Nouvelle Alliance du Faso(NAFA) : Le Centre-Nord mobilisé pour la libération de Djibrill Bassolé

dimanche 8 octobre 2017 à 23h30min

La Nouvelle Alliance du Faso (NAFA) a, au cours d’une rencontre régionale, dans le Centre-Nord, rappelé la détention arbitraire de son leader, Djibrill Bassolé, incarcéré depuis, à la Mai son d’arrêt et de correction des armées (MACA), puis demandé sa libération afin de lui permettre de participer à la construction de son pays, le Burkina Faso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Nouvelle Alliance du Faso(NAFA) : Le Centre-Nord mobilisé pour la libération de Djibrill Bassolé

« Les militants du Namentenga demandent la libération de Djibrill Bassolé », ainsi pouvait-on lire sur certaines banderoles. En effet, à l’instar de cette banderole et de bien d’autres, ce sont des militantes et militants venus du Bam, du Sanmatenga, qui demandaient, d’une et même voix « liberté et justice » pour leur leader. « Nous, militantes et militants de la NAFA des trois provinces de la région du Centre-Nord(…), demandons aux plus hautes autorités du pays et à la justice militaire la libération de Djibrill Yipéné Bassolé », a déclaré le président du comité d’organisation de la NAFA du Centre-Nord, Etienne Sebgo.

Le représentant des jeunes du Centre-Nord, Souleymane Zinaba à lancé à son tour : « nous demandons la libération du général Djibril Bassolé afin qu’en tant que fils du pays, il participe à sa construction ».

Ainsi, de l’intervention du secrétaire de la sous-section de Kaya, Cyrille Sawadogo, à l’intervention de la représentante des femmes, en passant par celle des représentants des militants de la NAFA ressortissants du Centre-Nord à Ouagadougou, la substance du message était la même. « Nous demandons la libération du général Djibrill Bassolé », ont-ils clamé.

Cette rencontre régionale de Kaya de la Nouvelle Alliance du Faso, a également regroupé le président par intérim du parti, et l’honorable député, François Bacyé. Ce dernier a, alors pris la parole en ces termes : « Djibrill Bassolé est un leader qui rassemble, un leader qui veut un Burkina nouveau, un Burkina réuni, réconcilié, qui développe et qui tient compte des aspirations de chacune et de chacun ».

Il soutient par ailleurs que « les problèmes » de Djibrill Bassolé ont commencé dès lors que la NAFA a vu le jour. Et que sa prison aujourd’hui (le fait qu’il soit maintenu en prison), découle de « la peur de ceux qui gouvernent, de ceux qui étaient à la transition, de le voir prendre le pouvoir…mais il va le prendre parce que c’est Dieu qui choisit et aussi parce qu’il est aimé dans son pays », a dit l’honorable député.
Il termine en ces termes, « de treize chefs d’accusations, nous sommes aujourd’hui à un seul. Et ce qui lui est reproché dans ce dernier chef d’accusation c’est la ‘’Haute Trahison ‘’. Notre lutte aujourd’hui c’est que lorsqu’on ne peut pas juger quelqu’un, il faut le libérer ; parce que ce terme, il est vide de sens », a conclu François Bacyé, député et secrétaire général de la NAFA.

Le Président par intérim du parti, le Pr Mamadou Dicko, quant à lui, en prenant la parole, a remercié les militantes et militants du Centre-Nord, les différents chefs coutumiers, et tous les autres invités qui sont venus « demander justice et liberté pour SEM Djibrill Bassolé ».

« Je l’ai dit et je le répète, un bras ne peut pas masquer le soleil, un bras ne peut pas arrêter la fumée », a poursuivi le président par intérim Mamadou Dicko.
« On ne peut pas mettre une telle personne pendant 760 jours en prison sans juger la personne et dire que vous voulez la justice, non, ce n’est pas de la justice ! », a indiqué le Pr Mamadou Dicko sur un ton un peu élevé.

Un peu plus loin, dans son adresse aux militantes et militants sortis nombreux pour la circonstance, le Pr articule : « Nous, nous sommes dignes ! Si Dieu a voulu que tu suives quelqu’un et que tu le soutiennes, il faut le soutenir jusqu’au bout. S’il faut rentrer dans le feu, nous allons rentrer dans le feu ensemble, si nous devons aller à la MACA, nous sommes prêts, ma porte est ouverte, nous allons remplir la MACA », à lancé le Pr Mamadou Dicko.

La rencontre de Kaya des militantes, militants, et sympathisants de la NAFA s’est terminée sur une note pleine d’espoir, à en croire les propos du président par intérim. « Soyez prêts, en 2020, nous serons à Kosyam, vive le Faso, vive la NAFA ! », a-t-il dit pour clore son propos.

Tambi Serge Pacôme Zongo (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés