Résilience des populations dans le cadre du Braced : Des recommandations pour faire face aux changements climatiques

LEFASO.NET | Aïssata Laure G. SIDIBE • samedi 30 septembre 2017 à 17h17min

A l’initiative du consortium Zaman Lebidi, un atelier d’apprentissage a regroupé les membres des consortiums « Ciare » de l’Ethiopie et « Pour un monde sans faim » (WHH/SHA) les 28 et 29 septembre 2017, à Ouagadougou. Au terme des travaux, les participants ont unanimement formulé des recommandations à même de renforcer la résilience des populations, en particulier celle des femmes et des filles.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Résilience des populations dans le cadre du Braced : Des recommandations pour faire face aux changements climatiques

Le programme « renforcement de la résilience et de l’adaptation aux extrêmes climatiques et aux catastrophes (Braced) » est financé par le ministère du développement international britannique. Il est mis en œuvre à travers 15 projets dans 13 pays d’Afrique (Sahel, Corne de l’Afrique) et en Asie. Au Burkina Faso, trois consortiums mènent des activités de construction et de renforcement de la résilience dans le cadre de ce programme. Après trois ans de mise en œuvre dans 353 villages des provinces du Passoré, Sanmatenga, Namentenga et de la Gnagna, le consortium Zaman Lebidi a jugé nécessaire d’organiser un atelier d’apprentissage avec les membres des consortiums CIARE de l’Ethiopie, et Welt hunger hilfe (Pour un monde sans faim) du Burkina Faso.

Durant deux jours, les 28 et 29 septembre 2017, la cinquantaine de participants ont partagé les acquis, connaissances et les expériences sur la construction et le renforcement de la résilience en théorie et en pratique. Ils ont également analysé la manière dont l’approche par consortium a facilité la construction de la résilience. « Nous avons revu ce qui a été fait et réfléchi à comment nous pourrons mieux faire quand on sait que le programme tire vers sa fin », ajoute Justin Ilboudo, le directeur général du consortium Zaman Lebidi de Christian AID/Burkina Faso.

Au terme des travaux, les représentants des organisations membres des trois consortiums ont formulé des recommandations en 15 points. Au nombre de celles-ci figurent, le renforcement du leadership des organisations paysannes dans la mise en œuvre au niveau local pour la pérennisation des acquis, le renforcement des capacités des acteurs locaux et celui du partenariat entre les acteurs pour plus de synergie. Ils ont également suggéré le renforcement des actions de Braced sur l’information climatique et les activités de résilience sur au moins deux ans. Des activités de plaidoyer communautaire avec et par les communautés, l’entrepreneuriat local à la coordination des consortia.

« Nous avons eu des sessions participatives et interactives et je tiens vraiment à vous remercier pour votre engagement. Lequel engagement nous a permis d’aboutir à ces recommandations forts appréciables », a déclaré Camilla Audia, chercheur à Kings college London. Cette organisation, faut-il le souligner, était chargée de mener la recherche thématique et d’en faire connaître les résultats à travers la production et la diffusion d’une série de notes de synthèse ainsi que des documents académiques. Mme Audia a conclu en annonçant que les résultats des travaux de Ouagadougou feront l’objet d’un atelier dans les jours à venir en Ethiopie.

Le directeur général du consortium Zaman Lebidi, quant à lui, est revenu sur les acquis du programme dans les régions du Centre-nord, Nord, l’Est et du Plateau central. « Nous avons fait en sorte que l’information agro-météorologique soit maintenant rendue compréhensible et traduite en langue Gourmantché, Mooré et en Fulfuldé. Egalement, nous avons renforcé la collaboration entre l’agence nationale de la météorologie du Burkina et les radios locales (…) », a-t-il relevé. Au niveau de l’amélioration des conditions de vie, des réalisations importantes ont aussi été enregistrées. A titre illustratif, 4800 ménages de producteurs ont été appuyés dans la diversification de leur production agricole et de leurs revenus avec l’aménagement de 96 hectares de jardins maraîchers et de 80 hectares de bas-fonds rizicoles. Aussi, des familles vulnérables ont été formées et appuyées dans l’élevage de volaille.
« Nous sommes vraiment confortés de cette approche », a-t-il conclu.

Le consortium Zaman Lebidi est composé de 10 organisations que sont Christian Aid, Office de développement des églises évangéliques, Oxfam-intercom, Alliance technique d’assistance au développement, Action contre la faim, Agence nationale de la météorologie du Burkina, Kings college London… Son objectif est de contribuer à ce que les pauvres, en particulier les femmes et les filles, soient en mesure de prospérer malgré l’exposition croissante du « pays des hommes intègres » aux extrêmes climatiques et aux catastrophes.

Aïssata laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés