Groupe parlementaire UPC-RD : « Nous ne trahirons jamais l’engagement solennel que nous avons pris de défendre les intérêts de notre Patrie », Député Daouda Simboro

lundi 9 octobre 2017 à 00h34min

Après leur démission du groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement, les députés « frondeurs » était face à la presse, ce dimanche 8 octobre 2017, à l’Assemblée nationale. Daouda Simboro, nouveau président du groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement : Renouveau démocratique (GP/UPC-RD), et ses douze camarades, dans la déclaration liminaire qui suit réaffirment leur appartenance au parti du lion et comptent insuffler un nouveau souffle démocratique en son sein.

Groupe parlementaire UPC-RD : « Nous ne trahirons jamais l’engagement solennel que nous avons pris de défendre les intérêts de notre Patrie », Député Daouda Simboro

Mesdames et Messieurs les Journalistes,
Bienvenue à cette conférence de presse, première manifestation publique du Groupe parlementaire de l’Union pour le Progrès et le Changement : Renouveau Démocratique.
Je souhaite, au nom des députés du Groupe parlementaire-Renouveau Démocratique que cette rencontre soit utile pour vous, pour nous, pour le peuple burkinabé.

Mesdames et Messieurs,
Nous sommes des députés de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC). L’UPC est, et reste notre parti.
Mais alors que se passe-t-il ? Quel message entendons-nous envoyer à notre peuple, aux burkinabé des villes et des campagnes en général, aux électrices et aux électeurs qui nous ont fait confiance lors des élections couplées, présidentielle et législative, du 29 Novembre 2015 ?

Premièrement, nous réitérons que le contrat signé avec notre peuple sera respecté. Nous ne trahirons JAMAIS, au GRAND JAMAIS, l’engagement solennel que nous avons pris de défendre, résolument, les intérêts, les seuls intérêts de la Patrie, de notre Patrie.
Toutes nos actions d’hier, toutes nos actions et actes d’aujourd’hui et de demain seront toujours déterminés par la défense résolue des intérêts du peuple burkinabé.
Deuxièmement, pour comprendre le sens de notre combat politique ; de notre engagement même en politique, il nous faut invoquer le Manifeste de L’UPC.
Le Manifeste de notre parti, l’UPC, dont l’intitulé est : « Pour un développement mieux partagé » est le socle sur lequel nous avons choisi de bâtir nos actions pour étancher la soif de changement de notre peuple et cela par les urnes.

Mesdames et Messieurs, Pour plus de précisions encore, le Manifeste de l’UPC a énoncé la trilogie suivante :
-  Améliorer ce qui est déjà fait,
-  Corriger ce qui est mal fait
-  Réaliser ce qui n’est pas encore fait
Les caractéristiques intrinsèques propres à l’UPC, déclinées dans le texte fondateur : « solutions pragmatiques guidées par des valeurs solides », les « militants indomptables….
Armés de principes nobles », « le regroupement de femmes et d’hommes qui se sont mis ensemble parce qu’ils croient tous en quelque chose et en la même chose et qui mutualisent leurs efforts pour réaliser ce en quoi ils croient. Ils le font parce qu’ils aiment leur pays et nourrissent de grandes ambitions pour lui » etc.
L’UPC dans son Manifeste s’est proclamée parti de l’alternance démocratique, déterminée à mettre fin à la démocratie « verrouillée » (cf. le rapport 2009 du Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP).

De Parti leader en 2014, que reste-t-il de l’UPC de nos jours ?
Depuis un certain temps et malgré nos efforts, la vision, les valeurs et les PRINCIPES de l’UPC contenus dans le Manifeste ont été jetés aux orties, oubliés.
Mesdames et Messieurs les journalistes, Amis de la presse,
Des camarades avant nous ont tiré, sans succès, la sonnette d’alarme. Ces camarades ont pris à témoin, l’opinion publique. Malheureusement rien n’y fit. Les efforts individuels et collectifs furent vains.

Mais plus récemment que ne fut pas notre surprise et notre indignation de lire dans un organe de presse, en l’occurrence le courrier confidentiel N° 139 du 10 septembre 2017 en page 5, les qualificatifs infamants et déshonorants collés aux noms de certains d’entre nous, les associant à un vaste complot de création d’un grand parti de gauche et/ou d’une coalition pour soutenir feu Salifou Diallo contre le Président Roch Marc Christian KABORE.

Face au mutisme du parti, puis aux multiples tentatives de banalisation de l’affaire, ces camarades ont dû lui adresser une interpellation.
Mesdames et Messieurs, Chers amis,
Conformément aux dispositions de la Constitution et à celles du Règlement de l’Assemblée Nationale art 30, nous avons créé le Groupe Parlementaire de l’Union pour le Progrès et le Changement - Renouveau Démocratique (GP/UPC – RD).
Pourquoi la création de ce groupe ? La création de ce groupe se justifie par :
- l’absence de liberté de pensée et d’expression du député ;
- l’absence de liberté de vote du député conformément aux dispositions de l’article 85.3 de la Constitution ;
- l’absence d’équité dans le traitement des députés et parfois le manque d’égards pour certains ;

Qui sommes-nous ? Nous sommes treize (13) députés de l’UPC dont deux vice-présidents du Parti, un vice-président de l’Assemblée, quatre des députés-maires et certains des conseillers municipaux, convaincus que la vision, les valeurs et les principes contenus dans notre Manifeste sont justes.
Notre identité est définie dans son entièreté dans l’identité même du groupe : le Renouveau Démocratique.
Chers amis journalistes, pourquoi le concept « Renouveau Démocratique ? ». La démocratie est un processus qui exige une gestion basée sur la transparence, une vision commune, des principes et des valeurs communément acceptés, le tout résultant d’un consensus construit sur la dynamique du débat contradictoire. De nos jours nous vivons un déni de démocratie interne matérialisé par l’instauration de la pensée unique et du culte de la personnalité annihilant ainsi le droit à toute opinion contradictoire.
C’est pour restaurer et instaurer définitivement cette manière de faire au sein de notre nouveau Groupe parlementaire que nous avons pris la décision de nous tourner résolument vers ces valeurs de démocratie et de tolérance,.

Le Renouveau Démocratique que nous souhaitons imprimer à la vie de notre groupe parlementaire prend par ailleurs ses racines dans les principes cardinaux et fondateurs du Manifeste de l’UPC, celui d’être « une opposition républicaine et constructive ».
Au-delà du Groupe parlementaire, notre vision du Renouveau Démocratique sera dorénavant la marque particulière de la gestion mais d’abord au sein de l’UPC et des collectivités territoriales que nous gérons où au sein desquelles nous sommes des élus locaux

Le Manifeste de notre parti, l’UPC, nous conduit à apprécier l’action du pouvoir en place sur la seule base des actes qu’il pose et sur le jugement que nous faisons de la capacité de ces actes à apporter le progrès à notre peuple. Le Manifeste nous oblige aussi à l’objectivité politique, qui consiste à reconnaitre et à saluer les actes positifs que le pouvoir pourrait poser.

Enfin, elle (la vision, notre vision) implique de savoir avancer des propositions concrètes ou des idées, dont la mise en œuvre peut apporter le progrès à notre peuple. En cela, notre Parti se positionne comme une opposition républicaine et constructive (souligné dans le Manifeste).

Mesdames et Messieurs les journalistes,
Depuis fin 2015, la vision pertinente et juste ci-dessus rappelée est de moins en moins celle de l’UPC. Autrement dit, tout est mis en œuvre pour éloigner l’UPC, notre Parti de son positionnement d’opposition républicaine et constructive. Engluée dans des alliances ( ?), coalitions ( ?) Regroupements ( ?) contre nature, réunissant les insurgés et leurs martyrs et les adversaires du peuple insurgé, l’UPC n’est plus en mesure de mener une réflexion autonome et de poser des actes lisibles et visibles, si bien que pendant que les états-majors des autres partis s’activent et s’organisent déjà pour 2020, nous, nous restons confinés dans la suspicion et la désorganisation.

Mesdames et Messieurs,
Oui, nous pouvons à présent saisir toute la pertinence de notre démarche et surtout comprendre le chemin de la perdition prise par certains responsables de l’UPC.
Relativement aux valeurs de l’UPC, le Manifeste dispose que « En tant que militants, nous sommes tous solidairement et égalitairement « actionnaires » de notre Parti, sur une base d’égalité et fondés à jouir des avantages qu’il procurera, tout comme nous sommes contraints de donner notre part d’effort pour la réussite collective. En cela, notre Parti se distingue des partis de supporters qui animent notre vie publique et où l’on vient comme pour « cultiver le champs du leader » et recevoir des avantages financiers ou une promotion en contre partie.

L’UPC est une mutuelle, où chaque militant apporte ce qu’il peut offrir et où l’on partage ce que tout le monde a apporté… »
Depuis l’élection présidentielle du 29 Novembre 2015, l’UPC ou plus exactement certains membres de la direction ont rompu avec la juste vision, les valeurs et les principes de notre Parti : ils se sont appropriés la mutuelle commune pour en faire un outil de leur propre épanouissement, de leur seul accomplissement de leur réalisation personnelle.
Mais alors question légitime : pourquoi avoir attendu si longtemps avant de dénoncer ces dérives anti – démocratiques qui menacent l’avenir de l’UPC, le parti de l’ESPOIR.
Avons – nous été trop naïfs ? Trop patients ?

Rien de tout cela, Mesdames et Messieurs,
A la suite d’autres camarades et sur la base des dispositions pertinentes, justes, démocratiques énoncées dans le Manifeste, fondateur de l’UPC, nous avons pensé que les débats, échanges et concertations francs entre militants égaux de la mutuelle UPC, finiraient par ouvrir les yeux de certains camarades de la direction du parti,.
Mesdames et Messieurs, Refusant tout débat contradictoire démocratique, ils ont verrouillé les instances du Parti et ont décidé d’embrigader les députés élus du peuple burkinabé. Franchisant une étape ignominieuse, ils ont planifié une opération de destruction de ceux qui ont des points de vue contraires aux leurs. Porter atteinte à la dignité et à l’honorabilité de leurs camarades en les salissant, en jetant l’opprobre sur eux et en les livrant à la vindicte populaire par des « Fuck news » (cf Donald TRUMP), des informations fausses distillées à travers des tracts orduriers, les réseaux sociaux avec parfois des allusions criminelles.

Mesdames et Messieurs les journalistes, nous avons décidé de prendre résolument et définitivement nos responsabilités devant le PEUPLE SOUVERAIN.
Aucune menace, aucune intimidation, aucune SANCTION ne peut, ne pourra nous empêcher de mener le combat salvateur pour la restauration, le retour aux fondamentaux de l’UPC.

Notre détermination à défendre la vision, les valeurs et les principes fondateurs de l’UPC est totale. D’où cette nécessité de créer le nouveau groupe parlementaire pour mener le combat légitime pour un UPC nouveau en conformité avec le Manifeste. C’est la seule solution pour que l’UPC survive à ses fondateurs comme stipulé dans le Manifeste de notre Parti.

Mesdames et Messieurs les journalistes,
Nous avons une ambition, une seule, un objectif, un seul : étancher la soif de changement et de progrès du peuple burkinabé dont les dizaines de filles et fils ont payé de leur vie lors des évènements d’Octobre 2014 et Septembre 2015. Pour honorer la mémoire des martyrs de 2014 et 2015, pour l’avenir des générations présentes et futures, l’UPC peut et doit redevenir le Parti qui a su :
• Susciter l’Espoir,
• Demeurer, à JAMAIS, la mutuelle politique qui va effectivement, assurer le développement mieux partagé, plus équitable.

UPC : DEMOCRATIE- TRAVAIL- SOLIDARITE
JE VOUS REMERCIE !!!!!

Messages

  • C’est inédit et vous prenez le peuple pour dupe. On n’a vu ça nulle part. Démissionnez de vos postes de députés, cédez vos places à vos suppléants et remboursez les dettes éventuellement contractées pour acheter voitures et villas. Jusque-là les députés quittaient un parti pour rejoindre un autre, en général là où il y a à manger. Mais depuis qu’on a voté la loi qui exclut cette pratique sous peine de perdre son mandat de député pour son suppléant, les députés « mange-mil » nomades veulent innover avec « Je quitte mais je reste pour percevoir mes émoluments de député". L’esprit de la loi veut que si vous êtes élus sous la bannière d’un parti et par votre base, vous ne devez les trahir. Hors jusqu’à preuve de contraire vous n’avez pas l’accord de votre parti et de votre base . Tous les partis représentés à l’Assemblée doivent se mobiliser pour barrer la route à cette pratique. Aujourd’hui, c’est lUPC, mais demain ça peut être un autre parti. On ne doit pas permettre à des individus de ruser avec nos instituions.

  • Chers deputes vous n’etes coherents donc vous credibles dans votre demarches.
    Vous avancer comme pretextes la non reaction du president Zepherin par rapport l’ article d’un journal vous citant le nom dans un complot subversif au ceint du parti sans pour autant faire un dementit au journal.
    Effectivement vs etes en train de comploter contre le Parti car vos actes sont preuves patentes.

  • Triste pour la politique au BF, chaque peuple merite sa classe politique ; c’est quelle histoire encore messieurs les membres du nouveau groupe UPC. J’ai envie de vomir quand je regarde notre classe politique. On a le terroriste qui nous frappe, le chomage, la pauvréte et vraiment encore des gens pour nous distraire pour des raisons farfelues.
    Que DIEU nous aide à renouveller toute notre classe politique pour que l’interet de la NATION SOIT AU COEUR COMME AU TEMPS DE SANKARA
    Triste triste triste

  • Votre posture actuelle confirme ce qui été écrit dans le journal. Comme nous sommes au Burkina Faso il aura toujours des gens pour croire à vos balivernes. Mais moi non. Ainsi va la vie politique au ici au Faso. Essayer de lire à tête reposé votre chiffon et vous verrez qu’il y des lignes qui trahissent vos ambitions égoïste et que le journal n’a fait que révéler ce qui se tramait à l’horizon. Le pays attendait à ce que ces fils qui ont eu la chance d’aller à l’école puissent mettre leur intelligence au développement de la nation. Mais non, ces derniers mettent leur intelligence à se disputer sur des futilités. Comment un pays peut-il se développer avec des hommes politique sans conviction ? Allons seulement.

    • Merci là bas. C’est ça la vérité. Les pays africains et particulièrement le Burkina Faso souffre de ses fils qui ont été à l’école. Au lieu d’utiliser les connaissances au service de la Nation, la quasi totalité de ses fils instruits sont de menteurs, des affabulateurs, des bandits à col blanc ( détournement, ...) rien, que l’argent, le paraitre riche et ils sont mentalement pauvres. Pauvres d’esprit, car ils mettent l’intelligence pour ruiner le pauvre, le faible la veuve et l’orphelin. C’est la course aux postes politiques, au pillage des maigres ressources de l’Etat. vraiment ! Kôro Yamyéllé tu es où ? Vieux père Ka, tu es où ? Mais où va ce pays. Les politiciens qui sont restés au CDP valent mieux que certains politiciens de la législature actuelle.

  • L’histoire vient de me donner raison : je disais que Zeph s’était tiré une balle en pleine poitrine en chassant les respectables Louis Armand OUALI de l’UPC ; des gens qui avaient osé lui dire la vérité très tôt. Certainement son rang de chef de file de l’opposition lui est très monté à la tête. Il brise ainsi ses chances de devenir PF en 2025 ; je dis bien 2025. Nos égo sur-dimensionnés nous jouent parfois de sales tours. Vivement que les autres militants de l’UPC s’émancipent !

  • Haabaa ! Yaam siida pas waogué yé ! Vous dites que vous êtes adultes, responsables et que vous défendiez le manifeste du parti. On vous accuse et au lieu de prouver que c’est faux parce que vous êtes adultes vous demandiez que quelqu’un d’autre qui n’est ni celui qui vous a contacté ( le manipulateur) pour former son grand parti de gauche, ni le contacté ( c’est à dire vous 13) de démentir ? Est ce qu’on peut manigancer contre quelqu’un qui est courant ? Bonne route à vous pour la table à soupe.

  • Bien dit. Appréciation positive de cette phrase parlant de l’attitude de Zeph « réunissant les insurgés et leurs martyrs et les adversaires du peuple insurgé » ensemble. Très bien dit. Et cette phrase peut s’adresser aussi au président RMCK que certaines informations distillées, lui prêtent des intentions cachées de négociations solitaires avec Achille Tapsoba le délateur pour discuter de je ne sais quoi de réconciliation avec le CDP, si elles s’avèrent véridiques. Mes chers députés, vous avez vu juste et êtes plus visionnaires que ces prétendus sankaristes qui se sont ligués sans honte bue avec le champion de la droite brute (Bazié, Kabré et autres Ouedraogo UDS). Mais si on veut résumer le problème de Zeph c’est qu’il a eu le courage et le mérite de fonder son parti au moment où la férule humiliante s’abattait sur les patriotes. Beaucoup de gens dont vous certainement se sont méconnus sur le compte de Zeph. Nous avons des camarades lutteurs de gauche qui s’étaient ralliés à Zeph avant de déchanter pour se chercher ailleurs. Le peuple burkinabé, un peuple pauvre qui trime chaque jour que Dieu fait ne se reconnait pas dans des idéologies capitalistes sarkozistes du chacun pour soi et Dieu pour tous.

  • L’histoire vient de me donner raison : je disais que Zeph s’était tiré une balle en pleine poitrine en chassant les respectables Louis Armand OUALI de l’UPC ; des gens qui avaient osé lui dire la vérité très tôt. Certainement son rang de chef de file de l’opposition lui est très monté à la tête. Il brise ainsi ses chances de devenir PF en 2025 ; je dis bien 2025. Nos égo sur-dimensionnés nous jouent parfois de sales tours. Vivement que les autres militants de l’UPC s’émancipent !

    • - Aaahhh !! roosevelt, toi tu nous pompes l’air en fin de compte avec cette histoire de Ouali !! On l’a chassé de l’UPC et pourquoi il n’a pas créé son parti lui aussi ? C’est la meilleure manière de vois s’il a de la popularité !

      Par Kôrô Yamyélé

  • Ils ne savent pas ce qu’ils font plutôt ils s’amusent avec le feu et coupent en même temps sur leurs branches. Pas de demi-démission.La chance aux suppléants pour terminer leur mandat. Bonne chance aux nouveaux arrivants suppléants UPC. C’est des traites et l’AN UPC doit les chasser dès maintenant.

    • je vous ai applaudi des mains et des pieds. UPC c’est UPC. Pas deux, ni de demi. Inutile de chercher a l’emietter. Un pied dedans, un pied dehors, on es totalement dehors. Par cet acte, vous confirmez les manoeuvres souterraines qui vous sont reprochees. Un homme s’assume. Quand on n’est pas d’accord, on s’en va. On ne reste pas a faire la gueule. Pas besoin d’emmerder les journalistes et l’opinion nationale.

  • Décidément, la démocratie au BF a du chemin à faire. Quand on voit Lona Charles OUATTARA dans ce groupe, on reste quand même sur la gestion du parti par DIABRE. Mais bon, tout est possible sous ce ciel.
    Résolument qu’il y ait des éclaircis : l’UPC ne mérite pas cette division. Je nourrissais beaucoup d’espoir sur cette UPC après le départ de l’UNIR-PS dans la majorité.
    On peut avoir plusieurs courants dans un parti et sauvegarder l’essentiel, l’union. Mais de là à créer deux groupes parlementaires pour le seul parti, il y a problème.

  • "Engluée dans des alliances ( ?), coalitions ( ?) Regroupements ( ?) contre nature, réunissant les insurgés et leurs martyrs et les adversaires du peuple insurgé". Tout est dit. Bravo à vous. Zeph je t’avais prévenu qu’être sur la même table que le CDP, tu perdrais tout. Ces députés démissionnaires sont très appréciés dans leur localité ; certains occupent la mairie et la députation. Détrompes toi car eux tous ont déjà consulté leur base et ils se sont accordés les violons. Le vaillant peuple vous soutiendra. La myopie politique de certains leader vont leur couter cher. Wait and see !!!!

    • u voulais que Zeph soit sur la même table avec qui ? Avec ton message, tu penses que toi aussi tu as pu écrire quelque chose de sensé ? N’importe quoi. Ce débat est au dessus de ton intelligence car la réflexion est guidé par tes émotions. Il y avait deux situation possible pour l’UPC après les élection :
      Premiers cas possible : l’UPC se rallie au MPP et rentre au gouvernement et perd en même le titre de chef de fil de l’opposition. Et ce titre allait revenir de facto au CDP comme le prévoit les texte. Et le CDP devenait le premier répondant des partis de l’opposition. A moins que vous ne soyez pas légaliste pour refuser un droit légalement reconnu au CDP d’être de l’opposition comme le prevoit les texte, et que l’UPC doit se soustraire au texte. Ce que tu ignore est que si l’UPC se ralliait au MPP elle cohabiterait avec le contenu du CDP, mais en restant à l’opposition elle cohabite avec le contenant du CDP.
      Deuxième possibilité : L’UPC reste à l’opposition et cohabite avec le CDP qui est un parti qui a une existence légal . Et l’UPC garde le titre de chef de fil de l’opposition. Et ce n’est pas l’UPC qui a créé le texte, et ce n’est pas l’UPC qui a demandé au CDP devenir s’asseoir sur la même table qu’elle.
      Et je ne vois pas en quoi en respectant les texte de son pays on peut tout perdre ? Si c’est le cas il faudrait revoir vos texte alors. Pour moi Si l’UPC s’hasardait à se rallié au MPP sa mort était certaine.

    • mais l’upc est entrain de mourir dans sa position actuelle avec le cdp dans l’opposition. l’unirps et l’upc étaient dans des situations très délicates et l’unirps a choisit le moins mal.

    • Donc l’unirps n’est pas à l’assemblé national avec le CDP alors. Raisonnement bidon. L’unirps travaille tout comme les autres formations politiques présent à l’hémicycle dans des commission où font parti des députés membre du CDP. Pour moi la posture de l’UPC est plus responsable et logique que celle de l’UNIR/PS. Si c’est pour ne pas s’asseoir sur la même table que le CDP comme l’a prétendu maitre Sankara entre temps, que l’unirps démissionne de l’assemblé national car le CDP y est. Quand il a assuré l’intérim de l’assemblé national et qu’il a eu à présider certaine session je crois qu’il a chassé les députés membre du CDP de l’hémicycle car il est indécent pour lui de s’asseoir sur la même table avec eux comme il l’a prétendu à son temps . Il n’y a que des gens comme vous qui peuvent avoir de tel raison ou croire aux balivernes de maitre Sankara. L’unirps est est dans une situation plus laconique que l’upc par rapport à leur choix actuel. Et il faut mettre ceci dans ta tête, le fait que l’unirps n’est pas à l’opposition ne l’empêche pas de travailler avec le CPD du moment qu’ils siègent tous à l’assemblé et ils travaille ensemble des commission, et que maitre Sankara donne la parole aux député membre du CDP quand ceci lèvent leur doigt à l’hémicycle. Donc Ne tromper pas les gens

    • on parle de bord politique. et même a l’assemblé l’upc est dans la zone de turbulences avec le cdp.

    • Je pense qu’il a un peu compris la situation qui prevalait apres les elections. En fait, Maitre etait essoufle sur tous les plans apres l’insurrection. Il veut juste se reposer et gagner de l’energie. Dans cette posture inconfortable, l’ UNIR perdra incontestablement a la fin. Il ne restera qu’a faire le deuil et les funerailles. Il faut savoir que le score de Maitre l’a demotive. Vous l’avez trahi. Vous ne jurez que par l’ideal sankariste et vous une note humiliante. Les raisons de Maitre sont donc a chercher ailleurs.

  • Ce qui fait mal il leur manque d’argument pour justifier leur départ et veulent toujours demeurer dans le parti.Vous perturbez l’union dans le parti et pour conserver vos postes de député ils avancent qu’il demeurent UPC. C’est quelle pagaille politique ça ?au moins un peu de respect pour vos militants.Il faut leurs couper l’herbe au pieds pour leurs donner la chance de s’organiser pour les nouvelles élections. Les hommes politique de mon pays font pitié.

  • Courage et bon vent au nouveau Groupe Parlementaire UPC/RD. Vérités et justice aux martyrs des 30 et 31 octobre 2014, et septembre 2015, avant toute reconciliation. Puisse le MAITRE DE L’UNIVERS bénir notre cher Faso.

  • Vous me faites pitié ! Il n’y a rien de logique dans votre écrit qui justifie cette machination. Dites seulement que vous voulez aller à la soupe !!! C’est parce que Zeph ne s’est pas rallier à la majorité que vous partez. A mon sens, ça allait une erreur s’il l’avait fait. Mais comme Zeph est un crac, un cerveau, un homme d’Etat, il est resté égal à lui-mème. Vous refusez de démissionner parce que vous voulez garder vos avantages à l’Assemblée Nationale. Mais moi je dis, bon débarras pour l’UPC parce que ce parti ne mérite pas des politiciens de bas-ventre comme vous ! L’UPC ne mérite pas des traitres comme vous ! Allez-y au diable si vous voulez. En tout cas si j’ai une suggestion à donner au Bureau Politique National de l’UPC, c’est d’exclure ces traitres là le plutôt possible du parti.

  • discours creux et sans intérêt ; dommage qu’un parti qui aurait pu constituer une alternative aux errements actuels, aient été incrustrés par des individus à la limite malhonnêtes : j’en connais parmi ces gens qui n’ont que la traitrise dans le sang ; seulement qu’ils se rappellent le sort subi actuellement par les Maîtres Hermann YAMEOGO et autres GN Ouédraogo. PS : je ne voterai jamais pour l’UPC ayant une vision sociale différente de la sienne mais j’ai quand même de la sympathie pour son président qui est un homme de conviction par rapport à son idéal ! Honte aux traitres !

  • Chers élus du ventre, vos tentatives d’explication ne nous convain pas.vous faites la honte du pays.je me demande comment vous vous regarder dans la grasse le matin à votre réveil.jai des céphalées quand je lu votre honteuse conférence de presse.merde !

  • J’ai vraiment à la place de ses personnes qui prônent des vertus qu’ils n’ont même pas.

    Un parti politique, c’est une discipline, c’est une organisation, c’est un ensemble et pour finir c’est une famille.

    Si vous n’êtes plus en phase avec les fondamentaux du parti, c’est mieux de démissionner et de chercher un point d’ancrage ou tout simplement de créer un nouveau parti.

    C’est quelle comédie ça ?

    On démissionne, on crée un nouveau groupe et on dit rester dans le parti. Vous allez défendre quel intérêt du parti ?

    Vous oubliez que vous avez bénéficiez du financement du parti pour battre votre campagne. Vos électeurs vous ont élu grâce à la bannière du parti et non en votre nom personnel.

    Si vous êtes cohérents envers vous-mêmes et que vous désirez le rester, démissionnez du parti et commencez à vous battre pour les prochaines échéances électorales.

    J’en connais personnellement certains frondeurs et j’avoue que cela ne m’étonne guère.

  • Bonjour,
    Oh la on touche le fond.
    Si vous êtes honnêtes, dignes et intègres il n’y a qu’une chose à faire : Démission !
    Le prétendu Renouveau dont vous parlez n’existe pas dans les textes de l’UPC ! Donc on n’est pas d’accord avec la ligne du parti, on doit avoir la dignité de démissionner. Mais j’ai oublié, en demissionnant vous perdez votre mangement comme on dit ! Donc vous inventez un autre parti pour prétendre rester dans le parti !
    Honte à vous !
    De plus, vous croyez que Trump est un exemple à citer !
    Quitter dans ça !
    Karissa

  • Messieurs les députés votre sortie est non convaincante. Le droit de réponse ça existe. C’est l’incriminé qui apporte son droit de réponse et non un tiers. Le droit de réponse se fait dans l’organe qui vous a cité. Alors des responsables du parti sont- ils concernés ? Pour les débats d’idées cela peut se faire en interne. Si je comprends bien quand on est député on vote comme on veut ? Alors à quoi sert la ligne du parti ?

  • je le réitère, si ce parti était à la place du CDP le 30/10/14, il aurait enfermé "ses députés" dans des cages pour les envoyer à l’A.N. et les faire voter avec des pistolets à la tempe. ce parti est-il l’incarnation même de la dictature et de l’autocratie ? j’appelle le député Kiemdé à tenir bon jusqu’au bout car cette lutte va au délà de sa simple personne, c’est la liberté du député à voter ou à ne pas voter un texte à l’A.N qui est en jeu ici. Que les services de sécurité prennent des dispositions contre les terroristes qui menacent et intimident les 13 élus qui ont tout simplement exprimé leur liberté. Ces terroristes ont-ils des connexions avec ceux qui menacent et enlèvent des élus municipaux au Sahel ? les vrais criminels du 30 octobre se révèlent-ils petit à petit ?

  • Je pense que vous êtes des gâteaux si les absences de liberté et autres existaient vraiment pourquoi n’avoir pas quitté le parti depuis belle lurette ou le regler cette affaire en famille comme ca se fait dans tous les partis ? vous avez attendu que cette rumeur sorte avant d’en parler. Qui se sens morveux se mouche le courrier confidentiel na pas cité de noms comme votre supercherie a été découverte , vous n’avez pas d’autre choix que de vous laver avec l’eau de la vase casée sur votre tête. Je pense que si vous ne partagez plus les idéaux du parti il faut avoir l’honnêteté et la décence de démissionner du parti et pourquoi pas vous réunir et créer votre parti pour les élections de 2020. sinon ce que vous avez fait un simplement une trahison envers le parti et envers vos électeurs. Allez y créer votre parti et on verra si vous pouvez vous faire élire à nouveau avec une nouvelle bannière ?
    de toute façon c’était prévisible que l’UPC allait se briser avant 2020 les signes précurseurs étaient la avec les OUALI et autre KIEMDE qui avaient déjà fissuré ce parti, ZEPH na qu’a bien se tenir il est peut être un bon économiste mais la politique visiblement c’est pas ça chose

  • Dommage ! Mille fois dommage !
    Lorsqu’on lit la déclaration de ces dissidents de l’UPC, on ne peut s’empêcher d’y voir une parfaite analogie avec ces fameuses proclamations lors des coups d’Etat que ce pays a connus : diabolisation du patron que l’on vient de renier, accusé souvent d’autocrate, de gabégique, etc. C’est triste ; le Burkina mérite mieux que cela. L’UPC est un parti "cérébral" qui a attiré des millers de sympathisants grâce à ses analyses sans concession de la situation du pays et des solutions possibles pour y remédier. Cela a largement contribué à l’éveil des consciences lors des grandes mobilisations des années de braise qui ont abouti aux bouleversements que chacun sait. Au finish, cela n’a pas suffi à remporter les élections qui s’en ont suivies. Les transfuges de l’ancienne majorité se sont succédés à eux-mêmes au grand dam des militants de l’ancienne opposition et de l’UPC qui ont ferraillé dur pour changer le système de gouvernance. Ainsi en a décidé le peuple souverain à travers ses différents votes. Pour autant, est-ce une raison suffisante de renoncer ainsi à l’idéal de transformation du système de gouvernance en démantelant ce que vous avez ensemble édifié ? Faut-il dire que le Burkina est une fois encore, entrain de rater son renouveau démocratique parce que ce pays est en manque de véritables hommes d’état pour animer la vie politique en respectant l’éthique et la morale qui sied ? Une fois encore dommage.

  • Je vous assure que votre messaje est un peu flou ou bien votre frcais est fort alor q nous on veut comprendre. Quels sont vos camarades qui agisse mal ? quelle serons vous actions ? je ne voit pa avec qui exactement vous faite la bagare et pourquoi exactement vous faite cette bagare. vous croyez que qui va faire son parti prèta poter et vous allez venir parce que vous vous croyez malin. On vous voit venir mais on est tous malin. On vous a écouté pendant la campagne. est-ce que vous avez dit que vous avez des problème ? pourtant je sais qu’il ya 2 monsieurs qui n’étai pas d’accord avec l’UPC et ils ont dit clairement. et vous ? Si l’UPC avait eu les présidentielles, vous n’allez pas faire comme ça, c’est sur. la preuve, c’est que chacun de vous a attrapé dur le mandat de député avec le nom UPC. c’est comme cela que je n’aime pas la politique au Burkina. si c’est chez nous au football, tu dis que tues dans l’équipe mais tu va pas jouer aller vers le camp adverse, les supporteurs ne vont jamain t’aimer. mais haya. les pauvres électeurs vont souffrir. tu est à l’ombre du manguier, on te dit de venir à l’ombre du karité parceque l’ombre du manguier n’est pas bien. quand tu arrive , on quite et on va sous le cayicédra et de laba, on te dit que l’ombre du karité n’est pas bien. on te fait souffrir pour des choses que tu ne c’est pas. que Dieu sauve le Burkina Faso, amen.

  • Mais monsieur les députés frondeurs vous vous foutez de qui, vous voulez mêlez le peuple à vôtre combat, vous parlez de kel intérêt du peuple ? De votre intérêt oui. Si c’est pour l’intérêt du peuple, démissionner du parti, créé vôtre propre parti et faite vos projets de développement pour 2020 monsieur les députés intègre et intelligent. De n’importe qu’oi ces députés tubes digestifs

  • Je suis écœuré par le comportement de ces minables députés. Allez jusqu’au bout de votre logique en démissionnant purement et simplement de l’UPC ?? Je pari qu’aucun de vous ne sera élu en 2020. Dans les jours à venir vous vous rendrez compte que votre démarche sera un échec. Fouttez Le camp députés tube digestif.

  • Le nombre 13 sera porte malheur pour vous . Wait and see

    • - Karfolo, tu es fort et ce que tu dis est juste. Ils auront un malheur. Et moi ce qui me brise le coeur, c’est quand je vois dans ce lot des gens respectables comme Daouda Simboro et le Colonel Ouattara Lona Charles. Vraiment le Colonel pouvait raisonner ZEPH si réellement la faute venait de lui. Il pourrait voir ZEPH à domicile et discuter ouvertement avec lui et proposer des solutions. Parce qu’il faut reconnaitre que même si c’est un d’entre eux qui est à place de ZEPH et que quelqu’un veut débattre publiquement de certaines questions et l’humilier, eux-mêmes ils n’allaient pas accepter.

      Attention chers messieurs, ne vous laissez pas manipuler !!! Surtout pas par Ouali !!!

      Par Kôrô Yamyélé

    • Kôrô Yamyélé, tu as quoi contre le respectable et grand homme politique Louis Armand OUALI. Arrête de te comporter comme un gamin. OUALI est un grand homme politique sincère. Toutes les fois qu’il s’est présenté à une élection, les gens ont toujours eu confiance en lui. Va faire une enquête à son sujet à Gaoua et tu sauras que OUALI n’est pas n’importe qui. Ce n’est pas un faux type comme les NANA Thibaut qui surfe dans toutes les sauces. D’ailleurs, demande à NANA Thibaut de me passer les films sur SANKARA qu’il projetait quand il se disait sankariste.

    • Bien dit M. Roosevelt
      Les gens parlent au hasard et chacun insulte l’autre sans même s’assurer qu’ils le connaissent même un peu. Chez nous on dit que "comment tu peux insulter le crocodile alors que tu ne peux même pas atteindre la rivière où il se trouve" ?

  • On vous croit pas démissionner et créer votre parti la vous êtes des vrai patriote.

  • La voie et les méthodes utilisées par le parti du Chef de file de l’opposition(UPC) pour le règlement de ses dissensions internes sont déplorables et aux antipodes des principes républicains dans un état de droit. Les actes d’intimidation et de vandalisme perpétrés par des militants agités de l’UPC contre certains députés frondeurs du parti sont lourds de conséquences. Le président de l’UPC Zéphirin Diabré doit savoir que de tels agissements de ses militants le discréditent ainsi que son parti. Si jamais par excès de colère, en plus des saccages de domiciles, des gens venaient à perdre la vie, la responsabilité du président de l’UPC se retrouvera gravement engagée. Les autorités en charge de la sécurité ont eu de bons reflexes en prenant des mesures pour sécuriser les domiciles des députés ciblés par les actes extrémistes. Ce n’est pas au chef de file de l’opposition qu’on doit enseigner les principes des droits humains qui requièrent que tout litige doit se régler en justice.

    • Je déplore ce fait. Cependant, il est nécessaire de rendre justice à certains militants du CDP dont les biens ont été saccagés lors de l’insurrection populaire d’octobre 2017. Ce n’est pas parce que je n’épouse pas tes idées que je doit te détruire coûte que coûte.

  • ‘’….pendant que les états-majors des autres partis s’activent et s’organisent déjà pour 2020, nous, nous restons confinés dans la suspicion et la désorganisation’’.

    - Ça c’est très mauvais pour votre partie si ça continue ! Il faut que vous alliez dans les plus petits villages pour ratisser. Vous avez intérêt à commencer à investiguer, analyser et préparer de gros dossiers sur toutes les tares, les échecs et les défaillances du MPP et de son pouvoir pour utiliser ça comme une massue pendant la campagne pour l’abattre pour de bon. Vous avez intérêt à vous allier un spécialiste de la communication pour vous aider à affiner vos messages et votre communication pendant la campagne car on ne communique pas avec une masse de paysans comme on le fait avec une masse d’ouvriers ou d’enseignants. On ne parlera pas non plus d’engrais à une masse d’enseignants car ce message est destiné aux paysans.

    Par Kôrô Yamyélé

  • C’est triste ! En réalité l’histoire sert pour les comportements présents et futurs, malheureusement ces 13 renégats n’ont rien tiré de ce qui est advenu à la CNPP un parti d’espoir que certains de nos vieux ont "dépiécé" pour leurs intérêts personnels et égoïstes. Aujourd’hui certains sont agglutinés au MPP comme conseillers mais leur comportement contre le vieux KI ZERBO a contribué à retarder l’avènement de la démocratie au BF. Ainsi ont ils contribué à assassiner la CNPP /PSD et le PDP/PS et partant la démocratie dans notre pays. Plus près de nous, on pourra citer le cas de l’ADF/RDA qui a subi le même sort que la CNPP. Au tour de l’UPC de subir les coups de ces ennemis de la démocratie. Souhaitons seulement que Zeph ait la force nécessaire de résister à ce complot. Quand on n’est pas d’accord on quitte ou on engage les débats à l’interne. On ne quitte pas et on reste , c’est celà le complot ourdi au grand jour. L’histoire nous révélera tôt ou tard qui a trahi qui.

  • Des histoires a dormir debout. Zeph a très bien fait. Faut pas les défendre. Ils sont majeurs non. Il faut les exclure et demander qu’ils remettent le mandat aux suppléants. De grâce, créer votre fameux parti là, ne venez pas grossir nos rangs davantage. Nous sommes déjà nombreux et la liste d’attente pour les nomination et autres reconnaissances trop longue. Bande de salaup. On vous voyait venir. Et comme vous n’avez pas ete intelligent pour reculer après la disparition de votre maître... Pauvres de vous. J’attire l’attention du MPP sur la morale et l’intégrité des individus pareilles. Ils sont prêt à vendre leur âme au diable pour des subsides. Fermons les la porte. Trchtrrrr

  • Cher SIMBORO et Autres, votre prise de responsabilité s’appelle de la TRAITRISE ET DE L’USURPATION. Si Vous êtes dans un parti qui ne vous satisfait pas alors si vous êtes des VRAIS HOMMES INTEGRES D’ESPRIT, HONNETES ET COURAGEUX alors démissionnez de l’UPC et allez créer votre propre parti que vous allez moduler à votre guise et instaurer votre démocratie qui n’est autre que la simple défense de votre bouche et de votre ventre. L’argent et la gloire que tu cherches tant est passager et surtout reste sur la terre quand tu sera un jour seul fasse à DIEU.
    Sache que c’est avec la mesure tu mesures donner à ton prochain que DIEU mesurera remplir, secouera te donner.
    LA SAGESSE RECOMMANDE DEMISSION. NE RESTEZ PAS ACCROCHER AU SALAIRE DU DEPUTE POUR CASSER L’UPC.

  • Dégoutant cette façon de faire la politique . Ce qui me déçoit davantage ,c’est que des hommes respectables comme Charles Lona TRAORE et Julien KOULDIATI pour qui moi j’avais beaucoup d’admiration bien que non militant de l’UPC , pour leur grande culture et leur humilité se soient laissés entrainer dans cette débile aventure . Tout de même, ce linge sale ne pouvait-il vraiment pas se laver en famille UPC ? BANHORO n’est qu’un jeune excité et prétentieux qui cherche à se faire passer pour un leader . Ce sont ce genre de pratiques qui déshonorent la politique . Pour un article paru dans un journal et que l’on pouvait démentir par le même canal ,on n’avait pas besoin d’en arriver à cette extrémité .POUAH

  • « Mrs les 13 » si vous n’avez pas eu d’autres alternatives que la démission à moitié pour démentir ce qui vous est reproché, donc les accusations contre vous sont belles et bien fondées. C’est comme un soulard qui profite de son état d’ivresse pour dire ce qu’il n’arrive pas à exprimer étant lucide. Ce comportement dénote de votre part le respect d’un pacte avec feu Salifou DIALLO, qui demeure toujours une bête politique même mort. Par exemple, certains députés démissionnaires tiennent d’une part à la réalisation des promesses d’investissements faites par Salifou DIALLO dans leurs villages et d’autre part à respecter aussi leurs engagements. Sans être de l’UPC, je dirai qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Vous avez à coup sûr mangé à la soupe. Chers démissionnaires vous n’êtes pas accusés à tort à mon sens. Le hic est que vous agissez à moitié. Il fallait avoir le courage de démissionner totalement de l’UPC et remettre le restant de votre mandat à vos suppléants. Vous n’avez pas le courage de perdre vos avantages colossaux de députés. Comme l’a si bien dit ce matin un auditeur sur Radio Burkina, « vous refusez de manger la viande de chien et vous buvez avec plaisir sa soupe ». Si vous étiez sûrs de vos forces électorales il fallait quitter simplement l’UPC et en assumer les conséquences puis attendre 2020 pour relever le défi. SARA SEREME une femme l’a fait avant vous en quittant le CDP et créer son parti. MACRON l’a fait en France et aujourd’hui il est président. Vous avez manqué de courage. Sachez que tout ce qui n’est pas bien ficelé se disloque tôt ou tard. Les alliances de contre-nature ou de circonstances sont éphémères.
    ZEPH aussi doit avoir quelque à se reprocher dans la gestion de son parti. Il ne doit pas être blanc comme neige dans tout ce qui se passe.

  • J’ai été déçu lorsque la première fois j’ai appris que des députés UPC voulaient faire une scission. Cela m’a autant attristé que le coup d’Etat du 16 septembre 2015.
    Vous n’êtes pas d’accord avec la ligne de conduite du parti, vous le dites clairement et vous quittez le parti. On n’a pas besoin de se justifier avec des arguments incongrus.

  • Aucun groupe ne sortira la tête haute dans ce bras de fer, démissionnaires et non démissionnaires, vous sortez tous perdants politiquement dans cette bataille. Pendant qu’au CDP c’est la réconciliation, à l’UPC c’est la séparation.

  • J’ai toujours dis qu’il y a des gens dont leurs enfants devront honte d’eux ! et ça se confirme avec ses députés dont la traitrise est dans leurs sang. Moi j’ai toujours dis à qui veut l’entendre que chez nous au Burkina, il y a des gens qui ne connaissent pas ce que c’est la confiance.Comme se fait t-il que toi tu es président d’un groupe parlementaire tu te lèves pour expliquer avec arguments bidons une démission et une création d’un nouveau groupe parlementaire. Honte à toi et à ta descendance, Pauvre type !

  • si le ridicule tuait...............................................

  • je suis absolument découragé de ces derniers c’est des traites.

  • La honte pour la classe politique.
    On n’estaaps d’accord on démissionne et on laisse sa place au suppléant.
    La politique du ventre. Vraiment triste.
    On veut le beurre et l’argent du beurre.
    Toutes compromission se paie cash et ces 13 deputes ont signés leur mort politique.
    Wait and see....

  • Monsieur les membres de UPC-RD, vous avez été payés à combien pour cet acte ?

  • Euh ! sacré pays des hommes intègres ! je pense que l’assemblée nationale dans son fonctionnement devrait interdire ces genres d’agissements. Le linge sale se lave en famille ,au cas échéant on démissionne point barre. Ces manies n’honorent pas du tout notre représentation nationale.Si son fonctionnement est régi par des textes et lois tordus qu’on nous disent la vérité. On n’a pas besoin d’aller à l’école pour savoir que leur comportement cache un agenda non connu.C’est utopique de dire que vous trahissez pas le peuple tout en ayant des convictions autres que celles du parti de l’UPC. c’est simplement ne pas manger la viande de porc mais boire la soupe.Si vous êtes intègres démissionnez, un point et c’est tout.

  • Vous voyez, c’est à force de ne pas écouter les plaintes et voir les frustrations qu’on en arrive à des situations pareilles. Je penses que le malaise va au delà de cette histoire de courrier confidentiel qui n’a été que le prétexte. Il faut que M. Diabré accepte d’écouter ce qu’on lui reproche et qu’il revoit sa manière autoritaire de gérer le parti. Qu’il essaye également d’être mieux entouré car il y a autour de lui des gens qui essayent de faire le ménage autour du président du parti pour être les mieux écouté. De toute les façons on lui avait bien dit qu’il est en train de balayer la place pour le CDP, ça ne fait que commencer

  • A entendre, certains parlés du PPP. Je me demande s’ils savent vraiment ce que ça veut dire. En fait, les gens ne refusent pas l’idée de PPP qui est véritablement un instrument de développement, mais ils s’inquiètent sur ses conditions de mise en œuvre.
    Le PPP devrait se conformer aux quatre (04) principes fondamentaux de la commande publique (Article 7 de la loi 039) :
    - l’économie et l’efficacité du processus d’acquisition ;
    - la liberté d’accès à la commande publique ;
    - l’égalité de traitement des candidats et la reconnaissance mutuelle ;
    - la transparence du processus de passation, d’exécution et de règlement de la
    commande publique.

    Si pour le PPP, il était question de recourir à la procédure de mise en concurrence réelle, il n’y avait pas de problème. Mais s’il faille appeler ses amis, collaborateurs et autres pour l’exécuter, c’est dommage. La concurrence réelle permettrait à l’Etat de réaliser à moindre coût ce qui est demandé ce qui devrait également conditionner la mise en place des mesures nécessaires pour le bon déroulement de la mission.
    N’ayant pas le contenu de la loi sur le PPP afin de m’inspirer dans mes analyses, je promets d’y revenir.

    Après le PPP, je dirais à l’endroit des démissionnaires de l’UPC qu’il est malhonnête de dire comme un internaute l’a dit plus haut "on ne mange pas du chien mais on boit quand même sa soupe". C’est mieux de quitter le navire et nous saurons vraiment que vous défendez des idéaux. Pourquoi, cette incivisme politique perdure en Afrique plus précisément au Burkina Faso où des responsables évincés refusent de démissionner et ensuite attaquer pour diffamation la source qu’on juge être mensongère. Il est temps d’arrêter votre politique du ventre et rechercher votre intégrité.

  • - Karfolo, tu as bien dit 13 ? Eh oui, tu as raison. Le 15 octobre 1987, ils étaient aussi 13 dans la salle en compagnie de Thomas Sankara. Il faut noter aussi que Norbert Zongo a été assassiné le 13 décembre 1998. Et ils étaient aussi 13, Jésus et ses apôtres lorsqu’on venait le chercher pour Golgotha !

    Par Kôrô Yamyélé

  • En voilà une autre forme de Djiadisme politique à combattre avec la plus grande énergie. Les burkinabé sont très créatifs. Après les libertés provisoires avec des certificats médicaux plus ou moins crédibles, nous voilà désormais face à une nouvelle forme de nomadisme politique sans perdre son mandat d’élu. Vivement que la nouvelle constitution tire toutes ses formes d’action au clair. Tout parti politique est susceptible d’être victime d’un tel flou tôt ou tard. Ça n’arrive jamais qu’aux autres. C’est trahir son parti (donc le peuple) et son électorat.

  • Ah c est quoi tout ça que du woba woba dites moi chers Mrs vous avez demande quelle rencontre au BN pour en parler ? huuum on profite de la bannière UPC pour être élu et ensuite on veut cracher dessus . Nul part on aura tout blanc ou tout noir . SI vous ne démissionner pas alors pour l’étique et votre respectabilité vous lavez le linge sale en famille. De toute façon allons seulement tous ceux qui dans l’histoire récente de notre pays qui ont trahi de cette manière sont aussi tombés plus bas car c est la rançon de la trahison .
    Viva UPC

  • Après le PAREN vient l’UPC ! A quel parti politique le prochain tour. C’est la difficile réalité au pays des hommes integres. Qu’il est difficile d’etre opposant au Burkina Faso. Je parie qu’avec de tels comportements il n’yaura jamais d’alternance democratique au BF que par la rue ce qui n’est pas honorable pour personne. Qui a interet que l’UPC s’eclate. Le pouvoir en place peut etre. Travailler à affaiblir l’UPC n’arrangera pas forcement ce pouvoir en place. Le scenario que je vois si les démissionnaires ne revoient pas leurs copies c’est que l’UPC éclaté, le CDP sera peut etre plus fort qu’avant et pourrait meme surprendre. J’imagine alors ce que ces demissionnaires deviendraient si par malheur les "presumes commanditaires "de cette désunion venaient perdre le pouvoir. Lorqu’on demissionne on se casse ou on est indigne. Masturbez vos petits de demissionnaires mais arretez de prendre le peuple pour bete comme le disent nos voisins.On devrait revoir les textes pour proscrire ce genre de comportement.Je divorce avec toi mais je reste sous ton toit pour porter ton nom à la place de mon nom de jeune fille et avancons seulement. BURKINA NEW LOOK POLITIQUE QUAND TU NOUS TIENS ! Allons seulemnt

  • C’est toujours comme ça.Dans un pays où les gens croient qu’il y’a un raccourci au bonheur .Le jour où ils comprendront que cest Eux qui sont pauvres surtout misérables et non pas les villageois qui n’ont que leurs vélos ,leurs cases et leurs épouses qu’ils ne voient que la
    Nuit tombée et qui sont heureux Avec Le peu qu’ils ont ( il suffit de faire un tour au village Pour s’en convaincre) ils changeront sans doute.Mais,ils auraient vécu misérablement dans leurs villas huppées et leurs V8.
    L’histoire est un juge impartial ( rappellez vous).Par moment,Il ne faut pas que
    Nous soyons trop égoïstes donnons au moins la chance à nos enfants d’être fiers de leur héritage.Si un jour on parle de l’histoire de ce pays Que vos descendants soient fiers de dire c’était mon Pere !!!!!! HONTE A VOUS

  • Vraiment rocambolesque. pour donner du souffle à la politique au faso, il faudra trouver une formule empêchant d’ituliser la politique comme moyen d’enrichissement presque illicite. C’est quelle manière de faire la politique ca ?
    Il faudra qu’on rende le mandat électif monétairement moins important pour permettre à ceux qui ont des idées et des projets de rejoindre les places qui leur reviennent. pour cela il faudra que le mandat soit sur base de bénévolat ou au cas échéant que les soit-disant-perdiems -soient cadré au revenu salarial de l’élu avant le debut de son mandat. C’est -à dire, si tu est gardien, touchant 50.000 CFA/mois (a), tu percois comme député, maire ou je ne sais quoi 50.000 FCA + (0+x) ; x ne povant pas être supérieur à ’’a’’. Si on continue sur les models actuels, nous risquons de passer de revolutions en insurections sans jamais amorcer la progression.
    Y’en a marre.

    Passakziri

  • Ce qui se passe actuellement à l’UPC ne devrait pas nous surprendre. En effet il y a à l’intérieur de l’UPC beaucoup d’ex militants CDP qui n’ont pas réussi à ’inscrire sur les listes électorales aux législatives de 2012. Ils ont accouru à l’UPC non pas qu’ils partagent les valeurs du parti mais parce qu’ils cherchaient le parrainage d’un parti pour être député. C’est clair que de tels militants, habitués des coups bas et des comportements indignes et immoraux quand ils étaient au CDP, ne peuvent pas résister aux tentations de la corruption en politique.

    L’UPC est donc entrain de faire sa mue, je dirai sa première mue car d’autres suivront sans doute. Il appartient aux vrais militants de l’UPC de le savoir et de savoir manœuvrer pour traverser ces zones de turbulence.

    Quand au groupe des 13, je dirais qu’ils ont atteint leur unique objectif en s’engageant en politique : s’enrichir à tout prix même en vendant sa conscience ! En effet, tout porte à croire qu’ils ont vendu leur conscience à l’ex PAN. Le pot aux roses ayant été découvert au mauvais moment (quand l’acheteur professionnel de conscience n’est plus) il ne leur reste que deux alternatives :

    Rester dans le parti en faisant profil bas et risquer l’exclusion, ou claquer la porte comme ils l’ont fait en tentant de discréditer le parti et de le détruire. La seconde alternative est le moindre mal pour eux parce qu’en plus du revenu de la vente de leur conscience ils conservent les privilèges liés au statut de député et ils portent un coup dur au parti conformément au souhait de celui à qui ils ont vendu leurs consciences respectives.

    Ce qui est regrettable c’est de voir des personnes âgées qui inspiraient le respect, manger le to de mil rouge avec des enfants sans foi ni loi et aller avec eux le lendemain matin pour ch..... La visite de Salifou Diallo dans une ferme à Sindou à la clôture de la dernière session avant les vacances n’était donc pas gratuite. C’est vrai que le diable ne fait jamais rien de gratuit.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés