internat créer pour recruter de futur hospitalo-universitaire ! Hélas ! Il est bien trop dur à obtenir par tous ! Seulement les fils de pauvres qui ont de la volonté le réussissent pour à la fin du cursus se voir ignorer et prendre la place qui leur revient. Ailleurs dans la sous region personne ne peut devenir Assistant en fac de médecine ou de pharmacie s’il n’a fait le concours d’internat ! C’est dommage mais sachez que tôt ou tard toute compromission se paye sur terre sinon DIEU vous jugera !

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 07:56, par LAGLOIRE En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Je suis désolée mais je pense que votre courrier ne contient pas d’arguments solides. le pire c’est que vous ne comprenais même pas le fonctionnement du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Vous vivez en France, vous ne comprends même pas le fonctionnement de l’administration. Vous avez pris le temps de vous renseigner sur les critères de sélections des années précédentes, le déroulement de ces recrutements. C’est révoltant de voir des gens qui ne prennent pas le temps de se renseigner et de comprendre les choses, qui reste en France là bas et crie que c’est un deal. Vous chercher juste une justification même qui ne tiens pour pouvoir le crier haut et fort à vous amis et rester en France pour profiter des allocations. C’est la vérité.
    Si vous voulez réellement contribuer au développement de ce pays, arrêter déjà de tout dénigrer et surtout en tant que docteur, il faut aller à la source de l’information. C’est vraiment dommage

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 07:58, par Mame En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Pour ce Mr je crois qu’il confond tout : le recrutement d’assistant et d’attache de recherche n’est pas une histoire du CAMES. Il demande seulement que pour les grades qu’il doctroie de répondre à ses conditions qui sont connues. QUand il parlez de la Côte d’Ivoire , j’ajouterai pour le Mali les assistants sont le plus souvent recrutés et bénéficient de bourses pour faire leur thèses. Je serai d’accord que tu dises qu’il préférable que l’on recrute des gens qui ont déjà fini de faire le diplôme mais là aussi si le pays à décider de donner la chance à ces fils aussi brillant que toi qui n’ont pas d’appui pour faire le PHD pas parce qu’ils n’ont pas la bonne tête (connaissance).
    Venons maintenant au nombre d’années d’étude comparaison pour complaisons sans savoir qui est mieux que qui mais une médecin spécialiste (pédiatre) qui est recruter assistant à d’abord fait 7 ans de médecine générale et et au moins 4 de spécialisations faites moi le total c’est pas moins de 1 ans mais le diplôme s’appelle diplôme d’étude spécialisé et master complémentaire selon le pays. ET ces médecin qui soigne les gens au pays ne doit il pas former les générations à venir pour nous soigner.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 08:15, par ZONGO Soumanaba En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Je suis d’accord avec vous que ça sent le pourrit dans ce ministère.
    Mais il faudra éviter de dénigrer les diplôme des autres.
    Suis d’accord si vous dite que le diplôme de médecin et de pharmacien ne sont pas des diplôme de recherche.
    Pour les fonctionnaires, il faudra relativiser. Un fonctionnaire ( enseignant de primaire, secondaire, infirmiers ...) qui gagne un PhD dans une université de renom mérite si besoin y ait qu’on valorise son diplôme.
    ça se passe partout même dans les plus grandes démocratie.
    Dénoncer la corruption, la pourriture mais éviter de dénigrer.
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 08:23, par Minnayi En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    C’est une véritable alerte qui a été lancée et les autorités en charge de la question doivent prendre le problème au sérieux. J’ai effectivement participé à ce recrutement en 2013 et j’ai été déçu.

    Ma déception n’est pas liée à mon échec au concours (j’ai été quand même retenu sur la liste d’attente) mais surtout au mode de recrutement qui a été dénoncé par l’auteur de l’article. L’entretien ne dure que 3 à 5 mns. On vous pose juste 2 questions : identité et votre présentation. C’est quand même léger à mon sens surtout un certain niveau de recrutement.
    Et je n’ai plus jamais participé car fort heureusement j’ai été recruté quelques jours après quelque part où c’est 2 fois meilleur.

    Depuis ce temps, mon amour pour la recherche a disparu et j’ai compris que le système de recrutement n’était pas des plus transparent.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 09:26, par De Balzac En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    "La modeste proposition que je fais, c’est de confier tout simplement aux différentes structures bénéficiaires, comme c’était ainsi de par le passé, le processus de recrutement dans l’enseignement supérieur et dans la recherche scientifique. L’expérience de cette année porte à croire que les structures du ministère sont incapables d’assurer dans le respect cette tâche, contrairement aux universités et centres de recherche qui faisaient mieux".
    Mon cher docteur, un peu d’humilité. Je comprends ta frustration d’avoir échoué, surtout après avoir attendu trois longues années. Je t’invite à redoubler d’efforts car bien que tu aies obtenu ton PhD à Paris, tu ne voles pas plus haut que certains de tes camarades qui l’ont soutenu à l’UO1 ou dans d’autres universités africaines. Le même parrainage que tu attendais dans le département que où tu comptais "dealer" a échoué. Ton parrain du département ou du labo n’a pas pu te faire recruter car il a rencontré plus fort que lui dans les commissions qui ont été mises en place. Comme tu as pris part au recrutement, tu a pu constater que même avec les questions simples comme tu le dis, tu n’as pas pu convaincre le jury. Attends, patiente et reviens. Même s’il y a des insuffisances, le ministère a gagné le pari d’éviter que des super enseignants positionnent leurs protégés souvent dans des spécialités où il y a déjà pléthore. On travaillera à corriger ces insuffisances pour plus de transparence et d’équité pour tous.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 10:50, par Wendkûni En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Cher jeune docteur burkinabè depuis la France,

    Ayant moi-même été candidat à ce recrutement j’ai relevé autour de moi les insuffisances de la présente procédure de recrutement. Comme insuffisances j’ai pu relever :
    - Le temps restreint entre l’ouverture officielle du concours et la date limite de dépôt des dossiers de candidature. En effet, si je ne m’abuse ce n’est que le vendredi 23 juin 2017 que l’annonce du recrutement a été publiée sur Lefaso.net et la date limite de dépôt des candidatures était fixée au 14 juillet 2017 ce qui laissait peu de temps à tous les candidats notamment ceux qui sont à l’extérieur de constituer et déposer leurs dossiers.
    - Ensuite, les agents chargés de la réception des dossiers au MESRI ont refusé d’enregistrer les dossiers des candidats qui avaient fourni une copie légalisée de leur passeport en lieu et place de la copie légalisée de la CNIB comme demandée par le communiqué d’ouverture. Quand on sait qu’en termes de sûreté un passeport présente plus de garanties de fiabilités qu’une CNIB ce refus ne peut être compris que comme une volonté délibérer d’empêcher les candidats de l’extérieur de prendre part au concours.
    - Enfin, la publication de la liste des candidats en début août, ce n’est qu’en début octobre qu’un communiqué pas très officiel convoquait les candidats pour des auditions qui devaient commencer à partir du 16 octobre. La publication de ce communiqué a été faite moins de deux semaines avant le début des auditions ce qui laissait encore peu de temps aux candidats de la diaspora de rentrer à temps pour y prendre part.

    En dehors de ces insuffisances, je pense que tout le reste de la procédure s’est assez bien passée. Les membres des jury d’auditions ou du moins ceux qui ont officié pour le compte des Sciences Juridiques et Politiques étaient d’une probité et d’une neutralité reconnues par tous les candidats. Ce nouveau mode de recrutement est plutôt (toujours selon moi) à féliciter car il est permet d’éviter l’opacité qui entourait les modes de recrutement précédents où l’on ignorait presque tout du processus et même de la date d’ouverture du concours.

    Pour en revenir à vous Monsieur le jeune docteur burkinabè depuis la France, si vous n’avez pas été retenu pour cette fois-ci ce n’est pas une raison pour jeté le discrédit sur tout le processus de recrutement et jeté les candidats admis en pâture en sous-entendant qu’ils auraient corrompu X ou Y pour l’être. Vous feriez mieux de proposer des pistes d’amélioration du processus de recrutement pour les années à venir. Écrire un article au vitriol n’est pas à mon avis la bonne chose à faire.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 11:14, par les lendemains douloureux En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Mon ami de la diaspora
    Je ne crois pas que la transparence soit au niveau des UFR. Les recrutements étaient aussi claniques.
    La seule chose qui reste un peu crédible au FASO ce sont les concours directs. Il y a le principe du concours surtout les épreuves écrites qui permettent réellement avec l’anonymat des copies de mesurer la vraie valeur des candidats.
    Les épreuves orales ne sont pas organisées selon les normes internationalement reconnues et permettent souvent de magouiller. Je sais que l’épreuve orale a ses vertus mais sous nos tropiques ce ne sont que de simples formalités pour les examinateurs et les candidats.
    La seule manière d’enlever la suspicion, c’est de faire des épreuves écrites dont le coefficient est le triple de l’épreuve orale. En matière d’enseignement ,l’oral peut viser à mesurer la capacité du candidat à faire passer un message pédagogique ou androgogique. et surtout sa capacité à communiquer efficacement.
    Tout le reste basé sur l’instruction de dossier (souvent frauduleux), la sélection et l’oral uniquement sont des mécanismes de fraude organisés par les enseignants chercheurs eux-mêmes à travers les commissions.les enfants et protégés des enseignants sont le plus souvent recrutés car l’excellence du dossier académique( : la mention peut aussi être arrangée à la tête du candidat).
    Pour le recrutement des professionnels ou fonctionnaires dans l’enseignement superieur, je pense que c’est une innovation de la nouvelle loi sur le statut des enseignants chercheurs qu’il faut saluer.Ces professionnels peuvent avoir de l’expérience à revendre aux jeunes. Certains inteviennent déjà comme vacataire et ce n’est pas nuisible de recruter ce profil.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 12:17, par warzat En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Une chose est certaine, l’ancien procédé de recrutement présentait des insuffisances non académiques. J’en connais des promotionnaires qui ont été retenus au Canada, en Europe (France, Belgique, Allemagne , Suisse enfin un au Pays Bas)avec la citoyenneté à la clé pour l’enseignement supérieur dans des facultés, des instituts et de grandes écoles d’ingénieurs. Certains ont refusé et sont revenus au pays, mais ils ont vite déchanté et sont repartis. Il y avait comme une jalousie, un certain complexe d’infériorité de ceux qui devaient les recruter au sein de l’U.O. Donc pour ce que je sais, l’ancienne méthode n’était pas suffisamment bonne, c’est pourquoi sans doute le ministère a changé le mode de recrutement qui peut être demande à être perfectionné.
    Personnellement, je pense que la globalisation est telle que si vous êtes un bon docteur ou un bon ingénieur, on vous retiendra dans les pays où vous avez étudié....alors faites vous des euros ou des dollars et revenez créer des richesses pour votre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 15:54, par sotiguiwendpanga En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Un intellectuel doit être responsable, assumer son échec et reconnaître le mérite de ceux qui ont réussi. Pourquoi un "prétendu docteur" tombe-t-il dans les bassesses des politiciens ? on voit comment les partis ayant perdu les élections se mettent à vilipender le parti vainqueur tout en accusant le système électorale d’irrégularités. Même quand tous les efforts sont faits pour tendre à une meilleure organisation, les perdants ne sont jamais fair-play. C’est humain, mais un docteur devrait dominer son égo pour applaudir le ministère qui a tout fait pour une grande transparence dans ce recrutement. Le processus était le suivant :
    1) Le communiqué de lancement précisant les conditions
    2) Lors du dépôt, le candidat présente ses documents et rempli une fiche indiquant toutes les pièces déposées. Cette fiche est vérifiée et visée par la commission de réception qui la retourne au candidat pour éviter les plaintes portant sur les pièces manquantes
    3) La liste de tous ceux qui ont déposé un dossier a été publiée
    4) Le programme des auditions a été publié
    5) Les candidats trop âgés ont été écartés conformément aux termes du communiqué
    6) Pour les auditions, chaque commission disciplinaire était composée d’éminents professeurs et spécialistes des disciplines à couvrir ; les membres provenaient de plusieurs universités du pays, du CNRST. Chaque commission a eu plusieurs jours pour étudier les dossiers des candidats avant les auditions. C’était déjà le lieu de procéder à l’instruction des thèses et des articles scientifiques publiés par chaque candidat, d’apprécier les CV. On comprend qu’une thèse de bonne qualité, de même qu’un bon nombre d’articles scientifiques déjà publiés par un candidat, une bonne expérience de travail dans le domaine du poste pourvu, tous ces éléments ont certainement été considéré pour statuer sur "la qualité de chaque candidat par rapport au profil du poste".
    Ensuite, pendant les auditions, chaque candidat a été invité à soutenir sa motivation pour le poste et l’adéquation de son profil au poste. Il s’est agi de convaincre avec des arguments solides et non des "j’enseigne en France" (cela ne veut rien dire en soi).
    7) La liste des admis a été publiée

    Je trouve que le ministère a fait un effort pour donner le maximum de transparence à ce recrutement. J’ai suivi ce processus de près parce que je devais tenir mon cousin informé de chaque étape, lui qui était candidat vivant également en France et qui a été admis. Vous comprenez que le problème n’est pas le fait d’être en France ou au Burkina ; la règle a reposé sur la qualité académique de chaque candidat. C’est ce qui justifie la réussite de ces valeureux fonctionnaires qui ont payé leurs études avec leur salaire jusqu’à soutenir leur doctorat à l’étranger ou au Burkina devant un jury d’autorité et de notoriété. Je connais des fonctionnaires admis et dont la qualité était déjà connue et vantée dans leurs ministères d’origine. C’est le lieu d’encourager tous les fonctionnaires qui ont interrompu leurs études parce que leurs parents ne pouvaient pas attendre plus longtemps un salaire comblant l’investissement qu’il n’est jamais tard. Celui qui se bat peut devenir ce qu’il a toujours rêvé d’être.
    Félicitation au ministère pour cet effort de transparence. Que les perdants se remettent en cause pour travailler à être meilleurs la prochaine fois.
    Le problème qui est là aujourd’hui est que les admis ne savent pas quand ils seront engagés. Le communiqué avait précisé la date du 1er novembre. Cela tient-il toujours ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 17:05, par LeSage En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Mon cher ami, si tu es parmis les admis c’est bien. Mais il faut reconnaitre que le processus de selection a ete entache de corruption et nepotisme. Je l’ai toujours denonce depuis le lancement du concours. En guise d’example, il faut repartir a l’annonce de l’ouverture du concours. Il faut lire le profil des candidats pour les postes en Science de L’education a l’Universite de Koudougou. Tu verras qu’il ya un poste ou on veut des candidats qui ont fait une specialisation en "Sciences de l’information et de la communication". Va interroger tous les grands specialistes des sciences de l’education ils te diront qu’une telle specialisation n’existe pas en sciences de l’education.

    Quand j’ai lu jai compris. Un mogo puissant a sa maitresse, son neveux ou sa niece qu’il veut placer. Mais malheureusement la personne a un doctorat en sciences de l’information et de la communication (qui releve d’une ecole de journalisme et communication). Donc, on modifie la description du poste pour correspondre au diplome de sa maitresse et le tour est joue.

    Moi j’attend de lire le profil de cette personne qui sera recrutee a ce poste. Et j’attend surtout de voir quels cours la personne va dispenser en sciences de l’education. Le feuilleton n’est pas termine. Je vais me batre pour que la lumiere soit faite sur ce retrutement bidon. Wait and see.

    Répondre à ce message

    • Le 23 novembre 2017 à 13:09, par sotiguiwendpanga En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

      Vous n’avez rien compris sur les disciplines et les spécialités. La discipline globale c’est sciences de l’éducation, et l’université veut quelqu’un qui a fait sciences de l’éducation pour enseigner des modules de "sciences de l’information et de la communication". La discipline globale sciences de l’éducation est très ouverte : ainsi quelqu’un qui a fait ses études en art et communication peut s’inscrire pour une thèse en sciences de l’éducation en ciblant les aspects "information et communication dans le domaine de l’éducation". Un statisticien peut faire une thèse en sciences de l’éducation en s’intéressant aux statistiques éducatives, et on peut le recruter pour enseigner " statistiques descriptives" qui n’est pas une filière doctorale en soi. Un philosophe peut faire une thèse en sciences de l’éducation en réfléchissant sur les aspects philosophiques de l’éducation, et il pourrait être recruté pour enseigner "les fondements théoriques de l’éducation" sans que ce soit une spécialisation en soi. Pour faire simple, on peut recruter un boucher pour faire "la boucherie" globalement, mais celui qui recrute peut vouloir simplement qu’il désosse la viande sans que ce soit une spécialité en boucherie.

      Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 17:52, par Hamidou S. OUEDRAOGO En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    C’est une nouveauté que des fonctionnaires et des non fonctionnaires soient recrutés à travers le même processus. Sinon, des fonctionnaires titulaires de DEA ou de Doctorat ont toujours été recrutés dans les universités et centres de recherche suivant les spécialités recherchées. D’ailleurs, la mesure de limitation de l’âge à 45 ans pourrait être combattue devant le Tribunal Administratif la prochaine fois, car les règles de la fonction publique prévoient la possibilité de promotion pour tout agent de l’Etat avant 47 ans révolus. Peut-être voulez-vous qu’on sépare les deux recrutements.
    Avez-vous vérifié le profil des postulants ? S’il y avait beaucoup de fonctionnaires au départ (vérifiable dans de nombreuses écoles doctorales, au regard de la rareté des bourses et des contraintes financières), ce n’est pas étonnant si après la sélection, il y en ait beaucoup. Doit-il y avoir une discrimination selon les universités d’origine, le statut, le sexe et l’âge ? Au regard de l’article de la Constitution burkinabè, toutes les formes de discriminations doivent être bannies.
    Dans le point 4, vous faites totalement fausse route.
    Beaucoup de vos analyses sont légères (ou apportez les preuves), mais vous avez le mérite d’attirer l’attention des autorités sur le besoin d’améliorer les procédures. Il faudrait aussi recruter selon les besoins, accroître les programmations budgétaires et compenser le manque de candidat dans certaines filières par plus de recrutement dans d’autres.
    Bonne chance pour la prochaine fois.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 18:29, par Hamidou S. OUEDRAOGO En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    C’est une nouveauté que des fonctionnaires et des non fonctionnaires soient recrutés à travers le même processus. Sinon, des fonctionnaires titulaires de DEA ou de Doctorat ont toujours été recrutés dans les universités et centres de recherche suivant les spécialités recherchées. D’ailleurs, la mesure de limitation de l’âge à 45 ans pourrait être combattue devant le Tribunal Administratif la prochaine fois, car les règles de la fonction publique prévoient la possibilité de promotion pour tout agent de l’Etat avant 47 ans révolus. Peut-être voulez-vous qu’on sépare les deux recrutements.
    Avez-vous vérifié le profil des postulants ? S’il y avait beaucoup de fonctionnaires au départ (vérifiable dans de nombreuses écoles doctorales, au regard de la rareté des bourses et des contraintes financières), ce n’est pas étonnant si après la sélection, il y en ait beaucoup. Doit-il y avoir une discrimination selon les universités d’origine, le statut, le sexe et l’âge ? Au regard de l’article de la Constitution burkinabè, toutes les formes de discriminations doivent être bannies.
    Dans le point 4, vous faites totalement fausse route.
    Beaucoup de vos analyses sont légères (ou apportez les preuves), mais vous avez le mérite d’attirer l’attention des autorités sur le besoin d’améliorer les procédures. Il faudrait aussi recruter selon les besoins, accroître les programmations budgétaires et compenser le manque de candidat dans certaines filières par plus de recrutement dans d’autres.
    Bonne chance pour la prochaine fois.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 19:16, par Savadogo Souhayouba En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Mon frère, Nous pouvons être d’avis avec toi sur tout sauf sur un seul point. Pourquoi le fonctionnaire ne peut pas prendre part à un concours de l’enseignement supérieur ? Sur tous les plans ils ont un avantage sur les jeunes doctorants,en termes d’expériences pratiques et théoriques par exemple . N’est-ce pas bien pour un enseignement de qualité ? Si tu disais de faire un quotas en recrutant plus des jeunes doctorants là d’accord. Nous voyons des nouveaux enseignants du supérieurs que les étudiants même dénigrent. Mais pourquoi ? Sois plus raisonnable dans tes écrits. Moi je suis dans le domaine technique et je sais de quoi je parle. D’ailleurs c’est une chance d’avoir certains fonctionnaires se reconvertir dans le domaine de l’enseignement car leurs apports seront inestimables.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 19:32, par Savadogo Souhayouba En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Mon frère, Nous pouvons être d’avis avec toi sur tout sauf sur un seul point. Pourquoi le fonctionnaire ne peut pas prendre part à un concours de l’enseignement supérieur ? Sur tous les plans ils ont un avantage sur les jeunes doctorants,en termes d’expériences pratiques et théoriques par exemple . N’est-ce pas bien pour un enseignement de qualité ? Si tu disais de faire un quotas en recrutant plus des jeunes doctorants là d’accord. Nous voyons des nouveaux enseignants du supérieurs que les étudiants même dénigrent. Mais pourquoi ? Sois plus raisonnable dans tes écrits. Moi je suis dans le domaine technique et je sais de quoi je parle. D’ailleurs c’est une chance d’avoir certains fonctionnaires se reconvertir dans le domaine de l’enseignement car leurs apports seront inestimables.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2017 à 21:27, par sotiguiwendpanga En réponse à : Recrutement des assistants et attachés de recherche 2017 : « Une grande déception, un deal qui ne dit pas son nom » selon un candidat

    Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que le MESRSI n’a pas organisé seul le recrutement ; tout le processus du concours a été supervisé par le ministère de la Fonction publique. Notre "docteur francisé" est comparable à cet agriculteur qui n’a pas travaillé dur, qui n’a donc rien à récolter, mais qui passe le temps à accuser l’insuffisance des pluies, pendant que l’on récolte par tonnes dans le champ voisin. C’est parce que notre jeune docteur a échoué qu’il parle de deal ? Et s’il était admis, en dirait-il autant ? C’est enfantin et mesquin. Pour lui, il devait forcément réussir face aux autres candidats. A-t-il vu le CV des admis ? Comment peux-t-il penser qu’il est meilleur aux autres ? Parce qu’il a étudié en France ? Cette logique est dépassée.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés