FITMO 2017 : 5 pays pour construire un circuit de diffusion artistique

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • dimanche 8 octobre 2017 à 23h06min

La 16e édition du Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou (FITMO) aura lieu du 2 novembre au 2 décembre 2017, entre le Burkina Faso, le Mali, la Cote d’Ivoire, le Togo et le Niger. “ Théâtre et développement humain durable”, c’est le thème de cette édition qui va mettre l’accent sur la mise en place d’un marché régional africain des arts du spectacle. Les grands axes du festival version 2017 ont été déclinés au cours d’une conférence de presse , le 5 octobre à l’espace culturel Gambidi à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
FITMO 2017 : 5 pays pour construire un circuit de diffusion artistique

Cette année encore, Ouagadougou et plusieurs villes du Burkina et de la sous région vivront au rythme du Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou (FITMO). Du 2 novembre au 2 décembre 2017, le Burkina, le Mali, la Cote d’Ivoire, le Togo et le Niger se délecteront de créations artistiques riches et variées. Selon les organisateurs, le FITMO 2017 est une édition d’innovations qui mettra l’accent sur la mise en place d’un marché régional africain des arts du spectacle.

Des spectacles traditionnels et modernes d’arts vivants, , des performances et des expositions d’arts plastiques , des ateliers de formation, des projections cinématographiques, des fora sur les spectacles, la rencontre du réseau des écoles écoles de théâtre d’Afrique...sont au rendez-vous.

“La 16e édition a choisi de donner une place importante au rôle de l’art et de la culture dans la construction d’un monde qui valorise et promeut les valeurs de paix, de solidarité, de respect mutuel et de solidarité”, a indiqué le Dr Hamadou Mandé, directeur artistique du festival.

C’est du Burkina Faso que le festival partira, du 2 au 8 novembre à Ouagadougou et du 9 au 10 novembre à Bobo. Ensuite, le Mali sera à l’honneur du 11 au 12 novembre à Ségou et du 13 au 15 novembre à Bamako, Kati, Sanakoroba. La Cote d’Ivoire, prendra le relais avec Katiola du 17 au 18 novembre et Abidjan du 20 au 21. Par la suite, les festivaliers mettront le cap sur le Togo avec Lomé du 23 au 25 novembre et Dapaong du 27 au 28 novembre . C’est au Niger que les lampions de la 16e édition vont s’éteindre. Niamey du 29 au 2 décembre 2017, Tillabéry et Dosso du 1er au 2 novembre.

“La démarche du FITMO par sa présence dans ces différents pays, c’est de construire un circuit de diffusion artistique. L’intérêt de ce circuit qui se crée, c’est qu’il va rester en dehors du festival”, a expliqué Claude Kira Guingané, directeur du FITMO/Festival des arts du Burkina.

Le FITMO acte 7 vise entre autres, à valoriser la circulation de l’expertise artistique de l’Afrique en Afrique, se rapprocher des publics (dans la même logique de la décentralisation dans les villes et régions),soutenir l’action des Etats dans l’élaboration et la mise en œuvre de leur politique culturelle, soutenir l’intégration administrative et économique des peuples à travers la circulation des oeuvres et des artistes.

Selon les initiateurs, l’organisation et la production de la 16e édition sont réalisées sur la base d’une stratégie visant la durabilité et une approche intégrée entre la production artistique et les circuits de diffusion. Ainsi, trois créations artistiques seront coproduites pour le FITMO, dont deux sont diffusées en Afrique et en Europe après le festival.

Un colloque sur l’oeuvre du Pr Jean-Pierre Guingané

Le festival s’ouvre donc à Ouagadougou le 2 novembre et ce par un colloque, sous le thème “Jean-Pierre Guingané : l’homme et son œuvre”. Des personnalités du Burkina d’Afrique et d’ailleurs y participeront à l’université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo.

“C’est une véritable leçon de vie qui mérite d’être capitalisée pour être partagée. C’est un devoir de mémoire, un hommage , mais également un travail pédagogique pour faire en sorte que les enseignements, l’ œuvre littéraire artistique , scientifique et pédagogique du Pr Jean-Pierre Guingané”, soient connus et vulgarisés selon Dr Hamadou Mandé. Les actes du colloque seront publiés, toute chose qui va permettre aux enseignants dans les établissements secondaires et supérieurs de s’en servir dans l’oeuvre d’éducation artistique et littéraire.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés