Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Dassandaga à Paris comme au pays

Accueil > Diasporas • • lundi 18 septembre 2017 à 00h25min
Dassandaga à Paris comme au pays

(Paris, 15 septembre 2017). Loin du pays, mais solidaire, la communauté burkinabè en France multiplie les initiatives de rencontres et de retrouvailles. Entre manifestations à caractère régional et initiatives associatives faitières, la volonté est affichée de resserrer les liens. C’est ainsi que l’association des femmes dite Taafè Fanga a organisé le 9 septembre dernier, en banlieue parisienne de Creteil, un Dassandagha qui a drainé la communauté, avec à sa tête l’Ambassadeur Alain Francis Gustave Ilboudo, malgré la météo capricieuse. "Nous sommes venus retrouver un air du pays", dira le diplomate, entre deux tours de stand avec les organisateurs

Il y avait en ces lieux, de quoi rappeler aux papilles gustatives, les saveurs du pays. Gonré, piga, babenda, brochettes, et, bien sûr, l’incontournable dolo, bière à base de sorgho germé. "Ce sont des choses qui nous manquaient, et on est content de retrouver cela ici, aujourd’hui", opine Mme Fatoumata Diénépo, qui a bravé la pluie pour se rendre à cette fête.

En famille, ou entre copains, burkinabè et amis du Burkina Faso ont pu solidariser, et célébrer leur appartenance à une communauté. De passage à Paris, des personnalités comme l’ancien ministre Elie Justin Ouédraogo, sont venues apporter leur soutien aux organisateurs.

Jusque dans la nuit, au son de la musique, et avec l’énergie insufflée par le dolo, alors que l’automne s’installe avec sa grisaille, on aura fait le plein de moments ensoleillés, en attendant l’hiver. La deuxième édition du dassandagha s’est achevée sur des notes de satisfaction pour les organisateurs, emmenés par Fatoumata Ouédraogo, au four et au moulin. Le cap est déjà mis vers l’année prochaine.

La marraine 2017, Mme Fouad Houssein, fonctionnaire en charge du cinéma à l’Organisation internationale de la Francophonie, s’est essayée au warba, sur un air de Bamogo Jean Claude dit "man". Elle était ravie de communier avec les Burkinabè. "La communauté est très soudée, et c’est ce qui saute aux yeux, en premier. De voir une communauté réunie, pour passer des moments de convivialité, et de pour montrer aux autres, ce qu’est le burkina Faso", lance-t-elle, presqu’à bout de souffle.

Quand le DJ aura fini le tube de Bamogo Jean Claude dit "man" certaines personnes se mettent à la danse, au rythme de batteurs de djembé.
Vers 21h, quand il est temps de quitter les lieux, tout le monde promet, ferme, d’être là, l’année prochaine, inch Allah.

R. A. BAMBARA.
Photos. A. BAGHNYAN

Vos commentaires

  • Le 18 septembre 2017 à 07:16, par sandokans En réponse à : Dassandaga à Paris comme au pays

    Merci M. BAMBARA pour la relation de cet événement mais moi je reste sur ma faim parce que la photo ci-contre ne rend pas suffisamment compte de l’ambiance qui y a régné. Pourrions nous avoir d’autres photos sous d’autres plans ?

    Répondre à ce message

    • Le 18 septembre 2017 à 10:41, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Dassandaga à Paris comme au pays

      - Dommage ! Si monsieur Bambara avait su, il allait venir faire un reportage chez moi ici dans mon petit village ! Chez moi le Kôrô Yamyélé, on a eu le ’’Pougoum-poussoum’’ ou encore ’’PPS’’ de ma petite-fille. Pour ceux qui ne connaissent pas le ’’PPS’’, c’est que son fiancé, les parents de son fiancé et ses amis sont venus chez moi pour demander sa main puisque son papa et ses oncles (mes fils) l’ont voulu ainsi. Mais dit donc ! Il fallait être là ! A l’occasion, j’ai organisé une bamboula digne de la demande de main d’une petite-fille de votre très cher Kôrô Yamyélé  ! J’ai fait tuer un boeuf et des pintades pour que les invités se régalent. Attention ! Je pécise aussi que tous les cabarets du village ont été préparés pour moi seul et celui qui voulait du dolo devait venir chez moi ce jour et être servi gratuitement. Il y avait de la bière et je suis allé aussi cherché des cannettes de bière dans notre chef-lieu de province.

      Le Chef de file de la future belle-famille a dit que malgré son âge avancé, il n’a pas encore vu pareille cérémonie. Je me suis levé, je suis entré dans le centre du cercle et j’ai dit en me battant la poitrine avec un bruit tel un mortier que : ’’Je l’ai fait et ceci n’est encore rien ! Vous n’avez encore rien vu car le mariage lui-même vient ! J’ai fait exprès ! C’est un message que j’envoi à son futur mari dès à présent ! Ma petite-fille peut avoir à manger. Je voudrais dire ici dès maintenant que ma petite-fille, même épouse de quelqu’un, n’est pas son tambour ! Elle ne doit pas être battue dans son ménage pour un oui ou pour un non ! Tel est mon message que vous devez prendre en compte dès à présent !’’. Et ce fut un tonnerre d’applaudissements de la foule ponctué de sons de tam-tams et de bendrés !!!

      La prochaine fois, je vais faire filmer tout.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 18 septembre 2017 à 14:46, par Ka En réponse à : Dassandaga à Paris comme au pays

        Merci mon ami Kôrô Yamyélé : Comme je le dis souvent, la culture est la seule valeur pour identifier tout un peuple : Et ceux qui sont les porteurs de ses valeurs culturels sont des personnes comme vous dans les villages, et celles de la diaspora de Paris, qui restent nos vrais ambassadeurs à travers le pays et dans le monde.

        Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Nuit du Faso Dan Fani : La 6e édition prévue pour le 4 juin 2022 à Noisy-le-Sec
Côte d’Ivoire : Sept fillettes d’origine burkinabè meurent par noyade
World Strongest Log : Iron Bybi, nouveau recordman mondial
Coopération Burkina Faso-République Unie de Tanzanie : Madame Madina Ganou/Diaby Kassamba présente ses lettres de créance à la présidente Madame Samia Suluhu Hassan
Délégués au Conseil Supérieur des Burkinabè de l’étranger (CSBE) : Fin de mandat pour Nongainéba Benjamin Zoumba
Belgique : Le ministre en charge des Burkinabè de l’étranger à la rencontre de ses compatriotes
Soudan : Les Burkinabè félicitent le président du Faso pour la perspective d’ouverture d’une représentation diplomatique
Non-participation de la Première dame à Taste of Burkina 2021 : Quand le styliste Sorobis tente de se faire de l’argent sur le dos de l’Association des Burkinabé de New York
Renvoi des étudiants burkinabè des universités publiques marocaines : Le MESRSI donne des éclaircissements
Le judoka burkinabè Lucas DIALLO reçu par l’Ambassadeur Alain Francis Gustave ILBOUDO
Affaire étudiants burkinabè au Maroc : « Il faudra éviter de passer par des voies non officielles » pour s’inscrire dans les universités marocaines
Burkina-Maroc : Une cinquantaine d’étudiants burkinabè renvoyés en cours d’année des universités publiques marocaines
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés