Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

LEFASO.NET | Tambi Serge Pacôme Zongo (Stagiaire) • vendredi 15 septembre 2017 à 02h30min

Pendant que le SYNASEB (Syndicat National des Secrétaires Burkinabè) tenait son sit-in au bas de l’immeuble abritant le ministère de la fonction publique, du travail et de la protection sociale, ce jeudi 14 Septembre, des travailleurs du restaurant-café Aziz Istanbul s’invitaient à un autre rassemblement juste à quelques mètres dudit immeuble. Le motif de leur présence, lancer un appel au gouvernement et au peuple burkinabè pour la réouverture du café-restaurant, attaqué le 13 août dernier par deux terroristes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

Après l’attaque du restaurant-café Aziz Istanbul, le 13 août 2017, l’établissement a fermé ses portes et le personnel au nombre de 50 personnes est aujourd’hui sans emploi. Face à cette situation et aux difficultés de joindre les deux bouts, le personnel a décidé de crier haut et fort leur peine. « Nous traversons des moments très difficiles. Les difficultés sont liées à la prise en charge de nos familles et à la scolarisation de nos enfants(…) », a soutenu Mathieu Nikiéma, le porte-parole.

Il soutient par ailleurs que l’employeur reste animé par la volonté d’ouvrir à nouveau le restaurant et de sauvegarder les emplois, mais qu’il reste confronté à beaucoup de difficultés au regard du niveau élevé des investissements. Pour ce faire, le personnel a lancé un appel à l’endroit du gouvernement burkinabé et de SEM Roch Kaboré, président du Faso.

« Nous, travailleurs du restaurant café Aziz Istanbul, réunis ce 14 Septembre 2017 en assemblée générale, appelons le gouvernement burkinabè notamment le premier ministre Kaba Thiéba, à sauver le restaurant café Aziz Istanbul et l’ensemble des emplois en accompagnant notre employeur pour la restauration du restaurant et la relance des activités. Nous appelons à la magnanimité de SEM Roch Marc Christian Kaboré, à créer un mécanisme imminent d’accompagnement et de soutien aux travailleurs du restaurant café Aziz Istanbul avant le redémarrage des activités du restaurant. Nous appelons le peuple burkinabè à la solidarité pour que le restaurant puisse naitre dans un futur très proche de ses cendres. La relance des activités du restaurant sera le signal fort de notre engagement à vaincre le terrorisme sous toutes ses formes », extrait du discours du porte-parole.

Tout en lançant un appel à la réouverture du café restaurant Aziz Istanbul à l’instar du Cappuccino, frappé lui aussi par des terroristes, mais qui a repris du service, le personnel « présente ses sincères condoléances aux familles des personnes tombées sous les balles assassines et souhaite un prompt rétablissement aux blessés ».

En rappel, le 13 août 2017, aux alentours de 20h, le restaurant café Aziz Istanbul, a été victime d’une attaque terroriste. Cette attaque a fortement endeuillé le pays des hommes intègres et des pays amis. Ce sont au total dix-neuf morts et de nombreux blessés qui ont été enregistrés.

Tambi Serge Pacôme Zongo (Stagiaire)

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 septembre à 02:07, par zimm
    En réponse à : Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

    Bonne chance à vous et vous TOUT mon soutien moral pour une ré-ouverture le plus rapidement possible, sinon les terroristes ont gagné, et ces terroristes ne sont rien d’autre que des Meurtriers Barbares !

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 07:37, par IBKA
    En réponse à : Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

    Que Dieu vous entende et vous aide. Nous sommes tous avec vous

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 09:43, par hakilignini
    En réponse à : Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

    Toute notre compassion pour les dures moments que vous vivez. Nous espérons que le Gouvernement trouvera une solution pour réduire ou annuler vos souffrance.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 09:53, par ELKABORE
    En réponse à : Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

    Je pense qu’il est encore très tot pour penser à la réouverture du restaurant. Prions d’abord pour que le Bon DIEU acceuille les âmes des defunts issus de cette attaque, console leurs familles et daigne guerir les blessés. Qu’il nous écoute tous et nous exauce. AMEN !

    Répondre à ce message

    • Le 15 septembre à 11:03, par SAVADOGO
      En réponse à : Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

      Monsieur EL KABORE, il n’est pas très tôt de souhaiter la réouverture du restaurant. Ces gens ont déjà prié pour que le TOUT PUISSANT accueille les âmes des victimes dans son royaume. En attendant, ces gens doivent se nourrir, se soigner, scolariser leurs enfants etc. Il faut qu’ils retrouvent rapidement le boulot pour avoir de quoi subvenir à leurs besoins quotidiens. Vivement que leur appel soit entendu.

      Répondre à ce message

      • Le 15 septembre à 17:24, par RAWA
        En réponse à : Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

        Franchement, vous ne pensez pas que vous exagérez ? Comment pouvez vous passer le temps à tout vouloir du gouvernement ? Il faut que les burkinabè apprennent à mouiller le maillot. Le gouvernenment ne saurait et ne peut objectivement veiller sur chaque citoyen. Istanbul est une affaire privée et il n’ya pas de doute que les banques ne refuserons pas de soutenir le promoteur, étant donné les circonstances. L’état ne peut pas gérer ce genre de problèmes.

        Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 11:09, par Ka
    En réponse à : Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

    Toute lutte légitime est noble : Et vous méritez tout mon soutien. Persévérez, car c’est aussi la vie de toutes vos familles qui est en jeux.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 13:48, par Adamus
    En réponse à : Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

    Gouverner c’est prévoir et dans ce genre de situation, après plus de 60 ans d’indépendance, si l’État et la CNSS ne sont pas capables de payer ne serait-ce que quelques mois à 12 mois de salaire à ces salariés (qui j’imagine cotisent à la CNSS), a-t-on vraiment avancé ? Un État responsable doit assurer un minimum d’assurance chomage ou emploi pour ce genre de situation. La CNSS brassent de milliards et ceux qui y travaillent ont un train de vie au dessus de la moyenne. Elle peut après des décennies d’existence prévoir assurer un minimum d’assurance de salaire pour ceux qui y sont déclarés et qui côtisent lorsqu’ils perdent leur emploi. Cela évite que du jour au lendemain, un employé ne se retrouve pas dans la précarité après avoir perdu son emploi. Quand nos dirigeants copient les pays développés, il doivent également copier les responsabilités de ces États qui ne laisse pas un employé contribuable à son popre sort du jour au lendemain.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 13:51, par KENICHI
    En réponse à : Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

    Franchement, l’Etat doit assurer au moins 70% ou 100% des salaires pendant au moins 01 année de tous les travailleurs de ce café.. En plus de cela, il doivent rénover intégralement le Café ..ce sont ces petits gestes qui encouragent les investisseurs et les locaux même à prendre le risques d’investir à haut risque...

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 15:06, par La vérité
    En réponse à : Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

    Tout cela est vrai et souhaitable mais le Restaurant-café Aziz Istanbul n’était pas ASSURE ?

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 15:41, par Bangbèda
    En réponse à : Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

    Bon je suis fou, donc ce que je vais écrire est l’écrit d’un fou (ne me critiques pas si tu n’es pas fou).

    Les burkinabè sont vraiment drôles. Les circonstances de ce drame sont particulières certes, mais attendez si le gouvernement devait financer toutes les entreprises qui ferment pour des causes exceptionnelles (inondations, vents violents, incendies, accidents, etc...) qui devrait payer la facture et où serions nous ?

    Faut dire que vous vous sentiez bien la bas et que du jour au lendemain il n’y a plus de boulot donc plus de salaire...

    Mon conseil :

    1- Demandez aux assurances de gérer les réparations ;
    2- Demandez à nos amis des syndicats de créer une caisse de soutient alimentée par les travailleurs syndiqués pour faire face à ce type de situations.

    Mais de grâce, arrêtez d’exploiter la douleur et la misère des autres pour vos intérêts égoistes !

    Je suis fou hein !

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 18:52, par Amadoum
    En réponse à : Restaurant-café Aziz Istanbul : Le personnel crie au secours

    Nous prions tous pour l’ame des personnes mortes et leurs familles et les personnes blessees.
    Pour ne pas paraitre insensible a la souffrance des autres, je voudrais que quelquun m’explique ce que les travailleurs de Aziz Istanbul attendent du president, du premier ministre, du gouvermnement. Quelles sont leurs suggestions concretes ?

    Passez tous une bonne fin de semaine !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés