Cinéma : Les Koglweogo s’invitent sur grand écran

LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • dimanche 8 octobre 2017 à 23h15min

Bienvenue dans l’univers des groupes d’auto-défense à travers « Koglweogo Land », le dernier film documentaire de l’Association Semfilms, réalisé par Ismaël Compaoré et Luc Damiba. La première s’est déroulée, le vendredi 6 octobre 2017 au ciné Neerwaya.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Cinéma : Les Koglweogo s’invitent sur grand écran

Deux ans de travail de recherche condensés dans un documentaire de 76 minutes 33 secondes. « Koglweogo Land », c’est bien l’univers de ces hommes et femmes toujours sur la brèche quand il s’agit de traquer et débusquer voleurs, bandits et malfrats aussi bien dans les villes que les campagnes. Peu importe les méthodes, justice doit être rendue aux populations. A Fada N’Gourma, Bogandé, Logobou, Rassamkandé, Léo, Ouagadougou, Arbollé, Boulsa, Kerboulé, pour ne citer que ces localités, la chasse aux malfrats et aux images n’est pas de tout repos et pour les Koglweogo et pour l’équipe technique d’une dizaine de personnes pilotée par les deux réalisateurs, Ismaël et Luc.

« Faisons attention »

JPEG - 124.4 ko
Une vue des invités à cette première du film

Projeté en première au ciné Neerwaya, en présence de plusieurs acteurs de la société civile, des éléments de la police et de la gendarmerie et même des Koglweogo, le film documentaire donne la parole à plusieurs leaders des groupes d’auto-défense dont le charismatique, Moussa Thiombiano alias Django, dans la région de l’Est qui a réussi notamment à ramener la sécurité au marché à bétail de Fada. Des personnalités telles que le chercheur Dr Ra-Sablga Ouédraogo, Urbain Yaméogo du Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique (CIFDHA) ont également donné leur point de vue sur le phénomène des Koglwéogo et ses méthodes qui n’ont pas toujours l’assentiment de l’opinion.

Si pour le Dr Ra-Sablga Ouédraogo, l’offre de sécurité des Koglweogo est née d’un affaiblissement de la légitimité de l’Etat notamment en lieu rural, pour Urbain Yaméogo, « nul ne peut se substituer à l’Etat ». Selon lui, le phénomène des Koglwéogo n’est pas si endogène car des groupes d’auto-défenses existent dans d’autres pays tels que le Mexique, et avec aussi des dérives. « Faisons très attention ! L’idée n’est pas de dire que les Koglweogo ne sont pas bons mais d’attirer l’attention sur les dérives qui ne sont pas acceptables dans un Etat de droit », a-t-il martelé.

Poursuivre la mission en dépit des décès dans les rangs

JPEG - 91.6 ko
A l’image Moussa Thiombiano dit Django, chef des Kogleogo de l’Est

Tous ceux qui ont eu l’infortune de tomber entre les mains des Koglweogo portent des séquelles notamment sur le dos. A Léo par exemple, le président des Koglweogo confie qu’il est souvent fait usage de piment et de potasse sur les blessures des voleurs qui, à certaines occasions, peuvent bénéficier de liberté provisoire de la part des Koglweogo. Les moins chanceux perdent la vie après avoir subi humiliations et tortures. De leur côté, les Koglweogo ne sont pas non plus invincibles. Dans l’accomplissement de leurs missions, il leur arrive de perdre la vie comme ça été le cas à Kerboulé, dans la région du Sahel. Qu’à cela ne tienne, les « hommes de la brousse » ne se sont jamais laissés dépités, leurs amulettes étant leur boîte de pandore.

L’équipe de tournage a été interpelée par la gendarmerie

JPEG - 138.6 ko
Les deux réalisateurs du film documentaire

Des difficultés, l’équipe de tournage confie en avoir eu. . « Nous avons eu des difficultés avec les forces de défense et de sécurité qui ne comprenaient pas véritablement notre démarche. Dans une des villes que nous avons sillonné, nous avons été arrêtés parce que la gendarmerie a constaté qu’on faisait des va-et-vient avec nos caméras. On était tout le temps avec les Koglweogo, on dormait avec eux et les gendarmes ne comprenaient pas cela. Nous avons donc été interpellés mais l’ordre ne venait pas de la gendarmerie. C’était évidemment chaud mais nous nous sommes expliqués, nos papiers à l’appui, et nous nous sommes compris », a relaté l’un des réalisateurs, Ismaël Compaoré.

C’était moins une

JPEG - 119.7 ko
Quelques membres de l’équipe technique

Côtoyer les Koglweogo de jour comme de nuit, c’est côtoyer la peur, les armes à feu, le danger. L’équipe technique en sait quelque chose. Lors du tournage, de passage à Kerboulé (Sahel) dans un cimetière où des Koglweogo ont été enterrés, un Koglweogo s’est percé le pied après une mauvaise manipulation de son arme. « Tous les Koglweogo ont braqué leurs armes. On s’attendait plus ou moins à une attaque. C’était le silence total. Un des Koglweogo a reconnu qu’un des leurs avait fait une erreur de manipulation. Il s’est donc approché de lui et a retiré son arme avant de demander à ses camarades de baisser leurs armes », se souvient le 2e réalisateur, Luc Damiba.

Programme de diffusion

Pour la promotion de « Koglweogo Land », les réalisateurs annoncent de bonnes nouvelles en perspectives. Le Ciné Neerwaya compte diffuser le film du 16 au 29 octobre 2017 aux séances de 18h30, 20h30 et 22h30. L’Union européenne est également partante pour une diffusion à partir du 17 octobre. L’équipe de tournage a également annoncé qu’elle va sillonner, ce mois, les villes de Bobo-Dioulasso, Fada N’Gourma, Dori, Koudougou et Ouagadougou dans le cadre les clubs Ciné Droit Libre. Et à partir de Novembre, cap sera mis sur l’international à travers des festivals et séminaires.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 octobre à 07:20, par SOME
    En réponse à : Cinéma : Les Koglweogo s’invitent sur grand écran

    C est bien un reportage sur ce phénomène cependant on voit bien que le journal penche un peu trop d un côté antique kolgweogo.
    J attire l attention que les accidents provenant d erreur de manipulation ont toujours existé et même plus dans les armées régulières
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre à 11:01, par Le môgô
    En réponse à : Cinéma : Les Koglweogo s’invitent sur grand écran

    Je ne suis ni ethniciste ni régionaliste ni sectaire mais je dit tout simplement que kolweogo dans sa forme actuelle et son esprit n’est ni et ne sera jamais une solution pour résoudre l’insécurité mais plutôt une source de partition de notre cher Faso.Déjà le mot même sonne mal dans le grand ouest et le centre ouest.chaque région a sa culture propre a elle et une imposition d’une culture entrenera certainement des conséquences incalculable.il est temps que les autorités politiques prennent des décisions courageuses.mais pour maintenir la cohésion sociale que nous ont légués nos ancêtres. La France nous a imposé sa culture voilà ou nous en sommes aujourd’hui.QUE DIEU PROTEGE MON PAYS.

    Répondre à ce message

    • Le 8 octobre à 13:28, par MBAFFO
      En réponse à : Cinéma : Les Koglweogo s’invitent sur grand écran

      Quand le voleur devient "gendarme",quoi de plus normal que les braquages se rarefient.Où est l autorité de l état ?SIMON

      Répondre à ce message

    • Le 9 octobre à 08:54, par KOASSA
      En réponse à : Cinéma : Les Koglweogo s’invitent sur grand écran

      L’ Ouest et le centre ouest n ’est pas obligé de mettre en place des kogleweogo. chaque village ou ville a le droit de mettre en place une cellule de sécurité. Qu’on l’ appelle Dozo ,kogleweogo ou autre , les populations désirent seulement jouir de leur bien dans la quiétude totale.quand vous volez plus de 250 millions et on vous condamne a rembourser 20 millions pensez vous que c est juste ? pourquoi payer des impôts si les caisses de l’état sont mal gérer ? Nos lois sont elles en phase avec les aspirations du peuple ?pourquoi les sangsues du peuple qui légifèrent ne proposent pas des lois allant dans ce sens ? comment voulez vous que la population collabore si elle se sent toujours trahie ?
      la plupart des fonctionnaires ont une mauvaise manière de servir. Au lieu de s’intégrer à la population pour avoir leur adhésion afin d atteindre les objectifs de développement se mettent à spolier les braves populations tout en semant l’ injustice. le Burkina souffre plus d’une différence de classe économique et intellectuelle ou pseudo intellectuelle que de différence ethnique et régionaliste.

      Répondre à ce message

  • Le 8 octobre à 12:51, par Amadoum
    En réponse à : Cinéma : Les Koglweogo s’invitent sur grand écran

    Si des groupes d’individus se prennnent pour l’arme de la justice et rendent justice a leurs prochains, essayons de jeter un coup d’oeil sur le contexte.

    Lors d’une courte visite dans un village non loin de Ougagdougou en juillet dernier, j’ai entendu des parents faire les louanges de Koglweogo. J’ai saisi l’occasion pour leur dermander d’elaborer. En resume, un de leurs voisins a perdu plus d’une trentaine de moutons au profit d’un groupe de voleurs connus de tous dans le quartier. Et l’operation s’est etalee sur une longue periode et se passait nuitament. Mais avec les koglweogo dans le village, plus de vols de moutons et tout le monde a la paix.
    Ceux qui defendent les DROITS des "victimes", quelques fois aveuglement, semblent oublier que ce voisin aussi a des droits : celui de posseder un troupeau.de moutons et d’en jouir sans inquietude. Dans notre debat, qui se mene dans la confusion, nous ne semblons pas savoir qui est la vrai victime.

    Que ce soit la justice de la JUSTICE ou la justice des Koglweogo, que desirons-nous au juste ?
    C’est facile de s’assoir dans son bureau ou dans sa maison, ou encore en Occident et vouloir trencher d’un probleme.

    Quant au voisin de mes parents, il a perdu la tete, apres avoir perdu ses moutons et ses droits !

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 06:47, par perdrix.
    En réponse à : Cinéma : Les Koglweogo s’invitent sur grand écran

    Tout ce qui est kolgweogo ,concerne seulement les mossi . Le Grand Ouest va de Sikasso au Mali ,jusqu’a Bobo Dioulasso ,et prend tout le nord de la Cote d’Ivoire . C’est le DOZOLAND,
    C’est l’empire Mandingue .. " Si tu ne peux proteger le faible et braver l’ennemi ,donnes ton sable de guerre aux femmes elles t’indiqueront le chemin de l’honneur ."

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 16:14, par devictor
    En réponse à : Cinéma : Les Koglweogo s’invitent sur grand écran

    Oui, Oui, je vous encourage dans l’avenir. je vois Jame Bond.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés