Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Controverse Tahirou Barry - RTB - Rémis Djandjinou : « L’espace public n’est plus le monopole de personne » soutient Luc Adolphe TIAO

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 9 novembre 2017 à 23h25min
Controverse Tahirou Barry - RTB - Rémis Djandjinou : « L’espace public n’est plus le monopole de personne » soutient Luc Adolphe TIAO

L’affaire continue de faire des gorges chaudes et emballe de plus en plus l’opinion. Ci-après, une déclaration non des moindres au vu de l’étoffe de son auteur sur le plan journalistique et politique. Il s’agit de Luc Adolphe TIAO, ancien Premier ministre, ex-président du Conseil supérieur de la Communication(CSC), journaliste... Lecture.

La polémique actuelle autour d’un soupçon de l’immixtion du ministre de la communication dans le traitement de l’information n’est pas nouvelle en soi. Les médias de service public ont été dans tous les régimes politiques objet d’une convoitise permanente des pouvoirs politiques.

Le petit frère Djandjinou dont je connais ses combats antérieurs pour la liberté de presse et les innovations qu’il a apportées alors qu’il était dans le privé en matière de traitement de l’information dans l’audiovisuel doit mesurer dans ses nouvelles fonctions la complexité de la gestion des médias publics entre devoir de garantir la liberté d’expression et celle de protéger les intérêts de l’exécutif censés être ceux du peuple. Comme dit l’adage qui détient l’information détient le pouvoir.

Ce qui a changé au Burkina est que les médias ont gagné en maturité, les journalistes de la presse publique se sont presque affranchis de la tutelle politique et une véritable opinion publique existe tant sur les médias classiques que sur les réseaux sociaux. L’espace publique n’est plus le monopole de personne et nul ne peut l’apprivoiser même en y déversant beaucoup d’argent.

Mais entre l’obligation pour l’État de garantir le service public pour tous les citoyens, ses velléités de propagande somme toute compréhensible - on peut ne pas être accord mais c’est une réalité même dans les démocraties les plus avancées - et son obligation de garantir les intérêts et les opinions contradictoires de ses citoyens, que faire ?

Des grands spécialistes à l’instar de l’émérite professeur Serge Théophile Balima ont déjà publié des écrits de référence mondiale sur le sujet. Pour ma part, jetant mon pavé dans la marre, j’ai trois pistes de réflexion.

Premièrement, s’agissant de la gouvernance des medias publics, ne faut-il pas évoluer vers le modèle britannique avec la BBC en mettant en place un conseil de gouverneurs indépendants pour veiller à l’impartialité du traitement de l’information de l’audiovisuel public et à garantir l’indépendance des journalistes ?

Deuxièmement apporter des innovations dans la régulation des médias dont l’organe de régulation doit acquérir plus d’indépendance et exercer un véritable pouvoir sur les médias audiovisuels. Pouvoir prendre dans le sens de la veille de liberté des sanctions en cas de faute professionnelle avérée.

Troisièmement l’éducation aux médias favorisera l’émergence d’une opinion publique plus avertie et plus responsable.

Quatrièmement, ramener au cœur de la formation des journalistes, les problèmes d’éthique, de déontologie et de la responsabilité sociale des médias.

La liberté d’expression est une dynamique politico-sociale. Elle sera toujours fonction de la dynamique sociétale, des rapports de force en présence, du niveau de développement économique, culturel et surtout de la réalité démocratique
Puisse le débat actuel sur la RTB soit fécond et non stérile.

Beyon Tiao
Ancien journaliste
Diplômé du Centre d’études diplomatiques et stratégiques de Paris.
Docteur en sciences de la communication de l’université de Bordeaux

Messages

  • Le neauveau grand mal de mon pays, c’est que dans tous les faits ou presque, personne ne veut reconnaitre dignement son tort. Et ça, c’est très dangereux pour un pays. Si vous ne croyez pas, je vous assure même que le danger n’est pas loin et on ne sait pas par où il viendra. Travaillons tous à changer nos comportement, car ce n’est pas mauvais de reconnaitre sa défaillance, surtout quand elle est patente

    • Il fallait laisser ce Monsieur s’exprimer. Moi personnellement je n’ai pas compris son attitude. Je m’attendais à ce qu’il saisisse ce plateau pour recadrer son déballage qui à mon avis de personne qui voudrait être neutre (tendance opposition ou pouvoir), il devrait lire Abraham Lincoln.
      L’analyse de LAT résume tout le débat

  • Belle analyse.Tous les fils du pays doivent contribuer au développement du pays.Le MPP doit en tenir compte.

    • Oui mais après avoir rendu compte de ses actes criminels devant la justice. Autrement on ne peut tenir que des discours creux, non audibles et non crédibles. Signer une lettre ordonnant les forces de sécurité d’assurer "l’ordre" par tous les moyens y compris par la force et qu’après cette lettre des dizaines de personnes aient connu la mort, ce n’est qu’après avoir rendu compte à la justice qu’on pourra tenir des discours crédibles.
      Entre quelqu’un qui a tenté de limiter la liberté de la presse et celui qui a ordonné de tirer sur des manifestants de la liberté, il n’y a pas photo.

    • Qu’est ce qui vous fait dire que l’acte a été commandité par le MPP ? Ayons un peu de divertissement et nous y gagnerons toutes et tous

    • Sincèrement ! Entre nous, ou est le problème ! Ne tournons pas en rond ! Si les forces de l’ordre ne doivent pas pouvoir user de leurs armes pourquoi les leur donne t-on ? Il est bien écrit "assurer l’ordre par tous les moyens y compris par la force". La force est donc évoquée comme solution ultime ! Ne soyons donc pas hypocrites ! Pensez-vous que n’eu été l’usage des armes, Ouagadougou aurait-il ce visage aujourd’hui ?! Pour ma part, ce débat ne devrait plus être, parce que je pense qu’il est de ses prérogatives de préserver l’ordre par tous les moyens ! A moins que vous ayez des motivations cachés comme tout brûler et foutre le cahot ! Merci donc donc à LAT pour avoir jouer son rôle et nous permettre aujourd’hui de pouvoir en discuter !

    • Vous êtes hors sujet. Il ne s’agit pas de parler du PM LAT.

    • C’est vraiment triste quand des gens qui se disent intellectuels réagissent de la sorte.LAT dit ce qu’il pense de la situation par ce que étant journaliste aussi.Voila que vous nous renvoyez à des histoires de signatures de lettre,de crimes.Ou est le liens ? grandissez un jours ou cachez vous a jamais.

    • Je suis parfaitement d’accord avec vs samuel mais à mn humble avi on ne devait pa empêcher Tahirou ! Ns avon dpassé c stade la !

    • Mon cher ami, on sait que tu aimes ton MPP mais il faut lire ce qu’il a écrit avant de bondir. Il dit que le MPP doit tenir compte de l’avis de tout le monde pour le bien du Burkina. Faut pas décrypter à l’envers. Et c’est un bon conseil qu’il donne.

    • Samuel, LAT que vous accusez tant qui etait en CI est rentre de lui meme du pays et est venu repondre devant la justice pour cette affaire de lettre. Vous savez pourquoi il est en liberte et ecrit meme surle fasonet ? Alors, si vous etes plus juge que les juges de la republique, alors a vos marques. Si non, vous faites de la mauvaise propagande avec un esprit malsain. Que voulez vous au juste ? Du n’importe quoi ! C’es parce que la justice n’a rien a lui dire qu’il se pavane où il veut. Alors si vous avez un autre chef d’inculpation contre lui, au lien de se faire anonyme, vous connaissez le chemin de la justice. Rond point des nations-unies. Sachez en passant que vous etes exposez a votre propre bile qui va vous terminer, si ce nest le cas deja. Meilleure santé tout de meme.

    • C’est vrai mais il faut reconnaitre qu’il est impossible de tenir compte de l’avis d chacun des burkinabè, surtout que le plus souvent, quand on écoute les radios privées, ce sont de véritables âneries qu’on y entend, et les auteurs de ces réflexions exigent du gouvernement qu’on les écoute, sinon"CE QUI S’EST PASSE VA SE REPETER". Que chacun fasse son travail. Aucun gouvernement ne viendra régler le problème de chacun des citoyens. Au lieu de se battre eux mêmes de l’amélioration de leur conditions de vie, les gens perdent leur temps à des questions qu’ils ne maitrisent pas.

    • Je suis désolée mais tu n’es pas un vrai burkinbila. Comment oses tu parlé ainsi au moment ou des coeurs meurtris crient toujours justice ? Ce ne sont pas que des forces armées qui ont des armes ! Si chacun devrait s’en servir pour decanter chaque situation, on allait quitter notre cher patrie. Je suis d’accord qu’ils reviennent (les hommes forts de l’ancien régime) au bercail pour qu’on contruise ensemble le FASO, mais JUSTICE-PARDON- RECONCILIATION, et non l’inverse.
      Ce pendant je lui tire mon chapeau pour sa belle analyse et pour son courage !!!!!!!
      Que DIEU bénisse le BURKINA FASO.
      La patrie ou la mort, nous vaincrons !

    • Voltaîque Indigné, c’est pas toi par hasard qui est hors sujet ! PM LAT est confondu à son discours. Il est mal placé pour nous donner des lessons de vie...

  • Même ceux qui ont signé des réquisitions pour demander d’utiliser les armes du peuples contre le peuple sortent avec de gros sabots pour donner des leçon de liberté de la presse... Le Burkina est un pays qui est bien heinnnn. Au lieu de faire profil bas, il s’érige en donneur de leçon. Je vous dis, restons là à se rentrer dedans. Quand le serpend va se réveiller il ne va pas nous louper. Tous !

  • Ca se dit Dr en communication et ca pond un article truffé de fautes.

  • Avec l’arrivée du tout ministre de la culture, Tout le gouvernement doit il encore recevoir les 14 millions de frais d’installation ? si oui c’est qu’on est plus que mal barré. Laisser Barry nous expliquer votre mode opératoire en matière d’avantages liés au poste. Un vrai détournement légalisé si c’est le cas.

  • Ah ! On réapparaît subitement à ce que l’on constate ? Cher Mr. TIAO ! Je vous aurais compris lorsque, journaleux à Sidwaya vous vous battiez comme les autres de la profession pour que l’information soit à la portée et au bénéfice de tout le monde, simplement parce que c’était votre "Gagne-pain". Ceci se poursuivit timidement lorsque vous vous êtes retrouvé au CSI parce que vous vous y sentiez toujours du métier, mais à un échelon supérieur. Mais, mais et mais, lorsqu’on vous a offert de plats plus consistants à votre poste de Premier Ministre, votre compréhension des choses avaient subitement changé . Oui ! Que n’avons-nous pas vécu dans ce pays sous votre houlette surtout avec votre "sacré Traoré", Supra-Ministre de l’Information ? Combien de fois avez-vous censuré (directement et indirectement) des publications de Presses ? Vous voulez nous faire croire aujourd’hui alors que "tolérant" le peuple vous a permis de réapparaître, que vous êtes "partisan de la Liberté de la Presse et surtout le droit à tout le monde d’y avoir accès ?" Plus ridicule que vous, y a pas . A votre place, je me ferais "minus et très minus même. Même si, c’est ce que l’on constate sans dire le nom, le début des Campagnes politiques a commencé au CDP avec pour preuve, l’apparition également d’un certain Yé-boanga sans honte dans sa contrée pour organiser un Djandjoba ; question de réapparaître en public. Soit ! le CDP peut aujourd’hui se targuer de reprendre Campagne. Mais si l’Article 37 avait été modifié comme vous le préconisiez, ou encore si les éléments du RSP avaient évolué dans le même sens que vous pour tirer sur le peuple, vous n’auriez eu personne pour vous écouter . Même si ce que vous dites du Ministre Djandjinou s’admet, il y a lieu de relever et retenir que votre jeu n’est autre que du "Blaguer - Tuer". Et nous osons espérer que ce dernier sera assez lucide pour vous découvrir dans votre supercherie. S’il a fauté, comme il le réclame lui-même, qu’on lui sorte le "Carton Rouge du Koro Arba Diallo". Là il comprendrait mieux que ces inepties de quelqu’un comme vous qui n’aurait pas hésiter à lui tirer dessus. L’Article 37 aurait été modifié que celui-ci n’aurait jamais accéder à son poste du moment. Donc cher Mr. Tiao ; vamos calmos ou si vous voulez, restez "Tranquilos" car on vous a pardonné, mais on ne vous a pas oublié .

  • Maintenant Mr Luc a le courage de le dire.l’analyse est vrai comme l’eau de roche ;mais ou était il quand il s’agissait de signer le fameux décret invitant les forces de l’ordre a user de balles pour empêcher tout rassemblement.
    Remis doit être dans votre role en ce moment.Merci pour votre point de vue pertinent mais n’oubliez pas que vous etes passe par la.Alors pas de recuperation......

  • La connaissance est comme la lumière, impossible à cacher. Très belle analyse sans parti pris avec en bonus des pistes de réflexion qui pourront être bénéfiques si les acteurs concernés s’en appropient.
    A l’auteur, cet écrit prouve que vos diplômes sont valables. Rien à voir avec les débats de cabaret. Bon vent

  • Le malheur des Burkinabé est que tout ce qui ont droit à la parole sont toujours dans l’esprit de l’insurrection. On se focalise sur des détails au détriment de l’essentiel. Quand TB à démissionné c’est sur un réseau social qu’on l’a appris. Pire il était au courant du programme du président élu. Qu’un ministre démissionnaire parle ou non à la TNB, en quoi cela amélioré les conditions de vies des populations. Nous roulons à fleur de peau et cela est très dangereux. Un média d’état reste un média d’état. Les journalistes de la TNB doivent savoir être professionnels. Évitons le sensationnel au profit des analyses constructives.

  • Rectificatif technique. Prof Serges Théophile BALIMA est PROFESSEUR TITULAIRE en Communication mais pas un Professeur Émérite Par honnêteté intellectuelle, il pourra rectifier ce titre lui mêmeL’Emeritat est comme comme le SENAT (ANCI/EN/VIEUX EXCELLENTS ET UTILES) en politique, il est exclusivement réservé aux Professeurs Titulaires à la retraite. Il y a actuellement bcp de Professeurs dans les Universités Publiques au Burkina à la retraite qui méritent ce titre honorifique mais malheureusement, le Pouvoir MMP a voté une loi en 2016 qui supprime expressément l’existence de l’EMIRITAT dans nos Universités. En français facile tant que le MPP sera au Pouvoir il n’y aura pas de Professeur EMERITE car ils sont contres !!!!!

  • Félicitations au ministre Djandjinou et carton rouge à Tahirou Barry. Il faut que les gens arrivent à comprendre que la récréation est fini. Un pays qui regorge de trop de griots ne peut pas avancer et l’Etat a le devoir de filtrer ou canaliser certaines choses pour le maintien de la cohésion sociale. Veille citoyenne par là ; présimètre par ci, ... Tout le monde attend et rares sont ceux qui veulent travailler.

  • Il faut reconnaître que vous venez de nous faire une très belle analyse et de belles propositions pour une gestion plus harmonieuse des médiats.
    1- un conseil de gouverneurs indépendants pour veiller à l’impartialité du traitement de l’information de l’audiovisuel public et à garantir l’indépendance des journalistes.
    2-l’organe de régulation doit acquérir plus d’indépendance et exercer un véritable pouvoir sur les médias audiovisuels. Pouvoir prendre dans le sens de la veille de liberté des sanctions en cas de faute professionnelle avérée.
    3-l’éducation aux médias favorisera l’émergence d’une opinion publique plus avertie et plus responsable.
    4-ramener au cœur de la formation des journalistes, les problèmes d’éthique, de déontologie et de la responsabilité sociale des médias

    Cela me fend vraiment le cœur du fait que Blaise vous a embarqué dans ces forfaitures contre le peuple. Dommage pour le Burkina, Blaise a usé de son pouvoir pour salir une grande partie de nos intellectuels (je reconnais aussi qu’il était très dure de dire non à Blaise et rester au Burkina).

  • Belle analyse Dr Tiao. Merci pour cette contribution intellectuelle au débat longtemps laissé entre les mains de néophytes érigés en savants

  • C’est dommage, mais LUC ADOLPHE TIAO a manqué de réserve et de retenue. Quelle leçon veux-tu donner aux BURKINABE ? quand on a signé un document génocide qui a autorisé le massacre de BURKINABE, il faut savoir raison gardée être en retrait ne serait par la crainte de dieu et en mémoire des victimes.

  • Bravo avec toute la sagesse entouka chacun dois construire le cher Burkina avec la pierre qu’il détient entendre vous et mon Burkina ira de lavant. L’expérience dès autre sera les leçons de nous les jeunes merci mon cousin gourounga

  • Pour quelqu’un qui a fait tier sur des burkinabès a mains nues , il est illégitime de vouloir donner des leçons .

  • Merci Excellence pour votre contribution à ce débat. Cependant, je constate que vous n’avez pas bien relu votre texte avant de le publiez car vous avez annoncé 3 pistes de solution et vous en présentez 4. De plus, je crois savoir que l’on devrait écrire ’’Puisse le débat actuel sur la RTB être fécond et non stérile’’ au lieu de ’’Puisse le débat actuel sur la RTB soit fécond et non stérile’’. Excusez-moi si je me trompe.
    Merci encore une fois.

    • Dalay Lama, effectivement vous vous êtes trompé. Ne me dites pas que je devrais mettrais "s" à "trompé" aussi. Merci pour la tentative

    • oui vous vous trompez mon cher Dalay Lama : on ne dit pas "puisse le debat soit fecond" mais bien "puisse le debat être fecond" en bon français on emploie toujours l’infinitif dans cette formule et non le subjonctif !
      par exemple on dira " puisse Dieu faire en sorte que...." et non " puisse Dieu fasse en sorte que..."

      bon weekend à vous au Faso !!!

    • Oh ! excusez-moi cher Dalay Lama je vous ai mal lu !!! sorry !! mea cupla !! mea maxima culpa !!

  • - Merci et félicitation au PM LAT pour cette contribution fort claire et riche, surtout qu’il y a des propositions. Dandjinou l’aura apprit à ses dépens.

    Par Kôrô Yamyélé

  • Je le dis et persiste,la justice ne saurait légalement condamner l’ ancien gouvernement TIAO pour les conséquences de l’insurrection et des positions sur la modification ou non de l’article 37 de la constitution.Car,les pro et anti-référendum sur la modification ou non étaient tous dans leur droit constitutionnel.Les conséquences de l’insurrection reposent sur la faute desdits insurgés qui ont incendié l’Assemblée nationale et saccagé des biens de citoyens.Les coupables de ces actes se trouvent au sein des partis de la mouvance présidentielle,de certains opposants du CFOP,des OSC etc...En cas d’un éventuel procès du gouvernement TIAO,ce qu’il conviendrait comme verdict à titre moral et pour l’avenir,c’est une relaxe pure et simple pour infraction non constituée ou une condamnation avec sursis.La justice burkinabè s’est trop laissée travestir par des manipulations politiciennes qui ont contribué à tenir son image.Il est donc temps que la justice réaffirme son indépendance en respectant scrupuleusement les principes de droit au plan national et international.

  • Très bonne contribution, le pays a besoin de vos expertises pour avancer.

  • <>
    Premièrement.....
    Deuxièmement.....
    Troisièmement.....
    Quatrièmement......
    Alors on ne peut s’empêcher de toujours tricher.

  • Juste vous remercier de rectifier au niveau du titre, l’espace public

  • Belle sortie et belle analyse de l’ancien premier ministre Luc Adolphe TIAO digne d’un intellectuel plein. Félicitation.

  • Non, les gars, laissés les militants aveuglé du MPP continuer à croire détenir la vérité ; ils se réveillerons tard. La justice de Dieu ne saurai tarder ! on verra qui détient la vérité, qui n’appartient à personne d’ailleurs.

  • Si ce n’est plus. Tu dis, ce n’est plus. Donc c’était. Ah........ à votre époque de dictature. Le tueur a peur du marteau.

  • Bonjour
    Je suis désolé mais je ne vois pas en quoi l’ex premier ministre a apporté quoi que ce soit aux débats actuels sur cette question.
    C’est vraiment dommage

  • c est a cause de votre naïveté qu on vous a chassé un plein midi comment un media d état peut se considérer comme radio trècheville

  • Ouais, après avoir signé la fameuse réquisition autorisant l’armée à faire usage de la force lors du soulèvement de 2014, le voilà soudainement épris de sagesse. Ce genre de déclarations me conforte dans l’idée que les anciens dignitaires ne s’inquiètent pas outre mesure des poursuites qui sont engagées à leur encontre, comme si on leur avait donné l’assurance que ça ne restera qu’une tempête dans un verre d’eau.
    Le minimum voudrait qu’il aient un peu de recul quand aux sujets d’actualité, et à tout les sujets tout court, en prenant exemple sur leur ex "grand sachem". Quand je les entends je suis écœuré, et la nette impression qu’il y a un deal avec les nouveau - anciens hommes forts qui ne dit pas son nom... merde.

  • Merci à LAT pour cette contribution féconde qui tranche avec les réactions émotionnelles que l’on a vues jusque-là. L’avez-vous remarqué ? Ex-PM, ex-Président du CSC, LAT très avisé n’a donné de carton à personne.
    Je retiens que pour les médias publics il y a un problème de fond en matière de statut de l’organe, de formation des journalistes et surtout de gouvernance comme l’a relevé LAT.

  • belle analyse et les anciens ministres, blaise compaore devraient vous emboiter le pas car c’est ce type de contibution qu’on attend de tout le monde. la construction de la patrie est l’oeuvre de tout le monde. toutefois, on peut noter sanogo mafarma, carolyne wanre etc ont été victimes de ce genre de situation meme si les contextes sont differents.excellence, si la demarche a priori est sans calcul politique, j’ai dit bravo et je voudrais vous inviter vous et les autres a ce genre de contribution car ce pays regorge de tant de talents qui peuvent apporter respectueusement et intellectuellement des idées comme vous l’avez fait dans votre publication. sans rancune, juste une appreciation

  • Au Burkina on s’est entendu pour gâter le pays !
    On a refuser de te recevoir à la Télé, attend une autre fois.
    On a refuser de recevoir quelqu’un et cela devient un tremplin pour tous pour activer des problèmes. Ok, ce sont les petits problèmes qui s’accumulent ou se croisent pour devenir des grands problèmes et engendrer ainsi des catastrophes.
    Chacun est assis au lieu de mettre du bémol, il veut aggraver les problème du pays.
    Nous ignorons tous ce que nous deviendrons si un jour le pays devient invivable.

  • Franchement je ne comprend rien ,Monsieur LUC toi qui étais président du CSC tu as vu tout ça passe devant tes yeux non ,et c"est maintenant tu veut parlé ,je pense que c’est mieux de te clame la ou tu est .merci

  • - Vou le faso.net, dans ces jours c’est pas la peine ! Vos articles ne sont pas croustillants. Et en plus vous ne suivez pas l’actualité !

    Voyez par exemple hier 9 novembre vers 13h30, 2 violents affrontements ont opposé dans la zone d’Ariel (Nord du Burkina Faso) un détachement du groupement burkinabè des forces antiterroristes (GFAT), qui effectuait une patrouille de reconnaissance, et des groupes armés. Les assaillants ont ouvert le feu, et la patrouille du détachement militaire de Nassoumbou a riposté. Ils ont fait des combats qui ont duré plusieurs heures. Une dizaine de terroristes ont été abattus, et 5 soldats ont été blessés dont un grièvement. Ensuite nos soldats ont saisi un important stock d’armement et de munitions appartenant aux terroristes. En recanche, ceux-ci ont causé des dégâts sur les véhicules des solldats burkinabè.

    CONCLUSION : Pour une fois que le vent a commencé à changer de direction et que nos vaillents soldats remportent une victoire et tuent plusieurs terroristes, vous devez nous informer avec fierté au lieu de vous retrancher dans l’immobilisme !

    Par Kôrô Yamyélé

  • C’est facile de critiquer quand on est de l’autre coté. Il faisait pire lorsqu’il était au cmde. Le ministre Rémi a fait son job. On ne peut permettre à n’importe qui de venir nous narguer à la RTB. C’est avant tout une télévision publique. Que M. Tahirou aille se faire entendre ailleur ou est le problème.

  • je crois que liberté d’expression ne veut pas dire que le journaliste peut amener toute personne qu’il veut ou encore que n’importe quel reportage peut passer sur les antennes ? si c’est cela à quoi sert la rédaction et quel est le rôle de son rédacteur ? Siriki DRAME, il ne faut induire les jeunes confrères en erreur car si le Directeur enjoint à un journaliste de ne pas inviter une telle personne ou ne pas diffuser une émission, il se doit de se soumettre au lieu de croire que lorsqu’on dit liberté, toutes les choses sont permises. il faut reconnaitre cela

  • Belle analyse.
    Ma préoccupation est de savoir si Luc Adolphe TIAO vient d’avoir une subite révélation
    divine ou bien s’ il avait déjà ses convictions ici exposées, lorsqu’il était dans le
    gouvernement de Blaise KOUASSI COMPAORE ?
    Trop facile.

  • je ne suis pas homme de média, mais je pense que c’est facile de critiquer quand on est dans les gradins que joueurs de champs, ou dans l’arène (cas de la lutte). Quand on a été capitaine de l’équipe on a eu l’opportunité d’inscrire un palmarès, construire un modèle de jeu de la maison ( système de jeu FC Barcelone, REAL de Madrid, FC Manchester U... ; qu’es ce que nous avez légué comme héritage que la nouvelle génération devrait s’en inspirer ?
    les propositions sont peut être pertinentes, mais pourquoi attendre un contexte de tension entre administrés et administrateur , un moment ou les esprit sont surchauffés, chacun se donnant raison, pour faire des suggestions.
    il faut chercher à séparer les protagonistes, chercher à apaiser les cœurs, baiser la tension, préparer les esprits à être réceptifs aux conseils avant de conseiller, c’est cela qui est constructif...sinon on prêche dans le désert

  • Je ne crois pas que le fait qu’un ancien ministre n’est pas passé à RTB puisse influencer le développement du Burkina. Il peut dire sa vérité dans les journaux ou d’autres chaines. L’Etat doit protéger le Faso contre des déclarions unitiles pour le peuple. Ceux qui attaquent le Ministre sont les ennemis du Burkina. Ils finiront par exiger l’autorisation pour les terroristes de participer à une émission à RTB.

  • Je pense que c’est juste pour dire. « DJANDJINOU, tu disais que nous sommes mauvais, te voilà maintenant. » Est-ce que c’était la peine Dr TIAO ?

  • Quelle est donc la crédibilité de quelqu’un comme TIAO qui prétend aujourd’hui donner des leçons journalistiques, et veut faire oublier le peuple le mal qu’il a fait en poussant l’introverti Blaise Compaoré a tripatouiller l’article 37 jusqu’à ordonné de tirer sur des innocents qui revendiquent leur droit et l’application de nos lois ? Quand je regarde ces trois photos ( Bassolé, Yack, TIAO) regrettons la transition avec Michel Kafondo. Comment voulez-vous une réconciliation nationale, et permettre ceux qui ont endeuillés des familles dont les plaies ne sont pas encore cicatrisées de narguer le peuple ? Qui est à la tête des affaires de l’état Burkinabé ? Un fantôme sans remord ? Est-ce qu’il y a une justice au pays des hommes intègres ? Pardon messieurs les supposés accusés dont on vous a distribué gracieusement des libertés provisoires par amitié, ayez une considération pour les familles de vos victimes, et faites profil bas, en attendant que la justice vous blanchisse aux yeux du peuple. Nous avons vu un François Compaoré qui narguait publiquement le peuple Burkinabé et la famille de Norbert Zongo a travers la presse écrite et la télé, qui aujourd’hui fait profil bas sans ses trois passeports diplomatiques de pacotille. Vous n’êtes pas plus que ce François Compaoré et son frère Blaise qui vous a fabriqué, faites profil bas car la famille des victimes sont toujours en souffrance en vous voyant les narguer.

    • alors vraiment mon frere et ami chapo et chapo Vraiment tu justifies par tes idees cette oeuvre humaniste que tu poursuis. vraiment merci. Esperons que la vraie jeunesse saura saisir sa chance pour le vrai avenir de ce pays. Ils ont voulu nous faire croire que nous avions echoué, maias nous on sait que rien rien de cela/. Merci simplement
      SOME

  • Belle contribution Mr Luc Adolphe TIAO ! à lire les quatre (4) pistes de réflexion, vous contribuez énormément à rehausser le niveau du débat actuel ! cependant, mon inquiétude en tant que profane des médias, est que l’autorité ne fasse pas attention à ces contributions constructives. WENNA SONGUEDE FAA, la Barak Burkina Faso ! (Que Dieu nous aide tous et Bénisse le Burkina Faso) !

  • Merci Monsieur TIAO pour votre intervention. il y a quelque chose que j’apprécie chez vous ! Votre courage ! je le dis d’autant plus que vous êtes revenu au pays pour affronter la justice et vous intervenez à présent sur un sujet extrêmement sensible dont le débat fait rage actuellement. Mais un professionnel ne peut se taire sur un sujet qui touche son domaine. Pour ma part, je pense que le Ministre de la communication doit faire profil bas afin d’éviter d’exposer la RTB qui a déjà subi le courroux des manifestants lors de l’insurrection populaire de 2014.

  • ET SIGNER UNE RÉQUISITION POUR L’ARMÉE POUR FAIRE USAGE DE TOUS LES MOYENS DISPONIBLES POUR ARRÊTER UNE INSURRECTION, QUI A LE MONOPOLE MR TIAO ?

  • Encore un poignard dans le dos de cette brave et droite femme au franc parler, aux décisions tranchées et courageuses, aux actes mesurés. Je veux parler de la Directrice Générale de la RTB, Mme Bougaïré Danielle.
    Que Rien ne t’ébranle ma Sœur, Dieu seul suffit.

  • Tout çà c’est bon. ... N’EST PLUS LE MONOPOLE !!!!! Grâce à qui ? On doit tout faire pour retirer la parole aux politiciens de ce pays si on veut le construire.
    ...avant que Rémis reconnaisse ses torts le CDP qui réclame à cors et à cris la réconcialition sans vérité ni justice devrait reconnaître les siens...

  • Quel est le secret des politiciens burkinabé ? ils perdent leur capacité intellectuelle quand ils sont aux affaires et sont débordant d’idées "constructives" dès qu’ils ne sont plus.

  • C’est cela on appelle une reaction positive. Merci TIAO. Dénudé de tout bord politique !
    Chacun devrait dans son intervention apporter ses idées pour un Burkina meilleur. Au lieu de cela on assiste à des insultes, critiques vides sans propositions de la part des internautes.

  • Dans le cas présent, le ministre aurait dû ne pas intervenir. Devoir de réserve s’il se souvient qu’il était le distributeur de cartons et les téléspectateurs étaient à leur poste à l’heure indiquée. Qu’est-ce que BARRY avait de destructeur que vous, vous ne pourrez pas réparer ? Vous le laissiez s’exprimer et le dimanche suivant, vous répliquez tout simplement. Vous auriez grandi et bien apprécié. Vous constatez aujourd’hui que critiquer et donner des cartons étaient faciles. comme circonstance atténuante, vous acceptez les critiques. Quant à BARRY, ce n’est pas parce qu’on l’a forcé à démissionner qu’il va tenter de déverser sa bile sur le gouvernement. Qu’il soit un peu reconnaissant et réservé. La roue continue de tourner.

  • La liberte d Expression(&100) n est le patrimoine parternel d aucun etre vivant sur cette terre. Tout le monde est d accord sur cette liberte. Mais cela ne veur pas dire d en abuser pour destabiliser la cohesion sosiale. Donc on a une medaille a double face qu on peut utiliser a bon escient ou son contraire.

    Laisons nos polemiques et tenons le taureau par ses cornes.

  • Mr Luc tu n’as plus le droit de parler dans ce pays où tu as ordonné de tuer, de massacrer le peuple avec n’importe quel moyen. Excuses-moi mais en bon africain je dirai que tu n’es pas garçon car un homme qui a des couilles ne fait pas ce qui va contre ses valeurs. Ou tu es garçon et cynique ou tu ne l’es pas simplement et donc on a plus besoin de toi pour construire notre pays. Ferme-là donc pour toujours.
    Cordialement !

  • Honnetement je ne vois pas a quoi rime cette sortie de Luc Tiao. Ah ! oui tout de meme : il est que le CDP se revoit remis en selle sur le pouvoir... alors chacun s’active. Que nous apporte t-il de nouveau dans cette contribution ?Est-ce seulement mainteant qu’il se rebnd compte de ce probleme ?
    bref ce gouvernement est en train de scier la branche sur laquelle il est assis : le jour qu’il tombera il ne peut que s’en prendre a lui meme. Vous avez voulu amadouer le CDP, le CDP vous croquera. Et cru. On vous aura prevenus.
    SOME

  • Belle contribution de sa part, bravo pour cette réaction !

  • Et il oublia de signer : Ancien premier ministre de Blaise Compaoré ! Éh, les hommes et leur mémoire sélective !

  • Mon cher LAT, si j’étais à ta place j’allais me cacher, c’est maintenant que vous savez dire que "l’espace publique n’est plus le monopole de personne" ??? Après avoir été un valet zélé de la dictature ?? Non, non je n’en crois pas, nous on peut parler pour répondre à Dandjinou, mais pas ceux qui ont les mains salies par le sang du Peuple.

  • Eh pauvre Burkina !! les parlent et prisonnier aussi parle .

  • "La démocratie est un luxe pour les pays africains" dixit Chirac. sujet de dissertation du jour

  • Trop de Dr à zéro valeur ajouté au Burkina. Des titres fanfaronnant pour des apport à minima. Voilà des gens qui devait avoir des bureaux d’étude stratégique en utilisant leur carnet d’adresse bien rempli au profit du pays et des jeunes. c’est pour pondre des petites idées et faire encore bavarder les gens pendant trois bon jours. Notre rang mondial se comprend et se mérite : trop de bruit pour peu de travail. On passe le temps à parler et à parler si bien que le journaliste Dr, en communication doit crier comme un guenon pour être entendu.

  • Ce n’est pas la peine de répondre au coup de patte de l’âne, Mr TIAO, la défaite de ce régime n’est plus loin.
    C’est tous des nullards sans suite dans les idées. Seulement c’est NOUS LES HONNÊTES CITOYENS QUI SOUFFRONS DE LEURS BETISES.
    Ce fameux ministre n’est pas BURKINA de pur sang voilà tout le problème, donc c’est difficile pour lui de comprendre la mentalité du peuple BURKINA, c’est lui qui partageait les cartons rouges aux gens.

  • Si le ridicule tuait. Il ne s’agit pas ici de faire la littérature des textes qui guident la profession et des solutions qui s’y trouvent. Monsieur LAT, on raconte que ce sont les textes qui vous ont autorisé à signer la note d’armement pour mater la révolte avec les dommages comme les morts constatés. Le régime nazi, démocratiquement élu à éliminer systématiquement tout ce qui n’était pas fasciste, voter des lois et des textes pour l’extermination des juifs. Quand, le régime est tombé, ceux qui ont été jugés à Nuremberg et pendus, sont ceux qui ont appliqué aveuglément les textes qui les permettaient de demeurer et de perpétuer leur pouvoir et la grande Allemagne. Monsieur LAT, vous êtes de ceux qui appliquent aveuglément les textes, sans aucune réelle lecture. Que Dieu préserve le Burkina et son peuple de tel leader. Du reste la plupart des médiocres dans leur profession sont ceux qui sont incapables de solutionner les problèmes en ’’dehors’’ des textes et en les retrouvant dans ’’la pratique’’ et ou en les justifiant par les mêmes textes.Cela demande une intelligence supérieure à la moyenne. Cet exhibitionnisme de mauvais aloi ne participe pas au pardon et à la réconciliation et condamne ceux qui parmi vous font profil bas.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rentrée politique du CDP : Des ovations nourries pour l’ancien président, Blaise Compaoré
Situation nationale : Les universitaires et experts associés affiliés au MPP se penchent sur le défi sécuritaire au Burkina
CDP : Une rentrée politique, de grands défis en face !
Audience parlementaire : Alassane Bala Sakandé reçoit une délégation de généticiens burkinabè
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
Rentrée politique : Le CDP dénonce une gestion « des plus obscures » des gouvernants actuels
Crise à la CENI : Harouna Dicko analyse les « scènes du film »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés