Passage à la Vème République : Le CGD prospecte les modalités d’adoption de la nouvelle Constitution

LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • mardi 19 septembre 2017 à 00h30min

Chaque 15 septembre le monde célèbre la journée internationale de la démocratie. Elle correspond à l’adoption, en 1997, de la Déclaration universelle sur la démocratie qui jette les principes constitutifs d’une démocratie, définit les caractéristiques et les fonctions d’un gouvernement démocratique. C’est à la faveur de cet arrêt que le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a organisé, vendredi, 15 septembre 2017 à Ouagadougou, un « dialogue démocratique » sur les modalités d’adoption de la nouvelle Constitution qui doit consacrer le passage à la Vème République.

Passage à la Vème République : Le CGD  prospecte les modalités d’adoption de la nouvelle Constitution

L’adoption de la nouvelle Constitution doit-elle se faire par voie référendaire ou parlementaire ? Une question d’actualité dans ce contexte où le projet a abordé la dernière ligne droite avec « l’intégration des observations du président du Faso » au projet par la Commission constitutionnelle. Un sujet qui vaut son pesant d’or, en ce sens également que l’opportunité même de l’adoption de la nouvelle Constitution est de plus en plus débattue dans certains milieux (morosité économique et défis sécuritaires pointés par certains Burkinabè).

Laboratoire d’idées, le CGD ne pouvait certainement pas manquer l’occasion de la commémoration de cette journée pour approfondir la réflexion autour de la nouvelle Constitution en gestation, un « nouveau contrat social » qui va engager la vie pays. C’est donc dire l’enjeu que revêt la marche vers l’adoption de cette Loi fondamentale.
Pour ce faire, l’institution a invité plusieurs sensibilités autour de ce cadre d’échanges, dialogue démocratique, sur les modalités d’adoption prévues par la Constitution de juin 1991 (IVème République), notamment la voie référendaire et celle parlementaire.

Pour camper le décor, deux communicateurs, avertis des arcanes du sujet. Il s’agit de Pr Séni Ouédraogo, enseignant à l’Université Ouaga II et Dr Djibrina Ouédraogo, enseignant-chercheur à l’Université Ouaga II. Le tout, sous la modération du philosophe, Dr Abdoulaye Barro.

Le directeur exécutif du CGD, Dr Thomas Ouédraogo

Ainsi, Dr Djibrina Ouédraogo va porter son intervention sur les modalités d’adoption d’une Constitution basées sur le vécu de l’historique et la conception juridique ou politique du sujet. Selon Dr Ouédraogo, on identifie plusieurs modalités d’adoption d’une Constitution parmi lesquelles, l’option qui fait appel au peuple et celle qui l’exclut.

« Le référendum permet au peuple de s’approprier le texte fondamental », convainc-t-il avant de souligner que la remise en cause de cette démarche requiert un consensus de la classe politique. « La démocratie, c’est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », a-t-il également rappelé.

Tout en reconnaissant tout de même que le choix pour le référendum n’est pas sans risques, le communicateur demeure convaincu qu’il sera intéressant que le processus, engagé le 29 septembre 2016 (date d’installation des membres de la commission constitutionnelle) puisse s’achever par le référendum.

Cette option pour le référendum ne semble pas emporter totalement la conviction du constitutionnaliste, Pr Séni Ouédraogo, pour qui, « s’il faut appeler le peuple à venir dire oui ou non pour dépenser des milliards », il y a alors matière à réflexion pour voir comment l’on peut réaliser de l’économie, en réinvestissant ailleurs, ces sommes qui vont être mobilisées pour le référendum.

Pour l’enseignant, il y a possibilité d’adopter la Constitution par une autre voie que celle référendaire. La voie parlementaire, par exemple. C’est dans cette vision qu’il a abordé le sujet et invité l’opinion à la réflexion, persuadé qu’une Constitution est, avant tout, un contrat social (elle doit donc s’adapter aux réalités sociales).

Pr Séni Ouédraogo, un des comunicateurs

Tout comme son prédécesseur, Pr Séni Ouédraogo reconnaît qu’aucune option n’est dépourvue d’insuffisances. D’où la nécessité de poursuivre et d’approfondir la réflexion pour embrasser un consensus plus large autour de cet acte majeur.
Le directeur exécutif du CGD, Dr Thomas Ouédraogo, appréciant l’engouement sur la question, s’est donc réjouit que le moyen le plus indiqué pour son institution de marquer cette journée fût de répondre à sa vocation, c’est-à-dire la réflexion.
« C’est pourquoi, nous avons convié des chercheurs, qui ont des avis différents sur les modalités de passage à la Vème République », a-t-il confié à l’issue des débats.

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 septembre 2017 à 07:49, par Bilgo En réponse à : Passage à la Vème République : Le CGD prospecte les modalités d’adoption de la nouvelle Constitution

    Ecoutez militants CGTB ,CGD et MBDHP. Si l’on analyse les révélations du vieux syndicaliste Soumane Touré qui dit que la CGTB est une création du PCRV avec des accointances avec un clan machiavélique du pouvoir actuel, on comprend que vous faites semblant d’être neutre avec le président Kaboré alors que votre objectif final, c’est l’avènement de ce clan au pouvoir par une insurrection qui est devenue le mode de conquête du pouvoir de ce clan. Avec la disparition du chef de ce clan, devenu décadent, les Burkinabè doivent revenir à de meilleurs sentiments Le Burkina étant un pays de savane, les gens doivent comprendre que leurs jeux de cache-cache est découvert et que les populations en ont marre de l’insurrection et de ses séquelles qui perdurent. Allez aux urnes, si vous aspirez au pouvoir. Même si le clan et ses alliés PCRV se sont accaparés de tous les circuits électoraux et de décision majeure du pays, une fraude électorale appellera une réaction légitime des citoyens pour chasser tous les fossoyeurs de la démocratie, sans passer par une insurrection pyromane. La CGTB, le MBDHP, l’ASCE, le REN-LAC, le Balai citoyen, le CGD sont toutes des structures de la mouvance gauchiste du PCRV, qui étaient sous le contrôle du clan machiavélique décadent.

    Répondre à ce message

    • Le 21 septembre 2017 à 18:54, par YEMBI En réponse à : Passage à la Vème République : Le CGD prospecte les modalités d’adoption de la nouvelle Constitution

      Mon frère Bilgo, tu as dis la verité et toute la vérité ! vous voyez un gars comme Alidou Ouédraogo qui pilote ce projet-là, un raté de la dernière heure ce type-là, le vrai symbole de la déception du peuple, Honte 3fois à ce gars là !!! quand je pense qu’il ya eu un moment de l’histoire de ce pays où les burkinabè (et je faisais parti) croyaient en lui et le suivaient, ça peut me tuer ! Toute cette clickail-là, c’est pour bouffer l’argent du Burkina seulement, personne ne pense en realité au bas peuple et c’est honteux ! 5è republique ? on va voir par où ça va passer pour être une réalité, on attend seulement.

      Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2017 à 09:31, par MOREBALLA En réponse à : Passage à la Vème République : Le CGD prospecte les modalités d’adoption de la nouvelle Constitution

    Si un consensus se dégage entre les formations politiques et la société civile, l’adoption de la nouvelle constitution par voie parlementaire sera une voie sage et surtout beaucoup d’économie pour nos maigres ressources.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2017 à 10:55, par Sans rancune En réponse à : Passage à la Vème République : Le CGD prospecte les modalités d’adoption de la nouvelle Constitution

    Chers constitutionnalistes. Pourquoi c’est l’argent qui est chez vous la base de tout calcul. Vous savez bien qu’une fois élus, la majorité des députés se détournent de leur base et il en est de même pour les autres élus (conseillers municipaux).
    Faire appel au peuple est le meilleur moyen et il est de votre devoir de proposer les moyens pour y parvenir à travers un pré-référendum bien organiser.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2017 à 13:45, par Maurice 883 En réponse à : Passage à la Vème République : Le CGD prospecte les modalités d’adoption de la nouvelle Constitution

    Je dis grand merci au CGD pour avoir organisé le vendredi 15 septembre 2017 à Ouagadougou, un « dialogue démocratique » sur les modalités d’adoption de la nouvelle Constitution qui doit consacrer le passage à la Vème République.

    En ce qui me concerne je suis partisan de ceux qui pensent ainsi : « « s’il faut appeler le peuple à venir dire oui ou non pour dépenser des milliards », il y a alors matière à réflexion pour voir comment l’on peut réaliser de l’économie, en réinvestissant ailleurs, ces sommes qui vont être mobilisées pour le référendum ». « Il y a possibilité d’adopter la Constitution par une autre voie que celle référendaire. La voie parlementaire, par exemple ».

    Quelles que soient la FORCE ET LA PERTINENCE des arguments pour un référendum, travaillons pour un CONSENSUS, qui permette d’injecter les milliards nécessaires au référendum, dans des secteurs sociaux qui profiteront directement aux populations. Ne dit-on pas qu’entre deux maux il faut choisir le moindre mal ?

    Maurice

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2017 à 15:46, par Temps de l’action En réponse à : Passage à la Vème République : Le CGD prospecte les modalités d’adoption de la nouvelle Constitution

    les patriotes mettent en garde ceux qui veulent enjamber le peuple pour changer notre constitution à huis clos entre copains. vous avez incendié ce pays parce que le CDP voulait modifier un seul article en consultant le peuple et maintenant vous pensez qu’on va vous permettre de changer toute la loi fondamentale autour d’une table entre pyromanes ? dites à ceux qui ont financé l’insurrection de financer le referendum. de toutes les façons on est pas obligé de changer de constitution

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2017 à 16:45, par Zimm En réponse à : Passage à la Vème République : Le CGD prospecte les modalités d’adoption de la nouvelle Constitution

    Le problème au Burkina, ce n’est pas la constitution, mais ce sont les hommes chargés de les appliquer et qui n’ont pas été a la hauteur. Ne perdez pas votre temps pour modifier...

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2017 à 10:58, par KABRE CLEMENT En réponse à : Passage à la Vème République : Le CGD prospecte les modalités d’adoption de la nouvelle Constitution

    bjr tous les lecteurs. si on sait que cette année 2017 la saison hivernale a été capricieuse et par consequent des poches de famine vont se presenter à nous ; dites pourquoi investir 40 milliards dans un referendum. .on pourrait economiser cet argent et commencer à faire des provisions . de grace messieurs les differents travailler à sortir le peuple de la pauvreté au lieu de chercher à savoir combien on peut empocher si on organisait un referendum. de grace.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés