Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • jeudi 16 novembre 2017 à 00h04min

Le seul dirigeant qu’a connu le Zimbabwe depuis son indépendance en 1980, Robert Mugabe, est engagé dans un bras de fer sans précédent avec le chef de l’armée, Constantino Chiwenga qui a dénoncé, lundi, l‘éviction du vice-président du pays, Emmerson Mnangagwa pour un « complot » supposé contre le chef de l’Etat. Dans cette guerre ouverte, plusieurs personnalités ont été arrêtées par les mutins, ce mercredi 15 novembre 2017, qui démentent vouloir faire un coup d’Etat et assurent que le président et sa famille sont en sécurité.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

Tout a commencé il y a une semaine, rapporte Le Monde Afrique, avec la destitution du vice-président, Emmerson Mnangagwa. « Ce dernier, jusqu’au lundi 6 novembre, était à la tête de la faction Lacoste. Il pensait se voir confier la succession du président vieillissant après sa mort. Mais c’est une autre faction, Génération 40, réunie autour de la première dame, Grace Mugabe, (aux ambitions présidentielles déclarées) qui est parvenue à pousser le chef de l’Etat à destituer Emmerson Mnangagwa ». L’ex-vice-président est en Afrique du Sud où il a trouvé refuge, aux dernières nouvelles.

Depuis lors, les tensions sont très vives dans le pays pour la succession du président Mugabe. Ainsi, dans la nuit du 14 novembre, des tirs ont été entendus à Harare, dans la capitale. Et aujourd’hui 15 novembre 2017, des militaires ont pris le contrôle des ministères, parlement et tribunaux ainsi que la radiotélévision nationale, a par ailleurs affirmé un témoin à l’agence Reuters. Aussi, plusieurs personnalités, dont le ministre des Finances, Ignatius Chombo, ont été arrêtées par les mutins.

Dans une adresse lue à la télévision publique, le général Sibusio Moyo nie avoir fomenté un coup d’Etat. « Nous ne faisons que viser les criminels qui l’entourent (...) dès que notre mission sera accomplie, nous nous attendons à ce que la situation retourne à la normale », déclare le général Moyo. Il a en outre assuré que le président Robert Mugabe et sa famille sont sains et saufs et que leur sécurité est garantie.
L’Afrique du Sud qui était le médiateur dans les crises au Zimbabwe pendant longtemps n’a pas tardée pour réagir. Dans un communiqué, le président Jacob Zuma s’est dit « très préoccupé » et a « exprimé l’espoir que les développements au Zimbabwe n’amènent pas un changement inconstitutionnel de gouvernement ».

Fidèle soutien de Robert Mugabe, il a également exhorté les autorités et l’armée du pays à « résoudre amicalement l’impasse politique » actuelle et prié les forces de défense zimbabwéenne « de faire en sorte que la paix et la sécurité dans le pays ne soient pas compromis ».

La Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) reste « prête à aider là où c’est nécessaire », a en sus souligné la présidence sud-africaine.

L’ambassade américaine appelle à rester « à l’abri »

Dans un communiqué tôt mercredi matin, l’ambassade des Etats-Unis a, pour sa part, recommandé à ses ressortissants « de rester à l’abri chez eux jusqu’à nouvel ordre ». Par ailleurs, elle a diffusé un message sur son compte Twitter : « En raison d’une situation incertaine au Zimbabwe, les effectifs de l’ambassade américaine à Harare seront réduits et elle sera fermée au public le 15 novembre. Le personnel de l’ambassade continuera de suivre la situation de près ».

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net
Source RFI

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 novembre 2017 à 15:53, par Citoyen LAMBDA
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    Vraiment les chefs d’Etat africains sont têtus comme des mules et commettent toujours les mêmes erreurs .Voilà encore un président qui va être victime d’un membre de sa famille en l’occurrence son épouse comme Blaise l’ a été de son frère François et de sa belle mère ALIZETA GANDO. Combien de fois, faut-il crier à nos chers présidents de ne pas confondre l’Etat avec leur famille . Mais rien n’y fait .Et voilà le ZIMBABWE dans la tourmente à cause d’un vieux sénile et d’une femme mégalomane qui a joué les intrigantes entre MUGABE et ses camarades et compagnons de lutte pour l’indépendance .Malheureusement au BURKINA FASO aussi, malgré tout ce qu’on a reproché à BLAISE COMPAORE sur ce plan ,RMCK ne semble pas avoir tiré leçon et son épouse devient de plus en plus envahissante dans les affaires de l’Etat . C’est à croire que tous les présidents africains sont systématiquement wakés par leurs épouses sinon quand même !

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2017 à 16:09, par ggongoni
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    Même l’Afrique du Sud généralement allié inconditionnel de MUGABE ne condamne pas clairement le coup d’Etat et emprunte plutôt une sortie de crise par voie de négociation . Cela veut dire ce que ça veut dire . Que tout le monde y compris les amis et soutiens extérieurs de MUGABE sont gênés par cette affaire et pensent que leur gars est allé trop loin dans ses turpitudes pour sa succession . Dommage qu’un monsieur qui a vaillamment lutté pour l’indépendance de son pays va devoir quitter le pouvoir par la petite porte par la faute de sa femme volage .

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2017 à 16:36, par S
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    Mon général, si ce n’est pas un coup d’état, ca y ressemble vraiment.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2017 à 16:48, par kato
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    La dame là aussi, elle n’ a meme pas peur de "crocodile" Voilà qu’on t a contrainte à quitter to pays. Le "crocodile" qui avait fuit est revenu dans son pays. Pas de succession de mari à épouse, même si je suis 100% Bob.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2017 à 16:50, par Amadoum
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    Confusion, peut etre, mais bras de fer, non !
    Peuple Zimbabween 1, Mugabe et son clan 0 !
    En Angola, le president vient de limoger la fille de l’ancien homme fort Jose Eduardo Dos Santos, Isabel Dos Santos, la femme la plus riche d’Afrique ; cette derniere etait membre du conseil d’administration de la compagnie petroliere nationale.
    Les presidents Teodoro Nguema de Guinee Equatoriale et Sassou Nguesso du Congo doivent commencer a trembler dans leurs bottes.
    Presqu’un demi siecle que nous sommes independants. Certains dirigeants sont au pouvoir 20 ans, 30 ans, voire plus. Cela peut sembler long. Pour un etre humain, oui, mais pour une nation, cela n’est qu’un clin d’oeil. Ils seront tous rattrapes par leur peuple et l’histoire ne leur sera pas tendre.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2017 à 20:17, par jan jan
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    Enfin, le vieux débris et sa "jeunette" (qui croyait que après la disparition de son vieux, le pouvoir lui reviendrai de plein droit), est hors d’état de nuire, il était temps que le Peuple prenne ses responsabilités dans ce pays, bravo.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2017 à 04:43, par Yameogo Salomon Justin
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    Les chefs d’Etats africains ne sont pas têtus : les peuples africains ont ce qu’ils méritent, chacun en ce qui le concerne ! En effet, en principe, chaque génération doit accepter de payer le sacrifice de ses ambitions pour réussir : l’héritage reçu des parents/prédécesseurs n’est et ne doit rester qu’un tremplin... Mais lorsque l’on veut AVANCER SANS BOUGER, on ne doit pas s’étonner des bouffonneries des dirigeants ! En réalité, chaque dirigeant est à l’image de son peuple (qui choisit de vivre la "démocraSSie" ou la "démocraTie"). On ne peut pas vouloir une chose et son contraire : on veut le changement et on vote pour les mêmes ; ensuite on se met à larmoyer et à se lamenter : POURQUOI ?... Soit, nous sommes capables de générer ce que nous voulons, soit nous acceptons de vivre ce qui nous arrive ! La soit disante "communauté internationale" se résume souvant à quelques dirigeants qui ont intérêt à ce qui nous arrive ; et conséquemment, ils condamnent quand ce qui nous arrive ne leur convient pas, mais applaudissent quand ce qui se passe les arrangent ! Alors, nous devons soit nous réveiller et payer le prix de nos ambitions ou alors, croupir et souffrir des nouvelles formes de colonialisme qui nous sont imposés. A bon entendeurs,...

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2017 à 07:06, par sheiky
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    Le drame mon cher Amadoum est que le score que tu pronostiques est loin de la réalité. Le peuple semble être hors de ce qui se joue actuellement. ce sont les caïmans d’un même marigot qui se bagarrent et je ne pense pas que le changement en cours en sera vraiment un en termes de perspectives pour le peuple zimbabwéen. La seule issue idéal mais qui peut sembler irréaliste à l’heure actuelle est que l’armée conserve le pouvoir et mette en place un processus électoral ouvert. Mais ces gens traînent trop de casseroles pour se permettre cela.
    Si le coup se confirme, on aura au moins l’avantage de ne plus voir le vestige de Mugabé et sa bonne femme.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2017 à 07:56, par Liokida
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    La désignation même de Mugabé, malgré son âge comme candidat à sa succession était un signe que la succession n’était pas préparée. Il était en effet évident que même élu, Mugabé n’aurait vraisemblablement pas été en mesure de gouverner. Et puisque l’Etat n’est pas patrimoine privé, ce n’est pas à l’épouse que les zimbabwéens vont laisser la succession, naturellement. En somme, le Zimbabwe sortira grandi de cet épisode de son histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2017 à 09:29, par n
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    J’ai de la peine pour ce président qui , quoi qu’on dise a combattu brillamment le colonialisme et a triomphé . Dommage qu’il n’ai pas compris que la légitimité comporte des limites .Il serait resté un grand homme devant à l’histoire . Mais bon , on lui suit malgré tout reconnaissant. Et j’espère que la junte militaire le sera également car les peuples ont besoin de repères et Mugabé en est un.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2017 à 09:46, par Citoyen Lambda
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    Internaute La moderation,ce sont des griots a l,esprit obtus et limité comme vous autres qui constituez des dangers pour nos presidents et leurs familles,car vous ne prenez jamais le temps d’analyser en profondeur les choses avant de réagir . Mais ce n’est pas de votre faute.Vôtre intelligence ne vous permet pas d’aller au delà de votre réaction primaire.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2017 à 10:44, par Internaute
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    Hey ! N’en voulez pas à Mugabé et aux présidents africains pour le nombre d’années passées au pouvoir. Regardez aussi en Allemagne. Cela fait 20 ans que Angela Merkel dirige l’Alllemagne. Mais vous en parlez peu. Si la constitution ne limite pas le nombre de mandats, le Président peut toujours se présenter. Si la constitution n’empêche pas la femme du Président Mugabé de se présenter aux élections pourquoi l’en empêcher par ce coup d’état. En Argentine, la femme (Cristina Kirshner) d’un ancien Président est devenue Présidente (elle a succedé à son mari), est ce que vous en parlez ? Autre exemple, en Corée du Sud, la fille d’un ancien Président est devenue Présidente.
    Laissez Mugabé en paix, le seul Président africain qui ose encore dire la vérité aux colonialistes et aux impérialistes.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2017 à 12:53, par Citoyen Lambda
    En réponse à : Bruits de bottes au Zimbabwe : La confusion règne alors que l’armée dément tout coup d’Etat

    Internaute La moderation,ce sont des griots a l,esprit obtus et limité comme vous autres qui constituez des dangers pour nos presidents et leurs familles,car vous ne prenez jamais le temps d’analyser en profondeur les choses avant de réagir . Mais ce n’est pas de votre faute.Vôtre intelligence ne vous permet pas d’aller au delà de votre réaction primaire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés