Economie numérique : e-Burkina, un projet ambitieux pour l’administration publique et le privé

LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé • mardi 7 novembre 2017 à 22h51min

En marge de la 13e édition de la semaine nationale de l’internet, le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a procédé au lancement du projet e-Burkina qui vise à améliorer la capacité et l’utilisation des technologies de l’information et de la communication par les administrations publiques et privées. Exécuté par l’Agence de promotion des TIC (ANPTIC), le projet est financé par la Banque mondiale à hauteur de 20 millions de dollars US.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Economie numérique : e-Burkina, un projet ambitieux pour l’administration publique et le privé

Parmi les grands projets exécutés par l’ANPTIC, figure en pole position le projet eBurkina. Formulé en 2016, ce projet qui bénéficie d’un financement de 20 millions de dollars américains (12 331 991 000 F CFA) est mis en vigueur depuis le 29 juin 2017 pour une durée de cinq ans. Selon le représentant résident de la Banque mondiale, Cheick Fantamady Kanté, ce projet a pour ambition de favoriser le développement d’une plateforme numérique mutualisée où tous les organismes publics pourront recueillir, stocker, utiliser et partager des données, non seulement au sein du gouvernement, mais avec le secteur privé et l’ensemble de la population.

Dans la présentation audio-visuelle du projet e-Burkina, il ressort qu’il est constitué de quatre composantes. La composante 1 vise à créer un environnement favorable pour une bonne exécution des Projets e-gouvernement, en tenant en compte des cadres stratégiques, juridiques et réglementaires. La composante 2, elle, est consacrée à la gestion des données et de la plate-forme numérique pour la fourniture de services électroniques. Elle soutient également le développement d’un certain nombre de services électroniques sélectionnés visant les zones rurales et les chaînes d’approvisionnements de l’agro-business.

JPEG - 90.2 ko
Cheick Kanté, représentant résident de la Banque mondiale au Burkina Faso

Quant à la composante 3, elle a pour but de renforcer l’écosystème existant d’incubateurs d’entreprises et de hubs techniques au Burkina Faso pour permettre aux entrepreneurs locaux d’avoir un accès fiable et moins coûteux à l’Internet à large bande, aux bureaux, à la formation, aux services d’appui aux entreprises, et à l’incubation d’entreprises dans un seul espace. Enfin, la composante 4, est réservée à la gestion à proprement parler du projet, à la communication et au suivi-évaluation.
Le projet e-Burkina n’est pas le premier projet soutenu par la Banque mondiale. En 2013, l’institution de Bretton Woods a fourni une assistance technique en vue de lancer le projet « Initiative de données ouvertes du Burkina Faso » (BODI). Tout en saluant les efforts déployés par l’Etat burkinabè dans la promotion des TIC, la Banque mondiale a rassuré les autorités de son soutien à renforcer les acquis engrangés car persuadée qu’avec « la volonté affichée par le Burkina Faso, il ne serait pas surprenant qu’il emboite un jour le pas à des pays comme le Rwanda ».

JPEG - 121.8 ko
Le Chef du gouvernement Paul Kaba Thiéba

Se refusant de citer ce pays qui a fait d’énormes progrès dans le numérique en si peu de temps, le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, reste convaincu que le Burkina Faso peut faire mieux que ce pays. Il s’est dit satisfait de la cadence de mise en œuvre des différents projets structurants du ministère du développement de l’économie numérique et des postes. Il s’agit du Programme régional d’infrastructures de communication de l’Afrique de l’Ouest (PRICAO) avec l’interconnexion par la fibre optique avec le Ghana et bientôt avec le Bénin, du Backbone national en fibre optique, etc. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 novembre à 08:39, par lewang
    En réponse à : Economie numérique : e-Burkina, un projet ambitieux pour l’administration publique et le privé

    Vous verrez que dans les administrations, un tel projet qui vise à améliorer l’efficacité et la transparence dans les actions ne sera pas accompagné convenablement tout simplement parce que si le projet abouti il ya de fortes chances que la corruption et autres blocages soient minimisés. Donc on fera tout pour saboter sa mise en œuvre pour dire après que c’est pas adapté. il faudrait que des actions fortes d’accompagnement soient mis en place pour de tel projet. Imaginez ce qu’on gagnerait en payant les impôts en ligne, les frais de douane en ligne, les frais du foncier en ligne, les corrections des salaires et autres mandatement en ligne..... Au guichet unique un système a été expérimenté mais je vous assure qu’on privilégie toujours le manuel que le logiciel acquis à couts de milliards. Tout simplement pour des intérêts égoïstes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés