Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Santé : L’Ecole privée de Santé « Sainte Edwige » met 681 compétences sur le marché

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Moussa DIALLO • dimanche 29 octobre 2017 à 23h59min
Santé : L’Ecole privée de Santé « Sainte Edwige » met 681 compétences sur le marché

La 10e promotion de l’Ecole privée de Santé « Sainte Edwige » a prêté serment le 27 octobre 2017 à Ouagadougou. Ce sont 681 compétences que cet établissement met à la disposition du système de santé burkinabè. Baptisée « jeunesse et santé », cette promotion avait deux parrains : Dr Smaïla Ouédraogo, ministre de la jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle et Idrissa Nassa, président-directeur général de Coris Bank international.

Garçons et filles de salle, accoucheuses brevetées, Agents itinérants de santé, infirmiers et infirmières diplômés d’Etat, sages-femmes et maïeuticiens d’Etat. Sur un effectif total de 710 élèves présentés aux examens, ils étaient 681 admis, soit un taux de réussite de 95,91%. Ce, après deux ans de formation pour certains et trois ans pour d’autres. Ces lauréats ont prêté serment ce 27 octobre, à Ouagadougou. Ils sont issus des écoles « Sainte Edwige » de Dédougou et de Ouagadougou. Ils portent ainsi à 4133 compétences que cet établissement met au service du système de santé du Burkina.

« Aujourd’hui 27 octobre 2017 est une journée mémorable pour nous élèves en fin de formation car elle traduit le succès et donc la joie perceptible sur tous les visages », a souligné Adelaïde Drabo, la major de la promotion, toute catégorie confondue. Puis, elle a rappelé à ses camarades ce qui les attend. « Le travail qui nous attend sur le terrain est immense et le chemin pour le réaliser est parsemé d’embûches. Nous sommes désormais investis de cette mission à accomplir en passant par les règles d’or de notre profession que sont : promouvoir la santé, prévenir la maladie, restaurer la santé, soulager la souffrance, assurer le bien-être mental, physique et social de l’individu, de la famille et de la communauté entière. Mais, nous sommes aptes à servir aussi bien dans le public que le privé, en ville comme en campagne », a-t-elle confié.

Promotion « Jeunesse et santé »

Cette 10e promotion a choisi pour nom de baptême « jeunesse et santé ». Un nom évocateur qui s’inscrit en droite ligne dans les priorités majeures actuelles du gouvernement. Faut-il le rappeler, le référentiel national de développement du Burkina, le PNDES, en son axe 1 met un accent particulier sur le capital humain qui se traduit entre autres par la formation, gage d’un développement durable. « Si l’avenir du Burkina repose sur la jeunesse qui avoisine 75% de la population, celle-ci doit pouvoir répondre présente en toute circonstance sur tous les chantiers de développement. Une jeunesse capable de bâtir le développement du pays est une jeunesse débarrassée de toute sorte de fléaux sociaux et de maladie », a précisé Adélaïde Drabo.

Pour la fondatrice de l’Ecole privée de santé « Sainte Edwige », par ailleurs directrice générale, Ramata Ilboudo/Diallo, les résultats élogieux de son école sont à mettre surtout à l’actif des encadreurs du fait de leur sérieux et leur abnégation au travail. C’est pourquoi, elle leur a adressé félicitations et encouragements. Avant de se tourner vers ses « enfants » pour les appeler à plus de dynamisme et à libérer la vigueur de leurs compétences pour satisfaire les populations qui vous sont confiées. « A vous les lauréats, mes enfants, que puis-je dire. La sagesse africaine nous apprend que tout fruit mûr doit forcément se détacher de la branche de l’a produit. Pendant deux, trois ou une année, vous avez travaillé, vous avez effectué des stages avec sérieux, les résultats sont là. Vous partez pétris de compétences. Il ne m’est pas étranger aussi que c’est le cœur serré que vous quittez votre école car, même les changements les plus souhaités ont leur mélancolie. Votre école est là et vous est ouverte à tout moment. Je vous recommande vivement de vous préparer au devoir qui vous attend sur le terrain », a-t-elle lancé, sous des ovations nourries.

« Contribuez au changement de comportement… »

Au nom des parrains, Dr Smaïla Ouédraogo, ministre de la jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle, a d’abord félicité les lauréats ainsi que la fondatrice et l’ensemble du personnel administratif et pédagogique. Puis, appréciant la pertinence du thème choisi comme nom de baptême, il a appelé la promotion à travailler à mériter ce nom sur le terrain. Car, « le choix de votre nom de baptême en dit long. C’est dire que vous êtes des gens engagés, des gens désireux de relever des défis importants », a-t-il conclu. Tout en leur assurant de son soutien et conseils tant que le besoin se fera sentir.

C’est la secrétaire générale du ministère de la santé, Dr Francine Ouédraogo, qui a présidé la cérémonie de prestation de serment au nom du ministre de la santé. « Chers filleuls de la 10e promotion, après trois années de travail accomplis et de connaissances acquises, vous embrassez désormais une profession exaltante, un métier de contact avec les patients qui exigent de vous des qualités exceptionnelles, à savoir le don de soi, la conscience professionnelle et un sacrifice à toute épreuve », a-t-elle rappelé. Puis, a-t-elle ajouté, « Aussi, dans un contexte où les populations dénoncent quotidiennement dans nos centres de santé, certaines pratiques aux antipodes de nos valeurs et règles déontologiques, je souhaite vivement que vous contribuez au changement de comportement dans l’exercice de vos fonctions ».

Moussa Diallo
Lefaso.net

Photos : Bonaventure Paré

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Grève du SYNTSHA : « Que je sois au service ou non, des gens continuent de mourir », Dr Abou Dao, médecin spécialisé dans le traitement des cancers
Reprise du travail des greffiers : « Les négociations connaissent des avancées », selon le syndicat
Suspension de la rencontre gouvernement-syndicats : La réaction du gouvernement
Facilitation des procédures douanières : Savoir anticiper pour gagner en temps et en argent
Mouvement d’humeur des transporteurs des poids lourds : La police nationale les invite « à reprendre convenablement le service dans le respect des textes en vigueur »
Petit séminaire Notre Dame d’Afrique de Koudougou : Appel à mobilisation pour les 60 ans
Défenseurs des droits humains : « On demande seulement l’application des textes », plaide Florance Ouattara
Education : La CNSE lève son mot d’ordre
Fonction publique : Les contrôleurs et inspecteurs du travail accusent le ministre de les mépriser
Région du Centre-Est : La Maison de l’entreprise ouvre deux centres de facilitation des actes de construire
Sécurité routière : Le port du casque, un geste qui sauve
Ouagadougou : Un projet pour améliorer la mobilité urbaine
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés