Commune de Ziniaré : Plus de 5 milliards de FCFA à mobiliser pour la réalisation du Plan communal de développement 2017-2021

LEFASO.NET | Marcus KOUAMAN • lundi 25 septembre 2017 à 01h59min

« Mise en œuvre du Plan communal de développement 2017-2021, nécessité d’une synergie d’action de tous les acteurs ». C’est sous ce thème que s’est ténue ce samedi 23 septembre 2017, à Ouagadougou la journée d’échanges avec les ressortissants de la commune de Ziniaré, province de l’Oubritenga (région du Plateau Central) et les partenaires techniques et financiers.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Commune de Ziniaré : Plus de 5 milliards de FCFA à mobiliser pour la réalisation du Plan communal de développement 2017-2021

A l’horizon 2030, dans sa vision, le Conseil municipal vise à « faire de la commune de Ziniaré un pôle de développement durable où des valeurs de bonne gouvernance locale, de solidarité et de culture sont promues ». Toute chose qui ne peut que contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations de la cité de Naaba Oubri. Mais en attendant, la concrétisation de la vision 2030 requiert une bonne exécution du Plan communal de développement 2017-2021 (PCD), avec le concours de tous. D’où la tenue de cette journée d’échanges avec l’objectif de susciter l’adhésion des ressortissants aux actions de développement de la commune.

Regroupés en quatre axes stratégiques (développement des secteurs de production, développement des secteurs de soutien à la production, développement du capital humain, renforcement de la gouvernance locale), le PCD 2017-2021 de Ziniaré, est d’un coût global de 5 milliards 431 millions 751 mille 440 FCFA (5 431 751 400). Selon le maire Pascal Compaoré, sa commune, compte apporter 64,62% du coût global soit plus de 3,51 milliards de nos francs. Le reste du financement à rechercher auprès des partenaires techniques et financières et des ressortissants est donc de 1 milliard 921 millions 749 mille 983 FCFA, soit les 35,38%.

« J’ai surtout besoin de vous… »

JPEG - 58.7 ko
Le maire de la commune de Ziniaré, Pascal Compaoré

« Oui, la commune de Ziniaré a besoin de vous, individuellement et collectivement », a lancé le maire Compaoré aux ressortissants de sa commune. Avant de poursuivre en ces termes : « j’ai besoin de vous, car seuls, le Conseil municipal et le maire ne peuvent pas réussir ; car les infrastructures éducatives, sanitaires, hydrauliques sont insuffisantes et inexistantes dans certaines localités. J’ai surtout besoin de vous, car vous êtes les héritiers de Yaaba Bassy et de Naaba Oubri ». Il a bon espoir que ce temps de partage portera des fruits et que les souscriptions ouvertes à cet effet permettront de transformer son rêve en une réalité.

Un appel que les ressortissants, qui n’ont pas marchandé leur déplacement dans la salle de conférence du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC), semblent avoir compris. En leur nom, Bernard Nabaré a rassuré le maire et son Conseil municipal avoir entendu et bien capté son message. « C’est une interpellation qui nous resitue dans nos responsabilités à l’endroit de nos parents parce que nous sommes ailleurs, nous vivons peut-être sans le souci du développement de nos origines et cela n’est pas une bonne chose », a-t-il indiqué. Promesse a été faite d’assister le maire et de jouer leur partition pour être au rendez-vous de l’horizon 2030.

JPEG - 57.5 ko
Les officiels

Au nom du Gouverneur du Plateau Central, Séverin Somé, Secrétaire général de la région a félicité le Conseil municipal pour cette initiative d’échanger avec les fils et filles de la commune de Ziniaré. Pour lui, il (le conseil municipal) s’acquitte de deux devoirs consacrés par le Code général des Collectivités territoriales à savoir, la redevabilité et la participation citoyenne. « Cela fait de vous les précurseurs du domaine et je salue donc cette initiative à sa juste valeur », a-t-il laissé entendre. Il est convaincu qu’avec l’engagement de tous, la levée de fonds sera une réussite, ce qui contribuera à un possible épanouissement et au développement des populations.

JPEG - 62.9 ko
Bernard Nabaré, représentant des ressortissants

En rappel, la commune de Ziniaré, chef-lieu de la province de l’Oubritenga, région du Plateau Central, a une superficie de 526 km2 et compte 83 388 habitants (2017). Elle regroupe 53 villages administratifs et cinq secteurs. Le Conseil municipal issu des élections de mai 2016 est la 5ème mandature et compte 117 conseillers municipaux (25 femmes). Cette journée d’échanges était placée sous le co-parrainage des deux députés de la province, Maimouna Ouédraogo et Marc Zoungrana, tous représentés. Elle est la deuxième du genre après celle organisée par le maire Dominique Conseimbo lors de la première mandature 1995-2000. Dans les jours à venir, une rencontre se tiendra avec les ressortissants de la capitale économique Bobo-Dioulasso.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 septembre à 07:48, par Romuald
    En réponse à : Commune de Ziniaré : Plus de 5 milliards de FCFA à mobiliser pour la réalisation du Plan communal de développement 2017-2021

    Félicitations mr le maire pour cette démarche exemplaire

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 08:50, par TIENFO
    En réponse à : Commune de Ziniaré : Plus de 5 milliards de FCFA à mobiliser pour la réalisation du Plan communal de développement 2017-2021

    Dommage que Blaise COMPAORE est devenu KOUASSI KOUADIO. Sinon de part sa fortune "propre" et ses "relations personnelles", il pouvait donner un coup de main à la commune. Dans tous les cas "un frère c’est un frère" et "une ville natale est une ville natale". Il doit aider Ziniaré à s’épanouir et particulièrement son parc animalier.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 08:58, par Sidzabda
    En réponse à : Commune de Ziniaré : Plus de 5 milliards de FCFA à mobiliser pour la réalisation du Plan communal de développement 2017-2021

    Monsieur le Maire, on vous demande de faire du surplace mais d’innover en impliquant ceux qui peuvent faire bouger les lignes. que peux faire encore un Bernard NABARE qui se cherche vraiment ? il faut savoir confier les charges à ceux qui en ont les capacités physiques et intellectuelles. un bernard NABARE n’a rien encore à prouver ; on ne voit à Ziniaré où il ne peut même plus lever la tête pour n’avoir pas chercher à être une solution, mais un obstacle constant et permanent.

    Répondre à ce message

    • Le 25 septembre à 10:59, par adama
      En réponse à : Commune de Ziniaré : Plus de 5 milliards de FCFA à mobiliser pour la réalisation du Plan communal de développement 2017-2021

      Cher Sidzabda, je ne suis pas contre ce que vous dites mais s’il fallait exterminer tous nos vieux pères parce qu’ils n’ont plus rien à prouver, beaucoup allait être orphelins. Je disais pour plaisanter, mais plus sérieux je pense que les vieux peuvent et doivent toujours être consultés , parce que la rengaine aujourd’hui c’est la jeunesse, rien que la jeunesse tout à la jeunesse et c’est pour cela que les gens sont devenus inciviques, impolis, arrogants, fainéants, gloutons, boulimiques, ....etc. La jeunesse c’est bien car c’est le support de la vieillesse mais la jeunesse sans la vieillesse, il manquera toujours la sagesse qui gouverne les mondes dans la sérénité, l’amour et la paix.
      Bonne journée à vous.

      Répondre à ce message

    • Le 25 septembre à 21:51, par Le Vigilent
      En réponse à : Commune de Ziniaré : Plus de 5 milliards de FCFA à mobiliser pour la réalisation du Plan communal de développement 2017-2021

      Mr Sidzabda, le vieux Bernard Nabare n’a peut-etre plus les capacités physiques et intellectuelles nécessaires pour contribuer au développement de Ziniare,mais sa notoriété lui permet de faire participer tous ceux qui en sont capables et conscients. Quant à toi c’est plutôt ton manque d’éducation ou ta mauvaise éducation et ton penchant pour le "hôte toi qui je m’y mette" qui constituent des freins au développement de Ziniare.

      Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 20:17, par Sergen-Chef
    En réponse à : Commune de Ziniaré : Plus de 5 milliards de FCFA à mobiliser pour la réalisation du Plan communal de développement 2017-2021

    a lancé le maire Compaoré aux ressortissants de sa commune. Avant de poursuivre en ces termes : « j’ai besoin de vous, car seuls, le Conseil municipal et le maire ne peuvent pas réussir ; car les infrastructures éducatives, sanitaires, hydrauliques sont insuffisantes et inexistantes dans certaines localités. J’ai surtout besoin de vous.
    Rien que du blef, tous les memes discours. Les acteurs n’ont pas changé ; donc nous attendons rien de neuf. On mobilise les fonds, ensuite les dépenses sont effectuées sur papiers ; et rien de concret sur le terrain. Si en 30 ans les populations n’ont pas pu béneficier ....point de miracle.
    Une seule cérémonie présidentielle organisée à Zianré à son temps coùtait 20.000.000fcfs équivalent de 4 forages. Alors que Zianré comptait au moins 3 cérémoniales présidentielle/an durant 30 ans font combien de forages ou d’ècoles ou dispensaires ?—

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 12:14, par Ignace
    En réponse à : Commune de Ziniaré : Plus de 5 milliards de FCFA à mobiliser pour la réalisation du Plan communal de développement 2017-2021

    Courage mon homologue. Cette initiative est très louable. Travailler en synergie permettra à coup sûr de relever bon nombre de défis pour le développement de notre cher Ziniaré.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 07:52, par Jean-Pierre Dumas
    En réponse à : Commune de Ziniaré : Plus de 5 milliards de FCFA à mobiliser pour la réalisation du Plan communal de développement 2017-2021

    Jean-Pierre Dumas Le 17/10/2017
    1 rue de la Couée
    10 310 Longchamp sur Aujon
    Président de l’association loi 1901 Burkina France Ensemble
    4 bis rue Saint-Pierre
    10 200 Bar sur Aube
    Site Internet (en construction) : Burkina-France-Ensemble.jimdo.com
    Courriel : bfe-france@laposte.net

    A l’attention de

    Monsieur Le Maire de Ziniaré
    Commune du Burkina Faso

    Monsieur Le Maire de Ziniaré,
    Burkina France Ensemble (BFE) est une petite association caritative loi 1901 qui est née à Bar sur Aube (France) en 1979. Elle se propose, dès sa naissance, d’aider les villages de Guilongou, Manegtaba et Kombissiri. En 2009, BFE est inscrite dans le guide des acteurs de la solidarité internationale ; depuis le 1er août 2017, BFE est reconnue ONG intervenant au Burkina Faso par l’Ambassade de France de Ouagadougou.
    BFE présente la particularité d’être constituée de deux sections : BFE-section Burkinabé (4 adhérents) et BFE-section Française (11 adhérents). Chaque section est autonome dans son fonctionnement. Par contre, cette architecture permet à nos Amis Burkinabé de nous exprimer des besoins ; BFE-France les étudie et recherche les financements ; BFE-Burkina Faso réalise les projets et rend compte de l’évolution. En cas de crise grave (comme la famine de 2011/2012), il ne nous faut que quelques jours pour faire parvenir l’argent nécessaire afin d’éviter le pire. Un simple compte rendu des dépenses est exigé.

    En 2013, suite au scandale de « l’Arche de Zoé » (en 2007, tentative d’enlèvement d’enfants Tchadiens par une association Française), la Région Champagne-Ardenne a organisée 8 séances de formation pour les petites associations caritatives comme la notre. Depuis cette date, BFE-France s’est complètement restructurée :
    -  Nouveaux statuts, adaptés aux exigences de transparence que nous devons aux donateurs ;
    -  Comptabilité informatisée et à jour en temps réel (logiciel CIEL) ;
    -  Adresse Mail pour pouvoir correspondre aisément avec nos partenaires ;
    -  Depuis quelques semaines, un site Internet (Burkina-France-Ensemble.jimdo.com) qui sera complètement traduit en Anglais, en Allemand et en Espagnol. Ce site est consultable depuis un portable ;
    -  Prochainement, une page Face book sera connectée au site Internet.
    Le site Internet et la page Face book ont plusieurs fonctions :
    -  Elargir l’assise de BFE-France en nous faisant connaître sur le Web, porte ouverte sur le monde ;
    -  Gagner de nouveaux adhérents ;
    -  Obtenir plus facilement des partenariats avec des entreprises ou des dons de particuliers.
    Comme il est rappelé dans la page d’accueil de notre site, les Burkinabé ne sont pas responsables des disettes ou des famines qui les touchent régulièrement : ils les subissent ! Envoyer de l’argent est le minimum que l’on puisse faire. Mais se battre pour empêcher ces calamités est plus efficace…
    Dans cette optique, BFE-France veut donner les moyens aux familles de stocker les surplus alimentaires en cas de bonnes récoltes pour les consommer pendant les années difficiles. Deux possibilités s’imposent immédiatement : déshydrater certains fruits/légumes et/ou stériliser des conserves alimentaires familiales (bocaux en verre). Ces deux possibilités peuvent être réalisées en utilisant l’énergie solaire directement (déshydrater) ou en convertissant l’énergie solaire en énergie électrique (panneaux photovoltaïques) pour faire fonctionner un stérilisateur. Tout ceci est expliqué et commenté dans notre site Internet. Un troisième projet permettrait d’affranchir de la corvée de bois nos Amis Burkinabé : utiliser directement l’énergie solaire pour cuire les repas. De plus, cette solution préserve la forêt et ses arbres.
    Nous avons choisi de commencer par équiper les foyers de Guilongou, tout simplement parce que notre Ami René Soalla, adhérent de BFE-Burkina Faso, est sur place pour organiser et suivre l’évolution des projets. Mais même le meilleur projet ne peut-être développé sans le consentement des élus et des autorités locales : seuls les habitants de Guilongou sont à même de dire si ce projet répond à un besoin ou pas. De fait, Vous êtes le premier filtre que BFE-France doit surmonter pour concrétiser ses projets.

    Je Vous invite respectueusement à consulter notre site Internet (encore inachevé), pour être à même de mesurer l’importance de nos projets. Je reste bien évidemment à votre disposition pour répondre aux interrogations légitimes dont les réponses Vous seraient nécessaires pour Vous prononcer. Votre avis revêt une importance capitale parce que :
    -  Comment faire pour réunir le budget si Vous n’approuvez pas le projet ?
    -  Il existe en France une loi dite « Loi Coluche » qui permet aux donateurs et/ou aux partenaires de soustraire de leurs impôts les deux tiers de leurs dons. Pour que BFE-France puisse en faire bénéficier les donateurs, elle doit négocier « un RESCRIT » (un contrat) avec le ministère du budget. Votre accord pour ce projet serait un argument important pour obtenir ce « RESCRIT », condition incontournable pour obtenir des partenariats avec des entreprises.
    Dans l’attente de Votre réponse, j’ai l’honneur, Monsieur Le Maire de Ziniaré, de Vous présenter l’expression de ma très haute considération.
    Jean-Pierre Dumas
    Président de BFE-France

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés