Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

dimanche 15 octobre 2017 à 01h41min

Dans cette déclaration à l’occasion de la commémoration du trentième anniversaire de l’assassinat du président Thomas SANKARA, Madame Mariam SANKARA, sa veuve, au nom de la famille, salue l’initiative du mémorial Thomas Sankara. Mais, elle souligne qu’elle ne veut pas qu’il soit érigé au sein du Conseil de l’Entente, « qui rappelle de douloureux souvenirs en raison des assassinats et des tortures qui ont marqué ce lieu ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers amis,

L’assassinat du Président Sankara et de ses compagnons, le 15 Octobre 1987, a interrompu une expérience de développement originale et prometteuse de l’histoire de l’Afrique contemporaine.

Je tiens à vous remercier pour votre soutien à toute la famille Sankara et à moi-même ainsi que pour votre fidélité à la mémoire du Président Thomas Sankara.

A travers sa politique, Thomas a défendu, en donnant lui-même l’exemple, les valeurs essentielles telles que l’intégrité, l’honnêteté, l’humilité, le courage, la volonté, le respect et la justice. En mobilisant les différentes composantes de la société, il s’est battu, de façon acharnée, contre la dette, pour le bien être de tous les burkinabè, la promotion du patrimoine culturel burkinabè et l’émancipation de la femme. Il a incité ses concitoyens à se prendre en charge pour vivre dignement. Bref, il a refusé la soumission au diktat des plus puissants de ce monde, a pris la défense des plus faibles et des plus défavorisés.

Imprégnés de ces valeurs et de ces idées, vous avez, à travers l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, mis fin au régime dictatorial de Compaoré. Cette insurrection a permis au peuple de reprendre la parole pour exiger, entre autres, la fin de l’impunité, la réouverture du dossier de justice sur l’assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons, celui de Norbert Zongo et tant d’autres.

La décision prise au Burkina Faso par les autorités de la transition de rendre enfin justice à Thomas Sankara a suscité un immense espoir au Burkina, en Afrique en général et dans le monde. Mais on est toujours dans l’attente de la justice.

La requête de la société civile et des familles est claire. Nous voulons connaître au plus vite les commanditaires et les exécutants de cet assassinat et ceux des autres crimes.
Retarder la quête de vérité, c’est jouer le jeu des assassins de Thomas Sankara et de ses compagnons. Ne pas rendre justice, c’est refuser une sépulture digne pour Thomas Sankara et ses compagnons, c’est empêcher les familles de faire leur deuil.

C’est la raison pour laquelle, le peuple burkinabè et ses amis doivent rester mobilisés et relancer la campagne pour que trente ans après, justice soit enfin rendue à Thomas Sankara et à ses compagnons.

Chers compatriotes, notre famille salue votre initiative visant à ériger un mémorial à la mémoire de Thomas Sankara.

Nous sommes attachés, comme nombre de nos compatriotes, à la défense et à la sauvegarde de la mémoire de Thomas Sankara. Je tiens à saluer cette initiative de la société civile, conduite par l’association CIMTS (Comité International pour le Mémorial Thomas Sankara). Ce projet de Mémorial bénéficie du soutien populaire. Une démarche consensuelle et inclusive devrait permettre de réaliser un ouvrage de qualité qui témoignera de la vitalité des idées de Thomas et de ses fidèles compagnons de la révolution du 4 Août 1983. Toutefois, la famille tient à ce que ce mémorial ne soit pas construit dans l’enceinte du Conseil de l’Entente qui rappelle de douloureux souvenirs en raison des assassinats et des tortures qui ont marqué ce lieu.

Avec toutes ces volontés de valorisation de la mémoire de Thomas observées à travers le monde, on se rend compte avec le temps que Thomas Sankara était un visionnaire. Conscient des actions des détracteurs de la révolution, il savait qu’il était incompris parce qu’il était en avance sur son temps. Il dira alors : « tuez Sankara, des milliers de Sankara naîtront ». Ceci est devenu une réalité. On constate aujourd’hui que la jeunesse s’imprègne de ses idées progressistes pour transformer la société.
Trente après sa disparition, la pensée de Thomas reste vivante et d’actualité.
Encore une fois, je vous félicite pour votre mobilisation et pour votre fidélité à la mémoire du Président Thomas Sankara.

30 ans de résistance !
30 ans d’impunité !
Rendez enfin justice à Thomas Sankara et ses compagnons ainsi qu’à toutes les victimes des crimes impunis !

La patrie ou la mort, nous vaincrons !

Je vous remercie.

Madame Mariam SANKARA

Montpellier, le 15 Octobre 2017

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 octobre à 20:07, par mAAt
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Le CIM-TS doit prendre en compte la volonté de la femme de THOMAS. Ne pas le faire servirait sans doute les détracteurs du projet qui s’en donneraient à coeur joie.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 20:20, par Roi de Kaboul
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Vérité, justice et réconciliation, indispensables pour une paix durable.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 20:35, par RV
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Madame Sankara, je respecte profondément la mémoire du Président Sankara surtout qu’il n’est plus de ce monde. Paix à son âme !
    Vous auriez dû commencer par demander pardon aux nombreuses victimes du CNR.
    Et juste remercier ceux comme moi qui pensons que le bon côté de révolution dépasse le mauvais. Et demander que le mémorial ne soit pas ériger au Conseil de l’entente pour les raisons que vous citer.
    Le CNR de Sankara a commis beaucoup de crimes de sang. Mais on peut cela sur le compte leurre jeunesse et des limites des hommes. Qui peut prétendre être sage à entre 30 et 40 ans sans la bénédiction de Dieu.
    Aujourd’hui, laisser croire que Sankara était un saint, c’est faut !
    Sankara a manqué de respect au Président Francois Mitterrand. Mais, c’est la même France qui vous accueille depuis son assasinat.
    Beaucoup de familles attendent justice des dérives du CNR de Thomas. Sans doute que Blaise qui est le seul survivant, car les révolutions mangent ses enfants, devra y répondre au nom des autres leaders !?
    Paix aux âmes de tous les crimes de sang.

    Répondre à ce message

    • Le 15 octobre à 06:39, par Mathurin BAZIE
      En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

      Mr RV. Votre attitude ressemble fort bien et à celle des tombeurs du PF après son assassinat.Salir sa mémoire. SANKARA l’avait compris, quand il a dit avant de mourir qu’il valait mieux 1 pas avec le plus que 100 pas sans lui. C’est vous dire que même s’il y avait des dérapages sous la révolution, les véritables commanditaires de ces crimes sont ceux qui ont assassiné Thomas SANKARA. Alors arrêté vos malices, car le BURKINA n’est pas SANKARA comme la FRANCE n’est pas Mitterrand. Trente ans après sa disparition forcée, Thomas SANKARA demeure et se bonifie toujours Vous en souffrez mais on y peut rien et on y pourra rien !

      Répondre à ce message

      • Le 18 octobre à 10:25, par LeJuré
        En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

        Voici quelqu’un qui fait semblant d’oublier des choses.

        Mon œil ! . "Sankara l’avait compris" oui oui c’est ça ! et c’est pourquoi il avait désigner Sigué (le plus redoutable tortionnaire et tueur de l’époque) à la tête de la FIMATS.
        Mon cher sache juste une chose, la plus part (sankara y compris) des officiers qui ont accéder au pouvoir en 83 étaient des tueurs.

        Sur l’emplacement du mémorial, Mme Sankara a parfaitement raison, le conseil n’est pas le lieu indiqué. C’est le lieu ou il y a eu des assassinats sous la Présidence de Sankara et aussi le lieu ou lui même a été assassiné. Moi je verrais bien le cimetière de Dagnoin.

        Parce ce que les gens qui visiterons ce mémorial pourrait se poser les mêmes questions que moi. A savoir ou ont été tué Somé et Guébré ? ou ont été emprisonné, juger et condamné mon grand-pere Didier Tiendrebéogo sans que sankara ne puisse accéder aux doléances de sa famille pourtant amie à la tienne. Sans oublier les autres. Donc au final nous risquons d’avoir au sein de ce même conseil "DES MÉMORIAUX". Celui de Sankara jouxtant celui de somé ou Djébré ou encore celui de Dabo boukary ........

        Pour moi, le conseil est à raser purement et simplement comme un cimetière désaffecté.

        Répondre à ce message

    • Le 15 octobre à 07:10, par ZWang
      En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

      Salut mon frère RV. Je ne pense pas que c’est à Mme Sankara de demander pardon au nom du CNR ; mais plutôt au(x) survivant(s)(s’il en existe plus d’un toujours) du système de le faire. Et là encore c’est toujours à Blaise Compaoré on va prier de demander pardon au nom de ses camarades qui ont tous été tués ! Les victimes du CNR, SANKARA, LINGANI, HENRI ZONGO, NORBERT ZONGO, DABO BOUKARI....... ont peut-être tous le même bourreau ! On dit souvent que le chien ne change pas sa manière de s’assoir !!!!!

      Répondre à ce message

    • Le 15 octobre à 07:35, par Jahkarimo
      En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

      Ton esprit est borné,ta pensée puante comme un cerveau pourri.Le rôle de Sankara dans la revolution etait de tracer le chemin et guider le peuple à sortir la tête de l’auberge et se construire pour des lendemains meilleurs.A cet effet,il ya les faits dans la revolution et l’esprit des faits.En verité,seuls les malhonnêtes et les petits esprits s’attardent à ces details ignobles.Encore,tu parlais de manque de respect à Mitterand.C’est une declaration ad nauseam d’un esclave mental que tu es.Quant à l’habitation de Mariam Sankara en France n’est pas un crime,parce qu’à ma connaissance,sauf omission ou oubli,le President Thomas Sankara ne vouait aucune haine viscerale contre la France encore moins le peuple français.Il etait farouchement contre l’imposture de la politique française,qui consiste à exploiter des populations africaines qui croupissent dans la misère et qui pènent à se relèver après plus de 4 siècle d’esclavage.En l’occurence son discours a l’ONU illustre sa volonté de liberté des peuples.merci !

      Répondre à ce message

    • Le 15 octobre à 09:49, par atta
      En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

      Tu es hors de la plaque,on parle de mémorial.c est vous autres qui avez mis le pays en retard.Sankara était un Homme digne ;et intègre,il a été trahit par son ami intime,Comme Juda a trahit Jessus.

      Répondre à ce message

    • Le 15 octobre à 15:23, par Trahison
      En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

      En fait, si on veut voir, c’est Blaise ce sanguinaire qui est a l’ origine des violences depuis le 7 novembre 1983. Sinon pourquoi apres 1987, le sang a encore plus couled dans ce pays. Blaise est un sanguinaire et il n’ aura jamais la paix de son vivant. Trop de peres de famille arraches a l’ affection des leurs, trop d’ injustice. Blaise est un psychopathe peureux dangereux pour l’ humanite. Sans honneur en plus. Il parait qu’ il est devenu ivoirien. Apres avoiur dirige et pille son pays pendant 30 ans. Blaise le Peureux Sanguiinaire, c’est ce que l’ histoire retiendra e toi. Et tu ne pourras meme pas emporter au paradis tout l’ or et le diamant que tu as pille ici et la- bas.J’ ai pitie de toi en verite. Prsonne ne t’ envie.

      Répondre à ce message

    • Le 15 octobre à 15:35, par Juste compaoré
      En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

      Mon frère ca n’a pa de sens ce que ! ce de la pure ineptie de raisonner ainsi. peut etre que tu n’a aucune idée sur l’hoe et ses actions

      Répondre à ce message

    • Le 15 octobre à 23:51, par SOME
      En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

      Je refais mon intervention vu que le premier n’est pas passé, en esperant qu’il passera cette fois.
      Mon frere, tu n’es pas obligé de commencer par dire que tu respectes la memoire de thomas sankara surtout qu’il est mort. On sait que tu es content qu’il soit mort et meme pas enterré. Mais ne t’inquiete pas, toi aussi tu mourras comme tout ce qui vit, moi y compris. On vit pour mourir. Mais il y en a qui sont morts meme vivants ou des vivants morts.
      Tu aurais pu dire ton idee et te passer de cela ; et le dire cela ne fera pas qu’on n’acceptera pas tes idees. Ta demarche est certes hyocrite, et d’une malhonneteté sans borne. Mais cela on y est habitué.

      Mais soit, cela n’est pas la question : c’est ta suffisance et ton outrecuidance de parler ainsi. J’aurais pu utiliser plus verve que toi, mais ce serait trop t’accorder d’honneur. Je me situe mieux que cela (je te dis sans etat d’ame). Si tu es un pauvre ignare sans aucune culture et pis encore acculturé, reste dans taniere au lieu de vouloir te faire voir. Si tu es complexé, reste dans ta vieille peau au lieu de vouloir se la jouer. Quelle compréhension et analyse fais tu au lieu de deblaterer ici des lieux communs tout en les posant comme des verites, alors que tu ne fais reprendre des idees de bas etages pondues par quelque idiot instrumentalisé par ci par là.

      Donne moi une analyse personnelle et je te respecterai, meme si je ne suis pas d’accord avec ton point de vue. Quand on ne sait pas faire des analyses de situations, on se tait. Tu n’es qu’un esclave mental qui a n’a meme pas commencé le debut de la prise concscience de son etat d’esclave. Et sankara (et souffre que ce soit lui qui le dise) a dit "L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère . » Les esclaves nous n’en voulons plus au Burkina de Thomas sankara
      LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS Seule la lutte paye !
      SOME

      Répondre à ce message

    • Le 16 octobre à 05:58, par warzat
      En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

      Au regard de ce qui s’est passé après l’assassinat de Sankara et de ses compagnons, les ayants droit des victimes du CNR comme vous le dites devraient trouver les coupables parmi ceux qui ont poursuivi leur basse besogne ’’d’anéantissement’’ de toute opposition pendant 27 ans.Autrement, les assassinats se seraient arrêter après la mort de Sankara. Pour ce qui concerne la France, elle reçoit tous les opposants aux régimes africains et d’ailleurs (l’ayatollah Khomeini de l’Iran y était réfugié et a quitté la France par un vol direct pour accéder au pouvoir) , y compris les veuves de leaders charismatiques ou de dictateurs. La France n’a pas d’ami, elle a des intérêts qu’elle défend dans son approche diplomatique. De nos jours, de jeunes soldats français sont tués dans le Sahel, alors librement, penser que c’est pour les beaux yeux des sahéliennes ou autre chose que des intérêts économiques.

      Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 21:19, par Patriota
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Totalement d’accord avec la famille du President Sankara. Ce lieu n’est pas indiqué bien que la où a eu son assassinat. Cependant est tacheté d’atrocités.
    Vivement ce memorial.
    Vivement que l’aeroport de Donssin soit baptisé Aeroport international Thomas Sankara.
    Vivement une université africaine Thomas Sankara au Burkina.
    Vivement la justice pour Sankara et ses compagnons tombés.
    Toute la jeunesse se doit de contribuer pour ce projet de memorial. Tu as 100, 500 cfa ou plus contribuons tous !

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 21:21, par "LE VIEUX"
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    MARIAM SANKARA ET LA FAMILLE SANKARA ONT ÉTÉ TRAHIES PAR UN CERTAIN AVOCAT ASSOIFFÉ DE GLOIRE ET DE RICHESSE. IL A BATI UN EMPIRE FINANCIER A TRAVERS LE NOM DU REGRÉTÉ THOMAS SANKARA ET JE PENSE QUE LA MANIGANCE MAFIEUSE AURA UNE FIN ET DES GENS VONS BAISSER LA TÊTE A JAMAIS DANS CE FASO. suivez mon regard !

    Répondre à ce message

    • Le 15 octobre à 17:04, par Plutôt que tu passes pour être un vieux aveugle pretendant avoir un regard
      En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

      Je te pris de consulter la liste des biens (publiés par les médias en particulier les journaux de la place) de celui que vous prétendez dénigrer avec une haine imparable. En consultant les dates d’acquisition de chaque bien que l’intéressé a pris soin de mentionner, vous vous rendrez compte s’il vous reste toujours une petite dose de bonne foie que vos accusations sont mensongères. Tu feras mieux de changer de sobriquet car les vieux en Afrique sont généralement réputés être sages donc, contre le mensonge et la diffamation. Ce qui n’est pas votre cas, confirmant ainsi la règle par son exception.

      Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 21:31, par Alex
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    ça fait vraiment réfléchir. Faut-il vraiment ériger le mémorial Thomas Sankara dans l’enceinte du sinistre Conseil de l’Entente ? Si oui pour symboliser le lieu où il a été assassiné, il faudra ouvrir le Conseil de l’Entente pour qu’il soit accessible à tous et devienne un véritable lieu touristique. Je crains fort que ce mémorial ne soit dissimulé entre les villas et perde son sens. Il faudrait alors ériger le monument sur un lieu bien frappant. Pourquoi ne pas le faire par exemple dans un endroit vers le nouvel échangeur du nord en construction où toute personne qui passerait le voit de façon visible ! ou encore sur une jonction de la ville qui mène au nouvel aéroport de Donsin de sorte que personne n’y accède sans le percevoir ! C’est ma contribution, mais la réflexion continue. Ma contribution aussi sera financière car c’est une oeuvre collective pour les amis et défenseurs du Président Thomas Sankara.
    Thomas Sankara est mort mais ses assassins se la coule douce avec la protection d’un pays voisin. Mais comme disent certains, Dieu est au contrôle et tout se paie ici bas. C’est le moment de la compensation et le mouvement est déjà enclenché ! Wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 21:58, par NOMBRE
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Mme Mariam Sankara, nous savons comment cela est douloureux, il faut reconnaitre que c’est la volonté populaire qui prime. Thomas Sankara appartient au peuple et non à sa famille. La décision ne devrait pas venir de sa famille pour aller contre les initiatives du peuple, c’est un hommage que le peuple lui rend et deviendra un lieu de recueillement, surtout que jusque-là, l’on a pas pu identifier ses restes. Au moins le peuple connaît son lieu d’assassinat. C’est le lieu idéal pour lui témoigner la reconnaissance du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 22:15, par kasa
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    merci Mariam SANKARA pour votre message !
    Faire un mémorial pour ce Grand Homme Thomas SANKARA au conseil de l’entente ou choisir de ne rien faire parce que c’est a l’entente qui rappel des mauvais souvenir, le choix doit être claire il faut le mémorial. je pense que l’on construit sur des anciens cimetières mais les générations qui n’ont pas connu ne peuvent pas imaginé qu’il s’agissait d’un ancien cimetière donc Famille SANKARA peut importe le lieu, vérifié beaucoup plus l’aspect fond du mémorial. dans 50 et plus qu’est ce qui sera le plus important...?

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 22:19, par Fasolibre
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Sankara toujours présent, Sankara éternel ! Merci d’avoir montré la voie.
    La patrie ou la mort nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 22:55, par LUSTRE
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Merci Maman SANKARA pour votre message, nous tenons à saluer votre courage durant les années douloureuses suite à l’assassina à votre époux. Nous reconnaissons à quel point le conseil de l’entente peut rappeler pour vous des souvenir douloureux. Mais permettez moi Maman SANKARA de donner mon point de vu sur l’érection du mémorial au conseil de l’entente.
    Spirituellement l’être humain est composé de deux entités : " l’esprit et le physique". la mort constitue un moment douloureux pour nous ici, mais en fait elle correspond à la naissance spirituelle de l’esprit. De ce fait le lieu de la naissance spirituellement de votre époux, notre Président est le conseil de l’entente.
    Nous vous demandons humblement et du fond du cœur de surmonter ces souvenirs douloureux lier au lieu qui est le conseil de l’entente. le conseil de l’entente est un lieu très noble au départ mais que les assassins de Thomas SANKARA ont transformé en un lieu horreur. Redonnons la place qu’il faut à ce haut lieu des prises de décision sous la révolution.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 23:26, par Élève de maternelle.
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    En fin la famille Sankara a donné sont point de vue sur l’emplacement du mémorial et je suis d’accord avec elle. J’ai écrit au mois de mai 2017 qu’à propos de ce mémorial ‘’ la question qui me taraude l’esprit est quel est le meilleur endroit pour ériger ce mémorial. Sankara n’appartient pas qu’au Burkinabé mais à tous les peuples du monde épris de liberté. Un mémorial à Ouaga ne me semble pas approprié bien que ce soit la capitale du Burkina. Utiliser les 3 hectares du site du Conseil de l’Entente en plein centre ville ne me semble pas approprié pour le mémorial bien que Thomas y ai perdu la vie.A mon humble avis pour l’erection de ce mémorial, le site de Laongo qui a reçu les sculptures sur granit des artistes du monde entier et continuera d’en recevoir si l’esprit du site se perpétue est le lieu le plus indiqué . C’est une manière de dédier le mémorial à toute l’humanité, Laongo étant le lieu de rencontre de la générosité artistique des sculpteurs du monde entier. Et à quelques encablures de Ziniaré c’est une manière de rappeler à son ami intime qu’il est toujours là.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 05:39, par Pascal.
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Elle a entièrement raison cette dame ainsi que sa famille. D ailleurs ce lieu inspire la peur l angoisse pour toute personne ayant connu l endroit où juste traverser ce boulevard. Quand j étais étudiant à l université de Ouaga on avait très peur d entendre parler du conseil de l entente. Il est hanté. Alors je ne comprends pas pourquoi on a choisi ce lieu qui bouscule trop émotionnellement. Sera t il réellement lieu propice au recueillement et facilement accessible à toute personne pauvre ou riche désireuse d aller à la rencontre de Thomas ?

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 07:49, par Le sage
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Le lieu est important certe...... Mais l’origine des fonds le devrait etre plus.... Les assassins de Thomas Sankara vont contribuer financièrement a la construction de ce memorial. La France qui est soupçonnée d’avoir participer a cet assasinat vous accueil depuis trente ans et refuse de declassifier ses archives madame. Je ne suis pas sûr que si Thom Sank vivait il aurait supporter toutes ses incongrutés..... Celui ou celle qui a peur d’être un jour pauvre ne peut pas vivre libre.......
    Tout ce mic mac dans le dossier Thom Sank s’explique par les compromissions acceptées par les uns et les autres au fil des années. Le memorial c’est comme les funerailles de Thom Sank... Laisser ces assasins payer pour les funerailles de Thom c’est le tuer une seconde fois....

    Veriter justice d’abord.

    Que la famille laisse les gens qui veulent le folklore faire leur jeu. Faites la part entre les gens qui se battent pour Thom et ceux en quette de visibilité et autres interets personnels. Le Sankarisme nourri son homme et propulse des carrieres et des projets.....

    Que dieu venge Thom et lui evite le suplice de la souillure par des contributions financieres de ses assassins
    L"univers nous rend tout ce que nous partageons (bien comme mal) la vie sur terre n’est qu’une étape.
    Amen. Paix à son âme. Paix â son âme. Paix â son âme.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 08:02, par Koutourou
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    iinternaute RV sachez que ce sont les mêmes qui tuaient sous le CNR qui ont tué Sankara.
    Sous la revolution Tom Sank en a porté la responsabilité parce qu’il était le chef.
    Après le CNR le front populaire a continué de tuer des burkinabé oui ou non ?
    Même en se muant en parti politique"démocratique" celà ne l’a pas empeché de poursuivre sa sale besogne, les cas David Ouedraogo, Nobert Zongo, Juge Nebié et les victimes de l’insurrection et du putch du Général GD doivent vous le faire comprendre bon sang.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 08:51, par x
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS. THOMAS SANKARA FUT UN GRAND HOMME POUR TOUTE L’AFRIQUE ET MÊME LE MONDE ENTIER.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 09:52, par Le philosophe
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    merci a tout le peuple sankariste du monde entier pour cette idee.que la construction de ce memorial soit le point de depart d’une serie d’action dans le sens de ses convictions.Faire du pauvre un homme digne.Peu importe l’emplacement du memorial,si nous tenons dans nos coeurs et pret a temoigner par nos actes et pensees,le patriote qu’il fut ;chaque burkinabe sera un memoral vivant pour le president capitaine Thomas Sankara.
    La patrie ou la mort,nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 12:15, par Révolution
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Au delà de l’emplacement du mémorial la question même du mémorial peut être repensée. Je propose une attention particulière de se jeune Parti politique le RSEEP :

    Sans être contre le mémorial Thomas SANKARA, le Rassemblement des Sentinelles pour l’Epanouissement Economique et Politique « R.S.E.E.P », parti politique à posture révolutionnaire, vient proposer tout autre chose. Au regard de ce qu’a été l’homme de son vivant, nous sommes pour un mémorial qui dépasse le caractère de symbole pour se vêtir d’un caractère utilitaire et concret.
    L’homme a refusé les premières places dans un avion pour ne se contenter que des places de seconde classe, Président qu’il était ; l’Homme était Humble.
    Aux véhicules de luxe, il a opté pour des véhicules simples. L’homme était humble et économiste.
    Devant les grands chantiers, il a opéré de grands travaux où lui-même Président qu’il était, était devenu ouvrier. L’Homme était Humble, Economiste et Bâtisseur.
    Aux grandes interrogations qui pesaient sur le BURKINA et sur l’Afrique, il a su apporter les réponses convenables et réduire au silence les ruses de l’impérialisme. L’Homme était Humble, Economiste, Bâtisseur et Sage.
    Conscient de la ruse et de la trahison de ses camarades, amis et frères d’armes, l’homme n’a jamais trahi l’amitié bien qu’étant en position de force. L’homme était Humble, Economiste, Bâtisseur, Sage et Intègre.
    Conscient de la menace et de la ruse de l’extérieur, conscient de la noblesse de sa lutte, le Patriotisme de l’homme n’a pas déserté devant la mort. L’homme était Humble, Economiste, Bâtisseur, Sage, Intègre et Patriote.
    Mort les poches vides, sa véritable richesse était ses idées qu’il a partagées et qui restent éternelles.
    Le R.S.E.E.P vient proposer en mémoire de Thomas SANKARA, la construction d’une école de renommée internationale où des élèves du monde entier pourront y accéder par le canal des bourses d’études bien méritées. Cela rendra l’école prestigieuse et internationale.
    Les diplômes délivrés porteront l’effigie de Thomas SANKARA.
    Parmi les modules enseignés, un module sera consacré à l’histoire politique du Burkina Faso avec une mention spéciale sur la révolution de Thomas SANKARA.
    De cette façon, chaque nation accouchera d’un Thomas SANKARA parce que nous aurons semé les idées de Thomas SANKARA dans les cœurs de chaque pensionnaire de cette école. Il nous est permis de rebaptiser le monument des martyrs en monument Thomas Sankara et les martyrs. Au lieu d’attirer les touristes autour du mémorial, Nous pouvons faire de tous les recoins du monde des endroits touristique parceque nous aurons planter des Sankaras partout dans le monde. Nous pouvons espérer avoir un jour une révolution sankariste mondiale. Au lieu de placer la mémoire de ce révolutionnaire dans du béton armé sous prétexte que d’autres le font, Nous pouvons opter, Nous, de planter Sankara dans les coeurs des hommes et des femmes du monde entier. Quand le colonisateur d’hier cherchera un jour un emploi avec un diplôme qui portera l’éfigie de Thomas Isidore Noël Sankara, alors la victoire sur l’impérialisme aura sonné.
    Puisé sur la page Facebook du parti politique du R. S. E. E. P

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 15:46, par Révolution
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Au delà de la l’emplacement, il y’a lieu de repenser le type de mémo pour le père de la révolution. Les propositions du jeune parti politiques ne sont pas à négliger. Voici leur proposition détaillée balancé que je puise pour les lecteurs :

    Sans être contre le mémorial Thomas SANKARA, le Rassemblement des Sentinelles pour l’Epanouissement Economique et Politique « R.S.E.E.P », parti politique à posture révolutionnaire, vient proposer tout autre chose. Au regard de ce qu’a été l’homme de son vivant, nous sommes pour un mémorial qui dépasse le caractère de symbole pour se vêtir d’un caractère utilitaire et concret.
    L’homme a refusé les premières places dans un avion pour ne se contenter que des places de seconde classe, Président qu’il était ; l’Homme était Humble.
    Aux véhicules de luxe, il a opté pour des véhicules simples. L’homme était humble et économiste.
    Devant les grands chantiers, il a opéré de grands travaux où lui-même Président qu’il était, était devenu ouvrier. L’Homme était Humble, Economiste et Bâtisseur.
    Aux grandes interrogations qui pesaient sur le BURKINA et sur l’Afrique, il a su apporter les réponses convenables et réduire au silence les ruses de l’impérialisme. L’Homme était Humble, Economiste, Bâtisseur et Sage.
    Conscient de la ruse et de la trahison de ses camarades, amis et frères d’armes, l’homme n’a jamais trahi l’amitié bien qu’étant en position de force. L’homme était Humble, Economiste, Bâtisseur, Sage et Intègre.
    Conscient de la menace et de la ruse de l’extérieur, conscient de la noblesse de sa lutte, le Patriotisme de l’homme n’a pas déserté devant la mort. L’homme était Humble, Economiste, Bâtisseur, Sage, Intègre et Patriote.
    Mort les poches vides, sa véritable richesse était ses idées qu’il a partagées et qui restent éternelles.
    Le R.S.E.E.P vient proposer en mémoire de Thomas SANKARA, la construction d’une école de renommée internationale où des élèves du monde entier pourront y accéder par le canal des bourses d’études bien méritées. Cela rendra l’école prestigieuse et internationale.
    Les diplômes délivrés porteront l’effigie de Thomas SANKARA.
    Parmi les modules enseignés, un module sera consacré à l’histoire politique du Burkina Faso avec une mention spéciale sur la révolution de Thomas SANKARA.
    De cette façon, chaque nation accouchera d’un Thomas SANKARA parce que nous aurons semé les idées de Thomas SANKARA dans les cœurs de chaque pensionnaire de cette école. Il nous est permis de rebaptiser le monument des martyrs en monument Thomas Sankara et les martyrs. Au lieu d’attirer les touristes autour du mémorial, Nous pouvons faire de tous les recoins du monde des endroits touristique parceque nous aurons planter des Sankaras partout dans le monde. Nous pouvons espérer avoir un jour une révolution sankariste mondiale. Au lieu de placer la mémoire de ce révolutionnaire dans du béton armé sous prétexte que d’autres le font, Nous pouvons opter, Nous de planter Sankara dans les coeurs des hommes et des femmes du monde entier.
    Puisé sur la page Facebook de parti politique du R. S. E. E. P

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 19:18, par SOME
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    il va sans dire que cette declaratuion est ssalutaire et arrive a point nommé. Merci a la famille sankara pour cette declaration qui temoigne de leur clairvoyance et maturite politque et de leur dignite. Elle me rassure vis a vis de ma position.

    Oui
    "30 ans de résistance !
    30 ans d’impunité !
    Rendez enfin justice à Thomas Sankara et ses compagnons ainsi qu’à toutes les victimes des crimes impunis !"

    Nous ne pouvons passer en perte et profit ces 30ans. Le but ultime de ces 30ans de lutte de resistance d’humilation, etc et de trahisons, etc ce sera la justice pour Thomas sankara et sa famille et ses compagnons de massacre et leur familles. Oui pas de d’injustice, pas d’impunité !
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre à 06:37, par Aubin
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Badembié Pierre Claver Nézien, colonel Yorian Gabriel Somé, commandant Fidèle Guébré, commandant Amadou Savadogo, Valentin Kinda, colonel Nobila Didier Tiendrébéogo et ses 6 compagnons, tous tué par Sankara.
    JUSTICE POUR Les victimes sous la Révolution de SANKARA

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre à 09:40, par S. Octavie
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    je suis heureuse qu’on rende hommage à Thomas SANKARA 30 ans après son assassinat. ce digne fils de l’Afrique, qui a refusé de tendre la main à l’occident, restera à jamais gravé dans nos mémoire. je suis d’accord pour la construction d’une école de renommée internationale qui lui sera dédié. nous prions tous pour que ses assassins payent pour leurs crimes crapuleux.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre à 10:42, par L’Oeil du Peuple
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Merci internaute 7.Hommage à ce Grand Homme de notre temps contemporain qui a fait et qui continue de faire la fierté du BURKINA FASO,de l’Afrique et du monde entier.Nous remercions et comprenons le soucis o combien important de la famille SANKARA pour le projet du mémorial qui doit être érigé au conseil de l’entente.Nous respectons la parole de la famille SANKARA.Mais nous disons que SANKARA aujourd’hui n’appartient plus à sa famille biologique,ni au BURKINA.SANKARA aujourd’hui appartient à tout le monde entier qui se réclame de l’idéal sankariste,qui partage les mêmes valeurs que le président Feu SANKARA véhiculait.SANKARA est planétaire.Et aujourd’hui la famille doit accompagner ce projet qui doit immortaliser la mémoire du président SANKARA.Combien de personnes qui ne veulent pas que ce mémorial voit le jour.Elles sont nombreuses à voir le projet échoué.Donc,ne donnons pas l’occasion à ces personnes mesquines et méchantes pour faire échouer le projet.La famille doit accompagner le projet et souhaiter que ce projet voit rapidement le jour.Je ne voit pas l’opportunité ici d’engager une polémique autour.Ce projet est d’envergure internationale est porté par la société civile.Donc laissons le projet aux initiateurs et accompagnons-les.Je crois que le conseil de l’entente est vraiment le lieu indiqué pour ériger ce mémorial car il incarne l’histoire de la révolution aussi bien dans ses aspects négatifs que positifs,mais aussi un lieu d refouillement pour tous ceux qui ont aimé et qui aiment toujours le père de la révolution,de tourisme.Je crois qu’il n’y a pas mieux lieu que ce conseil.C’est le lieu idéal pour ne pas oublier SANKARA et ses douze compagnons.SANKARA n’est ni pour sa famille,ni pour le BURKINA.Il est mondial et nous devons accepter la décision du comité du projet.
    Je demanderait tout simplement à la famille d’accompagner les initiateurs ;la famille ne doit pas s’opposer ;il faut qu’elle se mette en retrait et encourager les initiateurs.Elle ne doit pas faire des commentaires la-dessus.
    Nous demandons au maire de la commune de OUAGADOUGOU,au ministre des ARTS, de la Culture et du tourisme de s’approprier le projet, car il contribuera à n’en pas douter à donner une autre image à la ville et au pays.
    SANKARA l’espoir de tout un peuple,de toute une jeunesse africaine voire mondiale assassiné.Que la terre libre du BURKINA et de l’Afrique toute entière lui soit légère.
    Chacun de nous doit s’approprier les valeurs cardinales de vie que le guide de la révolution nous a léguées.Paix à son âme.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre à 11:03, par L’Oeil du Peuple
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Nous devons soutenir ce grand projet car au-delà de son aspect sépulture,c’est toute une image d’un pays oublié qu’il incarne à travers le monde.Comme SANKARA aimait son peuple,faisons en sorte que ce projet voit le jour et que chacun puisse apporter sa modeste contribution quelle que sa nature.Ensemble pour un mémorial digne à l’image de SANKARA.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre à 12:24, par kouklouss
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Je suis tout à fait daccord avec l’internaute 22 l’oeil du peuple. La famille de TOM SANK ne doit pas interferer sur le choix du lieu devant abrité le Mémorial , elle doit simplement accompagné le comité mis en place. TOM SANK n’appartient plus à sa famille biologique mais au Burkina Faso , à l’Afrique et au monde entier là où il ya des peuples opprimés et marginalisés. Le mémorial une fois érigé va générer des fonds et je propose qu’audélà du Burkina Faso ces fonds servent à construire des écoles et des centres de santé au profit des populations pauvres et démunies. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre à 14:52, par lewang
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    C’est vrai que je ne suis jamais rentré dans ce sinistre lieu du conseil. Mais j’imagine qu’il doit être hanté vu les atrocités qui y ont été commises. Mais de passage, ce coin me fait peur
    Pourquoi ne pas racheter sa maison à la cité à Bilbalhogo et faire le mémorial ???? Mandela a offert sa maison aux populations de Soweto qui l’a été transformé en musée. je vous assure que les touristes se bousculent pour visiter "the Mandela House".

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre à 17:05, par jan jan
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Tous ces excités qui n’étaient même pas encore nés sous la révolution sont "chauds" pour ce mémorial de Thomas Sankara, c’est normal ils n’ont retenus de l’histoire que le côté positif de l’homme, il n’ont pas connus les travers de cette "Révolution" avec ces CDR plutôt "Tonton Macoutes" et leurs exactions, les licenciements et dégagements arbitraires, les crime commis pendant cette Révo, c’est normal de rêver, mais moi qui était déjà né, donc j’ai été touché directement et indirectement par cette Révo, je dit : NON AU MEMORIAL, et que la lumière soit faite sur les morts sous la Révo.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre à 20:21, par sidwaya
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    Madame Sankara, vous avez raison de dire que le Conseil de l’entente evoque de mauvais souvenirs y compris des tortures. Sauf que ces tortures ont commencé quand votre mari etait president. Ces tortures n’ont pas commence apres le 15 octobre. Elles se sont juste poursuivi et peut etre amplifiees mais elles ont commencé avec la revolution du 5 aout donc sous votre mari.

    Répondre à ce message

    • Le 17 octobre à 08:31, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

      - sidwaya, je suis entièrement de ton avis. Dame Sankara dit que ’’le Conseil de l’entente evoque de mauvais souvenirs y compris des tortures’’. Moi je lui répond : ’’Et alors ?’’. Et la maison des esclaves à l’Île de Gorée alors ? Et pourtant c’est un site mondialement reconnue et visité par des millions de personnes annuellement ! Peut-être que là-bas où enchaînait les noirs pour emporter comme esclaves, on n’y torturait pas ?! Madame Sankara a tort de s’opposer à l’érection du Mémorial au Conseil et elle en portera l’entière responsabilité devant l’histoire. Elle devrait s’éffacer et ne rien dire dans cette affaire car ce n’est pas pour elle que c’est fait. Foi de Kôrô Yamyélé !

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 09:52, par Goudo
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    N°20, s’il te plait, SANKARA ne peut pas tuer une mouche. Il faut chercher à écouter les uns et les autres pour comprendre que SANKARA n’a pas su et il a pleuré devant son papa pour la mort de ceux dont tu as cité, et son papa lui a dit que comme il est le président, c’est obligé qu’il endosse la responsabilité. Quelque soit son innocence, les gens accuse le premier responsable. D’après, c’est Blaise qui était le tueur en son temps et il a continué ses tueries jusqu’à il a tué le gourounsi qui a apposé au tripatouillage de la constitution et le vieux peulh qui lui a présenté un carton rouge, et dja dja, c’est se sont ses dernières âmes qu’il a eu à déjeuner. Ce sont des hommes qu’il regrette fort aujourd’hui d’avoir tué. Il a trop fait.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 11:56, par Ka
    En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

    A notre sœur Mariam Sankara, vous aviez raison, mais ce mémorial qui sera elévé a l’endroit ou les vermines ont commis leur sale boulot, permettra à tout guide ou ceux qui ont vécu le drame comme A.Traoré vivant, de mieux expliqué tout visiteur ou tous ceux qui n’ont pas compris la cruauté des assassins. Personnellement je fais partie de ceux qui ont décidé que ce mémorial montrera aux assassins du valeureux fils de l’Afrique qui est Thomas Sankara, qu’ils ont coupé les branches de l’arbre, mais le tronc est là pour une éternité. Malgré que nous sommes dans un Burkina ambigu depuis ce 15 Octobre 1987, les Burkinabé qui se souviennent de la cruauté de Blaise Compaoré et sa clique, doive montrer au monde entier avec ce mémorial, que ce qui fait la grandeur d’un peuple, c’est de défendre les valeurs qui le fondent : Et ce mémorial fera partie de nos valeurs de penser à un des nôtres qui a vécu avec un idéal de se ranger du côté de son peuple opprimé. Le peuple Burkinabé y ont cru l’idéale de Thomas Sankara hier, et il y croit encore, et croiront toujours.

    Répondre à ce message

    • Le 18 octobre à 11:23, par LeJuré
      En réponse à : Thomas Sankara, 30 ans après : La famille ne veut pas d’un mémorial au sein du Conseil de l’Entente

      Formidable trés bonne idée @ Ka.
      Alouna Traoré, puisqu’il connait si bien les lieux pourra également nous indiquer ou ont été tué Somé Yorian et Djébré Fidèle. Il pourra aussi à l’occasion nous indiquer les geôles et les instrument de torture de Sigué Vincent l’ange gardien de Sankara. Car malheureusement Sankara malgré sa proximité avec son ange gardien n’était jamais au courant ou était toujours mis dans les faits accomplis de ces bavures.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés