Culture burkinabè à Vienne : Une magnifique soirée de dédicace musicale, de défilé et d’exposition vestimentaire

mardi 3 octobre 2017 à 18h11min

Un ami du Burkina Faso, qui a parcouru plusieurs régions du pays, écrivait que les Burkinabè sont d’admirables artisans et artistes. Ils sont, en effet, de plus en plus nombreux, aussi bien à l’intérieur que dans différentes parties du monde, à aller au-delà de ce compliment pour œuvrer vraiment à entretenir cette renommée en matière de culture. Dans le domaine particulier de la musique, des artistes burkinabè vivant en Autriche font la fierté du Faso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Culture burkinabè à Vienne : Une magnifique soirée de dédicace musicale, de défilé et d’exposition vestimentaire

L’un d’entre eux, Karim Sanou, a présenté son nouvel opus, le 30 septembre 2017 au Spektakel sis à Hamburgerstrasse 14, 1050 Vienne. C’était à la faveur d’une soirée burkinabè organisée par Kulturen in Bewegung, l’un des trois départements de l’Institut viennois pour le dialogue international et la coopération (VIDC), en collaboration avec l’association « Barka Barka » de notre compatriote Irène Hochauer /Kpoda.

Le nouveau CD de l’artiste-musicien burkinabè Karim Sanou est baptisé « Fasokan », « la vL’un d’entre eux, Karim Sanou, a présenté son nouvel opus, le 30 septembre 2017 au Spektakel sis à Hamburgerstrasse 14, 1050 Vienne. C’était à la faveur d’une soirée burkinabè organisée par Kulturen in Bewegung, l’un des trois départements de l’Institut viennois pour le dialogue international et la coopération (VIDC), en collaboration avec l’association « Barka Barka » de notre compatriote Irène Hochauer /Kpoda.oix du Faso » en langue dioula, l’une des principales langues nationales parlées au pays. La soirée de présentation s’est déroulée en présence de SEM Saïdou Zongo, Représentant Permanent adjoint, de nombreux compatriotes et amis du Burkina Faso.
Karim Sanou est une pépite découverte par Horst Watel de l’Institut viennois pour le dialogue international et la coopération.

Ensemble, ils ont conçu le projet, aujourd’hui réalité, sous le thème central de l’eau ; d’où l’utilisation d’instruments traditionnels africains (kora, balafon, ngoni…) et surtout de trois grandes calebasses pleines d’eau avec à l’intérieur de chacune une calebasse renversée. Un dispositif dont le maniement, avec des baguettes, distille des sons d’une certaine originalité. Ce n’est donc pas par hasard que le Groupe est baptisé « Kobalo » qui signifie calebasse en langue nationale dioula. Il est composé de trois Burkinabè, d’un Sénégalais et d’un Autrichien, très à l’aise avec sa guitare électrique moderne. Ils ont su apporter des moments d’intense plaisir dans une salle dénommée « Le Spectacle » qui a fait le plein.

En deux séquences, Karim Sanou et son groupe ont fait voyager les spectateurs à travers les onze (11) titres que compte l’album.
A l’exécution des titres, comme « Landafoli », « An ka bolo di nyagon ma », « Burkina Ka di », « Foliye », « Djourou » ou encore « Kobalo », beaucoup n’ont pas résisté à la tentation d’esquisser des pas de danse.

Cet album constitue un vrai régal selon des spectateurs et amateurs de bonne musique ; ils n’ont pas manqué d’apprécier l’opus qui fusionne principalement la rythmique des terroirs de l’Ouest du Burkina Faso avec des sonorités d’ailleurs. On pourrait donc affirmer que Karim Sanou est en train de suivre les traces de Mamadou Diabaté, Adama Dicko, pour ne citer que ces compatriotes, qui se sont imposés en Autriche dans leur art et qui sont régulièrement sollicités sur des scènes européennes et américaines de renom.

En plus de la musique, cette soirée a permis à tous ceux qui ont fait le déplacement de Hamburgerstrasse de déguster des mets burkinabè et d’apprécier une variété de pagnes et d’habits Faso Dan fani à travers un défilé de mode et une exposition.
La Présidente de l’association « Barka Barka » s’est félicitée de l’engouement suscité par la dégustation des mets burkinabè, le défilé de mode et l’exposition d’un pan de l’art vestimentaire du Burkina Faso. Irène Hochauer /Kpoda s’est réjouie que cette magnifique soirée ait permis aux nombreux invités d’apprécier le nouvel album d’un compatriote mais également de lui apporter les encouragements afin qu’il puisse briller dans sa carrière d’artiste-musicien.

Le représentant de l’Ambassadeur Dieudonné Kéré, a, pour sa part, porté les salutations et les encouragements du Chef de mission. SEM Saïdou Zongo a également félicité les organisateurs de la soirée pour cette heureuse initiative et traduit toute sa reconnaissance à l’Institut viennois pour le dialogue international et la coopération pour son accompagnement. Il a remercié le groupe Kobalo qui œuvre à ce que la culture burkinabè puisse davantage rayonner à travers le monde. Le Représentant a, pour terminer, souhaité une bonne carrière à l’artiste, tout en l’exhortant à toujours rechercher l’excellence dans son domaine afin d’être un digne ambassadeur de la culture burkinabè.

Simon YAMEOGO

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés