2eme édition de la SAMAO : « Un franc succès », selon le ministre des mines, Oumarou Idani

mardi 3 octobre 2017 à 18h14min

48 heures après la clôture de la deuxième édition de la Semaine des activités minières d’Afrique de l’ouest (SAMAO), l’heure est déjà au bilan provisoire avec les organisateurs qui disent leur satisfaction de cette édition, tenue du 28 au 30 septembre 2017 à Ouagadougou. Ils l’ont mentionné au cours d’une conférence de presse organisée ce lundi 2 octobre 2017, conférence au cours de laquelle le département ministériel en charge des mines a également procédé au lancement de la campagne d’exploitation artisanale d’or.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
2eme édition de la SAMAO : « Un franc succès », selon le ministre des mines, Oumarou Idani

Le ministre des mines et des carrières, Oumarou Idani, entouré de certains de ses collaborateurs, a dressé un « bilan provisoire » des activités de la deuxième édition de la Semaine des activités minières d’Afrique de l’ouest (SAMAO). Ainsi, en termes de participation, il ressort que la SAMAO 2017 a connu la participation de 1 500 personnes (y compris les exposants) pour 1000 attendues au départ.

Au nombre des participants, des délégations ministérielles et officielles, des hauts responsables de sociétés de mines et de carrières, des scientifiques, des hommes d’affaires, des banquiers, des fournisseurs de biens et services, des consultants, des élus nationaux et locaux, des praticiens du secteur des mines et des carrières, de l’environnement, des organisations socio-professionnelles et de la société civile, des étudiants, etc.

119 stands ont été effectivement occupés sur une prévision de 120 et seize pays y ont pris part parmi lesquels, on retient le Maroc (invité d’honneur de l’édition), le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Canada, la France.
Pour cette édition, l’initiative a bénéficié de l’accompagnement de plusieurs partenaires nationaux et internationaux à diverses échelles. Selon les organisateurs, le budget global de la SAMAO 2017 s’élèveà 275.085.000 FCFA.

Cette édition a aussi vu des panels autour du thème central « quelles stratégies pour une meilleure intégration du secteur minier aux économies des pays africains ». Selon le ministre Oumarou Idani, les grands axes de ces conférences font ressortir la nécessité d’investir massivement dans la formation, de promouvoir la fourniture locale des biens et services miniers, d’appuyer le développement local avec un soutien franc à l’auto-emploi. Il s’agit aussi d’organiser et d’encadrer le sous-secteur de l’artisanat minier et enfin, de trouver la stratégie de valorisation des substances de carrières.

Au cours de ce bilan, le ministre des mines et des carrières a également rappelé qu’un accord de partenariat existe depuis 2000 entre son département et celui chargé des mines du Maroc. Il a ensuite annoncé la conclusion prochaine d’autres accords spécifiques. Ces accords visent entre autres à renforcer les capacités et l’échange d’expériences, à consolider le lien entre l’école des mines de Rabat et l’école nationale supérieure des ingénieurs de Fada N’Gourma, l’ONHYM et le BUMIGEB.

La SAMAO 2017, ce sont aussi des insuffisances

Bien que soutenant que « la SAMAO 2017 a été un franc succès », le ministre Oumarou Idani n’a pas manqué de relever un certain nombre d’insuffisances au cours de l’édition.

Il ressort que les difficultés sont d’une part, d’ordre sécuritaire et d’autre part, relatives aux conditions de travail des journalistes.

Il a, cependant, soutenu avoir pris acte de ces insuffisances et a promis d’en tenir compte lors de la prochaine édition.

Cette conférence de bilan provisoire a servi de cadre au ministre pour lancer la campagne des activités d’exploitation artisanale d’or et ce, après la période de suspension annuelle pour contraintes saisonnières. En rappelant que le 1er octobre de chaque année marque la fin de la période de fermeture temporaire et la reprise des activités d’exploitation artisanale de l’or au Burkina Faso, le ministre de tutelle a également mentionné que la problématique de l’exploitation artisanale de l’or est inscrite au cœur du référentiel national de développement PNDES (Plan national de développement économique et social).

« Dans les prochaines semaines, j’engagerai des concertations avec tous ces acteurs de la filière afin qu’ensemble, nous puissions passer en revue les conditions d’une meilleure organisation du secteur… », a-t-il informé.

Tambi Serge Pacôme Zongo (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés