Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Huawei / Université Aube Nouvelle : La « Graine de l’Avenir » fait cinq heureux étudiants

Accueil > Actualités > Société • • lundi 11 septembre 2017 à 18h29min
Huawei / Université Aube Nouvelle : La « Graine de l’Avenir » fait cinq heureux étudiants

L’entreprise chinoise Huawei et l’université Aube Nouvelle (U-AUBEN) s’accordent pour renforcer les compétences pratiques des étudiants dans le domaine des TIC. Cette volonté s’est matérialisée à travers le programme « Graine de l’Avenir » qui va permettre à cinq étudiants de cette université de faire une immersion à Huawei University en Chine. La signature du partenariat a eu lieu le 7 septembre 2017 à l’U-AUBEN.

L’un des maillons faibles du Burkina Faso dans la lutte contre le chômage est incontestablement la formation professionnelle. Elle est très peu développée. Conséquence, après des études universitaires, l’insertion socioprofessionnelle des étudiants devient problématique. De nos jours le numérique offre d’innombrables atouts, alors que la fracture numérique reste béante. Huawei et l’université Aube Nouvelle souhaitent donc changer la donne en maximisant leurs efforts sur la formation, surtout celle pratique ; d’où l’initiative du programme « Graine de l’Avenir ».

L’ambition affichée est d’identifier les meilleurs étudiants dans le domaine des technologies de l’information et de la communication pour qu’ils participent à des séances de formation. Concrètement, à travers cette convention, Huawei va de prime abord s’intéresser au profil des étudiants de cette université et formuler des critiques. En outre, le géant chinois dans le domaine des technologies va apporter son expertise à cet établissement qui est, de par le nombre de ses étudiants, la plus grande université privée du Burkina.

Le programme « Graine de l’Avenir » est une « aubaine pour la jeunesse burkinabè », a reconnu le ministre de la Jeunesse et de l’Insertion professionnelle, Smaïla Ouédraogo (au centre)

D’ores et déjà, cinq étudiants d’Aube Nouvelle s’envoleront à destination du pays de Mao Zedong pour une immersion à l’université de Huawei et d’autres de renommée à travers la Chine. Pour le directeur pays de la société, Loïse Tamalgo, l’objectif ultime est qu’à l’issue de leur formation ces apprenants soient ‘’directement consommables’’ sur le marché très disputé de l’emploi ou même qu’ils puissent s’autoemployer. Autre bonne nouvelle, il a promis que le programme s’étendrait à l’ensemble du territoire dans les années à venir. La cerise sur le gâteau, c’est qu’un « stage chez Huawei finit généralement par un recrutement », a confié Loïse Tamalgo.

Le constat étant en effet que bon nombre d’étudiants recrutés pour un emploi pointu n’ont généralement pas les aptitudes requises pour exercer convenablement la tâche à eux confiée. Et l’hôte d’Aube Nouvelle de témoigner qu’il arrive que Huawei recherche vainement des compétences locales. L’entreprise est alors obligée de se tourner vers d’autres pays.

« Nous n’allons pas nous laisser évaluer par n’importe qui »

Tout heureux, les cinq premiers bénéficiaires du programme (en tee-shirts)

A cette plaisante cérémonie, un sujet grave est revenu sur la table des échanges : il s’agit de la publication par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation d’un classement des instituts privés d’enseignement supérieur. C’était le 31 août dernier.

Visiblement ce classement, que beaucoup estiment très discutable, n’est pas du goût de beaucoup de promoteurs d’établissements. Le P-DF de l’université Aube Nouvelle, Isidore Gnatan Kini, laisse éclater sa colère : « Le classement a été fait dans la clandestinité. Pire, les auteurs des audits se sont basés sur des ragots. Aucune démarche scientifique honorable n’a été respectée. Les critères ne sont pas connus et il n’y a pas eu de visites au sein des instituts. La question de l’enseignement est si sérieuse que nous n’allons pas nous laisser évaluer par n’importe qui. Nous allons réagir et de fort belle manière. »

Source : L’Obervateur paalga
Photos : L’Observateur paalga

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Grève du SYNTSHA : « Que je sois au service ou non, des gens continuent de mourir », Dr Abou Dao, médecin spécialisé dans le traitement des cancers
Reprise du travail des greffiers : « Les négociations connaissent des avancées », selon le syndicat
Suspension de la rencontre gouvernement-syndicats : La réaction du gouvernement
Facilitation des procédures douanières : Savoir anticiper pour gagner en temps et en argent
Mouvement d’humeur des transporteurs des poids lourds : La police nationale les invite « à reprendre convenablement le service dans le respect des textes en vigueur »
Petit séminaire Notre Dame d’Afrique de Koudougou : Appel à mobilisation pour les 60 ans
Défenseurs des droits humains : « On demande seulement l’application des textes », plaide Florance Ouattara
Education : La CNSE lève son mot d’ordre
Fonction publique : Les contrôleurs et inspecteurs du travail accusent le ministre de les mépriser
Région du Centre-Est : La Maison de l’entreprise ouvre deux centres de facilitation des actes de construire
Sécurité routière : Le port du casque, un geste qui sauve
Ouagadougou : Un projet pour améliorer la mobilité urbaine
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés