Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Mise en œuvre du PNDES en 2017 : 46,5% de réalisation physique et 63,1% d’exécution financière en fin aout

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) 2016-2020 • LEFASO.NET | Par Moussa DIALLO • samedi 14 octobre 2017 à 01h11min
Mise en œuvre du PNDES en 2017 : 46,5% de réalisation physique et 63,1% d’exécution financière en fin aout

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a présidé, le 13 octobre 2017, une session extraordinaire du comité national de pilotage du plan national de développement économique et social (PNDES). Cette rencontre a permis d’évaluer les performances de la mise en œuvre du PNDES et de décider des mesures correctives à prendre pour améliorer la mise en œuvre.

La Session extraordinaire du comité national de pilotage du Plan national de développement économique et social (PNDES) avait pour objectif principal d’apprécier l’état de l’avancement à mi-parcours de la mise en œuvre des actions programmées en 2017 et surtout de prendre les décisions idoines permettant d’avancer diligemment dans la mise en œuvre du PNDES. Faut-il le rappeler, l’exécution du référentiel de développement du Burkina en 2017 s’est faite dans un contexte marqué par un front social agité et par la persistance des activités terroristes aux frontières Nord du pays avec la Mali et dans la région de la Boucle du Mouhoun.

En plus de ce contexte difficile, d’autres contraintes ont contrarié la performance dans l’exécution des actions programmées. Il s’agit, au niveau organisationnel et opérationnel, de :

- la non finalisation des référentiels sectoriels et locaux de développement cohérents avec le PNDES ;

- la non appropriation de la délimitation des périmètres de secteurs de planification ;
- des difficultés rencontrées dans la préparation et l’exécution des projets ainsi qu’à la faiblesse de l’accompagnement des acteurs locaux dans la mise en œuvre du PNDES.

les gouverneurs ont pris part à la rencontre

Néanmoins, en dépit de ce contexte difficile, plusieurs réalisations ont pu être faites dans les différents secteurs d’activités. Sur le plan de l’exécution des projets structurants, le taux d’exécution physique estimé sur un lot de 27 projets était de 46,5% pour un taux d’exécution financière de 63,1% au 31 aout 2017. Pourtant, en fin juin, ces taux n’étaient que de 33,26% pour l’exécution physique et 21,63% pour l’exécution financière.

Les attentes des populations sont grandes. D’où la nécessité pour les acteurs de s’interroger avec clairvoyance et discernement sur les opportunités à saisir pour accélérer la mise en œuvre du PNDES. « La locomotive du développement est en marche et le PNDES est la meilleure opportunité pour l’atteinte des objectifs de développement du Burkina Faso. A ce titre, nous devons rester optimistes, mobilisés et travailler avec abnégation pour atteindre les objectifs fixés par le PNDES qui sont en cohérence avec les Objectifs du développement durable », a lancé le Premier ministre Paul Kaba Thiéba.

Les recommandations

quelques participants

Selon le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, les résultats sont globalement satisfaisants. « Aussi bien au niveau des réformes que des taux de réalisations des investissements structurants, les résultats sont encourageants et satisfaisants », a-t-il précisé. A l’issue de la rencontre, les participants ont formulé des recommandations et pris des mesures afin d’améliorer davantage les performances pour avoir un taux de réalisation supérieure.

Le comité national de pilotage du PNDES en sa session extraordinaire du 13 octobre 2017, a pris les décisions ci-après :

- la validation du rapport de performance 2017 à mi-parcours et du tableau de bord de suivi des investissements structurants sous réserve de la prise en compte des observations et amendements formulés ;
- la prorogation au 31 décembre 2017 de l’échéance de formulation des politiques sectorielles. A cet effet, il invite les acteurs concernés à œuvrer au 31 décembre 2017 ;
- la délimitation du périmètre des secteurs de planification par la finalisation de leur découpage. Le comité invite les services techniques compétents (SP/PNDES et DGEP) à conduire les travaux techniques nécessaires à cette délimitation avec l’ensemble des acteurs du dispositif. En attendant les conclusions de ces travaux, la revue consent au regroupement de toutes les branches d’insdustrie du tourisme (hôtellerie, restauration et agences de voyage) dans le seul secteur de planification « Culture, sports et loisirs » ;

- le relèvement de la dotation budgétaire allouée au fonds national d’études et préparation des projets (FONEPP) ;

- l’adoption d’une feuille de route contenant les échéances et mesures à entreprendre afin d’atteindre la cible de 15% de part du budget national transféré en 2020 pour accroitre les capacités d’intervention des collectivités dans la mise en œuvre du PNDES.

Le chef du gouvernement n’a pas manqué d’exhorter tous les acteurs de mise en œuvre du PNDES à « retrousser les manches, à redoubler d’efforts pour qu’au soir du bilan, les juges de nos actions que sont les populations des villes et des campagnes du Burkina, nous attribuent une bonne note car, nous leur avons apporté réconfort et bien-être ».

Moussa Diallo
Lefaso.net

Messages

  • Ces 46,5% ne sont même pas une goutte d’eau dans nos malheurs. Le citoyen lambda ne soit rien ! Cette révélation est comme la promesse d’un enfer.

  • 46,5% de réalisation physique. Ce qui voudrai dire que par exemple pour une voix bitumée de 100 Kilomètre, dans ses projets, il a réalisé 46,5 Kilomètres, en 6 mois, héee alahhhh. vous aussi arrêter de prendre les gens pour des nez percés. Quels sont les projets réalisés à 46,5%. pouvez-vous nous dire lesquels ?
    Pouvez-vous nous dire si le référentiel de 46% est pour 2017 ou pour tous le PENDES en 2020 ? Soit le journaliste n’a pas bien fait son rapport, soit le premier ministre est en train d’endormir le PEUPLE.
    Autre faits troublants et ahurissant je cite le rapport :
    La prorogation au 31 décembre 2017 de l’échéance de formulation des politiques sectorielles. A cet effet, il invite les acteurs concernés à œuvrer au 31 décembre 2017 ;
    Ce qui voudrait dire que le PNDES a démarrer sans les politiques sectorielles !!!!! quels cohérence dans la stratégie de développement de ce pays !!!!
    La corvée ZERO est à 46,5% résolue au Burkina Faso en fin Aout 2017 ?? Vraiment ROCK aura des problèmes pour convaincre en 2020 s’il ne change pas de fusils d’épaules.
    Il ne faudra surtout pas venir en 2020 nous répéter qu’il y a eu des attaques terroristes et durant 5 ans le Ministre de la sécurité de la défense sont restés les mêmes !!!!!!
    Et les jeunes cadres expérimentés rejetés par leurs ministres ! Comment les utilisés pour le bien de la NATION ????
    DIEU SAUVE LE FASO

  • On s’en fout de taux. Si nos conditions de vie ne changent pas ça va chauffer.

  • C’est vraiment du pipeau ce PNDES ! Une seule phrase suffit d’ailleurs à discréditer toute cette évaluation à mi-parcours : "...le taux d’exécution physique estimé sur un lot de 27 projets était de 46,5% pour un taux d’exécution financière de 63,1% au 31 aout 2017. Pourtant, en fin juin, ces taux n’étaient que de 33,26% pour l’exécution physique et 21,63% pour l’exécution financière...." Dit autrement, ces chiffres ne veulent absolument rien dire car une estimation à partir de 27 projets sur plusieurs centaines voire plus du PNDES ! en 2 mois, on aurait décaissé 2 fois plus que ce que l’on a pu faire en 6 mois ! J’accuse les PTF d’être là pour une MASCARADE de ce PNDES qui n’apporte rien sauf à se moquer du peuple qui tire le diable par la queue. Et, comme la campagne agricole s’annonce mauvaise, cela va cailler dans ce pays ! Que dire d’un premier ministre déjà à bout de souffle qu’il est grand temps de débarquer car dépassé par le poids de ces responsabilités sous peine que la fin du mandat de Rock risque d’être extrêmement difficile !

  • Les chiffres sont faux et des plus farfelus pour les taux de réalisation physiques et des dépenses ! Ce 1er ministre est à débarquer et les 3/4 de ces ministres car tous aussi incompétent que les autres. Il est grand temps de faire place à des jeunes dynamiques et non des has been qui ont accompagné Blaise pendant 3 décennies. Attention, le chemin est encore long pour atteindre 2020 et un accident pourrait vite arriver si le Peuple se réveillait comme fin octobre 2014. A bon entendeur, salut !

    • ce n’est pas le premier ministre qui est a débarqué seulement ; il faut commencer par le Président lui même qu’il faut débarquer avec toute sa bande d’illusionniste du MPP ; 2020 n’est pas loin ; il faut que le Peuple comprenne que ces gens du MPP font trop de bruit , mais n’ont grand chose à proposer au Peuple ; le Peuple doit les sanctionner mais en 2020

    • Je partage tous les commentaires d’inquiétudes quant à la possibilité de réaliser les objectifs du PNDES à son terme. Mais entendons nous bien. Ce n’est pas le PNDES qui n’est pas bon. Ce sont les acteurs chargés de sa mise en oeuvre qui dorment sur les dossiers ou travaillent à contrecourant des grandes décisions sur le développement du pays. On a l’impression même que certains font exprès de ne pas réagir sur les dossiers, retardant ainsi le rythme d’exécution des projets. Ce qui est paradoxal c’est qu’il n y aucune sanction à l’egard de ces personnes qui, en plein jour piétinent les dossiers et rament en sens contraire de ce qu’il faut faire pour avancer le pays. Dans tous les cas, le cocotier doit être sécoué et à temps pour mettre les gens au travail efficacement sinon les résultats ne seront pas au rendez vous.

  • Quelque chose qui n’a pas encore démarré et vous parlez déjà d’un taux de réalisation physique de 46,5%. On est dans quel Pays même !!... Mais vous êtes méchants. Mon voisin Pousbila dira que je l’ai menti : il y’a de cela deux semaines qu’il me demandait à quel niveau on en est avec le PNDS car lui il y tient beaucoup, je lui ai répondu qu’on était au stade de réunir les fonds... et aujourd’hui on nous dit qu’on est à un stade de réalisation physique de 46,5%, c’est sur quel aspect du développement Messieurs les Gouvernants ?? Bon j’oubliais que vos électeurs vous croient et sont convaincus que vous êtes venus les sauver de leur misère. Bon vent à vous et continuez à berner le peuple. Allons seulement en mouta mouta.

  • Hahahaha... Depuis le jours ou ce gars la, est la dire lors de la presentation de la politique nationale a l’assemble nationale qu’il allait construire in TRAMWAY, j’ai coompris en meme temps que c’etait clown.

  • Hum... Les chiffres avancés sont effectivement étonnants. Sauf que certains oublient que quand on réalise une étude technique pour une future route, c’est compté au titre des "réalisations physiques" !
    De plus, on parle en pourcentage de ce qui doit se faire en 2017, pas de tout ce que le PNDES doit faire en cinq ans (2016-2020 ou 2017-2021 ?). Avec ces limites, les chiffres ne paraissent plus aussi extravagants.
    Mais effectivement, on peut s’inquiéter que les politiques, orientation et études trainent ainsi alors qu’on a tendance à dire depuis des années que les projets sont là et que ce sont les financements qui manquent. Serions-nous incapables d’élaborer des projets pour consommer les milliards promis à Paris ?

  • Ce qui es marrant au burkina cè q les menbres du gouvernement pensent q cè eux seul qui on fai l’ecole sinon dire q vous etes a 46% de realisation cè nou prendre pour des cons vous n’avez pa honte 46% avec des ecoles sous paillot des dispensaire san medicamen ou l personnel qualifié es en manq une université plein a craqué qui es devenu une usine de production de chomeurs et j’en passe qu signifie developement economiq et social pour vous

  • Ma contribution à l’analyse du bilan :
    le président a proné dans projet de société, la gestion axée sur les résultats. dans la gestion axée sur les résultats on s’intéresse aux indicateurs de résultats (resultat a long terme = produit, résultat a court terme = effet, à long terme= impact). dans le bilan de performance on pourrait apprécier cette performance par ne serait ce que les produits, ou des effets ;
    . en terme de resultats on prend des domaines clés pour le (IDH)(indice du developpement humain, durable) comme la santé et l’éducation. j’ai lu sur les Faso.net deux articles sur l’éducation :
    - Ecole burkinabé : Qu’est-ce qui ne va donc pas au juste au sahel et sur le plan national ?
    Ceci est une contribution sur l’école burkinabè de BOUBACAR Elhadji, Inspecteur de l’Enseignement du 1er Degré à Dori. • mardi 10 octobre 2017 à 00h33min
    Dans son numéro 941 paru le Lundi 11 Septembre 2017, le journal burkinabé Bendré révélait les résultats de 55 écoles ayant fait 0% à l’examen du Certificat d’Etudes Primaires (CEP), session de 2017, dans la région du Sahel
    - Burkina Faso : Plus de 285 écoles sous paillote dans la région des Cascades
    21 septembre 2017 | Rubrique : Burkina Faso,Société | Publié par : negro1er
    quand on analyse ces deux indicateurs de près qui ne sont que la partie émergée de l’iceberg, on se demande si la mise en oeuvre du PNDES a commencé. si les taux Mise en œuvre du PNDES en 2017 : 46,5% de réalisation physique et 63,1% d’exécution financière en fin aout : : on se demande qu’elles sont les cibles du PNDES,
    je pense que l’évaluation devrait intéresser à ces indicateurs de resultats qui sont le reflet du DES du PNDES. il faut aller au dela des taux d’exécution physiques

  • Eh ! Ce n’est pas le mois passé que le même comité de suivi du PNDES faisait ressortir que même le gouvernement ne comprenait rien au PNDES et que les maires n’y voyaient que dalle ? Alors d’où viennent ces chiffres ? PKT, tes techniciens te mentent grossièrement et tu ferais mieux de leur demander de venir te montrer où se trouvent les fameuses 46,5% de réalisation physique et surtout t’assurer que les 63,% de réalisation financière concerne bien le PNDES et non des R+1 et des Patrol cachés quelque part. Sors pour aller vérifier, ne prends pas ces chiffres au comptant !

  • Ces taux s’appellent " se chatouiller pour rire". Le reveil va être douleureux. Feu Salif DIALLO avait dit le 12 mars 2017 lors du Congrès du MMP : "j’avais dit que Blaise va être Président, il a été président, j’ai aussi dit que Rock va être Président, il est président ; je vous dis si le MPP ne change pas sa gouvernance, Blaise est parti à midi, nous, nous n’aurions pas la chance de parvenir à la frontière".

  • Je nai jamais fait confiance a ce premier ministre. Il n’est pas du tout en phase avc son pays. C’est comme prendre un citadin fils a papa qui na jamais fait le village et on lui demande d’etre le chef de village.

  • Ce qi est grave cé q le gouvernema est satisfait. cè pitoyable et decevnt quand je pense q cè le fruit de l’insurectio

  • Le Burkina, pauvre de nous. BLAISE,ROCK,SALIF SIMON sont les memes. Blaise meme vaut mieux. il faut qu’il revienne.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mise en œuvre du PNDES : Les signaux sont au vert, malgré un contexte difficile
Transfert des compétences : Le ministère de l’éducation et les collectivités territoriales se concertent pour plus d’efficacité
Journées de la commande publique : Rendre le système efficace pour atteindre les résultats du PNDES
Mise en œuvre du PNDES : Les partenaires techniques et financiers prêts à « accélérer leurs appuis »
Mise en œuvre du PNDES : 217,7 milliards de francs CFA d’intention de financement pour le PUS et le PADEL
PNDES : Faire du secteur agro-sylvo-pastoral un facteur du « décollage économique du Burkina »
Mise en œuvre du PNDES : une conférence internationale pour faire le bilan à mi-parcours
PNDES : Une conférence internationale pour enclencher la transformation agro-sylvo-pastorale au Burkina
PNDES composante Eau et Assainissement : Les réalisations pour l’année 2018 sont estimées à environ 90 milliards de francs CFA
Arrimage des plans locaux au PNDES : L’État signe des contrats d’objectifs avec les collectivités territoriales
Pré-revue du PNDES : Des résultats « encourageants » mais…
Economie : Un Projet de plus de 7,837 milliards pour améliorer la mise en œuvre du PNDES
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés