« Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

Point de vue • vendredi 22 septembre 2017 à 00h50min

Pour l’économiste Bruno Bernard, professeur d’économie à l’université Paris-XII et à l’école de commerce ICN de Nancy, et également lobbyiste sur les questions commerciales au Parlement européen, "un pays africain qui quitterait la zone franc CFA verrait les prix d’importation exploser aux dépens des plus pauvres".

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
« Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

Soixante-dix pour cent des échanges de la zone franc CFA se font avec l’Europe. Une sortie de cette zone des quatorze pays d’Afrique de l’Ouest et centrale qui en bénéficie appauvrirait leurs consommateurs de produits indisponibles sur le continent : médicaments, carburant, machines agricoles, téléphones, ordinateurs, semences agricoles… Les billets d’avion vers l’étranger seront de plus en plus inaccessibles, rendant le commerce difficile ou trop onéreux, faute de trouver des nouveaux produits sur des salons à l’étranger ou de négocier les contrats sur place avec des tarifs avantageux.

Les pays de la zone CFA se trouvent déjà dans une spirale économique négative due à la baisse des exportations de matières premières. En raison de la chute des cours du pétrole, les investissements des pays du Golfe sont en baisse, les Américains sont en retrait pour cause de politique trumpienne « America first », les Européens, sortis à peine de la crise, restent frileux, les cours des minerais exportés vers la Chine sont en baisse, tout comme ceux des produits alimentaires étant donné la compétition entre pays exportateurs. Avec, en bonus, les tensions terroristes au Sahel.

Exemple criant, le cours du cacao a dégringolé de 40 % sur le marché mondial depuis début 2017. Les producteurs, situés principalement dans la zone franc, subiraient de plein fouet une dévaluation du franc CFA. Les pays de la région situés hors CFA ont déjà une inflation à deux chiffres. La monnaie nigériane, le naira, a perdu 30 % de sa valeur face au dollar depuis 2015. Le franc congolais de la République démocratique du Congo (RDC) a chuté de 30 % cette année, et les réserves de change plafonnent à un mois. Le pays a dû fermer ses frontières au ciment angolais, qui est plus compétitif grâce aux dévaluations… Le Ghana, en principe élève économique modèle, subit une inflation de 12 % par an.

Un signal fort de stabilité

En à peine cinq ans, le pouvoir d’achat de produits étrangers indispensables tomberait de 50 % dans les pays qui quitteraient la zone CFA. La donne économique serait bouleversée pour des pays à forte natalité aux énormes besoins d’importations. Certains économistes affirment qu’une nouvelle monnaie dévaluée permettrait aux entrepreneurs d’emprunter à des taux inférieurs aux 10 % actuels. Mais avec une inflation de 12 %, aucun banquier ne prêterait à moins de 10 % !

Une nouvelle banque centrale indépendante ne serait pas à l’abri des spéculations des traders, alors que le franc CFA, lié à l’euro, est protégé par l’Allemagne via la Banque centrale européenne… Ceux qui poussent à sortir du franc CFA sont des industriels situés hors de la zone euro, que ce soit en Suisse (cacao), en Chine (cuivre) ou dans les pays anglo-saxons (pétrole et coton) : ils pourront ainsi payer des salaires plus faibles aux ouvriers et aux paysans qui travaillent pour eux et pourront spéculer sur la nouvelle monnaie.

Ce sont aussi certaines entreprises qui souffrent de la chute des cours des matières premières et des hydrocarbures et qui, pendant deux ou trois ans de transition, sauveront leurs têtes ou s’enrichiront. Notons aussi au passage que les hauts fonctionnaires africains qui travaillent en Europe verraient la valeur de leur salaire versé en euros bondir par rapport à la monnaie locale… Mais, dans tous les cas de figure, le petit peuple payera certainement le prix fort.

Actuellement, le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales. Il est un signal fort de stabilité pour la zone et un outil économique inestimable que beaucoup de pays de la région peuvent envier.

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 21 septembre à 15:40, par Un fils de Solenzo
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Nous préférons cette souffrance d’aujourd’hui qui aboutirait au bonheur de nos rnfznts et petits-enfants à rester les bras croisés. Le coton de Solenzo lui permettra de sevrer la SNTF de milliards d’Euro acquis sur la sueur du front de nos paysans.

    Répondre à ce message

    • Le 22 septembre à 12:13, par Le fils de YARGHO
      En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

      la France ne fait que défendre ses propres intérêts, en voulant nous faire croire que quitter la ZONE Franc, est source d’instabilité économique. C’est plutôt la France qui en souffrira économique. Les produits d’importations la France vers la zone francs n’ait que par tout au plus 4% de la population, donc en quoi cela jouerait sur l’économie des ETATS. Quant au question de terrorisme dans la bande Sahélienne, ni la France, ni les Grandes Puissances ne sont à l’abri de ces forces du mal. Si quitter la zone franc ne serait pas un obstacle pour l’économie française mais plutôt la notre pourquoi s’opposer ? De toute les façons rester la zone franc est la seule chose qui nous fera toujours esclave économique visa à vise de la France.

      Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 15:45, par esclave doit s’affrachir
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    TRISTE POUR UN SOIT DISANT ECONOMISTE. EXEMPLE D’UN FILS QUI A 35 ANS QUI A PEUR DE QUITTER LA MAISON PATERNELLE POUR FONDER SA PROPRE FAMILLE.
    ON EST TOUS D’ACCORD QU’IL Y’AURA UN PRIX A PAYER TOT OU TARD ON AFFRONTERA LA REALITE.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 15:55, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    ’’un pays africain qui quitterait la zone franc CFA verrait les prix d’importation exploser aux dépens des plus pauvres’’.

    - Voilà une déclaration qui prouve à souhait que la France tient au FCFA ! Mon ami l’Éminent économiste, même moins cher, un pauvre ne peut consommer des produits importés. Il ne boira pas non plus du Bojolais ou du Martini !! Donc ce n’est pas grave si les pris á l’importation flambent. Pour ce qui est des moyens de productions, on peut bien traiter avec la Chine, la Russie ou Cuba pour les médicaments, les engrais, les machines, etc. et pour les téléphones on traite déjà avec la chine. Traiter avec la France n’est pas une fin en soit pour les pays africains. Et puis tous les pays que vous citez et dont les monnaies ont connu une dépréciation sont tous anglophones et sont plus développés que les pays colonisés par la France. Sauf le Congo RDC qui, malgré ses immenses richesses est pauvre et manque de stabilité. Et c’est aussi une Ex-colonie de France. Un Congo RDC stabilisé et en paix = Faillite de la France !

    Notre cher Sankara Thomas a été tué pour ses idées parmi lesquelles ’’Produisons et consommons burkinabè’’.

    CONCLUSION : La France doit désormais enlever ses lunettes coloniales avant de regarder ses anciennes colonies (Conseil gratuit à l’État français donné par le Président de Djibouti).

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:08, par Nansamda
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Salut mon cher spécialiste ;
    Merci pour ton aide et celui de ton pays. ON EN VEUT PLUS.
    - Comment se fait-il que vos pays souffrent financièrement présentement ?
    - Comment se fait-il que depuis longtemps vous "apportez de l’aide" en Afrique et point de développement ?
    Tu ne fais que dire des choses pour faire peur.
    Pendant l’esclavage c’était ce genre de discours que tes grands parents disaient tous les jours. De même que pendant la colonisation. Merci Monsieur le petit blanc. Vous avez assez fait pour nous. Nous vous demandons de vous reposez maintenant. Laissez nous !
    Jeunes africains débout pour votre liberté.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:10, par TANGA
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Tu crois nous faire peur avec des déclarations bidons te disant qu’étant enseignant nous allions avoir la frousse ?
    Tu as tiré par terre ! NOUS VA BOUGER DU FRANC !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:14, par Veridicus
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    On ne veut plus être protégé par quelqu’un. Nous avons mal à nos valets locaux de l’impérialisme. Nous allons apprendre à nous protéger nous même. Apparemment les ghanéens sont des extra terrestres.
    On ne veut plus rien comprendre, nous allons changer de monaie, vivre les inconvénients, tirer les leçons et avancer. Qui ne risque rien n’a rien.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:15, par kouguissé
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales. cette assertion est une réalité. Mais quel est le prix à payer pour cela. C’est la tout le débat. A la marge, quel est le solde lié à cette situation ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:25, par On ne veut plus de cette dépendance !
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    En lisant ces écrits et tout ce tapage derrière le CFA, je suis convaincu que la France souffrira si les pays de la zone CFA abandonnaient le CFA pour une monnaie créée par eux-mêmes. Laissez-nous souffrir avec une nouvelle monnaie. Vous êtes allés à l’euro, est-ce que vos populations ne continuent-ils pas de vivre ? Il y a aussi des pauvres en France comme ailleurs en Europe, mais malgré tout, les pays de la zone euro ont decide de la creation d’une monnaie commune. Nous avons aussi des intellectuels capables de nous faire comprendre les enjeux derrière cette monnaie commune CFA.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:34, par Tetedeneg
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Ça y est la France envoie ses ´´experts’´ pour embrouiller les negres consentants que leur salut se trouve entre ses mains.

    ce n’est que le début.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:37, par Fodé
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Toujours les mêmes hypocrisie et arrogance françaises à jouer les enseignants des petits nègres supposés sans intelligence pour savoir ce qui est bien ou pas pour eux-mêmes.
    Mais vous perdez votre temps, car le sort du CFA est déjà bel et bien scellé. Que cela plaise ou non à la France, nous allons abandonner le CFA. Point barre. Et nous nous attendons à toutes les difficultés que vous nous préparez comme vous l’avez déjà fait par le passé avec la Guinée Conakry de Sékou Touré ou même le Mali de Modibo Keita. Oui, la liberté a un prix, et nous sommes au courant. Donc, M. l’économiste français gaulliste gardez vos enseignements pour vous et votre France.

    Répondre à ce message

    • Le 21 septembre à 17:56, par DSK
      En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

      @Fodé : Bien parlé mon frère !
      Il faut même ajouter que ce monsieur économiste s’inscrit dans la pure logique des esclavagistes français comme il en existe encore aujourd’hui. Mais en dehors de Macky Sall et Alasane Ouattara, et les présidents nigérien et malien qui sont contraints de les suivre pour garder leurs fauteuils aux yeux de la France, l’esclavagisme français perd son temps avec nous, et doit plutôt chercher à rassembler ses dernières énergies pour faire son deuil au lieu de continuer à vouloir se pavaner ici. Son réveil sera douloureux. La Patrie ou la mort, nous vaincrons !

      Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:41, par PasConvaincu
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Quiconque parcourt les rues africaines devrait savoir que les données de notre cher economiste ne sont pas à jour. Il y a plus d’échanges avec la Chine qu’avec l’Europe actuellement. De toute façon, le montant de l’échange avec l’Europe est une conséquence du CFA et non pas une raison de le garder. Le flambement des produits importés est justement une aubaine pour les économies africaines qui pourraient alors ecouler leurs propres productions. Une économie cherche à exporter plutôt qu’à importer. On comprend que le CFA est dans l’intérêt de la France mais de là à dire que c’est dans l’intérêt des pauvres en Afrique, c’est de la poudre aux yeux. Le pauvre tire aon revenu d’où pour consommer ces produits importés ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:52, par mAAt
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    L’économiste en question a souligné quelque chose de très important : la sortie du F CFA entrainait des flambées de prix à l’importation. Justement Mr L’economiste, c’est un des objectifs recherchés. Si les gens n’arrivent pas à acheter à l’exterieur ils vont se rabattre sur les produits locaux ; et la nature ayant horreur du vide, l’offre locale va naturellement se mettre en place , vaille que vaille, le temps que cela prendra et c’est comme cela que l’on pourrait aussi se développer à notre façon.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:53, par Filsdupays
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Merci pour cet éclairage. D’aucuns pensent que sortir du CFA leur permettraient de battre à volonté leur monnaie quitte à remplir des sacs de 100kg de billets de banque. Je crois qu’il faut être lucide et bien orienter nos luttes. Regardez autour de vous, combien sont -ils devenus milliardaires à cause de la corruption galopante sous nos cieux ? Le monde est devenu un village planétaire. Les services internet, les outils d’usage quotidien, les véhicules etc.... proviennent tous de l’extérieur. Combien d’industries avez ? Il pleut moins à cause de la sècheresse persistante, alors comment comptez-vous nourrir toutes ces familles à plus de 5 enfants par couple ? De grâce !!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:59, par Silam
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Trop c’est trop !
    J’invite nos compatriotes Economistes a repliquer a ce MONSIEUR FCFA. Oui on va souffrir au debut, cela est normal, mais on va se developper par la suite. Avez vous deja vu une naissance sans douleur ? Non.
    C’est le moment ou jamais, car dans les jours suivants, on va recevoir des CONNERIES comme ca venant de ces francais avec petit "f".
    Que nos Prof. en Economie ripostent avec une anti-these singlante.
    Merci d’entendre mon cri de coeur.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 17:01, par Zine’fils
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Ces mêmes romances ont été chantés pour nous endormir pendant des siècles et ce jusqu’au années 60 dans une dependance.Quitte làbas nous preferons même nos cauris que cette sale monnaie.de toute les facons laissez nous croupir dans la misère cela ne vous preoccupe pas.Nous comprenons votre inquietude des francais mais c’est peine perdu la rupture du lien financier est consommée.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 17:03, par L’Afro-optimiste
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Ce B.B(bébé),pardon !Bruno Bernard est trop jeune ;je le suggère d’aller lire les livres du PAPA PANAFRICAIN Pr Nicolas Agbohou sur le FCFA(Franc des Colonies Française d’Afrique).C’est un conseil...
    PEACE

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 17:05, par gourma
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    au commencement je n’ai vu nul part ou l’on parlais d’argent.Donc on ne vas pas mourir si on n’a pas d’argent.soyons courageux braves africains.allons seulement.seul Dieu est FORT.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 17:36, par Dedegueba Sanon
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Monsieur le "super economiste", dites nous la contrepartie de ce "deal infect". En français facile quelles sont nos obligations vis à vis de l’Euro (en fait la France) pour garantir notre stabilité, somme toute relative ?
    Foutaises de foutaises, la stabilité d’une monnaie est un leurre.
    Et notre souveraineté dans tout ça ?
    Ces gens là se moqueront toujours de nous.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 17:44, par Lucide
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Toubabou, il est inutile de faire un débat avec nous les africains ! Tu perds ton temps et ton énergie. Notre position est tranchée : c’est la France à travers le franc CFA qui nous pille. Même nos frères africains ont tenté d’expliquer les avantages de l’arrimage du FCFA à l’euro, nous les avons taxés de valets de l’impérialisme et de traites. Diable, que viens tu faire dans notre débat ? Si tu ne comprends le milieu africain, renseigne-toi et tu verras qu’en tant que blanc, tout ce qui sort de ta bouche est forcement du mensonge. Le débat sur le FCFA est un débat haut niveau, de très haut niveau. La seule conclusion qui est attendue ici est : Le FCFA est mauvais. Toute autre conclusion sera interpretée comme de la provocation et appelera un châtiment de la part des internautes. Merci tout de même pour ton courage !

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 17:56, par Thunder
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Misères ! On a pas besoin d’économistes pour comprendre l’entourloupe. Pourquoi les pays les moins avancés d’Afrique, voire de la terre se comptent parmi les pays de la zone CFA. Pour des pays qui veulent une monnaie commune non liée à la France, c’est certainement encore mieux que les monnaies qui n’ont cours que dans un seul pays. Pourtant, ces pays en Afrique, et ils sont nombreux s’en sortent mieux économiquement et sur le plan du développement que les pays de la zone CFA. Certes, en quittant la Banque de France, les premiers moments pourront être difficiles parce que la France mettra en œuvre des mesures de sabotage comme ça été le cas sous Sékou Touré, mais la zone CFA ne pourra que mieux se porter pour la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 18:15, par Arreter-de-nous-tromper
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    En dépit de l’image noir que l’économiste lobbyiste brosse evasions d’analyser a tete reposer :
    Au depart Bruno Bernard est lobbyiste donc il travaille pour les intérêts privés d’un groupe en l’occurence pour les intérêts commerciaux européen.
    Tout économiste qu’il est, Bruno Bernard sait également les consequences de la sortie des 14 pays du CFA sur l’économie Européenne (l’Europe ne peut fonctionner sans les colonies d’Afrique). Quoi de plus normale pour Bruno le lobbyiste de défendre bec et ongles les intérêts Européens en voulant garder les Africain sous contrôle. Laissez les Africains faire leur experience. Durant la revolution Francaise ou la guerre se cession aux USA tout le monde savait d’avance qu’ils y’aurait des morts mais ces bataille ont quand meme eu lieu.Ils ont bravé les danger parce cela était indispensable, vitale, et nécessaire. Ca fait 60 ans que l’on nous effraie avec ces épouvantails. Maintenant advienne que pourras ; les Africain veulent se prendre en charge. La théorie de Bruno est battue en brèche par des économiste de talent qui eux ne sont pas lobbyistes. Tout le monde sort pour dire qu’il est expert de l’lAfrique. Si vous Economiste Européenne étaient si bons pourquoi ’Europe a du mal a telle enseigne que la Grande Bretagne se retire de l’Europe. Pourquoi l’économie Euopénne en générale et Francaise en particulier bat-elle de l’aile ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 18:26, par Hussein
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Il ne faut pas nous amuser avec des arguments plats et futiles, pour quelqu’un qui est sensé transmettre du savoir à l’université. A quelles fins d’ailleures sont donnés ces arguments ? Pour faire peur ? Et toi spécialiste sans doute plagiaire, tu diras à ton fils (bien que l’ europe n’a pas la charge de l’éducation de l’afrique) de rester toute sa vie dépendant de toi à la maison parce que dehors il risque de s’exposer à tous les dangers possibles ?Comme c’est l’allemagne qui protège l’Euro, pourquoi les reserves de nos banques centrales BCEAO et BEAC ne sont-elles pas à la BCE à Francfort mais sous la coupe du trésor publique francais à Paris ? Cher spécialiste, avec tes arguments c’est comme si tu voulais raconter à quelqu’un qui est couché sur une natte au sol, qu’il risque de tomber s’il quittait la natte. Tu vois, chez nous même les singes ne raisonnent pas comme ca. Ou bien, quand tu es déjà mouillé, auras-tu peur de tomber dans l’eau parce que tu risque de te mouiller ? Nous les africains sommes déja si pauvres (à cause de ton pays la France), qu’on ne peut pas avoir peur de devenir plus pauvres. Nous disons non au Franc CFA, à France-Afrique et tout le système de la politique francaise. Partez, nous voulons prendre nos choses nous-mêmes en mains, nous ne négocions pas, nous ne voulons plus de vous !

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 18:28, par Blaguer-Tuer
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Bruno Bernard veut nous dissuader de quitter le Francs des Colonies Français d’Afrique sous le prétexte suivant : ’’un pays africain qui quitterait la zone franc CFA verrait les prix d’importation exploser aux dépens des plus pauvres’’.
    Mais Mr. l’économiste lobbyiste Bruno c’est EXACTEMENT CE QUE NOUS VOULONS.
    J’explique :
    - Cela nous permettra enfin de faire ce que Sankara pronait : "PRODUISONS CE QUE NOUS CONSOMMONS ET CONSOMMONS CE QUE NOUS PRODUISONS".
    Importer des produits Etranger coute trop cher et ruine nos économie locales.
    Merci Bruno Bernard pour cet argumentaire qui nous pousse a quitter le franc des colonies Francaise d’Afrique. Autant dire que certains produits Européennes vont pourrir des les entrepôts des ports chez vous.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 18:37, par Sidbewindin Somande
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Grand Dieu !!! Si on pouvait avoir une monnaie qui ne peut rien acheter en Europe on vivra mieux. Alors nous produirons ce que nous consommerons et pour commencer nos balances commerciales s’equilibrerons dans le bon sens.

    Monsieur le specialiste, dite nous pourquoi la Chine refuse d’evaluer sa monnaie a sa juste valeur ? juste parce-qu’on avance pas avec une monnaie forte. Le Cfa fort nous etouffent.
    Nous allons souffrir certe,mais nous voulons ressembler au Ghana, a la Guinee... Ces pays achetent les medicaments de l’Europe.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 19:44, par Clairevoyant
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Merci quand-même pour tes blablabla déjà connus !
    Tout n’est pas que économie. D’ailleurs, si on n’a pas les moyens pour acheter, la France va nous baisser les prix pian !
    De grâce, sachez que c’est une question de dignité, d’honneur avant tout.
    Fini l’esclavagisme moderne. Honte à ceux qui ont leur destin aux mains des étrangers, de surcroît dans un autre continent.
    Justice pour l’Afrique et pour les africains, nous préférons la souffrance !

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 19:54, par Danga
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Salut mon cher intellectuel de Dimanche à la nostalgie colonialiste.
    Je reste simple sur ton terme BOUCLIER.
    Un bouclier est toujours à usage temporaire.
    Nous ne voulons de ce bouclier opprimant, écrasant, asphyxiant.
    Nous voulons sortir de ton bouclier pour SOUFFRIR comme tu le dit et même MOURIR si nécessaire. Nous voulons sortir de ton bouclier pour affronter l’adversité du dehors et enfin RESPIERE l’AIR LIBRE.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 19:56, par Fils du pays
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Cher Internautes, Mr. Bruno Bernard est un amoureux des Africains. Il sait bien qu´il y va de l´interêt de la France que les Africains demeurent dans le CFA. Si la France devient pauvre, il ne peut plus aimer les Africains. L´amour qu´il a pour les Africains est lié strictement aux bénéfices que la France tire des ces pays en les maintenant dans la zone CFA.
    Le calcul est si simple. On a pas besoin d´études en économie pour piger la thèse qu´il soutient.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 19:57, par Etpourtant
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Tant d’économistes sont issus de ce pays tant d’économistes sont de la zone UEMOA. Laissons cette question à ces numismates pour régler cette question. Au rythme où vont les débats on amènera des gens à oublier que leur CFA leur permet d’acheter "benga". Personne ne nous pousse à acheter la Mercédès dernier cri. Le développement c’est un tout. Si nos dirigeants s’accrochent au pouvoir, qu’ils ne savent pas quitter le pouvoir, qu’il ne savent pas préparer un de leurs militants à les remplacer au pouvoir et font tuer les populations quand elles disent "y’en a marre" , décrocher notre CFA de l’euro ne sera que chimère et misère noire....

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 20:06, par Fils du pays
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    J´aimerai ajouter ceci : Après la deuxieme guerre mondiale, le franc cfa était plus fort que le franc français, car le General De Gaulle savait qu´un cfa fort allait profiter aux exportations de lfa France vers l´Afrique, pour relever rapidement l´économie de la France en agonie. Quand on est hypocrite on semble même ignorer toute l´histoire du franc cfa. Gardez vos connaissances hypocrites pour vous. Votre plus grande erreur est de vous croire plus intelligent que le reste du monde. Cette arrogance va vous coûter cher !

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 20:20, par Zine’fils
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Un cabris mort n’a plus peur du couteau la misère est deja notre quotidien dc quoi que tu dise c’est inutile nous sommes determinés et nous portons l’entière responsabilité.repart dire au petit macron et consort que ton cours n’a pas passé.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 21:49, par Ka
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Une analyse pertinente : Mais qui cache toute la vérité sur la lâcheté de nos décideurs, qui reste de la triste réalité. Je confirme que le sort du franc CFA es bien scélé : mais comme disait René Dumont disait : ‘’’Les Africains ont perdu la maîtrise de leur destin au bénéfice des gens peu soucieux de leurs libertés, de leurs possibilités, de leurs besoins essentiels, de leurs vies et même de leur survie au bénéfice d’abord des dirigeants mal intentionnés. En lisant cette analyse et sa conclusion, l’auteur nous confirme le manque total et la peur de souffrir pour obtenir ce qu’on veut. Si les dirigeants du contenant depuis nos indépendances, avaient du cran, l’Afrique dépassait la Chine en puissance économique : Pour cela, je confirme ce qu’a dit mon ami Kôrô Yamyélé de ‘’’’consommer ce que nous produisons comme l’idéologue et visionnaire Thomas Sankara donnait comme leçon a son peuple et a ses paires Africains.’’’’ L’Afrique est pauvre surtout de ses hommes politiques dont l’ambition se ramène à leurs besoins narcissiques de pouvoir. Pourtant si je puisse le dire, malgré que nos premier dirigeants avec un manque d’intellectualité profonde, mais qui restent les pères fondateurs du nouveau continent qui est l’Afrique indépendante, ‘’’’ont tracé les sillons, et il appartenait à la nouvelle génération de Chefs d’Etat, de réaliser ce rêve des Etats Unis d’Afrique dans l’émergence avec sa propre monnaie.’’’ Cette même génération de dirigeants que nous avons, ne cessaient, ni arrêtaient de pleurer pour notre Indépendence, et on l’à, et depuis plus de 56 ans qu’est-ce qu’ils ont fait avec cette indépendance dans les mains ? ‘’’’’Simplement du copier-coller. On veut exactement répliquer ce que fait l’Occident, et à la fin on va juste vers l’autodestruction comme disait Thomas Sankara. Si le copier-coller était parfait, je crois que l’Afrique ne serait pas à la traîne aujourd’hui. Et voilà que la jeunesse est assoiffée d’une monnaie Africaine sans vouloir souffrir les conséquences a venir comme notre économiste nous prévient dans son analyse fondée sur une triste réalité ‘’’’la peur d’aller de l’avant en souffrant.’’’’ Pour ma part, avoir confortablement cette monnaie unique pour le continent,’’’’ la première chose est qu’on s’arrête net ! Et revoir notre fonctionnement en disant que nous avons suffisamment formés d’économistes qui enseignent même dans les instituts européens, des supers économistes comme présidents de quelques pays, alors nous pouvons orienter nous-mêmes nos politiques monétaires sans s’associé même a quelconque monnaie même le Euro. Il faut qu’on décide d’être mature, et ne pas rester à vie dépendant de la France. Changer de monnaie impérativement, ne s’agit pas seulement d’une affaire de panafricaniste, il s’agit d’assumer en toute responsabilité notre choix d’indépendance. ‘’’’Je conclu en disant que ce débat sur la monnaie unique est une affaire de démagogie. J’attends avec impatience que le franc CFA soit abandonné par les pays africains pour voir dans quelle monnaie les africains influents, notamment les grands détourneurs et blanchisseurs de biens sociaux, accepteront d’être rémunérés ? Et dans quelles monnaies les sociétés qui ont "pignon sur rue" accepteront de faire des transactions, et les banques des financements. C’est cette peur qui donne froid à nos économistes, et qui feront tout, pour que cette monnaie ne sorte pas des terroirs.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 22:37, par Henriette kouassi
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    "Mr" Bruno Bernard, l’esclavagiste,cabrit mort n’a plus peur du cateau.Alassane, Issoufou et Macky vont fuir l"Afrique avant la fin de 2019.Vous aviez vu au Burkina, ok !......Ils sont prevenus.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 22:57, par Faso
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Sacré forum des internautes du journal en ligne lefaso.net !!!

    Les messages du forum sont de loin plus riches en enseignements et donc plus instructifs que les articles !! Sauf que pour profiter des enseignements du forum, il faut un esprit ouvert et critique.
    Vive le forum lefaso.net

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 23:50, par Issaka N.
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Je loue sincèrement l’esprit d’indépendance et les sentiments anti-impérialistes des forumistes. Mais allons plus loin dans nos réflexions.

    Ce n’est pas parce que nous aurons remplacé le Francs CFA par une nouvelle monnaie que nos Etats seront réellement indépendants.

    Nos Etats sont liés principalement à l’impérialisme français par divers moyens qui ont été savamment pensés et montés depuis la période coloniale. C’est ce qu’on appelle traditionnellement par le vocable : Accords de Coopération. Le CFA est justement un de ces accords. A côté donc des accords financiers que symbolise le Franc CFA, il y a :
    -  Les accords militaires
    -  Les accords économiques
    -  Les accords sur l’éducation
    -  Les accords sur la santé
    -  Etc.
    qui lient les Etats néocoloniaux à l’impérialisme français.

    S’attaquer uniquement aux accords financiers (donc le Franc CFA) sans s’attaquer aux autres accords, c’est prendre le problème par un petit bout. Cela ne va pas résoudre nos problèmes en Afrique. Le franc CFA n’est pas le seul pilier de l’impérialisme français en Afrique.

    Je serai entièrement d’accord avec tous ceux qui veulent que nos Etats abandonnent le CFA adossé à l’EURO, s’ils incluaient dans leurs revendications :
    -  Le démantèlement de toutes les bases militaires françaises et américaines de nos Etats (pour le Burkina leur départ de Kamboinsin et du Sahel)
    -  L’arrêt de l’enseignement du Français dans nos écoles, véritable source d’aliénation culturelle de notre jeunesse et son remplacement par nos langues nationales (pour le Burkina le Mooré, le Fulfundé, le Dioula, etc)
    -  L’arrêt de toute « aide financière » quelconque de la France à l’endroit de nos Etats qui nous priverait de notre indépendance
    -  L’arrêt de toute assistance sanitaire et alimentaire de la part des pays impérialistes même en cas d’épidémie et de crise. Nous ne compterons désormais que sur nous-mêmes.
    -  L’arrêt des importations de toute nature qui nous feraient dépendre des pays impérialistes. Nous ne consommerons que ce que nous produirons.

    Ne pas intégrer ces quelques points dans nos revendications et demander uniquement la sortie du CFA, c’est comme un coup d’épée dans l’eau.

    En d’autres termes, si le combat consiste uniquement à vouloir remplacer le CFA par une nouvelle monnaie et la laisser gérer par des dirigeants comme Rock KABORE, Alassane OUATTARA, Macky SALL, Idriss DEBY, Paul BIYA, Ali BONGO, etc avec leurs systèmes actuels de gouvernance et de corruption, ce combat n’en vaut pas la peine. Nos conditions de vie ne s’amélioreront guère, au contraire elles vont même s’empirer et là je serai tenté de donner raison à l’auteur de cet article.

    Et puis, en cas d’abandons du CFA, qui va mener les négociations au niveau international ? Qui va négocier l’intégration de la nouvelle monnaie dans le système monétaire international pour les échanges commerciaux ? Ce sera sans nul doute nos intellectuels africains aux cols blancs, dissimulés dans les institutions internationales, bien nourris par le système actuel et dont certains sont même les conseillers des chefs d’Etat africains. Bienvenue à la nouvelle monnaie !

    Merci à vous !

    Répondre à ce message

    • Le 22 septembre à 08:43, par Hussein
      En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

      Tous ces accorsds que vous avez cités ont été réfléchis et imposés aux africains pour les dépouiller de toute possibilité de développement dans l’indépendance. Ils servent surtout à la prise en ôtage de la souveraineté monétaire des pays concernés qui, sans leur propre monnaie et par conséquent sans pouvoir économique réel n’ont le contrôle de rien au monde. Je suis et reste convaincu que s’attaquer au système monétaire de l’impérálisme francais dont le franc CFA est la bataille essentielle que nous devons mener vaillamment pour parvenir à la souveraineté monétaire des pays de l’afrique francophone ! Tous les autres accords tombent en même temps avec le franc CFA qui constitue l’arme absolue de la domination francaise en Afrique. Le mieux serait pour nous d’oser la lutte pour une monnaie commune unique. Sans compter que les pays de la BCEAO peuvent adopter le naira ou le cedi dans une phase transitoire vers une monnaie unique au sein de la CEDEAO pour respecter les délais. Pour terminer je vous cite un passage du discours prononcé le 25 août 1958 par ce grand visionaire africain Sékou Touré : "Nous avons, quant à nous, un premier et indispensable besoin, celui de notre dignité. Or, il n’y a pas de dignité sans liberté, car tout assujettissement, toute contrainte imposée et subie dégrade celui sur qui elle pèse, lui retire une part de sa qualité d’homme et en fait arbitrairement un être inférieur. Nous préférons la pauvreté dans la liberté à l’opulence dans l’esclavage. Ce qui est vrai pour l’homme l’est autant pour les sociétés et les peuples." Frères Africains, l’heure a sonné, levons-nous !

      Répondre à ce message

      • Le 22 septembre à 13:06, par Issaka N.
        En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

        « Je suis et reste convaincu que s’attaquer au système monétaire de l’impérálisme francais dont le franc CFA est la bataille essentielle que nous devons mener vaillamment pour parvenir à la souveraineté monétaire des pays de l’afrique francophone ! Tous les autres accords tombent en même temps avec le franc CFA qui constitue l’arme absolue de la domination francaise en Afrique. »

        C’est illusoire de penser que c’est seulement en faisant tomber le franc CFA que nos pays vont gagner leur souveraineté parce que les autres accords de soumission vont tomber d’eux-mêmes. C’est sous-estimer les capacités de réadaptation des puissances impérialistes. Vous citez Sékou TOURE. Très bien ! Quand la Guinée a voté NON au référendum de De Gaulle le 28 septembre 1958, la France a changé automatiquement de tactique en accordant l’indépendance en 1960 à tout le monde, même à ceux qui n’en voulaient pas (Sénégal, Côte d’Ivoire, etc) pour pouvoir maintenir sa présence en Afrique. Sékou TOURE a été très courageux, certes, mais je n’envie pas du tout le sort de la Guinée aujourd’hui avec son franc guinéen.

        Vouloir frapper une nouvelle monnaie dans les conditions actuelles de gestion scabreuse de nos économies, sans avoir réglé les questions politiques nationales, ce serait allez au suicide collectif. Pour les échanges commerciaux, comment pourrait-on introduire cette monnaie dans le système monétaire international que les puissances impérialistes ont-elles-même mises en place, sans nous faire avoir ? Quels intellectuels africains vont mener les négociations de parité avec les autres monnaies ? Ceux qui sont au FMI et à la Banque Mondiale ?

        Non ! Le mal de nos populations, ce n’est pas le CFA, le mal de nos populations ce sont les politiques nationales de corruption et de mal gouvernance qui sont menées par nos dirigeants. Malgré les dividendes que la France tire du CFA (c’est indéniable) et le peu que nous gagnons, si nos économies étaient bien gérées, on vivrait mieux. Je reste convaincu qu’on pourra frapper la monnaie que l’on voudra, l’appeler comme l’on voudra. Si on l’introduit dans nos économies dans les conditions actuelles de gestion, avec les mêmes systèmes de gouvernance, c’est peine perdue.

        Conclusion : il faut changer les systèmes politiques nationaux et dénoncer en même temps tous les accords qui nous lient aux puissances étrangères (militaires, économiques, financiers, etc).

        Répondre à ce message

        • Le 22 septembre à 16:02, par Hussein
          En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

          Monsieur, vous avez raison, nous avons nous-mêmes notre part de responsabilité, avec des dirigents inconscients (moi je les appelle des porteurs de cravatte sans chemise. Des gens qui ne connaissent ni honte, ni gène, ni sens de la dignité ), qu’on peut qualifier de tous les maux. Mais à vous lire on peut comprendre. Le francais est parvenu à vous convaincre, vous et une bonne partie des africains en Afrique francophone que vous en tant que nègres, vous ne pouvez pas de vous-mêmes atteindre quoi que ce soit dans ce monde. Moi je ne pense pas comme vous et je ne suis pas de l’école francaise. Vous devez comprendre que la Guinée a été sabotée avec tous les moyens par votre maître francais (il vous fallait voir la gueule de De Gaule quand Sékou Touré tenait son discours. Le pauvre a presque pleuré là-bas, vous comprennez pourquoi ?) pour que ce pays devienne un état manqué (failed state), afin de montrer à ces nègres qui voudraient s’émanciper ce qui les attend, parce qu’il ne faut pas que des nègres s’amusent avec la France, ce pays des grands maîtres esclavagistes. Même sort pour Haiti (le seul pays noir de l’hémisphère nord, mais pourtant par hasad aussi le pays le plus pauvre du nord.), dont les troupes dirigées par Toussaint l’Ouverture ont battu les troupes de la soi-disante grande armée de Napoléon, qui a fait trembler les monarchies européennes pendant un bon moment. C’est ce qui a d’ailleur obligé votre maître francais à vendre toutes ces terres d’Amérique du nord et de se retirer de là. Mais pas surprenant, les indépendances des pays africains auraient dû être arrachées et pas négotiées comme l’ont fait ces soi-disant pères des indépendances, dont ceux de la honte (Houphouet, Senghor etc...) trahissaient tous les plans des nouveaux états au maître impérialiste, pour saper tout projet de développement. Mais si le peuples africains sont si lâches pour combattre pour la liberté, le suicide collectif sera peut-être pour eux la meilleure porte pour entrer enfin dans l’histoire de l’humanité. Mais je suis convaincu qu’il y’en a parmi eux qui veulent la liberté, donc il n’est pas exclus que nous aurons encore des guerres de libération en Afrique francophone, en commencant avec la guerre pour notre souveraineté économique . Nous ne sommes ni niais, ni naifs, on s’attend pas à ce que tout devienne facile tout de suite. C’est parce que ca va être difficile que ce la doit nous inspirer de lutter. Mes salutations à vous, Monsieur.

          Répondre à ce message

          • Le 22 septembre à 19:06, par Issaka N.
            En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

            « Mais à vous lire on peut comprendre. Le francais est parvenu à vous convaincre, vous et une bonne partie des africains en Afrique francophone que vous en tant que nègres, vous ne pouvez pas de vous-mêmes atteindre quoi que ce soit dans ce monde. »

            Non Monsieur, vous ne m’avez compris tout à fait. L’impérialisme français ne m’a pas convaincu du tout. Au contraire : quand je dis dans ma conclusion qu’il faut changer les systèmes politiques nationaux et dénoncer en même temps tous les accords qui nous lient aux puissances étrangères (militaires, économiques, financiers, etc). Cela veut dire quoi ? En français facile cela veut dire qu’il faut saper les bases de l’impérialiste français en Afrique en écartant des pouvoirs tous les nationaux (« porteurs de cravatte sans chemise » comme vous l’avez écrit) et tout l’arsenal sur lequel il s’appuie pour perpétrer sa domination sur nos pays (les accords militaires, les accords économiques, les accords financiers (le CFA entre autres), etc). Cette lutte doit être unique, un seul front. Il ne sert à rien de vouloir lutter pour remplacer le franc CFA et laisser les actuels dirigeants corrompus en place.

            Vous revenez sur le cas de Sékou TOURE. Il a effectivement été un brave homme qui s’est battu contre l’impérialisme français avec les moyens qui étaient à sa disposition. La France a tout fait pour qu’il ne réussisse pas. Les français ont saboté tout ce qu’il y avait comme réalisation économique et technique avant de quitter la Guinée (téléphone, électricité, etc). Sékou TOURE a déjoué plusieurs complots de la France qui visaient à renverser son pouvoir et à le liquider physiquement. Selon le témoignage d’un ancien ambassadeur de France en Afrique, les réseaux du Général De GAULLE sont allés même jusqu’à frapper de la fausse monnaie en vue de dévaluer le franc guinéen. Les militants et sympathisants de la Fédération des Etudiants d’Afrique Noire en France (F.E.A.N.F.), dont le Professeur Joseph KI ZERBO du Burkina Faso, se sont vus obligés à un moment donné, par solidarité, de venir en aide à la Guinée. Tout cela fait partie de l’histoire de l’Afrique, tout cela a été la lutte de la vieille génération combattante africaine.

            Notre génération, celle d’aujourd’hui se doit de relever le défi, de tirer les leçons des luttes, des réussites et des échecs de ceux qui nous ont précédés. Posons-nous la question de savoir pourquoi la Guinée n’a pas réussi au point de se trouver des fois sans eau et sans électricité en ville aujourd’hui ?

            Contre l’impérialisme français notre lutte doit être totale et non partielle. C’est pourquoi je reste convaincu que s’attaquer simplement au Franc CFA sans tenir compte des autres aspects de la domination impérialiste, c’est frapper un coup d’épée dans l’eau.

            Merci à tous !

            Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 01:17, par Kossi Kossigovi
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Les gens ne comprennent pas encore. Une monnaie forte , c’ est mauvais pour l’ economie. Sinon est-ce que vous croyez vraiment que l’ euro est plus lourd que le dollar ? La monnaie, c’est toujours par rapport a la sante de ton economie. Est-ce que l’ economie moribonde de la france racoiste est p,us forte que celle des Etats- Unis ? Est-ce que meme elle est plus forte que le yuan chinois ? Mais nous on nous flatte que notre cfa qui n’ est meme pas une monnaie, que c’est fort parce que c’est adosse a a france et nous assi en tant que bons negres mangeurs de porc au four et petits dealers de parcelles, on est contents. Ca va nous entendre si on ne se debarrasse pas de ce papier de macaque qu’ on ne peut bouffer que chez nous. Allez au Gabon ou au Cameroun a cote et ca ne vaut que papier hygienique. C’est argent ca, cfa ? N’ importe quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 07:12, par ZWang
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    En faite tous les partisans du maintien du CFA ont une fausse façon de raisonner qui dissuade. Qui dit que la sortie du CFA, se fera de façon individuelle ? Les pays de la zone doivent sortir en bloc et créer notre monnaie et les laisser avec leur monnaie ; si ça peut les servir, ils n’ont qu’à continuer de la produire ! Ils veulent nous diviser pour perpétuer le CFA. Si on quitte en bloc et uni, les malheurs qu’on nous prédit retomberont sur la France et compagnie ! Le malheur du peuple africain est qu’il est très facile de le manipuler contrairement au autres peuples. Il est facile de demander à un africain de détruire son frère pour presque rien ! Demain n’est pas la veille, quand tu entends le raisonnement des africains mèmes tu tombe des nus !

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 09:19, par capit
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Nicolas Sarkozy : « Pas question de laisser les colonies françaises d’Afrique avoir leurs propres monnaies ! »
    Apparemment, l’ancien président de la république Française s’est à nouveau illustré dans des propos choquants ce mardi.
    Lors d’une interview à BFMTV, Il aurait dit que le meilleur moyen de préserver la bonne sante de l’économie française, c’était de maintenir le FCFA comme la seul monnaie utilisable dans les colonies française en Afrique.
    ”La France ne peut pas permettre que ces ancien colonies crée leur propre monnaie pour avoir le Control total sur leur Bank central. Si cela se produise, ca sera une catastrophe pour le trésor public qui pourra entraîner la France au rang de 20ème puissance économique mondial. Pas question de laisser les colonies française d’Afrique avoir leur propre monnaie ”

    Qu’est ce que le Franc CFA ?

    Le franc CFA (franc des colonies françaises d’Afrique) est le nom de deux monnaies communes à plusieurs pays d’Afrique constituant en partie la zone franc d’Afrique centrale (CEMAC) et la zone franc d’Afrique de l’Ouest (UEMOA).

    Comment fonctionne le Franc CFA ?

    Le principe 4 est le plus technique. D’abord, il faut préciser que la banque de France ouvre d’une part un compte pour chaque banque centrale (Un pour la BCEAO et un pour la BEAC), d’autre part un compte pour chacun des états membres des zones.

    Voila comment cela fonctionne : lorsqu’un pays de la zone CFA exporte vers un autre pays que la France, il récolte des devises qui alimentent la Banque Centrale considérée. Et cette banque Centrale a alors obligation de transférer sur son compte ouvert à la Banque de France au moins 50 % de ses rentrées de devises. A ce jour donc, c’est la Banque de France qui gère 50 % des devises des pays des zones franc.

    Enfin : il faut préciser que les instances de gouvernance et d’exécution de tout ce système (Conseil d’Administration, de surveillance, …) incluent des représentants de l’état français qui possèdent un droit de veto et qui sont payés pour préserver les intérêts de leur pays (Ce qu’on ne saurait leur reprocher par ailleurs).

    Le franc CFA (franc des colonies françaises d’Afrique) est le nom de deux monnaies communes à plusieurs pays d’Afrique constituant en partie la zone franc d’Afrique centrale (CEMAC) et la zone franc d’Afrique de l’Ouest (UEMOA). En Afrique, les zones franc constituent des espaces monétaires et économiques. Ces ensembles, formés d’États et de territoires, sont issus de l’évolution et des transformations de l’ancien empire colonial français et d’États qui n’étaient pas des colonies françaises comme le Cameroun et le Togo (d’abord colonies allemandes), la Guinée équatoriale (espagnole) et la Guinée-Bissau (portugaise). Après l’accession à l’indépendance, la plupart des nouveaux États sont restés dans un ensemble monétaire homogène, dont le cadre institutionnel a été rénové et qui a été structuré par un système de change commun. Leurs devises sont des contre-valeurs à parité fixe avec l’euro, dont la valeur est garantie par le Trésor public français, dans le

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 09:23, par COMPAORE
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    IL NE FAUT PAS NOUS PRENDRE POUR BETE(c’est une analyse biaisée d’un français raciste pour sauvegarde les intérêts de la France), excusez moi l’expression, mais qu’il nous dise combien gagne la France, l’Allemagne ou d’une manière générale l’Europe dans cette affaire ? Vous nous aimez jusqu’à ce point ? Je ne crois pas. Ce charlatant des temps modernes croit qu’il nous fait peur. Ton analyse est plate et pas du tout d’un économiste. On te paye combien pour nous raconter ces bêtises ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 09:51, par Douni
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    A tous les experts en politique monétaire , je vous pose la question : Madagascar et la Mauritanie ont quitté la zone CFA en 1973, comment cela se fait-il que ces deux pays ne soient pas développés ?

    Le fond du problème se situe dans la gouvernance de nos pays et dans l’éducation. Le Burkina Faso ne peut pas se développer avec un taux d’alphabétisation de 28% et en traitant nos femmes de façon féodale et patriarcale.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 10:17, par bani
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    monsieur Bruno est un économiste égocentrique qui pense toujours à supériorité de la France sur les pays francophones d’Afrique. mais il ne peut berner personne par ses propos. il s’inquiète pour la survie de sa patrie au cas où les pays renoncerais au au fameux FCFA. Qu’il sache que les produits importés par les pays membre de la zone franc ne sont pas seulement produits par des l’Europe. ce n’est pas un seul pays qui quittera le navire et la question qu’il devra se poser c’est comment s’approvisionnera en matière première et que ferra t-elle sans la France-Afrique. si le FCFA est aussi stable comme il le dit comment explique t-il que ce sont les pays d’Afrique française qui sont les plus pauvres et que les investisseurs s’orientent vers les pays d’Afrique qui ont leur propre monnaie ? Il dit si un pays africain de la zone franc débarque du navire, il ne pourra nourrit sa population, est-ce pour dire que actuellement les populations de la zone sont plus aisées que populations de l’Afrique du Sud, Ghana, Nigéria et j’en passe. Même au temps des indépendance ils ont encore dit si on les laisse ils vont pas survire.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 10:56, par un Africain
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    M. Bruno. Vous êtes un économiste qui défend bien les intérêts de la France au détriment de l’Afrique.
    Moi, je ne suis pas économiste mais il suffit de remarquer que :
    - Beaucoup de produits importés en Afrique zone CFA n’ont pas été achetés en Euro ;
    - les produits africains ne sont pas en majeure partie exportés vers la zone euro. La nouvelle monnaie qui remplacera le CFA ne sera pas convertible via l’euro ;
    - Beaucoup de pays s’en sortent économiquement avec leur monnaie et n’ont pas l’euro comme bouclier ;
    - etc.
    Tout est question d’accord avec les dirigeants de la zone euro car nous disposons de la matière première pour l’Europe et nous consommons beaucoup de leurs produits. Donc la pression peut être des deux côtés pour chercher l’équilibre des échanges.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 10:56, par Karfolo
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Quel raisonnement bidon d’un soit disant économiste de grandes écoles. Mr Bruno Bernard ayez le courage de dire aux Africains que Le franc CFA n’est pas arrimé à l’Euro par le biais de la Banque centrale, mais est géré par le ministère Français des Finances par le biais du Trésor Français. Donc Le CFA est géré par des politiciens français au ministère des Financés. Cest Le gouvernement Français qui a Le sort , l’avenir et Le devenir de notre existence économique. Mr Bruno devrait nous dire pourquoi La France elle même à quitter le Franc ? Tout simplement parce qu’elle n’avait plus son intérêt. Pourquoi continuer à toujours imprimer notre monnaie en France et non sur le sol Africain ? Parce que La France ne fait confiance à aucun de ces Pays Africains de La Zone Franc et préfère toujours nous contrôler et nous mettre au pas.
    Ce qui se passe aujourd’hui aux portes même de L’ Europe est édifiant. Regarder comment Les Français se battent pour mettre les bâtons dans roue de la Grande Bretagne qui veut quitter l’Europe des 28. Mr Bruno qui contrôle votre monnaie contrôle votre existence Tout cours. La chute des prix du cacao et de nos matières premières est Du au contrôle qu’ils ont fait sur nos ports , gares et aéroports . Ils font ce qu’ils veulent. Le Togo qui a décidé de faire appelle aux chinois pour son port et aéroport voici ce qu’on a flanqué à Faure.
    Le problème de l’Afrique est un problème de gouvernance politique. Si La nouvelle génération arrive à lever cet obstacle alors nous pouvons envisager de crée notre monnaie . Il s’agirait d’aller en rang serrer.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 12:50, par Bori
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Nos problèmes ne viennent pas du f cfa, mais de la gestion de nos économies et de l’irresponsabilité de nos dirigeants. Le yuan chinois est en-rimé au dollars us, cela n’a pas empêcher la chine de se développer. Prenons l’exemple des pays qui ne sont pas dans la zone franc, au ghana les bailleurs calculent le montant des loyers en dollars us et même dans les magasins les étiquettes sont en dollars us et en CDU, de même qu’en RDC, en guinée il n’y ni eau ni électricité une bonne partie de l’année. La Mauritanie, Madagascar, Gambie, Mozambique... ne sont pas plus développés que le pays de la zone cfa. Si certains qui ne sont pas de la zone cfa sont développés, c’est d’abord liés à des facteurs qui n’ont rien à voir avec la monnaie. Donc, je dis aux pan-africanistes de circonstances de trouver un autre sujet de combat si c’est vraiment pour le bien des citoyens de la zone cfa qu’ils se battent.
    Nom au faux débats, non aux nationalistes de circonstances.
    Si nous quittons le c cfa dans les circonstances actuelles on va porter l’argent dans tontines pour aller une baguette de pain.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 12:57, par Alexio
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Il nous faudrait une nouvelle revolution, pour nous debarrasser, au prime abord tous nos President sattelites de la Franc-maconnnerie, ennemie supreme de des peuples et de la democratie en Afrique. Nos petits courreurs de la cause francaise en Afrique pour se faire promettre le Naam avec leurs familles et amis, Ont tenus l Afrique acet asservissemenmt økonomique.

    Toute nos richesses son canalisees et ont leur sdebouchures en France. Nos arts. Qui assure le volume du tirage des billets de banque du CFA ? L obscurantisme autour de cette devise pas convertible en dehors de nos frontieres doit etre eclaire en le finalisant avec un referendum des pays membres.

    Ces bluffes , les teories des economistes mal-intentionnes veulent nous tenir sous eternel dominance esclavagiste monetaire. Comment un pays independant peut se laisser trainer, embobiner par ce marche de dupe par nos dirigeants corrumpus ? Le complexe d inferiorite L emploi que le cacao et le cafe creent en Europe est considerable. et les richesses qui en decoulent. La belle vie, c est seulemt eux qui la meritent.

    En Afrique on a la peau dure, et l experience de sadapter a la pauvrete. Donc vos bobards d economistes sur votre constat n aura pas decho chez nos vaillants paysans qui ont tenu des industries europeenes en vie par leur perseverance dans le travail bien accompli.

    Que livre avez vous plagiez ses notions qui sont applicables sur le sol africain aujourdhui. Sans nous le telephon mobile et autres Iphone n aurons jamais la vie.

    Les enfants sont prives d aller a l ecole partout en Afrique dans les exploitations minieres. Le Cobolt Congolais est devenu "Blood Money" entre les mains des societes internationales.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 13:26, par Beoggninga
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Un proverbe moré dit ceci : "barstog vinnegda koasd yam" : à force de trop marchander, l’acheteur éveille la conscience du vendeur. A force de défendre le CFA ces experts éveillent nos consciences. Il peut être soupçonneux que la France nous aide pour nous aider, car on ne saurait aider pour aider. S’il n’y a rien derrière, laissez nous maintenant car cela fait plus de 50 ans que nous sommes soit disant indépendant. L’aide doit nous aider à nous passer de l’aide. Il faut que nos économistes et experts africains aussi réagissent.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 14:18, par boudo
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Bonjour

    Le problème à mon humble avis n’est pas lié à la sortie ou non du franc cfa ;qui a vu le jour le 25 decembre 1945.il s’agit ici de renégocier les accords monétaires et économiques qui nous lie à l"Euro par rapport à la nouvelle donne économique mondiale.
    Je propose par exemple de revoir la garantie de la convertibilité par rapport à nos réserves de change et la parité du cfa par rapport à l’euro.

    En effet, les difficultés résident tout d’abord d’un déficit de communication à ce sens que nos dirigeants actuels ont toujours eu à gérer cette monnaie dans une plus grande opacité sans faire un compte rendu fidèle à leurs gouvernés d’ou la porte ouverte à toutes formes interprétations bonnes ou mauvaises.

    A mon avis les autorités des pays membres de la zone franc pourraient prendre l’initiative d’organiser les journées portes ouvertes avec l’appui des spécialistes dans ce domaine et annoncés quelles sont véritablement leurs politiques en matière monétaire vis à vis de nos partenaires de l’union européenne.

    Cela permettra aux populations de ces pays membres de comprendre les mécanismes liès au fonctionnement de la monnaie cfa .

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 15:38, par MWN
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Vraiment plat comme analyse, de quelle école viens-tu. Quand on parle de valets locaux de l’impérialisme, en voilà un.
    Vous êtes aveuglé par ce que vous avez appris en occident, mais cher monsieur sachez bien que si on vous apprend quelque chose, il est de votre devoir d’analyser et de prendre ce qui est bon et jeter le reste. Or, vous vous reprenez de façon béate, ce qu’on vous donne. Un peu d’esprit de discernement.
    Le problème de l’Afrique c’est justement c’est nos pseudo-intellectuels qui foisonnent partout et qui répètent ce que le maître à penser leur dit.
    De grâce, je ne sais pas quel âge vous avez. Mais sachez bien que, nous, nous avons fait l’école avec certains dirigeants actuels de l’Europe et nous n’avons pas peur. Avez-vous le complexe de la colonisation ? Comme beaucoup de dirigeants africains, nés pendant la colonisation et qui n’osent pas dire non, pourtant presque tous, militants de la fédération des étudiants africains en France.
    Il faut que les Africains se donnent une vision, développent des stratégies et ça va allez.
    Tout ce que nous subissons aujourd’hui a été planifié depuis plusieurs années (au moins 25 ans) avant, par des gens qui veulent maintenir les soi-disant pays sous-développés sous leur coupe.
    Vas revoir des cours de stratégie et de développement mon frère, tu as tiré à côté.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 16:35, par M
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Sortir du FCFA aujourd’hui serait suicidaire pour nous.
    Les coûts de nos importations vont exploser et au bout de quelques mois nous risqueron de n’avoir plus de devises pour assurer ces importations. Et comme au moins 90% des produits de première nécessité, des gens mourront parce tout simplement il y aurait des pénuries de produits alimentaires de première nécessité et des médicaments.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 18:13, par Horus
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    "Soixante-dix pour cent des échanges de la zone franc CFA se font avec l’Europe". C’est justement là l’un des effets pernicieux du CFA. Son arrimage à l’Euro est un incitateur aux achats dans la zone euro et la sortie d’un pays du CFA facilitera ses échanges avec le reste du monde. Allez comprendre qu’un burkinabè qui veut se rendre au Cameroun est obligé de convertir ses CFA en euro ou en dollars pour y aller car bien qu’étant tous des pays du CFA, le CFA Afrique de l’Ouest n’est pas convertible en zone CFA Afrique centrale. L’opération de change que ce burkinabé fera (euro ou dollar puis encore conversion en CFA Afrique centrale profite énormément à la France qui prétend "imbécilement" qu’elle garantie la convertibilité du CFA dans toutes les devises du monde. Votre monnaie, on n’en veut plus.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 22:39, par lumière
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    "Cabris mort n’a pas peur de couteau". Le pouvoir d’achat n’est déjà pas ça en Afrique. On est prêt à subir les conséquences.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 09:03, par Souley
    En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

    Sachons orienter le combat concernant le franc CFA, ou tout simplement concernant notre indépendance vis à vis de la France. Des gens préconisent de boycotter les produits français. Mais le combat ne se trouve pas à ce niveau. Je m’en fou royalement de ce que la France fait dans ces colonies. Je l’en félicite d’ailleurs, c’est de bonne guerre. C’est à nos chefs d’État, garants du bien-être des populations qu’il faut s’en prendre. Si au lieu de défendre leur peuple ils choisissent de protéger les intérêts de la France, pourquoi nous le peuple devrons combattre la France. L’ennemi numéro 1 se trouve à côté de nous, ce sont nos chefs d’État, et c’est eux qu’il faut combattre d’abord. Pour moi toute manifestation contre le franc CFA devra avant tout être une manifestation contre nos chefs d’État qui protègent les intérêts français. Nos grands-parents ont livré nos frères en esclavage contre des miroirs, aujourd’hui nos chefs d’État garantissent les intérêts de la France en échange de son appui pour conserver leur poste de président. Alors, c’est à nous le peuple de savoir où mener le combat pour notre indépendance.

    Répondre à ce message

    • Le 23 septembre à 12:15, par Maxime
      En réponse à : « Le franc CFA lié à l’euro est un bouclier de stabilité pour les populations locales », selon l’économiste Bruno Bernard

      Bien parlé mon frère. Je suis totalement d’accord avec ton point de vue. C’est contre les régimes africains corrompus qu’il faut orienter les flèches car sans eux, la France n’est rien en Afrique. C’est contre les régimes de Faure Gnassingbé, Rock KABORE, Alassane OUATTARA, Macky SALL, Idriss DEBY, Paul BIYA, Ali BONGO, etc que les tirs doivent être groupés. Et c’est là que la lutte est plus compliquée. C’est très facile aujourd’hui de se lever contre le CFA, de brûler des billets de 5000 FCFA que de se lever contre ces dirigeants à la botte de la France. Ne nous trompons pas de cible.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés