Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut apprendre à rester serein au milieu de l’activité et à être vibrant de vie au repos.» Gandhi

Gestion d’eau potable au Burkina : Un colloque pour capitaliser les modèles et expériences efficaces

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Moussa DIALLO • mercredi 18 octobre 2017 à 23h57min
Gestion d’eau potable au Burkina : Un colloque pour capitaliser les modèles et expériences efficaces

Ouagadougou abrite un colloque national sur les modèles de gestion efficace d’eau potable, du 18 au 19 octobre 2017. Il est co-organisé par le ministère de l’eau et de l’assainissement, le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’ONG IRC. Cette rencontre vise à présenter et discuter les expériences les plus récentes et les plus pertinentes en matière de gestion et de fourniture efficace du service public d’eau potable en milieu rural et semi-urbain au Burkina. Elle réunit des spécialistes, professionnels, praticiens, chercheurs et décideurs du secteur de l’eau aussi bien au niveau opérationnel que stratégique.

Inventorier les expériences au niveau local et international dans l’objectif de transformer l’information en connaissances afin de les mettre à l’échelle lorsqu’elles sont adaptées et pertinentes. C’est l’un des grands défis du secteur de l’eau et de l’assainissement. D’où la nécessité de capitaliser les savoir-faire locaux existants ou générés par les pratiques des populations, générer des connaissances à partir de la recherche, produire des connaissances à partir de la formation avec les acteurs pertinents, ou encore collecter régulièrement des produits de recherche sur des thématiques prioritaires et les disséminer…

Le présent colloque national sur les modèles de gestion efficace du service d’eau potable trouve ainsi toute son importance. En effet, il vise à présenter et discuter les expériences les plus récentes et les plus pertinentes en matière de gestion et de fourniture efficace du service public d’eau potable en milieu rural et semi-urbain au Burkina. Organisé conjointement par le Ministère de l’eau et de l’assainissement, IRC et l’UNICEF fait suite au colloque sur l’assainissement organisé par IRC au cours du mois de juillet 2017. Il réunit des spécialistes, professionnels, praticiens, chercheurs et décideurs du secteur aussi bien au niveau opérationnel qu’au niveau stratégique.

Les thèmes en discussion

Une vue de quelques participants

« Les thèmes retenus pour le colloque sont très pertinents en ce sens qu’ils nous permettront d’échanger sur des problématiques majeures dans le domaine de l’eau potable. Les échanges porteront sur : le développement, le maintien et l’amélioration du service public, le recouvrement des coûts et l’accessibilité financière du service public, les responsabilités mutuelles des parties prenantes, la planification stratégique de la gestion du service public d’eau potable à l’échelle communale ou intercommunale. Il s’agira au cours de ces deux jours de capitaliser l’ensemble des modèles et expériences qui seront partagés et d’en tirer le meilleur », a précisé Alassoun Soré, le secrétaire général du ministère de l’eau et de l’assainissement, par ailleurs président de la cérémonie d’ouverture du colloque.

Depuis 2015, le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’IRC s’investissent aux côtés du ministère de l’eau et de l’assainissement pour la capitalisation des bonnes pratiques et l’apprentissage dans le secteur de l’eau et de l’assainissement. Dans ce cadre, un état des lieux assorti d’un plan d’actions 2016-2020 a été élaboré et diffusé.

Des progrès réalisés par le Burkina

Les participants

Le Burkina a réalisé des progrès importants dans le domaine de l’approvisionnement en eau potable. Selon le Programme conjoint de monitorage des Objectifs du développement durable pour l’eau et l’assainissement, 54% de la population burkinabè a maintenant accès à des sources d’eau améliorées, contre 47% en 2000. Mais, ce taux cache cependant d’importantes disparités puisqu’il n’est que de 43% en milieu rural.

« Ce faible taux se justifie le plus souvent par le taux élevé de pannes des pompes à motricité humaine et des systèmes d’approvisionnement en eau potable simplifiés ainsi que l’absence de système fiable des services d’eau potable », a expliqué Anne Vincent, la représentante résidente de l’UNICEF au Burkina. Au-delà du Burkina, ce taux est particulièrement élevé dans les zones rurales de la plupart des pays en développement (30 à 40% selon le rapport 2010 du réseau de l’approvisionnement en eau rurale).

« Soucieux de cette situation, l’UNICEF a lancé au niveau mondial une recherche-action sur les modèles de gestion durable du service d’eau potable en zone rurale dans le cadre de partenariats public-privé. La spécificité de cette recherche-action est de trouver un modèle de gestion qui concilie un équilibre entre les intérêts des usagers et pour l’opérateur privé, de recevoir des recettes suffisantes pour permettre la continuité de ses opérations », a rappelé Anne Vincent.

Le Burkina a été l’un des pays retenu par le siège de l’UNICEF pour piloter cette initiative vu son environnement de politiques favorables. Après deux ans de pilotage donc, il était important d’échanger avec les professionnels du secteur afin de tirer les premières leçons apprises.

IRC, générateur de connaissances

De nombreuses expérimentations, simulations, ateliers et séances de réflexion organisés avec les acteurs ont marqué la volonté des partenaires de trouver une solution durable aux questions de fourniture de service d’approvisionnement en eau potable pérenne et accessible à tous. Et le présent colloque s’inscrit dans ce cadre.
Depuis 15 ans, l’IRC teste un modèle appelé réforme simple de l’eau. Ainsi, dans son rôle de générateur de connaissances, IRC a accompagné l’UNICEF et le ministère en charge de l’eau dans l’organisation de ce colloque. Toute chose qui devait permettre de partager les principales leçons qui nous permettront d’avancer dans la réalisation du droit à l’eau et à l’assainissement au Burkina.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le changement climatique : Reboiser pour diminuer l’emprunte carbone
Environnement : Vers la création et le classement des corridors Pô-Nazinga et Pô-Eastern
Journée climatique : L’Afrique et l’Europe ensemble pour un partenariat vert
Changements climatiques : La transparence du Burkina en matière d’atténuation et d’adaptation évaluée
Région du Centre-Sud : Bientôt, les populations des communes de Doulougou, Ipelce, Kombissiri et Saponé n’auront plus soif
Bobo-Dioulasso : Le ministère de l’Environnement dédommage des victimes de dégâts causés par les animaux sauvages
Protection des ressources naturelles : Des journalistes s’imprègnent de l’approche APAC
Protection des ressources en eau : Un atelier national pour faire l’état des lieux
Gestion participative des forêts classées au Burkina : Le PGDD/REDD+ s’achève sur de bonnes notes
Assainissement au Burkina : Un rapport sur la problématique de la gestion des boues de vidanges sur la table des autorités
Réduction des émissions de gaz à effet de serre : Le Burkina élabore son système MRV
Gestion du froid en Afrique : Les acteurs réunis à Ouagadougou pour mutualiser leurs forces
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés