Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Les talents sont innés, l’éducation les développe, les circonstances les mettent en jeu ou les rendent inutiles.» François Gaston de Lévis

Coopération : Le Japon finance l’aménagement de pistes rurales à Sidéradougou

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par Jacques Théodore Balima • samedi 4 novembre 2017 à 00h17min
Coopération : Le Japon finance l’aménagement de pistes rurales à Sidéradougou

Le Japon finance l’aménagement des pistes rurales dans la commune de Sidéradougou, région des Cascades. Ce jeudi 2 novembre 2017, l’ambassadeur nippon au Burkina, Tamotsu Ikezaki, a paraphé un contrat de don de plus de 94 millions de francs CFA pour l’aménagement de pistes rurales dans les villages de Mê, Gnafongo et Dissiné.

Le pays du Soleil-Levant est engagé pour le bien-être des populations au Burkina Faso. Pour cela, le Japon investit dans plusieurs domaines : l’agriculture, l’éducation, la formation… Le dernier domaine dans lequel, le pays nippon a décidé de s’engager est bien l’aménagement des pistes rurales dans les localités reculées du Burkina Faso.

Aménager les routes pour développer les villages

« Au Burkina comme dans la plupart des pays en développement, les routes rurales représentent la grande partie du réseau routier. Ces pistes jouent un rôle très important sur les plans économique et social du pays dans la mesure où elles permettent aux populations rurales d’écouler leurs produits agricoles, d’avoir un accès facile aux structures sociales comme les centres de santé, les écoles, les hôpitaux, etc. », a indiqué d’entrée Tamotsu Ikezaki, ambassadeur du Japon au Burkina Faso.
Pour apporter sa contribution, le Japon a décidé de financer le « Projet d’aménagement de routes rurales avec des sacs remplis de terre (Do-Noh) ».

D’un coût global de 94 millions 600 mille francs CFA, le projet comporte deux volets. Il vise d’abord à aménager des pistes rurales dans les villages de Mê, Gnafongo et Dissiné. Il s’agit ensuite de faciliter le transfert de technologies au profit des populations des villages couverts par le projet. « Notre objectif est le transfert de la technique Do-Noh au Burkina Faso et permettre une autonomisation des communautés qui n’attendront plus de l’aide pour améliorer leurs conditions de vie », a expliqué Yuko Morishigue, représentante de l’ONG Muchibushinbito qui est partie prenante dans la mise en œuvre du projet.

La technique Do-Noh

Do-Noh est un terme japonais signifiant sac de terre. La technique consiste alors à aménager les pistes avec des sacs remplis de terre. Le Burkina est à sa troisième année d’expérience. Mais avant notre pays, la technique avait permis de construire 130 km de routes dans 25 pays principalement en Afrique et en Asie.
Le village d’Ouratenga est le premier à vivre l’expérience de Do-Noh. Initié en 2014, le projet a permis de nos jours la réalisation de plus de 6 kilomètres de pistes avec des résultats très perceptibles. « Les populations de la zone de Sidéradougou peuvent raccourcir leur trajet de 85 kilomètres pour rejoindre Bobo sans passer par Banfora », a relevé Mme Morishigue.

Le projet est à sa troisième phase. La première avait coûté 97 millions de francs CFA et a permis la réalisation de 2 kilomètres de renforcement de surface et de revêtement simple des routes et 200 mètres de remblai à niveau avec les caniveaux. La seconde phase, estimée à 137 millions de francs CFA a couvert 8 villages dans les communes de Sidéradougou et de Péni. Plus de quatre kilomètres de pistes avaient été réalisées.
Avec cette troisième phase, le Japon compte apporter le développement participatif à la base dans les villages.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Secteur de l’énergie et de la santé : L’USAID augmente son soutien au Burkina
Burkina-Iran : L’ambassadeur Souleymane Koné présente ses lettres de créance au président Hassan Rohani
« 5S Kaizen » : Une méthode japonaise pour développer les entreprises au Burkina
Visite du PCC au MPP : « L’objectif de développement de l’année 2020 a été fixé il y a 40 ans », confie Yezhou Guo du Parti communiste chinois
Partenariat mondial pour l’éducation : La directrice générale à l’écoute des acteurs du système éducatif burkinabè
Crise humanitaire : Les Nations unies au secours du Burkina
Coopération internationale : L’Union européenne fait le point de ses relations avec l’Afrique de l’Ouest
Coopération : Le Burkina signe trois conventions de financement avec la BAD
Coopération : L’Union européenne offre huit véhicules à la Commission de l’UEMOA
Coopération : Le Royaume d’Arabie saoudite réitère son appui à l’autonomisation de la femme
Assemblée nationale : Bala Sakandé attendu fin mars en Chine
Bobo-Dioulasso : Séjour fructueux pour l’ambassadeur de France
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés