Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

Par Stéphane Ségara-Simporé Critique Sociale – Féministe • samedi 18 novembre 2017 à 12h24min

Stéphane Ségara-Simporé est le signataire de la tribune suivante où il dénonce le racisme contre les Noirs. En s’appuyant sur le cas des migrantes et des migrants en Lybie, notre contributeur, tout en manifestant son indignation concernant les traitements inhumains que ces Africains et Africaines vivent, décoche une volée de piques contre les dirigeants et la société civile en Afrique, responsables selon lui de la situation.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

La peau noire continue d’être criminalisée dans le monde. Depuis quelques jours, l’indignation est générale lorsqu’un média français a fait un reportage mettant en évidence pour la énième fois le calvaire des jeunes migrants et migrantes clandestins-es venus-es de divers pays africains en transit en Lybie. Au-delà du parcours classique des migrants-es clandestins-es, le reportage a mis le focus sur l’esclavage que subissent ces personnes en transit vers l’Europe.

En Effet, elles sont séquestrées dans des formes de cages et vendues aux enchères. Pour obtenir leur libération, les personnes qui sont déjà dépourvues de tout doivent contacter leur famille et lui demander, voire supplier de s’endetter pour payer. Les personnes dont les familles pour une raison ou une autre tarde à payer subissent des traitements violents, d’autres meurent des séquelles de leur supplice.

Il est inacceptable et incompréhensible qu’en 2017, l’être humain à la peau noire n’ait toujours pas retrouvé sa dignité et son rang d’humain à des endroits sur cette planète.
Notre colère est à trois niveaux :

-  Le silence coupable des dirigeants-es africains-es et leurs multiples institutions.

-  La cruauté de l’Union Européenne et la surdité de l’ONU,

-  La nonchalance de la société civile africaine qui ne réagit que quand le ton est donné par « l’opinion internationale ».

Nous voulons nous focaliser sur ce dernier point. Nous nous interrogeons : Ce n’est que maintenant qu’on s’indigne ?

La question de la traite en Libye n’est pas nouvelle. Bien avant ce reportage, depuis des années, les personnes de notre pays et d’ailleurs de retour de leur aventure ont partagé leur expérience douloureuse face au racisme et à la violence raciale en Libye mais on est restés quasiment indifférent.

Pour quelques exemples récents :

En février 2016, L’Observateur Paalga écrivait le témoignage des migrants-es burkinabés rentrés-es de Libye en ces termes : « nous sommes devenus cet argent que nous sommes allés chercher ». Le quotidien burkinabé a interviewé Idrissa Kadiogo qui dira « qu’aux yeux des habitants de ce pays, ceux ayant la peau noire ne sont pas des êtres humains. »

Plus tard Avril 2017, chez SIDWAYA, on publiait que 154 burkinabé rentraient de leur mésaventure et racontaient : « On nous donnait l’eau salée de la mer pour boire. On faisait nos besoins dans nos geôles, et on était obligé de dormir sur un seul côté. Il suffisait que l’on réclame quelque chose (nourriture, ou se soulager) pour se faire tirer dessus. Nous étions 25 personnes incarcérées, 20 ont perdu la vie ». En précisant qu’Edouard Bambara (l’un des survivants) parle, lui, d’esclavage.

Toujours en Avril 2017, le site d’information sénégalais Info Direct parlait directement d’esclavage dans le titre de son article dont le contenu relate les récits des personnes. « Les gens vous font travailler sans vous payer. On est maltraité comme des esclaves, on vous vend, on vous frappe. Il y a champs d’oranges et de tomates là-bas, on vous y fait travailler sans être payé, c’est de l’esclavage », par Mamadou, migrant d’origine sénégalaise.

En terme de reportage télévisé, Ciné droit libre en avait parlé dans cette vidéo mais jusque-là, c’était un silence.

La colère est devenue soudaine que lorsqu’un média européen en parle pour qu’on reconnaisse enfin ces faits. Il aurait fallu ceci pour que le président nigérien, dont les concitoyennes et concitoyens sont directement mis en évidence dans ce reportage télévisé réagisse derrière un tweet. Pourtant ce qui se passe en Libye n’est pas un secret et la quasi-totalité des pays de l’Afrique de l’Ouest et certains de l’Afrique de l’Est sont concernés.

Ce qui est très troublant alors, c’est qu’en tant que personne noire, nous ne pouvons pas dénoncer par nous-même et être entendus-es sans la « validation » de la peau blanche ? Jusqu’où notre esprit continuera d’être autant colonisé et accepter cette condition ?

Nous attendrons qu’une émission de télévision comme « Envoyé Spécial » ou « Complément d’enquête » fasse un reportage sur l’esclavage en Mauritanie pour nous offusquer et demander à l’Union Africaine ou à la CEDEAO de cesser leur politique de l’autruche ? Pour avoir été à plusieurs sessions ordinaires de la Commission Africaine de Droits de l’Homme et des peuples (CADHP), nous avons vu et entendu des organisations de la société civile mauritanienne faire des déclarations sur la pratique de l’esclavage moderne dans leur pays. Que fait-on de ces déclarations ? Silence !

Devrons nous attendre que les médias occidentaux nous disent que les migrants-es et d’autres personnes de peau noire en Algérie voient leur domicile brûler ou se voit cracher dessus dans les rues pour enfin écouter les récits des victimes ? On ne trouvera pas une personne originaire de l’Afrique subsaharienne qui a fait un des pays du Maghreb et n’avoir pas été victime du racisme et de la violence qui y est liée dans ces pays. On se souvient encore de l’expérience douloureuse des Etalons durant les matchs de qualifications pour le mondial de 2014 avec les Fennecs.

Quelles crédibilités la société civile africaine accorde à nos médias locaux ? Quelles appropriations faisons-nous des informations qui parlent de nous, de nos réalités, par nous-même ? Quelles sont les responsabilités des médias africains à pouvoir s’engager et être entendus sur des sujets aussi délicats ?

Il est évident que la question de la résolution de la migration clandestine est totalement politique et que des responsabilités sont dans la gouvernance de nos Etats et la gestion équitable de nos ressources naturelles. Cependant, les façons d’en parler et d’en prendre conscience importent beaucoup dans le processus de détermination de solutions.

Par Stéphane Ségara-Simporé
Critique Sociale – Féministe

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 novembre à 13:02, par fc
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence responsable de la société civile africaine

    Nous sommes tous responsables de cette situation européens comme africains !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 14:13, par Ali Yarga
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

    Franchement je suis déçu de nos chefs d’Etat qui ne font rien pour qu’on en finisse avec cette situation.Jusqu’à quand la race noire sera t elle considérée comme humaine ? Quelle est l’importance de l’union africaine si elle ne fait rien pour stopper cet esclavage ?Tout cela est dû à nos chefs d’Etat qui ne savent que garantir l’avenir de leur enfant en payant leur étude en Europe, se construire des chateaux et payer des grosses caisses à leurs maitresses.Je pleure !!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 15:11, par Naabiga 1ere
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

    Quand on fait face à des dirigeants véreux et criminels, à des dirigeants qui dépendent de l’occident, on ne peut que s’attendre à cette ignominie.le problème demeure depuis mais pourquoi attendre que l’occident sonne l’alerte avant de monter sur ses grands chevaux…
    Ça démontre la limite de décision de non dirigeants. Aucune perspective pour la jeunesse. Le désespoir et la cupidité font que beaucoup croit qu’ailleurs c’est l’eldorado. Un peu de cran et on pourra quand même défendre nos concitoyens , c’est cela le respect du pays. ces pays ont des intérêts(petrole) pour l’occident donc nos pauvres dirigeants se voit motus et bouches cousues. Commencez par réactions diplomatiques : refouler leurs ambassadeurs…

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 16:35, par NegBlanc
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

    A l’UA la Libye continue siéger mine de rien à coté de nos dirigeants comme si de rien n’était, personne ne leur demandent des comptes. Et il n’ ya pas que la Libye, en Mauritanie l’esclave continue et les mauritaniens maures circulent tranquillement en Afrique sub-saharienne ; bref ! Quand on voit ce qui se passe en Syrie, au Yemen, en Irak, etc. où ils se massacrent allègrement entre eux pensez-vous que ces gens auront de la compassion pour des nègres ?!

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 17:27, par miniroun
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

    Il ne faut pas chercher le coupable au delà des intéressés et leurs familles. Ils sont coupables de la mauvaise considération que les autres races ont des noirs. Ils ont suffisamment d’argent pour effectuer ce voyage qui nécessite l’équivalent d’un investissement sur une PME de type SARL. Ils racontent que c’est la misère qui les amènent à aller en Europe comme si un pauvre africain était capable de se payer un tel voyage ! Ils ne se disent pas être faits pour l’Afrique et c’est pour cela qu’ils la quittent pour leur terre de mérite par la route après avoir échoué dans des procédures de visa. Ils préfèrent être esclaves en Europe et ailleurs que être un vendeur ou un employé à bas salaire chez eux.
    Ils ont tous entendu les conditions difficiles et inappropriées de ces voyages mais ils pensent sue personne ne doit les en dissuader.
    Ils vivent pire en Europe, enfermés, transportés comme des marchandises pour travailler dans la clandestinité. Mais c’est ce qu’ils ont choisi et aucun gouvernement ou ong ne peut empêcher cela. Aucun deux n’est mineur. Cependant aucun n’est allé prendre des conseils aux ministères affaires étrangères sur leur projet d’émigration.
    N’accusez donc pas les autres des erreurs nées de la responsabilité des victimes ! Même la nature serait à sanctionner ces gens qui la considèrent médiocre et indigné de leur personnalité. Personnalité, Ils l’ont ! Moi, je plains la race noire mais ceux qui par leurs font croire qu’elle n’a pas dignité, d’hygiène, d’intelligence, de bonne gouvernance, de courage, etc

    Répondre à ce message

    • Le 20 novembre à 11:41, par Bintoa
      En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

      Frère miniroun, vous avez tout dit. Avec 3000000 et même moins on peut réaliser quelque chose chez nous et en vivre dignement. Nous voulons vivre au dessus de nos moyens, voir à tout prix les pays des blancs. Combien de nos parents traînent leurs savates là bas (quand ils y parviennent) incapables de revenir chez eux n ayant rien réalisé chez ces blancs et dans leur pays ? J en connais, des miséreux fouillant les poubelles pour trouver un morceau de pain ! J ai réussi à dissuader un neveu mais son frère est parti à l insu de tous.

      Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 18:32, par Naabiga 1ere
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

    Quand on fait face à des dirigeants véreux et criminels, à des dirigeants qui dépendent de l’occident, on ne peut que s’attendre à cette ignominie.le problème demeure depuis mais pourquoi attendre que l’occident sonne l’alerte avant de monter sur ses grands chevaux…
    Ça démontre la limite de décision de non dirigeants. Aucune perspective pour la jeunesse. Le désespoir et la cupidité font que beaucoup croit qu’ailleurs c’est l’eldorado. Un peu de cran et on pourra quand même défendre nos concitoyens , c’est cela le respect du pays. ces pays ont des intérêts(petrole) pour l’occident donc nos pauvres dirigeants se voit motus et bouches cousues. Commencez par réactions diplomatiques : refouler leurs ambassadeurs…

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 18:44, par Kpièrou
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

    Quel pays africain au nom de la dignité de ses citoyens a osé affrété un avion pour ramener les siens ?
    Au contraire, tous les responsables des pays sud sahariens vont ramper pour obtenir quelques dinars. Quel ambassadeur a interpellé son pays sur la situation ? Quelle honte !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 18:58, par Dopé
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

    "Société civile", "Société civile" et gnan-gnan-gnan !!! C’est la Société Civile qui dirige les États africains !? C’est la Société civile qui n’a rien à proposer à ces jeunes africains paumés, contraints d’aller à l’aventure et de vivre ce drame !? C’est la Société Civile qui a fait tué Khadafi et déclenché cette merde horrible qui a cours en Libye !? C’est La Société Civile... !? C’est la Société Civile... !? C’est la Société Civile ...!?
    Monsieur "Le Critique Sociale", sachez critiquer, parce que là, vous êtes hors sujet. A chaque évènement, surtout malheureux, chacun veut jouer à l’intelligent-interpellateur-donneur-de-leçons et se gonfler devant ses petites copines. Là, Monsieur le "féministe", vous avez taper à côté !!

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 20:54, par Negblanc
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

    Évidemment on ne peut dire que le racisme anti noirs est un fait courant dans les pays arabes, ce serait être politiquement incorrect et vous ne le diffuserez pas.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 09:02, par Ahmed
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

    Ca m’étonne que M. Ségara-Simporé parle ainsi de la société civile africaine. C’est qui au fait cette société civile ? C’est nous tous, chacun en tant que citoyen doit s’engager. L’engagement citoyen ne doit pas être seulement l’affaire de gens dits têtus ou même naïfs selon certains, qui acceptent risquer leur vie (Norbert Zongo, etc.), leur avenir (Sams’K, Smokey, etc.), ou faire la prison et vivre dans la pauvreté, etc., cependant qu’une grande majorité insouciante se désengage de tout (n’initie jamais d’action, ne va jamais aux manifestations, etc.) et vit insouciamment dans la bière et les autres luxes. Donc, demandez-vous d’abord à vous-mêmes qu’est-ce que vous avez fait comme apport concret de solution dans cette affaire d’esclavage ? Et sinon, blâmez-vous vous-mêmes d’abord.

    Après, il faut que le citoyen africain ouvre enfin les yeux : au fond, l’Occident s’en fout du noir, la seule chose qui l’intéresse, c’est la terre du continent et ses richesses. Ainsi à la vérité, les médias occidentaux s’en foutent du sort des noirs en Libye. C’est seulement quelques ONG qui s’y intéressent, et encore souvent sélectivement. La preuve,qu’est-ce que CNN fait ? Elle envoie une noire faire le reportage, alors même que la Libye est connue pour son hostilité envers les noirs. Donc une journaliste CNN noire en Libye est plus en danger qu’une blanche ou un blanc, mais CNN envoie la noire, pour signer le minimum.Or, pour faire tomber Kadafi, c’était pas comme ça.

    Même RFI qui est diffusée à outrance sur le continent n’a parlé de ces esclaves noirs qu’avec distance, rapportant seulement les réactions de quelques chefs d’Etat noirs africains. Voici le titre méprisant de RFI : "L’AFRIQUE S’INDIGNE du sort des migrants vendus comme esclaves en Libye". Mais alors, que fait l’Occident pendant ce temps ?Il ne s’en indigne pas ! C’est continuer seulement à amuser la galerie avec l’affaire Mugabe, parce que tout simplement il y a une forte communauté blanche au Zimbabwe dont le sort n’est pas à comparer aux esclaves du 21e siècle ? C’est la démission de Mugabe qui occupe RFI, pas le sort des esclaves africains en Libye. A partir de là les Africains doivent se plaindre eux-mêmes de faire diffuser sur leur continent des médias qui se foutent royalement de leurs vrais problèmes, et sont plutôt intéressés par des agendas politiques de changement de régimes pour leurs intérêts. Puisque cet esclavage libyen a précisément sa source dans les médias mensonges occidentaux qui ont conduit à l’assassinat du Guide libyen, Kadafi. La grande responsabilité de ce désastre libyen incombe aux occidentaux.

    Donc, à vrai dire, il faut que les africains arrêtent d’être naïfs, et que les intellectuels africains et autres activistes apprennent bien à chercher les causes premières des choses pour éclairer leurs frères et provoquer la vraie émancipation du noir et un réel développement du continent. Les Africains doivent comprendre en effet qu’ils n’ont à attendre le salut de personne sur cette terre. Les coopérations et consorts, c’est du pipeau. Comprenez bien ça chers Africains.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre à 09:51, par L’ Africain
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

    Chers toutes et tous,
    Il faut que nous arrêtons d’ accuser chaque fois X ou Y.
    Est-ce que réellement il manque à faire ici en Afrique au point d’ aller se ridiculiser jusqu’ à ce point ? N ’ est-ce pas les raccourcis et la facilité que certains recherchent et voilà là ou cela les amène ?
    Il ya ma terre qui est là suffisante pour que tout le monde s’ occupe pour se nourrir et s’ entretenir. Hélas !!!! faute de modestie ils pensent qu’ ils sont plusque ceux qui travaillent la terre ou font des petits boulots....
    Taaarééééé !!!!
    bien faits pour les gueules.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre à 09:53, par L’ Africain
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

    Chers toutes et tous,
    Il faut que nous arrêtons d’ accuser chaque fois X ou Y.
    Est-ce que réellement il manque à faire ici en Afrique au point d’ aller se ridiculiser jusqu’ à ce point ? N ’ est-ce pas les raccourcis et la facilité que certains recherchent et voilà là ou cela les amène ?
    Il ya ma terre qui est là suffisante pour que tout le monde s’ occupe pour se nourrir et s’ entretenir. Hélas !!!! faute de modestie ils pensent qu’ ils sont plusque ceux qui travaillent la terre ou font des petits boulots....
    Taaarééééé !!!!
    bien faits pour les gueules.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre à 19:41, par tchanlo
    En réponse à : Situation des migrantes et migrants en Libye : Le silence coupable de la société civile africaine

    Aviez vous manifesté quand on bombardait Khadafi ? Chaque peuple mérite ses dirigeants dit-on. Si les dirigeants ne bougeait pas, la société civile pouvait quand même organiser des manifestations à l’époque pour arrêter le bombardement de la Lybie et l’assassinat de Khadafi.
    Où etiez vous en 2011. Chers "continent-triotes" africains, nous sommes aussi comptables de cette situation en Lybie où il y a plusieurs gouvernements parallèles actuellement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés