Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Jumelage Ouaga-Loudun : La délégation de Loudun était avec les enfants parrainés

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 4 octobre 2017 à 23h48min
Jumelage Ouaga-Loudun : La délégation de Loudun était avec les enfants parrainés

Après la remise de matériel médical à la maternité Pogbi la veille, la délégation du comité de jumelage de Loudun a rencontré les parents et enfants parrainés dans l’après-midi du mercredi 4 octobre 2017, à Ouagadougou. Objectif : Avoir les nouvelles de leurs filleuls.

« Comme le maire de Loudun est là, avec la trésorière du comité de jumelage, nous avons estimé qu’il était important qu’ils voient physiquement les enfants qui sont parrainés et qu’ils aient le témoignage des parents. De retour chez eux, ils pourront ainsi transmettre de vive voix ce dont ils ont été témoins au Burkina Faso auprès des parrains qui n’ont pas pu effectuer le déplacement », a signifié le secrétaire général du comité communal de jumelage de Ouagadougou (CCJO), Job Ouédraogo. Le CCJO est l’intermédiaire entre les parrains de Loudun et les enfants. Ainsi depuis 2000, environ 207 enfants ont été parrainés. Parmi ces 207 enfants, 98 sont parrainés de façon active. Ces enfants sont issus de milieux défavorisés de la ville de Ouagadougou.

« Nous avons la direction sociale de la Mairie. Cette direction a des services dans tous les arrondissements de Ouagadougou. C’est au niveau de ces services que sont identifiés les ménages en difficultés. Et c’est aussi eux qui proposent les enfants à parrainer », explique M. Ouédraogo.
L’objectif recherché à travers le parrainage est de donner une chance à un maximum d’enfants de pouvoir être éduqués. « Au niveau du primaire, chaque parrain accompagne financièrement son filleul avec la somme de 42 600 F CFA. Pour le secondaire il est de 78 700 F CFA », confie le SG du CCJO. Puis la trésorière du Comité de jumelage de Loudun/Ouaga, Francine Vincent de renchérir : « Outre l’accompagnement scolaire, chaque enfant recevra un sac de riz de 50 kg avant Noël ». Pour mémoire, c’est depuis l’année dernière que les parrains ont initié cette dernière œuvre.

« Je remercie les organisateurs de cette cérémonie d’avoir profité de ma venue-puisque c’est la première fois que je viens à Ouagadougou- pour voir de visu ces enfants. Je trouve ça extraordinaire », a d’entrée de jeu déclaré le maire de Loudun, Dazas Joël, pour qui l’avenir ce sont les enfants. « Aujourd’hui, on parraine une centaine d’enfants. J’aimerais pouvoir parrainer beaucoup plus. On a eu un bel échantillon, puisqu’on a parrainé jusqu’à la terminale. Il y avait même des jeunes en université », poursuit-il. Pour le maire Dazas, parrainer les enfants en difficultés c’est bien mais assurer le suivi de leur scolarité est encore meilleur. « (…) Avoir un résultat trimestriel me parait encourageant pour trouver d’autres parrains. Si on n’a pas de nouvelle concrète de nos filleuls, il peut y avoir un abandon », a-t-il fait savoir.

Pour sa part, la mère de Caroline Ouédraogo, élève en classe de CM1, a exprimé sa reconnaissance aux parrains pour « l’appui qu’ils apportent aux enfants ». La directrice de la protection sociale a joint sa voix à celle des parents pour plaider en faveur du renforcement du parrainage. « Les défis sont encore énormes au Burkina Faso », a-t-elle indiqué. « Les témoignages chaleureux que j’ai pu avoir, c’est vraiment très encourageant pour nous de continuer cette action », a dit M. Dazas Joël.
A l’issue de la rencontre, le maire de Loudun et Marie-Jeanne ont parrainé deux autres enfants.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Université de Ouagadougou : Les étudiants des années 1995-2000 ne veulent pas être en marge de l’évolution sociopolitique du Burkina
PADEL : Des promoteurs de micro-projets reçoivent du matériel et des chèques
Mariage d’enfants au Burkina : Il faut intensifier la lutte
Consommation des drogues par injection : Des journalistes outillés sur la réduction des risques
Centre hospitalier universitaire de Ouahigouya : Une journée de salubrité pour des soins de qualité
1re édition de la foire agro-sylvo-pastorale de Diabo : La commune valorise ses potentialités
Boucle du Mouhoun : Le projet PROMIRIAN dote sept communes de matériel pour la mise en place de services sociaux
Coordination nationale des associations d’enfants et de jeunes travailleurs du Burkina : Le bilan des activités de 2018 passé à la loupe
Journées Entreprises 2018 de 2iE : Faire de l’entreprenariat une stratégie d’insertion professionnelle
Province du Bam : L’ONG World Agroforesty Centre visite ses réalisations
Ecole nationale de police : Les élèves de la 48e promotion effectuent une sortie d’études dans les Hauts-Bassins
Revue annuelle du programme de coopération 2018-2020 entre le gouvernement du Burkina Faso et l’UNICEF : jauger le niveau de progrès réalisé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés