Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

LEFASO.NET | Tiga Cheick SAWADOGO • samedi 14 octobre 2017 à 01h15min

La Nouvelle alliance du Faso , le parti politique de Djibril Bassolé dénonce la pseudo-liberté provisoire qui lui a été accordée . Au cours d’une conférence de presse tenue ce 13 octobre 2017 au siège du parti à Ouagadougou, le parti s’est insurgé contre ce qu’elle appelle l’enlèvement et la séquestration de l’ancien ministre des affaires étrangères de Blaise Compaoré.

Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

Elle a longtemps demandé la libération de Djibril Bassolé. Des marches meetings ont été organisés à cet effet, à plusieurs reprises. Au finish, bien que Djibril Bassolé ait quitté la Maison d’arrêt et de correction des armée (MACA), la NAFA n’est pas du tout satisfaite. Et pour cause, le prisonnier ayant bénéficié d’une liberté provisoire, est plutôt dans une autre prison.

La NAFA se dit alors, “surprise de l’enlèvement et de la séquestration arbitraire”dans la nuit du 11 octobre 2017 dans une concession isolée et qui aurait l’allure d’un Guantanamo burkinabè. Les réfections du bâtiment sont en cours “dans cette résidence ultra-surveillée”. Foi des conférenciers, la nuit ou il fut amené de force dans cette résidence, sa famille n’était pas au courant et l’a cherché jusqu’à 2h du matin. Et plus tard quand elle a réussi à identifier l’endroit, l’accès lui a été refusé.

Le président par intérim du parti, Mamadou Dicko note, d’ailleurs que la résidence surveillée qui est imposée au Gal. est faite en totale violation de la loi. Selon lui, l’application de la disposition de “résidence surveillée” tel que mentionné dans l’article 100 du code de justice militaire, n’a jamais été pris. “Il est difficile de comprendre l’application de l’assignation en résidence surveillée du Gal Bassolé dans le droit positif burkinabè si ce n’est que dans l’esprit de l’arbitraire”, a-t-il précisé, avant de citer l’actuel ministre de la justice Réné Bagoro, qui dans l’observateur Paalga du 27 septembre 2016 déclarait ceci, : “dans notre arsenal juridique , la notion de résidence surveillée n’existe pas pour le moment . Alors le faire serait une détention arbitraire, car aucun texte ne l’encadre”.

En plus, ont poursuivi les conférenciers, “le commissaire du gouvernement , embrigadé par l’exécutif , a évoqué l’application de la disposition de l’article 100 du code de justice militaire. Cependant cette disposition ne s’applique pas au cas de Djibril Bassolé. Cette disposition ne s’applique qu’aux étrangers ou aux nationaux ayant porté atteinte à la sureté de l’Etat. Cependant cette charge, ainsi que 11 autres ont été rejetées depuis le 15 juin 2017”. En rappel, 13 chefs d’accusation pesaient sur l’ancien patron de la diplomatie burkinabè au moment de son inculpation. Il n’en qu’un seul, celui de la trahison.

Conclusion, de la NAFA, “le dossier Djibril Bassolé est juridiquement vide et n’a de fond que la volonté de nuire à un adversaire politique politique redouté”. Mamadou Dicko et ses camarades qui ont pu voir le prisonnier le 12 octobre, dise avoir vu un homme à la santé précaire et fragile. Et à en croire Sita Ouattara, secrétaire adjointe nationale à l’organisation du parti, il faut permettre au général d’aller de soigner convenablement.

La NAFA a aussi dénoncé le parti au pouvoir le MPP pour son “ attitude antirépublicaine qui consiste à fouler aux pieds les institutions de la république au lieu de les consolider, le MPP démontre encore une fois de plus , qu’il est peu attaché au principe fondamental de la séparation des pouvoirs qui a pour baromètre l’indépendance de la justice...”

Aux parentes des victimes, la NAFA leur demande de se démarquer des revendications d’organisations mal intentionnées qui n’ont aucun attachement à la manifestation de la vérité et la justice. D’ailleurs certaines de ces organisations, selon Mamadou Dicko, devraient plutôt jouer leurs rôles de veille citoyenne sans esprit partisan, de défenseur du droit et de la justice . “Crier sur la place publique au mépris du droit pour des besoins alimentaires ne saurait honoré le vaillant burkinabè.”

En tout état de cause, le parti qui se dit convaincu de l’innocence de Djibil Bassolé dans le dossier du putsch, a réaffirmé sa détermination à continuer la lutte jusqu’à ce que justice lui soit rendue.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 octobre 2017 à 01:54, par Le gereral se meurt En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Je suspecte que le General se meurt. Alors ils le sortent de la MACA a la va vite soit disant qu’il est en liberte provisoire dans le but de ne pas porter le chapeau au cas ou il passe de vie a trepas. En meme temps ils s’assurent que le general soit toujours sous haute surveillance. Le fait est que Djibril est reellement malade et on l’empeche de se soigner raison pour laquelle il a ecrit a Macron. Sinon il ne l’aurait jamais fait.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 03:27, par Tapsoba R(de H) En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Et si Mahamoudou Dicko de la NAFA ne faisait pas de la sortie malheureuse du ministre Bagoro ,fut-il ministre de la justice,la parole d évangile en allant feuilleter simplement la Loi N*24/94/ADP du 24 Mai 1994 ;portant code de procédure militaire en son article 100 alinéa 3 invoqué pour assigner Djibril Bassolet à résidence ? N était-ce pas le régime qu a servi Mr Bassolet qui avait promulgué cette loi en 1994 ? Ou est-ce de la mauvaise foi ? L effet boomerang vous dit quelque chose ?
    - Que dit l article 100 du code de procedure militaire invoqué pour assigner l inculpé à résidence ?
    « ARTICLE 100 : Loi N*24/94/ADP du 24 Mai 1994 prmulquée la même année par le président BC
    - La demande de mise en liberté provisoire peut être adressée au président du tribunal militaire dépuis la saisine du Tribunal jusqu’à la comparution à l’audience ou jusqu’à ce que la Cour Suprême ait statué si un pourvoi a été formé.
    Si le jugement a été cassé, la demande de mise en liberté provisoire est adressée au Président du Tribunal Militaire de renvoi.
    - Dans tous les cas où un inculpé de nationalité étrangère est laissé en liberté ou mis en liberté provisoire, la juridiction compétente peut lui assigner pour résidence un lieu dont il ne devra s’éloigner sans autorisation, avant non-lieu ou décision définitive sous peine des sanctions prévues en matière d’interdiction de séjour.
    - Les dispositions de l’alinéa précédent demeurent applicables lorsque le Ministère Public le requiert dans les cas où un individu inculpé, prévenu ou accusé d’un crime ou d’un délit contre la sûreté de l’Etat, est laissé en liberté ou mis en liberté provisoire.
    - Les mesures nécessaires à l’application des deux alinéas qui précédent, notamment le contrôle de la résidence assignée et la délivrance d’autorisations provisoires, sont déterminées par Arrêté.
    -La soustraction aux mesures de contrôle précitées est passible des sanctions prévues à l’alinéa 3. »

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 07:37, par Goudiaba En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Au moins sa famille a pu le retrouver à 2h. Dites moi à quelle heure nos familles endeuillées lors du putsch retrouveront les siens ? C’est à jamais. Ils ne savent même pas ce qu’il faut dire ou pas. Vous n’avez encore rien vu, sa prochaine prison serait un voyage sans retour

    Répondre à ce message

    • Le 14 octobre 2017 à 19:28, par Douleur En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

      Arrêtez votre sadisme, le tribunal sait qu’on ne peut rien reprocher à Bassolé. Il n’y a pas de martyr dans ta famille. Un bon parent de martyr sait que les gens utilisent les martyrs pour faire leur politique et supprimer leurs opposants. Ne soyez pas sadique pour jouir de la mort des gens. Mais comme tu n’es pas parent de martyr, tu peux profiter de leur douleur sans honte.

      Répondre à ce message

    • Le 16 octobre 2017 à 12:16, par Oiseau de mauvais augure En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

      On nous cache peut-être la vérité sur les circonstances des martyrs. Il y a eu des rumeurs qui disent que n’eut-été Djibril, le carnage aurait eu lieu le jour de la marche contre l’assemblée nationale. Il a peut-être (conditionnel) sauvé des vies : Dans tout les cas, quelqu’un ne veux pas qu’il y ai un procès, sinon il semble que l’enquête est bouclée. Mais tout va se savoir, certains chantent qu’ils ont les yeux ouverts...Mais je pense que les oreilles sont toujours fermées...Pourquoi certains acteurs majeurs de la transition sont hors du pays sans que ça ne dérangent personnes...Evitons l’instinct grégaire et cherchons la vérité.

      Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 07:40, par Sidbéwendé Zoungrana En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Que de gros mots. « Guantanamo burkinabé », « logé dans un bâtiment en réfection », « résidence ultra-surveillée », « inaccessibilité de ses parents », « dossier vide et sans fond parce que redouté par un probable adversaire politique  » etc. etc., rien que de gros mots pour justifier quelque chose de plus simple à savoir, « la demande d’un approfondissement de l’allègement de ce qui pèse sur les épaules de Bassolé en allant à sa libération totale afin qu’il se taille  ».
    Sans trop m’abuser, je me permets de retenir que les gesticulations du Sieur Dicko et ses camarades ne font que plus de mal à leur protégé (Bassolé) que de l’arranger. Ces gesticulations sans tête ni queue ne font que renforcer les « Analystes avertis » dans leur compréhension des choses que dans la réalité, les reproches à lui faits ont plus de « Vrais » que de faux. Ce qui doit faire peur tant aux réclamants qu’à la victime.
    Il n’y a nulle part où l’intéressé (Bassolé) paraît être un « Important Politique » pour avoir en face de lui des « Adversaires » si acerbes, qu’ils sont tenus de tout faire pour l’anéantir.
    Les choses se sachant dans notre pays qui est de Savane où tous les lièvres et les chasseurs de lièvres se côtoient et se voient pour dire, que rien ne peut sa cacher dans ce pays, on se rappelle comment dans ce pays on éliminait des « Adversaires dans ce pays ». Bassolé, Diendéré, Palm etc. en savent beaucoup avec les cas des Henri Zongo & Jean-Baptiste Lingani dont personne n’en parle aujourd’hui. Après le raccourci d’un Procès à la va vite, les intéressés furent exécutés pour une soi-disant « tentative de push ». Qui n’en a pas été témoins ? Et pourtant ? Dicko et consorts étaient-ils là ou assez grands à l’époque pour comprendre ?
    Tout le monde s’accorde pour demander à la Justice (militaire est-elle) de se positionner et se prononcer le plus clairement et le plus rapidement possible sur le/les dossiers y relatifs en cours d’instruction pour : i)-aller le plus vite possible au « jugement » pour qu’on en finisse une bonne fois pour toute ; ii)-libérer qui que ce soit (sans exception) si des données et informations par elle recueillies au sortir de l’instruction, les dossiers sont près, de mettre en Liberté "Totale" ou "Provisoire" avec « toutes les formes de sécurisation possibles » pour que les concernés, présents et concernés soient présents aux Procès à tout moment pour être jugés conformément aux Lois en vigueur dans notre pays . Or, ceci ne semble pas être le cas de l’intéressé qui, de par ses demandes passées, a laissé comprendre ses « intensions » de prendre la poudre d’escampette une fois le nez dehors comme l’ont fait les Salif Kaboré, Kafando’s etc.
    Que les membres de la NAFA et défenseurs de Bassolé concentrent leurs efforts pour obtenir le jugement rapide de leur « protégé » afin qu’au sortir du dit procès, il recouvre sa « Liberté et Liberté totale » si rien n’est plausible contre lui, plutôt que de suivre les actions irréfléchies des Camarades Franc-maçonniques Internationaux de celui-ci qui, loin de notre pays ignorent les réalités. Solidarité "confraternelle" oui, mais solidarité "aveugle", non car le Burkina Faso est loin d’être un Etat bananier tel que "Eux le conçoivent.

    Répondre à ce message

    • Le 14 octobre 2017 à 19:57, par Donsin En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

      Vous êtes vous-mêmes complices de la fuite des Salif Kaboré et Kafando ; vous savez bien comment ils ont pu partir. Vous venez jouer ici aux gens concernés par le sort des victimes alors que vous vous en moquez loyalement. Justement les Henri Zongo et Lingani n’ont pas eu la chance et nous ne voulons pas que des criminels se cachent sous le couvert de la loi pour liquider des innocents. Oui nous voulons un jugement rapide dans les règles de l’art si cela est possible. Mais à voir l’acharnement dont est victime l’accusé, vous le déclarez coupable avant même le jugement malgré l’abandon de certaines charges. Vos naïves histoires de savane, de lièvre et chasseurs n’édifient que les vendus comme vous. Le Burkina de Rock n’a pas encore prouvé qu’il vaut mieux que le Burkina de Blaise, ce sont les mêmes qui dirigeaient. Rock dans ses propos sur le dossier Bassolé a essayé à mot couvert de condamner l’accusé avant même le jugement. Nous, nous disons que nous écoutons la justice. Personnellement, j’attends que Bassolé soit libéré pour le combattre politiquement. Je ne veux pas profiter de la mort d’innocentes personnes pour régler mes comptes politiques avec un second couteau, un accusé par défaut, un bouc émissaire. On s’acharne sur Bassolé pour montrer au peuple qu’on est préoccupé. Mais la véritable raison est que l’on a couvert le départ de la famille et de la belle famille.
      Même pour Blaise, s’il en finissait avec la justice il nous retrouverait sur son chemin politique et sur le chemin du combat pour les libertés.

      Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 08:55, par Oueder Sy En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Monsieur R (de H),

    Vous êtes de mauvaise foi : toutes charges contre Djibril ont été levées. Et Bagoro tout petit juriste que tu crois qu’il est, a été très précis : "la résidence surveillée n’existe pas". Monsieur de R (de H), un pays qui ne reconnaît aucun droit à ses propres ressortissants ne saurait attirer des (investisseurs) étrangers. Vous ne voyez pas combien vides sont le avions à destination du BF, et pourquoi l’Agha Khan a foutu le camp de Air Burkina ? Votre analyse est une honte.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 09:00, par 21 En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Aziz tu es encore jeune...et en plus personne ne te calcule donc toi tu peux toujours t’en sortir...en te faisant oublier. ça c’est la politique. C’est pas Fessart.
    Pour le reste là moi si je gagne ce gwantanamo là je veux

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 09:35, par burkinabé trahi En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Au Burkinabé trahi
    Le MPP ho ! Le pouvoir en en place ho ! la NAFA ho ! L’opposition ho ! Justice libre ho ! Justice corrompu ho ! Politiciens véreux ho ! Eux tous on raison, de celas qui sont blessés ; tués ; pour que le soit disant démocratie revienne au BURKINA FASO ce n’est pas eux le problème c’est nous, c’est nous les blessés et les tués l’ors de l’insurrection et du coup d’état manqué, et de élection présidentiel et législative on na crus à la bonne foies de tous ses gens , mais c’est pas très grave, nous ne sommes pas tous blessés et morts ceux là qui sont mort ou blessés vies en nous un jour viendra, je dit bien un JOUR ou tous va ce régler et ce jour là est proche très proche, c’est parce que il y a eu l’insurrection et la volonté des vrais BURKINABE que l’ont parle aujourd’hui de liberté de la justice ou encore l’indépendance de la justice ou plus encore les partis politiques, nous on vas plus parler on va agir …………………. De toute façon on vous dit merci, merci de votre trahison envers tous les BURKINABE dignes. MAX disait que tout peuple mérite sont dirigeant.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 09:40, par tontonfantomas En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    on ne demande liberté que pour des gens qui sont en vie !!! pour vous est mieux hoo !! les enfants, les pères les mères ou les femmes des autres sont sous la terre par la responsabilité ou la culpabilité de certains pour qui on demande le retour avec accueil fraternel au pays ou la liberté, fut-elle provisoire.
    A toi mon frère bien aimé : si on avait versé du carburant et brûlé ton père comme Norbert Z, si on avait braisé ton frère comme David Ouédraogo, si avait tué ta femme enceinte comme ça été le cas de cette femme pendant l’insurrection, si on avait fusillé tes enfants dans la rue, si on tu était un peu compatissant, si tu avais des oreilles pour entendre les cris des autres, si tu avais des yeux pour voir les plaies des autres, si tu avait une peau pour sentir la températures des larmes des autres, si tu avais juste un cœur, si, si si.........si tu te mettais un temps soit peu à la place des autres, je ne suis pas sûr que tu parlerais de RETOUR ou de LIBERTE et que tu en voudrais même à ceux qui ci opposent.
    Mais je te comprends mon frère, mais je te demande si tu ris essais de comprendre ceux qui pleurent, il ne faut pas les en empêcher ou les en vouloir. mais ça ne sortira pas de ma bouche : ça n’arrive pas qu’aux autres !!! DIEU nous voit tous !!
    Fopa facher hein ! nous samuser

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 10:11, par FC En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    La gesticulation malsaine de la NAFA finira par déservir Bassolé et je lui donne la présomption d’innocence même si je doute qu’il soit blanc comme neige. Un seul mot est révoltant "Guantanamo burkinabè" ! Vous oubliez combien de personnes sont mortes sans respecter leurs droits à cause des Diendéré et sbires ! Allez faire un tour au vrai Guantanamo et Bassolé dans sa résidence surveillée est dans un luxe que plus de 99% des burkinabè n’ont pas ! alors, un peu de retenu ne ferait pas de mal en évitant "d’insulter" l’intelligence du peuple qui pourrait se retourner contre vous.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 10:17, par Bédjou En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Vous de la NAFA, je ne vous comprends pas. Vous feignez d’ignorer qu’aux temps forts de votre champion, lui qui a même occupé le poste de la sécurité, des droits de citoyens, pour moins graves que ce qui lui est reproché, ont été bafoués. Des gens ont été détenus et rasés a la sureté pour avoir pour avoir marcher pacifiquement pour demander la vérité et la justice pour Norbert zongo. Et puis, allez voir combien de gens sont détenus dans les prisons depuis plus de deux ans sans jugement ; le cas Djibril n’est pas une première. Combien de gens sont malades et se trouvent toujours en prison. Et puis si ses avocats font trainer les choses et en même temps se plaignent que le dossier connait une lenteur, c’est vraiment triste et malhonnête de leur part.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 10:27, par Verité En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Chers amis de la NAFA s’il vous plait allez y doucement

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 10:32, par en verité je vous le dis En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Vous avez vite crié victoire croyant à la justice indépendante n’est elle plus indépendante à cause de résidence surveillée.Laissée la justice faire son travail

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 10:34, par OJ En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Vous dites "crier sur la place publique pour des besoins alimentaires". Mon œil oui. Vous-memes c’est pour des motivations "tubes digestivistes" que vous animez cette conférence. Y’a plus d’idéaux au Faso. Que Dieu sauve le Gl

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 10:43, par Ben En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Dicko.... un éminent professeur de chimie qui s’est égaré en politique...humm

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 16:43, par Dedegueba Sanon En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    "Nafa foué téyi aw ka nafa ni nan"
    Il n’y a rien d’intéressant dans votre NAFA. Mangez l’argent de Djiby (il en a beaucoup) et agitez vous pour lui faire plaisir.
    Nous vous avons compris, mais ne pensez pas nous distraire.
    Si vous aviez un peu de dignité vous devriez être à Abidjan.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 17:41, par Moses En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Si Djibril ne veut pas la villa qu’on lui a donnée il n’a qu’à venir on va permuter. Lui il vient dans mon non loti et moi j’emménage avec mes enfants dans son "Guantanamo". Faites-lui la proposition, monsieur le président de la NAFA. Ca sera du "nafa" pour moi.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 20:27, par le burkinabe En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Votre pression montre que votre idole est vraiment impliqué dans le coup sinon il aurait pu accepter d’affronter la justice. Votre attitude est contre nature et immorale

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2017 à 20:52, par BONJOUR En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    La NAFA fantasme sur Guantanamo. Et son épouse qui dit l’avoir vu ? Avez vous déjà entendu un parent d’un détenu de Guantanamo dire qu’il y est allé lui rendre visite ?
    On ne comprend pas tout ce bruit sur ces généraux qui ne savent pas ce qu’est l’honneur. Diendéré au moins assume.
    C’est le retour de baton pour Bassolé qui a joué les securocrates pour Compaoré et son gang

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre 2017 à 12:10, par Société civile En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Pardonnez-lui ses propres turpitudes, il fait pitié, le bourreau a peur du gourdin

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2017 à 10:43, par Ka En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Monsieur Dicko, vous aviez avec les achats des consciences nationale et internationale, voulu une liberté provisoire pour votre financier qui vous engraisse : Vous l’aviez votre liberté provisoire acheter à prix d’or à la barbe des familles des victimes. A quoi de bon de revenir devant le peuple meurtri pour pleurnicher comme votre peureux financier Djibril Bassolé qui ne veut pas assumer ses actes ? Tant que vous n’auriez pas compris qu’il faut faire profil bas pour que votre financier soit libéré, et que toutes vos gesticulations sont faites pour perturber la justice et l’opinion publique, votre financier est condamné à rester dans les filets de la justice comme cette liberté provisoire surveillé à cause de votre stupidité. Le Burkina est un petit village, et chacun sait qui est qui depuis sa naissance : Si Djibril Bassolé était un saint, c’est tout le peuple Burkinabé qui plaidera pour sa cause, et non des membres d’un parti au gosier large. S’il vous plait, gardez vos sous, et laissez la justice faire son travail, pour une fois que des accusés d’un coup d’état ne sont pas fusillés sur le champ.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2017 à 12:33, par keneth En réponse à : Lieu de détention de Djibril Bassolé : “C’est un Guantanamo”, s’offusque la NAFA

    Franchement, laissez la justice faire son travail, laissez Djibril se reposer tranquillement et se soigner. Ce que vous appelez Guantanamo, c’est pour sa propre sécurité et celle de nous autres innocents. Gens de la NAFA pouvez vous prendre l’engagement de garantir que s’il est libre de ses mouvements, avec vos exilés, notamment l’ex Président, avec l’appui du rebelle Président de l’AN de RCI, le Burkina sera en sécurité. Quand je dis Burkina, ça vous concerne peuple de la NAFA. Vraiment si vous aimez votre pays - malheureusement on ne sait pas si un politicien aime réellement son pays ou bien se sont ses intérêts qui comptent - faites pardon, soyons beaucoup prudent. Que Dieu nous protège tous. Meilleure santé surtout à Djibril Bassolé et tous les autres malades.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés