Ambassade du Burkina Faso à Vienne : Cérémonie d’au revoir à la famille Bakyono

Par Simon YAMEOGO • mercredi 27 septembre 2017 à 08h00min

Une cérémonie a été organisée, dans l’après-midi du lundi 25 septembre 2017, dans les locaux de l’Ambassade du Burkina Faso, sis à Strohgasse 14 C, pour dire au-revoir à M. Régis Kévin Bakyono, Premier Conseiller et à son épouse K. Sonia Bakyono/ Soulama, Assistante juridique, en fin de mission. M. Bakyono regagne la Centrale, après cinq années de service dans le multilatéral et le bilatéral à l’Ambassade/ Mission permanente du Burkina Faso à Vienne en Autriche.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Ambassade du Burkina Faso à Vienne : Cérémonie d’au revoir à la famille Bakyono

Dans son allocution, SEM Dieudonné Kéré a souligné qu’il y a des moments où les mots manquent pour traduire les sentiments qui nous animent en pareilles circonstances. Il n’est pas toujours aisé, a-t-il poursuivi, de prendre la parole lorsque des collaborateurs sont obligés de nous quitter, non pas parce qu’ils n’ont pas bien travaillé ou parce qu’ils vont « planter des choux à Réo » (et vous aurez compris la dose de parenté à plaisanterie entre Bissa et Gourounsi) mais parce que tout simplement, ils sont au terme de leur mission. Il n’a pas eu l’opportunité de travailler longtemps avec M. Régis Kévin Bakyono et son épouse.

JPEG - 40.5 ko
SEM Dieudonné Kéré (milieu) a également prononcé des mots aimables à l’endroit de Mme Bakyono

Mais le peu de temps qu’il a passé avec lui ne fait que confirmer le bien qu’il a entendu de lui, notamment au niveau de ses compétences, de son abnégation au travail, sa volonté de bien faire et de toujours apprendre. Avec son épouse Sonia Bakyono/ Soulama, qui était Assistante juridique, ils ont apporté une contribution inestimable à l’atteinte des objectifs de l’Ambassade. C’est un cadre valable de l’Etat qui a acquis d’autres bagages intellectuels durant son séjour à Vienne en devenant, entre autres, expert en désarmement. Aussi, l’Ambassadeur Kéré l’a-t-il exhorté à toujours persévérer dans l’effort et dans l’apprentissage, à conserver, ainsi que l’indique la sagesse populaire moaaga, « son intelligence et sa sagesse d’hier ». Il a, pour terminer, souhaité au couple Bakyono un bon retour au pays et bon vent dans les nouvelles responsabilités qui lui seront confiées à la Centrale ou ailleurs.

Durant ces cinq années, M. Bakyono a accompagné et assisté trois Ambassadeurs (S.E.M. Paul Robert TIENDREBEOGO, S.E. Madame Rita Solange AGNEKETOM/BOGORE et S.E.M. Dieudonné KERE). Avec son épouse, ils ont ainsi apporté leur pierre dans leurs différentes actions menées en vue de la dynamisation et de l’élargissement de la coopération entre, d’une part, le Burkina Faso et les sept pays de la juridiction et, d’autre part, entre le Burkina Faso et les organisations internationales basées à Vienne.

JPEG - 62.2 ko
Photo de famille avec des collaborateurs de l’Ambassade

A l’entame de son propos, le Premier Conseiller a paraphrasé Charles Baudelaire en ces termes : « voilà que nous avons touché l’automne de notre mission à Vienne ». Et de poursuivre que partir, c’est mourir un peu mais également c’est emporter un peu des autres.

M. Bakyono a souligné que sa mission à Vienne, d’avril 2012, date de sa prise de service à septembre 2017, s’est bien déroulée. Il a indiqué que ces cinq années lui ont été bénéfiques aussi bien sur les plans professionnel, social qu’humain. Avec ses supérieurs hiérarchiques successifs, il a renforcé ses capacités dans les domaines de la diplomatie multilatérale et bilatérale. Il capitalise donc une certaine expérience, importante pour la suite de sa carrière et qu’il mettra toujours au service de son ministère de tutelle.

C’est pourquoi, il a tenu à rendre grâce à Dieu et à remercier ses supérieurs et collaborateurs successifs pour leurs diverses contributions à son épanouissement professionnel et social ainsi qu’à celui de son épouse. A tous et à chacun, il a réitéré sa reconnaissance pour avoir été avec sa famille dans les moments de célébrations joyeuses et dans les épreuves.

Ainsi que l’a bien conclu, SEM Dieudonné Kéré une porte se ferme à Vienne et une autre s’ouvre au Burkina Faso ou ailleurs pour le couple Bakyono. Que le Seigneur les y précède et les accompagne !

Simon YAMEOGO

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés