Mise en œuvre du PNDES : Le Conseil national des OSC veut des actes concrets

LEFASO.NET | Maxime Jean-Eudes BAMBARA (stagiaire) • jeudi 21 septembre 2017 à 00h03min

Dans le cadre du suivi évaluation de la mise en œuvre du PNDES, le conseil national des organisations de la société civile a initié un atelier de formation au profit des OSC. Un atelier qui a été animé en deux groupes et qui a réuni du 15 au 19 septembre des OSC des 13 régions du Burkina et celles basées à Ouagadougou. Pour le président du Conseil national des OSC, il faut certes communiquer, mais les populations ont encore plus besoin des actes concrets.

Mise en œuvre du PNDES : Le Conseil national des OSC veut des actes concrets

« On a assez parlé du PNDES, il faut maintenant passer à l’acte », a déclaré le conseil national des organisations de la société civile, ce mardi 19 septembre, aux termes d’un atelier de formation sur le suivi-évaluation de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES). Une déclaration qui sonne comme une interpellation au secrétariat permanent chargé de la mise en œuvre de ce référentiel national de développement à aller plus vite et bien en posant des actes concrets.

« On a beaucoup communiqué sur le PNDES, on parle beaucoup aujourd’hui du PNDES comme pouvant être une sorte de panacée pour sortir les Burkinabè de la pauvreté. Nous pensons effectivement que ce PNDES doit atteindre ses objectifs tels qu’on le dit aujourd’hui dans les discours. C’est pourquoi lors des échanges, nous avons mis l’accent sur le fait que des actes concrets doivent être plus visibles que les discours », a insisté Jonas Hien, président du conseil national des OSC.

Jonas Hien, président du Conseil national des OSC

A l’en croire, l’atelier s’est déroulé en deux étapes. Une première étape qui a réuni, du 15 au 16 septembre, un groupe d’OSC provenant des 13 régions du Burkina et la deuxième étape a concerné les OSC basées à Ouagadougou. Et à l’occasion, le contenu du PNDES notamment son dispositif de suivi-évaluation a été décortiqué par le secrétariat permanent du PNDES, histoire de permettre aux OSC aussi bien locales que nationales de se l’approprier et apporter leur contribution en termes de suivi, d’évaluation, d’interpellation pour que véritablement le PNDES ait des acquis et des impacts pour les populations.

Le conseil national des OSC inquiet quant à la mise en œuvre du PNDES

Léopold Kaboré, membre du Conseil national des OSC

Selon Léopold Kaboré, membre du conseil national des organisations de la société civile cet atelier a été l’occasion pour les participants de voir ensemble comment harmoniser les points de vue pour assurer la veille citoyenne dans le cadre de la mise en œuvre du PNDES qui pour lui est jusque-là inquiétante.

« Ce qui fonde notre inquiétude c’est que nous sommes pratiquement à mi-mandat et beaucoup de choses n’ont pas encore démarré. Il y a encore un certain nombre de secteurs dont il n’y a même pas encore de feuille de route claire et c’est ce qui nous inquiète. Et même en termes de mobilisation des ressources le gouvernement ne nous a pas encore rassuré que toutes les ressources nécessaires pour la mise en œuvre du PNDES ont été mobilisées. Tout ça, c’est un ensemble d’éléments qui doit inquiéter plus d’un » a-t-il expliqué.

Maxime Jean-Eudes BAMBARA (Stagiaire)
Lefaso.net

Portfolio

  • Une vue des participants du 2e groupe

Vos commentaires

  • Le 21 septembre 2017 à 08:26, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Mise en œuvre du PNDES : Le Conseil national des OSC veut des actes concrets

    - Vraiment on a trop parlé du PNDES au point qu’il est devenu le 3ème Livre Saint après la Bible, le Coran et la Tora ! Pourtant on ne voit rien de concret ! Que du verbiage et des flâtteries ! Voyez par exemple le cas de SONABEL, cette boîte pourrie et inutile ! Le ministre de l’énergie nous énerve chaque fois avec ses plaques solaires et pourtant rien ne change. Les coupures intempestives de courant ont mit en faillite plusieurs PME/PMI dans ce pays ! Et puis qui flâtte-t-on ? Est-ce qu’on peut faire tourner un moulain à grain avec des plaques solaires sans dépenser des millions ? Et puis les plaques elles-mêmes sont polluantes et pourtant on ne nous parle jamais de cet autre pan des plaques solaires !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre 2017 à 09:34, par ZOUNDI Léontine En réponse à : Mise en œuvre du PNDES : Le Conseil national des OSC veut des actes concrets

    Le PNDS, le PNDS, le PNDS......
    Tous les jours que Dieu fait, on n’entend que ce mot dans la bouche de tout le monde. Comme si le Premier Ministre Paul KABA TIEBA et toute son équipe sont rentrés de Paris avec les milliards du PNDS dans leurs valises.
    Vous pensez vraiment que les bailleurs de fonds vont nous verser comme ça, et en un rien de temps des milliards pour nous sortir de notre misère économique et financière ?
    Non mais.... vous croyez vraiment qu’il y a quelque part dans le monde d’aujourd’hui un Etat, des Entreprises, des Banques, suffisamment nantis, et qui auraient résolu tout leurs problèmes pour nous verser des milliards pour résoudre nos problèmes à nous comme ça ?
    Avez-vous déjà demandé à quelqu’un de vous donner ou de vous prêter de l’argent ? Avez-vous déjà déposé une demande de crédit auprès d’une banque ? Avez-vous déjà demandé à un sponsor de vous soutenir pour une activité quelconque ?
    Le comportement ou le traitement qu’ils auront eu vis à vis de vous, hé bien c’est le même comportement que les bailleurs de fonds ont vis à vis de nos Etats. Entre ce qui se dit et ce qui se fait il y a un fossé énorme. Plus de promesses, plus de paroles que d’actes concrets.
    Les milliards du PNDS ce ne sont pas des cadeaux. Ce sont des crédits qui seront remboursés de nous à nos arrières petits fils.
    Oublions le PNDS et travaillons. Nous sommes un peuple courageux et de courage. Nous les burkinabè, que l’on nous aime ou pas, nous sommes des travailleurs nés. Nous sommes nés sous ce soleil qui nous brûle chaque jour et chacun de nous cherche son ombre.
    Arrêtons nos mesquineries à empêcher les uns et les autres à prospérer dans leurs activités, arrêtons de piétiner les dossiers dans les couloirs de l’administration, arrêtons d’empêcher nos étudiants, nos jeûnes d’avancer dans leurs rêves et leurs quêtes de l’excellence.
    A mon humble avis, c’est lorsque nous les burkinabè nous aurions changé de mentalité que les choses vont vraiment décoller. N’oublions pas que nous sommes un peuple fier et que nous détestons quémander.

    Répondre à ce message

    • Le 21 septembre 2017 à 11:55, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Mise en œuvre du PNDES : Le Conseil national des OSC veut des actes concrets

      - ZOUNDI Léontine, on connait tout ce que tu racontes-là ! Peut-être même mieux que toi. Justement, connaissant cela autant que toi sinon plus que toi, nous disons d’arrêter de nous rabâcher les oreilles avec le PNDES et d’aller au concret comme tu le proposes d’ailleurs ! Le PNDES est le 2ème Dieu auquel on a du mal à croire et à faire confiance !

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 21 septembre 2017 à 10:20, par will En réponse à : Mise en œuvre du PNDES : Le Conseil national des OSC veut des actes concrets

    Mr Koro Yamyélé vous etes trop négationniste. Si vous avez une technologie non polluante dans vos inventions qui peut nous en sortir de la dépendance énergétique vous pourrez nous en proposer.Il faudrait toujours avoir la force de la construction avec une force de propositions en lieu et place de la force destructive car vous ne vivez pas sur une autre planète mais au Burkina Faso, terre bénie. Que vous le vouliez ou pas.

    Répondre à ce message

    • Le 21 septembre 2017 à 12:25, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Mise en œuvre du PNDES : Le Conseil national des OSC veut des actes concrets

      - Et toi will tu es trop arriériste ! Voilà pourquoi au lieu de te proposer une technologie non polluante, je te renvoi à l’âge de la pierre taillé pour que tu allumes ton feu en frottant 2 bois l’un contre l’autre, et en l’alimentant avec du bois et des crottes d’animaux sauvages.

      Si tu ne sais pas, sache qu’un panneau solaire thermique c’est du verre, de l’aluminium, du cuivre, de la laine de roche et 5% de mousse de polyuréthane. Donc c’est au moins recyclable à 90% par les circuits traditionnelles. Et dans ce cas où tu mets les 10% non recyclables ? Sache aussi que les champs magnétiques de basse fréquence (50 hertz) sont émis par de nombreux appareils électriques dont certains fonctionnant aux paneaus solaires, et également par les réseaux de fils et de câbles électriques. Des risques existent et nuisent à la santé. Ces risques dépendent de plusieurs éléments dont : 1- L’intensité des champs magnétiques, 2- La durée d’exposition, 3- Le lieu d’exposition et 4- Les sensibilités individuelles.

      Petit will, c’est pourquoi si tu manges dans les panneaux solaires et leur installation, les câblages de tes panneaux photovoltaïques devront être calculés de manière à éviter les boucles, afin de minimiser les champs magnétiques. À proximité de l’onduleur, les champs magnétiques sont intenses : 130 mG à 20 cm et 1,4 mG à 2 mètres et représentent un risque pour la santé. Il est donc prudent que ttu éloignes l’onduleur des pièces de vie au maximum. Les dimensions minimales d’éloignement devant être égales à 2,50 mètres des personnes. Je t’informe également que dans les chambres, les spécialistes des champs électromagnétiques et de la biologie de l’habitat recommandent de limiter les expositions aux champs magnétiques 50 Hz à 0,5 mG. Pour celà, retient que chaque appareillage électrique relié à un réseau n’est jamais neutre, raison pour laquelle la sagesse et le principe de précaution doivent te guider dans chacune de tes réalisations.

      Mon petit will, alors si tu es du domaine et si tu manges dans les panneaux solaires et leur installation, comme tu le constates, la seule certitude est que la nuit, en l’absence de soleil, les rayonnements sont nuls, de ce fait, les chambres situées sous une toiture photovoltaïque ne sont pas exposées au champ magnétique pendant la période nocturne. Il est indispensable de réaliser une installation électrique pour prévenir tout risque en blindant les câbles électriques, en installant un IAC Interrupteur automatique de champ ou de courant (champs électromagnétiques).

      CONCLUSION : Tu devrais me payer cher will parce que c’est une consultation gratuite que je viens de faire pour toi. Fait attention la prochaine fois quand tu vas t’adresser à ton Kôrô Yamyélé. Il a la rapace dure et blindée et c’est un polytechnicien et pas des moindres mon ami. Et il n’intervient pas au hasard !

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 21 septembre 2017 à 11:14, par Omar En réponse à : Mise en œuvre du PNDES : Le Conseil national des OSC veut des actes concrets

    Bonne initiative des OSC !
    Pour en revenir au PNDES, je pense que la politique a trop pris le dessus et l’on ne pense pas aux pauvres populations que nous sommes qui espèrent et qui désespèrent à la fin.
    Et pourtant si on déroulait le PNDES tel que l’on nous l’a présenté ... on est sauvé . On ne parlera plus de justice, insurrection, corruption, coup d’état et de grève...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés