Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Commune rurale de Niou : Rendez-vous du 2 au 5 novembre pour vivre le « sacré » et le « profane » !

Accueil > Actualités > Société • • lundi 23 octobre 2017 à 23h56min
Commune rurale de Niou : Rendez-vous du 2 au 5 novembre pour vivre le « sacré » et le « profane » !

« Dialogue inter-religieux pour le renforcement de la paix par la culture ». C’est autour de ce thème que la 3e édition du festival « feu de bois de Niou » se tiendra du 2 au 5 novembre 2017 dans cette commune située à une soixantaine de kilomètres sur la route nationale N°2 au nord de Ouagadougou. L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse animée jeudi, 19 octobre 2017 à Ouagadougou.

Cette année, le festival a décidé de se servir de la culture pour mettre en exergue, magnifier la cohabitation entre les religions et promouvoir la tolérance.

L’édition 2017 s’ouvre également à des pays de la sous-région. Il s’agit du Bénin, de la Côte d’Ivoire et du Mali. Le Maroc est le pays invité d’honneur. ‘’ Le Maroc a su conserver et valoriser sa culture, malgré la forte culture de la religion’’, a justifié en substance le promoteur du festival, Ismaël Zoungrana.

Au plan national, des troupes viendront, en plus de la province de Kourwéogo d’où relève la commune de Niou, de Gaoua, Orodara, Bogandé, Pouni, Fada N’Gourma, Pilimpikou, Manga, Kénédougou, Zorgho.

Plus de cinq mille personnes (visiteurs) sont attendues à ce rendez-vous avec au programme, des prestations de musiques profanes et sacrées, des danses profanes et sacrées, une exposition artisanale et de la gastronomie consacrée essentiellement aux mets locaux.

Selon le premier responsable, Ismaël Zoungrana, « le concept met en scène une présentation de spectacles entre deux géants feux de bois, rappelant ainsi les ambiances et des scènes utilisées dans la belle vieille Afrique ». C’est donc un moment où tradition et modernité se côtoient. D’où, poursuit-il, une forte implication de toutes les couches sociales au festival, notamment les personnes âgées (les gardiens de la tradition). « Mieux, les habitants y participent, en s’investissant dans la foire et en aidant comme ils peuvent. Plusieurs familles se sont proposé également d’accueillir (héberger) les invités », ont dévoilé les organisateurs.

Le festival « feu de bois de Niou » vise, selon ses initiateurs, l’enracinement de l’identité culturelle dans une vision de consolidation de l’intégration sociale et régionale, la création d’un espace artistique culturel et touristique de révélations et de promotion des musiques et danses traditionnelles profanes et sacrées. Outre la volonté de permettre à la nouvelle génération de se ressourcer, le festival, c’est renforcer la coopération artistique et culturelle ainsi qu’à encourager l’intégration des peuples.

En deux éditions, les organisateurs se réjouissent des résultats enregistrés sur le terrain. Dans ce chapitre, ils expliquent que le festival a suscité la naissance de plusieurs organisations de lui, érigé un centre de formation culturel (en cours), une bibliothèque, une salle de spectacle de 500 places, etc.

Cette édition est présidée par le ministre des infrastructures, Eric Bougouma et patronnée par le ministre de la Culture et du tourisme, Tahirou Barry. Elle est co-parrainée par le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’extérieur, Alpha Barry et le député Raphaël Kouanda.

Lire aussi : Culture : Le Kourwéogo a désormais son festival, dénommé « Feu de bois » de Niou

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de produits médicaux prohibés découvert au quartier Larlé
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de cancer du col de l’utérus avec près de 839 cas de décès liés à cette maladie », Pr Aboubacar Bambara.
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts se penchent sur un plan d’action
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara seront inhumés au Mémorial Thomas Sankara courant février 2023
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par des FDS, selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au ministère de la Justice
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une transition de trop », prévient une OSC
Reprofilage de voies à Bobo-Dioulasso : De la mélasse pour soulager des riverains contre la poussière
Province camillienne du Burkina : Sept frères ordonnés diacres ce 2 février 2023
Santé : Le Burkina Faso se prépare à faire face à une éventuelle épidémie de méningite
Burkina : Plus d’une centaine de femmes bénéficient de formations en transformation agroalimentaire et en élevage
Incendie du marché de “Sankar-yaaré” : « Les responsables du marché et la police n’ont pas fait leur travail », regrette Moussa Zoundi, commerçant
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés