Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

Commune rurale de Niou : Rendez-vous du 2 au 5 novembre pour vivre le « sacré » et le « profane » !

Accueil > Actualités > Société • • lundi 23 octobre 2017 à 23h56min
Commune rurale de Niou : Rendez-vous du 2 au 5 novembre pour vivre le « sacré » et le « profane » !

« Dialogue inter-religieux pour le renforcement de la paix par la culture ». C’est autour de ce thème que la 3e édition du festival « feu de bois de Niou » se tiendra du 2 au 5 novembre 2017 dans cette commune située à une soixantaine de kilomètres sur la route nationale N°2 au nord de Ouagadougou. L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse animée jeudi, 19 octobre 2017 à Ouagadougou.

Cette année, le festival a décidé de se servir de la culture pour mettre en exergue, magnifier la cohabitation entre les religions et promouvoir la tolérance.

L’édition 2017 s’ouvre également à des pays de la sous-région. Il s’agit du Bénin, de la Côte d’Ivoire et du Mali. Le Maroc est le pays invité d’honneur. ‘’ Le Maroc a su conserver et valoriser sa culture, malgré la forte culture de la religion’’, a justifié en substance le promoteur du festival, Ismaël Zoungrana.

Au plan national, des troupes viendront, en plus de la province de Kourwéogo d’où relève la commune de Niou, de Gaoua, Orodara, Bogandé, Pouni, Fada N’Gourma, Pilimpikou, Manga, Kénédougou, Zorgho.

Plus de cinq mille personnes (visiteurs) sont attendues à ce rendez-vous avec au programme, des prestations de musiques profanes et sacrées, des danses profanes et sacrées, une exposition artisanale et de la gastronomie consacrée essentiellement aux mets locaux.

Selon le premier responsable, Ismaël Zoungrana, « le concept met en scène une présentation de spectacles entre deux géants feux de bois, rappelant ainsi les ambiances et des scènes utilisées dans la belle vieille Afrique ». C’est donc un moment où tradition et modernité se côtoient. D’où, poursuit-il, une forte implication de toutes les couches sociales au festival, notamment les personnes âgées (les gardiens de la tradition). « Mieux, les habitants y participent, en s’investissant dans la foire et en aidant comme ils peuvent. Plusieurs familles se sont proposé également d’accueillir (héberger) les invités », ont dévoilé les organisateurs.

Le festival « feu de bois de Niou » vise, selon ses initiateurs, l’enracinement de l’identité culturelle dans une vision de consolidation de l’intégration sociale et régionale, la création d’un espace artistique culturel et touristique de révélations et de promotion des musiques et danses traditionnelles profanes et sacrées. Outre la volonté de permettre à la nouvelle génération de se ressourcer, le festival, c’est renforcer la coopération artistique et culturelle ainsi qu’à encourager l’intégration des peuples.

En deux éditions, les organisateurs se réjouissent des résultats enregistrés sur le terrain. Dans ce chapitre, ils expliquent que le festival a suscité la naissance de plusieurs organisations de lui, érigé un centre de formation culturel (en cours), une bibliothèque, une salle de spectacle de 500 places, etc.

Cette édition est présidée par le ministre des infrastructures, Eric Bougouma et patronnée par le ministre de la Culture et du tourisme, Tahirou Barry. Elle est co-parrainée par le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’extérieur, Alpha Barry et le député Raphaël Kouanda.

Lire aussi : Culture : Le Kourwéogo a désormais son festival, dénommé « Feu de bois » de Niou

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Commune de Bingo/village de Sapélo : Une « bombe foncière » à désamorcer, les habitants interpellent les autorités
Éducation en situation d’urgence au Burkina : 2 682 établissements fermés à la rentrée d’octobre 2021
Le ministre de la santé chez le cardinal Philippe Ouédraogo : L’archevêché de Ouagadougou rejette le compte rendu publié par le ministère
Semaine nationale de la citoyenneté 2021 : Victoria Kibora / Ouédraogo décline les grandes lignes
Semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information : EducommunicAfrik pour la sensibilisation des jeunes
Ministère de la Sécurité : Edgard Sié Sou installé dans ses nouvelles fonctions de secrétaire général
Secteur agro-sylvo-pastoral : Les acteurs non étatiques examinent le plan stratégique national d’investissement
Sexualité des jeunes : L’Abbé Jean Emmanuel Konvolbo déplore « le logiciel sexuel » du ministre Charlemagne Ouédraogo
Ministère de l’Eau et de l’assainissement : Ousmane Nacro juge satisfaisant le bilan de sa gestion, de janvier à septembre 2021
Dori : Des déplacés internes et réfugiés informés des modes d’accès à la justice
95e Journée mondiale des missions : La paroisse Saint André de Saaba, hôte de la célébration eucharistique
Festival Allons à Kaya : La population de Kaya est résiliente et debout
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés