Musique burkinabè : Sauvegarder et promouvoir les jeunes talents

LEFASO.NET | Yvette Zongo (stagiaire) • mercredi 11 octobre 2017 à 00h00min

Le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, M. Tahirou Barry a donné le top de départ de la 1re édition de la formation de jeunes talents ce mardi 10 octobre 2017 à Ouagadougou dans les locaux de l’institut national de formation artistique et culturelle (INAFAC). Après la 1re phase de Dissin qui s’est tenue autour de quinze candidats sélectionnés, c’est trente jeunes talents qui seront formés pendant dix jours pour cette 2e phase. A l’issue de ladite formation, un studio sera mis à la disposition de ceux-ci pour la production et l’enregistrement de leurs œuvres.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Musique burkinabè : Sauvegarder et promouvoir les jeunes talents

Valoriser et promouvoir la musique moderne d’inspiration traditionnelle, c’est l’objectif global visé par la formation de jeunes talents organisée par la direction générale des Arts. A cet effet, les trente candidats sélectionnés seront formés pendant dix jours sur plusieurs modules de la musique. Les modules que ceux-ci recevront au cours de cette formation sont entre autres le maniement et l’utilisation des instruments de musique, la technique vocale, l’orchestration et la recherche de financement.

Par ailleurs, cette formation permettra l’accompagnement de ces jeunes talents dans le domaine de la musique. C’est également ce qu’ a confirmé la représentante des bénéficiaires de ladite formation, Mme Sawadogo Adèle, lorsqu’elle a montré que la formation les aidera à mieux comprendre leur passion, à faire des créations compétitives et de bonne qualité pour les mélomanes. Outre cela, elle a souligné que c’est un fait qui contribuera à la vente de la musique burkinabè hors des frontières afin de participer à l’économie du pays.

Pour le ministre en charge de la Culture, l’intérêt de cette formation pour les jeunes talents, c’est de les accompagner pour qu’ils puissent avoir des œuvres de qualité fondées sur les rythmes du terroir. C’est d’ailleurs pour cela que le ministère accompagne la formation à travers la sélection des candidats, la prise en charge et surtout la post-production, a-t-il expliqué.

Et à Madame Alimata Sawadogo, la directrice générale des Arts d’ajouter que « ces premiers candidats qui recevront la formation, serviront de relais afin de former à leur tour pour que la moisson soit abondante ».

Yvette Zongo (Stagiaire)
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés