Rentrée scolaire 2017-2018 : Une reprise timide dans certains établissements de la ville de Bobo-Dioulasso

lundi 2 octobre 2017 à 23h51min

La rentrée scolaire 2017-2018 a eu lieu ce lundi 02 octobre 2017 sur toute l’étendue du territoire burkinabè. A Bobo-Dioulasso, les élèves, les enseignants, ainsi que le personnel de l’administration étaient au grand rendez-vous ce matin au Lycée Ouézzin Coulibaly (LOC).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Rentrée scolaire 2017-2018 : Une reprise timide dans certains établissements de la ville de Bobo-Dioulasso

La rentrée scolaire 2017-2018 est effective dans les différentes écoles de la ville de Bobo-Dioulasso. Ce lundi 02 octobre 2017, premier jour d’école, les cours se sont normalement déroulés dans certains établissements scolaires. Le personnel de l’administration, enseignants et élèves ont été présents dans les différents établissements, notamment au Lycée Ouézzin Coulibaly où nous y avons fait un tour pour constater l’effectivité de cette reprise.

Au Lycée Ouézzin Coulibaly, la rentrée a été certes effective, mais l’engouement était loin d’être au rendez-vous. Car certains parents d’élèves s’attèlent toujours à trouver de la place pour leurs enfants ou au payement des frais de scolarité. Une situation qui selon eux est due au retard constaté dans la répartition des élèves affectés.

« Cette situation est devenue fréquente ces dernières années et il faut que nos autorités revoient ce système vraiment. Chaque fois s’il faut attendre après la rentrée des classes pour chercher la place pour son enfant, je vous assure que ce n’est pas toujours reluisant », a déploré un parent d’élève, visiblement sur ses nerfs.

Quant à monsieur Sankara, un autre parent d’élève, sa crainte est de voir cette situation préjudiciable à l’éducation des enfants s’enraciner dans le système éducatif. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 octobre à 08:49, par Bintou
    En réponse à : La rentrée scolaire 2017-2018 : Une reprise timide dans certains établissements de la ville de Bobo-Dioulasso

    je voulais juste signaler l’attention de nos autorités sur l’organisation des examens. Cette année à Koudougou le BAC G1 c’était vraiment pas sérieux. Tout d’abord pour la dictée y’a pas eu d’essai et la vitesse n’était pas celle qu’on devrait avoir au bac, ensuite le professeur qui tenait le seul lycée technique avec un effectif de 10 candidats pour la série G1 à Koudougou non seulement a fait la dictée et corriger aussi la matière technique chose inacceptable. Il ne peut pas enseigner 6 élèves et venir encore corriger pour un effectif de 10 candidats facilement il reconnaitra ses élèves. Grave encore les matières de base. Il faut donner les diplômes à ceux qui le méritent non parce qu’il faut donner bonne image du lycée en donnant le diplôme à des élèves qui ne le méritent pas comment on pourra développer le Burkina avec ces incompétents une fois sur le terrain. Aussi bien recruter les professeurs. Je suis contre le recrutement des professeurs sans passer par une formation professionnelle envoyer directement sur le terrain. J’espère que le gouvernement prendra en compte ce que je dis pour les années à venir.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés