Etats généraux de la jeunesse : Rendez-vous du 15 au 18 novembre à la salle des banquets de Ouaga 2000

LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • mardi 7 novembre 2017 à 01h06min

En prélude aux états généraux de la jeunesse, le premier responsable du département de la jeunesse, Dr Smaïla Ouédraogo a animé une conférence de presse, le lundi 6 novembre 2017 à Ouagadougou, au cours de laquelle il a dévoilé les grandes lignes de ses assises. Il a en outre saisi l’occasion pour faire un plaidoyer pour la réussite « éclatante » de l’événement dont le budget estimatif est de 150 millions de F CFA.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Etats généraux de la jeunesse : Rendez-vous du 15 au 18 novembre à la salle des banquets de Ouaga 2000

« Quelle gouvernance pour une contribution optimale de la jeunesse au renouveau politique, économique et social du Burkina Faso ? » Tel est le thème retenu pour les états généraux de la jeunesse (EGJ) qui se dérouleront du 15 au 18 novembre prochain dans la salle des banquets de Ouaga 2000. Ils réuniront environ 500 jeunes issus des 45 provinces que compte le pays. A ceux-ci, s’ajouteront sept participants de la diaspora. Afin d’aboutir à la réalisation de projets et programmes en phase avec les souhaits et les aspirations de la jeunesse, les EGJ sont ouverts aux communautés étrangères vivant au Burkina Faso, à l’Assemblée nationale, aux collectivités territoriales, aux associations et ONG de jeunesse, aux personnes ressources, entre autres. Pour l’organisation d’un tel évènement, le ministère a prévu un budget de 150 millions de F CFA.

Un paquet d’activités

Selon le premier responsable du département qui a animé la conférence de presse, le thème des présentes assises est évocateur en ce sens que sur 100 Burkinabè, 70 en constituent la frange jeune. C’est dans cette optique que les premiers responsables du pays ont jugé nécessaire de faire une halte, surtout à la suite des évènements que le pays a traversé, afin de s’interroger sur comment est-ce qu’ils peuvent préparer un avenir plus serein au profit de cette jeunesse.

Pour ce faire, les travaux seront axés dans trois caucus, qui du reste, constituent le cœur même des EGJ : « organisation et accompagnement des jeunes pour leur participation optimale au développement », « rôle des pouvoirs publics, des jeunes et des PTF dans la construction d’une jeunesse responsable pour la mise en œuvre efficiente des politiques publiques » et « approche de stratégie pour un engagement citoyen des jeunes pour le développement ».

Les EGJ riment également avec l’organisation de panels. Ils seront animés par des personnes ressources et porteront sur « jeunes et conduites addictives », « santé sexuelle et reproductive des jeunes et dividende démographique », « regard croisé en matière d’éducation et d’engagement politique de la jeunesse ». La tribune de l’entrepreneuriat achève la liste des panels. A ce niveau, Dr Smaïla Ouédraogo a fait cette précision : « Les panels vont contenir 12 sous-thèmes. Ils seront développés par 18 conférenciers ».

Les conclusions seront soumises au président du Faso pour suite à donner
L’accès à la formation professionnelle et aux crédits bancaires par les jeunes ont une part belle dans ces assises. « On paye 15 000 francs CFA par an pour devenir médecin pendant huit ans. Si je viens dans ce centre, pour apprendre un métier professionnel, il me faut payer 350 000 F CFA. Ça cause un problème de cohérence entre le discours et l’acte qu’on pose. C’est pourquoi, nous allons mener la réflexion sur l’accès à la formation professionnelle lors des EG. Du reste, nous allons incessamment soumettre un dossier en conseil des ministres avec des propositions pour que l’Etat augmente sa contribution », a-t-il argumenté.

A l’issu des états généraux de la jeunesse, il est attendu une liste claire et réaliste des 20 problèmes prioritaires des jeunes assorties de solutions efficaces. Ils seront par la suite soumis au chef de l’Etat. Puis au ministre en charge de la jeunesse de renchérir : « Nous allons mettre en place une commission qui va suivre et rendre de façon trimestrielle ou semestrielle la mise en œuvre ». Les conclusions de l’édition 2017 feront l’objet d’une évaluation lors du prochain cadre de concertation.

« Tout devrait bien se passer normalement »

Par ailleurs, le ministre s’est prêté aux questions des journalistes. A quelques jours de la tenue des EGJ, quel est le niveau d’avancement des préparatifs ? Ont-ils demandé. Eléments de réponse du ministre : « Nous sommes fin prêts. Toute la documentation est faite, les conférenciers ont remis leurs documents, les salles ont été identifiées, les questions de transports ont été résolues. Aussi, la presse a-t-elle été officiellement informée et même que des avants articles ont été produits par certains médias. ». Pour la réussite de l’événement, il a invité la population à y participer massivement.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 novembre à 01:17, par Ablo
    En réponse à : Etats généraux de la jeunesse : Rendez-vous du 15 au 18 novembre à la salle des banquets de Ouaga 2000

    Les fins d’année sont des occasions de se remplir les poches. Forum, séminaire, conférence, atelier, etc. Aucune hauteur de vue. Pendant que les hôpitaux sont mal équipés et des écoles sont sous paillote. Le Burkina d’aujourd’hui a tracé et opter pour le sous développement.

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre à 06:54, par Lool
    En réponse à : Etats généraux de la jeunesse : Rendez-vous du 15 au 18 novembre à la salle des banquets de Ouaga 2000

    Ce ministre là est un vrai patriote qui a les ressources intellectuelles florissantes à revendre. Il en a été de même quand il était au ministère de la santé. Il a procédé à un nettoyage de la souillure viellotte de la santé avant d’être appélé au ministère de la jeunesse auquel il est entrain d’insuffler un souffle nouveau pour le bonheur de la jeunesse combattante burkinabé et toujours dans l’esprit de l’insurrection victorieuse des jeunes insurgés et sutout au grand dame des réactionnaires de tous accabits. .

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre à 07:04, par Ka
    En réponse à : Etats généraux de la jeunesse : Rendez-vous du 15 au 18 novembre à la salle des banquets de Ouaga 2000

    Voilà des rencontres avec d’espoir pour la jeunesse, au lieu des rencontres des jeunes des partis politiques qui ne savent que soutenir des individus comme Blaise Compaoré durant plus de 27 ans qui les ont manipulé pour des voies, et les laisser pour compte comme Zaida devenu de nos jours un hors la loi.
    Pour Ka, c’est une initiative louable avec des théories réconfortantes pour une jeunesse a la dérive totale : Si au départ l’Europe a mis la formation professionnelle en avant plus que la production des compétences universitaires avec des masters qui gonflent le chômage, c’est que les centres de formations se découlent de la théorie a la pratique automatiquement indissociables a la production des ouvriers qualifiés pour alimenter les PME et PMI. C’est pourquoi les décideurs Européens ont mis tous les moyens à la disposition des centres de formations professionnels privés ou public dont les pays comme la Suisse, l’Autriche, l’Allemagne sont cités comme des exemples. Pour cette fois-ci, je me range sur les objectifs cités et confirmer par le ministre, mais à savoir quels sont les moyens financiers pour réaliser ces dits objectifs qui restes des théories ? Quand on parle de la jeunesse au Burkina, je dis toujours dans mes critiques fondées que les problèmes de la jeunesse sont à long terme et dépasse donc l’horizon politique qui est celui de les appâter et les manipuler pour avoir des voies à la prochaine élection comme l’ont fait nos ministres de la jeunesse depuis la nuit des temps au Burkina. Tant qu’on aura affaire à des dirigeants, cadres et autres décideurs, dépourvus de toute vision malgré les chants des griots (grillons) a des rencontres comme le passé, des décideurs qui essaient de nous faire croire qu’ils en ont une, pourtant zéro a la clé, les problèmes de la jeunesse ne feront que perdurer et même s’aggraver et prendre de l’ampleur. Je cautionne les objectifs entrepris par le Dr. Smaïla Ouédraogo pour animer les états généraux de la jeunesse, à condition que ces objectifs soient financés pour les centres de formation professionnel afin de produire des compétences qualifiés de tous genre de professions pour alimenter les PME. Bon vent à cet rencontre des états généraux de la jeunesse.

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre à 08:32, par Ka
    En réponse à : Etats généraux de la jeunesse : Rendez-vous du 15 au 18 novembre à la salle des banquets de Ouaga 2000

    Voilà des rencontres sans avec d’espoir pour la jeunesse, au lieu des rencontres des jeunes des partis politiques qui ne savent que soutenir des individus comme Blaise Compaoré durant plus de 27 ans qui les ont manipulé pour des voies, et les laisser pour compte comme Zaida devenu de nos jours un hors la loi.
    Pour Ka c’est une initiative louable avec des théories réconfortantes pour une jeunesse a la dérive totale : Si au départ l’Europe a mis la formation professionnelle en avant plus que la production des compétences universitaires avec des masters qui gonflent le chômage, c’est que les centres de formations se découlent de la théorie a la pratique automatiquement indissociables a la production des ouvriers qualifiés pour alimenter les PME et PMI. C’est pourquoi les décideurs Européens ont mis tous les moyens à la disposition des centres de formations professionnels privés ou public dont les pays comme la Suisse, l’Autriche, l’Allemagne sont cités comme des exemples. Pour cette fois-ci, je me range sur les objectifs cités et confirmer par le ministre, mais à savoir quels sont les moyens financiers pour réaliser ces dits objectifs qui restes des théories ? Quand on parle de la jeunesse au Burkina, je dis toujours dans mes critiques fondées que les problèmes de la jeunesse sont à long terme et dépasse donc l’horizon politique qui est celui de les appâter et les manipuler pour avoir des voies à la prochaine élection comme l’ont fait nos ministres de la jeunesse depuis la nuit des temps au Burkina. Tant qu’on aura affaire à des dirigeants, cadres et autres décideurs, dépourvus de toute vision malgré les chants des griots (grillons) a des rencontres comme le passé, des décideurs qui essaient de nous faire croire qu’ils en ont une, pourtant zéro a la clé, les problèmes de la jeunesse ne feront que perdurer et même s’aggraver et prendre de l’ampleur. Je cautionne les objectifs entrepris par Dr. Dr Smaïla Ouédraogo pour animer les états généraux de la jeunesse, à condition que ces objectifs soient financer pour les centres de formation professionnel afin de produire des qualifiés de tous genre de professions pour alimenter les PME. Bon vent à cet rencontre des états généraux de la jeunesse.

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre à 10:45, par Le Burkinbila
    En réponse à : Etats généraux de la jeunesse : Rendez-vous du 15 au 18 novembre à la salle des banquets de Ouaga 2000

    haa, le faso ; quel cycle infernal ; vous jeunes, combien de fora ont éte organisés au faso pour vous. Ou sont rentrer les recommadations de ces fora ; je pense que tout est la, il suffit de les appliqués. quel gachi des ressources encore qui s’annonce ; vraiment le MPP=CDP, rien que du pillage de nos maigres ressources

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre à 12:11, par Citoyen Lambda
    En réponse à : Etats généraux de la jeunesse : Rendez-vous du 15 au 18 novembre à la salle des banquets de Ouaga 2000

    S’il n y avait pas le terme " états généraux" on se demande ce que ce ministre aurait trouvé à faire dans un ministère. Les états généraux des hôpitaux ont été une grosse escroquerie pour ce ministre et sa bande de copains et parents de se remplir les poches.Une foire qui a été inutile à tous points de vue .Il récidive encore au ministère de la jeunesse pour se remplir la poche de la même manière .

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre à 13:43, par Courage
    En réponse à : Etats généraux de la jeunesse : Rendez-vous du 15 au 18 novembre à la salle des banquets de Ouaga 2000

    C’est un vrai patriote. Mais il a ete victime de sa naivete. Tout le monde n a pas souci du bien commun. Il l’a appris a ses depends.

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre à 13:56, par Biz
    En réponse à : Etats généraux de la jeunesse : Rendez-vous du 15 au 18 novembre à la salle des banquets de Ouaga 2000

    Je note qu’à l’issue du forum les 20 problèmes prioritaires des jeunes seront identifiés, j’hallucine....après plus de 10 ans d’organisation du forum national de la jeunesse, nos dirigeants ne connaissent pas encore les problèmes prioritaires de la jeunesse. Cette EGJ n’est qu’aucune autre forme de détournement, une occasion pour partager les perdierms et faire des surfacturations. Capitalisez les résultats des rencontres passées. Les problèmes des jeunes demeurent toujours les mêmes. J’aurais même compris si cette rencontre visaient à faire le bilan des action menées en faveur des jeunes, dégager les faiblesses et trouver des stratégies pour une amélioration des initiatives existantes. Mais tant qu’on n’a des dirigeants qui ne sont animés que par des actions spectaculaires au détriment des résultats....les États généraux continueront.....
    Comme on le dit "les hommes politiques pensent aux élections..et les hommes d’Etat pensent aux générations futurs".

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre à 15:25, par LECITOYEN
    En réponse à : Etats généraux de la jeunesse : Rendez-vous du 15 au 18 novembre à la salle des banquets de Ouaga 2000

    Arrêtez tout ce cirque qui n’aura pour résultat que de distribuer des perdiems aux gens pour bien terminer l’année et dites au peuple la vérité qui fâche que MACRON a dit : si on continue d’avoir 5 à 7 enfants par femme "même DIEU " ne pourra rien pour nous à plus forte raison ces politiciens qui ne pensent qu’à berner le peuple pour durer le plus possible. comme tout flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute, continuons !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre à 22:22, par fc
    En réponse à : Etats généraux de la jeunesse : Rendez-vous du 15 au 18 novembre à la salle des banquets de Ouaga 2000

    Soyons sérieux ! combien de forums, ateliers, conférences et autres avons nous organisés sur ce thème ces 5 ou 10 dernières années ? Une multitude ! relisons les conclusions et les recommandations de ces différentes rencontres et on peut le décliner en politique nationale. On ne va pas me faire croire que l’on ne connait pas les 20 problèmes prioritaires des jeunes. Dis autrement, nos gouvernants actuels donnent raison par l’absurde à Tahirou Barry qui vient de démissionner. Donc, le PNDES est une coquille vide ! Y a t’il un capitaine dans le navire du Faso ? Envoyez moi tout ce beau monde sous une paillote en pleine brousse qui serve d’école pour qu’ils s’imprègnent des réalités du Burkina et non à Ouaga 2000 !
    "Pour la réussite de l’événement, il a invité la population à y participer massivement". Euh, là, il prend les gens pour des cons car qui du fin fond de sa brousse va venir à Ouaga 2000 ! Le cout moyen est de 75.000 F/participant pour 4 jours. Avec ce prix là, on aurait pu donner ce montant à crédit à 500 femmes pour faire une AGR comme l’embouche ovine !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés