Conférence internationale sur le biodigesteur : Les ministres passent au crible les travaux des experts

LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou • vendredi 13 octobre 2017 à 14h12min

Ce jeudi 12 octobre 2017, a eu lieu la session ministérielle de la conférence internationale de Ouagadougou sur le biodigesteur. Au cours de cette session, les ministres se sont penchés sur les recommandations et les conclusions des travaux des experts.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Conférence internationale sur le biodigesteur : Les ministres passent au crible les travaux des experts

Après les experts qui ont travaillé en atelier les 10 et 11 septembre 2017, c’était au tour des ministres des pays invités à la conférence internationale sur le biodigesteur de tenir leur session ce jeudi 12 octobre 2017. A l’ordre du jour de cette session ministérielle, l’examen des conclusions et des recommandations des travaux des experts. Au nombre de ces recommandations :

• l’optimisation des avantages de la technologie du biodigesteur
• l’identification des principaux axes des programmes nationaux, de coordination et de mobilisation des ressources
• l’adoption de la feuille de route pour l’élaboration et la mise en œuvre effective de programmes nationaux de dissémination de biodigesteurs.

Selon le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, ces points sont déterminants pour l’atteinte de l’objectif de cette conférence qui est d’aboutir à un consensus par lequel les Etats, les organisations inter africaines et les partenaires techniques et financiers s’engagent à soutenir la mise en œuvre de programmes nationaux de biodigesteurs domestiques dans la sous-région. Et ce, dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de renforcer la sécurité alimentaire et de lutter contre la pauvreté. En effet, précise le Premier ministre, l’utilisation du biodigesteur permet :

• de faire des économies substantielles sur les importations d’engrais chimique et d’améliorer la balance commerciale ;
• d’améliorer la fertilité et la structure physique des sols cultivés grâce à l’utilisation d’engrais à base organique et à un coût moindre ;
• de réduire la facture énergétique par l’obtention de biogaz qu’utiliseront les ménages en milieu rural et réduire le recours au bois de chauffe et donc de préserver l’environnement ;
• de favoriser la pratique de l’élevage sédentaire et intensif, le biodigesteur ne pouvant fonctionner sans bovins. Par conséquent, il s’en suivra un accroissement de la production de lait et de viande.

Kobenan Kouassi Adjoumani, ministre ivoirien des ressources animales et halieutiques salue la tenue de la conférence internationale de Ouagadougou sur le biodigesteur et se dit satisfait d’y avoir pris part. « Je crois que l’expérience du Burkina Faso est salutaire pour notre pays qui dépend de l’énergie électrique plutôt que du biogaz et de l’énergie produite avec les déjections animales. Je crois que ce modèle doit être transposé au niveau de toute l’Afrique et en particulier dans la sous-région », a-t-il laissé entendre. C’est pourquoi, il dit attendre l’adoption de la feuille de route, afin que de retour dans son pays, il puisse travailler à la dissémination de la technologie du biodigesteur dans les ménages ruraux ivoiriens.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés