Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

« Certains individus et mouvements font de l’insurrection populaire un véritable fonds de commerce », déplore Président du Parti Le Faso Autrement Dr Ablassé Ouédraogo

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Insurrection populaire • • mercredi 1er novembre 2017 à 23h46min
« Certains individus et mouvements font de l’insurrection populaire un véritable fonds de commerce », déplore Président du Parti Le Faso Autrement Dr Ablassé Ouédraogo

Message du Parti Le Faso Autrement à l’occasion de l’an 3 de l’insurrection populaire

Les 30 et 31 octobre 2014, nous nous sommes insurgés contre le système d’alors, qui malgré tous les avertissements, a voulu modifier l’article 37 de notre Constitution afin de se pérenniser au pouvoir. Cette lutte a été longue et périlleuse. De nombreux Burkinabé y ont laissé leurs vies, beaucoup d’autres de nos compatriotes ont été à jamais meurtris dans leur chair et dans leur âme.

En ces moments de commémoration de cette insurrection populaire, Le Faso Autrement salue la mémoire de toutes les personnes qui ont perdu la vie dans cette lutte et rend hommage à toutes les filles et à tous les fils du Burkina Faso qui ont été blessés. Puisse Dieu, tout puissant, accorder le repos éternel et mérité à nos martyrs et apaiser les douleurs physiques et morales des blessés et de leurs familles sans oublier tous ceux qui ont souffert du saccage et de l’incendie de leurs maisons et de leurs biens.

Cette date inscrite, en lettre d’or et de sang d ans l’histoire du Burkina Faso et gravée à jamais dans notre mémoire collective, ne doit pas pour autant être une fin en soi. Elle doit nous servir de point d’appui dans la marche nationale en vue de réaliser l’évolution pour le bien être collectif, le bonheur partagé et le mieux vivre ensemble. Cependant, force est de constater malheureusement, que cette commémoration est de plus en plus utilisée à des fins de populisme et de stigmatisation d’une partie des Burkinabé.

Le Faso Autrement estime aujourd’hui, que trois (3) ans après l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, la situation socio économique et politique du Burkina Faso, l’insécurité ambiante et la morosité de notre pays imposent à tous de la sobriété, de la retenue et surtout de la réflexion. En effet, notre lutte d’alors, au-delà du changement de régime, visait surtout une amélioration de nos conditions de vie, une justice indépendante, accessible, équitable et efficace, une véritable démocratie participative et une meilleure gouvernance pour notre pays. C’est dire chers compatriotes, que notre situation actuelle appelle à la réflexion collective.

L’évidence aujourd’hui est que ce que vit le peuple burkinabè n’est guère reluisant et le pays ne se porte pas bien du tout. Nos aspirations profondes, justes et légitimes qui nous ont poussés à défier tout un système, n’ont pas été satisfaites malgré les promesses électorales mirobolantes. Mieux, ou devrait-on dire pire, certains individus et mouvements voulant continuer indéfiniment à tirer profit sur le dos du peuple qui a tant souffert et qui s’est insurgé, prennent un malin plaisir à attiser les flammes de la haine et des rancœurs grâce à la politique du diviser pour régner. Ils font de l’insurrection un véritable fond de commerce. C’est tout simplement et humainement inacceptable.

Le Faso Autrement invite tout un chacun de nous à une réflexion constructive. La mort de nos êtres chers a été trop violente pour que nous continuions encore aujourd’hui de nourrir les anciennes divisions sans nous rendre compte qu’elles nous conduisent vers les abimes. La mémoire de nos martyrs et les meurtrissures de nos frères et sœurs blessés doivent être pour tout le peuple burkinabé une motivation commune pour une réconciliation nationale franche et sincère, seul moyen de reconstruire un Burkina Faso d’amour, de paix et de développement. Il est bien entendu compris que pour y parvenir, on ne devra pas faire l’économie de la vérité encore moins de la justice. Il est capital que cette vérité soit la somme de toutes les vérités sans omission aucune et que la justice soit réparatrice et apaisante.

Le Faso Autrement invite toute la classe politique nationale, les organisations de la société civile et toutes les forces vives de la Nation, à privilégier la consolidation de la paix et la sauvegarde de l’intérêt supérieur de la nation en œuvrant pour l’apaisement des cœurs, la vérité, la repentance, le pardon mutuel, la justice et la réconciliation nationale.

Vive le Burkina Faso uni et réconcilié avec lui-même ! »
Dieu bénisse le Burkina Faso !

Ouagadougou, le 31-0ctobre 2017

Dr Ablassé OUEDRAOGO
Président du Parti Le Faso Autrement

Messages

  • Pas totalement faux ! Il faut effectivement de la réflexion.

  • Docteur Ablassé, vous êtes digne de respect. Vous avez un franc parler, juste et honnête. Les malhonnêtes qui vous diabolisaient sont les mêmes qui empreintent vos mots aujourd’hui. Docteur, avec le professeur Laurent Bado en coalition vous pouvez opter d’accompagner la jeunesse afin qu’enfin une révolution authentique puisse venir au Faso. En toute humilité vous devez supporter l’échec de votre génération et poser acte utile en soutenant la jeunesse, mais pas cette jeunesse corrompue et qui à manger à la table du roi et pour après assuyer leur lèvre et pour enfin crier leur innocence sur les toits. Nous ne pouvons voir la justice réelle que par une révolution réelle et avec des mains purement innocente. Du reste docteur, la CODER et le CDP sont pas le meilleur des alliés. Courage a vous Burkina. Merci

  • Pour une fois tu as bien parlé, suis d’accord et j’approuve .

  • Ceci est exact. En effet, tout comme pour le cas de l’Assassinat de TomSank que bon nombre de personnes en ont fait ce qu’il convient de qualifier à juste titre de "Fonds de Commerce, d’Enrichissement et Politiques" depuis lors, constat est fait que la même chose est faite pour les Martyrs de l’Insurrection. Et ce qu’il faut déplorer, c’est que c’est même le Pouvoir du moment qui encourage cet état de chose. Et comment ? En lieu et place d’actions énergiques qui devaient être menées pour résoudre ce problème, notamment "un Procès qui devrait sanctionner les auteurs", "une Assistance conséquente des victimes (médicale et financière)" etc., des personnes et des OSC sont sciemment instrumentalisées et financées à grands coûts pour divertir le peuple, de Responsables du Pouvoir et pas des moindres, et, du Parti au Pouvoir (.....) se permettant de créer des situations "immorales" dont le seul but est de narguer les populations par des arrogances démesurées et insultantes alors qu’on n’en a pas besoin aujourd’hui dans notre pays. Force est de reconnaître des "désintérêts prononcés" de la part de ceux-là, pour ne pas dire, celui-là en qui le peuple a porté "sa confiance" en l’élisant ; omettant que son élection à la tête du pays est "individuelle" et fait à "lui et lui seul" qui est en droit de s’entourer d’une équipe pour faire fonctionner les choses plutôt qu’un groupe de personnes fussent-elles des Amis". Ce qui veut dire qu’autant il est en droit et devoir d’élaguer toutes les personnes devant empêcher de tourner en rond, autant son Autorité doit s’appliquer à tout le monde, y compris "ceux-là qui sont de ses amis". Les choses devraient changer car il s’agit outre de son image et réputation en tant qu’Homme d’Etat, mais aussi et surtout de la dignité de tout un pays, tout un peuple.

  • Cette déclaration du Faso Autrement, me rappelle l’histoire de l’ arroseur arrosé.
    En voulant dénoncer des individus et mouvements qui font de l’insurrection populaire
    un véritable fonds de commerce, le parti Le Faso Autrement de façon insidieuse et
    sournoise, en fait lui même un fonds de commerce.

  • PRESIDENT ABLASSE, CE CI EST UNE TRES BELLE ANALYSE ET JS8 TOUT A FAIT D’AVIS AVEC VOUS.

  • " Mieux, ou devrait-on dire pire, certains individus et mouvements voulant continuer indéfiniment à tirer profit sur le dos du peuple qui a tant souffert et qui s’est insurgé, prennent un malin plaisir à attiser les flammes de la haine et des rancœurs grâce à la politique du diviser pour régner" . Et depuis la transition avec des députés du CNT qui voulaient se tailler la part du lion. le profit de situation trouble justifie ces revendications pour un gouvernement d’une nationale qui est aux antipodes de la démocratie dont l’une règles est le libre choix des dirigeants pour une période bien déterminée et à renouvellement aussi limité. Aussi et compte tenu des héritages des régimes qui ont traversé le FASO dans le temps et dans l’espace, ai-je posé cette question qui attend toujours réponse : notre démocratie serait-elle une somme arithmétique ou vectorielle ?

  • Ablassé nous revient un peu plus souple. Preuve qu’il lit les critiques faites à son encontre. Je ne suis jamais arrivé à le comprendre. J’espère qu’il va continuer de bien lire la situation du pays et arrêter de peindre tout en noir. Pendant que beaucoup d’étrangers viennent pour aider le Burkina des fils de ce pays sont tapis dans l’ombre pour souhaiter le pire.

  • Tous les mêmes : des mendiants de l’électorat. Il faut quitter dans le « Barryisme » avec des « j’en ai assez » que Tahirou Barry lui seul comprend.
    S’il y a quelqu’un qui voulait faire de l’insurrection un fond de commerce c’est bien le Dr Ablassé Ouédraogo avec sa célèbre formule de « musulman mossi du plateau central ». Arrêtons les critiques stériles et faisons des propositions concrètes de sorties de crise.

    • - Aaaahhhh ! TIENFO toi tu arrêtes maintenant avec cette phrase ! C’est lessivé et tu nous casses les typans finalement et nous en avons marre de l’entendre chaque fois. Passe à autre chose pour te moderniser un peu !

      Par Kôrô Yamyélé

  • Dr Ablasse ! Félicitation !
    Vous êtes un vrai homme ! toujours constant dans sa manière de voir les choses ! je suis au garde de vous ! respect !

  • J’espere que vous serez lu et entendu. Il faut arreter de diviser les burkinabe a travers la haine, l’exclusion, l’injustice et permettre a Roch de travailler et presenter un bilan en 2020. On a l’impression effectivement que certains sont a l’aise tant qu’il y a matiere a banir d’autres burkinabe. Mais devant la cupidite de certains acteurs peut-on esperer voir le debut de la cohesion sociale ? Il ne faut pas oublier que des burkinabe ont vu leurs domicile, biens detruits.

  • Qu’on l’aime ou pas ,il faut reconnaître que ABLASSE dit souvent de bonnes choses et des vérités crues . Certaines personnes continuent de le diaboliser à cause de cette malheureuse erreur de communication en 2015 pour laquelle ,il a d’ailleurs eu la sagesse de s’excuser cette année ,mais ABLASSE n’est pas mauvais en soi .Et dans sa vie professionnelle et sociale ,ce monsieur est tout sauf tribaliste ou régionaliste . Au moins ,il n’est hypocrite ,ni haineux .Merci pour cette belle sortie véridique .

  • Monsieur Ablassé , ne vous fatigué pas . Ceux qui ont fait de l’insurrection leurs fonds de commerce sont tombés en faillite , parce que personne ne les écoutent encore. Les populations sont assez mûres et on peut les trompés. Les gens ont fini par comprendre que l’insurrection à apporté plus de malheurs que de bonheurs au Burkina Faso. L’insurrection ne dit plus rien aux burkinabés. En témoigne l’indifférence totale des populations à la commémoration de l’an 3 , malgré les appels incessantes à la mobilisation. Cette date disparaitra d’elle même.

  • Son excellence le Dr. Ablassé Ouédraogo ex-ministre des affaires étrangère de Blaise Compaoré, l’homme qui ne tourne pas sa langue deux fois avant de vous cracher sa vérité a la salive du gout de colas, je cautionne rarement vos sorties, surtout avec votre fameuse CODER avec la réconciliation sans justice : Mais avec tout dont vous venez de relater, je cautionne vos propos. C’est vrai ! ‘’’’’’Et Malheureusement tous les malheurs du peuple Burkinabé sont utilisés par nos décideurs pour un fonds de commerce personnalisé et moyennant des sales pétrodollars a la barbe des opprimés, et nous devons l’admettre et essayer de balayer tous ces décideurs en 2020 pour une alternance saine pour la jeunesse qui a dit que rien ne sera plus comme avant.’’’’’’’

  • en lieu et place de ces déclarations politiques dont les auteurs seuls connaissent les motivation, que chacun se mette au travail avec dieu comme repère.par exemple prenons le mem ablasse.entr ce qu’il a pu occupé comme rang social jusque là et ce qu’il a fait pour sa commune ou même son Pti village, il y’a un terrible fossé ! Mais le politicien ne craint pas Dieu ! Mr Ablasse svp cessez de parler bocou,travaillez ne serait ce que pour votre Pti village et chak autre politicien fait autant pour son village. Est ce qu’on aurait des problèmes ? Quand on dit ablasse a Pabre,ça ne dit rien a personne !dite pourtant arba Diallo a dori ou Bernard ledian a wayigouya(paix a leurs âmes.), vous saurez qu’il y’a ceux qui sont animé d’une envie d’aider et il y’a les politicien com les ablasse,les zeph,rien a gombousgou,les calach Nikov,...politicien pa zoet wende !

    • Monsieur Rawa , vous racontez des choses que vous ne connaissez pas. Allez y dans le village de Ablassé ou à Pabré tout et renseignez sous serez surpris. Et Allez y à Dori vous renseignez sur la gestion de la mairie de Feu Arba DIALLO et notamment sur les parcelles vous serez également surpris.

  • Voilà un grand homme que j’ai toujours respecté malheureusement il est mal compris par certains Burkinabè.Quand tu lis ses propos tu sens de la matière et de la sagesse dans les idées et c’est tout ce qu’on demande aux autorités. Il faut éviter d’enseigner la haine aux générations futures. Merci beaucoup docteur

  • Travaillez, prenez de la peine : c’est l’AMOUR qui manque le moins.
    La stagnation de notre economie et la deterioration de notre condition de vie nationale ont une et une seule source : le manque d’amour pour le pays.
    Si le Burkina Faso etait vraiment aime par ses fils, nous ne verrions pas certains comportements de nos dirigeants ; la plupart d’entre eux sont des voleurs. De gros voleurs et de petits voleurs dans notre administration.

    Toute personne qui vole est incapable d’aimer.

  • DEPUIS QUAND TU VAS METTRE A PROFIT TON DOCTORAT ; C’EST DU VERBIAGE SEULEMENT ? ALLONS AU DEVELOPPEMENT ETRE PRESIDENT N’EST PAS UN PASSAGE OBLIGE POUR DEVELOPPER SON PAYS ? les politiques font trop du bruit c’est comme sans eux le pays tombera en faillite.

    • tu vois sylasn tel est le malheur fondamental de l’intellectuel ou plutot du dliplomé africain : il n’a rien compris. A-t-on besoin d’etre president, ministre, directeur etc pour etre utile a son pays ? Non ! Si avec toute son experience il est comme ca... qu’-t-il appris reellement ? rien !
      SOME

  • Propre monsieur Ablassé OUEDRAOGO !
    Grâce à cette insurrection, des gens ont eu des postes administratifs, des postes politiques, etc. Ils sont combien à penser aux pauvres martyrs quand ils RECOLTENT les "fruits" de cette insurrection. Et les blessés ? On les a tous oubliés ! Comme des charognards, des gens travaillent à nous diviser afin de pouvoir créer une nouvelle crise afin d’en récolter une fois de plus les "fruits empoisonnés".

  • Merci Gaskay rawa !
    Je ne suis pas de ceux qui interviennent beaucoup sur cette toile mais de passage j’en profite partager votre point de vue.
    Tout politicien Burkinabè qui, durant son carrier et ayant occupé différents postes de responsabilité n’a pas laissé des indices significatifs en matière de soutient dans un village quelconque sur le territoire du Burkina est in vrais nullard.
    Il faut que les gens comprennent qu’il ne s’agit pas seulement de se lever le matin, gratter ses fesses, aller dans son bureau feutré, accorder des meetings et parler woba-woba qui fera avancer le pays. Un autre retard mental de bon nombre de Burkinabè que je connais bien, est la confusion qu’ils font entre « Ouagadougou » et le « Burkina Faso ». Le Burkina Faso ne se limite pas seulement à Ouaga. Jeter un coup d’œil dans les villages. En âme et conscience, vous pourriez lire la misère sure le visage de la population paysanne. Je sais que tout le monde connait cette réalité mais le problème est que chacun tourne le dos, impute la responsabilité au Gouvernement, et au même moment mettent (ou tentent de mètre) des bâtons dans les roues pour empêcher la machine de tourner. Tout ça dans l’espoir de venir un jour aux affaires. Je suis personnellement convaincu que le gouvernement actuel n’est pas celui que les Burkinabès ont espéré après la chute fracassante du régime B.C mais ayons au moins le courage de reconnaitre que la responsabilité de chaque Burkinabè est engagée dans cette situation de profond regret.

  • Parfaitement d’accord avec Ablassé pour cette fois-ci. Dans un pays voisin il y a eu plus de 3000 morts dans une crise post électorale mais on n’a pas vu cette frénésie des parents et des revendications à n’en pas finir. Essayons d’être dignes dans notre douleur

  • C’est l’hopital qui se fout de la charité !

    Certain font de la politique leur fond de commerce également !

    Papa, il vaut mieux disparaître maintenant, tu es hasbeen à présent.

    Sans rancune,

    Bangbèda (El loco) !

  • EFFECTIVEMENT CERTAINS OPPORTUNISTES ONT LAMENTABLEMENT ÉCHOUÉ PARCE QUE NE SACHANT RIEN DIRE DE BON. PARAIT QU’ON APPELLE CA "ABLASSERIE"

  • Thanks for finally talking about > Concours international
    d’architecture pour la conception d’une œuvre du (...) - leFaso.net,
    l'actualité au Burkina Faso essay writing service</a>

  • cet individu de ablassé s’il avait encore un minimum de dignite devrait avoir la decence de se taire au lieu de se precipiter chaque fois pour donner des lecons. "...ce que vit le peuple burkinabè n’est guère reluisant et le pays ne se porte pas bien du tout." Oui c’est vrai mais ce peuple se porte encore mieux que si c’etait toi a la place de roch. Ce dieu que tu pries, je le prie aussi (puisque maintenant dans ce pays desorienté, il faut invoquer dieu a tord et au hasard), donc je le prie aussi ce dieu pour que jamais il ne te donne l’occasion de diriger ce pays.
    SOME

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
An 4 de l’insurrection : La ligue des jeunes du Burkina appelle à plus de civisme
An 4 de l’insurrection : Une coalition d’OSC de Bobo rend hommage aux martyrs
4e anniversaire de l’insurrection : A Dédougou, la population a brillé par son absence
An 4 de l’insurrection populaire : Une coalition d’OSC réclame justice pour les martyrs
An 4 de l’insurrection populaire : A Ouahigouya, la société civile se démarque de la commémoration
An 4 de l’insurrection populaire : Gaoua rend hommage aux martyrs
Insurrection d’octobre 2014 : « Une occasion ratée »,
selon l’organisation des peuples africains (OPA)
Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC
An 4 de l’insurrection populaire : Le triomphe de la loi du plus fort
4ème anniversaire de l’insurrection populaire : Programme officiel
4e anniversaire de l’insurrection : Le gouvernement et les OSC font le point des acquis
Insurrection populaire d’octobre 2014 au Burkina : Un défi a la démocratie
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés