Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

« Enfance vulnérable au Burkina Faso et politiques d’insertion : analyse de la contribution de deux ONG à Ouagadougou » : Une thèse soutenue par Siaka GNESSI

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • • lundi 13 novembre 2017 à 17h12min
« Enfance vulnérable au Burkina Faso et politiques d’insertion : analyse de la contribution de deux ONG à Ouagadougou » : Une thèse soutenue par Siaka GNESSI

L’institut des Sciences des Société (INSS) du Centre national de la Recherche scientifique et technologique (CNRST) a un nouveau docteur en Sociologie. Il s’agit de Siaka GNESSI. Il a soutenu une thèse de doctorat le jeudi 9 novembre 2017 à l’Université de Bourgogne Franche-Comté (France) sous la direction de Monsieur Gilles FERRÉOL, Professeur de Sociologie et Directeur du Laboratoire Culture Sport Santé Société (C3S) qui a accueillie l’impétrant. Sa thèse s’intitule : « Enfance vulnérable au Burkina Faso et politiques d’insertion. Analyse de la contribution de deux ONG à Ouagadougou ». Un travail qui analyse le système national de protection de l’enfance au prisme des modèles organisationnels, et qui appréhende les logiques des ONG, les stratégies qu’elles mettent en œuvre et les perceptions des bénéficiaires.

En présence d’étudiants burkinabè de Besançon, de Dijon et de Clermont Ferrand ainsi que d’autres personnes venues le soutenir, Siaka GNESSI a présenté sa thèse en 30 minutes, fruit d’un travail de quatre années. Ses recherches ont permis de saisir les facteurs explicatifs de la souffrance des enfants en situation de vulnérabilité malgré l’adoption et la ratification de nombreux textes juridiques et la présence significative d’acteurs censés défendre leurs droits. Elles permettent aussi d’offrir aux institutions dédiées à leur cause, « une meilleure prise en compte des contours sociologiques qui affectent la quête de bien-être de cette catégorie sociale ainsi que des références pour agir ».

Selon l’impétrant, deux mécanismes cohabitent en matière d’aide à l’enfance : le premier est formel et placé sous la responsabilité de structures publiques, le deuxième est non formel, animé par des composantes de la société civile. Il souligne que le système de protection a besoin d’une meilleure gouvernance afin de trouver des solutions durables aux problèmes d’organisation et de coordination qui impactent négativement la qualité de la participation des acteurs.

Son travail relève que « les ONG comblent un grand vide laissé par les pouvoirs publics en matière d’aide à l’enfance au regard des perceptions des actions de ces organisations, positives chez la plupart des bénéficiaires directs (les enfants) et indirects (les parents) ». Mais « les différences et même les contradictions de logiques relatives à la définition des concepts d’enfant, de protection, d’insertion et de vulnérabilité montrent que les structures ne sont pas sur la même longueur d’onde dans le combat quotidien qu’elles mènent » ajoute-t-il, avant d’engager la responsabilité de l’État à « une co-construction (avec tous les acteurs) d’un système de prise en charge plus dynamique et d’insertion mieux profitable aux enfants en difficulté ».

À l’issue de l’exposé oral, des remarques ont été faites et des questions ont été posées par les membres du jury présidé par la Professeure Maryse GAIMARD de l’Université de Dijon. Après les réponses apportées par le candidat, le jury s’est retiré pour délibérer.

Après délibération, le jury a apprécié la qualité du travail, a jugé celui-ci recevable et a déclaré Siaka GNESSI docteur en Sociologie.

Après l’acceptation de sa thèse, Siaka GNESSI ambitionne non seulement de continuer dans la recherche scientifique, mais aussi d’encadrer des étudiants dans la préparation de leurs mémoires.

Une correspondance particulière de Diane PALGO

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Financement de la recherche : Le FONRID octroie 182 millions de F CFA à trois universités et des instituts de recherche
Les ambiguïtés de la politique de transport urbain à Ouagadougou : le cas des taxis verts
Institut des sciences et des sociétés : Une doctorante décortique l’institution chef de file de l’opposition
Soutenance de thèse unique : Mention très honorable pour le Dr Bazombié Yidain Jacob Daboué
ENAM : Huit opérateurs économiques reçoivent des toges de reconnaissance
Championnat international du débat francophone : Mathilde Zerbo félicitée par son établissement l’USTA
Communication et Journalisme : Tiga Cheick Hamed Sawadogo s’intéresse aux koglwéogo dans une recherche
Université de Ouagadougou : Vincent Zoma décroche son doctorat en géographie
Université Ouaga I Pr-Joseph-Ki-Zerbo : Admis à la retraite, le Pr Prosper N. Zombré reçoit l’hommage de ses pairs
Les obstacles à la participation communautaire à la santé
Soutenance de mémoire : Hamadoum Tall analyse la consommation des réseaux sociaux par les lycéens
Recherche : Le quinoa, une plante pour s’adapter aux changements climatiques
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés