Fédération des Associations de la Sécurité Routière au Burkina Faso (FAPSER-BF)

mercredi 15 novembre 2017 à 00h30min

A l’occasion de la commémoration de la Journée Nationale de Sensibilisation sur la Sécurité Routière célébrée le 15 novembre de chaque année, La Fédération des Associations pour la Promotion de la Sécurité Routière au Burkina Faso (FAPSER-BF) tient tout d’abord à partager les sentiments d’affliction et de douleur ressenties par toutes les familles victimes des accidents de la route.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 Fédération des Associations  de la Sécurité Routière au Burkina Faso           (FAPSER-BF)

Au vu de l’ampleur des accidents de la route, il est indéniable que la problématique de l’insécurité routière est devenue un problème transversal au même titre que celles du Sida, de l’environnement et du genre.

En Afrique, l’augmentation d’année en année des victimes de la route crée une situation d’urgence. Selon l’OMS, chaque année, les accidents de la route font environ 1,2 millions de tués et plus de 50 millions de blessés dans le monde. Ces chiffres représentent plus d’une vie perdue par minute et deux blessés toutes les secondes.

Au Burkina Faso, c’est avec grande inquiétude que nous sommes de plus en plus témoins de la croissance exponentielle des accidents de la circulation routière dans les agglomérations (surtout dans les grands centres urbains) et hors agglomérations (l’accident de Boromo le 15 novembre 2008 qui avait causé la mort à 69 personnes ainsi que plusieurs blessés).

La FAPSER-BF, tout en saluant les initiatives gouvernementales telles la commémoration chaque année, et cela depuis 2009, de la Journée Nationale de Sensibilisation sur la Sécurité Routière, l’installation des membres du Conseil National de Sécurité Routière(CNSR), l’adoption du plan d’actions national de sécurité routière 2011-2020, la prise d’un certain nombre de mesures visant la réduction significative des accidents de la route, etc. et les diverses actions de tous ceux qui œuvrent dans le domaine, voudrait, en ce jour du souvenir, interpeller tous les acteurs à s’engager résolument à bannir les comportements à risque par le respect scrupuleux du code de la route et les règles de la circulation.

Que cette journée soit perçue comme une invite à la prise de conscience collective et une occasion privilégiée de recueillement et de prières en mémoire des victimes des accidents ayant causé le décès et divers traumatismes qui ont entraîné la désolation au sein des populations burkinabè.

Fait à Ouagadougou, le 15 novembre 2017
Le Président
Tiémoko Rémy SERME
Chevalier de l’Ordre National

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 novembre à 13:10, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
    En réponse à : Fédération des Associations de la Sécurité Routière au Burkina Faso (FAPSER-BF)

    Merci pour cette commemoration. Voici le message du prophète impie à l’attention de tous, Burkinabè, d’Est en Ouest et du Nord au Sud :
    Cessons notre hypocrisie collective en commençant par tous ceux qui demandent à Simon compaoré de demissioner. C’est toi, c’est vous qui devez demissionner. Pourquoi ? Un mort est un mort qu’il soit par balles terrorristes ou par incivisme routier notoire. Arretons notre criminalité blanche, celle des honnête citoyens qui ne voient que le poutre dans l’oeil des autres. Concitoyens et concitoyennes, l’heure routière est grave. Comment peut-on pretendre être un citoyen avec casier judiciaire vierge, honnête, "intègre" (Tchrrrr !) sans être capable de rendre la reverence à la vie de son prochain sur la route. Ce qui est grave, c’est de haut en bas et de bas en haut : Ministres, DG, directeur de service, agent. Plus pire, même les FDS (flics, minitaires, coummando miçant de la Conseil ...) "les tous sont les mêmes pareils" (selon un ancien combattant). Alors moi prophète je dis et je redis, mort par terrorrisme = mort par incivisme routier notoire. Que repose en paix cet usager dont la tête a été pietiné ce mois de nov 2017 sur une de nos routes.
    J’en ai fini. Où sont les films de l’ONASER des années 2009 à 2012 ? Oui des philanthropistes avaient reussi à faire arreter la diffusion sous pretexte que c’etait choquant pour les enfants. Et pourtant les mêmes enfants regardent des films pire que ça. Si nous refusons d’être choqué par la sensibilisation, c’est l’adversité du createur Dieu l’imbecile qui s’en chargera. En temoigne le cas cité plus haut.
    A bas Dieu et vive la securité routière !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés