Banditisme : Trois réseaux de trafic d’argent, de traite sexuelle et de plaques solaires démantelés

LEFASO.NET | Par Haoua Touré • jeudi 16 novembre 2017 à 00h07min

La police judiciaire des Hauts-Bassins a animé un point de presse le mardi 14 novembre 2017 sur l’arrestation de plusieurs personnes présumés auteurs de faux monnayages, escroquerie, traite de personnes et vols avec effraction.

Banditisme : Trois réseaux de trafic d’argent, de traite sexuelle et de plaques solaires démantelés

Le Service Régional de la Police Judiciaire des Hauts-Bassins (SRPJ) a démantelé trois réseaux suite à de nombreuses plaintes pour de faux monnayages, escroquerie, traite de personnes et vols avec effraction. Plusieurs personnes ont été interpelées en tant que présumés auteurs de ces faits. C’est le commissaire Sayibou Galbané chef du service régional de la police judiciaire qui fait le point.

Le premier réseau de présumés auteurs de faux monnayages, d’escroquerie opérait dans les Hauts-Bassins, le Centre Ouest, le Centre et la Boucle du Mouhoun. Il a été démantelé par une femme l’officier de police Oho Ange Mariette Kambou. Le groupe était constitué de 10 personnes de sexe masculin âgées de 26 à 72 ans avec les identités suivantes : Yaméogo Georges, instituteur (41 ans) ; Traoré Sa Abdoul, employé de commerce (26 ans) ; Semde Hamidou, commerçant (34 ans) ; Dabiré Calixte teinturier (46 ans) ; 2 marabouts ( Diallo Oumarou 57 ans, Guiti Siriki 72 ans), 3 cultivateurs (Kaboré Madi 48 ans, Willy Seydou 57 ans, Willy Oumarou 60 ans), un repris de justice Koala Yaya.

Ces malfaiteurs appréhendés s’adonnaient à la contrefaçon, aux faux monnayages et à l’escroquerie. Leur mode opératoire consistait à faire croire aux victimes que la bande a pu dérober pendant la crise ivoirienne des billets de banque non traités de la BECEAO et qu’ils sont à la recherche de liquide magique pour le lavage. Pour convaincre les victimes, ils présentent des billets noirs (des papiers peints parmi lesquels ils prennent le soin d’insérer quelques billets authentiques également peints de la même couleur). Ensuite, les vrais sont extraits du lot, lavés et remis aux victimes aux fins de tester et dépenser. Convaincues de opportunité d’une affaire, les victimes tombent ainsi dans leur piège et sont spoliés jusqu’au dernier centime.

Pour spolier la victime, la bande exige d’elle l’achat d’un liquide magique se trouvant soit à Ouagadougou soit à la frontière Burkina Togo. Ce liquide qui coûte des dizaines de millions de francs CFA est acheté par les victimes auprès des complices de ces malfaiteurs. Les complices attendent à la frontière et quand on finit de payer le liquide il s’éclate sous l’effet du soleil. Cependant si le liquide arrive à destination ils t’envoient chez le marabout pour qu’il procède à des prières pour la réussite du lavement des billets noirs. Dès que la victime est copieusement spoliée, la bande disparait.
Une seconde méthode consiste à faire circuler ces faux billets un peu partout au Burkina qui sont écoulés lors de rassemblements tels que les marchés et les fêtes dans les différents villages.

Au stade actuel de l’enquête, 10 personnes ont été interpellées à Bobo-Dioulasso, à Koudougou, à Poa et à Ouagadougou, 3 autres étant en cavale. Il a été saisi 1 million de faux billets, 1 million d’ancienne monnaie, 2 armes à feu, des coupures de billets noirs d’une valeur de 100 millions, des gris-gris et de la poudre noire qui sert à conditionner les billets noirs. Ils ont ainsi escroqué de pauvres paysans qui ont vendu leurs récoltes contre de faux billets sans le savoir. A ce niveau, « le commissaire interpelle la population à la vigilance car il n y’a jamais eu de billet de banque noir susceptibles d’être lavé pour obtenir de vrais billets.

Une traite de personnes aux fins d’exploitation sexuelle

Au départ, des filles sont convoyées du Nigeria sous prétexte d’être envoyées en Europe où « des conditions paradisiaques » les attendent. Mais elles sont en réalité destinées aux sites d’orpaillages au Burkina. Elles sont dépossédées à l’arrivée de tous leurs documents d’identité, de leurs téléphones et sont envoyées sur les sites d’orpaillage où l’industrie du sexe malheureusement marche à merveille. Suite à une information selon laquelle 4 filles étrangères démunies, sans papier seraient en quête d’argent pour rentrer au Nigeria, elles ont été interpellées. Les investigations ont permis d’attraper Joy Sunday Akpan, 36 ans, détentrice de maquis qui s’adonne à cette traite. Elle leur présente des gris-gris sous prétexte qu’elles risquent la mort si elles ne respectent pas leurs engagements. Elles sont souvent battues.

Les victimes, logées dans des maisons en paille, payaient de leur poche le préservatif à 1000 f avec la patronne et chaque client qui entrait était pointé pour contrôler le gain des filles. A la fin, elles sont fouillées jusqu’au-dessous, dépouillées de leur argent (elles gagnaient entre 20 000 et 30 000 par jour) et avaient juste droit à 500 francs pour manger et survivre. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré

Messages

  • Toutes les perosnnes impliquees, si elles sont vraiment coupables, la fusillade a midi a la place de la nation ne serait pas un mauvais sort.

  • Bravo à notre police. Je vous félicite même si je ne suis pas la personne indiquée pour vous féliciter. Il revient à chacun de nous d’ouvrir vraiment l’oeil et d’être vigilant. Ce monde est vraiment devenu fou.

  • Bien Fait. LA POLICE Bon TRAVAIL. Je Voudrai Que L’etat Voie Les Policiers,commeça Y’aura Plus De Corruption. Faut Plus Retirer Les 1000f 2000f Des Usagers. Vous Gatez Votre Noms. Nous Devez Travailler Plus Pour Des Vrai Resultats. Courage

  • Felicitation la Police et k ALLAH vous accompagne sur le Bon chemin.

  • merci pour le travail bien fait surtout que l’on connait maintenant l’identité de de ces grands bandits.

  • D’abord, bravo à la police. SVP, envoyez cette dernière en prison et enfermez-la avec les petits prisonniers criminels voyous ils vont la montrer les étoiles en plein jour. Alors ne manquez pas d’éteindre aussi souvent la soif de ces prisonniers là avec ces genres d’occasions. Cette cochonne ne doit plus voir le sol du Nigeria. Et quand aux faux responsables de famille, surtout les vieux qui sont arrêtés dans leurs forkia comme des charognards, si un jeune s’hasardait d’aller auprès de ces inconscients, ces cons pour demander conseil, le voilà foutu. Comment leurs familles peuvent réussir dans la vie dans l’intégrité. Voilà des mauvais gens que Dieu a laissé vivre longtemps inutiles pour éduquer du mauvais. Pourtant des utiles intègres qui meurent prématurés. N’écouter qui que soit venant intervenir en leur faveur que je suis ministre ou député, ou encore DG ou opérateur économique, que c’est mon oncle ou mon petit papa ou qui que se soit. Laissez-les purger leurs peines comme il le faut. Il faut les frapper comme des enfants ils vont crier et uriner dans leurs sales pantalons évasés à corde. Regardez-moi les. Frappez-les follement ces vieux cons inutiles.

  • Bravo à la police. Mais il faut aussi qu’ à ouaga, la police ouvre l’ oeil.
    En effet, la prostitution des petites filles à ciel ouvert tous les jours à peine la nuit tombée....
    Vous voulez un exemple ? Prenez la voie qui quitte le rond point des Nations Unies en allant vers le lycée Zinda, la rue des écoles, l’ avenue 56 etc.....Vous serez dégoûtes.Des petites filles qui vous attendent et vous proposent une nuit contre de l’ argent......ah..... Des auberges situées dans les alentours leur servent de point de chute. La mairie, la police sont interpellés pour mettre de l’ ordre dans cette situation sinon des situations de troubles peuvent arriver car les populations habitant aux alentours veulent en découdre avec ces mauvaises pratiques devant les tous petits....

  • Bravo à la police. Mais il faut aussi qu’ à ouaga, la police ouvre l’ oeil.
    En effet, la prostitution des petites filles à ciel ouvert tous les jours à peine la nuit tombée....
    Vous voulez un exemple ? Prenez la voie qui quitte le rond point des Nations Unies en allant vers le lycée Zinda, la rue des écoles, l’ avenue 56 etc.....Vous serez dégoûtes.Des petites filles qui vous attendent et vous proposent une nuit contre de l’ argent......ah..... Des auberges situées dans les alentours leur servent de point de chute. La mairie, la police sont interpellés pour mettre de l’ ordre dans cette situation sinon des situations de troubles peuvent arriver car les populations habitant aux alentours veulent en découdre avec ces mauvaises pratiques devant les tous petits....

  • faites tres attention a cette dame. Par elle, des centaines de filles burkinabé pourraient etre au nigeria

  • En reponse à : Banditisme:Trois réseaux de trafic d’argent, de traite sexuelle et de plaques solaires démanteléschapeau a notre police ;BRAVO c’est vraiment triste de constater que c’est la femme et toujours la femme qui est à l’œuvre de telles abominations.
    Quel tristesse et ou va le monde pauvre de nous !!!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés