Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Littérature : Le frère Pierre Ouattara propose « l’éducation à la vulnérabilité » comme une urgence

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Moussa DIALLO • lundi 20 novembre 2017 à 23h41min
Littérature : Le frère Pierre Ouattara propose « l’éducation à la vulnérabilité » comme une urgence

« Eduquer à la vulnérabilité : une urgence de notre temps », tel est le titre de l’ouvrage que vient de publier le frère Pierre S. Ouattara. La cérémonie de dédicace a eu lieu le 16 novembre 2017, à Ouagadougou. Dans ce livre, l’auteur va à contre-courant de la mentalité ambiante où la vulnérabilité est vue comme une donnée négative. Pour lui, vulnérabilité et hospitalité sont les deux faces de la même médaille et la vulnérabilité fonde le devoir d’hospitalité. Le frère Ouattara présente ainsi la vulnérabilité comme une vertu, une valeur à laquelle il faut éduquer notre société si nous ne voulons pas perdre notre humanité.

« Les exploits, faits ou méfaits de l’homme guerrier et technocrate, sur la grande scène du monde, poussent à méditer sur le sens du séjour humain », lit-on à la 4e de couverture de l’ouvrage. En tant qu’homme d’Eglise, le frère Pierre S. Ouattara ne manque donc pas de s’interroger sur ce sujet majeur et actuel. Mais, il surprend par sa démarche originale, en proposant une éducation à la vulnérabilité. Pourtant, dans l’entendement général, la vulnérabilité est vue comme une donnée négative. Mais, l’auteur présente la question autrement, comme une valeur, mieux comme une vertu à laquelle tout être humain a droit.

Dans cet ouvrage, l’auteur évoque plusieurs facettes de la vulnérabilité. Il parle de cette vulnérabilité de Dieu qu’on découvre dans le christianisme à travers la figure de Jésus Christ, mais aussi de la vulnérabilité de l’enfant qui apprend aux adultes à être responsables et à se contrôler, à se maîtriser quand ils ont affaire à un enfant. Il parle également de la vulnérabilité de la femme, à travers laquelle l’homme pourrait le mieux apprendre à travers la douceur que montre la femme, une douceur qu’il présente comme une force qui se montre forte contre elle-même. C’est pourquoi, dans ce livre, Pierre Ouattara propose une nouvelle manière d’habiter notre monde : la culture de l’hospitalité par l’éducation à la vulnérabilité.

L’auteur répondant aux questions des invités

L’éducation à la vulnérabilité, dans cet ouvrage, s’entend dans un double sens. D’abord, elle est présentée comme l’éducation à la conscience de la vulnérabilité. Ensuite, l’éducation à la vulnérabilité est présentée comme « le fait de conduire les personnes et les communautés humaines à découvrir, au cœur de leur vulnérabilité, les énergies, les ressources de l’esprit et du cœur en vue de la créativité pour guérir des blessures, se relever des chocs, pour se reconstruire, se réinventer après des expériences violentes et traumatisantes ».

Au regard des problèmes environnementaux, et particulièrement réchauffement climatique, l’auteur estime que nous n’avons pas su habiter notre monde. Pire, regrette-t-il, nous l’avons rendu et nous le rendons de plus en plus inhospitalier. D’où la nécessité d’apprendre à mieux habiter la terre. Et, c’est là toute la pertinence de son projet d’éducation à la vulnérabilité. « Je pense la problématique de façon globale dans le sens d’une éducation qui sera autre que l’éducation que nous avons pratiqué jusqu’à présent. J’entends par éducation autre, une éducation qui apprend aux enfants à habiter là où ils habitent, à être attentifs à leur environnement, à faire attention à la maison où ils vivent, à la rue, à la cour, à la végétation pour que les enfants au lieu de regarder la télé et être bombardés par des images venus d’ailleurs, qu’ils puissent connaitre un peu mieux leur environnement et soient capables de relever les défis de l’environnement où ils habitent », explique-t-il, à l’issue de la cérémonie de dédicace de son ouvrage.

L’auteur répond aux questions des journalistes

Certes, présenter la vulnérabilité comme une valeur à laquelle il faut éduquer apparait comme une gageure. Mais, l’auteur montre l’urgence de relever ce défi si les êtres humains ne veulent pas perdre leur humanité et compromettre définitivement leur possibilité de survie dans un monde qui, par leur faute, est devenu paradoxalement moins hospitalier en dépit des progrès extraordinaires de la science et des technologies. Il a également le génie de convaincre le lecteur de la valeur positive de la vulnérabilité dont la conscience fonde le devoir d’hospitalité qui correspond au droit à la vulnérabilité.

Pierre S. Ouattara est frère des écoles chrétiennes, congrégation fondée par Saint Jean-Baptiste de la Salle. Il est présentement conseiller général chargé de la Région Lasallienne d’Afrique et Madagascar.

Publié aux Nouvelles Editions Balafons, l’ouvrage « Eduquer à la vulnérabilité : une urgence de notre temps » est disponible à la librairie Mercury de Ouagadougou au prix de 8000F CFA.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Musique : Le slam burkinabè s’exporte avec Modibo Sangaré
FESPACO 2019 : La Chine offre 16 millions de francs CFA et 60 tablettes au comité d’organisation
Poésie : La marquisante au maquisard
Tourisme au sein de l’espace UEMOA : Vers la communautarisation des textes
Biens culturels africains : « Nous ne pouvons pas écrire notre histoire sans ces objets » (Pr Jean-Baptiste Kiethéga)
Festival warba de Zorgho : 48 heures pour magnifier la danse warba
Restitution des biens culturels africains : Le Burkina trace sa feuille de route
Musique : Eva 1er, désormais dans votre bac à disques !
Le FESPACO lauréat du prix "Miriam Makeba de la créativité artistique"
Restitution du patrimoine culturel africain : En attendant le lancement du processus par le gouvernement burkinabè
4e édition du Festival écran à ciel ouvert (FECO) : La sélection officielle dévoilée
Rencontres internationales de la photographie de Ouagadougou : Mahamoudou Naon sacré meilleur photographe
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés